Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’autre taxe carbone : la bénéfique

L’autre taxe carbone : la bénéfique

Comme je l’ai démontré dans mon précédent article, la taxe carbone que nous prépare le gouvernement, suite au rapport de Michel Rocard, sera injuste et peu efficace au regard de la protection de l’environnement.

C’est bien dommage car l’idée d’une taxe carbone est intéressante, à condition que nos dirigeants n’y voient pas là un impôt nouveau facile à faire accepter en ces temps de déficits publics abyssaux.

Une taxe carbone bien pensée, à la bonne échelle, peut être un outil de moralisation de l’économie mondiale dont nous avons tant besoin actuellement...

Pour que cela soit efficace, le niveau de prélèvement de cette taxe doit être l’Europe. C’est le plus grand marché de consommation au monde, son impact sur l’économie mondiale est donc majeur.

Cette taxe doit, par ailleurs, se baser sur le bilan carbone de tous les produits manufacturés comme alimentaires, et pas juste stigmatiser certains. Ce bilan carbone correspond à une traçabilité des rejets de CO² dans l’atmosphère que génère chaque produit pour arriver devant le consommateur final (ce processus offrant aussi une certaine garantie de qualité comme pour la viande). Il faut donc prendre en compte les matières premières utilisées, le processus de production, le transport et la distribution.

A partir de là, il faut créer une « échelle carbone » avec 4 ou 5 niveaux, claire, simple et visible pour le consommateur final. La taxe serait alors évolutive sur les niveaux les plus hauts (les plus polluants). Sa forme technique peut être multiple, comme par exemple des points de TVA supplémentaires dont les recettes pourraient ainsi être versées à l’Union Européenne dans un fond spécifique.

En corollaire à cette taxe, les gouvernements devront mettre en place des mesures incitatives afin que la grande distribution joue le jeu et propose dans ses linéaires des produits à différents niveaux sur l’échelle carbone (au nom de la concurrence loyale…).

Grâce à ce système, le consommateur pourra pleinement mesurer l’impact de sa consommation sur l’environnement et il sera poussé financièrement à modifier certaines habitudes alimentaires telles que la consommation hors saison des fruits et légumes (venant de très loin, ils seront taxés).

Par ailleurs, l’industrie locale et européenne devraient trouver là un contre-balancement au dumping social du grand import (le transport par ces monstrueux porte-conteneurs entraînant une taxation qui mangera en partie l’intérêt d’une main d’œuvre sous payée) et être récompensée pour ses efforts dans les processus de production propre (ainsi par exemple : gain de compétitivité par rapport à la production américaine).

Enfin, le nouveau fond européen, ainsi constitué, devra servir directement ou indirectement (via les Conseils Régionaux et les fonds FEDER) à financer : la recherche sur les technologies d’énergies renouvelables (surtout pour l’automobile), des programmes de ferroutage au niveau européen, des aides à l’implantation d’une industrie verte partout en Europe ou bien encore des aides aux particuliers qui souhaitent opter pour un habitat faiblement consommateur d’énergie…

Après la soi-disant vague verte des élections européennes de juin dernier, il devrait être possible de voir aboutir ce genre de mesure au niveau des organes de l’Union Européenne !?

Cette conception de la taxe carbone peut, en tout cas, être un formidable outil de moralisation sur le plan environnemental de l’économie mondiale, en attendant une moralisation sociale…

 Adrien Debever


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Carambar Carambar 19 août 2009 09:21

    Bonne idée mais qui ressemble fortement à du protectionisme. Pas sur que les chantres de Milton Friedman apprécient. Et ça risque pas non plus de plaire au transporteurs qui sont déjà tellement en surcapacités qu’ils utilisent leurs nouveaux monstrueux porte-conteneurs comme entrepots flottant...


    • Zkyx 19 août 2009 09:54

      Eh oui, une remise à plat de notre conception du transport des marchandises serait une bonne idée, mais le problème c’est que sitôt on aura évoqué cette hypothèse, que tous les camioneurs, cheminots et autres viendront paralyser le pays.

      Alors comme on est dirigés par un homme d’action qui n’a peur de rien (sic), eh ben on se dit que c’est + simple de taper sur la foule anonyme qui n’a pas cette capacité de nuisance pouvant établir un rapport de force.

      De toute façon pourquoi changer un système quand on peut emprisonner les gens dedans et le leur faire payer ?


    • Croa Croa 19 août 2009 22:04

      « mais qui ressemble fortement à du protectionisme »

      On s’en fout !

      Hors sujet : Ne nous impose pas ta religion !


    • Céline Ertalif Céline Ertalif 19 août 2009 10:11

      Après la soi-disant vague verte des élections européennes de juin dernier, il devrait être possible de voir aboutir ce genre de mesure au niveau des organes de l’Union Européenne !?

      Le groupe des Verts/ALE compte 55 députés sur 736. Je serais curieuse de savoir si ces propositions auraient l’appui de tout le groupe ADLE auquel appartient le Modem au Parlement européen, et j’en doute beaucoup !

      Je suis globalement favorable à la thèse de cet article.


      • Croa Croa 19 août 2009 22:10

        « et j’en doute beaucoup ! »

        Hé bien pas moi ! A l’image de leur leader Dany le rouge (pas plus rouge que vert) ces gens sont en fait très politiquement correct avec leur environnementalisme de façade. La preuve : Ils passent à la télé quant ils veulent !


      • Cro Magnon Cro Magnon 19 août 2009 10:28

        Je ne suis pas du tout d’accord avec cette thèse. Cela revient une fois de plus à faire payer le consommateur lambda pour les dérives dangereuses des délinquants de la planète.
        N’oublions pas que ces pollueurs s’enrichissent à grands coups de milliards et ce sans état d’âme.
        En ce qui concerne les fruits et légumes, il faudrait peut-être penser à rémunérer correctement les cultivateurs étranglés par la grande distribution, ce qui leur permettrait de revoir leurs moyens de production.
        Pour ce qui est des économies d’énergie, on voit bien ce que cela donne : les producteurs veulent toujours gagner autant, sinon plus, et moins on consomme, plus on paie !!
        On tourne en rond et on paupérise de plus en plus le peuple pour servir les profits de ceux qui devraient être taxés, voire poursuivis pour les dégâts qu’ils commettent.
        Je serais donc plus favorable à des amendes « record » pour ces pollueurs et à une forte taxation des produits importés afin tout simplement que nous ne les achetions plus tant qu’ils n’auront pas changé leurs méthodes de production, transport, etc...


        • Cro Magnon Cro Magnon 19 août 2009 10:47

          Je voudrais rajouter ceci : arrêtons donc cette hypocrisie qui consister à taxer, car tout de même, si on taxe c’est pour faire rentrer de l’argent, pas pour arrêter la consommation.... !! L’état sanitaire de la planète et son impact sur la population semble bien avoir peu d’intérêt comparé au dieu fric ! (Au lieu de refiler des milliards aux banques, dont on pourrait fort bien se passer, on ferait mieux d’aider les petites entreprises à modifier leurs équipements). A moins que l’épouvantail écologique ne soit là que pour nous étrangler un peu plus....


          • Eric Lombard Eric Lombard 19 août 2009 11:00

            @ l’auteur

            Une taxe carbone européenne aurait le grand avantage d’éviter les distorsions de concurrence, mais vous semblez ignorer qu’une telle décision requiert, comme l’a souligné Michel Rocard, une unanimité des 27 impossible à obtenir. Par défaut, chaque pays doit « bricoler » dans son coin pour atteindre l’objectif fixé, qui je le rappelle est de -14% pour la France en 2020 par rapport à 2005.

            Voir mon article dans Agoravox du 20 juillet 2009 : Taxe carbone, comment utiliser le magot ?


            • Céline Ertalif Céline Ertalif 19 août 2009 12:07

              Tout à fait ! C’est la question beaucoup plus globale de l’impossible fiscalité européenne et du blocage budgétaire de l’Union sur des contributions nationales.


            • Leo29 Leo29 19 août 2009 11:21

              Alors à quoi sert cette Europe ?
              Aux Armes Citoyens


              • matou38 19 août 2009 12:07

                Dans le monde merveilleux de bambi cela serait possible et même profitable à tous. Malheureusement nous ne vivont pas ce monde, nos dirigents ne prendront jamais ce genre de decision pour la simple raison qu’ils tiennent à leurs postes (et peut etre bien à leur vie aussi). 
                Tout simplement car cela va à l’encontre des interets des gens pour lesquels ils bossent (et c’est pas nous). Le jour ou les vetements produient en Inde seront taxés n’est pas prés d’arriver ...
                C’est bien beau de chercher une solution politique à ce probléme, mais faudrait d’abord chercher une solution au probléme de notre politique !!!!
                Tant qu’ils ne travailleront pas pour le bien des populations dont ils ont la responsabilité, mais pour des interets financiers, je vois mal comment ont pourrait arriver à une solution efficace en terme d’ecologie ....
                Car pour moi l’ écologie est incompatible avec une logique financière.


                • Croa Croa 19 août 2009 22:23

                  « faudrait d’abord chercher une solution au probléme de notre politique !!! ! »

                  Tout à fait !
                  Le peuple doit virer tout ces fantoches et élire des nouveaux issus de lui-même.

                  A part ça Si, une autre logique financière écologique est possible !
                  - Encadrée
                  - Sans croissance
                  - Recentrée sur le local et l’équitable. : )


                • Atlantis Atlantis 19 août 2009 12:34

                  "sera injuste et peu efficace au regard de la protection de l’environnement."

                  injuste faut voir.

                  peu efficace j’en doute. pour prolonger une bonne récession et entamer réellement le tournant, voilà qui a de quoi accompagner fortement la rareté du pétrole qui nous attend.


                  • HELIOS HELIOS 19 août 2009 15:26

                    Juste une question :

                    Comment differentie-t-on un kilo de haricots verts du Kenya venu par avion, du même kilo qui a pris le bateau ? parce que l’impact carbone n’est absolument pas le même :

                    Pas de differentiation, c’est donc du protectionisme
                    differentiation c’est proposer des produits identiques a differents prix. on mange d’abord ceux arrivés par bateau, puis on mange les invendus qui ont pris l’avion, que les grande surface nous revendrons en solde... hé, hé, hé...

                    et qui c’est qu’est b... ? le consommateur, comme d’hab !


                    • Kdm Kdm 19 août 2009 15:59

                      LA taxe carbone peut permettre effectivement de « réguler » le gachis énergetique ...mais cette approche n ’est pas du tout globale..et c est la que le bas blesse...
                      A faire circuler des marchandises produites si loin des consommateurs est une héresie écologique....et on frise le paradoxe...on fait rouler des camions du bout de leurope pour acheminer des légumes bio car le gouvernement francais et l ’europe préfére subvensionner des gros céréaliers que les producteurs bio...par exemple...
                      et la liste est longue de ces produits qui venant de l autre bout de planète qui inondent nos supermarchés..et qui après avoir détruit des pans entiers de nos industries achevera son oeuvre par celui de notre planète....
                      une des solutions serait que le gourvenement légifère plutot que taxer comme il va le faire avec la taxe rocard...car lorsque lon voit ce que le grenelle de l ’environement a accoucher comme lois pour réorienter notre économie vers des voies plus écologique..on a vite compris ....son vrai penchant....


                      • freelol freelol 20 août 2009 10:59

                        Le grenelle de environnement c’est comme quand Mc D repeint son logo en vert.


                      • senso 22 août 2009 09:54

                        Qui peut croire que la taxe carbone va lutter contre le réchauffement climatique ? Il me semble que les plus grands consommateurs d’énergie sont les Américains et quand on voit l’intérêt de quelques pays pour les gisements de gaz et de pétrole situés en-dessous de la banquise... faut-il encore s’illusionner ?


                        • Christian Delarue Christian Delarue 29 août 2009 11:45

                          L’énergie « verte » ou « propre » : chacun pour soi ou service public en réseau ?

                          La contribution climat-énergie dite taxe carbone de la commission Rocard prévue pour réduire la consommation d’énergie et la réduction de gaz à effet de serre élude la question écologique et la question sociale. Sur le plan écologique, elle exclue l’électricité . Il est certain que l’augmentation des prix du charbon, du fuel et du gaz va favoriser la consommation d’électricité. Mais l’électricité est exclue au motif du nucléaire soit disant « propre ». Au plan social, elle exclue les entreprises polluantes mais pas les ménages qui n’ont pas choisi le mode de production qui impose un mode de consommation. De plus, elle ne va pas empêcher les riches de surconsommer. Ce sont les les prolétaires qui vont devoir être vigilants et être « sobre ». Toujours la même rengaine de l’austérité pour ceux d’en-bas et de gabegie maintenue pour les très riches. Au plan fiscal, le choix de la neutralité empêche le financement public de l’énergie verte. Car la question est bien au-dela de la sobriété énergétique de réduire la production d’énergie « sale » pour développer celle dite « propre ». Une fois ce choix effectué se pose la question du mode de production de l’énergie « propre » : privé ou public ? Marchand ou non marchand ? En micro local ou en réseau national ?

                          Pour un service public national de l’énergie propre.

                          L’énergie renouvelable dite « propre » ou « durable » va dans les prochains mois avoir le vent en poupe plus qu’auparavant si les gouvernements se mettent à taxer sur les énergies fossiles. Il faut d’abord que la dite taxe ne frappe pas toutes les énergies mais qu’elle ne vise que les énergies fossiles. Il faut ensuite que l’on développe les énergies propres massivement et que la distribution se fasse hors du marché pour que tous y est accès. Imaginons que chaque ménage soit à égalité financière par subventionnement, peux-t-on penser sérieusement que chaque ménage va être en droit de planter une éolienne dans son jardin  ! Cet individualisme est tentant. Il est à repousser de même qu’un localisme de quartier ou de ville. Pour contrer la logique marchande et privatiste (des transnationales) et pour promouvoir une certaine égalité d’accès, il n’y a guère que le service public national. Lui seul assure la péréquation tarifaire pour l’ensemble des usagers du territoire.

                          Christian Delarue

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès