Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’Allemagne de tous les possibles

L’Allemagne de tous les possibles

Notre puissant voisin allemand suscite l’attention, chaque soubresaut est décortiqué pour en tirer toutes les leçons utiles. Trois jours après le vote, la brume se dissipe un peu, les ardeurs pro-Merkel se calment, le temps de l’analyse s’installe. Evènement peu commenté lundi matin, l’élection dans le Länder de La Hesse mérite que l’on s’y arrête un peu. Les allemands de ce Länder ont aussi voté pour leur parlement régional. Dans un pays aussi fédéral que l’Allemagne, ce fait politique est de la plus haute importance.

La Hesse est l’un des Land les plus riches des seize Länder composant l’Allemagne, placé au centre du pays. Il concentre la plus grande partie de l’industrie et de l’économie allemande grâce à la Ruhr : Sanofi-Aventis, Merck, Opel, la Deutsche Bank, la Dresdner Bank, la DBV-Winterthur, SparkassenVersicherung, le Delta Lloyd etc … . Si Wiesbaden en est la capitale régionale, Francfort en est la plus grande ville. Le résultat des élections n’y est pas plus clair qu’à l’échelle nationale. Les hypothèses de coalition sont tout aussi multiples. Par contre le comportement des partis à l’échelle de la Hesse n’est pas le même

Le Parti social-démocrate (SPD) n’exclut pas une alliance avec les verts et Die Linke…ce qui n’est pas à l’ordre du jour à Berlin, on l’a bien compris. De même La CDU y est ouverte à un dialogue avec les Verts. Les résultats électoraux y sont aussi sensiblement différents : le SPD y fait un bien meilleur score avec 30,7%, juste derrière la CDU 38,3%%. Les Libéraux avec le FDP échappent de justesse à leur élimination du Landtag avec 5%, les Verts font 11,1% et Die Linke 5,2%. De fait la majorité sortante CDU/FDP n’a plus la majorité absolue.

L’analyse des relations et des rapports de force dans ce Land est révélatrice des évolutions possibles en Allemagne. Déjà Volker Bouffier (CDU) fera tout pour empêcher une coalition SPD/Verts/Die Linke qui a bien failli se produire dans le passé en 2008. C’est dire que ce tropisme-là est bien réel dans le pays. Par ailleurs dans ce contexte local la CDU entretient des relations très difficiles avec le SPD et les Verts. Mais de leur côté les Verts pourraient être sensibles à un rapprochement avec la CDU pour y former un gouvernement. Tout est possible dans les semaines à venir Dans le Länder de la Hesse, comme à Berlin.

Impossible de ne pas songer à la France, même si Le PS n’est pas le SPD, les verts français pas tout à fait sur le même plan que les Verts allemand, et le Front de Gauche n’est pas Die Linke. La différence majeure de contexte entre les deux pays c’est que le SPD doit trouver une solution pour reprendre la main et contrer la CDU. Alors qu’en France, si le PS devra bien mener une réflexion en termes d’alliance, qui comprendrait le Front de gauche, ce sera pour contrer un Front National (FN) au fait de sa puissance et non pas l’UMP.

Cette instabilité, due au fractionnement politique, affaiblit les grands partis et fragilise l’équilibre européen, précaire par nature.

Bien que les systèmes électoraux soient radicalement différents dans les deux pays, l’incertitude politique s’y dessinent de la même manière. En France avec un scrutin majoritaire à deux tours, et en Allemagne avec une proportionnelle intégrale pour les partis ayant dépassé 5 % des voix….les grands partis majoritaires à vocation de gouverner que sont le PS, l’UMP, Le SPD et la CDU ne sont plus en mesure de dégager de nettes majorités à leur profit comme dans le passé. Les écologistes et les partis à la gauche de la gauche (FDG et Die Linke) ont pris nettement place dans leurs paysages politiques respectifs. Différence notoire entre l’Allemagne et la France, l’émergence progressive et constante d’une extrême droite avec le Front national de Marine le Pen.

Pour les temps qui viennent Paris sera très attentif aux choix que retiendra Mme Merkel et aux signaux ainsi envoyés. Il est vrai que François Hollande souhaite fortement l’arrivée du SPD aux côté de la CDU. Les ministres sortant libéraux ne facilitaient pas sa tâche à Bruxelles en particulier, leurs remplacement pas des ministres SPD serait une véritable délivrance. L’Elysée table sur ce scénario pour une relance de la politique européenne. La très très lente Mme Merkel pourrait se voir dopée par ce cocktail précis et redémarrer une politique européenne plus forte, en avançant sur l’intégration politique et le gouvernement financier.

Mais rien n’est fait… gouverner pourrait devenir impossible pour Mme Merkel…


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 septembre 2013 16:10

    Démostheme,


    Vous n’a es donc rien d’autre a faire que de me troller ....c’est bien triste

  • Kern Kern 27 septembre 2013 19:00

    @ Pelletier


    Bien que ne voulant pas troller et surtout ne pas vous attrister , je me permet quand même de vous écrire ceci : 

    Si vous pensez qu’un parti allemand, quel qu’il soit , prendra position dans la politique intérieure du Pays pour faire plaisir à Hollande, ce au détriment des intérêts allemands, c’est que vous ne connaissez rien à la politique et à l’esprit allemand

    Pour que les courbes puissent s’inverser : il faudra chercher ailleurs 

    Excusez-moi pour le dérangement



    • COLLIN 28 septembre 2013 07:23

      "Cette instabilité, due au fractionnement politique, affaiblit les grands partis et fragilise l’équilibre européen, précaire par nature.«  smiley

      Puissiez vous être visionnaire,monsieur Pelletier smiley....et que cette imposture qu’est l’ »UE" s’effondre.... smiley


      • AlainV AlainV 28 septembre 2013 09:49

        "Le Parti social-démocrate (SPD) n’exclut pas une alliance avec les verts et Die Linke…ce qui n’est pas à l’ordre du jour à Berlin, on l’a bien compris."

        Selon l’un des membres éminents du SPD, s’exprimant à la ZDF, un gouvernement avec Die Linke et les Verts a été envisagé. L’intransigeance des élus Die Linke de l’Ouest, qui fait capoter toute velléité de coalition Rot-Rot-Grün, contraste avec le fait que Die Linke est au gouvernement dans plusieurs laender de l’Est et serait prêt à entrer au gouvernement fédéral. Reste à savoir pour quelle politique ...
         Sait-on, sur AV, que Die Linke a obtenu 64 élus au Bundestag la semaine dernière ? Il devient de ce fait la 3e force parlementaire du pays. Imaginons ce que donnerait ce type de scrutin à l’Assemblée nationale, avec 11% au Front de Gauche ?
        Décidément la constitution de la Ve République n’est pas vraiment démocratique.


        • Kern Kern 28 septembre 2013 11:00

          @ AlainV


           « Imaginons ce que donnerait ce type de scrutin à l’Assemblée nationale, avec 11% au Front de Gauche ? »

          Je ne vous le fait pas écrire

          On peut même pousser la comparaison avec les 18 % du FN ?

          Je vois que vous tiquez AlainV ?

          « Oui mais , ce n’est pas ce que je voulais dire... »

          Je vous avais compris ; grand démocrate en manque de démocratie que vous êtes smiley





        • AlainV AlainV 28 septembre 2013 10:00

          "La très très lente Mme Merkel pourrait se voir dopée par ce cocktail précis et redémarrer une politique européenne plus forte, en avançant sur l’intégration politique et le gouvernement financier."

          ... et en continuant à soutenir le dumping social et la folie de la finance qui pompe l’économie réelle et appauvrit 99,9 % de la population ???

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès