Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > John McCain : les raisons d’un échec retentissant

John McCain : les raisons d’un échec retentissant

Les médias ont disserté et philosophé longuement, hier, sur la victoire historique d’un Noir à la course à la Maison-Blanche, Barack Hussein Obama, sans réellement dire un mot sur les insuffisances de son adversaire qui ont permis son avènement, et le krach de John McCain. Raisons multiples : les deux mandats catastrophiques de George W. Bush, l’économie, la division au sein du Parti républicain entre les tenants d’un libéralisme reaganien et les adeptes du néo-conservatisme, puis de l’impulsivité du « Maverick » (anti-conformiste, dissident, imprévisible) dont les erreurs de jugements et les coups de tête ont fait le reste.

Un culte de la personnalité maoïste et diabolisation

John McCain a reconnu, avec classe, la victoire de son adversaire, Barack Hussein Obama, et son échec, qui, a-t-il précisé, est de son seul ressort. L’homme a, sans doute, sous-estimé son adversaire, tout comme Hillary Clinton l’avait fait précédemment. Visiblement, les républicains n’avaient pas retenu la leçon. « Nous nous sommes battus, nous nous sommes battus aussi dur que possible. Et bien que nous ayons échoué, cet échec c’est le mien, pas le vôtre », a-t-il déclaré.
Il n’a, dans un premier temps, que parlé de ses exploits. Ancien prisonnier de guerre au Vietnam, héros américain, etc. Pire, il promet d’être le seul capable de mettre aux arrêts, le spectre des Etats-Unis, l’ennemi public n° 1, Ben Laden. Première erreur que récupèrent les démocrates en l’accusant de haute trahison dans la mesure où, détenir un secret comme celui-là, le garder pour soi et ne pas le dire, est passible de la cour martiale, pour haute trahison…
 
Baser une campagne sur la diabolisation à outrance de son adversaire, après avoir suivi les primaires des démocrates, fut une bévue considérable. Barack Obama avait su déjouer tous les plans diaboliques de l’équipe d’Hillary Clinton, surfant, il est vrai, sur la baraka et, aussi, sur une sérénité à toute épreuve. Cela a probablement permis qu’on le juge différemment et, lui, il a insisté sur l’héritage de Bush dont McCain a été incapable de se défaire. Le mémorable « Je ne suis pas le président Bush » lors de leur dernier débat, en dit long sur les tergiversations de l’imprévisible.
 
Influence néfaste des apparatchiks pro-Bush

D’entendre certains républicains influents qui lui reprochent, aujourd’hui, de n’avoir pas fait assez, en insistant notamment sur les relations, que dis-je, la supposée proximité de Barack Obama, avec le révérend Jeremiah Wright, le professeur d’université William Ayers, considéré comme terroriste, par eux, c’est bien l’hôpital qui se moque de la charité.
 
John McCain a fait l’erreur monumentale, d’écouter en coulisses, des faucons comme Karl Rove, qui prédit la veille la victoire de Barack Obama, ou encore son pendant, Steve Schmidt, moteur de sa campagne, qui lui a suggéré, semble-t-il, le choix du boulet Sarah Palin, gouverneure de l’Alaska, qui s’est avéré désastreux pour le candidat républicain, qui signait ainsi, tout seul, comme un grand, son arrêt de mort présidentiel, après avoir rencontré sa colistière, une seule fois, pendant deux heures, disent ses proches.
 
John McCain n’a ainsi pas convaincu ceux qui voulaient aussi le changement au sein de son parti. Il ne s’est nullement inspiré de la défaite de l’ex-first lady, Hillary Clinton. Il ne s’est pas rendu compte que l’Amérique changeait. Il a cru naïvement, lui aussi, à cet effet Bradley, qui lui a probablement donné de faux espoirs, oubliant que son adversaire avait toujours mené dans les sondages et que, lui, ne l’avait fait qu’une semaine après l’arrivée de Sarah Palin qui, communication après communication, avait montré ses limites.
 
L’économie ou le talon d’Achille de John McCain

De savoir qu’avant le passage dans les urnes, 62 % des Américains, donc, dans leur majorité, votaient pour un homme capable de résorber la crise financière, chacun pouvait donner perdant, John McCain qui, clamait haut et fort que les questions économiques n’étaient pas son dada. Il argua même, avant le krach financier, que l’économie américaine était ancrée sur des bases solides. Pire, il interrompra sa campagne, dit-il, pour y trouver une solution. Echec et mat.
 
Hier encore, au sortir des urnes, le nombre de ses concitoyens qui se préoccupaient plus de l’économie que de Ben Laden, de la guerre en Irak ou de l’Afghanistan, était passé à 87 %, d’où l’ampleur de la défaite. En revanche, ce qui est plutôt surprenant, c’est même le score de John McCain. Avoir obtenu 48 % des suffrages est même miraculeux. D’aucuns parlent d’un vote racial. Or, peut-on réellement se tirer une balle dans les pieds simplement parce qu’on ne désire pas avoir un président noir ?
John McCain n’était pas lui-même, pas véritablement convaincu des solutions à apporter au marasme financier, comment pouvait-il donc convaincre les autres ? Le moral dans les chaussettes, ses nombreuses hésitations ou encore son passage pitoyable à des aveux complets d’impuissance lors de l’ultime débat avec son adversaire et ses propositions intenables de rachat notamment des crédits immobiliers subprimes non remboursables pour les ménages, n’ont fait que convaincre les indécis sur son incapacité à gouverner. John McCain a dû s’écrier : « Wall Street m’a tué ! »
 >>>Allain Jules

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Plum’ 6 novembre 2008 11:22

    J’ai su que Mc Cain avait perdu quand on a appris qui était réellement « Joe le Plombier ». S’appuyer sur un symbole aussi pourri était d’autant plus néfaste qu’il avait déjà effectué un choix malheureux avec Sarah Palin. Deux choix effectués à la va-vite, cela montre un homme trop imprévisible aux décisions hâtives mal étudiées. Les indécis et nombreux parmi ceux qui partagent ses orientations politiques s’en sont rendu compte...


    • Allain Jules Allain Jules 6 novembre 2008 14:31

      @Plum’,

      Tout a fait d’accord avec votre analyse sur les deux boulets que sont Palin smiley et le fameux Joe :->. Pour info, il serait entrain d’enregistrer un album de "Country music" pour l’inauguration de Barack Obama, ça pouvait être Mccain. Il lui reste donc, 74 jours.








    • LE CHAT LE CHAT 6 novembre 2008 12:34

      Mc Cain a été fair play et très classe dans la défaite et personne n’aurait fait mieux que lui au parti républicain , faire encore 48% alors que la cote de Bush est aux enfers , ça tient du miracle ! on peut lui souhaiter une bonne retraite dans une de ses nombreuses résidences ( il en connait même plus le nombre  smiley )


      • Allain Jules Allain Jules 6 novembre 2008 14:34

        @Le Chat,

        Ne pas saluer le discours de fin de John Mccain, c’est être simplement malhonnête. Il a été incroyablement classe. Pouvait-il faire autrement ? Je ne le pense pas. Néanmoins, c’est une très belle sortie.



      • Sylvestre 6 novembre 2008 14:11

        McCain a fait quelques grosses bourdes qui ont à mon avis leur part dans l’explication de sa défaite : Sarah Palin (no comment...), ne pas connaitre sa propre fortune, Joe le Plombier... Mais il faut quand même ajouter qu’il n’a pas été aidé avec les bourdes de Bush et un parti à l’unité douteuse. 

        J’admire quand même la façon dont il a reconnu sa défaite et le faible nombre d’attaques personnelles. Avoir voulut garder la campagne sur un choix politique et non un choix "people" est tout à son honneur. 


        • Allain Jules Allain Jules 6 novembre 2008 14:39

          @Sylvestre,

          En réalité, le pauvre Mccain n’a pas été lui-même dans cette campagne. Il lisait des discours dont il ne croyait pas le contenu. C’était visible. Il était contre nature.

          Beaucoup de personnes ont pu même croire qu’il était raciste, or, il a une fille de peau "noire", adoptée. Elle est d’origine srilankaise si je ne m’abuse. D’ailleurs, certains républicains dont Bush, qui n’est pas raciste non plus, lui reproché cette adoption. Bush par calcul politique puisque c’était son adversaire.



        • Trashon Trashon 6 novembre 2008 16:30

          Contrairement à ce que beaucoup pensent, McCain est quelqu’un de très intelligent.

          La preuve ; Il a tout fait pour ne pas gagner ces élections smiley


        • Brice 6 novembre 2008 15:22

          Encore une bonne analyse.

          Le pauvre McCain est bien victime de la busherie. Quant à Obama, je crains franchement qu’il ne se plante, avec toutes les conneries que les autres ont fait.

           


          • morice morice 6 novembre 2008 16:20

            Le neo-cons et leur manque de soutien évident est une des raisons, son âge un autre et sa bécasse de colistière le troisième fléau. L’économie l’a achevé : il avait imprudemment avoué ne rien y biter.

            "John McCain a fait l’erreur monumentale, d’écouter en coulisses, des faucons comme Karl Rove, qui prédit la veille la victoire de Barack Obama"

            il ne l’a pas pour autant SUIVI : et Rove a donné 6 heures avant tout le monde les résultats : 338 (le soir de l’élection) : il SAVAIT avant tout le monde : le tout est de savoir COMMENT maintenant : les neo-cons peuvent-ils accéder à des données informatiques sur les votes ? TRES CERTAINEMENT


            - La dame qui a fait tomber McCain est ici. L’Ohio qui verse et c’est perdu. En Californie le FRERE DE BUSH n’est plus gouverneur depuis 2006. Au nouveau Mexique, les hispaniques ont voté pour l’homme de couleur : avec ces 3 états c’est râpé pour McCain.

            10 heures avant les résulats, les DEUX CAMPS savent de quoi il ressort : la TAILLE des meetings est totalement différente !!!


            • morice morice 6 novembre 2008 16:21

              par LE CHAT 								 (IP:xxx.x28.247.148) le 6 novembre 2008 à 12H34 				 				
              				

              								
              				
              					Mc Cain a été fair play et très classe dans la défaite et personne n’aurait fait mieux que lui au parti républicain ,

              entièrement d’accord et bravo de le souligner.

            • Hieronymus Hieronymus 6 novembre 2008 17:22

              @ Morice
              vous voulez dire le FRERE de BUSH n’est plus gouverneur de FLORIDE depuis 2006 ?
              (vous avez ecrit de Californie)
              Oui effectivement il aurait suffi en 2004 que Kerry remporte la Floride ou l’Ohio (un des 2) pour etre elu a la place de Bush car c’etait tres tres serre !!!
              Cela n’a empeche nos journaleux a l’epoque de parler de victoire eclatante et de reelection triomphale de W a cette occasion, gloups !
              Comment peut on etre paye pour faire un boulot (l’info) et le faire aussi mal ? cela me revolte !


            • Hieronymus Hieronymus 6 novembre 2008 18:07

              @ l’auteur
              je crois qu’il faut arreter de couper les cheveux en quatre...
              la defaite de Mac Cain etait programmee depuis longtemps et ce n’est pas faute d’avoir ete un mauvais candidat, au contraire !
              seule une fraude massive (comme en 2004 avec les machines a voter) aurait pu empecher la victoire d’Obama !
              tous vos arguments, ceci, cela, en gros c’est vrai mais ce n’est pas du tout la raison pour laquelle il n’a pas ete elu ..

              La seule et vraie raison pour laquelle Mac Cain ne pouvait pas gagner (sauf fraude massive, redite) est qu’il representait le parti republicain cad l’equipe sortante et donc qu’il venait apres 8 annees de presidence W Bush qui restera comme la pire presidence de l’histoire des USA, point barre.

              Le concernant je ne parlerais pas d’echec et encore moins d’echec retentissant, au contraire faire pres de 48% au niveau du pays c’est un tres beau score, quasi inespere, Mac Cain a ete capable avec une habilite certaine de se demarquer de son predecesseur republicain W (une calamite redite) tout en federant la majorite des voix des republicains, seul lui pouvait le faire, avec un autre la defaite des republicains aurait ete encore plus cinglante !


            • Mohammed MADJOUR Mohammed 6 novembre 2008 17:21

              AgoraVox s’est emballé avec un foisonnement d’articles consacrés à l’élection américaine !

              La "communauté politique" française parle avec amertume du passé comme du futur... Des "occasions perdues", peut-être ! Quelle nostalgie, mes petits compatriotes !

              Je vous dis que ce n’était que du spectacle électoral à l’américaine, un spéctacle "intelligent" bien sûr. Un Noir qui gouverne les Visages pales : Est-ce le changement significatif qu’attend l’Humanité ? Si cela doit vous rassurer : Barack OBAMA changera l’Amérique comme Nicolas SARKOZY a changé la France ! L e changement ? Ce n’est pas pour demain !


              Mohammed MADJOUR.


              • Lapa Lapa 6 novembre 2008 19:15

                L’echec de McCain est dû au fait que le complexe militaro industriel est parfaitement conscient qu’Obama n’ira pas contre ses intérêts. le changement est en marche regardez... l’ancienne administration Clinton redébarque. Et voilà t-y pas qu’Obaam va nous faire une ouverture à la Sarkozy !
                Yes we can ! la bonne blague.


                • canardQuantique 6 novembre 2008 22:34

                  Un peu de distraction...

                  http://vioxx.labrute.fr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès