Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’anarchie c’est la propriété et le libre-marché

L’anarchie c’est la propriété et le libre-marché

Il n'y a qu'une alternative : la tyrannie (la dictature) ou la liberté (l'anarchie). La démocratie représentative est une tyrannie de la majorité représentative (indirecte), la démocratie directe (ou semi-directe) est une tyrannie de la majorité directe (ou semi-directe), la démocratie conseilliste est une tyrannie de la majorité dans les conseils, la démocratie athénienne est une tyrannie de la majorité tirée au sort, etc.

Toutes les formes de démocratie possibles et imaginables ne sont que des formes de tyrannies de la majorité. Et ce n'est pas l'existence d'une liste de droits fondamentaux, de constitutions, de la presse et des médias, d'une société civile active, et que sais-je encore, qui vont changer quoique ce soit à ce fait. La démocratie c'est essentiellement une majorité qui impose son bon plaisir, par la force s'il le faut, aux minorités. Améliorer ou radicaliser la démocratie ne changera pas cela.

Les anarchistes qui prônent une démocratie directe, radicale, avec mandat impératif, tirage au sort, et tutti quanti, les anarchistes qui prônent la démocratie des conseils, se contentent de demander une tyrannie allégée. Mais une tyrannie allégée n'en est pas moins une tyrannie... 

Après avoir descendu la démocratie, les démocrates vous classent généralement dans la case des individus favorables à une dictature (qu'elle soit militaire, aristocratique, oligarchique, ou monarchique), alors qu'en réalité ils appartiennent eux-mêmes à ce grand ensemble des partisans de la tyrannie.

Pourtant, il existe une alternative à la démocratie et à la dictature : l'anarchie. L'anarchie c'est la société où l'individu est libre de faire ce qu'il veut tant qu'il n'agresse pas autrui. Autrement dit, chacun étant propriétaire de soi-même et de ce qu'il acquiert par son travail, tant que nul n'attente à la propriété d'autrui chacun est libre de faire ce que bon lui semble (chacun s'autogère librement). Dans une telle société dépourvue d'agression, les rassemblements communautaires se fondent sur le volontariat et l'unanimité et non sur la contrainte, tandis que les individus commercent pacifiquement et échangent librement les produits de leur travail. 

Voilà pourquoi le projet réellement anarchiste peut être résumé en deux mots : propriété et libre-marché.


Moyenne des avis sur cet article :  1.58/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • confiture 7 janvier 2015 10:45

    Donnez nous notre baffe quotidienne !


    • lermontov lermontov 7 janvier 2015 10:51

      La propriété, c’est le vol’.

      De toute évidence, tes professeurs de philo, d’histoire et autres se sont livrés à une pure réécriture de l’Histoire auprès de ta génération.

      Ton assurance, entièrement basée sur le faux et le vide, la chimère, est fascinante. Au fond, tu es un specimen abouti de ce qu’on nommera plus tard barbarie.


      • Fergus Fergus 7 janvier 2015 11:21

        Bonjour, Adrien.

        Ou comment porter l’utopie au pinacle !

        « L’anarchie c’est la société où l’individu est libre de faire ce qu’il veut tant qu’il n’agresse pas autrui. »

        La belle chose que voilà. Le problème est que pour définir les limites de la liberté de chacun il faut des règles et des lois. Ainsi que des élus pour définir ces règles et voter ces lois.

        Le problème de l’anarchie telle que vous la décrivez, c’est qu’el refusant toutes les lois, elle a toujours, à un moment ou un autre, amené les plus exaltés de ses partisans à basculer dans l’intégrisme et la violence.


        • Fergus Fergus 7 janvier 2015 11:23

          Lermontov a raison : cette vision de la société est, paradoxalement, porteuse du venin redoutable de la barbarie car basée sur un rejet fondamentaliste.


        • Robert GIL Robert GIL 7 janvier 2015 11:58

          Marx pensait-il que le but ultime du communisme était l’anarchie lorsqu’il écrivait : «  Tous les socialistes entendent par anarchie ceci : le but du mouvement prolétaire – l’abolition des classes – une fois atteint, le pouvoir d’État disparaît et les fonctions gouvernementales se transforment en de simples fonctions administratives. ». Il est vrai que Marx ne connaissait pas les socialistes d’aujourd’hui, et serait étonné par nos communistes !
          .
          voir :
          L’ANARCHIE, CE N’EST PAS LE BORDEL !


          • amiaplacidus amiaplacidus 7 janvier 2015 13:11

            Petit Adrien,

            J’ai eu la curiosité d’aller parcourir votre blog. Rassurez-vous, en diagonal, de toute façon les articles dont vous abreuvez Agoravox ne sont que des copié-collé de ce blog (lui-même copié-collé d’autre publications), pas vraiment de création. Donc, simplement, parcouru, parce que, quoique à la retraite, j’ai des choses plus intéressantes à faire.

            Une chose toutefois a retenu mon attention, c’est lorsque vous dites :

            « Depuis quelques semaine, je travaille comme remplaçant au cycle (dans un établissement d’État) avec des élèves de 12 à 15 ans et je n’ai pu que constater que le degré de motivation des élèves équivaut à zéro »

            Passons sur le fait que quelques heures de remplacement vous permettent de dire « je travaille ». Passons encore sur le fait que je comprends parfaitement que les élèves en face de vous perdent tout motivation.

            En revanche, je note que vous faites des remplacements dans un établissement d’État ! N’avez-vous pas honte ? Vous, un libertarien, travailler pour une administration étatique !

            Vous devriez être cohérent dans votre pratique et vos « idées ». Ouvrez-donc une école privée, là vous pourrez mesurer, par le nombre d’élèves assistant à vos prestations, votre valeur réelle. Ah, j’oublie, il y a un risque entrepreneurial et vous, tout libertarien que vous vous proclamiez, vous ne voulez pas prendre ce risque. Alors, vous préférez le cocon merveilleux de l’État.

            Somme toute, vous crachez sur la main qui vous paye.

            Permettez-moi maintenant d’être vulgaire : même les animaux ne chient pas dans leur nid.


            • lermontov lermontov 7 janvier 2015 14:16

              C’est quoi le nom de son blog ? ’La tambouille du gribouille’ ?

              Il fait constamment dans le confusionnisme. Pour lui, le libéralisme économique, c’est l’anarchisme, etc, etc.


            • amiaplacidus amiaplacidus 7 janvier 2015 18:13

              Lermontov, je n’ai pas trop le coeur à polémiquer, parce que des gens que j’aime bien sont morts aujourd’hui. Morts au nom d’un commerçant arabe du Moyen-âge, ruiné, pédophile, qui, en pillant le fond judéo-chrétien (qui ne vaut guère mieux) a créé une nouvelle religion pour se refaire une santé financière. Malheureusement, la mayonnaise a prit.

              Néanmoins, je vous donne l’adresse du blog : http://adrienfaure.blog.tdg.ch/archive/2014/12/30/la-diversite-libertarienne-263276.html
              Il est abrité dans un journal suisse, dont le contenu est plutôt au ras des pâquerettes, enfin, cela ne doit pas être trop difficile pour Adrien.


            • rocla+ rocla+ 7 janvier 2015 14:14

              Il est victime du préjugé «  les Corses ont tous un poil dans la main » 


              alors il se venge avec  les Suisses qui ont chacun une banque dans la poche . 




              • Julien30 Julien30 7 janvier 2015 14:18

                Oui :), ça doit être quelque chose dans ce goût-là dans l’esprit très humaniste de notre brave Sampiero.


              • Julien30 Julien30 7 janvier 2015 16:39

                Oui en effet tes propos puent, rien à dire, bravo pour cette lucidité dans l’autocritique.


              • JL JL 7 janvier 2015 14:23


                ’’ L’anarchie c’est la propriété et le libre-marché’’

                Ce titre est imbécile. Démonstration :

                - la propriété et le libre-marché, c’est le libéralisme dans sa définition la plus concise.

                - Qui dit propriété privée dit institutions pour protéger la propriété privée.

                - De fait, l’État libéral ce n’est pas l’absence de l’Etat mais l’Etat au service de la propriété privée et du marché.

                CQFD : ce titre est imbécile.


                • 1984 7 janvier 2015 15:43

                  Tu trouves qu’il n’y a que le titre qui est imbécile ???


                • JL JL 7 janvier 2015 18:45

                  Je n’sais pas, j’ai pas lu : je connais le refrain, un article du bonhomme m’a suffit. Donner mon avis sur le titre c’est déjà trop de temps passé avec ce petit lucilio.

                   smiley


                • Rmanal 7 janvier 2015 14:38

                  Vous mélangez tout. Etant étudiant en fac, je m’étonne de votre manque de culture au sujet de l’anarchisme. Tout ce que vous dites à déjà été traité et écrit il y a 100ans.
                  « tant qu’il n’agresse pas autrui » : c’est bien le problème de fond de votre survol du problème. Quand peut-on dire que l’on agresse l’autre, chacun ayant sa propre définition. Si je ne peux pas me payer, ou échanger quelque chose contre, un lopin de terre pour me rendre indépendant des autres, est-une agression ?
                  Bref vous partez de zéro : revenez lorsque vous aurez un peu plus de connaissance du sujet.


                  • Xenozoid Xenozoid 7 janvier 2015 14:48

                    Mouahahahah !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!,cela doit être très rigolo j’avais une idee puis je viens de la perdre......grrrrr a cette allure là ça va marcher on aurra tous notre propre anarchisme, une sorte de fourre tout,de rien merci !!!!!!! si c’était aussi simple que de le dire, on aurait même plus besoin de mots :

                    Nous allons hériter de la terre. Il n’y a pas le moindre doute à ce sujet. La bourgeoisie peut sauter et ruiner son propre monde avant de quitter la scène de l’histoire.L’opéra continuera sans spectateur et nous seront tous acteurs


                    • Hermes Hermes 7 janvier 2015 16:15

                      Bonjour,

                      Pour une telle société, ou chacun fait ce qu’il veut il faut des hommes suffisamment éveillés pour se rendre compte de leur propres tendances à théoriser pour les autres..... smiley

                      La priorité est de s’éveiller à soi-même. Si le monde court à sa perte comme un somnanbule sur un toit, c’est simplement parceque le sommeil est généralisé : chacun est persuadé d’avoir raison et que l’autre est un con. Cela commence dans la famille, au bureau, sur du papier journal, et se termine, la Kalash à la main..... Et c’est le drame.

                      Votre idéal est magnifique, il importe de le vivre à chaque instant au lieu de le projeter dans un modèle abstrait extérieur et futur. Alors vous verrez que chacun en réalité fait ce qu’il peut là ou il est, mais ne peut pas donner la réponse adaptée, car ses croyances l’empêchent de se réveiller, et que les habitudes l’emprisonnent.

                      Même la croyance que la présence est une solution à quoi que ce soit, est une croyance qui empêche d’être présent. Chaque instant est différent et est à VIVRE.

                      Passé cette étape vous verrez que chacun ne peut faire que ce qu’il a à faire, et qu’il n’y a pas de liberté, car la connexion avec la réalité fut-elle ultime n’apporte aucun pouvoir, que des devoirs que l’on vit sans contradiction.

                      La simplicité est indispensable ! La recherche de la perfection est un piège implcacable.

                      Bonne journée.


                      • Enabomber Enabomber 8 janvier 2015 10:39

                        Grosso modo, dans les faits c’est un nihilisme ultra-libéral. Avec comme toujours une glorification de la propriété privée, c’est-à-dire en réalité de l’héritage, donc de la transmission des inégalités. C’est la différence fondamentale avec l’anarchisme, qui tel que je l’entends remplace cette notion par un usufruit.


                        • gaijin gaijin 8 janvier 2015 11:58

                          encore un libertarien qui se prend pour un anarchiste comme si on n’avait pas assez de spartacus dans ce rôle ......

                          a l’auteur :
                          pourquoi résumer toute la question a celle de l’activité économique ? l’homme ce n’est que ça ?
                          une masse informe d’ appétits brutaux ?
                          c’est l’erreur de droite et de gauche depuis le 19ème siècle
                          et c’est un peu court pour quelqu’un qui prétend aimer la sagesse ....

                          vous a t’ il échappé par ailleurs que depuis pas mal de temps le libre échange se défend ( en fait s’impose ) a la force des armes ?
                          en quoi cela est il compatible avec l’anarchie ?
                          ( qui n’est pas le bordel mais le refus de tout ordre imposé y compris celui que l’on voudrait imposer a d’autres... )


                          • Parrhesia Parrhesia 9 janvier 2015 20:21

                            L’un des avantages de l’expérience, c’est de faire gagner du temps.

                            Par exemple, l’expérience permet, à la seule lecture de certains titres, de nous dispenser d’en lire le texte.

                            C’est le cas pour cet article !

                            En un sens, merci !!!


                            • Chouardiniste 21 juillet 2015 23:04

                              Je ne répondrai qu’une chose : Histoire ... L’anarchie marche tout seul dans le désert ... déjà la tribu d’Amazonie a un État caché, intériorisée : le tabou ...
                               
                              1/20

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès