• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’ambitieuse feuille de route de M. Hulot

L’ambitieuse feuille de route de M. Hulot

Nicolas Hulot vient de proposer au Premier Ministre une feuille de route « très offensive » en matière d’écologie, selon Ouest France qui se fait écho d’une fuite du Monde.

Le Ministre de la transition écologique et solidaire déclare tout de go qu’il souhaite « une transformation du modèle agricole français ». On suppose que les téléphones ont dû chauffer entre la FNSEA et les différents ministères concernés par les propositions de Nicolas Hulot (Agriculture et Alimentation, Cohésion des territoires et Economie, sans oublier la Santé qui devrait être également au premier rang des ministères concernés)

Ça commence fort

M. Hulot souhaite parvenir à 50% de nourriture bio en restauration collective alors que l’ambition du Président de la République, alors candidat, dans son programme parlait de 50% de produits proposés bio, écologiques ou de circuits courts.

Bio, on sait ce que c’est, écologiques, ça fait bien mais cela ne veut pas dire grand-chose, quant à « circuits courts », il s’agit d’une véritable escroquerie puisque seule compte la notion de la distance parcourue par le produit qui par ailleurs peut être bourré de pesticides. Bref, le concept du circuit court pourrait même éliminer le bio en restauration collective qui se fournirait localement avec des produits non bio. Promesse facile à tenir donc pour le candidat Macron, alors que les propositions de son Ministre sont beaucoup plus ambitieuses et seront sans doute vivement combattue par le syndicat agricole majoritaire.

Même chose sans doute s’agissant du principe de précaution prôné par Hulot, concernant les plantes mutagènes qui ne font pas l’unanimité sauf chez les associations de producteurs et à la FNSEA… Cherchez l’erreur !

Ça continue bien, ou presque…

C’est dans le domaine de l’artificialisation des terres agricoles que Nicolas Hulot devrait trouver le consensus avec la profession agricole. En cause, l’urbanisation et les projets routiers dévoreurs de terres. Sur ce point, il bénéficiera d’alliés objectifs chez les élus locaux qui ont déjà signé des conventions ou des accords cadre avec les Chambres d’agriculture locales. Dans ces documents la principale obligation est supportée par les élus locaux qui s’engagent sur cette préservation en densifiant l’urbanisme (au détriment des habitants) alors que les efforts demandés aux agriculteurs locaux ne sont pas à la hauteur de l’enjeu écologique actuel.

Il est certain que ce sont les habitants concernés par ces dispositions déséquilibrées qui devront se mobiliser localement pour obtenir des aménagements à ces conventions.

Et puisque Nicolas Hulot s’engage aussi fortement sur la question de l’imperméabilisation des sols, on attend impatiemment que le gouvernement auquel il appartient enterre de manière définitive le projet d’aéroport de N. D. des Landes. Ce serait une belle preuve de son influence au sein de ce gouvernement.

Pour poursuivre

L’article d’Ouest France indique que « l’orientation générale voulue par N. Hulot pourrait amener à des frictions avec les tenants d’une agriculture française productiviste qui cherche à reconquérir ses parts de marchés à l’export » : Que c’est joliment exprimé !

Tout cela veut dire que Nicolas Hulot n’est absolument pas certain que sa feuille de route soit acceptée en l’état par le Premier Ministre. Cela veut dire également que la passe d’armes de la semaine dernière avec le Ministre de l’Agriculture au sujet des néonicotinoïdes n’est qu’un avant-goût de ce qui l’attend, d’autant que les compétences de M. Travers concernent aussi l’alimentation avec là aussi un lobby agro-alimentaire très influent.

Le Ministre de l’économie pourrait également mettre des bâtons dans les roues de N. Hulot étant entendu que l’exportation de nos produits agricoles et transformés pèsent dans la balance commerciale du pays et génère des emplois.

Seul point de convergence, le sujet du ralentissement de l’imperméabilisation des sols, en commun avec le Ministère de la cohésion des territoires et celui de l’agriculture au détriment de la qualité de vie des citoyens (densification de l’habitat, stabilisation en l’état des réseaux routiers, mobilité compromise, sauf en vélo…).

Enfin, le Ministère de la santé directement concerné par l’émergence des maladies liées au traitement des cultures ainsi que par les conséquences des canicules successives restera étrangement silencieux comme d’habitude et se contentera de rogner sur les dépenses classiques de santé pour rester dans les clous budgétaires.

On souhaite beaucoup de courage à M. Hulot et surtout qu’il se fasse entendre dans ce concert d’intérêts financiers et politiques divergents et surtout préjudiciables à l‘environnement et la santé des français.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 30 juin 09:55
    Il n’existe pas de produit consommable bio, les terres étant depuis longtemps TOUTES bourrées de saloperies !
    La preuve dans les produits bio il existe une tolérance de ses saloperies !

    • Croa Croa 30 juin 10:24

      À bob14,
      C’est une question d’appréciation. Le parfaitement bio n’existe pas en effet. Mais on peut tout de même considérer qu’à partir d’un certain niveau à partir duquel il n’y a plus d’action sur la santé et l’équilibre des systèmes c’est bio. Le label bio correspond à ce niveau en principe.


    • bob14 bob14 30 juin 10:31
      @Croa...Le bio est un commerce florissant, mais trompeur la marchandise n’étant pas blanc blanc...Un seuil acceptable pour qui et qui décide de ce seuil ?
      C’est comme la voiture électrique qui ne pollue pas, sauf que pour la construire elle pollue autant que les autres comme en fin de vie il faudra alors la détruire en polluant !
      Toujours un seuil décidé par qui ?..ben par les pollueurs qui gagnent de l’argent en trompant les gens !..Beaucoup de bio provient de l’étranger sans aucun contrôles ?

    • Michel DROUET Michel DROUET 30 juin 11:28

      @bob14
      Bonjour
      D’accord avec vous en ce qui concerne la voiture électrique qui est une véritable escroquerie (on paye plus cher et ensuite on paye la location des batteries).
      Beaucoup moins d’accord sur le bio même si comme pour le reste, c’est la nature du cahier des charges et leur observation par les producteurs qu’il faut regarder de près.
      Notons enfin que le bio qui vient de l’étranger voyage en camions, en trais ou en avion, ce qui laisse interrogatif sur l’impact carbone.


    • Pere Plexe Pere Plexe 30 juin 16:01

      @bob14
      Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, fût il pollué

      Les progrès en matières de détection des produits est tel que le moindre contact avec un produit non bio suffit a laisser des traces.
      Ne pas accepter un seuil aussi bas soit il c’est rendre impossible le label bio...
      Les arnaques écolos sont suffisamment nombreuses et autrement graves pour se concentré sur les plus néfastes.
      Par exemple les « bio carburant » qui n’ont rien de bio mais sont une rente pour feu Belin et les siens...

    • Ruut Ruut 30 juin 16:27

      @bob14
      Qu’est ce qui empêche de faire du hors sol bio ?
      Comme ça pas de contamination non contrôlée.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 juin 17:27

      @Pere Plexe
      Les seuils sont fixés par la Commission européenne, qui prévoit de les baisser pour le bio.
      « Agriculture bio : l’Europe veut autoriser les pesticides et réduire les contrôles de qualité ».


    • baldis30 1er juillet 10:59

      @Michel DROUET
      bonjour

      « Notons enfin que le bio qui vient de l’étranger voyage en camions, en trais ou en avion, ce qui laisse interrogatif sur l’impact carbone. »

      ben quoi .... c’est pareil pour tout ... comme pour le carbone !

      On va faire fabriquer les panneaux solaires et leur partie active , le silicium, en Chine . Comme il s’agit de l’une des métallurgies les plus polluantes qui soit on n’aura pas de réactions politiques ou sociales chez nous, les chinois sont suffisamment compétents pour empêcher ces débordements que nous ne pourrions souffrir.... ( ainsi parlait approximativement un certain Tartuffe )


    • Michel DROUET Michel DROUET 1er juillet 11:07

      @baldis30
      Bonjour
      C’est toujours bon d’élargir les questions par d’autres exemples et vous le faites très bien en rappelant cette hérésie des panneaux solaires.
      Notons également que les industriels français de l’énergie (électricité, gaz , pétrole) ne sont pas pressé de voir les énergies alternatives arriver sur la marché. C’est un lobby puissant qui freine des 4 fers la transition énergétique.


    • Croa Croa 30 juin 10:18

      Sa « Feuille de route » c’est juste ça ?  smiley smiley smiley smiley
      L’écologie c’est bien plus que ça même si l’agriculture bio c’est important. Globalement c’est :
      - Une économie relocalisée (pas seulement l’agriculture) et stabilisée en valeur (décroissante même au début afin de revenir à un niveau pérenne.)
      - La protection du vivant (l’homme en faisant partie on commence par arrêter les guerres.)
      - Etc. ! (En fait c’est très vaste et l’écologie oblige à repenser tout ce qui fait notre société finalement.)


      • Michel DROUET Michel DROUET 30 juin 11:11

        @Croa
        C’est vrai ! On peut également ajouter les énergies alternatives ainsi que nos modes de déplacements, etc...


      • zygzornifle zygzornifle 30 juin 10:31

        une feuille de croûte voila ce qu’il a le Hulot .....


        comme tout écolo qui se respecte il va couiner et se trémousser pour faire instaurer des taxes et autres augmentations que les « sans dents » vont se prendre en pleine poire, l’écologie c’est fait pour les bobos bardés d’Iphones dernier modèle mais pas pour les 9,5 millions de citoyens sous le seuil de pauvreté, un monde plus propre ça sert a quoi pour ceux qui souffrent de misère toute leur chienne de vie ? D’ailleurs son grand pote Macronibus n’a pas dit un mot pour les pauvres cela montre bien ce que « veau » ce triste personnage .....

        • Michel DROUET Michel DROUET 30 juin 11:23

          @zygzornifle
          Bonjour
          L’écologie concerne tout le monde. C’est vrai que le bio est beaucoup plus bobo, mais il se démocratise et les gens sont de plus en plus sensibilisés aux saloperies qu’on nous balance en l’air et dans les sols et qui nous font crever à petits feux.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 juin 17:49

          @zygzornifle
          Le meilleur moyen de déconsidérer l’écologie est de mettre des écologistes au Gouvernement ! Ils iront dans le mur et on dira que les écologistes ne servent à rien. Pourquoi ?


          ** Parce que les règles du commerce, l’agriculture, l’environnement, la défense des consommateurs, la mer et la pêche ne font plus partie des compétences des Etats, mais de la Commission européenne. Les Ministres de l’agriculture & de l’écologie remuent de l’air pour justifier leurs émoluments, et pi c’est tout.... 

          ** Parce que le TFUE impose la libre circulation des marchandises, des hommes , des services et des capitaux, le bio vient du monde entier par trains, par avions et par bateaux, pas très écolo tout ça...

          ** Parce que la Commission européenne passe 90% de son temps avec les lobbies industriels, dont la FNSEA. Et elle est chargée de faire appliquer les Traités européens, dont la PAC qui impose une agriculture productiviste et industrielle depuis 1962.

          Ce sont les écolos qui devaient être les principaux militants du Frexit et qui devraient rejoindre l’ UPR, au lieu de chercher à participer à des Gouvernements !!
          Il n’y a pas d’écologie possible en restant dans l’ UE.

          PS : Compétences de la Commission européenne :
          Elle est à l’initiative des lois, elle les fait appliquer et applique les Traités, dont la PAC. 

        • Jean Pierre 1er juillet 23:18

          @zygzornifle
          Je vous conseille la lecture de « Comment les riches détruisent la planète » de Hervé Kempf. L’auteur relie parfaitement la question sociale et la question écologique.

          Le dernier Canard parle de ce général qui utilise un avion militaire toute les semaines pour relier son lieu de travail et son domicile. A 800 litres de kérosène de l’heure , c’est 5 tonnes de kérosène parties en fumée toutes les semaines pour un seul connard plein au as. Avec moins d’inégalité et plus de démocratie ce genre de situation n’existerait pas et les ressources de la planète seraient mieux utilisées. 


        • Layly Victor Layly Victor 2 juillet 19:22

          @Michel DROUET
          Avez vous tenté, avec un salaire de l’ordre du SMIC, de vous nourrir bio ?

          Dévoué comme vous êtes à cette noble cause, je vous conseille une expérience à réaliser pendant six mois. On vous donne le SMIC, on en déduit le loyer, l’eau, l’électricité, les transports. Avec ce qui vous reste, vous vous nourrissez exclusivement bio.
          A la fin, vous pourrez écrire un livre sur cette aventure réussie, à n’en pas douter.

          C’est comme la bagnole électrique à batterie, cette création du diable.
          Le lithium indispensable est, pour leur malheur, abondant sur les terres des indiens des Andes. C’est une calamité qui s’abat sur leur tête. Les mines ont fait chuter drastiquement les ressources en eau et, dans certains villages, l’eau est maintenant « privatisée ».

          L’hypocrisie des bobos me dégoûte. Le Hulot, c’est un des occidentaux les plus détestés des peuples du monde. Les Africains l’ont surnommé Attila car, partout où il est passé, l’herbe ne repusse pas.
          Comment pouvez vous être assez aveugle pour ne pas voir que l’écologie politique est une manœuvre qui vise à réduire les ressources pour les pauvres et à les préserver pour les riches ?

        • Michel DROUET Michel DROUET 2 juillet 19:33

          @Layly Victor
          J’ai déjà dit ce que je pensais (la même chose que vous) sur la voiture électrique qui est une véritable arnaque.
          Je partage votre avis sur le coût du bio, mais aujourd’hui c’est la malbouffe ou la junk food qui a la côte, alors il faut peut-être arrêter d’empoisonner les gens et aller vers un autre modèle dans lequel on pourra manger moins de saloperies et en moins grandes quantités.
          Il y a un virage à prendre et des mesures à prendre également à l’encontre de ceux qui empoisonnent les terres et l’industrie agro alimentaire qui nous gave de saloperies, sans compter les américains qui abreuvent nos sillons de sodas qui vous donnent envie de bouffer encore davantage.
          Alors oui, ça prendra du temps, mais il serait temps de commencer à agir.
          PS : je mange des produits bio de temps en temps, mais je ne suis pas un exemple en la matière (mais je me soigne).


        • ll95400 ll95400 5 juillet 16:04
          bonjour
          certe les VE sont une grosse anaque et cela polu aussi.
          mais que dire des vehicules thermiques !!!!!
          pour les fabriquer c’est presque autant de pollution
          mais al’utilisation cela devient catastrphique
          pour une petite voiture qui est donnée po100 g de co2 au kl on arrive a 150 g en utilisation normale.
          a cela il faut ajouter l’éxtraction transport transformation et retransport pour arriver au moteur donc on double au minimum ce qui fait 300g de plus pour (l’extraction transformation) 
          on cosomme égallement énormément d’éléctricté ce qui augment encore la production de co2 en fin de compte on arrivera a environ 500g de co2 par Kilométre (génial)
          c’est vrai égallement que le pétrole ne polu pas et que personne n’en souffre.
           et que dire des autres émissions particule nox.... !!!!!
          et de tous les autre fluide huile boite moteur...
          cordialement 

        • baldis30 30 juin 11:08

          bonjour,

          L’imperméabilisation des sols ... !

          En ville ... étant donné qu’il est infiniment plus facile d’entretenir un sol bétonné ou bitumé qu’un sol engazonné on voit mal comment l’immense majorité des municipalités consacreraient plus d’argent dans un souci d’économies .... Reste à savoir si les systèmes d’évacuations des eaux pluviales respectent au moins la première circulaire qui fut édictée en la matière ... et la suite !

          Et ailleurs .... quel que soit le sol non revêtu dès que vous avez des pluies dépassant les 10 m3/sec.km² ça ruisselle ... ( et même avec une pluie spécifique plus faible selon la lithologie ...)


          • Michel DROUET Michel DROUET 30 juin 11:20

            @baldis30
            Bonjour
            Dans les villes on ne bétonne pas on « minéralise avec des ilots de verdure et des placettes en favorisant le cheminement pédestre » tout est dans la nuance et la novlangue !
            Autre phénomène créé par ce bétonnage dans les rues en front bâti avec de immeubles de chaque côté : les ilots de chaleurs avec des températures supérieurs de 3 degrés avec celle affichées par la météo. En cas de canicule, il ne fait pas bon habiter en ville.
            Le ruissellement que vous évoquez est encore plus important dans les campagnes du fait de la suppression des haies bocagères et des talus. L’eau va directement à la rivière en lessivant les sols gorgés de saloperies. Cela nous donne en particulier, les algues vertes en Bretagne.
            Bonne journée


          • Macondo Macondo 30 juin 14:00

            @Michel DROUET
            Bonjour, je débarque. Comme ça fait des décades, que je n’avais pas lu un article dans lequel Nicolas Hulot restait maintenu la tête hors de l’eau - attendant que la démonstration ne sa profonde mal-honnêteté de politicard soit démontrée dans ses nouvelles fonctions pour ceux qui se foutent de son passé carbone face aux enjeux - je voulais vous remercier pour cette respiration ... Des villes, dont on ne fera jamais le tour complet des nuisances qui s’agrègent, se renforcent, se banalisent. Prenons un métier 2.0 d’une grosse agglo sans tabou, le souffleur de feuilles sèches (pas mortes, hein), c’est d’abord un coupable empêchement pour l’humus de se reconstituer au pied de l’arbre, c’est ôter à l’odorat des enfants cette senteur unique si particulière à une saison, c’est aussi une nuisance sonore incroyable, ça disperse la faune et la flore des poils pubiens tombés du surplomb des cinq étages mitoyens, c’est enfin un moteur usant une énergie fossile pour fabriquer une espèce d’effet de « vent » (je sais c’est à pleurer, même en l’écrivant) dont disposaient à titre gracieux quarante générations de nos aïeux, qui n’auraient jamais tenté de ramasser des feuilles un jour de brise ...


          • dominique 30 juin 14:05

            @Michel DROUET
            « Le ruissellement que vous évoquez est encore plus important dans les campagnes du fait de la suppression des haies bocagères et des talus. »

            Un problème de plus de trente ans déjà. Mr. Hulot faisait déjà à l’époque des émissions de télé et ce phenomène était déjà bien connu. Depuis rien ou peu à changé. Les tracteurs deviennent de plus en plus grands de plus en plus lourds et malgrés les roues jumelées le tassement des sols est inévitable. Les haies bocagères et les talus sont autant d’obstacles pour nos agriculteurs les empechent justement d’utiliser de grosse machines.


          • Michel DROUET Michel DROUET 30 juin 14:23

            @dominique
            Comme pour les algues vertes, on connait les processus de destruction de la nature depuis plus de trente et on laisse faire...


          • Michel DROUET Michel DROUET 30 juin 14:26

            @Macondo
            Notre société est bien normée et organisée pour répondre aux vertus de l’industrialisation et de l’agriculture sans contraintes. Nous sommes en train d’en crever.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 juin 18:01

            @dominique
            Les Traités européens sont au service des grands groupes de l’agro alimentaire et de la grande distribution. Ce ne sont pas les agriculteurs qu’il faut blâmer, mais la politique agricole que la PAC leur impose : toujours plus de modernisations vers des productions industrielles, toujours plus d’investissements, d’endettements et de surfaces cultivables.
            Dès que les cours chutent, ils ne peuvent plus rembourser.
            « UPR - Il ne faut pas se tromper de cible ! »


          • Croa Croa 1er juillet 10:19

            @Fifi Brind_acier « Ce ne sont pas les agriculteurs qu’il faut blâmer » Ça dépend... Ils sont nombreux à soutenir la FNSEA europhile et partisane d’une concurrence effrénée pour plus d’exportations (assez hypocritement toutefois car ils aiment aussi se faire subventionner.)
            Par contre ceux qui sont à la confédération paysanne sont conscients des problèmes qu’ils subissent et proposent des solutions... Dont l’UE ne veut généralement pas hélas.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er juillet 11:45

            @Croa
            Ben oui, c’est par là que passe les subventions ....
            La Confédération paysanne critique beaucoup l’ UE et la FNSEA, mais au final ne veut pas sortir non plus de l’ Europe !
            « Pour une Europe meilleure pour les paysans »... à la St Glinglin !!


          • Jean Pierre 1er juillet 23:28

            @Fifi Brind_acier
            La fuite en avant dans le productivisme, la concentration des terres, etc, avait commencé en France bien avant l’Europe. Le remembrement existait déjà, alors que l’Europe ne s’occupait encore que de l’acier et du fer. De plus, c’est un phénomène mondial. L’agro-alimentaire et la grande distribution poussant vers toujours plus de modernisations, toujours plus d’investissement, etc, ça marche aussi très bien aux Etats-Unis et l’Europe n’y est pour rien.

            Vous vous trompez de cible.



          • Michel DROUET Michel DROUET 2 juillet 07:44

            @Jean Pierre
            Judicieux rappel, mais je crois que Fifi est incapable de sortir de son raisonnement.


          • mmbbb 2 juillet 08:46

            @Michel DROUET et oui toujours les memes commentaires je lui retorquais que la délinquance dans les banlieues francaises ( les territoires perdus de la republique ) n’ avait pas de lien direct avec une volonte de l OTAN .. Avec FIFI deux modeles s imposent l OTAN et L Europe Je lui fis remarquer qu il ( elle ) devrait aller passer quelques temps dans les banlieues avant de raconter n importe quoi. Je lui fis remarquer que c est le Europe qui imposa une procédure stricte d emploi de pesticides ( masque conservation dans un endroit protege et sous cle ) , moi qui parcourra les fermes ; les bidons dont pourtant la mention « dangereux » etait mentionné trainaient. . Le veaux aux hormones et la vache folle sont anterieures a l entree de la France dans l Europe , J ai discute avec un vigneron du Beaujolais Morgon dans les annees 1970 c’etait du sulfatage intensif . Fi Fi est une technocrate defendant l ENA mais ne connaissant pas la vie ordinaire. Quoi qu il en soit c’est un mauvais representant de l UPR


          • Michel DROUET Michel DROUET 2 juillet 10:40

            @mmbbb
            Fifi est bornée, ne lit pas les commentaires des autres et répète toujours les mêmes choses.


          • mmbbb 2 juillet 16:36

            @Michel DROUET pas etonnant que l UPR n’est pas depasse les 0, 8 %


          • Layly Victor Layly Victor 2 juillet 19:34

            @Macondo

            Je suis d’accord à 100%. Ces soufflantes, c’est d’une bêtise insondable. Le bruit est insupportable, et ça demande pratiquement autant de travail aux employés. J’habite dans une région de platanes. A l’automne, on se croirait sur le tarmac d’un aéroport international.

            Un autre scandale, au mépris de la loi. Les eaux pluviales qui viennent des toitures sont dirigées vers les égouts, en violation totale de la loi. On pourrait les diriger vers des citernes, pour les jardins potagers et certains usages domestique. Bien entendu, ceci n’intéresse pas du tout le bandit de grands chemins Hulot.

          • Michel DROUET Michel DROUET 2 juillet 21:01

            @Layly Victor
            Hulot, Ministre des gouttières ? Ce ne serait pas plutôt le boulot des Maires et des préfets ?
            S’agissant des soufflantes, je partage votre avis, mais bon, les administrés demandent que les rues soient propres et si on se casse une patte en glissant sur une feuille morte, le Maire aura droit à un procès.


          • Croa Croa 3 juillet 18:29

            À Michel DROUET « si on se casse une patte en glissant sur une feuille morte, le Maire aura droit à un procès. »
            Et les balayeurs c’est pour les chiens ? La plupart des villes ont des balayeurs. Un balayeur ça balaye avec un balai.


          • alain_àààé 30 juin 13:20

            je suis d accord avec l auteur et la plupart des commantaires car pour avoir des terres en bonne état il faudrait au moins 20ans sans cultivé pour retrouver un bon état des terres et que les saloperies seront éliminé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès