Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Jeux de circonscriptions

Jeux de circonscriptions

S’il est une technique courante depuis que le vote existe en France, c’est bien celle du « parachutage »

Remise au goût du jour au travers des prochaines échéances législatives de 2007, elle consiste pour les états-majors des partis politiques à regarder de près les circonscriptions « acquises », « gagnables » et « perdues d’avance ».

Le résultat de cette observation donnera la liste des circonscriptions où, au choix, il fera bon se faire élire ou prendre patience dans l’opposition.

L’étude permettra également de « caser » des candidats de formations politiques qui pourraient apporter leur soutien (les Verts excellent régulièrement à ce jeu et réclament de plus en plus de circonscriptions gagnables pour prix de leur ralliement).

Pour faire simple, on demande aux militants puis aux électeurs de voter pour quelqu’un qu’ils n’ont jamais vu dans leur ville.

Il semblerait pourtant que cette fois-ci, les militants se rebiffent. C’est Malek Boutih qui est au cœur de la polémique. Appliquant les statuts du Parti socialiste, les militants charentais avaient choisi une candidate locale jusqu’au moment où Ségolène ROYAL aurait fait pression pour imposer Malek *.

Le cas de la 21e circonscription de PARIS est également un cas type de désignation de candidat en « zone parachutable ».

George Pau-Langevin et Sophia Chikirou. La première, 57 ans, est d’origine antillaise, jospiniste et travaille auprès du maire de Paris, Bertrand Delanoë. La seconde, 27 ans, est d’origine kabyle, fabiusienne et assistante parlementaire du député sortant Michel Charzat.

Résultat, on a pu entendre les propos suivants :

"On a envie de pleurer sur Harlem Désir. Il a toujours été chouchouté, il n’a jamais été au combat électoral [...]"génération qui porte encore un discours communautariste".
Malek Bouthi

«  Mon histoire et mon engagement depuis plus de vingt ans démontrent une démarche exactement inverse, fondée sur les principes universalistes et républicains. » J’imagine que Malek Boutih ne considère pas que sa candidature en Charente est a priori légitime, tandis que celle d’une militante antillaise à Paris serait par nature communautariste."
Harlem DESIR

Il est bon de rappeler que nous n’avons le droit, en tant que citoyens, à cette agitation que lors des rendez-vous électoraux. Si gauche et droite s’opposent sur leurs visions de notre avenir, elles se rejoignent sans aucun problème pour l’attribution des circonscriptions les moins difficiles.

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que cette excitation n’a pas lieu pour les circonscriptions « perdues par avance ».

Que l’on doive renouveler une partie des élus de la nation pour que de nouvelles statures et projets émergent est une réalité que personne ne nie ! Mais considérer qu’un « bastion » doit servir à imposer quelqu’un qui ne connaît pas la région, ses habitants et ses problèmes, revient à prendre les électeurs pour des imbéciles.

A l’époque où la majorité des dirigeants politiques prônent la décentralisation et le retour à des responsables proches de leurs administrés, est-il encore normal de substituer l’élu ou le militant de terrain à une personnalité politique ou médiatique ?

Les citoyens commencent à se lasser de la façon dont on leur choisit un ou une représentante, et bien que les candidats correspondent à leurs idées, il est probable qu’ils finissent par élire des candidats d’opposition du cru.

Est-ce bien rendre service à la politique que de continuer à considérer les circonscriptions comme des points de chute commodes ?

Combien de temps, encore, les suppléants continueront-ils à exercer les fonctions des élus qui n’ont ni le temps ni l’envie d’arpenter leur territoire, et préfèrent les douceurs de la capitale à une banlieue ou une région économiquement déshéritée ?

Malek Boutih, comme les autres futurs parachutés, ne ferait-il pas mieux de prendre le temps de s’installer et de découvrir les habitants d’une région, plutôt que d’être imposé par le fait du prince ?

* Malek Boutih a été président de SOS Racisme de 1999 à 2003 avant de devenir le secrétaire national aux questions de société du Parti socialiste. Proche de Julien Dray, Malek Boutih soutient aujourd’hui la candidature de Ségolène Royal à l’investiture PS pour l’élection présidentielle de 2007.

Documents joints à cet article

 Jeux de circonscriptions

Moyenne des avis sur cet article :  3.97/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Nico (---.---.0.8) 19 juillet 2006 12:44

    Malek Boutih a été choisi par le bureau national du PS et non pas par Ségolène Royal, ou elle n’a que peu d’influence comme dans tout l’appareil du parti, malgré nombre de ralliements,

    déduction de l’auteur de l’article (par rapport aux leins entre Boutih et Royal), mais nullement fondée, c’est franchement pas du travail journalistique

    ça faisait plusieurs mois que le PS cherchait à « mettre » Malek Boutih quelquepart (cf nombre d’articles de presse),,au nom de la divesité mais pas seulement, ma déduction personnelle est que c’est Malek Boutih qui a de lui-même postuler pour cette circonscription, là peut être par des choix personnels


    • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 19 juillet 2006 13:11

      Le choix des circonscriptions au PS est curieux. Alors que l’objectif du PS dans le projet est de mettre en avant la parité, la diversité, de s’opposer au cumul du mandat, le résultat des désignations est curieux...

      1/ Plusieurs candidats sont également présidents de Région (Michel Vauzelle, Jean-Jacques Queyranne...) ou d’exécutif locaux (Vallini, président du conseil général de l’Isère). Ca craint quand on promet le non-cumul des mandats...

      2/ Les candidats issus des minorités sont assez rares. Mais concernant le cas de Malek Boutih, je suis un peu perplexe. Il a été parachuté à cause de son soutien à Ségolène Royal ??? Je crois que tous les candidats à la présidentielles ont cherché à parachuter leur pion. D’ailleurs à noter que Ségolène est la seule candidate à l’investiture à ne pas s’être proposé pour les législatives (DSK, Lang et Fabius ont tous les trois des circonscriptions). Maintenant, a-t-il été parachuté en Charente car proche de Ségolène, ou parce que sur cette terre de tradition socialiste, il sera plus facile de dégager une majorité pour un candidat issu des minorités ???

      3/ Concernant la place des femmes, c’est limite une arnaque. En Isère, aucun des grosses pointures n’a voulu laisser sa circonscription de députés, bien qu’ils disposent (on rejoint le point 1) de mandats locaux bien rémunérés. Les trois circonscription réservées aux femmes... sont trois circonscriptions quasiment imprenables, qui sont à droite depuis 20 ans ! De plus, certaines de ses dames pourraient devoir laisser leur place à des candidats d’alliés de gauche...


      • Marsupilami (---.---.253.227) 19 juillet 2006 20:00

        Ce que fait le PS est tout simplement honteux. Femmes et « minorités visibles » sont purement et simplement manipulés par les « éléphants ». Normal, le PS n’est pratiquement plus qu’un parti de notables électoralistes. A tel point qu’ils n’ont même pas osé viré Frêche (qui devrait être au FN) à Montpellier tellement il tient bien sa fédé.


      • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 20 juillet 2006 11:12

        Toutefois, Frêche n’est pas candidat aux législatives. C’est déjà ça...


      • Marsupilami (---.---.225.239) 20 juillet 2006 11:44

        @ Ludovic

        A propos d Frêche, comme disait la Anna de Noailles, « Des malheurs évités le bonheur se compose »...


      • cagouillard (---.---.69.229) 19 juillet 2006 19:43

        Aime til le Pineau ? Le Cognac ? Pourra t il trinquer allègrement avec nous ? Saura t il faire la différence entre gens de Saintonge, d’Aunis ? d’Angoumois ?


        • jako (---.---.100.219) 19 juillet 2006 21:16

          ce que je retiens en temps que citoyen votant, le parachutage m’a toujours « choqué » c’est une insulte pour les partisants, surtout pour des fonctions locales, mais on a déja vu cel avec le potiron de Blois devenu Gill dans le Nord..... c’est une honte et cela doit être sanctionné par le vote, c’est notre seule pauvre arme


          • Le sondagophobe (---.---.126.57) 20 juillet 2006 11:15

            Tout à fait d’accord avec l’article.

            Mais je pense que c’est dû au mode d’élection : un député par circonscription.

            Une élection avec une circonscription plus grande (le département, par exemple) et une dose de proportionnelle devrait éviter au moins en partie ce travers.


            • charentais (---.---.29.174) 4 août 2006 00:05

              Beaucoup n’ont pas compris grand chose au film. Le problème, c’est que Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-charentes manque singulièrement de relais politique dans le département de la Charente - ce qui est ennuyeux parce que ce département est aussi le plus stable à gauche de la région Poitou-Charentes.

              Cela dit, Ségolène s’est pris les pieds dans le tapis charentais. Elle vient de se mettre à dos les militants qui lui étaient sans doute les moins hostiles dans le département. Comme quoi la candidate aux présidentielles n’est pas toujours d’une habileté exceptionnelle.

              Les militants socialistes charentais craignent que l’électorat socialiste local soit beaucoup plus conservateur que séduit par le représentant des manifestations anti-racistes parisiennes. Certains ont même quelques angoisses sur le traumatisme que laisserait un échec électoral de Malek Boutih...


              • Militant (---.---.89.35) 4 août 2006 16:54

                Militant charentais du PS, je confirme que Malek Boutih a essentiellement été imposé par Ségolène Royal dans la circonsription en question. En dehors de toute polémique, c’est un calcul idiot : Malek n’a en aucun cas les moyens de gagner cette circonsription. Il fera courrir une défaite au PS local c’est certain.


                • JC BENARD (---.---.92.11) 4 août 2006 17:11

                  Militant,

                  Pouvez vous confirmer vos propos ou êtes vous obligé de rester anonyme. Je suis prêt à recueillir un einterview si vous le souhaitez

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès