Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’autocratie en marche... ou pire encore ?

L’autocratie en marche... ou pire encore ?

Pour couper l’herbe sous le pied à des petits malins qui pour faire de l’esprit diront que « l’auto-cratie » c’est une bagnole mal entretenue, aussi pour mieux cerner le sujet qui nous intéresse, un retour sur la définition de l’autocratie n’est pas inutile. Si l’on en croit les divers dictionnaires on peut résumer cette dangerosité par : « Système politique dans lequel le pouvoir est détenu par un seul homme, qui l’exerce en maître absolu. ».

 D’aucuns me diront que le terme est sans doute exagéré dans la situation actuelle. Certes, nous n’en sommes pas encore à cette extrémité, mais des stigmates précurseurs s’accumulent et deviennent au fil du temps de plus en plus significatifs. A l’évidence le processus est en marche et il est urgent, d’abord d’en prendre conscience, et puis d’y mettre le holà de façon péremptoire, sinon s’en est fini de la démocratie.

 Cependant, nous nous sommes peut-être endormis car cette prise de pouvoir insidieuse a débuté avant le début de ce quinquennat. C’était lorsque Sarkozy fut ministre de l’intérieur qu’il a commencé à utiliser, à mettre à sa botte le pouvoir policier à seul fin de servir ses ambitions. D’ailleurs, si l’on se souvient, les résultats de ses services de polices qu’il affichait de manière triomphale étaient le plus souvent le fait de la manipulation des statistiques. Il n’empêche que fort de ces résultats usurpés il en profita pour augmenter les effectifs donnant déjà à la France l’aspect d’un état policier. Il est aussi inutile de rappeler ses exactions verbales de cette époque qui mirent les banlieues à feu et à sang. Un petit air de despotisme flottait déjà dans l’air. Cela c’est confirmé avec l’affaire Colona où il condamna le berger corse avant que celui-ci ne fût jugé !

 Les bases d’un état policier étant fondé, après son élection la pression policière s’est donc accentuée aidée en cela par un parquet totalement inféodé. Heureusement les juges sont encore indépendants, mais il serait étonnant que cela durât longtemps car dèjà il veut supprimer les juges d’instruction qu’il ne peut contrôler. La cerise sur la gâteau pour toute autocratie c’est de pouvoir cacher ses exactions sous le couvert de la loi en invoquant par exemple le secret-défense ; c’est en l’occurrence ce qui est en préparation avec un projet de loi de programmation militaire qui pourrait ouvrir la porte à de l’impunité sur des dossiers sensibles et gênants pour le pouvoir et son chef. Inquiétant, et l’on comprend l’émoi et la colère d’une magistrature déjà malmenée.

 Comme l’autocrate veut avoir la mainmise sur tout, il active ses sbires pour renforcer les contrôles et fichages des populations. On en a pour preuve la polémique autour du fichier Edwige qui avec l’explosion de la vidéo surveillance va accentuer le flicage de tous les Français. On fera remarquer que les systèmes de fichiers existent déjà, mais sous prétexte de modernité, les rendre encore plus inquisitoire et centralisé ne peut être qu’un accessoire dangereux dans les mains d’une police qui se sent investie de plein pouvoir bien aidée par un parquet au service de gouvernants sans scrupule. Il suffit de se souvenir de l’arrestation musclée de ce journaliste n’ayant pourtant commis aucun crime, et puis les contrôles des papiers des individus deviennent monnaie courante, souvent d’ailleurs en fonction du faciès, et l’on voit aussi se multiplier pour un oui pour un non les prises d’ADN. Même des propos un peu virulents, des agitations légitimes lors de manifestations sont aussitôt mis à l’index, jugés et condamnés dans l’instant afin de faire taire des récalcitrants qui pourraient être contagieux. Ce sont là, à n’en pas douter, les façons de faire d’un pays à la limite de la dictature et dont les dirigeants ont peur que le citoyen conteste et conspue cet état de fait. Ne nous leurrons encore de bons sentiments, même le plus magnanime ne peut que constater l’avancée insidieuse du despotisme.

 D’autant que ce flicage des populations est mis au service de différentes causes. Mais sans doute, où cela est le plus flagrant, c’est au service de l’infect ministère de l’immigration. Si j’ai écrit infecte c’est que ce ministère nous rappelle les heures sombres de notre histoire, d’ailleurs celui, Hortefeu, qui a le premier détenu les clefs de ce ministère, « ferment de la xénophobie », a porté le cynisme jusqu’à réunir ses homologues européens à Vichy, triste symbole en vérité, mais néanmoins significatif des allégeances de l’autocrate aux idées d’un passé nauséabond.

 Tout d’ailleurs est du même acabit, car il n’est sans doute pas de jour où s’affirme, apparaît aux yeux du monde une autocratie galopante. Par exemple, unilatéralement il décide de nommer Pérol à la tête de l’association de deux banques, décide que la France serait doté d’un second EPR, il a entre parenthèse hésité à en refourguer un troisième, ainsi de suite…La liste de ces décisions autoritaires et non démocratiques est tellement longue que je pourrais noircir encore pas mal de lignes de cet article.

 Que dire de son langage… On ne peut que constater le ton populiste et mensonger, doublé de plus, d’une vulgarité que ses moments de colères disproportionnées mettent en exergue. Donc, peu de sang froid pour un chef d’état couard sont souvent les caractéristiques des incompétents qui, lorsqu’ils sont narcissiques à outrance comme c’est le cas, cachent leurs lacunes sous un despotisme exacerbé.

 C’est d’autan plus inquiétant qu’avec sa chute dans les sondages, ne tenant aucunement compte de ce fait, persuadé que lui seul est détenteur la vérité, il se lâche littéralement en racontant n’importe quoi et surtout n’en faisant qu’à sa tête, ce qui d’ailleurs m’inquiète d’autant plus car vu son attitude, il est à se demander s’il est toujours en pleine possession de ses moyens intellectuels.

 En effet, on peut se poser la question car lors de ses déplacements, ne supportant plus la contradiction on le voit entouré d’un nombre totalement exagéré de force de l’ordre encadrant une bande de godillots faibles d’esprits qui s’extasient à la moindre grimace de l’iconoclaste. Pour ceux qui ont quelque chose à dire, à réclamer, c’est : « Circulez, y-a rien à voir ! », et s’ils ne s’exécutent pas la matraque choit. Si par hasard quelques uns de ses contestataires passent à travers les mailles du filet et invectivent sa majesté, les Préfets et chef de la police responsables de ce manquement sont virés illico. On ne peut qu’y voir la marque des petits chefs sans envergure qui apparaît ainsi au grand jour malgré que l’on veuille nous persuader que nous avons de la chance d’avoir un génie à la tête de l’état.

 Ce qui me rassure c’est que je ne suis pas le seul à faire ses constatations. Même dans sa famille politique des gens sensés s’interrogent. Pour se prévenir de ses amis qui douteraient de ses capacités il a donc mis à des postes clefs des inconditionnels qui encadrent ainsi fermement les dubitatifs. Il y a l’incontournable Hortefeux, l’ineffable Devedjian issu des rangs de l’extrême droite, le remarquable de stupidité Lefèvre, en fait que des amoureux de la démocratie à la mode dictatoriale, un joli panel d’exécuteurs de basses œuvres…Une constatation s’impose aussi, effectivement, le moins que l’on puisse dire, c’est le chef de l’état doit se méfier des intellectuels car ils ne sont pas légion dans son entourage. Je sais, on dit : « Qui se ressemble, s’assemble. Quand même, j’espère que ça en n’est pas à ce point là. Quoique…

 Aussi pour constater que cet individu est totalement incompétent et dangereux tant il prend ses désirs pour des réalités, il n’est que de voir que sa présidence européenne ne fut qu’une suite de faux-semblant. Il a d’ailleurs réussi à se fâcher avec la moitié de l’Europe et passer pour un rigolo aux yeux des autres qui parfois ne se sont pas priver de singer son attitude comme le fit le Président russe, ou dans la presse polonaise qui l’a couché sur les genou d’un Poutin goguenard en train de lui admonester un fessée. C’était à la suite du raté total des négociations qu’il avait voulu mener seul pour régler le conflit qui avait embrasé l’Ossetie. C’est d’ailleurs peu de le dire, chaque jour apporte la confirmation de son efficacité, par exemple, j’en veux pour preuve les orientations environnementales, le pacte énergie, qui est un fiasco total. Je ne cite que cet exemple, toutefois si l’on s’attarde quelque peu sur chacune de ses actions on s’apercevra que ce n’est que blabla et poudre aux yeux. Le pire c’est qu’il voudrait nous faire croire qu’il est un maître en politique se dont il est persuadé. Comme il ne doute de rien, se croyant supérieur à quiconque il a même fait acte de candidature pour le prix Nobel de la paix. Sans doute ne sait-il pas se que cela veut dire : un peu d’humilité, le sens des valeurs, des bribes de bon sens, surtout lorsque l’on veut faire entrer, sans concertation et définitivement, la France dans le commandement intégré de l’Otan et ceci pour envoyer quelques soldats français se battre en Afganistan… Manque pas de culot le bouffon !

 Cet homme à l’égo surdimensionné est un danger pour notre pays et surtout pour la démocratie. Il est d’autant plus dangereux qu’à l’heure de la crise, quand on sent que les capitalistes resserrent les rangs pour sauvegarder leurs prérogatives, son autocratie au service du capital pourrait finir d’asservir et exploiter le peuple.

 S’il faut se débarrasser du capitalisme, ce qui est avant tout une évidence et est le premier objectif, il va de soi que ses meilleurs valets autocrates doivent faire aussi partie de la charrette, c’est aussi une condition « siné qua non » à toute réussite.

 Halte à la tyrannie !


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • nervyoko nervyoko 28 février 2009 17:08

    @ lauteur

    Que dire ? A part le fait que les excès sont déjà là hélas !
    Les pions sur l’échiquier politique sont déjà posés et l’aspect sécuritaire est un argument d’un gouvernement autoritaire comme celui du pays France. Les dérives autoritaires sont très bien dépeintes par un ex flic.

    Clquez ici, sur ces 2 liens :

    www.dailymotion.com/video/xrgb4_sans-casque-ni-bouclier_news

    www.dailymotion.com/video/xdjkj_sans-casque-ni-bouclier-part2_news

    On y voit les dérives de la politique des chiffres, de la réforme des polices, judiciaires etc ... autres poubelles politiques notoires, la recrudescence des B.A.C.

    La démocratie est une parodie de liberté dans un état policier !


    • nervyoko nervyoko 28 février 2009 17:12

      petit oubli, voici l’article que j’ai pondu, certe très mal fait, mais il rejoint tout à fait vos propos.

      www.agoravox.fr/article.php3

      salutations 


    • energieverte 28 février 2009 21:24

      Bonjour,

      Votre article apporte des précisions sur le débat fréquemment entretenus sur Agoravox. A lire votre conclusion ce n’est pas tellement Sarkozy qui en question mais c’est le capitalisme. Et bien cher monsieur ancien gérant de société, je ne sais pas ce que vous a fait le capitalisme (comment peut-on être ancien gérant de société et anti-capitaliste ?), mais moi je vous confirme que je défends le capitalisme qui reste la moins mauvaise des solutions et concernant Sarkozy, à force de le traiter de faciste à tous les tournants vous finissez par le rendre sympathique. Il n’y a pas de vérité dans l’outrance.


      • ddacoudre ddacoudre 28 février 2009 23:16

        bonjour energieverte

        qu’il soit le moins mauvais il faut aller expliquer cela aux travailleurs des NPI d’asie, mais j’ai compris ce que tu voulais dire, mais il faut ausssi reconnaitre qu’il ne se sufft pas à lui même.

        quand à l’autocratie de notre président il se le proclame lui-même toujours à vendre l’image du capitaine au commmende du bateau, et que je sache les pacha et consors ils ne sont pas démocratique.

        cordialement


      • Mengneau Michel Mengneau Michel 1er mars 2009 10:19

        Je ne vois pas par quel concept cela ferait d’un gérant de société un ardant défenseur du capitalisme. Ce genre de raisonnement est complétement abscons et dénote peu d’ouverture d’esprit, propos où on sent un intellect limité. D’ailleurs, le fait d’avoir été gérant de société a justement contribué à ce que je devienne franchement anti-capitaliste car la course aux profits souvent au détriment de la qualité de vie, et surtout avec la net impression que le fric passait avant certaines valeurs sociales ne m’a pas convaincu du bien-fondé du capitalisme. Je sais, la mode est maintenant à la "méritocratie" qui est l’exemple de théorie anti-sociale qui va nous mener à un productivisme exacerbant la rentabilité de l’individu...Quelle façon bornée de voir ce monde, et je n’épilogue pas sur le survol de l’apologie du fascisme qui est d’un gout plus que douteux et surtout dangereux pour nos libertés.

        http://le-ragondin-furieux.blog4ever.com


      • lenonsensdelavie 1er mars 2009 19:51

        merci Michel, je commençais à dépérire de ne voir personne voir le monde qui s’ouvre à nous. Enfin si nous ne faisons rien.
        vive la révolution, pour reconstruire un monde plus juste pour tous...


        • sirius sirius 1er mars 2009 19:54

          article édiffiant le fachisme n etait pas une génération spontanée se servir l appathie des masses et le double langage devient de plus en plus évidant .investir les rouages de l etat, placer leurs pions garder une démocratie de facade dans les médias pour supprimer methodiquement tout les contres pouvoirs discours sécuritaire stimatisation des banlieux suppression de la police de proximité générant des zones de non droit, violence et insecurité pour faire adméttre la nécessité de l utilisation de la répression par l opinion publique cela ressemble fortement aux metodes de la CAGOULE OU DE L ACTION FRANCAISE dans les années 30 , quoi que de facon plus subtile.


          • Reinette Reinette 1er mars 2009 23:18

            SOURIEZ, VOUS ETES FILMES !

            Alain Bauer :

            AB Associates : sa petite entreprise ne connaît pas la crise
            Un nom qui résonne comme celui d’une agence immobilière américaine mais dont les activités sont beaucoup plus périlleuses (audit de sûreté urbaine, diagnostic local de sécurité, veille stratégique, assistance à la gestion de crise etc.).
            Un business en progression notoire. Un job qui devrait le prendre à plein temps lorsque l’on constate la liste impressionnante de ses clients sur le site de cette société : mairies de grandes villes, collectivités locales, établissements publics (comme celui de la Défense par exemple), entreprises publiques, etc.

            Alain Bauer est aujourd’hui l’une des personnalités les plus en vue des réseaux sarkozystes. Dès 2003, Sarkozy, alors Ministre de l’Intérieur et patron de l’UMP, le nomme Président de l’Observatoire National de la Délinquance après qu’il l’eût averti que son nom figurait sur les fameux listings de l’Affaire Clearstream. Pendant la campagne présidentielle de 2007, il aide le candidat à préparer ses émissions de télévision sur les questions de délinquance, de sécurité, de banlieues et de justice.
            Devenu Président de la République, Sarkozy le place à tête de la Commission Nationale de Vidéosurveillance. Envisageant de créer un Conseil National de Sécurité sur le modèle de la "National Security Agency" américaine (NSA), le même bénéficie d’un rapport très remarqué sur le sujet, co-signé par Alain Bauer et Michel Rocard dans la Revue de la Défense Nationale d’octobre 2007.
            Placée directement sous l’autorité du chef de l’Etat et regroupant plusieurs organismes de recherche stratégique (IHEDN, INHES, IERSE, CHEAR), cette structure initiée à l’origine par le très atlantiste député UMP Pierre Lelouche permettrait au pouvoir présidentiel de contrôler tous les instruments d’analyse et de renseignement du pays.

            Alain Bauer est aussi l’un des conseillers officieux de la nouvelle Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) en matière de lutte anti-terroriste où il s’est notamment illustré dans l’Affaire Julien Coupat, emprisonné et stigmatisé sous le terme de "terroriste d’ultra-gauche" par la Ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie. Dans les réseaux maçonniques certains l’accusent aussi, à la suite de ses propositions visant à faire évoluer le Grand Orient de France, d’essayer de s’imposer comme "grand vizir" des Francs-maçons pour le compte de Nicolas Sarkozy.


            • sirius sirius 2 mars 2009 00:26

              VRAI REINETTE la contre initiation a noyauté la maconnerie bleu tenu dans l ignorance des buts réels de ces affairistes antidémocratiques leur systeme est pyramidal et cloisonné .les macons qui ont réellement recus la lumiéres doivent nettoyer leur rangs sous peine de ce retrouver a servir ceux qui les pouchassaient il y a 70 ANS , ce faire initier en loges est trés facile trop facile. bref de libre penseur ils sont devenus des moutons servils aux services d une politique libérticide ...


              • sirius sirius 2 mars 2009 01:19

                vrai reinette la maconnerie bleu est noyauté par la contre initiation, ce faire admettre en loge sans ce faire serieusement tuiler est devenu tres facile trop facile. cette vénérable intitution en est rendu a servir servilement ceux la méme qui les pourchassaient il y a 70 ANS . si il reste quelques macons ayant réellement recus la lumiéres ils feraient bien de nettoyer leurs rangs et ca dans toutes les obédiances l appathie chez les profanes est compréhencible mais de la part d hommes ce prétendants royaux libre et de bonne moeurs c est désolant en vérité .nourrir la corruption l affairisme fini toujours par ce voir. bref 1 sage MACON disait INSTRIURELES HOMMES VULAIRES DES SECRETS QU ILS NE MERITENT PAS C EST SUSCITER LE DESIR ET L ORGUEIL DELIRANT,C EST ENGENDRER LE DESORDRE ET LE MALHEUR POUR TOUJOURS . . .


                • jkw 2 mars 2009 19:23

                  Bauer maçon ??? ça se saurait !
                  j’ai demandé à Bouygues...ils ne l’ont jamais vu sur un chantier !!








                  c’est de l’humour chef !!!


                  • Veilleur de Nuit 5 mars 2009 11:37
                     	 		 		  Articles de cet auteur 	 	 	 	   L’autocratie en marche... ou pire encore ?

                    Le totalitarisme, selon la philosophe Annah Arendt :

                    « Le but de l’éducation totalitaire n’a jamais été d’inculquer des convictions mais de
                    détruire la faculté d’en former aucune. »
                    « C’est seulement dans sa phase ultime, quand le totalitarisme connaît son accomplissement, que les concepts d’ennemi objectif et de crime logiquement possible sont abandonnés, que les victimes sont choisies complètement au hasard et déclarées, sans même avoir été accusées, inaptes à vivre. »... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès