Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Kirchheim ou quand les nazis s’installent près de chez (...)

Kirchheim ou quand les nazis s’installent près de chez vous

Le 13 janvier, quelque huit cents antifascistes ont manifesté, malgré les provocations et violences policières, à Kirchheim pour protester contre un centre nazi. Retour sur les raisons de la mobilisation.

Bienvenue à Kirchheim, un paisible village de quelque deux mille habitants perdu dans la campagne allemande et situé à une trentaine de kilomètres au Nord de Mannheim. A l’entrée du village, le drapeau du NPD et la Reichskriegsflagge (1) flottent au-dessus d’une vieille bâtisse. Voilà un an que le parti d’extrême droite s’est installé dans le village, poursuivant ainsi sa stratégie d’implantation dans la région.

Le centre nazi

A Kirchheim, le NPD loue une maison qui s’étend sur 3000 m2. Le parti d’extrême droite l’a transformée en un centre de formation politique pouvant accueillir des soirées électorales et des concerts avec plusieurs centaines de participants. Outre les conférences et autres réjouissances, les nazillons s’y entraînent aussi aux sports de combats. Le lieu est utilisé comme un refuge, un endroit où les militants peuvent se rencontrer, se former et coordonner leurs activités et actions en toute tranquillité. Dans un deuxième temps, il s’agit aussi d’un outil de propagande vers l’extérieur par lequel le mouvement espère pouvoir diffuser l’idéologie nationale socialiste.

A la campagne où il n’y a guère de divertissements, notamment pour les jeunes, les nazis et le NPD misent sur leur capacité d’attraction en organisant des concerts, des soirées, des formations politiques et des défilés. Ces différents éléments constituent une espèce de « programme d’activité », une sorte d’aventure mythique mêlant à la fois violence, amitié virile et politique. Si le NPD peut aujourd’hui mettre en place une telle stratégie, c’est qu’il a su au fil des années s’implanter dans la région.

Dans l’ombre du NPD

Après cinq années de recherches infructueuses, et les tentatives avortées de Elmstein (2002), Hochstätten / Bergstrasse (2004) et Mannheim (2005) pour trouver des locaux, les nazis ont finalement élu domicile à Kirchheim. Si c’est le NPD qui loue très officiellement les locaux, il est loin d’être la seule organisation à s’en servir. Le centre nazi sert dans les faits de point de ralliement à une bonne partie de l’extrême droite locale, et a même acquis une certaine notoriété au niveau national.

Derrière les responsables officiels du centre se cache une structure de militants nazis qui s’est formée au fil des ans dans la région dite du Rhein-Neckar (2). Le NPD n’est dans une certaine mesure que la vitrine légale de cette structure qui est principalement constituée par les Freien Kameradschaften (3) qui sont coordonnées au sein de l’ « Aktionsbüro Rhein-Neckar ». Des liens étroits entre le NPD et cette structure existent par le biais de certains militants comme Christian Hehl, Sascha Wagner et René Rodriguez-Teufer qui ont la double appartenance et qui, par leurs relations personnelles, ont très certainement su favoriser ce rapprochement. Ce n’est donc pas un hasard si l’on retrouve aussi à Kirchheim les militants de l’ « Aktionsbüro Rhein-Neckar », qui entretiennent l’agitation et qui se profilent derrière quasiment tous les événements d’extrême droite qui se déroulent dans la région.

Les dangers d’une implantation durable

Habiter à Kirchheim, à quelques mètres d’un centre nazi, ne doit guère être réjouissant, surtout quand on a la peau foncée. Croiser des militants nazillons au jour le jour n’est en effet pas une perspective attrayante. Même si on en est très loin, le danger que les nazis ne transforment certaines parties du Sud du Rheinlandpfalz en une espèce de « zone nationalement libérée » n’est pas à exclure, notamment s’ils peuvent y agir sans être inquiétés.

Les « zones nationalement libérées » et autres « no go areas » sont des zones géographiques précises que les nazis et le NPD veulent débarrasser de tous ceux qui sont considérés comme des ennemis (immigrés, gays et lesbiennes, militants de gauche, etc.). C’est à la fois par la violence concrète et par l’impact psychologique de cette dernière que les nazillons espèrent « nettoyer » un quartier ou un lieu donné. Ces fameuses « no go areas » ne sont donc pas seulement le résultat des violences qui y sont commises par l’extrême droite. Une présence agressive dans la rue de militants peut induire un sentiment de peur et avoir pour résultat que certaines personnes évitent tel ou tel endroit de peur d’y être agressées.

Il paraît intéressant de voir quelle tournure ont pris les événements dans d’autres régions de l’Allemagne lorsque les nazis y établissent des structures solides à travers des centres, des cafés et des magasins. On assiste alors à une volonté de contrôler la rue. Cela prend plus ou moins de temps en fonction des villes et régions, et n’est pas toujours couronné de succès. Mais finalement, ces agissements se traduisent quasiment toujours par une multiplication des agressions dont les immigrés sont les premières victimes et plus généralement tous ceux qui s’opposent à l’idéologie nationale socialiste.

C’est pour éviter que Kirchheim et sa région ne connaissent une évolution similaire qu’il est important de dénoncer sans cesse l’activité de l’extrême droite, d’autant que sa propagande trouve un écho.

Leurs idées avancent à Kirchheim et ailleurs

L’extrême droite trouve à la campagne comme ailleurs un terreau de plus en plus favorable pour sa propagande. Divers éléments contribuent à faire avancer les idées d’extrême droite dans la société. Médias et partis politiques de toutes tendances reprennent et relayent trop souvent leurs idées au centre de l’échiquier politique. Les idées fascistes n’en deviennent que plus difficiles à combattre, dans la mesure où on les rend acceptables et qu’elles apparaissent comme banales. Il n’est donc pas étonnant de voir se développer parallèlement une criminalisation de l’action des antifascistes.

Un élément révélateur de l’avancée des idées nationalistes a notamment été le développement d’un « nouveau patriotisme » qui a vu le jour à la suite de la Coupe du monde en Allemagne. Tout un débat relayé par une écrasante majorité de la classe politique sur la nouvelle fierté allemande et le patriotisme décomplexé a tout naturellement apporté de l’eau au moulin de l’extrême droite qui n’en attendait pas tant. Dans un pays où la manifestation ostentatoire du patriotisme et du nationalisme paraissait rapidement suspecte et était souvent réservée à l’extrême droite, s’afficher avec la bannière nationale est devenu banal. Pour beaucoup, ce fut le moment de faire enfin table rase du passé, de tourner la page du national-socialisme au risque de l’oublier. Enfin, après tant d’années, « on pouvait de nouveau être fier d’être Allemand ». Tandis que l’extrême droite se frottait déjà les mains, la classe politique allemande se félicitait de la nouvelle confiance retrouvée.

Passons à l’offensive : manifestation à Kirchheim

C’est pour manifester contre le centre nazi de Kirchheim et la propagation de l’idéologie nationale socialiste que les antifascistes radicaux de Saar et du Bade Würthemberg ont décidé de lancer une campagne régionale pour dénoncer l’implantation des nazis à la campagne. Ils ont voulu montrer qu’il n’y avait pas de refuge pour les nazis et leurs idées.

Les antifascistes institutionnels n’ont pas voulu se joindre à la mobilisation ; une des raisons était qu’ils ne souhaitaient pas qu’on associe leur village ou région à l’extrême droite. En guise de réponse, les antifascistes radicaux ont souligné dans leur appel que « pour combattre l’agitation des groupes fascistes efficacement, il fallait se confronter au problème. Nier leur existence ou détourner le regard notamment pour ne pas salir l’image du village revient finalement à les accepter et à participer à rendre les idées nazies fréquentables. Celui qui ignore l’extrémisme de droite lui ouvre la route ! ».

La double manifestation à Grünstadt et à Kirchheim fut un succès en rassemblant quelque huit cents personnes et trouva aussi un important écho dans la presse locale. L’ « Aktionsbüro Rhein-Neckar » qui avait promis des actions et un comité d’accueil de plus d’une centaine de nazis (exclusion faite des femmes, pour être plus apte aux combats, d’après leur propre site) rassembla péniblement une trentaine de blaireaux à l’intérieur et sur le toit du centre nazi. A Grünstadt la manifestation fut rejointe par des habitants du village ainsi que par les jeunes Verts et la Wasg - die Linke (communiste et extrême-gauche). En dépit d’un déploiement policier important appuyé par un hélicoptère et de la volonté manifeste des policiers d’en découdre, les deux manifestations ont pu se tenir jusqu’au bout malgré les heurts qui ont émaillé le parcours et pendant lesquels une dizaine de personnes ont été blessées et une personne admise aux urgences pour un traumatisme crânien.

En rassemblant huit cents personnes à la campagne, les antifascistes radicaux ont envoyé un message clair : « Il n’y aura pas de refuge pour les nazis et leurs idées ! Où qu’ils soient, nous les combattrons ! » Une chose est sûre, comme le scandait d’ailleurs le cortège devant le centre nazi : « Keine Frage, wir kommen wieder - Pas de doute, nous reviendrons. »

Olynx

Fédération anarchiste - groupe de Strasbourg


(1) Il s’agit du drapeau de l’Empire prussien (1871 à 1918) qui est très utilisé dans les milieux d’extrême droite.

(2) La région du Rhein-Neckar (sud-ouest de l’Allemagne) est composé de trois Land : Le Bade Würthemberg, la Hesse et le Rheinland-Pfalz

(3) Les Freien Kameradschaften ont fait leur apparition au milieu des années 1990 à la suite de l’interdiction de nombreux partis néo-nazis. Des groupes informels, sans aucune base légale, se sont dès lors créés avec pour but d’échapper aux interdictions. Travaillant par des réseaux informels, ces groupes sont fortement reliés entre eux notamment par les « bureaux d’actions » qui sont suprarégionaux. Ils se voient comme une des composantes de la « Résistance nationale ». Réputés pour leur violence, ils rassemblent souvent les éléments les plus radicaux de l’extrême droite. Eux-mêmes se présentent comme les héritiers des SA.

Documents joints à cet article

Kirchheim ou quand les nazis s'installent près de chez vous

Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (74 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • Demokrat (---.---.205.69) 19 février 2007 12:27

    Guten Tag On Va venir vous dire bonjour ! Sieg Heil !


    • Briseur d’idoles (---.---.168.182) 19 février 2007 12:39

      Les racistes sionistes sont installés partout : partis poltiques, Elysée, Sénat, Parlement, Palais de Justice... et qui s’en indigne... en dehors du bon sens populaire ?


    • Bruno (---.---.109.53) 19 février 2007 15:22

      HAHAHAHA !!

      raciste sioniste ?

      Mouahaha t’es trop con pour etre credible t’as lu ca sur un skyblog ou c’est ce que t’as compris dans Zola ?

      C’est souvent comme ca avec des gens qui lisent beaucoup sans avoir les bases necessaires a la comprehension de ce qu’ils lisent


    • Briseur d’idoles (---.---.168.182) 19 février 2007 15:31

      Comment appeler une idéologie (raciste !) qui professe « la pureté raciale » (bonjour la « pureté » !), la haine de tous ceux qui refusent de se soumettre à leur diktat ?

      Comment appeler une idéologie qui voudrait nous imposer,ce qu’on devrait faire, ne pas faire, penser ou ne pas penser ?


    • Bruno (---.---.109.53) 19 février 2007 15:45

      hihihihi ! ouhouhouhou !

      nan decidement tu va me faire mourrir de rire

      reflechis : tu crois que que c’est un coup des nationalVegetoSyndicoMarxiste à la solde des UltraCriptoSegoPetroliste pour accuser les PoujadoLiberauxtrostquiste d’etre a la solde de ces vendus de francsmacon antiliberauxannalSocioPizzaioloGroutchkiste ?


    • Bois-Guisbert (---.---.0.22) 19 février 2007 12:49

      Article ridicule.

      Le parti nazi est définitivement interdit en Allemagne. Le gouvernement a tenté d’interdire le NPD, il n’a même pas pu trouver des prétextes pour le faire.

      Alors qu’un abruti de Français tonitrue à propos de ce qu’il ne connaît pas en dit long sur l’inculture politique des gens de ce pays.


      • faxtronic (---.---.127.45) 19 février 2007 15:36

        Abruti toi meme, unterRatz !


      • Emile Red Emile Red 20 février 2007 12:45

        On voit que l’idéologie a ses précieux moutons, à l’affut, pour la défendre en toute circonstances, même contre l’évidence...


      • seb59 (---.---.180.194) 19 février 2007 13:23

        S’il s’agit vraiment d’un parti nazi, je pense que le gouvernement allemande l’aurait fait interdire.

        Les allemands ont assez de ressentiments vis à vis de cette periode noire.

        Mais dans l’article, on ne voit pas les actions qui sont reprochées à ce parti.

        Ca me semble plutot etre une querelle entre associations/minorités et un parti nationaliste.

        Nous avons le meme genre de querelles en france avec le FN.


        • faxtronic (---.---.127.45) 19 février 2007 15:52

          Vrai en ex-RFA, pas vrai mais alors pas vrai du tout en ex-RDA.


        • Emile Red Emile Red 20 février 2007 12:49

          J’ai eu l’occasion de les voir défiler au petit matin, ça fait froid dans le dos, les âmes torturées de mes grands parents sont remontées comme une bouffée d’angoisse.

          Ils sont les mêmes qu’il y a 60 ans, portables et nouvelles technologies en plus, ce qui ne les rend pas moins dangereux.


        • (---.---.144.164) 19 février 2007 13:49

          Les NAZI, sont des SOCIALISTES, donc pas du tout d’extréme droite (ou alors Ségo est à doite ??).

          ce sont les copain de bové qui lutte citoyennement pour arraché la contamination d’ADN freulaté : même méthodes, même combats.


          • Bruno (---.---.109.53) 19 février 2007 15:19

            @ ip xx4.144.164

            pas con du tout ton paralelle meme si je suis contre les essais ogm en plein air je trouve ton paralelle tres interessant

            a quand un article la dessus ?


          • faxtronic (---.---.127.45) 19 février 2007 15:50

            xx44-164. Mais tu es particulierement atteint toi. Les Nazis ne sont pas des socialistes, bien au contraires, et les socialistes ne sont pas nazis. L’extreme droite n’est pas liberal : l’extreme droite (traditionnelle), comme les nazis (revolutionnaire) sont :

            - Pour un etat fort
            - Nationaliste
            - Xenophobe

            La difference existe entre l’extreme-droite (traditionnaliste, capitaliste, repressif) et le fascisme (revolutionnaire, anticapitaliste, violent). Le nazisme en plus est un fascisme genocidaire.

            un Mouvement pour un etat fort, nationalise, xenophobe, revolutionnaire, anticapitaliste, violent et genocidaire ne peut pas se comparer avec le PS francais.


          • Bruno (---.---.109.53) 19 février 2007 15:57

            n’empeche qu’hitler s’est fait elire en tant que national socialiste


          • Bruno (---.---.109.53) 19 février 2007 16:07

            meme si ca fait chier les gauchiste, c’est une realite historique

            Pouvez toujours me coller des - ca chagera pas l’histoire


          • faxtronic (---.---.127.45) 19 février 2007 17:29

            exactement, comme nationaliste-socialiste, et pas comme communiste, plutot comme anti-communiste. :

            qui a dit « socialement de gauche, economiquement de droite », je pesne que c’est le grand bland a la chemise brune, qui utilise les meme arguments debiles et rapprochement douteux que son ainé pour attirer des gogos has-been looseurs et pleurnichard dans son escarcelle.


          • seb59 (---.---.180.194) 19 février 2007 17:41

            @faxtronic

            Cher fax, nos opinions divergent. Mais c’est normal.

            Je considere que chaque homme politique me ment. C’est un fait.

            Je prefere celui qui me dit « je vais m’occuper de vous en priorité » plutot que celle qui me dit « je vais aider tous les necessiteux de toutes origines », alors que le pays est en deficit.

            Certains me reprocheront mon manque d’humanisme , mais je dirai « charité bien ordonnée commence par soi meme ».

            Pour revenir a l’article, s’il s’agit bien de groupements nazis, ca ne m’etonne pas tant que cela. Nous avons actuellement en France un repli communautaire de certaines minorités (voir l’histoire des caricatures), l’equivalent blanc ne m’etonne pas.


          • faxtronic (---.---.127.45) 19 février 2007 18:36

            A seb

            Je connais pas tes opinions politiques. Neanmoins je ne demande pas a un homme politique de s’occuper de moi ou de tout le monde. Je veux un etat stable, juste, ferme, non corrompu.

            En ce qui concerne l’immigration, je considere que l’immigration n’est un bien qui si elle a une utilité pour le pays d’accueil : accueillir des immigrés doit avoir des motivations economiques, mais pas humanitaires.

            En ce qui concern l’integration, il faut etre tres fermes vis a vis des communautaires de tous poils, et leur briser les reins. C’est pour cela que je ne voterais jamais Sarkozy qui est un communautariste. Je vote Bayrou, qui est pour moi le moins pire, mais un peu trop faiblard a mon gout.

            Jamais ne voterait lepen aussi, car il a des idees medievales pour des problemes reels, qu’il est en parti le porte-parole de millions d’abrutis qui n’ont comme seul intelligence que leur betise, leur ignorance et leur peur, et qui voit en Lepen un moyen d’expression de leur tares et de leur mal-etre ou un substitut paternel.

            Segolene drague trop l’extreme gauche, qui pour moi ne valent pas mieux que l’extreme droite.


          • Briseur d’idoles (---.---.168.182) 19 février 2007 18:41

            Beyrou est d’un communautarisme, en apparence, plus soft et plus discret, mais il n’en demeure pas moins qu’il était présent au dîner du CRIF du 23 janvier et qu’il (nous) roule pour lui !


          • Blablabla (---.---.247.203) 19 février 2007 14:39

            Bon ! Eh alors ? On attend quoi en France ?

            Pendant qu’il y en a qui votent (mal), ils y en a d’autres qui agissent (mal).

            C’est ainsi.

            Article besogneux, sans lien à faire avec notre chère patrie. Ne surtout pas remettre de l’huile sur le feu !


            • Labojr (---.---.101.131) 19 février 2007 16:41

              Je cite un commentaire précédant :« le fascisme (revolutionnaire, anticapitaliste, violent). Le nazisme en plus est un fascisme genocidaire. »

              Nazisme anti-capitaliste ???? Il faudrait réviser un peu la période 33-45 en allemagne pour avancer de telle chose. Hitler, à l’époque, s’est appuyé sur les grands groupes industriels allemands (Bayer, BASF,Siemens) leur permettant d’augmenter singulièrement leurs bénéfices... C’est tout de meme l’ensemble des trés grands patrons allemands qui ont demandé à Hindebourg de nommer Hitler. Faudrait pas voir à dire n’importe quoi non plus.

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_du_F%C3%BChrerprinzip http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9armement_sous_le_IIIe_Reich


              • faxtronic (---.---.127.45) 19 février 2007 17:35

                certes, mais a la base le nazisme etait anticapitaliste, et les SA et SS etait farouchement anticapitaliste. Les SA et les SS etait tres anti-bourgeois, meme si le regime nazie a recu un tres fort soutien de la bourgeoisie pour contrer le communisme. Mieux valait selon eux Hitler que Staline. Neanmoins le regime nazi aimait bien l’argent. Hitler est loin d’etre parfaitement coherent. Les nazis etait demagos, extrement demagos, et tres manipulateurs.


              • faxtronic (---.---.127.45) 19 février 2007 17:39

                De surcroit les grands groupes etait la a la base pour servir le regime, pas pour enrichir les proprietaires. neanmoins la guerre enrichit les marchants d’armes. Il ne faut oublier que les grands undustriels faisait partie en grande parti du parti nazi. Enrichir Bayer, c’etait enrichir avant tout le Reich et le Parti. L’individu n’a aucune place dans le system nazi.

                Les communistes staliniens etait aussi capitaliste. Neansmoins des groupes industriels colossaux tenu en main par une nouvel classe (nomenklatura) s’erigerent.

                Anti-capitaliste ne veut pas dire anti-industriel.


              • faxtronic (---.---.127.45) 19 février 2007 17:44

                il ne faut pas oublier que l’allemagne a subit la tentative revolutionnaire spartakiste et que la crise de 1930 a detruite la societe allemande. Si j’avais été un bourgeois allemand a l’epoque, j’aurais applaudi Hitler, meme si les SA, puis le SS, traitaient les bourgeois de « sale porcs capitaliste enjuivé », car l’alternative etait la revolution bolchevique, avaec le massacre et la deportation de la classe bourgeoise.


              • faxtronic (---.---.127.45) 19 février 2007 17:46

                Ya une erreir dans un de mes commentaire (communiste pas capitaliste, mais anti-capitaliste et productiviste)


              • (---.---.215.31) 21 février 2007 21:41

                tout à fait d’accord avec laborj

                Ford, GM et papy Busch ont soutenu Hitler !


              • (---.---.215.31) 21 février 2007 21:46

                Excuses ! j’ai voulu écrire Labojr !

                - Hitler s’était aussi allié aux nobles prussiens et a même démoli les SA pour leur faire plaisir... N’oubliez pas qu’en 1918 l’Allemagne était un empire.
                - Alors le bourgeoisie ? Pouahhh !!!!


              • Internaute (---.---.122.225) 19 février 2007 16:56

                Il est trés étonnant que François Bayrou n’ait pas condamné l’installation d’un foyer nazi en Allemagne. Il s’en accomode trés bien. Est-ce que son électorat peut supporter le poids du passé sombre de notre histoire ? Ségolène est au courant qu’il y a des travaux de maçonnerie pas trés francs en cours dans la banlieue de ce bled. Le PS recommencera-t-il avec elle ce qu’a fait Pierre Laval ? Tout cela ne sent pas trés bon.

                PS : commentaire nul pour un article nul smiley


                • Briseur d’idoles (---.---.168.182) 19 février 2007 17:14

                  S’il y avait que de la maçonnerie pas très franche, mais il y a surtout du croco pas très frais, qui s’engraisse à nos frais !


                • Atchoum !! (---.---.189.24) 19 février 2007 17:16

                  Salut les politlogues Bruno il a pas compris que c’est pas parce qu’on le dit qu’on l’est cf république « démocratique » de ceci et de cela

                  Faut, justement étuidier l’histoire mon petit gars. Pas besoin d’insister que les copains du Fuhrer c’était les krup et cnie et que les premiers à DACHAU ce furent les les syndicalistes ouvrires.

                  Bin peut-être qu’au moins ça peut faire réfléchir au discours présents et au petit gnome, copain des Lagardère Pinault Bouygue et Dassaud et consorts et qui se pique de citer Jaures et G. Moquet. Pe-être que c’est simple du « ridicule » .. peut-être pas

                  Allez savoir ?

                  Blob


                  • Briseur d’idoles (---.---.168.182) 19 février 2007 17:22

                    Sarko s’en occupe mieux que tous, mais il me semble que cela n’émeut pas !


                  • Briseur d’idoles (---.---.168.182) 19 février 2007 17:35

                    Je la trouve plutôt belle cette maison de terroir...

                    Bon, du décor, on peut en discuter, je vous l’accorde !

                    Je me propose d’arranger ça en décor écolo !


                    • Marsupilami Marsupilami 19 février 2007 17:43

                      Quel fil pourri... Beurk.

                      Heureusement qu’il y a Faxtronic pour relever le niveau.

                      La bête immonde est de retour en Europe et en Russie.


                      • Emile Red Emile Red 20 février 2007 13:02

                        OK avec toi Marsu et c’est rare ...

                        Comme quoi les vrais démocrates peuvent se reconnaître.


                      • Briseur d’idoles (---.---.168.182) 19 février 2007 18:21

                        Les bourreaux sont là !


                        • DANIEL (---.---.217.212) 19 février 2007 19:11

                          Je crois que le Parti Nazi est interdit en Allemagne. Alors de quoi s’agit il ?

                          D’un parti nationaliste, de droite , qui essaie de s’implanter et de faire valoir ses idées. En démocratie rien de plus normal.

                          Ces gens que l’auteur conspue ont ils lancé des bombes dans le métro, dans les gares ? Ont ils pignon sur rue payé par l’Etat ? En a t-on vu se précipiter par millier dans des manifs pour tabasser des gens d’une autre couleur de peau qu’eux ?

                          es gens cherchent ils à esclavagiser les femmes ? Brulent ils vos voitures ou inondent ils vos radios d’appels à la haine et au meurtre avec le soutien pitoyable de politiciens raccolant pour la prochaine élection ? Ces gens demandent ils des réécritures de l’Histoire et veulent ils vous condamner à une culpabilité fantasmatique pour l’éternité ?

                          Si la réponse à ces questions est positives il faut effectivement répondre à ces perversions , y donner réponse démocratiquement...

                          Si la réponse est non ,nous n’avons pas à nous tracasser avec des gens qui n’ont pas nos idées, sans doute, mais qui ont le droit de les avoir. Seule une intolérance maladive pourrait nous pousser à voir du fascisme là où il n’y a que la liberté démocratique.


                          • Emile Red Emile Red 20 février 2007 13:17

                            Quelle naïveté, ce n’est pas quand le loup est dans la bergerie qu’il faut crier.

                            Le NPD est notoirement reconnu comme un parti très accueillant pour les néo-nazis, sont bureau politique en est farci, et l’interdiction de partis nazis n’empèche en rien ceux-ci de se reformer sous une banière plus admissible, il y a eu la même chose en France avec Ordre Nouveau interdit devenu peu à peu le FN.

                            Quant aux exactions perpétrées par les nazillons, actuellement en allemagne, elles se comptent par centaines, leurs méfaits ne sont jamais dénoncés par le NPD qui se contente de simuler une prise de distance comme le fit Le Pen avec les frontistes de Carpentras, mais il ne faut pas se leurrer ils sont en guerre et la logistique est bien celle du parti, leur règle suprème est : « Agis mais si tu te fais prendre on ne te connaît pas ».

                            Après chaque incarcération d’un nazillon, lors de son élargissement la police allemande a constaté que c’est le NPD qui les prends en charge à 100%.


                          • Briseur d’idoles (---.---.168.182) 19 février 2007 20:45

                            Je n’avais pas remarqué que l’article avait été écrit par un anar de « la fédé anarchiste »...

                            Un nanar encarté, renifleur de... nazis...

                            En tant qu’ancien anar non-encarté, collaborateur de « l’Homme-Libre », qui n’a rien renié, je sais de quoi je parle !

                            En bon chien de garde l’anar encarté est très fidèle à ses maîtres...

                            S’il renifle fidèlement le « nazi » imaginaire, il « oublie » par contre, de renifler le génocideur sioniste et le communautariste raciste sarkozyen...

                            L’anar encarté a le flair très sélectif !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès