Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Karachi : grand danger pour Nicolas Sarkozy

Karachi : grand danger pour Nicolas Sarkozy

 Vivre pour la vérité (A.CAMUS, La peste), devant ce mal qui ronge notre société, la corruption. La justice se rapproche dangereusement, mais sûrement, d'une affaire d'état qui coûterait la Présidence à Nicolas SARKOZY.

 Depuis quelques semaines les juges VAN RUYMBECKE et LE LOIRE se penchent, enfin, sur l'intervention de la SOFRESA et de la SOFREMI dans le cadre du volet financier de l'affaire de l'attentat de Karachi, ayant coûté la vie à 14 personnes dont 11 employés de la DCN le 8 mai 2002, soit à peine quelques jours après l'élection de Jacques CHIRAC à la Présidence.

Cette même SOFREMI, dont le commissaire du Gouvernement était Mr Alexandre JEVAKHOFF, était, avec la SOFRESA, en amont du montage financier du contrat de la DCN, toutes deux sous la tutelle de l'État. La première dépendait du Ministère de l'Intérieur, la seconde du Ministère de la Défense, dont le conseiller de MAM aux affaires économiques et financières depuis 2002 était le même Alexandre JEVAKHOFF.

Détail important, ce dernier était le directeur de cabinet adjoint de MAM au Ministère de l'Intérieur, puis de la Justice de 2007 à 2010.

Plus étonnant et frustrant, le refus de la Ministre de la Défense, en 2010, à ce que les membres de son cabinet soient entendus par les magistrats. Une obstruction à la justice inacceptable. Mais n'y aurait-il pas encore quelques raisons inavouables ?

Il ne faut pas oublier aussi le rôle prépondérant du Ministère du Budget sur ces sociétés d'économie mixte et l'industrie de l'armement en général, particulièrement sur les montages financiers des transactions internationales.

Il serait temps qu'ils viennent à leur tour s'expliquer, leur statut ne doit pas les soustraire aux juges. Dans son livre « Clearstream-EADS-Karachigate », Jean GALLI-DOUANI apporte aussi quelques réponses quant aux implications de ceux que l'on appelle les hommes de main du Pouvoir. Il nous laisse découvrir la genèse des affaires en 1993, seconde cohabitation et les scandales révélés depuis 2007. Selon lui, si ces enquêtes s'enlisent par les obstructions systématiques du Pouvoir, il existe d'autres pistes.

Il découvre à partir de 2004 certaines similitudes entre plusieurs affaires médiatisées, en particulier la présence de certaines personnalités jusqu'à là épargnées par la justice et la presse. Rien d'étonnant compte tenu des fonctions exercées par les uns et les autres. Pourtant à cette période où Dominique DE VILLEPIN est à l'Intérieur, certains hauts fonctionnaires se montrent moins rétifs à lui communiquer des informations.

En aout 2010 Alexandre JEVAKHOFF mandatait vainement son avocat pour interdire la parution du livre, le même Maitre Mario STASI qui le représentait d'ailleurs au procès Clearstream.

Jusqu'à présent ces hommes de mains sont passés au travers, mais aujourd'hui Renaud VAN RUYMBEKE et Roger LE LOIRE paraissent s'intéresser à leurs rôles et leurs fonctions. Ce serait un début prometteur.

Personne ne conteste que l'affaire Karachi est une affaire d'État, il faudra donc que les responsables rendent des comptes parce qu'il s'agit avant tout de la perte de vies humaines et que les classifications et autres secrets défense ne peuvent rien justifier.

Quant à affirmer que le Ministre de l'intérieur (PASQUA), le Ministre de la Défense (LEOTARD), le Premier Ministre (BALLADUR), son cabinet (BAZIRE) et enfin le Ministre du Budget (SARKOZY), ignoraient les activités de ces officines, cela paraît difficile à croire.

Maitre Olivier MORICE, avocat des parties civiles, c'est à dire des familles des victimes, n'obtiendra pas la déclassification des documents essentiels à l'instruction, tout comme le Député-Maire CAZENEUVE constate désormais son impuissance devant une enquête bien cadenassée par les institutions politiques.

D'ailleurs les commissions et autres retro-commissions étaient pratiques courantes dans certains marchés du Ministère de l'intérieur. Il n'était pas rare de constater que des prestataires (la société Carlson Wagon Lit, détentrice de comptes Clearstream) y reversaient une partie de leurs bénéfices à l'époque où le commissaire du gouvernement y exerçait les fonctions de DEPAFI (services financiers). En 2001 le SCPC (service central de prévention contre la corruption), créé par Pierre BEREGOVOY et dépendant du Ministère de la Justice, suggérait la création de caisse noire.

Denis ROBERT dénonçait déjà dans son livre « Révélations » les activités mafieuses de la société luxembourgeoise Clearstream Banking.

Après les familles des victimes, les françaises et les français ont droit à la vérité et les coupables comme les responsables doivent répondre de leurs actes comme tout citoyen. La justice ne doit pas se laisser embourber dans la procédure par les effets pervers de considérations politiciennes.

Pour cela, la piste fondamentale, SOFRESA-SOFREMI, des magistrats du pôle financier parisien, pourrait très sérieusement inquiéter le Pouvoir et s'inviter dans la campagne de 2012.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Roosevelt_vs_Keynes 16 mai 2011 11:52

    Et comme l’a avoué Roland Dumas, pdt du conseil constitutionnel en 1995, sur France 2 le 3 mai dernier dans l’émission Face aux Français (au bout d’une heure d’émission), répondant à la question de Christophe Barbier, rédacchef de L’Express, derrière l’affaire de Karachi, il y a la candidature présidentielle de Jacques Cheminade... qui avait bâti sa campagne présidentielle sur les solutions à mettre en place pour stopper le « cancer financier qui ronge l’économie », mettant officiellement en cause les intérêts financiers de La City de Londres qui nourrit la classe politique française.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 16 mai 2011 14:06

      Aucun doute, si Eva Joly est nommée candidate par les écoloverts et qu’elle emporte les prochaines élections poussée par le vent de la révolte populaire, et la chute des partis dominants, elle fera elle aussi l’objet d’une campagne de diffamation voire d’un assassinat comme elle l’a déjà craint en temps que juge.


      • beo111 beo111 16 mai 2011 17:21

        A mon avis on arrivera pas à faire le lien entre les rétro-commissions et l’attentat. Par contre je ne comprends pas pouquoi des rétro-commissions budgétées par un ministre d’Etat ne suffisent pas pour l’envoyer en prison.


        • nilasse nilasse 16 mai 2011 19:06

          personne n’aura sa carrière brisée ou ira en prison car la France qui va en prison s’appelle rachid ou mamadou et y va pour délit mineur. pour exemple,les juges collaborationnistes sous l’occupation avaient justifié leurs actes par : on devait bien gagner notre vie........

          alors inculper un président en fonction parait totalement illusoires de la part d’une magistrature gangrenée par le carriérisme et la soumission a la hierarchie.

          • Eve37 16 mai 2011 19:53

            C’est bizarre, l’UMP se préoccupe de l’image de la France avec l’affaire Strauss Kahn , mais quant à l’affaire Karachi où il y a des compatriotes qui y ont laissé leur vie, là la grandeur de la France elle s’en moque.

            Souvenez vous de la réaction abracadabrantesque de Sarkozy à la conférence de presse à Bruxelles quand un journaliste avait évoqué l’affaire Karachi, il avait du recadrer les choses après par respect de la mémoire des victimes.

            la droite la plus indécente est en France


            • frugeky 17 mai 2011 08:10

              Pour que l’affaire Karachi s’invite dans la campagne il faudrait que les médias en parlent or comme ils ne parlent que de la culotte -propre ou sale- d’Anne Sinclair...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

mjgd

mjgd
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès