Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’affaire DSK, la crise et le bancor

L’affaire DSK, la crise et le bancor

Ça y est, Dominique Strauss Kahn est libre : Les charges qui pesaient contre lui ont été levées, en raison de l'insuffisance des preuves apportées contre lui. Cela ne signifie pas pour autant qu'il n'ait rien à se reprocher, ni même que ses ennuis judiciaires soient terminés. Mais cela signifie qu'il a raté l'occasion d'être candidat à la présidence française, tout en perdant celle de rester à la tête du FMI. Quand on y pense, c'est bien l'Histoire avec un grand H qui se trouve modifiée par cette affaire ; car les deux postes qu'il a perdus à cette occasion ont une influence, par répercussions des prises de décisions qu'ils permettent, sur la planète toute entière.

Cela n'est quand même pas une toute petite affaire : si j'étais lui, et que je n'avais rien à me reprocher, je demanderai des comptes à ceux qui m'ont accusé pour rien.

Mais nous n'en sommes pas là. Le monde a déjà changé : madame Lagarde a pris la tête du FMI, Monsieur Strauss Kahn ne sera pas président de la France (sauf retournement exceptionnel), et la crise financière ne s'est pas arrangée : maintenant il s'agit de comprendre ce qui s'est passé. Pas dans la chambre de l'hôtel non, mais dans cet enchaînement étrange qui a permis au monde de se séparer d'un DSK gênant, au FMI comme en France, au moment même où la crise financière s'accentuait, au moment même où il était en tête dans les sondages, au moment même ou madame Lagarde risquait gros dans “l'affaire Tapie”.

Et bien quoi, me répondra-t-on, encore la théorie du complot ? et pourquoi pas, à la fin ! Si nous sommes si nombreux à avoir tout de suite eu cette pensée, si les cerveaux de millions d'individus nourris aux séries télés en sont pleins, que l'Histoire en regorge et que le mien qui échafaude à l'instant le sien sont capables de les inventer, pourquoi d'autres n'auraient-ils pas, en plus, les moyens techniques et financiers de les réaliser “pour de vrai” ?

Nous savons tous que Monsieur Strauss Kahn, comme de nombreux autres politiciens avec lui, mériteraient mille fois la prison pour leurs multiples méfaits économiques et sociaux. Mais c'est avec une femme de chambre qu'il tombe, et à un moment crucial pour l'avenir de notre planète. Et personne ne trouve ça étrange ?

Regardons les choses en face : au moment même où DSK se faisait arrêter aux Etats-Unis, la situation calamiteuse de la Grèce mais aussi de l'Irlande et du Portugal faisaient penser que l'aide du FMI ne serait pas si simple à obtenir. On parlait alors de “restructuration de la dette“, ce qui n'arrangeait évidemment pas les banques exposées, c'est-à-dire entre autres les banques françaises : madame Lagarde ne voulant même pas en entendre parler.

Alors que quelques semaines plus tard, avec madame Lagarde aux commandes du FMI, on se rend compte que les choses ont déjà changé : en même temps qu'elle échappe à la justice française juste à temps pour ne pas avoir à démissionner, rattrapée par l'affaire Tapie, elle prend les commandes de l'institution à un moment clé de l'Histoire. Le FMI n'évoque plus alors de restructuration de la dette grecque, mais en enfonçant le peuple Grec et l'Europe toute entière dans les affres d'une récession qui retombera in fine sur les populations les plus fragiles (voir c'est qui qui va payer ?), il sauve ainsi les banques d'une faillite annoncée, potentiellement salvatrice d'un point de vue économique, et logique aussi.

Ainsi, l'affaire DSK permet à la finance internationale d'échapper une fois encore à une juste punition (la faillite des banques trop exposées dans certains pays comme la Grèce) en nommant à la tête du FMI une femme dont le rôle sera certainement bientôt déterminant : lorsque la situation économique de l'Europe sera si dramatique que même les plans “d'austérité” ne suffiront plus à calmer ni les marchés ni la colère des peuples, les Etats-Unis comme l'Europe seront alors en mesure de nous imposer un nouveau “Bretton Woods” qui, nous dira-t-on alors, sauvera “le monde” d'un chaos généralisé, à travers la création d'un nouvel étalon monétaire miraculeux, le bancor. Ce même bancor qui, paraît-il, était déjà dans les cartons de monsieur Strauss Kahn comme dans ceux de madame Lagarde il y a quelque temps, et qui permettrait au FMI de devenir l'unique agent de contrôle de cette nouvelle monnaie de référence mondiale.

Voilà ce qu'il en est pour le FMI. Reste maintenant la situation française : le “clan Sarkozy”, malgré un objectif peut-être commun avec le PS, n'ont tout de même pas les mêmes méthodes : en écartant DSK de la présidence française, il se remet en selle dans la course à l'Elysée, ce qui n'est pas peu. Le “président des riches” est un homme avide de pouvoir , et ne peut décemment pas se faire voler la vedette lorsque le monde effectuera sa mutation. La gauche une fois au pouvoir, si molle qu'elle soit, n'est quand même pas la même chose que la droite : et pour conduire les mesures qui pousseront l'Europe à se soumettre aux décisions du couple franco-allemand, à travers la “nouvelle gouvernance européenne” basée sur cette fameuse “règle d'or” imposée à tous les pays de l'Union, il semble bien que la droite soit désormais la mieux placée.

Finalement, l'affaire DSK nous permet de mieux comprendre les évènements qui se profilent à l'horizon 2012 : une fois la soumission de tous les pays de l'Union Européenne scellée dans le marbre à travers cette “nouvelle gouvernance européenne”, Les Etats-Unis et l'Europe parleront alors d'une même voix pour imposer au monde leur nouvel ordre économique mondial, seul remède capable à leurs yeux de faire face au retournement du capitalisme qui voit leur pouvoir s'effondrer peu à peu.

En faisant le choix de la crise, les gouvernants actuels se mettent en position de réaliser un changement total des règles du jeu de la finance internationale, et il ne fait aucun doute que la bataille pour une place à la tête de ce nouvel « empire » ne fait que commencer. Et l'Histoire que de se répéter…

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  3.84/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • caleb irri 25 août 2011 16:21

    Pour ce qui est des différences entre DSK et Sarkozy, si vous m’avez lu ailleurs vous devez bien savoir qu’elles ne me paraissent pas énormes, bien qu’en s’affichant « de gauche » on peut imaginer qu’il soit tout de même plus contraint à « respecter » quelque peu le militants qui votent pour le PS. Mais là ou règne une plus grande divergence entre la droite et la gauche, c’est justement au sujet de la politique internationale : là où la « gauche démocrate » préfère laisser le capitalisme faire son travail (c’est à dire laisser une ou deux grosses banques s’effondrer en Grèce ou ailleurs pour détendre la situation), la « droite conservatrice » préfère intervenir pour d’une part éviter ces faillites, et d’une autre faire payer la note aux citoyens. je pense pour ma part que Sarkozy est plus proche des « néocons » comme vous dites que des « démocrates », plus proches de DSK.


  • caleb irri 25 août 2011 16:23

    je vous retrouverai ça puisque ça vous tient tant à coeur, mais je ne me souviens que d’une seule interrogation de votre part à ce sujet... j’espère juste qu’elle n’est pas dans « lettres, articles et essais » car il y a quatre tomes...


  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 25 août 2011 11:46

    Qu’est-ce qui justifie les éloges de DSK dans le domaine économique ? Il a été ministre des finances de Jospin. Sa politique y a-t-elle été meilleure pour les « petites gens » que se homologues de droite ? Se souvient-on de ce qui a motivé sa démission obligée lors de l’affaire de la MNEF en 1998 ? Sarkozy, président des riches... Et DSK ? Président des pauvres ? allons donc...

    S’il faut dégommer Sarko pour le remplacer par un « expert » qui ne vaut guère mieux... Pourquoi les socialos ne l’ont-ils pas choisi pour représenter leur parti aux dernières présidentielles ? 

    • caleb irri 25 août 2011 16:28

      @ Jean J.MOUROT

      Je ne crois pas avoir fait des éloges de DSK, et je n’en ferai pas. La question n’est même pas là : au jeu du pouvoir, il n’est pas rare que ce soient le deux « frères ennemis » (deux capitalistes qui s’entendent sur presque tout) qui s’affrontent en duel pour obtenir la place. ET effectivement, il importe peu (ou presque) pour le peuple de savoir si l’UMP ou le PS dirigera la France en 2012 : cette question n’intéresse en réalité que le PS et l’UMP. jusqu’où sont-ils prêts à aller pour cela ? c’est la vraie question !


    • Tall 25 août 2011 12:12

      Que DSK ait été piégé, ça me paraît très vraisemblable.

      Mais pour le FMI, je ne vois pas bien de différence essentielle entre DSK et Lagarde
      Tandis que pour la présidence française, c’est limpide par contre.

      • Claire29 Claire29 25 août 2011 12:24

        La théorie du complot ne tient pas debout.S’il y avait eu un complot,il n’aurait même pas pu quitter l’hôtel,c’est lui qui a permis son arrestation en appelant le Sofitel pour retrouver son portable à moins de dire que c’est lui qui a organisé le complot ! Sans cet appel,il s’envolait tranquillement pour la France.


        • caleb irri 25 août 2011 16:36

          @ Claire29

          La question du complot est secondaire. elle n’est que le moyen de lier les évènements entre eux, mais sa réalité importe peu, car en définitive la droite et la gauche, au niveau national comme au niveau international, n’ont qu’un seul objectif commun : celui de prendre le pouvoir pour eux-mêmes, quittes à marcher sur la tête du meilleur ami de trente ans.. : l’idéologie qui sous-tend non pas ce complot mais tous les complots (les petits et les grands) est la même pour tous, la satisfaction de son intérêt propre (ou celui de sa classe), au détriment de celui des autres. Que celui-ci ait eu lieu ou pas importe peu : il suffit qu’on y croie pour que ses effets se réalisent

          http://calebirri.unblog.fr/2010/07/03/de-la-necessite-du-complot/


        • vivabolivar 25 août 2011 17:18

          Pourquoi dire que la théorie du complot ne tient pas debout ?

          C’est une thèse comme une autre, même si perso je n’y crois pas trop
          Qu’il ait été piégé cela me semble vraisemblable, que faisait -il dans cet hôtel , seul sans garde du corps ou témoin alors qu’il se savait surveillé dans ses moindres faits et gestes, c’est une légèreté à laquelle il a tout loisir de méditer maintenant
          Arrêtons d’élucubrer sur des faits non avérés
          Cette histoire de portable m’insupporte, nous ne savons rien à ce sujet
          Les médias nous ont spontanément livré un scénario (départ précipité , portable oublié, sorti nu de sa douche ...) puis nous avons lu l’inverse, l’imagination a été très fertile chez les journalistes, surtout face au mutisme de DSK et de ses avocats , mutisme qui a payé
          Qu’en sait-on ?
          Qui sait s’il sortait à poil de sa douche ? 
          Seule la femme de chambre l’a dit et tout le monde l’a répété en boucle
          A vrai dire on s’en fout
          les seuls faits concrets :il s’est retrouvé en taule, puis peu à peu libéré à un moment en effet clé sur le plan mondial
          hasard ? y a t-il vraiment un hasard ou non ? c’est le sujet de cet article, on peut en effet s’interroger

          le reste n’est que littérature

        • Johan Livernette Johan Livernette 25 août 2011 17:17

          Bonjour,
          L’affaire DSK ne peut être comprise qu’après avoir bien cerné les divergences au sein de la haute finance mondialiste : Maison Rothschild (cartel bancaire) vs clan Rockefeller (complexe militaro-industriel).

          La vérité sur cette histoire est retranscrite sur ce lien : http://johanlivernette.com/index.php?option=com_content&view=article&id=224:la-dette-grecque-et-leffet-domino-le-bateau-tangue-et-va-bientot-couler

          Cordialement.
          Johan


          • contest 25 août 2011 20:06

            aujourd’hui découverte de votre blog ....félicitations


          • Vipère Vipère 25 août 2011 17:29

            A l’auteur,

            Si l’on accepte l’idée d’un complot, on ne peut que vouloir demander des comptes à ceux qui ont concouru à vous faire perdre votre poste au F.M.I. votre réputation, votre argent, « une présidence »  ?


            • sparte sparte 25 août 2011 17:59

              L’affaire DSK ne peut être comprise qu’après avoir bien cerné les divergences au sein de la haute finance mondialiste : Maison Rothschild (cartel bancaire) vs clan Rockefeller (complexe militaro-industriel). La vérité sur cette histoire est retranscrite sur ce lien : http://johanlivernette.com/index.php?option=com_content&view=article&id=224:la-dette-grecque-et-leffet-domino-le-bateau-tangue-et-va-bientot-couler
              *******************************
              Ben oui les M D M de Londres & New York

              le domino grec : effrayant

              les guerres actuelles visent à conquérir toutes les zônes pétrolières pour asphixier la Chine : bientôt : l’ Iran ?

              l’Europe n’avait qu’une chance : sortir du système financier anglo saxon, se réarmer et s’allier avec la Russie dont les ressources énergétiques et minières sont immenses


              • Céphale Céphale 25 août 2011 19:32

                La théorie du complot ? Oui j’y crois.

                J’ai lu hier un scénario qui pourrait inspirer un producteur de cinéma. Je résume.

                Madame N.D. est femme de chambre dans un grand hôtel. Mère célibataire, elle vit avec sa fille de 15 ans. Chaque matin, elle prend le bus à 7H pour aller à son travail et sa fille prend un autre bus à 8H pour aller au lycée. Une vie paisible.

                Un jour vers midi, madame N.D. vient de terminer une chambre quand deux hommes vêtus de noir, gantés, la prennent par le bras dans le couloir. « Tu vas faire ce qu’on te dit. Ta fille est en danger, tu ne le sais pas, mais nous le savons. Si tu es bien sage, nous la protègerons ».

                Ils la font entrer dans une chambre. Un homme est là, finissant de faire ses valises. Sous la menace d’une arme, ils le forcent à se déshabiller. Puis ils mettent madame N.D. à genoux et la forcent à faire une fellation à l’homme. Quand c’est fait, ils lui disent « crache, crache ». L’un d’eux ajoute, menaçant : « ne dis à personne ce qui s’est passé. Tu diras à ton chef que c’est lui qui t’a violée ». Puis ils disparaissent. 

                Mais ce n’est que du roman...

                • JL JL 25 août 2011 20:12

                   smiley  smiley  smiley


                • Ganesha Ganesha 25 août 2011 20:32

                  Ce qui s’est réellement passé :

                  Un complice (on sait qu’un collègue masculin était là) appelle Nafissatou et lui indique que DSK est sous la douche.

                  Elle entre dans la chambre et referme la porte (il n’y a pas vraiment de « clef », une simple chaîne)

                  Il sort nu de la salle de bain et elle lui propose aussitôt une petite « gâterie »... qu’il a l’immense stupidité d’accepter !
                  DSK veut la remercier avec un billet (20 ou 100 dollars), mais elle sort de la chambre en riant et en lui disant que cela va lui coûter infiniment plus cher que cela... Et il comprend qu’il est tombé dans un piège...

                  Ce qui aurait dû alerter DSK, c’est que « vraie » professionnelle se fait toujours payer « avant » !

                  Plus tard, ayant vu DSK sortir définitivement dans le couloir avec sa valise, Nafissatou revient dans la suite 2806 (ce qu’elle essaiera à tout prix de cacher au procureur)
                  Elle prend dans la corbeille le préservatif utilisé par DSK avec la dame de la nuit précédente, se met une goutte de sperme sur le chemisier, puis à l’idée saugrenue d’en mettre un peu partout dans la chambre, ce qui paraîtra « très inhabituel » au procureur et aux experts de la police de New-York, qui ont l’expérience de ce genre de situation...

                  Le « Viol par Fellation » est un des concepts les fascinants qui soit apparu sur cette planète depuis le « Dogme de l’Immaculée Conception », qui lui n’est qu’une reprise d’une légende bouddhique.
                  Cependant, mais uniquement sur la base d’une intuition personnelle, j’ai l’impression que Mme Diallo est une indépendante, et je ne la vois pas trop « téléguidée » par la CIA ou une autre grande organisation.

                  Tout ceci étant dit, je suis infiniment soulagé de la perte d’influence de DSK.
                  Il y a cependant dans cette affaire, une forte probabilité d’acte manqué : un personnage de son importance aurait dû avoir une secrétaire et des gardes du corps dormant dans le salon.
                  Avait-il, au fond de lui-même, une toute petite trace d’ « Idéal de Gauche » et a-t-il voulu laisser à d’autres « le sale boulot » qu’on attendait de lui ?


                • Céphale Céphale 25 août 2011 20:44

                  Oui, c’est un scénario possible, vu la déclaration du procureur.


                • chapoutier 25 août 2011 20:45

                  qui a les photos ?


                • Jean-paul 26 août 2011 00:09

                  Cephale

                  Bravo ,sous la menace d’une arme vous reussissez a bander ,Mais ce ne sont que des fantasmes ,fantasmes........


                • Jean-paul 25 août 2011 23:50

                  Allez une autre tournee de pastis pour Cephale et Ganesha .


                  • Jean-paul 26 août 2011 00:17

                    @ ganesha
                     On voit que vous avez l’habitude des fellations du bois de Boulogne et de leurs prix .Faites gaffe aux travestis quoique une bouche est une bouche pour vous .Viol par fellation allons donc ...quel concept fascinant .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès