Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’Alliance de J-L Borloo : un non évènement. La trouille des (...)

L’Alliance de J-L Borloo : un non évènement. La trouille des sortants

Jean-Louis Borloo a donc lancé dimanche 26 juin 2011 une nouvelle "Alliance" fusionnant plusieurs petits partis centristes, et annoncé qu'il se prononcerait d'ici l'automne sur son éventuelle candidature. Pour les dirigeants de la majorité, une telle initiative est susceptible d'affaiblir Nicolas Sarkozy parce qu’elle poserait le risque d'une élimination du président sortant par l'extrême droite dès le premier tour. L’analyse est erronée.

Erronée car ce n’est pas l’extrême droite qui constitue le risque d’une élimination du président sortant dès le premier tour de la consultation électorale, mais tout simplement l’immense majorité qui est apparue au lendemain des élections régionales, voici un an, et qui a parfaitement suivi et compris la marche du monde et le futur que ses dirigeants lui réservent. 

Comme je l'ai expliqué le 24 mars 2010 sur Agoravox, au lendemain des élections régionales, un nouveau parti politique est né : la Grande Alliance. 

J’ai été le premier à parler de la Grande Alliance, de ce nouveau parti politique, identifié, et aux contours et à la composition de plus en plus précis. 

Un parti dont la spécificité tient au fait qu’il compte 21 148 548 membres face à 22 206 420 votants qui ont exprimé 21 192 866 suffrages sur 43 354 968 électeurs inscrits. 

Un parti qui est effectivement celui de « l’émeute silencieuse », comme l’écrit Pierre Bourdieu, repris en cela par Henry Lauret dans le numéro de l’hebdomadaire le nouvel Economiste, daté du jeudi 18 mars 2010. 

Un parti qui est celui des 21 148 548 abstentionnistes (48,78% des électeurs inscrits), nombre qui ramène à sa véritable dimension le résultat du scrutin du 21 mars 2010 : une disqualification des formations en place. 

Un parti qui est d'autant plus un parti politique bien réel, conscient de son existence, qu'il a trouvé sa légitimité dans une prise de conscience qui traverse désormais nombre de pays européens dont une majeure partie des citoyens a parfaitement compris qu'au-delà de la simple indignation il y avait désormais urgence à agir et à prendre son destin en main face au désastre économique et financier qui touche toutes les composantes de la société. 

Un parti qui, face à la perte de légitimité des éternelles formations dites de droite et de gauche, a clairement manifesté son intention de ne pas leur donner un chèque en blanc pour l’avenir, voire même aucun chèque.

Ce parti, qui a dégagé l’horizon électoral, a aussi ouvert un immense boulevard politique à celui qui invite désormais tous ceux qui s’y reconnaissent à l’accompagner, c'est-à-dire tous ceux qui - au nombre de 21 148 548 électeurs - sans oublier les 1 013 554 bulletins blancs ou nuls - ne se retrouvent plus dans cette dichotomie politique désormais obsolète  ; tous ceux qui ont aujourd’hui la volonté de  choisir un homme capable d’offrir quelque chose de résolument nouveau, de résolument moderne, en prise sur la réalité.  

Tous ceux comme les quelque cent mille jeunes supplémentaires qui chaque année arriveront sur le marché du travail et ce jusqu’en 2025 et qui devront prendre leur place dans la société. 

Tous ceux qui se croient encore « à l’abri » mais qui découvrent en réalité leur glissement vers la masse de ces huit millions de personnes qui sont en France en situation de pauvreté monétaire et qui « n’y arrivent pas, ou n’y arrivent plus ». (Voir en ce sens : Louis Chauvel, Les classes moyennes à la dérive, La République des idées / Seuil, 2006, ISBN 2.02.089244.8, 10,50 €. Voir un résumé de l’ouvrage sur : http://www.repid.com/Les-classes-moyennes-a-la-derive.html 

Tous ceux qui ont réellement besoin d’une véritable hausse de leur fiche de paie quand ils en ont encore une

Tous ceux qui ont tout simplement envie de vivre décemment, correctement, dans un pays qui est le leur, qu’ils aiment, qu'ils veulent rendre fort et prospère et dont ils ont la volonté de l'inscrire dans la marche du monde. 

Cette Grande Alliance est donc ce parti qui sera capable de transcender les aspirations de chacun dans une forme politique nouvelle, décloisonnée, inédite, en prise sur le XXI è siècle, véritable biodiversité sociale, culturelle, économique, politique, en phase avec les aspirations d’un « travailler mieux pour vivre mieux » plutôt que celles d’un autre slogan irrémédiablement failli.

Cette Grande Alliance est ce parti dont la vocation est de transcender les vieilles cultures politiques disqualifiées par la stérilité des jeux de pouvoirs et de mettre en place une nouvelle société construite sur des choix humains qui élimineront les orientations industrielles et économiques mortifères. 

Voyez comme la blogosphère étincelle de millions de commentaires qui décrivent ce monde en devenir, un monde dont les dirigeants actuels ne peuvent pas ne pas voir les transformations profondes et irréversibles. Tectonique politique, économique et sociale, des révolutions arabes aux démocraties qui naissent dans la douleur, réfléchissent à leur destinée et tentent de se recomposer en de multiples interrogations de part et d’autre de la Méditerranée, en Afrique, en Europe, en Asie, dans les Amériques, l’accélération de cette nouvelle Grande Transformation laisse derrière elle les vestiges dinosauriens d’élites totalement déconnectées des préoccupations et aspirations citoyennes et qui se cramponnent de manière pathétique à des structures et des institutions obsolètes, s’essayant vainement à surmonter le bruit de ces craquements qu’ils n’ont pas plus vu venir qu’ils n’en ont compris les causes. Crise systémique globale, catastrophes nucléaires, jeux politiques éreintés, personnel politique hors d’âge, autant d’ingrédients qui me conduisent à entrer en lice. 

« Il faut être absolument moderne » disait Rimbaud. L’élection présidentielle de 2012 constitue une extraordinaire occasion d’opérer une purge générale dans des institutions et des acteurs politiques qui ont fait leur temps, ces vieilles lunes descendantes, momies politiques qu’il convient désormais de mettre sous globe au Musée des Antiquités. Il faut aujourd’hui en appeler à un président de haut parage, un président de combat, un président visionnaire, sûr de lui, moderne. Sur tous ces points, soyez-en sûrs, ma détermination est ferme. Faites de votre vie un rêve et de votre rêve une réalité ! Investissez dans l’avenir ! Dans le neuf ! Dans le dynamisme et l’énergie ! Rejoignez-moi avec La Grande Alliance. 

« …C'étaient de très grandes forces en croissance sur toutes pistes de ce monde, et qui prenaient source plus haute qu'en nos chants, (...) - ô monde entier des choses - »

Saint-John Perse, « Vents », Paris, NRF Gallimard, 1960


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Imhotep Imhotep 29 juin 2011 11:07

    Où est passé Borloo du titre de cet article ? Une accroche ?

    A propos de Botoo, car il faudra s’en souvenir, il s’st félicité de la nomination au FMI de son ex-consœur du pouvoir à qui il a trouvé toutes les qualités. On voit ô combien sa candidature est une preuve d’indépendance. Pour l’instant Bayrou est très très réservé quant à Lagarde et a parlé, au moins pour que cela fût dit par un homme politique des problèmes de l’affaire tapie concernant l’amie de Borloo.

    •  C BARRATIER C BARRATIER 29 juin 2011 19:48

      Article n’importe quoi, avec un titre fantaisiste, je regrette d’avoir cliqué dessus et pris le temps de le lire. Cette méthode fait prendre le contrepied de ce que dit l’auteur ! Bref, un raté qui peut arriver à tous.


      • LE CHAT LE CHAT 29 juin 2011 22:30

        en plus , vouloir faire de son parti alliance un parti anti FN , celà n’est en rien original !
        il faudra trouver mieux pour se démarquer !


        • non666 non666 30 juin 2011 10:00

          Bon, ok, l’accroche avec Borloo n’etait pas térrible et sans lien avec le contenu du texte.

          Mais vouloir unifier tous les abstentionnistes risque de creer surtout une grosse cacophonie.
          Les invités du diner du Siecle voudraient nous limiter a une dualité de siamois qui les arrangent depuis 50 ans : UMP (et ses héritages divers) et PS (et sa trahison des ideaux marxistes)

          Maintenant oui, c’est vrai qu’a la limite nous aurions tous interet a nous reunir dans nos communes dans un parti generique pour se decouvrir, nous reunir par affinité et briser l’impression qu’EUX sont tout puissants et nous rien du tout.
          Evidemment les diabolisateurs professionels feront leur agit-propagande traditionnelle :

          « Nous vrais hommes et femmes de gauche ne pouvons nous souiller au contact de la bète immonde.... »
          Mais au final, la coexistence pacifique observée sur agoravox est probablement possible ailleurs.
          De toute façon, les seules forces qui ne le souhaitent pas sont celles de la mondialisation pour qui la fausse opposition de façade entre UMP et PS et tout a fait satiafaisante.

          Mondialisation rapide , axée sur les capitaux :
          Tapez 1 pour l’UMP

          Mondialisation inneluctable, à long terme, basée sur la colonisation des espaces europeens par des travailleurs moins disants sociaux, importés d’Afrique :
          Tapez 2 pour le PS

          Dans les durée , les deux options seront toujours choisies alternativement et on accelerera juste les domaines ou la France est « en retard » ... sur les interets des Elites financieres.

          Il a suffit qu’on ait Pompidou UNE FOIS, pour que l’ancien banquier des Rottschild livre les finances de la france aux banques privées....
          Il a suffit de VGE une fois, pour qu’on ait le regroupement familial et l’arrivée sur notre sol de 14 millions de colons.

          http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATCCI02320

          Donc se regrouper tous localement oui.
          Voir si on a deja un candidat consentuel ou s’il faut en fabriquer un oui.
          mais a mon avis, avant le deuxieme tour, il y aura des criteres de regroupement qui seront ceux des familles politiques traditionnelles.

          Nationalistes, Chretiens democrates et liberaux a droite.
          Marxistes authentiques, liberaux sociaux et sociaux liberaux à gauche
          Anarchistes, « Ecolo » et regionalistes pour compliquer le tableau.

          Certains ont de vrais candidats, d’autres uniquement des « false flag ».
          Je plains particulièrement les marxistes authentiques et les Chretiens democrates pour l’etat de l’Offre a laquelle ils ont accès pour l’instant....




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès