Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Jean-Luc Mélenchon ramène le PS à ses difficultés à venir

Jean-Luc Mélenchon ramène le PS à ses difficultés à venir

Resté discret le temps de la primaire socialiste, le leader du front du gauche s’est précipité sur son blog dès hier soir afin de préciser ce qu’il entendait faire de la victoire de François Hollande. Et là avertissement pour le PS : le plus dure commence, certainement, dès aujourd’hui.

Sa parole fut discrète pour n’avoir été relayée par les médias qu’avec discrétion. Mais le premier tour des primaires avait ouvert à Jean-Luc Mélenchon les espoirs les plus fous.

En effet un Montebourg à 17% cela signifiait deux choses pour lui :

Tout d’abord dans l’optique de la présidentielle, l’espoir de pouvoir atteindre les 10%. Ensuite, l’intuition, consécutive ce qui précède, d’un PS en voie de dislocation au regard de ce qu’étaient, il y a une semaine, les résultats de la primaire.

Au final que reste-il à Mélenchon ? L’espoir des 10% certainement ; d’autant qu’au-delà du score de Montebourg cette intuition se fonde, chez lui, sur le succès populaire que furent ces primaires. De dislocation du PS il n’en fut point question, renvoyant Jean Luc Mélenchon à sa déception, très proche de certaines personnalités de droite, de voir le PS se comporter en parti responsable.

Les reproches adressés au PS

Restait une attitude pour Mélenchon après cette semaine où tous ses espoirs les plus inavouables se sont envolés : se montrer dès aujourd’hui le plus critique possible vis-à-vis de François Hollande dans l’espoir de rallier les quelques « montebourgeois » et « aubristes » déçus par la victoire de Hollande et qui pourraient se retrouver dans ses postures plus radicales. Là est la condition à ses sacro-saints 10% qui l’obsèdent.

C’est pourquoi, très vite, le front de gauche a exprimé ses réticences et ses reproches à l’encontre de la primaire socialiste. En ligne de mire pour le front de gauche trois reproches.

Tout d’abord le reproche idéologique à l’encontre d’un PS partisan du minimum souhaitable. Exprimer dans les termes du front de gauche ça donne cela :

Ce ne sont pas nos personnes, la couleur de nos cravates, ni la qualité de nos costumes, ni le poids que nous pesons. C'est le fond : quelles propositions fait-on pour tirer le pays de l'impasse dans laquelle il est ? Je crains que le programme de François Hollande dans ce domaine ne soit assez court, car proposer comme horizon et comme espérance pour toute la gauche 60 000 postes dans l'Éducation nationale et des contrats génération, c'est vraiment le tarif superminimum de la gauche".

Ensuite il y a le reproche de légitimité. Toute victoire autre que dynamique, et donc dans l’esprit mélenchonien autre que populaire, étant un échec. Car la victoire qu’il espère voir du coté de la gauche devra sonner comme un retour à la priorité du politique. Et pour cela il faut de l’élan et pas seulement une insipide utilisation des carences et erreurs de l’autre camp. C’est pour cela que « la méluche » a pu dire que pour la présidentielle :

« il est plus important que tout, même au-delà des questions de droite et de gauche" de créer un élan dans notre pays, un courant assez puissant, assez citoyen, assez ancré pour pouvoir régler les problèmes. Donc il faut un immense élan. Ce n’est pas une affaire politicienne d'arrangements entre celui-ci, celle-là. C'est comment on trace un cap et après, est-ce qu'on a le courage d'affronter ce qu'il faut affronter"

 Traduction : toutes les forces seront à mobiliser pour que l’élan soit maximal. Toutes les forces, donc également la sienne. Un PS trop proche du centre aurait, probablement, tendance à l’ignorer.

Enfin troisième reproche : le défaut en prévoyance ou en excès de confiance de la part du PS. Et Jean-Luc Mélenchon de prévenir :

"Ceux qui pensent qu'il suffit de dire du mal du président Sarkozy pour se faire élire se trompent lourdement"

Bref derrière le cas Mélenchon ce qui se profile pour le PS c’est bel et bien un retour le plus rapide qui soit à des réalités plus tacticiennes après les espoirs que la primaire a soulevés en son sein. Car si le piège de la division interne a été évité pour le moment, le spectre de l’opposition venant de l’extrême gauche n’a pas, lui disparu.

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/10/11/01002-20111011ARTFIG00808-jean-luc-melenchon-provoque-le-parti-socialiste-en-correze.php

http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Jean-Luc-Melenchon-veut-profiter-de-l-effet-Montebourg-405143/?from=features

http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/10/16/les-socialistes-designent-leur-ancien-premier-secretaire-plutot-que-la-nouvelle/

Grégory VUIBOUT


Moyenne des avis sur cet article :  3.43/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 17 octobre 2011 11:45

    La seule ligne de rupture pour donner espoir au peuple et à tous ceux qui
    souffrent du capitalisme, c’est le NON de gauche à la constitution européenne. Il
    est complètement incohérent que ceux à gauche qui ont voté « non » passent des
    accords avec ceux qui ont pris position pour le « oui » : ce sont deux choix de
    société complètement différents. Ce ne peut être que des accords de
    circonstances ! Mais apparemment le choix des appareils politiques sera une
    nouvelle foi de privilégier les alliances stratégiques…..et économiques
    nécessaire à la survie de certains. Lire :
    http://2ccr.unblog.fr/2011/09/21/sondages-sondages/


    • victor latent 18 octobre 2011 10:36

      Les leaders de gauche ont appellé a voter OUI et NON à la constitution européenne.

      M. Mélenchon exprime trés bien la position claire et courageuse de la gauche sur l’UE. On peut lire sur son blog :

      « Une stratégie alternative : sortir du traité de Lisbonne en restant dans l’Union européenne. »

      Il a osé.


    • Ewen Marechal 17 octobre 2011 12:16

      le « NON » majoritaire au projet de constitution européenne n’était pas exclusivement de gauche ou de droite mais partagé à peu près équitablement entre la gauche et la droite.


      la seule issue possible, c’est d’oublier temporairement nos positions gauche-droite et de se rassembler pour quitter l’UE, l’euro, retrouver notre indépendance politique, notre souveraineté économique, et rétablir la démocratie.

      C’est la première étape indispensable à tout changement majeur de société. Un seul parti politique le propose, l’UPR de François ASSELINEAU.


      • Robert GIL ROBERT GIL 17 octobre 2011 15:15

        si tu fait parti de la classe salariale, celle qui est attaqués tout les jours, tu ne peut que voter pour un des parti appelé extreme gauche !!!! Penser que l’on est tout pareils, ni droite ni gauche, ni exploité ni oppresseur c’est une pensée de gentil bisounours !


      • Ewen Marechal 17 octobre 2011 17:27

        Bonjour, 


        Nous sommes assurément tous différents, le clivage gauche/droite existe bel et bien. De même que le combat des classesPersonnellement, je me situe plutôt à l’extrême gauche en terme de vision de la société.

        Cependant, j’ai fini par comprendre que ce n’était plus le moment de se déchirer sur des questions comme la fiscalité, le nucléaire, la santé, l’immigration, l’éducation etc.

        Non que ces questions soient annexes. Au contraire, ce sont ces sujets qui donne forme à une société. Mais.

        Ces questions ne relèvent PLUS de notre volonté car le pouvoir politique et économique à été enlevé aux français, et donné aux instances européennes et à la BCE.

        La démocratie, c’est le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple. L’idée d’une construction européenne ou le pouvoir se situe au dessus du peuple français est donc par définition non démocratique.

        Donc, la seule possibilité pour que le positionnement sur les questions droite gauche soit pertinent, à savoir que le peuple français ai les moyens politique pour prendre une décision, et les moyens économique de l’appliquer, est de quitter l’UE et l’euro, par l’article 50 du TUE.

        C’est possible électoralement : 55% de NON au projet de constitution en 2005, surement bien plus aujourd’hui. Cependant, ce NON était partagé entre la gauche et la droite. Par conséquent, une alliance des français de gauche et de droite est nécessaire.

        Ce n’est pas facile, ce n’est pas forcément agréable, mais ça marche si l’on s’en donne les moyens. L’UPR est une alliance de français se rassemblant autour de cette analyse de la situation et de cet objectif commun de sortie de l’UE et de l’OTAN. Ses membre proviennent de tous les partis, et il est fréquent de voir sur le terrain des sympathisants du FN et du PdG distribuant des tracts ensemble. C’est étrange, mais j’ai pu constater que ça fonctionne.

      • Thucydide Thucydide 17 octobre 2011 18:36

        Ah ! Le revoilà, le troll Asselineau.
        Matine Le Pen et Dupont-Aignan aussi, le pr^che, le retrait de l’UE et(pléonasme) l’abandon de l’Euro.

        Mélenchon lui reste et fait peser tout le poids de notre pays dans la balance car le seul ennemi qui vaille, c’est la main-mise financière sur les états, donc sur la vie des populations.
        Afin de restaurer un vraie puissance à l’échelle géo-stratégique planétaire actuelle, capable de mieux organiser et défendre ceux qui y vivent.

        Penser global pour agir local est une devise qui s’applique à la perfection dans ce cas.
        Mais elle doit donner le vertige au pignouf de l’UPR dont à propos de quoi-t-est-ce n’importe qui devine qu’il ne sera jamais candidat à rien, sauf à la rigueur à quelques miettes de la cuisine Elyséenne.


      • Croa Croa 17 octobre 2011 23:39

        Ewen : mouton noir qui ne connait que ASSELINEAU. smiley

        L’oligarchie ploutocrate a choisi
        le pré-élu de gauche dont les médias vont parler désormais tous les jours. La place occupée par les primaire PS à la télé trahit ce choix dû, probablement à la mauvaise côte du Président en fonction, largué donc. Les sujets français ordinaire, en bons moutons blancs, ne connaîtront que lui et choisiront donc celui qui leur est désigné !

        L’oligarchie ne veut pas des Mélanchon, Le Pen, Bayroux et autres prétendants secondaires, lesquels n’auront droit qu’à une image fugace de perdants d’avance. Quant à Asselineau et aux autres, ils auront droit au silence radio attribué aux totalement évités smiley

        Il n’y a pas d’issue possible
        mais l’institution gauche-droite permettra aux imbéciles de se croire citoyens grâce aux alternances qu’on leur vend à l’aide d’une propagande grossière, mais qui fonctionne !


      • BisonHeureux BisonHeureux 17 octobre 2011 13:58

        Eva Joly se rend à Fukushima demain soir pour se rendre compte du désastre !
        Vu la taille de notre parc nucléaire,nous pouvons considérer que nous avons eu beaucoup de chance pour le moment !
        Quel dommage que Mélenchon ne l’accompagne pas,cela lui aurait permis de se positionner clairement sur la sortie du nucléaire et non de se retrancher derrière un référendum qui va nous faire perdre du temps et de l’argent public !
        Hasta la libertad
        Salut et fraternité


        • Croa Croa 17 octobre 2011 23:53

          Un référendum assois la légitimité d’une décision de haute importance. Cette forte légitimité peut être un moyen d’imposer un délais réduit pour l’exécution. Il existe des dépenses bien plus critiquables (crimes extérieurs abusivement dénommés guerres, ce qu’elles seraient si nos armes avaient des équivalents en face, etc..)


        • bernard29 bernard29 17 octobre 2011 14:05

          Mélenchon veut un débat public avec Hollande.
          « Je lui renouvelle mon offre de débat public, car je crois que ce qui vient de se passer montre l’intérêt qu’ont les Français pour les discussions sur le fond », a-t-il déclaré sur France Info.

          Mélenchon est un gros naïf . Il ne se rend pas compte que son débat est déjà clos avant d’être commencé. Il lui resterait éventuellement à écrire à Hollande. Mais le problème, c’est qu’il recevra une copie de la réponse à Montebourg. 

          Dans tous les sens, le coup est parti. Le vote utile va fonctionner dès le premier tour, d’autant que le danger Marine Le Pen n’a pas disparu.

          Si le front de gauche veut s’en sortir, il lui reste à s’élargir aux extrêmes gauches ( NPA, LO et autres « Chivari »....)


          • Croa Croa 18 octobre 2011 00:01

            Mets des guillemets à « vote utile », s’il te plaît !

            Tous les votes sont inutiles mais le « vote utile » est plus inutile encore ! smiley Les guillemets s’imposent donc vraiment !

            Si ton front de gauche veut gagner, il n’a que la rue pour ça (pareil pour tout ce qui est extérieur à l’institution gauche-droite centrale.)


          • bernard29 bernard29 18 octobre 2011 10:21

            est-ce que vous pouvez mettre des majuscules à Front de Gauche ou alors des guillemets à « front de gauche », lorsqu’il est précédé d’un possessif . C’est pour une meilleure compréhension de votre texte . Merci.


          • Scual 17 octobre 2011 14:20

            Mélenchon peut effectivement se réjouir. Maintenant que Montebourg a choisi la droite et prouvé sa collusion, TOUT ses électeurs qui l’ont choisi pour autre chose que se beaux yeux se tourneront vers le Front de Gauche.

            Ceux qui caressaient l’espoir que le PS avait encore quelque représentant vraiment de gauche peuvent maintenant en être sûrs. Peu importe ses beaux discours, ça ne dérange pas Montebourg de soutenir une candidature opposée totalement à se qu’il est sensé défendre. Ça en dit plus long que tout ce qu’il a pu répéter. J’espère pour lui qu’il ne compte pas capitaliser sur cette primaire sur le long terme parce qu’il ne trompera pas deux fois de suite son électorat... ils ne sont pas déçus, ils lui en veulent carrément...

            Quand au 10% de Mélenchon, c’est pas comme s’il n’était pas déjà absolument certain de les atteindre. La seule question étant s’il sera loin ou pas du troisième. Enfin évidement, si d’ici l’élection l’Europe éclate et que l’Euro s’effondre, suivi d’un mouvement mondial d’indignés faisant vaciller les gouvernements du monde entiers, il peut même atteindre la troisième place ou le deuxième tour. Mais il ne peut pas passer en dessous de 10% à moins qu’on ne découvre quelque casserole. 

            En tout cas son chiffre en dessous de 10 % dans les sondages est aussi réaliste que celui de Montebourg, largement en dessous de 10 % seulement 4 jours avant ses « surprenants » 17%. A ce niveau ce n’est plus de la manipulation, c’est du mensonge


              • Robert GIL ROBERT GIL 17 octobre 2011 15:11

                le probleme c’est que la conception de l’elargissement du Front de Gauche aux autres c’’est integration sans conditions....


                • DSKprésident 17 octobre 2011 15:19

                  Ce matin sur France Info, j’ai cru entendre Mélenchon dire qu’il fallait sortir de l’Europe...

                  C’est la première fois que je l’entend ainsi (alors qu’en début d’année, il était pro-européen).

                  La gauche ne serait plus ultra-libéraliste, ou alors Mélenchon a vu le potentiel de Montebourg avec sa « démondialisation » ?

                  Pensez-vous que Mélenchon, 32 ans de PS, Franc-Maçon (donc internationaliste et immigrationiste) soit crédible, ou alors, il fait comme A Montebourg pour rabattre les anti-européens du PS sur Hollande ?


                  • Scual 17 octobre 2011 15:43

                    Mélenchon est contre l’Europe ultra libérale de la concurrence libre et non faussée. Mais il est pro européen.

                    C’est normal par exemple, c’est pas parce qu’on est conte Sarkozy qu’on est contre la France. C’est une question politique.

                    Je pense qu’une large majorité de ceux qu’on traite d’anti-européens sont dans le même cas que lui.


                  • Croa Croa 18 octobre 2011 00:08

                    Il y a dans le Front de gauche des gens qui font des erreurs, acceptent de le reconnaître et d’évoluer. C’est un bon point pour eux.


                  • sarah13 18 octobre 2011 16:27

                    Pour DSK président (drôle de pseudo)

                    Tu as dû mal entendre, il n’a jamais dit qu’il voulait sortir de l’Europe, il a simplement dit que la France était un assez grand pays, qui avait suffisamment de poids, pour infléchir la politique européenne, et modifier le traité de Lisbonne, voire en sortir. Sortir du traité de Lisbonne ne signifie en aucun cas sortir de l’Europe, mais simplement créer un autre traité qui ne soit pas seulement économique, mais également sociale et politique.

                    Sur la sortie de l’Europe, il a juste dit que la situation était en ce moment dramatique, et qu’on ne pouvait pas nier qu’il y ait un véritable danger pour la zone euro, qui pourrait provoquer une dislocation de l’Europe. Pour rajouter ensuite qu’il ne le souhaitait pas.

                     

                     


                  • victor latent 19 octobre 2011 13:08

                    M. Mélenchon veut sortir du traité de Lisbonne en restant dans l’Union européenne.

                    Pour information, l’Union européenne est définie par les traités de Lisbonne (TUE et TFUE).

                    Autrement dit, M. Mélenchon veut sortir de l’Union européenne en restant dans l’Union européenne, il ne sait pas ce qu’il veut.


                  • chantecler chantecler 17 octobre 2011 15:19

                    Désolé , mais JLM et le FdG représentent un peu plus que feu le PC .

                    Faire croire qu’une majorité de l’électorat pourrait voter pour le PdG actuellement , c’est se foutre du monde ....

                    Maintenant le développement de la crise travaille en sa faveur .Et le FdG peut peser .

                    Mais ce pays est majoritairement de centre droit . Embourgeoisé . Et les classes moyennes si elles se sentent menacées , n’ont pas encore choisi vers qui se tourner ....

                    Elles ne sont cependant plus sarkosistes .

                    Il y a certes une paupérisation une misère grandissantes mais il y a aussi beaucoup de gens bénéficiaires de ce système et pas seulement les ultrariches : il suffit de se balader et d’ouvrir l’oeil pour s’en persuader .

                    Le prolétariat se départage entre le FdG , le FN et l’abstention .

                    Autre chose : le clivage TCE est à analyser avec beaucoup de prudence , tant le débat était complexe , la propagande grande , et la marge d’épaisseur de beaucoup qui ont voté oui ou non faible...

                    Ce n’était pas seulement oui ou non à l’Europe , mais comment améliorer cette Europe technocratique , en « améliorant » politiquement les institutions .

                    Je ne dis pas que c’était la vérité mais la réalité du débat perçu .

                    Relire Agx de cette époque ....


                    • Fergus Fergus 17 octobre 2011 15:50

                      Bonjour, Chantecler.

                      Bien qu’électeur de Mélenchon, je ne me fais strictement aucune illusion sur le résultat de la présidentielle tant est faible l’électorat de la « véritable gauche » et tant est grand le désir de revanche, la soif d’une victoire sur la droite UMP en 2012. Un double constat qui aboutira, et j’en suis désolé, à maintenir Mélenchon à un faible niveau et à susciter un vote utile en faveur de Hollande dès le 1er tour. Ne pas reconnaître cela, c’est se voiler la face. 


                    • Fergus Fergus 17 octobre 2011 15:52

                      Erratum : je ne me fais, moi aussi, strictement aucune illusion


                    • goc goc 17 octobre 2011 19:37

                      bonjour fergus

                      je n’y crois pas au « vote utile » surtout que le nain et ses sbires des médias vont s’ingénier à sur-évaluer le vote PS dans les sondages, histoire de rassurer la gauche, ou plutôt de l’endormir, et ainsi faire croire que voter pour Joly ou Melanchon ne comporte aucun risque, alors que tout va se jouer a moins de 5% entre le premier et le troisième (nabot - hollande- lepen)


                    • kéké02360 17 octobre 2011 20:55

                      @ fergus

                      je t’ai demandé au dessus en cas de duel FN / UMP au 2ème tour 2012 quelle serait ta consigne de vote mais j’ai l’impression que t’as pas vu la question , sinon t’aurais déjà répondu bien sûr !!! smiley


                    • goc goc 17 octobre 2011 15:37

                      il est clair que le choix de Hollande est une catastrophe non seulement pour la gauche, mais aussi pour tout le pays, car de tout cela, il n’apparait qu’une seule évidence, c’est la victoire programmée du nain

                      en effet, a gauche on va avoir 3 candidats de poids : Hollande, Joly et Melanchon. Or la crise s’aggravant (critère qui n’est pris en compte par personne), le fameux électorat centriste voir centre droit, va vite tourner vers l’extrémisme, c’est à dire lepen ou Melanchon, et donc manquera à Hollande qui du coup, va se retrouver en 3eme position. Et comme nabot1er a un matelas de votants qui ne descendra jamais sous les 20% (entre ceux qui votent toujours pour le sortant, et ceux qui croient être du bon coté), sans oublier le vote « Joly » de tous ceux qui vont avoir de plus en plus peur de la tournure du monde, et surtout de leur dépendance au pétrole contrôlé à 100% par des ricains semant la guerre partout avec l’appui de leurs valets.

                      bref je prends les paris que plus on approchera de l’élection, plus les partis extrémistes prendront du poids, et la première victime en sera Hollande


                      • Croa Croa 18 octobre 2011 09:50

                        Mais non !   smiley

                        L’oligarchie ploutocrate a déjà choisi de larguer plus ou moins Sarkozy et de soutenir Hollande. Ce qui signifie que Monsieur Hollande aura le soutien des médias dominant et qu’on ne parlera pratiquement que de lui dès maintenant. Donc tous les moutons blancs voteront Hollande lequel sera sauf accident notre prochain Président de la « République ».


                      • Ptetmai 17 octobre 2011 17:21

                        S’il a vraiment le sens de l’intérêt général et en particulier celui des défavorisés de plus en plus nombreux dont il prétend se soucier, Mélanchon devrai se retirer pour qu’Hollande, quoiqu’il ait de fondé ou de non fondé à lui reprocher, pour que le candidat dit de gauche fasse dès le premier tour un score impressionnant, loin du danger Le pen, sinon définitif.

                        Si Mélenchon a jugé non nuisible à son image de marchander, sinon magouiller, pour les sénatoriales, c’est encore plus nécessaire, voire vital, pour la présidentielle ; même en obtenant en contre partie de son retrait un ministère d’état social pour sa co-présidente ( qui plus est sensible à l’environnement) puisqu’il a affirmé ne pas vouloir être ministre d’un gouvernement dirigé par le PS.

                        Beau désintéressement en soi .... à confirmer à l’usage.


                        • kéké02360 17 octobre 2011 21:08

                          Faut pas rêver Méluche le franc maçon à l’égo démesuré va se maintenir dans la course et couler hollande au 1 er tour !!!! C’est logique smiley

                          En fait vue la conjoncture l’enjeu c’est l’euro et l’europe , pour ou contre, en sortir ou y rester !!!!

                          Qu’on aime ou qu’on aime pas le FN est incontournable pour nous en sortir et plomber définitivement la racaille et son nabot !!!!

                          Tout le reste c’est du blabla pour anesthésier les veaux smiley


                        • arobase 17 octobre 2011 17:27

                          je plusse abondamment tous les posts de ce fil. tous ont un contenu remarquable de vérité, des analyses émérites et circonstanciées.


                          bravo.

                          •  C BARRATIER C BARRATIER 17 octobre 2011 17:29

                            Des primaires de gauche avec MELENCHON et JOLY auraient été bien intéressantes, pour voir comment ça fonctionne à gauche, car, à droite on sait et on a vu.

                            MELENCHON ne sera donc pas le candidat de gauche (j’emploie cette expression vague, je pourrais dire de droite, on est toujours à la droite de quelque chose). Le vote utile sera tout à fait nécessaire pour éviter deux de droite au second tour (là je ne sais pas si l’un ou l’autre a encore une droite..on est au bout). Il est dommage que l’impact des idées partagées exprimées par Mélenchon (et Joly) n’aient pas pu être évaluées afin de composer ensuite un gouvernement tenant compte des partenaires à hauteur de leur poids. Melenchon et Joly auront leur score faussé par le vote utile.

                            Mais est ce bien le plus important ? Tout va pouvoir être à nouveau mesuré avec l’élection de l’assemblée nationale, et c’est le résultat le plus important à surveiller.

                             Les Français auront je pense le gouvernement correspondant à la sensibilité du moment d’un peu plus de 50 % de nos concitoyens. Il va falloir un rassembleur qui ne se croit pas la science infuse, un rassembleur qui écoute, et qui pourra donner le ton des législatives suivantes.

                            Je pense que l’élection du président et de l’assemblée gagneraient à se focaliser sur l’enjeu républicain, avec l’aide des indignés. Car au dessus des questions de retraites, d’Europe, de mondialisation, il y a bien pour nous Français cette question fondamentale.

                            Voir mon raisonnement dans « Résistants d’hier et d’aujourd’hui » ici

                            http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=194

                            Je ne suis pas sûr que plus de 50 % des Français soient attachés à notre constitution et à notre république. Il faudrait sur ce thème une campagne « fortifiante »


                            • Rensk Rensk 18 octobre 2011 03:42

                              Quelque chose me gêne dans votre approche... ce sont les chiffres et les textes pour les expliquer...

                              Les citoyens ce sont tous les habitants d’un pays ayant sa nationalité... en France bien de vos citoyens ont perdu leurs droit de vote et d’autre ne l’ont pas encore donc... ce ne sont déjà plus 100% que vous partager allégement...

                              La participation était de 6% des autorisés a voter en 2012 pour la présidentiel, je crois. Pour les primaires dont 53% ont voté pour Hollande... en chiffre absolut c’est vraiment pratiquement plus rien...
                              100/100*6 =6 / 53% de 6 = (au pif, et excusez de couper des gens en deux) 3,18 personnes
                              Or donc 3.18 personne ayant droit de... sur 100... ont voté pour Hollande.

                              Chez-nous ont appel cela une minorité


                            • arobase 17 octobre 2011 18:13

                              je plusse aussi ! ça c’est envoyé ! heureusement .


                              • arobase 17 octobre 2011 21:44

                                on me moinsse ? j’ai pas le droit de plussser Barratier ?


                              • kéké02360 17 octobre 2011 21:18

                                La Parisot a écrit un bouquin pour s’attaquer au FN , c’est dire qu’ils ont bien compris que çà aller sentir le roussi en 2012 !!!!!!! smiley


                                • arobase 17 octobre 2011 21:41


                                  je plusse ça aussi ! remarquable.

                                  parisot est morte de peur. elle vient de consulter un astrologue à tout hasard pour savoir s’il valait mieux pour elle un chauffage à gaz afin d’éviter la surchauffe d’un poil à mazout. c’est seulement dans ce cas que ça sent le roussis.

                                  • Rensk Rensk 18 octobre 2011 03:57

                                     - elle vient de consulter un astrologue...

                                    C’est sa copine qui a fait le livre selon ce que j’ai lu... elle la paye comme consultante à mi-temps, son salaire est de 25’000€ par mois...

                                    C’est a se poser la question : pourquoi Mme la riche sous tutelle et pas elle ???


                                  • sarah13 18 octobre 2011 16:13

                                    Je ne comprends pas, pourquoi s’acharner à qualifier Le Front de Gauche de parti d’extrème gauche !

                                    Un parti d’extrème gauche comme le NPA et LO, deux organisations trotskystes, refusent l’idée de gouvernement, ils sont essentiellement dans une logique révolutionnaire pure et dure, et ne cherche en aucun cas à être élu.

                                    Le Front de Gauche est essentiellement composé d’anciens socialistes et de communistes, et ils sont au contraire dans une logique gouvernementale, ils veulent réellement peser sur les décisions à venir, et sur les réformes à envisager.

                                    Le FDG n’est pas un parti d’extrème gauche, mais juste un parti de gauche, n’en déplaisent à certains qui préfèrent contuinuer à croire que la seule gauche responsable et réaliste c’est le PS.


                                    • Pingouin094 Kazan 19 octobre 2011 21:57

                                      Je suis en désaccord avec l’analyse de cet article.


                                      Tout d’abord, les 17% de Montebourg sont dans les « basses eaux » de ce qu’est la gauche du PS. Au congrès de Reims, les motions défendant des positions similaires faisaient 20% des adhérants. Et là, on est à 17.5% des sympathisants du PS, y compris une poignée de sympathisants du Front de Gauche, du NPA et autres. Pas de quoi pavoiser, comme je le dis sur mon blog.

                                      Ensuite, je ne vois pas en quoi on parle de « réalité tacticienne ». La position du Front de Gauche est d’ordre politique : il y’a un débat à trancher à gauche, entre les tenants de l’aménagement du capitalisme (le PS) et les tenant d’une rupture avec celui-ci (le Front de Gauche). Ce débat doit être tranché devant le peuple souverain dans son ensemble : c’est à ça que sert le 1er tour des élections à deux tours.
                                      Pour celà, Mélenchon propose un débat public avec le candidat du PS (et je ne pense pas qu’il s’opposerait à ce que la candidate des verts où ceux du NPA et de LO soient de la partie).

                                      Par ailleurs, le « vote utile » est une abhération. Persuader encore une fois les électeurs qu’il faut voter « utile » pour le « moins pire » et non pas pour un candidat de son choix est la meilleure façon pour que Marine LePen soit encore un danger en 2017.
                                      Pour faire reculer le FN, il faut d’abord offrir une réponse à ceux qui critiquent l’ « UMPS » et pensent que la droite et la gauche, c’est pareil. Cette réponse, c’est une politique de rupture avec le système actuel. Une réponse que Hollande n’est pas prête à faire. Hollande ne reviendra pas sur la retraite à 62 ans, il est pour la règle d’or, etc...
                                      Pour donner une réponse aux électeurs tentés par le vote FN et qui ne sont pas tous des fachos et des racistes, il faut un vrai projet de société de gauche, de transformation sociale.

                                      Une campagne forte du Front de Gauche au 1er tour des élections est la meilleure manière de répondre et de faire baisser le FN.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès