Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Juin 2011 : Le remaniement des inutilités hypocrites ?

Juin 2011 : Le remaniement des inutilités hypocrites ?

Annoncé dans un quasi anonymat, entre les congratulations nationales à l’adresse de Christine Lagarde et les libérations d’otages, le dernier remaniement ministériel semble surtout briller par ses connotations implicites. Car davantage qu’à la formation d’un gouvernement c’est beaucoup plus à la constitution d’une presque équipe de campagne que ce remaniement a procédé. En ligne de mire, bien sûr : les échéances politiques majeures de 2012.

Plus conséquent que prévu le remaniement faisant suite au départ de Christine Lagarde recèle, pourtant, deux enseignements majeurs : il est explicitement tourné vers la prochaine présidentielle, et a pour cible prioritaire l’éventuelle candidature Borloo.

Deux caractéristiques forcément liées entre elles (c’est en étant anti-Borloo qu’il est tourné vers 2012). Mais surtout deux caractéristiques qui peuvent présager d’un remaniement de pure inefficacité tant sera grande son obsession de la réélection.

Nicolas Sarkozy, l’homme « de la rupture », devenant de plus en plus explicitement l’héritier de pratiques politiques anciennes avec lesquelles il avait promis de rompre.

Mais l’envie d’être réélu est bien trop forte pour qu’il puisse y résister.

La promotion chiraquienne

Première des preuves attestant d’un remaniement de pur électoralisme : la prime fréquemment accordée aux « bébés Chirac » dans ce nouveau remaniement.

Et qu’on en juge par les faits :

François Baroin, grand gagnant du remaniement, devient ministre de l’Economie, là où de nombreux spécialistes rêvaient d’un vrai connaisseur des questions économiques, et surtout bancaire. Promotion, il est vrai, faîte u détriment d’un autre chiraquien : Bruno Lemaire, qui jurait la main sur le cœur il y a peu s’épanouir pleinement à l’agriculture, et qui là a tout fait pour en partir.

Valérie Pécresse hérite, elle, du Budget, qu’elle avait pourtant dit ne pas vouloir. Elle récupère aussi le porteparolat.

Et puis, bien sûr, n’oublions pas David Douillet, il est vrai chiraquien uniquement lorsque Chirac pouvait encore lui trouver une place, nommé à un délirant Secrétariat d’Etat chargé des Français de l’étranger. C'est-à-dire à rien, politiquement parlant.

Le débauchage des centristes

Autant de nomination à la cohérence difficile à trouver, voire impossible à étayer, répondant à la valse des débauchages centristes. Qui n’ont tous qu’une seule utilité : préparer 2012 là aussi. Mais cette fois-ci sur le versant de l’opposition à Borloo.

Là encore un tour d’horizon suffira pour s’en convaincre :

François Sauvadet, membre éminent de l’alliance centriste, constituée autours de J.-L. Borloo récupère le poste de Georges Tron, jadis débauché pour rompre le front villepiniste. Seulement Sauvadet hérite cette fois du statut de ministre plein. De quoi s’assurer une belle retraite dans le futur pour cet homme de 58 ans. De quoi surtout se garder de toute éventuelle trahison de Sauvadet si l’envie lui prenait de revenir vers Borloo. Mais quelle est l’utilité d’une telle nomination quand on sait que les arbitrages budgétaires ont été arrêtés dans la fonction publique pour les 12 ou 15 prochains mois. A quoi servira Sauvadet dans un contexte budgétaire où la RGPP décide de tout en ce qui concerne les politiques de ressources humaines dans la fonction publique ?

Ajoutons au tableau de chasse des débauchages de centriste le bien mal employé Jean Léonetti. Cardiologue de formation, toujours en activité médicale d’ailleurs ( à croire qu’un poste politique ne paye pas assez). Léonetti est aussi spécialiste des questions bioéthique, plus spécifiquement de celles concernant la fin de vie. Avec la plus grande des logiques on nomme cet homme ministre des Affaires européennes.

Et encore nous taisons-nous sur le fait qu’un secrétariat d’Etat aux anciens combattants est de nouveau crée, contre toute bonne logique politique (le dernier datait de 2009, à l’époque où il fallait trouver une place à Jean-Marie Bockel qui venait de se faire jeter du Secrétariat d’Etat à la coopération sur demande d’Omar Bongo himself). Mais là encore il fallait assurer un débauchage, alors Marc Laffineur, centriste libéral proche de Raffarin, devient secrétaire d’Etat aux anciens combattants.

 http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/remaniement-ministeriel-du-29-juin-2011

http://bourgogne.france3.fr/info/francois-sauvadet-a-la-fonction-publique-69450264.html
 
http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/remaniement-qui-pour-succeder-a-christine-lagarde-29-06-2011-1351444.php?
 
http://www.econostrum.info/Le-depart-de-Christine-Lagarde-provoque-un-remaniement-ministeriel-en-France_a6353.html
 

Grégory VUIBOUT


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • jef88 jef88 1er juillet 2011 14:14

    Electoralisme quand tu nous tient ..... !!!!!!


    • Aureus 1er juillet 2011 16:21

      Tambouille interne des magouilleurs européistes. Un non-évènement.


      • TOUJOURS LES MEMES A L UMPS LE VIEUX RAT DSK LIBIDINEUX N OSERA QUAND MEME PAS

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires