Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’affaire Bettencourt en cinq questions/réponses

L’affaire Bettencourt en cinq questions/réponses

lilianne-bettencourt_225.jpgLe procès qui oppose la première fortune de France, héritière de l’Oréal Liliane Bettencourt à sa fille pourrait provoquer un scandale au sein du gouvernement puisque plusieurs membres de la majorité seraient impliqués dans un certain nombre d’opérations douteuses, des enregistrements datés de 2009 et 2010, réalisés par l’ancien majordome de l’actionnaire majoritaire du groupe de cosmétiques en témoigneraient. Procès d’intention ou Sarkogate ? Tentatives d’éclaircissements en cinq questions/réponses.

1 - Dans quel cadre ces enregistrements ont-ils été révélés ?

Des enregistrements illégaux, réalisés entre mai 2009 et mai 2010 par l’ancien majordome de Liliane Bettencourt à son domicile, officiellement, pour se venger du traitement infligé par la milliardaire à certains de ses employés, ont été remis à la brigade financière par la fille de l’héritière de L’Oréal, des documents qui seront utilisés dans le cadre du procès qui opposera la mère et sa fille et qui s’ouvrira dans quelques jours. Françoise Bettencourt Meyers réclame en effet la mise sous tutelle de sa mère, qui aurait donné pour plus d’un milliard d’euros au photographe François-Marie Barnier. Elle a également attaqué ce dernier pour "abus de faiblesse".

2 - Liliane Bettencourt est-elle mise en cause ?

Ce sont les conversations entre le gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt Patrick de Maistre et cette dernière qui mettent en cause l’héritière de l’Oréal. Il faut qu’on arrange les choses avec vos comptes en Suisse. Il ne faut pas que l’on se fasse prendre avant Noël affirme M.De Maistre avant d’ajouter je suis en train de mettre un compte à Singapour. Parce qu’à Singapour, ils ne peuvent rien demander. Plus tard dans la conversation, on apprend que Liliane Bettencourt disposerait en tout et pour tout de deux comptes en Suisse d’une valeur totale de 77 millions d’euros. De plus, un montage financier obscure lui aurait permis d’acquérir en 1999 (dans le dos du fisc français) un petit paradis terrestre aux Seychelles, l’île d’Arros. L’office du tourisme de l’archipel indique que l’îlot, dont Libération a publiée des photos prises sur Google Earth, appartient, effectivement depuis 1999 à un "propriétaire privé".

3 - De quoi est accusé Eric Woerth ?

Ces mêmes conversations insinuent qu’Eric Woerth aurait touché de l’argent en l’échange de son silence quand aux comptes illégaux de Liliane Bettencourt en Suisse. La femme du ministre du travail, alors ministre du budget, travaillait effectivement au sein de la société de M.De Maistre chargée de la gestion du patrimoine de Liliane Bettencourt. Je me suis trompé quand je l’ai engagée. Et donc si vous voulez, aujourd’hui, sans faire de bruit, je pense qu’il faut que j’aille voir son mari et que je lui dise qu’avec le procès et avec Nestlé, il faut qu’on soit trop manoeuvrants et on peut plus avoir sa femme. Et puis on lui, on lui, on lui donnera de l’argent et puis voilà. Parce que c’est trop dangereux affirme M.De Maistre.

Je ne connais pas les finances de Madame Bettencourt, je n’ai aucune information sur une quelconque évasion fiscale et je n’ai donné aucune instruction de quelque nature que ce soit à l’administration fiscale. Mon épouse travaille depuis trois ans dans la société qui gère les actifs de Mme Bettencourt. Elle est salariée et non pas dirigeante de cette société. Son rôle est de placer les dividendes de L’Oréal perçus par Mme Bettencourt a rétorqué Eric Woerth avant de se défendre d’avoir touché de l’argent de la part de Madame Bettencourt. Le ministre du travail évoque une manoeuvre visant à la déstabiliser politiquement, à l’heure de la délicate réforme des retraites. Un argument balayé par un article intéressant sur AgoraVox.

4 - Nicolas Sarkozy s’est-il immiscé dans le procès ?

Les enregistrements suggèrent également que l’Elysée ne serait pas resté à l’écart du procès entre Liliane Bettencourt et sa fille. Patrick Ouart, alors conseiller juridique de l’Elysée, à l’influence telle qu’il était considéré comme un véritable ministre de la justice-bis, aurait été fréquemment en relation avec M.De Maistre. Dans un des enregistrements, ce dernier confie à Liliane Bettencourt que Patrick Ouart m’a dit que le procureur Courroye allait annoncer le 3 septembre, normalement, que la demande de votre fille était irrecevable. Donc classer l’affaire. Le 3 Septembre, ce fut effectivement chose faite.

Il [M.Ouart] a voulu me voir l’autre jour et il m’a dit : M. de Maistre, le président continue de suivre ça de très près. Et en première instance on ne peut rien faire de plus, mais on peut vous dire qu’en cour d’appel, si vous perdez, on connaît très, très bien le procureur. Donc c’est bien. Ces propos tenus par M.De Maistre au mois d’avril 2010 suggéreraient donc que l’Elysée serait prête à s’immiscer dans le procès de Liliane Bettencourt pour qu’il tourne à l’avantage de la milliardaire. Un viol de la règle sacrée de séparation des trois pouvoirs.

5 - Comment la classe politique a-t-elle réagi ?

Il doit y avoir aussi une enquête fiscale immédiate sur le départ évoqué d’un compte vers Singapour. On ne peut pas s’abriter derrière le respect de la vie privée dans cette affaire, car le contenu des discussions est trop violent, dans ce qu’il nous dit des rapports entre pouvoirs financiers et politiques ! Il y a une contradiction d’intérêts incroyable, par rapport à sa prétendue lutte contre les paradis fiscaux, alors même que sa femme a participé à l’évasion fiscale de la fortune Bettencourt a affirmé la député européenne écologiste Eva Joly, pressentie pour porter les couleurs d’Europe-Ecologie aux prochaines élections présidentielles. Arnaud Montebourg a exigé la démission d’Eric Woerth dont la femme travaille à organiser la fraude fiscale. En réaction aux propos du député socialiste, Florence Woerth a annoncé son intention de porter plainte pour diffamation.

Dans les rangs de la majorité, Valérie Pécresse évoque quant à elle une coïncidence extrêmement troublante à voir ces conversations volées apparaître dans la presse au moment où Eric Woerth est chargé de la réforme qui est sans doute la réforme la plus importante, et pour le gouvernement et pour l’avenir des Français. Quant à Henri Guaino, le conseiller de Nicolas Sarkozy n’imagine pas un seul instant qu’Eric Woerth ait pu commettre un acte répréhensible.

Retrouvez ce billet dans son contexte original sur http://offensif.net 


Moyenne des avis sur cet article :  3.74/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • morice morice 22 juin 2010 12:00

    Ouart, l’âme damnée de Rachida Dati....


    « C’est l’un des conseillers les plus secrets de Nicolas Sarkozy. Le « vrai ministre de la Justice », dit-on à l’Elysée. Et naturellement la bête noire de Rachida Dati, qui fronce les sourcils quand on prononce son nom. Celle qui fut la star de la sarkozie supporte mal de se voir ainsi mise en tutelle. Patrick Ouart, passionné d histoire et de chasse, fuit la presse depuis toujours. En spécialiste averti de ce qu’on appelle pudiquement les affaires réservées. En 1993, conseiller technique d’Edouard Balladur à Matignon, ce magistrat originaire de la Somme doit gérer en catastrophe le dossier Maréchal-Schuller, pittoresque épisode de la guerre chiraco-balladurienne. C’est alors qu’il sympathise avec Nicolas Sarkozy.
    Pour le président, Patrick Ouart a une autre qualité : il est passé par le privé. En 2003, il est secrétaire général de Suez, puis devient conseiller juridique du groupe LVMH, pour qui il suit tous les dossiers sensibles. Bernard Arnault le tient en haute estime. Au fil des mois il est devenu un personnage clé de la machine sarkozyste. Il suit avec une attention très vigilante les dossiers politico-judiciaires, comme l’affaire Clearstream. Est-ce son père, ébéniste, qui lui a transmis le goût du détail ? Aux réunions du matin à l’Elysée, l’homme parle peu. Mais on surveille ses mouvements de menton ou ses hochements de tête, qui signifient généralement : « On en parlera après... » »

    • iris 22 juin 2010 12:10

      il ne faut pas e fir aux apparences-EW parait sérieux et franc quand il parle-quand il parle ....devant les médias-


      • La fille du croquant La fille du croquant 22 juin 2010 13:43

        Histoire secrète de L’Oréal

        L’histoire du groupe éclaire la face cachée de la politique française contemporaine....

        http://www.voltairenet.org/article12751.html#article12751


        • Vipère Vipère 22 juin 2010 14:17

          Bonjour à tous

          Evidemment l’oncle Picsou (E. W.) peut compter sur sa petite bande de pique-assiette, nicnic , fifi, pecpec, pour la boucler, quand ils font des virées pour piquer chez les petites vieilles de Neuilly. 

          Et vous faites gaffe, disait coluche, si vous donnez la main à un politique, recomtez vos doigts.


          • iris 22 juin 2010 17:25

            vous ne croyez pas que tous ces milliards devraient revenir à la nation et au peuple
             ??
            car c’est bien le peuple et les salariés qui ont contribué à cette immense fortune-
            Ces immenses fortunes le sont toujours au détriment du + grand nombre-prix trop fort-spéculation -mauvais salaires etc...


            • tchoo 22 juin 2010 20:29

              Ou ils nous prennent pour des billes, ou ils ne se rendent pas compte que leurs actes ne sont pas moralement, éthiquement acceptable si ils ne tombent pas en plus sous le coup de la loi.

              Entre les deux je ne sais pas qu’il est la plus pire !


              • BA 22 juin 2010 20:48

                Ce lundi 21 juin, jour de la fête de la musique - celle-ci grince plutôt à nos oreilles - Mediapart a mis en ligne, audible par tous, une copie de l’enregistrement des fameuses conversations entre le chef d’orchestre financier de madame Bettencourt et madame. Cette conversation date du 4 mars 2010. La voici ci-dessous (Médiapart) :

                En voici la transcription - on peut supposer sans grands risques de se tromper que madame Bettencourt signe des chèques (les prépare ?) en écoutant cet enregistrement et en tenant compte des paroles, des arrêts, des questions et des réponses - :

                - Le gestionnaire :

                Valérie Pécresse c’est la ministre de l’ens… de la recherche

                - Madame B :

                inaudible

                - Le gestionnaire :

                elle fait la campagne pour être présidente de Paris. Elle va perdre

                - Madame B :

                elle va perdre

                - Le gestionnaire :

                mais il faut que vous la souteniez

                - Madame B :

                oui

                - Le gestionnaire :

                et c’est des sommes très mineures

                - Madame B :

                inaudible

                - Le gestionnaire :

                c’est des petites sommes

                - Madame B :

                oui

                - Le gestionnaire :

                elle va perdre mais il faut quand même qu’on montre que vous la soute…

                - Madame B :

                pourquoi elle va perdre ?

                - Le gestionnaire :

                soupir j’sais pas.

                - Madame B :

                il faut lui montrer (peu audible approximatif)

                - Le gestionnaire :

                il faut quand même lui montrer votre soutien. Le deuxième c’est le ministre du budget

                - Madame B :

                ça me dit quelque chose

                - Le gestionnaire :

                oui c’est le ministre du budget

                - Madame B :

                c’est ça

                - Le gestionnaire :

                il faut aussi l’aider. Le troisième c’est Nicolas Sarkozy.

                - Madame B :

                (?) je fais pour Pécresse

                - Le gestionnaire :

                voilà et c’est ce n’est pas cher

                bruits de fond (madame B doit regarder le dossier et commencer à signer)

                - Le gestionnaire :

                alors

                - Madame B :

                (?) cette somme-là

                - Le gestionnaire :

                c’est le maximum légal.

                bruits de fond (elle signe vraisemblablement)

                Voilà. Voyez c’est 7 500 (il doit lui montrer le montant du chèque). C’est pas très cher.

                le temps s’écoule (elle signe).

                Vous savez en ce moment il faut qu’on ait des amis.

                le temps s’écoule

                Bon ça c’est euh Valérie Pécresse.

                le temps s’écoule. On entend semble-il des pages tourner.

                Ca c’est Valérie Pécresse (plus bas)

                le temps s’écoule

                Ca c’est Eric Woerth

                - Madame B :

                c’est qui ?

                - Le gestionnaire :

                Eric Woerth, le ministre du budget

                - Madame B :

                inaudible

                - Le gestionnaire :

                Voilà. et si vous voulez je pense que c’est bien, c’est pas cher, et ils apprécient.

                on entend les pages tourner

                - Madame B :

                On ne peut pas arrêter (?)

                - Le gestionnaire :

                Voilà. Alors ça c’est fait (plus bas).

                - Madame B :

                inaudible

                - Le gestionnaire :

                là c’est

                - Madame B :

                Nicolas Sarkozy

                - Le gestionnaire :

                C’est fait, c’est dedans

                http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/quel-est-donc-ce-cheque-donne-a-77273





                • Kakapo Calimero 22 juin 2010 20:56

                  LES FEUX DE L’AMOUR (de l’argent).

                  92, ton univers impitoyable !


                  • asterix asterix 22 juin 2010 21:18

                    C’est la première fois que j’entends parler de la possible candidature d’Eva Jolly.
                    Les autres ont déjà perdu !


                    • Radis Call 22 juin 2010 21:23

                      Questions / Réponses j’aime pas trop...Sauf erreur Luc Chatel était salarié de Loréal !


                      • zadig 23 juin 2010 11:32


                        A l’auteur,

                        Cette affaire est très grave.

                        Elle rassemble une bonne partie des déviances du système actuel.
                        La machine à étouffer est en marche.
                        Les élites actuelles seront jugées pour leur attitude.

                        Cordialement.


                        • JJ il muratore JJ il muratore 26 juin 2010 13:25

                          Alex Joubert : ce serait trop beau si cette « affaire » révèlait qu’Eric Woerth est coupable !
                          Coubable peut avoir deux significations : soit coupable aux yeux de l’opinion soit coupable en réalité avec preuves à l’appui (en démocratie en tout cas car tous les systèmes totalitaires peuvent se passer de preuves)
                          Pour l’instant seuls quelques « convaincus d’avance » le jugent coupable : ils n’ont pas besoin de preuves, ils ont quelque part dans la tête un programme prêt pour le totalitarisme.
                           Ils JOUISSENT à l’odeur de la m.... ne s’appercevant pas que c’est d’eux même qu’elle émane. Finalement le petit Juge d’Outreau ne doit pas se sentir si seul !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

AJ


Voir ses articles







Palmarès