Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’abstention victorieuse mais ignorée

L’abstention victorieuse mais ignorée

Alors que près de la moitié des inscrits se sont abstenus, la gauche affirme sa victoire et la droite refuse de se remettre en question sur fond de remontée du FN. Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

 Les élections régionales s’achèvent sur un constat de décrépitude démocratique : la moitié des inscrits ne se reconnaît en personne. Pire, les principales forces en présence ne font pas le constat de leur échec global à rassembler les électeurs en temps de crise.
 
Martine Aubry et les responsables socialistes proclament une grande victoire pour leur parti. Cependant, dans l’intégralité des régions, plus de gens ont préféré s’abstenir que voter socialiste. Dans quelques régions, les voix additionnées du FN et de l’UMP dépassent le PS. Bref, une fois défalqué les votants d’Europe Ecologie et du Front de Gauche, on peut estimer que le PS est soutenu par 20 à 25% des inscrits. Appeler ceci une victoire est montrer une relation particulière à la réalité.
 
Xavier Bertrand et consorts font eux encore plus fort sur les plateaux télé, reconnaissant qu’ils ont perdu tout en affirmant dans le même temps qu’ils ont sauvé les meubles. Ils entendent le vote des français mais le gouvernement gardera le cap. Leur ligne de défense semble être la crise, contre-laquelle-il-faut-maintenant-s’unir-pour-continuer-les-réformes. C’est le grand écart entre admission de la défaite et refus d’en tirer de quelconques conséquences. Circulez, il n’y a rien à voir.
 
Pour les abstentionnistes, le constat est désormais classique : les politiques sont incapables de se rendre compte que la moitié des inscrits n’ont pas jugé utile ou nécessaire de s’exprimer, et que ceci est un désaveu puissant, au-delà des résultats des uns par rapport aux autres. Cela intervient également dans le contexte de niveaux d’abstention supérieurs à 50% aux européennes, et notre démocratie n’en sort pas grandie.
 
Beaucoup d’électeurs abstentionnistes ne se satisfont pas du statu quo et appellent de leurs voeux une reconnaissance du vote blanc, qui leur permettrait de signifier sans ambiguïté leur rejet des candidats mis en avant par les partis en présence, tout en accomplissant leur devoir démocratique. Si donner une valeur au vote blanc devait par exemple signifier de nouvelles élections en cas de victoire du vote blanc, avec à la clef l’inéligibilité des candidats ayant perdu, ceci permettrait un renouvellement des responsables politiques et éjecterait bon nombre de gens ayant fait de la politique leur carrière.
 
Parions qu’une majorité d’électeurs se déplacerait et irait voter oui à un référendum proposant que le vote blanc trouve enfin une utilité démocratique.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 22 mars 2010 10:16

    Eh voilà, c’est parti ! , premier d’une longue série d’articles pour justifier l’abstention comme mode d’expression démocratique ! 

    Vous avez choisi de ne pas vous exprimer, il me semble que c’est malheureusement vous qui avez la tête dans le sable, que dites vous ? je ne vous entends pas trés bien.


    • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 22 mars 2010 10:52

      Au parking au fond de l’impasse

      Curieux comme le fait de choisir d’aller à la pêche vous oblige à brailler tout de suite au déni de démocratie dès que l’on fait simplement remarquer que s’abstenir c’est se taire.

    • Start 22 mars 2010 11:14

      Se taire c’est voter blanc. Ca ne devrait pas être le cas, néanmois c’est aujourd’hui un fait : vous affirmez votre rejet, mais rentrez dans le compte des votes exprimés et servez de faire-valoir à ceux-là même que vous rejetez.


      Il n’y a pire sourd que celui qui ne veut rien entendre.

    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 22 mars 2010 11:15

      Parce que vous croyez qu’on s’exprime sur quoi que ce soit en votant pour des politiciens dont les retraites scandaleuses échapperont aux « réformes », dont les intérêts personnels n’ont rien à voir avec ceux de la grande majorité des électeurs et qui appliquent tous le même programme politique à quelques apparences près ?

      Dans l’actuel système économique et social, la « démocratie » formelle n’est qu’une façade de la dictature économique et sociale.

      En 1981, sous couvert d’une prétendue « union de la gauche », on a fait voter les électeurs pour un ancien de Vichy et ancien « ministre de choc » pendant la guerre d’Algérie, etc... Lire, par exemple, « La main droite de Dieu », d’Emmanuel Faux, Thomas Legrand et Gilles Perez, Seuil 1994, sous-titré « Enquête sur François Mitterand et l’extrême droite » , paru en vie de François Mitterrand et jamais attaqué en diffamation ni démenti.

      Pour un extrait de « La main droite de Dieu », voir :

      http://michel.delord.free.fr/maindroite.pdf

      Dès 1984, la politique dite « d’austérité » a commencé. Par la suite, « droite » « gauche » ont « rivalisé » en matière de politique de démolition des acquis sociaux et des services publics, de privatisations, de soutien aux délocalisations, etc...

      Pour les retraites et la casse du Code du travail, Sarkozy applique une stratégie définie par l’Union Européenne avec un gouvernement français de « gauche plurielle » : les accords de Barcelone, Conseil Européen de mars 2002 (juste avant les « célèbres » présidentielles).

      Voir nos articles récents :

      Rapport Aghion, « destruction créatrice », CNRS et universités
      Elections régionales, Europe et services publics
      Elections régionales, crise, abstention record et système politique
      Barack Obama, la recherche scientifique et l’éducation (VII)
      Interprofessionalisation du droit et intérêt général (I)
      CNRS, délocalisation de la recherche et débâcle européenne (IV)
      Abstention, régionales, CNRS, européennes, prud’homales...
      Elections régionales, « gauche solidaire » et avenir
      CNRS, EPST, universités : la journée interprofessionnelle du mardi 23 mars
      A-t-on besoin d’une « Europe de la connaissance » ? (I)

      Quant Martine Aubry, qui fut ministre sous Jospin, comme Buffet, Mélenchon, etc...parle de « changer de politique », elle se moque du monde. La politique réelle est la même depuis vingt-cinq ans, toutes « alternances » et tendances politiques confondues.

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/


    • Voris 22 mars 2010 10:20

      Appelons les choses par leur nom : à ce niveau, ce n’est plus de l’abstention, c’est la grève des votes ! Mais contrairement aux grévistes qui peuvent espérer quelque chose, les abstentonnistes ne gagnent jamais rien du tout. Ils ne gagnent rien et ne perdent rien puisqu’ils n’expriment rien officiellement.


      • raissa 22 mars 2010 11:23

        Si les abstentionnistes ne gagnent rien du tout, dites moi ce que gagnent ceux qui se déplacent pour voter ???? perdre meme une minute de sa vie pour des représentants de commerce, très peu pour moi !!!!


      • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 22 mars 2010 16:15

        Le silence après la tempête, tout est dit.


      • mélodie 22 mars 2010 10:27

        Tout ce qu’ils veulent c’est être en haut de l’affiche avec leur nom en couleur scintillant comme la tour Eiffel.
        Tous sans exception. Il n’y a qu’à fréquenter n’importe quelle association pour s’apercevoir que l’homme ou la femme qui se mettent en avant ne souhaitent qu’une seule chose : exister, être différent des autres, être reconnu smiley Et pour cela ils brandissent des sucre d’orge qu’on appelle : protection, salaires ;blablabla que le peuple rêve de sucer !
        Car la plus grande jouissance de l’être humain c’est la reconnaissance par les autres. C"est la vie qui a gagné ! leur angoisse de mourir sans avoir rien fait, est diminuée.
        La politique n’est que cela smileyallez visiter l’histoire de tous les pays, la vie des peuples n’est pas autre chose, Personne sur terre à travers les siècles n’a agit concrètement pour le bonheur de l’humanité, je suis désolée je n’ai pas trouvé ! smiley


        • Jean-Louis Le Blais 22 mars 2010 12:30

          Quelqu’un comme Gandhi n’était-il pas dans cette voix là, malgré tout ?
          Même si il s’est royalement planté à mon avis (y a qu’a voir l’état de l’Inde aujourd’hui !), son but n’a pas été de prendre le pouvoir, me semble-t-il... ? (mais je peux me gourer, ne l’ayant pas connu ! ! smiley)


        • Gui Hottine Gui Hottine 22 mars 2010 12:42

          Jean-Louis :« Même si il s’est royalement planté à mon avis (y a qu’a voir l’état de l’Inde aujourd’hui !) »

          Il me semble que Gandhi a donné une grande partie de sa vie pour les libertés de son peuple. Je doute qu’il ne se soit jamais compromis.

          On ne peut pas demander à un simple être humain de porter l’avenir d’un pays à lui tout seul. Il a fait une énorme part du boulot. Il a lancé une dynamique positive pour son pays.

          Si ensuite il y a eu de nouveaux dysfonctionnements (on peut lire ici ou là des accusations de corruption parmi la politique indienne), c’est une fois de plus l’avidité de l’homme qui en est à l’origine.

          C’est pessimiste, et ça rejoint ce que dit Mélodie. Cependant, dans ce cas, il ne reste plus qu’à baisser les bras, puisque que tôt ou tard le mal refait surface :(


        • Jean-Louis Le Blais 22 mars 2010 17:51

          Gui Hottine :
          Bin sur, je suis d’accord avec vous ! Ma phrase était un peu abrupte !!!
          Mais je crois que Gandhi lui-même (je viens de lire pas mal de bouquins sur lui) considérait lui-même qu’il avait échoué...
          On ne peut que regretter cela, mais ça ne remet nullement en cause sont engagement, que je respect infiniment !


        • PhilVite PhilVite 22 mars 2010 10:31

          D’accord avec vos propositions auxquelles j’ajouterais l’instauration d’un referendum « à la suisse ».
          Et nous pourrions enfin commencer à parler de démocratie.
          Et dans ces conditions, je retournerais voter.


          • bernard bernard425 22 mars 2010 11:23

            Un électeur sur deux qui ne se déplace pas pour donner son avis à de quoi interpeller les politiques. L’autruche ne serait-elle pas là ou on la p(a)nse ? ? ?


            • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 22 mars 2010 16:36

              Vu la virulence avec laquelle vous réagissez, la promptitude à vouloir mettre les gens qui ne sont pas d’accord avec vous dans des cases, j’imagine tout à fait la hauteur de point de vue qui vous anime, vite, fondez un parti que nous ayons enfin plus de choix !

              Comme vous je trouve que l’on a pas respecté le vote du référendum sur l’Europe, comme vous je trouve que la proportionnelle est un système plus juste, mais faute de mieux ( car là je crois est la principale différence) j’ai préféré aller voter pour la moins pire des solutions qui s’offrait à nous hier.
              Maintenant si le fait d’avoir voté hier c’est aussi ma façon de vous dire merde, pourquoi pas..

               



            • zarathoustra zarathoustra 22 mars 2010 12:20

              Bah le train train habituel,on fait peur aux gens ils votent a droite ,on leurs fait trop peur ils votent a gauche ,et la conso_gogo continue ,la fausse monnaie a toujour coure et la vrais va toujour dans les meme poches ,les politiques sont des marionettes au service des multinationals en tout genre ,le jeu démocrtique est truqué depuis longtemps ,mais le cirque continue et pas quand france mais partout dans le monde ,tout n’est que mensonges et plus ils sont gros plus les gens les gobent !


              • furio furio 22 mars 2010 12:21

                Pauvre start, vous semblez vouloir vous accaparer les non-votants ! laissez les où ils sont surtout. Car figurez vous, mais vous ne connaissez peut-être pas la France que si ces gens ne votent pas c’est que « ils en sont bien incapables ». Et c’est tant mieux. Il vaut mieux ne pas les forcer à voter nous aurions la pire des catastrophes. Déja que 12% des français votent fn alors que ce parti est anti-républicain, anti démocratique et qu’il est aussi libéral que l’ump !!


                • bernard bernard425 22 mars 2010 17:57

                  Mon pauvre furio, je pense que dans les français qui ne votent pas « parce qu’ils en sont bien incapables »(sic) il y a des électeurs qui ont autant de mépris pour vous que vous en avez pour eux. S’ils ne se sont pas déplacés c’est tout simplement qu’ils s’étaient concertés avant et sachant que vous, môssieur furio, vous alliez voter, ils se sont dit que vous feriez ça très bien, et pour eux.
                  A vous lire, vous êtes républicain, démocrate et anti-libéral et avec tout ça intolérant et imbu de vous même. Vous qui connaissez si bien la Françe et de fait les Français, créez donc votre propre parti et mettez la furio-cratie en marche pour l’éducation des incapables, ce qui évitera les catastrophes électorales à venir.
                  Mais pour ce que j’en dis . . . . . . . . .
                  Excellente fin d’après midi.
                     


                • ddacoudre ddacoudre 22 mars 2010 12:22

                  bonjour start

                  malheureusement il ne peut y avoir de d’expression nominative d’un vote blanc ou de l’anstention.

                  le principe de la démocratie est de proposer des orientations politique de polis, et de se choisir nominativement des mandants, ils faudrait donc qque les blanc soient indicatif d’une orientation et de choix. sinio ses mandant élu ne parleraient qu’en leur nom et non au nom de la totalité des expression des bulletin blanc ou des abstentions.
                  en imaginant une majorité représentant à l’assemblé le front du refus, ils se contenteraient de s’opposer en permanence aux propositions des minorités, ignorant du contenu détaille de l’ensemble du refus. nous arrariverions a un blocage des institution et un effondrement de la démocratie.

                  le mieux est qu’un refus majoritaire ne légitime plus le résultat et oblige a le recommencer.

                  http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=72001
                  http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=71913

                  cordialement.


                  • Gui Hottine Gui Hottine 22 mars 2010 12:49

                    Salut dédé. « en imaginant une majorité représentant à l’assemblé le front du refus »

                    Je ne crois pas que Start propose la nomination d’un quelconque parti pour représenter le vote blanc ? Ce qu’il dit, et qui me semble une bonne base de refléxion, c’est de fonctionner dans le sens inverse : les votes blancs n’élisent pas un candidats, ils en éliminent du pouvoir politique !


                  • worf worf 22 mars 2010 12:41

                    Vous êtes incroyables, vous les français !
                    Comment s’abstenir alors que vous avez la crème de la crème politique, les plus grands partis, toujours à l’écoute du citoyen et se remettant perpétuellement en cause, une campagne où les idées et les débats ont tenu le monde entier en haleine.

                    Non, vraiment, vous n’êtes pas digne, vous citoyens, de vos hommes & femmes politiques.

                    Avec un tel choix et une telle qualité, vous êtes encore capable de chercher autre chose, mais non, il faut rester dans le moule que l’on vous a préfabriqué, enfin !!!


                    • Start 22 mars 2010 12:47

                      Bien entendu abstention et vote blanc n’ont rien à voir avec un vote nominatif. En revanche si on arrivait à un cas de figure où : 

                      • abstention + vote blanc dépassant les 50% des inscrits à un scrutin et/ou 
                      • vote blanc arrivant en tête des votes exprimés, 

                      conduisaient automatiquement à l’annulation du scrutin, alors de mon point de vue la démocratie aurait fait un progrès. Il va sans dire que le pendant de cette annulation serait l’interdiction faite à ceux qui s’étaient présentés au premier scrutin de refaire acte de candidature lors du suivant. Voire même que si le deuxième scrutin était un échec, que les partis présents soient mis à la niche pour la troisième édition. Une sorte de riposte graduée..

                      • gimo 22 mars 2010 12:52

                        star 

                        salut


                        bien vu !!!!! ça fait son chemin !!!!!..........


                      • Gui Hottine Gui Hottine 22 mars 2010 12:52

                        Salut Start ! Merci pour ces pistes de réflexion. Je pense qu’un des intérêts de la démocratie est de confier au peuple un rôle de « garde fou ». Afin d’assurer une réelle méritocratie, pour le bénéfice du plus grand nombre. Donc éliminer (ou au moins limiter) l’incompétence au sommet de la hiérarchie.


                      • Gui Hottine Gui Hottine 22 mars 2010 12:59

                        (désolé erreur de manip, j’ai posté sur la thread principale, alors que je voulais répondre en commentaire sur cette thread démarrée par Start. on peut ni modifier ni effacer sur ce site c’est dommage)

                        Alors pour me répéter :

                        "Il va sans dire que le pendant de cette annulation serait l’interdiction faite à ceux qui s’étaient présentés au premier scrutin de refaire acte de candidature lors du suivant"

                        Dans votre article vous parliez « d’inégibilité » suite à ce vote blanc ? Je pensais que vous entendiez inégibilité DEFINITIVE = écartement définitif du paysage politique français. Mais d’après votre nouveau commentaire, il semble que vousparlez plutôt d’inégibilité limitée au scrutin en question ?


                      • no_move no_move 22 mars 2010 15:10

                        L’annulation du scrutin serait la logique même si l’abstention + vote blanc dépassent le nombre de votants.

                        Sauf que le peuple ne fais pas les lois, il les suis.

                        Et ceux qui font les lois ne sont pas suicidaires.


                      • Gui Hottine Gui Hottine 22 mars 2010 12:57

                        "Il va sans dire que le pendant de cette annulation serait l’interdiction faite à ceux qui s’étaient présentés au premier scrutin de refaire acte de candidature lors du suivant« 

                        Dans votre article vous parliez »d’inégibilité" suite à ce vote blanc ? Je pensais que vous entendiez inégibilité DEFINITIVE = écartement définitif du paysage politique français. Mais d’après votre nouveau commentaire, il semble que vous parlez plutôt d’inégibilité limitée au scrutin en question ?


                        • AdNocendumPotentesSumus AdNocendumPotentesSumus 22 mars 2010 12:57
                          Bonjour,
                          @ l’auteur et quelques autres : Bla bla bla...

                          1)Je me suis abstenu pour les 2 tours de ces régionales. Et pourtant, je refuse que le vote blanc ou l’abstention soit reconnue officiellement. Pourquoi ? Car cela ne changerait rien au problème. Imaginons un peu, rien que pour ces élections. Plus de 50% des français ont voté blanc donc on « met de côté » les candidats qui s’étaient présentés. Et ensuite ? En attendant que d’autres candidats se présentent et se fassent connaître, on fait quoi ? On garde les élus actuels ? On ne met personne à la tête de la région ? On prend les mêmes et on recommence ?
                          Arrêtons les élucubrations, s’il vous plaît.


                          2)Les politiques ne sont que des pantins, voyez plutôt ce classement. Quelque soit votre candidat préféré, il sera (naturellement ou par la contrainte), à la merci des ces dirigeants des plus grandes entreprises. A titre d’exemple, prenez ILIAD (Free), comment croyez-vous qu’ILIAD a obtenu la 4e licence ? Peut-être parce que Niel Xavier est passé 12e fortune de France et qu’il a acquis, de ce fait, un poids plus important en politique... par l’argent ! (Vive la ploutocratie !)
                          Allez, parce que j’aime Agoravox, un autre exemple... Alstom.
                          En 2003, alstom connaît une grave crise financière (a failli déposer le bilan). La vérité n’est pas sur le net mais près de chez vous. Comment ont-ils fait pour redresser l’entreprise ?
                          Je n’ai qu’une chose à vous dire : Vive le tramway partout en France !


                          3) L’abstentionnisme, à défaut d’élire un candidat, m’a permis d’analyser les réactions des candidats et des partis en général. Manque d’honnêteté, hypocrisie, mensonges et surtout irréalisme total ! Alors oui, cela n’a rien changé, alors oui, j’ai bien fait d’aller voir ma famille le dimanche plutôt que de voter. C’est bien gentil mais, l’avenir c’est quoi ? Je n’en sais rien, je suis comme vous, un simple citoyen.
                          L’extrême ne sera jamais une solution pour moi, car en plus de marcher par la peur, ils sont aussi vils que les autres... Les prochaines présidentielles vont être sport....

                          • Gui Hottine Gui Hottine 22 mars 2010 13:15

                            Les politiques ne sont que des pantins Vous avez peut être (sans doute) raison. Ne dit-on pas que l’argent est roi ? Auquel cas nous sommes gouvernés par les rois de l’argent,qui mènent ces pantins de politiciens à la baguette pour servir leurs propres intérêts (à savoir gagner de l’argent, parfois sans état d’esprit).

                            Cependant, est-ce à dire que la politique ne pourra jamais changer, pour être mise au service du peuple ? Le but de la démocratie en somme...


                          • gimo 22 mars 2010 13:23

                            Par AdNocendumPotentesSumus

                            salut

                            sans le vouloir vous donnez la réponse de la ’’cosa notra’’ 
                            donc le mieux c’est de remettre les choses en place !!! c’est adire d’autres personnes aussi capables !!!!! et même mieux
                            en un espace de un mois  !!!c’est faisable 
                            il y aura au moin l’avantage de ne pointde se créer des mafias là est le pb de toute cette
                            gésticulation électorale de dupe
                            gimo


                          • AdNocendumPotentesSumus AdNocendumPotentesSumus 22 mars 2010 14:11

                            Difficile de le dire...

                            Un exemple plutôt méconnu :
                            Prenez un directeur technique dans une grosse entreprise de l’industrie aéronautique. Diplômé d’une grande école d’ingénieur, il touche environ 7000€ brut par mois (avec 25 à 30 ans d’ancienneté dans l’entreprise).
                            Prenez maintenant un député, qui en somme n’a pas besoin d’une éducation particulière, il gagnera environ 7000€ brut également. Les avantages en nature étant plus intéressant côté député que du côté directeur technique, malgré le Comité d’Entreprise.

                            Conclusion : il vaut mieux s’engager en tant que député plutôt qu’ingénieur... Où est la logique ? Surtout qu’au sens légal, un député n’a pas besoin d’avoir fait de quelconques études...

                          • Gui Hottine Gui Hottine 22 mars 2010 14:43

                            « Prenez un directeur technique dans une grosse entreprise de l’industrie aéronautique. »

                            Je conçois qu’un simple « directeur technique » ne nage pas parmi les gros poissons décisionnaires de notre système (quoique 7000e par mois, on ne va pas s’apitoyer sur son sort). Cependant, il me semblait que vous parliez plutôt du « top du top » non ? quand vous dites dans votre point 2 « à la merci des ces dirigeants des plus grandes entreprises. »..

                            C’est pour ça que je parle de l’argent roi, de l’avidité reine. En gros, pour résumer et dire les faits (hypothétiques puisque tout ça se passe en coulisses) : les gens qui montent tout là haute sont 1)très intelligents certes mais 2) les plus avides également, et ne rechignent pas à mettre leur morale de côté pour monter d’un échellon


                          • AdNocendumPotentesSumus AdNocendumPotentesSumus 22 mars 2010 18:26

                            Oui, je parlais du top top également !

                            Mon exemple du « directeur technique » était pour illustrer les absurdités relatives à la politique.



                          • Start 22 mars 2010 13:03

                            Effectivement, c’est relatif au scrutin, l’inéligibilité totale étant une autre paire de manches (constitutionnellement). Maintenant on peut imaginer que quelqu’un qui se trouve dans cette position 3 fois par exemple sur un laps de temps donné, devienne inéligible pour tout pendant un laps de temps correspondant. Par exemple : 3 fois devancé par du blanc en 5 ans = inéligibilité totale pendant 5 ans à suivre.


                            • Gui Hottine Gui Hottine 22 mars 2010 13:22

                              l’inéligibilité totale étant une autre paire de manches (constitutionnellement)

                              Vues les transformations qu’impliqueraient une vraie prise en compte d’un vote blanc, je crois qu’on n’en est plus à considérer la « constitution » :p

                              Et puis ce qu’on fait sur cette thread n’est qu’un brainstorming. A savoir exprimer des « pistes de refléxion » (mêmes tordues), qui petit à petit peuvent mener à des idées appliquables dans la réalité.

                              Pour mettre mon grain de sel, il me semble qu’il faut donner aux candidats une chance de « faire leurs preuves ». Comme à tout travailleur lambda. En revanche, de même que pour le salarié lambda, il est jugé au mérite. Ce qui signifie que s’il est jugé inefficace, il doit pouvoir être éjectable.

                              Une idée : permettre au peuple d’évaluer chaque politicien : après x mandats à des postes importants, le peuple donne son avis sur la compétence, ou l’incompétence dudit politicien. Ce vote, s’il est négatif, aboutissant à l’inéligibilité du politicien=exit.

                              Une sorte de « licenciement » en somme. Définitif. Après tout ça existe (et c’est normal) pour le salarié lambda. Il me semble logique que ça fonctionne de même pour les postes politiques importants.


                            • Gui Hottine Gui Hottine 22 mars 2010 22:58

                              Hého Start, tes mort ? c’était un bon Beginning pourtant... je pensais que tavais envie de construire un peu, sur ton idée première. .. ?


                            • kitamissa kitamissa 22 mars 2010 13:36

                              je pense effectivement que ce sont les abstentionistes qui ont gagné ( j’en suis ..) non seulement nous nous en foutons totalement de qui va diriger une région,vu que les mêmes problèmes perdurent depuis des decennies et que nous ne croyons plus aux belles promesses de gens dont c’est le métier ( en vivre,et plutôt bien) en s’en foutant dans la poche en passant ( mais chuutttttt !!!! faut rien dire ! )

                              nous nous attendons les présidentielles,celle où nous pouvons créer un choc brutal ( comme en 2001 si ça vous rappelle quelque chose ) et où là,les politiques vont commencer à se remuer le cul pour de bon devant la réalité,parce prendre les gens pour des cons ça suffit,et nous sommes 60 % à en avoir vraiment ras le bol !


                              • Gui Hottine Gui Hottine 22 mars 2010 15:27

                                Razza, tu appelles à la grève.. la grève à mes yeux c’est beaucoup de bruit pour rien. Ca fait des décennies qu’il y a des grèves à tort et à travers, et pourtant rien ne change. C’est même un peu l’overdose de grèves...

                                Bien sûr qu’il faut des réformes. D’ailleurs, on parle ici de réformes (les retraites par exemple) qui sont nécessaires, mais une conséquence bien prévisibles des décisions politiques des dernières décennies.

                                Donc tous ces ringards, qui sont en politique depuis toutes ces années, qu’attendaient-ils pour dénoncer l’incohérence de notre système ? L’incohérence d’ailleurs de TOUT système occidental, basé sur la dette ? La cigale et la fourmi, comme on dit....

                                Fux them.


                                • PtitLudo PtitLudo 22 mars 2010 16:57

                                  C’est bien de vouloir prendre en compte le vote blanc, mais si l’on n’en corrige pas la cause, ce n’est qu’élucubrations, comme un des commentaires le dit.

                                  ceci passe par
                                  - un vrai non-cumul des mandats
                                  - limitation du nombre de mandats successifs.
                                  - pas de mandats par délégation
                                  - suppression de tous les avantages divers et variés
                                  - chasse au lobbying
                                  - droit de sanction pour les électeurs vis à vis de leurs élus (promesses non tenues) avec inégibilité à la clef.
                                  - référendum citoyen accessible (pas avec 50 millions de signature avant de juste déclencher le référendum).
                                  - ...


                                  • Gui Hottine Gui Hottine 22 mars 2010 16:57

                                    Finalement, j’ai comme l’impression que cest vraiment bien la « voix du peuple » (agoravox) dont il s’agit ici. Et le peuple se laisse embrouiller dans des débats sans interets et sans fond (je pense à d’autres sujets qui font succès en même temps que le votre). bouh.


                                    • Maldoror Maldoror 22 mars 2010 19:03

                                      Absention = sentiment que voter pour l’un ou pour l’autre, rien ne changera.

                                      => Ce n’est pas qu’un sentiment mais une réalité objective :

                                      1) l’affaiblissement de la politique au profit de tous les autres pouvoirs (économiques, financiers = perte de souveraineté généralisée etc.)
                                      2) la délégation de notre souveraineté à des institutions supranationales (UE) technocratiques, d’autant plus antidémocratique qu’éloignées du peuple (aucune lisibilité).

                                      => étant donné que les choses vont aller en s’aggravant, l’abstention se traduira probablement en révoltes de genre anarchiques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Start


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès