Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’avenir de la gauche

L’avenir de la gauche

local/cache-vignettes/L160xH213/parti-social7b99-f2664.jpgChers lecteurs bonjour,

Ce qui m’inspire en cette belle journée de printemps, c’est la façon dont la gauche va se recomposer après la "défaite, débâcle ou déroute", en tout cas déculottée qu’elle va prendre aux élections législatives. De quels bourgeons va se parer la rose, ses pétales seront-ils plus rouges, plus roses, ou plus oranges (car il n’y a pas de rose verte, l’environnement n’est ni de gauche, ni de droite) ? C’est dans ces alliances que la gauche moderne va naître - ou non - dans les prochains mois.
Le Parti socialiste, ou ce qu’il en restera, aura des choix historiques à faire. Il semble acquis que François Hollande devra partir et le nouveau - ou la nouvelle - Premier(e) Secrétaire aura en charge la refondation du parti, et par la même occasion, l’avenir de la gauche en France pour de nombreuses années.
Il me semble important de souligner que pour effectuer cette refondation, il va falloir effectuer (enfin !) des choix clairs et assumés, les expliquer et ne pas se contenter de démagogie populiste, et de synthèses artificielles. Il faut préparer un projet de société bien différent de ce qui a été proposé par la gauche depuis plus de vingt ans, un projet aussi fort que celui qui m’a permis d’accéder au pouvoir en 1981.
Si j’ai pu entrainer des millions de Français derrière ce rêve de "changer la vie", ce n’est pas sur du vide, mais bel et bien sur des idéaux de société. D’ailleurs et à bien des égards, je pense qu’effectivement, la vie des Français a été profondément modifiée sous ma présidence. De l’abolition de la peine de mort à la construction européenne, en passant par la libération du paysage audiovisuel français, la France est entrée dans la modernité de toutes ses forces, quand mon prédécesseur n’avait fait au mieux que préparer les évolutions inéluctables d’une société qui aspirait au changement.

Mais le projet à lui seul ne suffit pas, il faut quelqu’un qui le représente et sache l’incarner de façon authentique, un leader charismatique, tel que Nicolas Sarkozy l’a été pour la droite, un homme ou une femme qui sache décomplexer la gauche, notamment face aux réussites de Tony Blair ou des systèmes nordiques. J’entends Laurent Fabius utiliser ce vocable de "gauche décomplexée", et je pense qu’il a raison. Malheureusement, en continuant de prôner une alliance avec l’extrême gauche alors que cette dernière est quasi morte, il se trompe de combat. On ne pourra refonder une gauche moderne que par une acceptation plus grande du libéralisme économique, quitte à s’allier avec le Modem de François Bayrou. La grande coalition, dite "à l’italienne" est par nature condamnée à l’échec ! La LCR et LO ne sont pas des partis de gouvernement ! Fabius affirme que c’est ce que Sarkozy a fait avec la droite alors que c’est faux, il n’a pas eu besoin d’embrasser le FN pour le terrasser !

Il y a plusieurs lignes aujourd’hui, mais peu de gens ont la légitimité pour porter une telle refondation... Ségolène Royal paraît à première vue la mieux placée pour effectuer ce travail. Je crois pourtant qu’elle n’est pas une bonne solution car elle est source de confusions. Sa ligne économiquement loin d’être claire, dans son grand écart pour satisfaire tout le monde. Elle penche aussi clairement à droite en matière de morale (beaucoup n’ont pas oublié qu’elle a voulu faire interdire les strings à l’école et a rendu les voyages scolaires quasi impossibles à force de rêglementations stupides sur le nombre d’accompagnateurs adultes). Pourtant, elle risque malheureusement d’être à nouveau investie en 2012 si Dominique Strauss-Kahn ne réussit pas à s’allier à Laurent Fabius pour prôner une alternative à une fausse bonne solution...

Alors il y aura tous ceux qui, comme Arnaud Montebourg, l’auteur du second blog que je combats depuis le début, chercheront à illusionner le peuple de gauche, et lui faire croire que l’avenir est dans les vieilles recette éculées : lutte dépassée contre la droite même quand elle fait des bonnes choses, ligne "à gauche toute", attaque tout azimuts contre le nouveau gouvernement dans l’espoir de le faire échouer (où est l’esprit de responsabilité que devrait avoir tout homme politique ?)...
Il me semble important de souhaiter, même lorsqu’on n’a pas voté pour lui, que Nicolas Sarkozy réussisse à réformer la France, et bien qu’en ayant une vigilance de tous les instants vis-à-vis de ses choix politiques, lui laisser au moins le bénéfice du doute. Les plus courageux, Bernard Kouchner, Jean-Pierre Jouyet, Martin Hirsch l’ont rejoint pour se retrousser les manches et donner l’image d’une France unie autour d’un objectif : remettre la France en marche, au niveau national par la solidarité pour le dernier, la faire revenir en Europe pour Jouyet, et lui redonner une voix propre à être entendue dans le monde entier pour Bernard Kouchner. Il sera toujours temps pour eux de démissionner si le nouvel élu venait à faire des erreurs trop grandes, ou si en toute conscience, ils estiment ne pas pouvoir travailler avec cet homme d’action. En attendant, il faut, à gauche, faire ce qui n’a pas été fait depuis toutes ces années : travailler à un projet de société pour la gauche du XXIe siècle. Un des hommes les plus éclairés pour aider la gauche à trouver ces fameuses idées est Jacques Attali qui, par sa destinée exemplaire, arrive à montrer la voie, à l’aide d’exemples simples comme le microcrédit, de ce que pourra être l’internationale socialiste du XXIe siècle. Qui va prendre la relève ? Quelles jeunes recrues de qualité vont émerger à gauche et se distinguer par leur talent, leur travail et leurs idées comme Rachida Dati a su le faire à droite ?


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Tonton Tonton 25 mai 2007 12:53

    Un coup pour oui, deux coups pour non... Toc toc smiley Il faut espérer de tout cœur que la gauche puisse se relever, dans l’intérêt de la France. Laisser tous les pouvoirs nationaux à la droite n’est pas une solution raisonnable sur le long terme. Sarkozy incarne aujourd’hui la rupture, mais le pouvoir use vite (j’en sais quelque chose) et c’est pourquoi il faut préparer l’alternance de façon concrète, s’inspirer des réussites de Tony Blair (tout en n’oubliant pas qu’il a connu aussi des échecs) et abandonner la vieille vision anti-mondialiste. Tout un programme !


  • JPL 29 mai 2007 02:01

    @ l’auteur anonyme

    Le Monde du 11 mai a signalé le caractère complaisant de votre blog à l’égard de M Sarkozy, en voici une belle illustration.

    Tout en prétendant souligner la nécessité d’une alternative de gauche (ou plutôt blairiste) à M Sarkozy, vous glissez discrètement des commentaires favorables à M Sarkozy et à sa clique dont ceux qui ont retourné leur veste pour profiter de la soupe qui d’un ministère, qui d’un secrétariat d’état etc.

    Désolé mais je ne peux même pas dire bien joué : c’est indigne, ce genre de manoeuvre politicarde de bas étage ne devrait pas avoir lieu d’être.


  • Tonton Tonton 29 mai 2007 10:41

    Bonjour,

    Je suis fort aise que Le Monde vous aide de la sorte à avoir un avis sur tout. Si le fait de ne pas être anti-sarkozyste empêche de réfléchir à l’avenir de la gauche, je comprends que celle-ci ait beaucoup de mal à se reconstruire ! J’ai répondu sur ce que Le Monde m’inspirait sur mon blog. Cordialement.


  • La Taverne des Poètes 29 mai 2007 11:00

    Ah ! l’inimitable ton méprisant de Tonton ! (« Je suis fort aise que Le Monde vous aide de la sorte à avoir un avis sur tout. ») Tonton et ses lâchetés, aujourd’hui son art de baisser sa culotte devant Sarko.

    Il faut certes développer et défendre ses idées sans référence exclusive à Sarkozy, construire ses convictions sans prendre toujours le contre-modèle mais par le débat et la réflexion. Mais il est de toute première urgence de lutter contre le sarkozysme.


  • Tonton Tonton 29 mai 2007 11:17

    Bonjour,

    Je distingue quand même la lutte contre le sarkozysme (qu’on ne peut trop définir aujourd’hui) et celle contre Nicolas Sarkozy car il me semble que la politique ce n’est pas tout ériger en système, surtout quand la page reste à écrire... Je ne pense pas qu’il faille avoir la moindre complaisance vis à vis d’un adversaire politique, mais le terme de « lutte » est disproportionné pour la politique moderne. Il faut savoir reconnaître les succès et les échecs de l’adversaire, cela donne plus de poids que de laisser croire - à tord - que l’on est persuadé qu’il ne peut rien réussir. Une fois reconnues ces qualités, on a plus de légitimité à appuyer sur ces défauts, c’est aussi ce que Ségolène, toute à son sectarisme, n’a pas su faire lors du débat, et ensuite dans la campagne, quand elle a pété les plombs en parlant du danger représenté par son adversaire. Cordialement, http://mitterrand.2007.over-blog.com


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 25 mai 2007 12:59

    Bonjour Thierry, pardon, je voulais dire Tonton, je vous ai confondu avec Le Luron, changez de photographe, cher Président.

    Là où vous êtes, vous disposez de la science divine. Que pensez-vous de la dérive monarchique de Sarkozy ?

    Ne pourrait-on dire qu’à notre époque, la monarchisation mène les hommes plus qu’ils ne la mènent et voir dans l’attitude du Président Sarkozy l’expression d’une tendance à la monarchisation ; et l’attitude de l’équipe gouvernementale, autant que de l’entourage du pouvoir, comme l’expression d’instruments entrant au service de la monarchisation. Qui seront les premiers à tomber ?

    Maintenant, une fois ces constats effectués, se pose une question. Pourquoi la société en appelle-t-elle à une monarchisation du pouvoir ?


    • Tonton Tonton 25 mai 2007 13:55

      Bonjour,

      Je ne trouve pas qu’il y ait de dérive monarchique proprement dit de la part de Nicolas Sarkozy, mais plutôt du régime quinquennal... Rien à ajouter à ce sujet, Jacques Attali a tout dit sur son blog. Ce qui importe, c’est de savoir à quels fins cette « monarchie » comme vous la nommer va être utilisée... Si cela permet de redresser la France, c’est important, car elle est sur une mauvaise pente malgré ses grands atouts. Après, ce qui importe plus que tout, c’est la reconstitution d’une opposition responsable qui puisse être une vraie force d’alternance. Il y a du travail ! Cordialement, http://mitterrand.2007.over-blog.com


    • docdory docdory 25 mai 2007 13:31

      @ L’auteur

      Si vous considérez Kouchner comme faisant partie de l’avenir de la gauche , autant dire qu’elle n’en a aucun .

      En tout état de cause , dès que sera imposé par le parlement le mini-TCE cher à Sarkozy , la gauche n’aura plus aucun avenir . En effet , toute politique de gauche , si modérée soit-elle , était déjà totalement interdite par le défunt TCE , inutile de dire qu’elle le sera également par ce futur mini-TCE ! Le seul espoir pour la gauche , militer pour la sortie de la France de l’Union Européenne telle qu’elle est conçue actuellement . Ce n’est pas avec des Moscovoci qu’elle y parviendra .


      • Tonton Tonton 25 mai 2007 14:02

        Bonjour, Je n’ai pas me semble-t-il dit que Kouchner faisait partie de l’avenir de la gauche. Je respecte profondément le personnage, je pense qu’il est resté de gauche malgré son entrée au gouvernement, car ses compétences sont dans le domaine international au poste qu’il occupe (là ou il n’y a ni droite, ni gauche). Mais il faut de nouvelles figures, et surtout de plus jeunes pour incarner l’avenir de la gauche. Je n’en vois malheureusement pas beaucoup émerger, les plus porteurs d’espoir ayant déjà atteint un âge avancé (DSK notamment).

        Je suis en très profond désaccord avec vous concernant le TCE, et je crois qu’au contraire, la gauche, la vraie, celle qui peut revenir au pouvoir un jour, avait tout à gagner de ce bon traité, appelé un peu vite « constitution ». J’espère pour les 18 pays qui l’ont validé qu’il en restera le plus possible dans le mini-traité qui va être mis en place bientôt, et je salue l’action décisive du nouveau président en ce domaine, qui redonne un espoir européen, alors que l’Union a été profondément menacée. Sortir de l’UE équivaudrait à se transformer en quelques années en un pays du 1/3 monde pour la France, et à la reprise des guerres européennes si d’autres nous emboitaient le pas. Le nationalisme, mesdames et messieurs, c’est la GUERRE !


      • tvargentine.com lerma 25 mai 2007 13:41

        Changer maintenant et non après les elections

        tu nous écris

        « qui m’inspire en cette belle journée de printemps, c’est la façon dont la gauche va se recomposer après la »défaite, débâcle ou déroute",

        Donc,puisque c’est perdu,autant aller en week-end en soleil plutot que d’aller voter pour des perdants ?

        Ensuite,l’avenir de la gauche c’est d’aller au contact de la population car en relisant bien le programme de SARKOZY on retrouve beaucoup de choses qui rassemblent des majorités. (inclus l’immigration)

        Les dirigeants socialistes se sont déconnectés de leur base en voulant cibler les bobos à l’image de la clientèle du maire de la ville de Paris.

        D’ailleurs,nous avons pu voir en application cette social-démocratie en action avec le soutien actif des maires de Lyon,Dijon,Nantes

        La social-démocratie c’est une dérive encore plus grande avec la base électorale car tant que les socialistes n’apporteront pas de solutions réalistes sur des problèmes comme les sans-papiers,l’immigration,les logements sociaux,la modernisation de l’administration,de l’echec des 35h pour les salariés les plus faibles.....

        Alors,c’est l’echec assurée.

        Ensuite quand Ségolène Royal passe des vacances en Tunisie chez BEN ALI,grand représentant des libertés ,il ne faut pas s’étonner que Me ROYAL ne soit pas crédible dans ce qu’elle dit.


        • Tonton Tonton 25 mai 2007 14:06

          Bonjour, C’est perdu car les responsables socialistes ont refusé de se battre vraiment pour essayer de gagner ces élections. Dans ces conditions, il faut chercher à sauver les meubles pour ne pas avoir une assemblée totalement à droite, mais une victoire n’est plus possible... Concernant les points dont vous parlez, je ne pense pas qu’ils soient suffisants pour refonder la gauche, mais elle n’avait il est vrai pas de solutions à ces problèmes. Pour les vacances à Djerba de Mme Royal, je pense que la Tunisie ne s’en tire pas trop mal, et que si son dirigeant avait une politique plus souple, on sait qui prendrait assez vite le pouvoir... Cordialement, http://mitterrand.2007.over-blog.com


        • Pelletier Jean Pelletier Jean 25 mai 2007 14:14

          @Monsieur le Président,

          Je suis très ému de vous retrouver enfin, il est donc vrai que « les forces de l’esprit » existe et que vous êtes toujours avec nous. Dites moi quelque chose de personnel... moi qui vous ait tant aimé ... et qui vous a côtoyé avec respect et admiration.

          Je vous retrouve dans ce papier ... le ton... les idées ....le style

          De retour nous vous saluons (j’avais déjà régulièrement lu votre blog) et sommes impatient de vous relire encore et encore.

          Votre Jean


          • Tonton Tonton 25 mai 2007 14:20

            Merci de votre message au demeurant charmant... Il faut savoir que les idées évoluent parfois ! Mais je suis là pour en débattre, et proposer une réflexion pour une gauche qui refuse l’anti-libéralisme, qui est le nouveau nom du communisme ! J’espère pouvoir discuter avec vous longtemps, sur Agora ou sur mon blog. Bien cordialement, http://mitterrand.2007.over-blog.com


          • tvargentine.com lerma 25 mai 2007 14:15

            Nous vous lisons « et que si son dirigeant avait une politique plus souple, on sait qui prendrait assez vite le pouvoir.. »

            A OK OK OK

            Les arabes ils sont fais pour etre gouverné par de tyrans sinon c’est les islamistes...« on sait qui prendrait assez vite le pouvoir... » smiley

            Les chinois ils sont fais pour etre gouverné par des tyrans sinon c’est l’anarchie « on sait qui prendrait assez vite le pouvoir... » smiley

            Les africains ils sont fais pour crever de faim « on sait qui prendrait assez vite le pouvoir... » smiley

            Je vois mieux votre philosophie...

            Alors autant voter sarkozy « sinon on sait qui prendrait assez vite le pouvoir... » smiley


            • Tonton Tonton 25 mai 2007 14:32

              Bonjour,

              La réalité est plus complexe. Si j’apprécie Bernard Kouchner, c’est que je suis pour le droit d’ingérence humanitaire. La France, l’Europe et les pays de l’Ouest en général ont le devoir d’agir pour rendre cette planète plus vivable. Cependant, la marche vers la démocratie est délicate et jonchée d’embuches. La Tunisie est un cas particuler. Ce pays est proche de l’Algérie qui a connu de gros problèmes, c’est le moins qu’on puisse dire avec l’intégrisme. Comme au Maroc, pour s’en préserver, le régime Tunisien a parfois eu recours à des méthodes contestables. Cependant, pensez-vous vraiment qu’un régime réellement démocratique aurait une chance de survie ? C’est me semble-t-il l’un des pays les plus libres du Maghreb, notamment pour les femmes, alors je maintiens ma position, mieux vaut Ben Ali que les islamistes. Pour la Chine, le Parti Communiste, en ouvrant le pays comme il le fait, programme sa chute, et c’est une excellente chose. Mais il faudra des années pour que la démocratie devienne effective, sinon cela se fera dans le sang et les larmes... Avec effectivement un risque d’une nouvelle dictature qui renvoie aux calendes grecques l’espoir d’une évolution. Enfin la situation africaine, de loin la plus insupportable sur cette planète. Je pense que la politique la plus efficace en ce domaine repose sur la suppression progressive d’une bonne part des subventions à nos agriculteurs, en Europe et aux Etats-Unis, qui maintiennent, au delà des particularismes locaux et des recettes collectivistes employées ce continent dans le sous-développement. Cela sera dur, mais la dignité des pays dits du Nord est à ce prix. Cordialement, http://mitterrand.2007.over-blog.com


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 25 mai 2007 15:49

              @Monsieur le Prèsident,

              Je souscris à votre pragmatisme.. durant toutes ces années passées au Parti Socialiste j’ai souffert des excès d’idéologie de certains de nos adhérents et (hélas) dirigeants qui portent haut leurs déclarations, bien assis généralement dans des situations de très grand confort moral et matériel, et c’est ainsi si facile de faire la leçon. Cela s’appelle l’arrogance française, bien connue à l’étranger. Merci de remettre les « pendules » à l’heure. Très respectueusement.


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 25 mai 2007 15:58

              @Chers tous, qui peut nier ce bilan équilibré de la Présidence Mitterrand qui nous a évité bien des malheurs en préservant les équilibres majeurs de la socité et qui a mené une politique étrangère de grande qualité et dynamique sur le plan européen. Ce fût un grand pragmatisme et ma foi le pragmatisme ce n’est pas si mal. bien à vous. http://blog.myspace.com/index.cfm?fuseaction=blog&Mytoken=F51F8528-4745-407B-8A07DF37D14252CD52362726


            • La Taverne des Poètes 25 mai 2007 14:44

              « Tonton », il me semble que certains de vos héritiers ont fait le mauvais choix et donné le mauvais exemple aux militants en ralliant Sarkozy (infiniment plus à droite que vos adversaires : Giscard, Chirac). Heureusement, une partie saine de vos électeurs a, avec un plus grand sens de la démocratie et des responsabilités, donné ses voix à François Bayrou auquel vous prédisiez un avenir présidentiel. Votre grand ami et fidèle conseiller, Jacques Attali, mange dans la main de Sarko. Là, il ne vous reste plus qu’à manger la rose avec ses épines !


              • Tonton Tonton 25 mai 2007 15:04

                Bonjour, Pour l’avenir de la France, je ne suis pas persuadé que les héritiers en question aient fait un si mauvais choix. L’avenir nous le dira de toute façon, mais je croit qu’il n’y a rien de pire que l’inertie d’un Chirac qui a fait perdre à la France une partie de sa voix sur la scène internationale. Sarkozy, bien que je combatte certaines idées me semble plus pragmatique, et apte à relancer ce que mon successeur a failli tuer et qui était mon plus grand leg pour éviter une nouvelle guerre en Europe : l’Union Européenne. Dans ce contexte, le mini-traité vaut mieux qu’un nouveau référendum hasardeux. Il ne faut être ni sectaire, ni dogmatique pour analyser l’intérêt de la France, et ma position au dessus des partis me le permets. Je reste bien entendu ouvert à la discussion.

                Cordialement, http://mitterrand.2007.over-blog.com


              • La Taverne des Poètes 25 mai 2007 15:57

                Je ne suis pas surpris de trouver dans votre réponse un élan de sympathie pour le sieur Sarkozy. Le sarkozysme ne vous rend pas sarcomateux. En ce qui me concerne, je décerne à M.Sarkozy le titre de docteur ès réductionnisme. Expert en plafonds et planchers (plafond fiscal, plafonds de vitesse au radar, projet de peines-planchers) et en mimimalisme (mini traité européen, simplisme de la vision). (Je n’oserai avancer que cette propension est liée à sa petite taille car ce serait vous faire offense) Le président Sarkozy excelle aussi dans l’art de régler les problèmes aux marges. Tout cela ne fait pas un projet pour la France !

                Commencer un quinquennant en lisant la lettre de Guy moquet à ses parents, a pu donné l’illusion que quelque chose de grand était en marche. Mais je suis dubitatif. Ce jeune résistant de 17 ans a surtout écrit « Soyez dignes de nous » avant de se faire fusiller avec ses compagnons. Il pouvait le dire, lui qui avait refusé de laisser sa place à un camarade dans le camion de la mort. La dignité sera-t-elle le point dominant de la présidence Sarkozy ? Je ne serai pas aussi sûr que vous en l’avenir qu’il nous prépare.


              • Tonton Tonton 25 mai 2007 16:16

                « La dignité sera-t-elle le point dominant de la présidence Sarkozy ? Je ne serai pas aussi sûr que vous en l’avenir qu’il nous prépare. »

                Je précise juste que je ne suis pas sûr, je ne pense pas qu’on puisse l’être, et je sais déjà que la politique qu’il mettra en œuvre ne sera pas mon idéal dans de nombreux domaines (exemple les droits de succession !). Pourtant, j’ai un certain espoir que les choses bougent, et que la nouvelle dynamique aide la gauche à évoluer et à se refonder par rapport à une droite décomplexée et dynamique. Elle est aujourd’hui si repliée sur elle même, si conservatrice et protectrice de son électorat de petits fonctionnaires que cela fait peur à voir ! Cordialement, http://mitterrand.2007.over-blog.com


              • La Taverne des Poètes 25 mai 2007 16:42

                Je trouve, moi, les petits fonctionnaires dignes de respect. Et puisque l’on reparle de dignité, que pensez-vous d’un candidat à la Présidentielle qui insulte et menace un membre de son gouvernement (Azouz Begag) ? D’un candidat élu qui se pavane très ostensiblement en compagnie de milliardaires et sur un yacht de luxe quand la France n’est jamais allée aussi mal depuis l’Occupation ? (crise de l’emploi, du logement, de l’avenir)

                Pour le reste, je vois que vous composez avec la réalité, comme par le passé... Ne pensez-vous plutôt comme François Bayrou qu’il ne faut pas céder ?


              • Tonton Tonton 25 mai 2007 16:52

                Rebonjour, Oui, j’aurais du dire « fonctionnaires, petits ou gros »... Mais malgré le respect que je porte aux agents de l’état, il me semble qu’un parti ne peut se faire le garant d’un quelconque corporatisme. En ce qui concerne Bayrou, je respectais l’homme et ses idées tant qu’il les exposait de façon modérée, et sans lui trouver une grande stature. Aujourd’hui, il a montré que l’extrêmisme du centre rapportait plus électoralement que le « centre mou » auquel l’UDF nous avait habitué. Pourtant, quelle ligne défend-il vraiment ? Sa seule constante est son opposition au nouveau Président, qui est respectable, mais ne suffit pas à faire une politique. Les français aiment le chaud ou le froid, mais ne supportent pas le tiède, c’est pourquoi les centristes, mis à part Giscard (qui n’a d’ailleurs pas été réélu), n’ont jamais eu de grand destin national. C’est une constante de la politique française qui fait qu’il faut se positionner clairement à droite ou à gauche, mais pas au milieu comme ce monsieur. Faire bouger les choses, pourquoi pas ? Mais il n’y a pas tant d’espace entre la politique sociale-libérale de gauche dont la France aura besoin dans 5 ou 10 ans et la continuation de la politique conservatrice que la droite va mener pendant ces années. Cordialement, http://mitterrand.2007.over-blog.com


              • La Taverne des Poètes 25 mai 2007 16:56

                Je voulais dire : vous composez avec une réalité qui nous est imposée (il ne serait pas exagéré de dire que le sieur Sarkozy a été élu par les sondages, l’argent et les médias), une réalité telle qu’on nous la veut bien nous la montrer (mais au delà des apparences et du décor, on voit bien autre chose...), une réalité qui me paraît trop engluée dans un prétendu pragmatisme qui n’est que désaffiliation de tout idéal, de toute vision à long terme, une réalité dénuée de toute verticalité par les valeurs qu’elle met au devant de la scène. La scène, ce n’est plus que cela que nous voyons... Nous y voyons même, convoquées par Sarkozy, des personnages (Jaurès, Blum, Möquet) érigés pour la cause en quasi divinités le temps d’un spectacle sur mesure qui n’a d’autre visée que d’éblouir le spectateur. Or, nous ne voulons plus être spectateurs : nous voulons être acteurs !

                C’est ce que nous propose Bayrou et le Modem et c’est pour cette raison que je place mes espoirs, pour mon pays, pour mes enfants, dans cette voie. Et je compte bien jouer un rôle pour qu’une lame de fond démocratique emporte les marionnettes de pacotille et leurs marionnettistes.

                Aux prochaines législatives, je ne me tromperai pas de bulletin.

                Cordialement.


              • La Taverne des Poètes 25 mai 2007 22:32

                - « Dis Tonton, pourquoi tu tousses plus ? »


              • La Taverne des Poètes 26 mai 2007 12:55

                Dommage ! Les échanges étaient néanmoins intéressants...


              • Tonton Tonton 29 mai 2007 10:48

                Bonjour,

                Même les défunts ont droit de partir en week-end ! smiley Je n’ai malheureusement que peu le temps de répondre en détail ce matin. J’estime que votre analyse du personnage et de la politique de Sarkozy est un peu réductrice. Je ne vois pas en quoi il a été élu par les média, bien au contraire, on a vu à quel point Marianne allait jusqu’à dénoncer dans l’outrance un personnage qui est pourtant un démocrate, qu’on partage ou non ses idées. Je n’ai pas l’intention de les défendre, il le fait lui même, et ce n’est que sur les actes que nous pourrons vraiment juger. Mais à la différence du PS, il y avait un programme clair, par rapport auquel les autres candidats ont du se situer... Les oppositions au sein du PS empêchaient d’avoir des réponses claires sur les sujets importants en politique intérieure et la relative inculture de la candidate ne lui facilitait pas la tâche pour les problèmes internationaux (ex. l’interdiction totale du nucléaire même civil aux iraniens) ! Cordialement. http://mitterrand.2007.over-blog.com


              • kall kall 25 mai 2007 14:46

                « Si j’ai pu entrainer des millions de Français derrière ce rêve de »changer la vie« , ce n’est pas sur du vide, mais bel et bien sur des idéaux de société. »

                Oui, et le réveil pour les gens de gauche fut particulièrement douloureux si je me souviens bien.

                « D’ailleurs et à bien des égards, je pense qu’effectivement, la vie des Français a été profondément modifiée sous ma présidence. »

                Vrai, je me suis juré à cette époque là de ne plus jamais voter socialiste (et je m’y suis tenu)


                • Tonton Tonton 25 mai 2007 15:22

                  Bonjour, Il me semble que François de Closets a bien démontré à cette époque à quel point les français voulaient « toujours plus ». Il a refait sa démonstration récemment, expliquant qu’ils désiraient aujourd’hui « plus encore »... Je ne comprends pas ce qu’il peut y avoir de si douloureux à examiner la situation suite à deux septennats pendant lesquels tout ne fut pas parfait, mais ou le SMIC a été augmenté de façon importante, des minimas sociaux créés, des logements sociaux construits etc etc... Que vouliez-vous ? Que je choisisse d’abandonner l’Union Européenne ? Que je cherche à soustraire la France à la compétition internationale ? Imaginez-vous le résultat d’une telle politique ? J’ai protégé la gauche de la tentation totalitaire qui était la sienne lorsque le Parti Communiste était à 25%, j’en suis fier ! J’ai donné du crédit à la gauche et à l’alternance en rendant à mon successeur un pays plus prospère que ce qu’il était en 1981. Je ne rougis pas de mon bilan ! Cordialement, http://mitterrand.2007.over-blog.com


                • Tonton Tonton 25 mai 2007 16:53

                  C’est fort dommage, vous auriez pu critiquer l’article en connaissance de cause... Qu’on le veuille ou non, l’avenir de la gauche passe par le PS, seul parti de gouvernement, même si sa rénovation est nécessaire, voire son remplacement. Cordialement, http://mitterrand.2007.over-blog.com


                • La Taverne des Poètes 25 mai 2007 17:08

                  La gauche socialiste en déroute a dégainé sa plus grosse pointure, alias « Tonton » - avec tout le charisme et l’aura du personnage - pour un débauchage en règle sur Agoravox, tablant sur une désillusion des sympathisants de Bayrou au prétexte que les Législatives ne seront pas très favorables au Modem (un mauvais moment à passer peut-être, il est vrai). Attention les amis, notre « Tonton » est en réalité un tonton flingueur !

                  Et il vient nous parler d’avenir de la gauche alors que le mot même d’avenir devient inconciliable avec celui de socialisme. L’avenir, c’est le citoyen qui l’incarne au sein d’un parti de renouveau et rajeuni et non cette gauche dépassée, « vieillie et usée ».

                  Sarkozy débauche les stars de la politique, le PS débauche au Modem et sur Agoravox.

                  Ne pas céder. Une bataille n’est jamais gagnée en un jour...


                  • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 25 mai 2007 17:20

                    En tout cas la politique fiscale de NS est suffisamment clairement à droite et l’usage qu’il va faire du déficit public qu’il ne comblera (s’il le fait : il vient d’annoncer à Bruxelles que le déficit public n’est pas sa priorité et sur ce point et non son usage je suis bien d’accord avec lui) que par le démantèlement des services publics. Ainsi vos espoirs de modernisation dans la solidarité n’est qu’une illusion pré-électorales entretenue aujourd’hui par NS.

                    Mais il y a ceci de bon dans les illusions politiques (à la différences de l’illusion religieuse dans un autre monde paradisiaque ) c’est qu’elles se transforment, au contact avec la réalité immanente, très vite en désillusion.

                    La démocratie c’est l’alternance entre illusion, désillusion et réalité, entre l’apparence instantanée créée au moment des élections et l’expérience dans la durée, entre le rêve et son effondrement, et cela vaut pour la droite comme pour la gauche. On l’a vu en 83 et en 97 et on le verra en 2012


                    • Tonton Tonton 29 mai 2007 10:53

                      Bonjour, Je ne suis pas aussi sûr que vous que le phénomène fonctionnera avec Sarkozy... Il aurait déjà du en toute logique et sous la force des coups qui ont été portés contre lui s’effondrer avant cette élection. Les favoris des sondages sont rarement en bonne position quand ils sont favoris trop longtemps à l’avance ! En 2012, s’il se représente, cela dépendra fortement de son bilan, qui s’il applique un minimum de ce qu’il a promis sera considéré comme bon. Ce n’est pas avec à nouveau Ségolène en face (comme cela risque d’être le cas) que le PS aura la moindre chance ! Cordialement. http://mitterrand.2007.over-blog.com


                    • Xerxès Xerxès 25 mai 2007 20:47

                      Tonton...l’imputréscible criminel !


                      • maxim maxim 25 mai 2007 21:19

                        faut il vous reveiller ,messieurs les socialistes ,parce que Mitterand ,qui n’etait pas socialiste lui même mais a utilisé le PS pour parvenir à ses fins ;arriver à l’Elysée ....

                        il y est arrivé, c’est vrai que c’etait un fin politicien ,et vous n’avez pas trouvé de remplaçant à sa hauteur ........

                        vous êtes restés pendant longtemps et même maintenant sûrs de vos certitudes sans vous rendre compte que le monde change à une vitesse telle que ce qui était vérité hier ,ne vaut plus rien maintenant ......

                        S.Royal a certainement senti ce changement ,mais ses projets semblaient élaborés par une classe de 4 eme où l’on aspire à un monde parfait ,qui finalement voulait tellement en faire qu’une décision en bloquait une autre et aboutissait à quelque chose d’incohérent ......

                        Hollande ,va poser son tablier ,il n’y a personne pour le remplacer ,les élephants puisque que l’on les nomme ainsi sont dépassé par les évenements ,protègent leurs confortable places ,sans bouger ni surtout ne rien faire bouger ........

                        je crois que pour redevenir un grand parti d’opposition,il y a un immense chantier de construction à remettre sur pied .......

                        et c’est quelqu’un de droite qui vous le dit ,réveillez vous ,on est en 2007 .....1981 c’est fini !!! bien fini .


                        • dom y loulou dom 17 juin 2007 19:48

                          aucune construction. Plus rien. Vous allez maintenant vous démerder avec vos super gagnants et qui n’ont aucune autre obsession, juste être des vainqueurs, peu importe s’il n’y a aucun adversaire. Vous allez à partir d’aujourd’hui bien vous démerder. Plus une idée, plus de conseil, plus rien parce que quoi qu’on fasse pour vous aider vous nous chiez dessus. Allez vous enfoncer dans le grand bleu en vous souvenant toutefois que c’est la couleur de la sixième force de Dieu, la bonté, usurpée pour vos jeux de pouvoirs grotesques. Faut plus compter sur l’intelligence de la gauche pour vous rassasier de pensées à peu près cohérentes. Place au mensonge ! C’est vous qui l’avez voulu ainsi. Pour ma part j’essaierai autant que je peux de bloquer toute future explication sur quoi que ce soit et on verra jusqu’où ira la gargarisation. On a tout fait pour empêcher que l’aveuglement généralisé nous emmène plus avant vers l’enfer de la guerre préparée de longue date et qui avançait sous couvert. Aujourd’hui le mal est stigmatisé et ce n’est que l’attentisme et l’abdication de soi qui permet aux truands de ce monde de continuer leur manège cauchemardesque et si ça vous fait rire on verra bien pendant combien de temps. Toute culture-même qui se déploie encore et qui a repris toutes ses couleurs sous l’auspice de l’esprit saint est aujourd’hui teinté de cette merde brune puisque tout ce tintamarre ne sert qu’à couvrir les plus gros mensonges que l’humanité ait connu... eh oui on parle encore du 11 septembre 2001. On va juste se souvenir que les nazis aussi allaient à l’opéra et écoutaient des chansoniers ronron pour tuer même le temps. Tout est encastré, en-boité, tous on est enculés. Merci à votre généreuse perspicacité. Grâce à vous je ne lèverai plus le petit doigt. Je me contenterai de dispenser chaleur à ceux qui voudront bien s’approcher, mais cette super société qui veut consommer jusqu’à l’esprit saint n’est digne de rien, c’est probablement pour celà que tous ses membres s’autocongratulent sans cesse et se décernent médailles après trophées, prix et distinctions qui ne servent strictement à rien ni à personne sauf à flatter des égos pendant aproximativement deux secondes et demi et se remplir les poches entre amis de bonne famille. Tcho Berthe puisque Marianne pleure en fond de calle.


                        • Philippe D Philippe D 25 mai 2007 22:00

                          Cher Tonton,

                          Je ne vous ai pas toujours beaucoup aimé de votre vivant, quoique vous reconnaissant beaucoup de talent politique. Me serais-je trompé ? Je viens de découvrir votre blog et de remonter l’histoire récente au fil de vos billets et c’est un grand plaisir que de vous lire !

                          Votre situation actuelle est sans doute plus propice à nous livrer des analyses et des conseils désintéressés et distanciés. Sans que l’on n’y voit obligatoirement cette ruse que vous utilisiez si bien, quoi que !

                          Le PS va mal et la solution DSK n’a pas l’air de se préciser. J’avais espéré qu’il fasse le clash définitivement au soir du 2° tour. Il a finalement fait machine arrière, sans doute un peu effrayé par son audace et aussi un peu surpris par le capital de sympathie que Ségolène Royal semble avoir gardé. Depuis quelques socialistes tendance sociaux-démocrates ont accepté le dialogue ou l’ouverture avec Nicolas Sarkozy. La situation me semble bien mal engagée pour un NPS que dirigerait DSK. Pensez-vous que l’aile gauche et les nonistes continueront à interdire toute réforme salutaire du parti ou pensez vous que DSK garde une chance de pouvoir enfin créer les bases de ce NPS.


                          • Tonton Tonton 29 mai 2007 10:56

                            Bonjour, Merci de votre commentaire. Très sincèrement, tout est possible en politique, mais DSK s’est montré moins fin stratège que Ségolène, c’est ce qui m’incite à croire qu’elle reste « dangereuse » car en bonne posture pour être candidate à nouveau en 2012. Cordialement, http://mitterrand.2007.over-blog.com


                          • Christoff_M Christoff_M 26 mai 2007 07:40

                            Je cite un extrait d’un blog d’internet : « La victoire de Nicolas Sarkozy trouve son explication dans une telle analyse stratégique. En bonne théorie, le vainqueur est celui qui capte le jeu en cessant de le jouer et donc nécessairement en inventant un nouveau site à partir duquel il joue. Ce site ne peut être qu’extérieur au site du jeu dominant, en l’occurrence la position que Mitterrand avait allouée à Le Pen. En occupant (dangereusement) ce lieu réprouvé et sacré (presque mystiquement), il a fait sauter le dispositif mitterrandien et fait place nette à une configuration politique « vierge ». Pour ce faire, il lui a suffi de viser la poutre maîtresse du dispositif : le mythe du « danger Le Pen ». La réintégration du thème de l’identité nationale (absente de son discours d’avant la campagne, plutôt multiculturaliste et postrépublicain), l’invention tactique du « ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale » (synthèse détonante de deux contraires : immigration et nation) ont suffi à pulvériser les positions stratégiques de tous les partis. La baudruche du « danger Le Pen » s’est dégonflée, le FN étant ramené à bien peu de chose, et la gauche, restée calée dans les catégories mitterrandiennes, s’est vue dévoilée dans son « archaïsme », selon le mot de DSK. »


                            • ExSam 26 mai 2007 11:39

                              Si les morts se mettent à parler, maintenant, ça va vite devenir insupportable. Y a déjà tellement de vivants qui racontent des aneries à plein tube.

                              Une ligne en passant, qui donne le « la » de ce cri du coeur, si sincère :

                              un homme ou une femme qui sache décomplexer la gauche, notamment face aux réussites de Tony Blair ou des systèmes nordiques.

                              Le PS, aux dernières nouvelles, est toujours un parti fondé sur une charte, des textes cherchant la « transformation sociale », à gauche, avec des valeurs et des objectifs politiques de combat pour les exploités et les opprimés.

                              Un homme, sympathisant, militant socialiste ne peut que renier ses ambitions, refuser le réel et abandonner ses valeurs, s’il accepte que son parti se soumette au modèle Blairiste, qui est une prolongation du Tchaterisme, avec écrasement des salaires, des revendications, des lois sociales. Tout le contraire d’une politique de gauche.

                              Et non seulement cette politique est anti-sociale, mais contrairement à ce que raconte l’auteur ELLE NE MARCHE PAS.

                              Voir démonstration ici :

                              http://travail-chomage.site.voila.fr/britan/emploi_15ans.htm

                              PETIT RESUME du dossier :

                              Pour résumer, devant une augmentation semblable de la population en âge de travailler dans les deux pays, la population active a beaucoup diminué en Grande Bretagne (1 210 000) du fait d’un retrait massif d’activité (préretraites et surtout invalidité), permettant une diminution du chômage de 580 000 personnes. En France, la population active a davantage augmenté que la population en âge de travailler (690 000) du fait d’une importante demande d’emploi, entraînant une augmentation du chômage de 520 000 personnes. Ainsi, si la différence dans le nombre de chômeurs a augmenté en quinze ans entre la France et l’Angleterre, cela n’est pas du aux prétendus mérites du modèle libéral britannique mais à la mise à l’écart d’une partie importante de la population active. Les chômeurs ont surtout été transformés en invalides.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès