Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’ancien petit chanteur à la Croix de Bois n’aime pas (...)

L’ancien petit chanteur à la Croix de Bois n’aime pas Robespierre…

Aucune rue de Paris ne porte le nom de Robespierre. Afin d’y remédier, Georges Sarre et Michel Charzat ont proposé au Conseil de Paris de donner le nom de Robespierre à une rue de la capitale.

Mais une courte majorité UMP-PS a rejeté cette initiative, le Maire ayant demandé un avis défavorable de l’exécutif.

Pas de rue Robespierre à Paris sous Jacques Chirac, pas de rue Robespierre non plus sous Bertrand Delanoë...

En 2006, un des lieux les plus prestigieux de Paris, le parvis de Notre-Dame, au cœur de l’île de la cité, changeait de nom et devenait " Parvis Notre-Dame - Place Jean Paul II ".

En décidant d’honorer ainsi l’ancien pape, Karol Wojtyla, Bertrand Delanoë faisait un choix arbitraire, soutenu par une majorité inhabituelle d’élus municipaux parisiens : socialistes et UMP auxquels s’étaient joints les UDF de l’époque.

Il dérogeait ainsi à une règle qui s’impose d’ordinaire : attendre 5 ans entre le décès d’un personnage illustre et le fait de donner son nom à une rue ou une place parisienne. Tous les autres partis de la majorité municipale de gauche (Verts, PCF, MRC, PRG) avaient voté contre cette décision.

Aujourd’hui, la même alliance UMP-PS resurgit à propos d’une proposition de Georges Sarre et Michel Charzat, faite au Conseil de Paris avec le soutien des groupes MRC, PC, PG ainsi que quelques élus socialistes et verts, de donner le nom de Robespierre à une rue de la capitale.

Une courte majorité a rejeté cette initiative, après l’hostilité affichée du Maire de Paris et une intervention d’une rare mauvaise foi de M. Bournazel pour l’UMP.

Bertrand Delanoë, homme prétendument de gauche et socialiste « libéral » a visiblement un problème avec la Révolution française de 1789 car il est absolument anormal que le Paris des Lumières n’ait toujours pas une rue Robespierre.

On savait déjà que l’ancien petit chanteur à la Croix de Bois avait un faible pour le pape et le Vatican, Etat dans lequel il est interdit d’être non-catholique, d’être syndiqué, de faire grève et dans lequel il n’y a jamais eu d’élections démocratiques.

Mais de là à imaginer que le Maire de Paris considérerait, comme l’UMP et la vieille France catholique, que Robespierre n’est qu’un vulgaire bourreau sanguinaire, il y avait un pas, sans doute, à ne pas franchir. Bertrand Delanoë devrait relire l’histoire de France et celle de la papauté romaine car le plus criminel des personnages n’est pas forcément celui qu’on croit.

Robespierre fut l’un des rares défenseurs du suffrage universel et de l’égalité des droits, défendant le droit de vote des comédiens et des juifs. Il participa à l’élaboration de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ainsi qu’à la première constitution française de 1791. Il défendit l’abolition de l’esclavage et le droit de vote des gens de couleur et les Sociétés populaires.

Jean Paul II a toujours mené une campagne acharnée contre les plus élémentaires libertés démocratiques que sont la contraception et l’IVG, sans parler de la lutte criminelle contre le port du préservatif, seul moyen de masse pour enrayer la pandémie du SIDA, ce qui causa (et cause encore) la mort de millions de gens, particulièrement en Afrique…

Comme disent les turfistes, Y’a pas photo…




Intervention de Georges SARRE au Conseil de Paris


"Chers collègues,

Clemenceau avait l’habitude de dire « la Révolution forme un bloc ». Oui, toutes ces femmes et ces hommes méritent d’être respectés et honorés.

J’ai observé qu’aucune rue de Paris ne porte le nom de Robespierre. Ce n’est pas un oubli. C’est un choix. Mais pourquoi ?

Qui est Robespierre ? La caricature du bourreau sanguinaire à laquelle seuls les piètres connaisseurs de la Révolution peuvent encore croire ?

Non ! Robespierre, c’est d’abord un révolutionnaire pétri des idéaux de la philosophie des Lumières.

Robespierre, c’est un député du Tiers Etat, qui se bat pour le suffrage universel, le droit de vote des juifs et des gens de couleur, l’abolition de l’esclavage !

Robespierre, c’est l’un des principaux rédacteurs de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen !

Alors que lui reproche-t-on ? D’avoir agi face à la contre-révolution, d’avoir encouragé l’insurrection populaire ?

D’avoir soutenu des mesures d’exception quand la République était menacée, en particulier par le soulèvement de Vendée ou de Lyon ?

Je n’ai pas le temps d’aller plus loin, chers collègues. Mais de grâce, ne m’opposez pas les poncifs qui circulent : il est établi désormais que Robespierre n’était pas le dictateur qu’on caricature pour mieux jeter l’opprobre sur les idéaux révolutionnaires et républicains qu’il portait.

J’en veux pour preuve qu’il refusa, à la veille de sa mort, de mobiliser les sections, lorsqu’il était détenu à l’Hôtel de Ville, car il refusait de « sortir de la légalité ».

Jean Jaurès, dans son Histoire Socialiste de la Révolution française, écrit, devant le tribunal de l’Histoire : "je suis avec Robespierre et je vais m’asseoir avec les Jacobins".

Je conclurai en vous exprimant par avance ma surprise, si d’aventure notre Conseil récusait Robespierre, alors que nous avons donné le nom de Jean-Paul II à une place de Paris !

Enfin, et puisque nous parlons des idéaux de la République, je vous rappelle la collecte en faveur des salariés de Continental, qui sera aussi un bon baromètre de la gauche parisienne.

Je vous remercie."



Photo Fkickr-cc : Robespierre par MazetMan (http://www.flickr.com/photos/mazetman/3994383621/

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • heliogabale boug14 17 octobre 2009 12:46

    C’est vrai que l’absence de rue (ou d’avenue) Robespierre est une honte quand on sait qu’il y a une avenue Leopold II dans le XVIe arrondissement (l’homme qui avait fait du Congo une terre où tous les habitants participaient aux travaux forcés pour la fortune du roi des Belges et dont l’exploitation fit probablement plusieurs millions de morts directs et indirects).
    Mais bon, depuis quand Delanoë est-il de gauche ? Robespierre n’était pas un gauchiste (mais un démocrate grandement influencé par Rousseau et Montesquieu) à ce que je sache, il défendait même la propriété privée mais l’égalité (ce qui fait de lui un des fondateurs de la pensée de gauche néanmoins) était un principe fondamental dans l’établissement d’une nouvelle société et celle-ci s’accomplissait selon lui et Saint-Just par l’école républicaine (même si certaines propositions étaient radicales comme arracher les enfants à six ans de leurs parents-pourquoi ne pas généraliser l’internat dès le plus jeune âge dans les quartiers difficiles ?, d’autres étaient fondamentales comme l’école obligatoire jusqu’à 13 ans).
    N’oublions pas que Robespierre n’était nullement impliqué dans l’arrestation de Danton (on a souvent surestimé ses prérorgatives dans la convention), qu’il a souvent exprimé sa désapprobation quand aux excès de la terreur et a sauvé de nombreuses personnes de la guillotine. Enfin, quand on sait que Fouché fut l’un des plus impliqués dans la chute de Robespierre, on ne peut que relativiser ce portrait fallacieux que les livres d’histoire continuent à présenter.


    • Fergus Fergus 17 octobre 2009 12:54

      Je fais aussi partie des gens qui estiment anormal que Robespierre, personnage central de notre Histoire, ne soit pas honoré par la voirie parisienne. Surtout que la toponymie de la voirie parisienne regorge de noms de personnages dont le seul mérite est d’avoir été propriétaires des terrains alentour. Tel ce Duchefdelaville (13e arrondissement) dont le nom amusant cache peut-être un sinistre individu ! 


    • Papybom Papybom 17 octobre 2009 13:22

      Bonjour l’auteur,

      Le Maire de Paris a raison. Avec Frédo, nous avons notre dose d’homosexualité.

      Alors que Ro(bert) baisse Pierre, c’est sont droit. Si Pierre est majeur.

      Cordialement.


      • Le péripate Le péripate 17 octobre 2009 13:38

        Le dictateur, qui avait entrainé la France dans la Terreur ( 1500 exécutions en 7 semaines entre la honteuse loi de Prairial et la chute de Robespierre), qui avait tenté d’implanter le culte de l’Être Suprême, n’avait rien écrit d’importance avant 89. Cet homme cajolé par les femmes de sa famille n’est même pas un penseur de la Révolution. Habile manoeuvrier il lâche Danton contre l’arrestation de Hébert. Il ne participe pas aux journées révolutionnaires directement, et acquiert ainsi cette figure de l’Incorruptible.
        Mais les victoires à l’extérieur rendent incompréhensible la poursuite de la Terreur. Car si la France est victorieuse, pourquoi la guillotine et pourquoi la dictature ?
        La journée du 9 Thermidor est l’aboutissement d’un complot général contre le régime odieux. Deux noyaux s’opposent à Robespierre : l’ancienne gauche hébertiste, extrême gauche des Comités et de la Convention ; et des ex-terroristes comme Fouché, Fréron, Tallas ou Barras qui sentent le vent tourner. Il y a aussi les modérés du Comité de Salut Public, Lindet, qui a refusé de signer l’ordre d’arrestation de Danton, Carnot, en conflit avec Saint-Just sur la conduite de la guerre. Et pendant le mois de juillet, Robespierre est étrangement absent. L’attaque viendra à la Convention de l’extrême-gauche, Billaud Varrennes, Collot d’Arbois. Les robespierristes sont mis en accusation. Les conventionnels destituent Hanriot du commandement de la Garde.
        Dernier rebondissement : la Commune de Paris fait délivrer le soir les députés arrêtés et mobilise maigrement : 2 à 3000 militants.
        Sous le commandement de Barras les gardes nationaux des beaux quartiers de Paris reprennent les prisonniers. Robespierre se tire une balle dans la machoire, et se rate. Il sera exécuté le lendemain avec ses complices dans l’ignominie, Saint-Just, Couthon et 19 autres.

        Bon débarras

        (source : la Révolution Française de François Furet)


        • Le péripate Le péripate 17 octobre 2009 22:55

          Merci Furtif. Comme il ne s’agit pas de copier/coller, des erreurs se glissent... désolé.


        • Iren-Nao 18 octobre 2009 12:36

          Bravo !

          C est impressionnant de pouvoir aligner un aussi grand nombre de contre vérités en aussi peu de lignes !

          1/ Robespierre n était pas un dictateur, les Révolutionnaires ne s était pas débarrassé du roi pour risquer de donner le pouvoir à un seul homme. Sous la Terreur, les décisions étaient prises par le Comité de Salut Public composé d une douzaine de membres (et encore c est sans compter le Comite de Sureté General qui détenait une bonne partie du pouvoir et s opposait souvent à Robespierre).

          Par ailleurs, Saint Just qui était très proche de Robespierre a sa rue, Carnot qui s opposait à lui mais pas à la Terreur, son avenue ou son boulevard. Billaud Varenne et Collot d Herbois qui ont toujours suivi sa politique mais ont fortement contribué à sa chute finale n apparaissent sur aucune plaque. Quelle logique ?

          2/ Cet homme cajolé par les femmes de sa famille n avait qu’une sœur avec qui il était fâché. Les femmes qui le « cajolaient » étaient celles de la famille de ses logeurs à Paris. Dans un cas comme dans l autre, je ne suis pas sur de voir ce que ca apporte au débat.

          3/ La journée du 9 Thermidor est tout sauf l’aboutissement d’un complot général contre le régime odieux. L immense majorité des conjurés appartenait au régime en question. Certains comme Fouché qui avait fait son travail avec trop d acharnement voulaient justement échapper à la punition de Robespierre qui pensait que ce personnage salissait sa chère Révolution. Vos prétendus ex Terroristes ne sont devenus ex qu’après le 9 Thermidor, au moment ou les vainqueurs ont commence à réécrire l histoire à leur avantage.

          4/ Pendant le mois de juillet, Robespierre est étrangement absent. Ah, bon point, ca au moins ce n’est pas une contre vérité. Mais si l on veut absolument en faire le dictateur responsable des atrocités de la Terreur, en quoi cette absence pendant quatre semaines sur sept serait elle une preuve à charge ?

          5/ Quant à la fin, là on n est pas dans la contre vérité, on est dans l aveu. C est mignon de s insurger contre la Terreur et de trouver parfait de faire disparaitre les Robespierristes dans ce qui sera la plus grande charrette de la Terreur.

          L ignominie n est pas forcement là ou on le croit !


        • Le péripate Le péripate 18 octobre 2009 16:52

          Son absence n’est pas étonnante. Il avait pour habitude de faire monter au front ses amis. L’institution de la Fête de l’Être Suprême avait été un bide, qui l’avait beaucoup affecté. Et peut-être on peut se dire qu’il avait quand même un reste d’humanité en lui, puisque comme un autre grand dictateur, il se suicide quand tout s’effondre.

          Mais bon, je n’en ai rien à foutre que vous lui donniez un nom de rue. Ca sera l’occasion de cracher sur sa plaque.


        • Clojea CLOJEA 17 octobre 2009 13:50

          Ne coupez pas s’il vous plaît, ne coupez pas...


          • Charles Martel Charles Martel 17 octobre 2009 13:52

            c’est dommage que cet article, sous couvert de faire découvrir un peu mieux le véritable Robespierre s’en tienne à des attaques digne d’une mauvaise foi exemplaire sur les personnes qui n’ont pas les opinions de l’auteur.

            Si vous voulez faire la listed e tous els connards (de gauche et de droite) qui ont un nom de rue, vous n’avez pas fini.

            En fait si, le seul moyen d’en finir avec ces gaminerie serait d’arrêter de donner des noms de personnalité à nos rues. car cela ne peut pas être fait sans une certaine dose de propagande quoiqu’on en dise.


            • heliogabale boug14 17 octobre 2009 14:03

              Robespierre ne serait pas un penseur de la révolution...je demande des preuves...pour reprendre Chateaubriand (qui n’était pas robespierriste) la révolution a connu trois grands hommes que sont Mirabeau, Robespierre et Napoléon chacun représentant une tendance politique qui modela fortement la France.
              Le complot de Thermidor est une preuve certaine que sa chute est due à un rassemblement d’opportunistes que l’on va retrouver pour certains jusqu’à la Restauration. On ne sait pas si la balle ans la bouche est due à une tentative de suicide ou à un tir d’un garde.
              Si Robespierre se faisait discret pendant le mois de juller 1794, comment le rendre principal responsable d’exécutions qui s’étalèrent sur ces sept semaines ?


              • Le péripate Le péripate 17 octobre 2009 15:10

                C’est lui le décret du 27 Germinal, rapporté par Saint-Just « Le Tribunal est institué pour punir les ennemis du peuple ». Suppression de l’instruction, possibilité d’instruire sur simple dénonciation, plus d’avocats, et les juges sont autorisés à ne pas entendre de témoins ! Le texte est rédigé par Couthon, et Robespierre vient à la tribune le 22 Prairial dire « Nous braverons les insinuations perfides par lesquelles on voudrait taxer de sévérité outrée les mesures que prescrit l’intérêt public. Cette sévérité n’est redoutable que pour les conspirateurs, que pour les ennemis de la liberté ».

                C’est un fait : la Révolution française n’a pas eu de grands hommes. L’événement était trop grand. Sieyes, qui l’avait prévu, ne fera rien. Mirabeau ne croyait pas à ce qu’il disait, il s’y perdra, Danton était un intermittent, et Robespierre a semé Napoléon. Et encore au delà... La figure du totalitarisme prenait forme.


              • jymb 17 octobre 2009 14:06

                Oh oui ! une rue Robespierre..et une rue Pol Pot aussi !


                • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 18 octobre 2009 17:02

                  Et une avenue de la Terreur, un boulevard du Dr Guillotin !!!


                • Gio 17 octobre 2009 14:15

                  Robespierre un grand homme des lumières !? 
                  Vous me faite rigoler tristement Mr Ricchi.
                  Un assassin d’une infatigable cruauté, voilà tout ce qu’il y a à retenir de ce triste individu.
                  Seriez vous un adepte forcené de la peine de mort ?
                  Moi, pas.


                  • Albert Ricchi Albert Ricchi 17 octobre 2009 19:33

                    Quelle tristesse de constater que des avenues Thiers existent en France ou des places Jean Paul II qui porte une responsabilité énorme dans la mort par le sida de plusieurs millions de personnes en Afrique mais ceci ne semble pas vous choquer.

                    Quelle tristesse finalement qu’à travers cette affaire, vous ne semblez voir les choses que d’un œil, l’œil droit bien entendu...


                  • oncle archibald 18 octobre 2009 11:19

                    « Quelle tristesse finalement qu’à travers cette affaire, vous ne semblez voir les choses que d’un œil, l’œil droit bien entendu... » C’est marrant ça ... Les admirateurs de tous les extremistes considèrent toujours que les autres sont aveugles, ou pour le moins, borgnes !! 


                    J’ai bien aimé aussi la tirade sur les chouans qu’il était indispensable de faire couler au milieu de la Loire puisqu’ils prétendaient continuer à aller à la messe avec des curés qui refusaient qu’on leur dise ce qu’il fallait croire ou ne pas croire important !!

                    Et celle sur « Jean Paul II qui a toujours mené une campagne acharnée contre les plus élémentaires libertés démocratiques » ... juste parce que s’adressant à des gens qui en principe croient librement la même chose que lui, il leur rappelle qu’empecher un enfant de naitre alors qu’il a été conçu n’est pas conforme à ce qu’ils prétendent croire ...

                    C’est beau la liberté vue sous cet angle ! Merci Mr Chichirichi (cocorico en italien, non ?) de nous ramener aux choses essentielles ! Parce que donner le nom de Robespierre à une rue, une place ou une avenue ne me choqurai nullement .. C’est bien un personnage de notre histoire et à ce titre il y a droit .. Il y a bien une salle des fêtes « François Mitterand » dans mon village ... On peut rire de tout comme le disait Desproges, pourvu que ce soit rigolo .. Ce qui est rigolo ce sont les pretextes que vous invoquez pour justifier votre « sainte colère » devant tant d’injustice ... Poilant !

                  • amipb amipb 18 octobre 2009 21:53

                    Mr Ricchi, je ne suis pas catholique, comme vous l’aurez constaté on regardant mon avatar, mais je tiens à vous préciser que, pour tous le chrétiens, et donc par extension les catholiques, l’acte d’amour est fait pour procréer. Or, il est impossible de procréer avec un préservatif.

                    Il aurait mieux valu que le pape Jean Paul II promeuve l’abstinence, ça je vous l’aurait accordé.

                    Votre article aurait gagné en poids si vous aviez argumenté pour Robespierre et non en trouvant des contre-exemples très personnels.


                  • Gazi BORAT 19 octobre 2009 08:15

                    @ L’AUTEUR

                    La référence à Thiers est pertinente..

                    Faudrait-il débaptiser les nombreuses avenues Thiers que l’on trouive en France ?

                    gAZi bORAt


                  • Gio 19 octobre 2009 21:33

                    Pauvre Ricchi ;
                    Mieux vaut un oeil droit qu’être gauche dans ses dires, avec en plus une totale méconnaissance de ce que pense, entre autre, le vatican.
                    Mais les autistes intellectuels sont incurables, à ce jour au moins !


                  • Paul Cosquer 17 octobre 2009 16:36

                    Robespierre ou le défenseur de l’égalité des droits devant la guillotine !


                    • Paul Cosquer 17 octobre 2009 16:38

                      Non Jaurès a plutôt dit : « je suis avec Robespierre et sur ce Robespierre, je construirai le socialisme ». On a vu ce que cela a donné à l’Est.


                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 octobre 2009 17:01

                        Robespierre est suout connu pour cette phrase  :

                        « Nous le ouallons bien » 

                        et pour cette autre :

                        « On ne fait pas d’omelette avant de l’ avoir tuée  »


                        • Paul Cosquer 17 octobre 2009 17:06

                          Dans l’oeuf ! « Avant de l’avoir tuée dans l’œuf ». Il est important de citer correctement.

                          Jean Sarkozy « Tout ce fric, parce que le nous le volons bien (dans la légalité)  ! »


                        • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 octobre 2009 17:34

                          Ah non , dans l’oeuf il y a boîte à coucou ... 



                          Célèbre phrase de Johnny :

                          Ah que coucou  !



                          • tvargentine.com lerma 17 octobre 2009 17:44

                            A quand une pétition au PS pour une rue ROPESPIERRE à Paris ???

                            http://www.tvargentine.com/


                            • MICHEL GERMAIN jacques Roux 17 octobre 2009 21:44

                              On se connaît ?


                            • rocla (haddock) rocla (haddock) 17 octobre 2009 20:09

                              Je me méfie des vélorutionnaires en tout genre , comme je me méfie des ONG qui sous couvert de bonnes paroles piquent dans la caisse .

                              Pour une soeur Emmanuelle il y a cent escrocs à la charité .

                              Les mecs bourrés de bonnes intentions devraient essayer le vin blanc , rouge ou rosé .

                              Feraient moins de dégâts .


                              • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 17 octobre 2009 22:46

                                C’est pour ça qu’on dit que l’enfer est pavé de bonnes intentions ... comme je ne sais plus quel ministre qui allait en Thailande pour soulager la misère des jeunes ephèbes ...


                              • amipb amipb 18 octobre 2009 21:56

                                Le problème, c’est que pour cent escrocs il n’y a jamais une Sœur Emmanuelle.

                                L’Enfer est sûrement pavé de bonnes intentions, mais le Paradis n’a jamais été pavé de mauvaises.


                              • rocla (haddock) rocla (haddock) 18 octobre 2009 09:59

                                Rue de la grande truanderie ,


                                Voilà une rue parisienne reflètant la vie comme on la traverse .


                                En aucun cas on devrait mettre des noms de rues honorant des assassins . 


                                • Shaytan666 Shaytan666 18 octobre 2009 18:27

                                  Je me suis toujours demandé d’où venait ce nom ?
                                  Rue de la faisanderie p.ex. vient du fait qu’il y avait dans le temps un élevage de faisans je pense.


                                • Halman Halman 18 octobre 2009 11:17

                                  Si 5 ans après ma mort on ne donne pas mon nom à une rue je ressuscite et ça va saigner grave !

                                  Si cela se trouve le Robespierre n’en aurait rien eu à faire, il avait surement d’autres chats à fouetter.


                                  • pissefroid pissefroid 18 octobre 2009 17:54

                                    Je suis stupéfait de l’ignorance du peuple de france devant les évènements de la révolution française.
                                    Il est vrai que robespierre à fait exécuter des personnes mais l’époque était trouble et dangereuse pour la nation.
                                    Je crois que thiers (adolphe de son prénom, prénom prémonitoire) à tué entre 10000 et 100000 parisiens et sa bataille contre les communards avait reçu l’approbation de bismark au sortir de la guerre de 1870.
                                    Il a des rues à son nom.
                                    Apparemment cela ne trouble pas grand monde.
                                    C’est, après napoléon (le premier) le plus grand fossoyeur de personnes françaises du 19 ème siècle.
                                     


                                    • MICHEL GERMAIN jacques Roux 18 octobre 2009 21:51

                                      EFFECTIVEMENT, à peu prés autant de morts en une semaine ,« la semaine sanglante » en Mai 1871, que pendant toute le durée de la terreur. Toutes exécutées par les Versaillais de Thiers Adophe et de Jules Ferry. A l’annonce de la fin de la Commune de Paris, les rues pleines du sang des artisans et des ouvriers (hommes et femmes, enfants aussi), l’assemblée Nationale (de gauche à droite) crie comme un seul homme « vive la République ! ». 
                                      Autant d’exécutions sommaires dont il n’est jamais question...Normal, c’était des ouvriers pour la plupart. Des manuels, des pauvres, la « canaille » disait on. La racaille dit on. Des sauvageons quoi ! 


                                    • Paul Cosquer 18 octobre 2009 21:55

                                      J’ai justement prévu d’en parler dans mon prochain article consacré aux chansons de Montmartre que je rédigerai demain.


                                    • Paul Cosquer 18 octobre 2009 22:40

                                      (l’album en illustration en lieu et place de mon avatar n’est pas encore en écoute. Il est en modération sur jamendo.fr)


                                    • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 7 décembre 2009 05:43

                                      On voit bien le dogmatisme du type qui cause tranquille de son salon cablé en ADSL, bien au chaud dans son foyer francais.

                                      Vous dites Jean Paul II a toujours mené une campagne acharnée contre les plus élémentaires libertés démocratiques que sont la contraception et l’IVG, sans parler de la lutte criminelle contre le port du préservatif, seul moyen de masse pour enrayer la pandémie du SIDA, ce qui causa (et cause encore) la mort de millions de gens, particulièrement en Afrique

                                      Du coup, quelques commentaires

                                      - on ne savait pas que la contraception et l’IVG sont des libertes democratiques (merci de me citer les pays democratiques dont les constitutions accordent un tel droit)

                                      - une liberté NON democratique, c’est quoi ?

                                      - La RDA accordait un droit à la contraception, mais ne s’empechait pas pour autant de tirer sur ses citoyens, notamment ceux qui voulaient partir. Apparemment la contraception et l’IVG ne sont pas garanties que dans les democraties .

                                      - le port du préservatif, seul moyen de masse pour enrayer la pandémie du SIDA. Et l’abstinence ou la monogamie ?

                                      - apparemment vous n’avez JAMAIS lu les encycliques papales. Je vous met au defi de trouver une ligne qui dit « non au preservatif »

                                      - sur le plan purement ideologique : arretez de prendre les africains pour des abrutis. Vous pensez que quand le Pape leur dit un truc, ils suivent aveuglement ? L’Afrique est le continent qui connait le plus de guerres recentes pourtant le Pape s’est aussi prononcé contre la violence armée.

                                      - sur le plan pratique, vous etes au fin fond d’un village en Afrique (et c’est grand, l’Afrique). Vous etes sur le point de conclure. Le preservatif, vous le trouvez ou ?? Toute la terre ne ressemble pas à la France avec une pharmacie à chaque coin de rue.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès