Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’avenir électrique français se joue-t-il en Isère ?

L’avenir électrique français se joue-t-il en Isère ?

Alors que certains ministres et groupes politiques bénéficient d’une exposition médiatique de tous les instants, des personnalités politiques moins connues mais aux compétences techniques plus assurées pourraient marquer la politique énergétique du nouveau quinquennat.

Ainsi, en matière d’électricité, des responsables socialistes de Grenoble ayant accédé à des postes nationaux pourraient, forts de leurs expériences locales, préfigurer ce qui attend la France toute entière d’ici quelques années.

Grenoble, la nouvelle ville lumière ?

Depuis que Louis Néel, prix Nobel de physique et père de la filière nucléaire française, a posé ses bagages à Grenoble, l’histoire de la ville est indissociable des enjeux électriques de la France. La préfecture de l’Isère a effectivement développé au cours des décennies un écosystème très high-tech en matière d’énergie. Depuis le centre de R&D « smart grids » de Schneider Electric, auquel François Hollande a fait l’honneur d’un déplacement de campagne, jusqu’aux différents laboratoires du CEA orientés énergies renouvelables, la ville est fort bien pourvue. D’autant que Grenoble sert de terrain d’expérimentation grandeur nature, entre autres, au projet Greenlys.

En parallèle, un pool de connaissances et de compétences s’est créé dans d’autres domaines technologiques : nanotechnologie, numérique, biotechnologie….

Moteur économique du département, le secteur de l’énergie intéresse naturellement les élus locaux. Il n’est donc pas surprenant que l’Isère rassemble plusieurs des personnalités politiques les plus en pointe sur ce sujet. Parmi eux, Geneviève Fioraso, Michel Destot et François Brottes, tous députés socialistes de l’Isère, font désormais partie des nouvelles éminences grises de la politique énergétique nationale.

Geneviève Fioraso, une ministre entourée de professionnels du secteur

Nommée à la surprise générale ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso défend depuis plusieurs années une approche de l’énergie tenant compte des réalités industrielles et techniques. A ce titre, CV et carnet d’adresse de Geneviève Fioraso en disent long sur sa connaissance du secteur des nouvelles technologies, compagne de Stéphane Siebert, n°2 du CEA de Grenoble, amie de Jean Therme le n°1 de la même organisation. Dans ses anciennes fonctions d’adjointe municipale en charge de l’économie, elle rencontre Claude Ricaud, directeur de l’innovation chez Schneider Electric, ou Franck Chevalley, directeur d’Atos Worldgrid.

Michel Destot, l’ingénieur nucléaire reconverti dans la politique

Le député-maire de Grenoble entretient des relations proches avec la nouvelle ministre qu’il connaît depuis 20 ans et dont les carrières professionnelles et politiques s’entremêlent. Officiellement en charge des relations avec les élus pendant la campagne présidentielle, il était surtout l’un des principaux intermédiaires de François Hollande auprès des grands patrons français (Proglio, Mestrallet, Kron, Parisot etc). La rumeur voudrait d’ailleurs qu’à défaut d’avoir obtenu un maroquin dans le premier gouvernement Ayrault, Michel Destot pourrait se consoler en obtenant la direction d’une « grande entreprise nationale dans l’énergie ». En attendant, il est secrétaire national du PS à l’industrie et aux entreprises.

François Brottes, l’homme de la synthèse énergétique

La grande force de François Brottes est avant tout de parfaitement connaître les dossiers de l’énergie. Le député sait lui aussi s’entourer, notamment en travaillant pendant la campagne présidentielle avec Bruno Lechevin membre de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) et délégué général du médiateur à l’énergie.

En tant que président de la commission des affaires économiques de l’Assemblée, il va cependant avoir fort à faire avec le nouveau partenaire écologiste. Même si il a déjà participé à atténuer la portée de l’accord conclu entre PS et EELV, rééchelonnant le passage de la part du nucléaire de 75 à 50% à « l’horizon 2025  » dans le mix énergétique tout en défendant « une filière nucléaire forte  », les élus écologistes promettent de lui donner  de nouveau du fil à retordre. Denis Baupin, député écologiste et vice-président de l’Hémicycle annonçait déjà il y a quelques semaines : « C’est sur le nucléaire qu’il y aura le plus de baston avec les socialistes ».

On peut néanmoins faire confiance à François Brottes pour assurer les équilibres politiques puisque c’est un travail qu’il a déjà mené dans les rouages internes du PS. Capable d’élaborer une ligne directrice commune sur l’énergie entre Aurélie Filippetti (ancienne verte) et Géraud Guibert (porte-parole de Montebourg pendant les primaires socialistes), à l’occasion de la convention nationale du PS d’avril 2010.

Engrangée sur le terrain, l’expérience des élus de l’Isère pourrait constituer un fil conducteur intéressant de la future politique énergétique de la nouvelle majorité. Soucieuses de concilier impératifs techniques, économiques et politiques, les propositions de ces personnalités socialistes seront à suivre avec attention dans les prochains mois.


Moyenne des avis sur cet article :  1.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • nicolas_d nicolas_d 29 août 2012 10:38

    « Soucieuses de concilier impératifs techniques, économiques et politiques »

    Ca a toujours été le cas, et c’est ça le problème.
    Toujours pas d’impératifs sociaux et écologiques chez les socialistes ?


    • jef88 jef88 29 août 2012 11:31

      Un carnet d’adresses et de belles relations ! ! ! ! !

      Ca y est ! On est sauvés ..........


      • Leo Le Sage 29 août 2012 11:37

        J’ai quand même quelques questions :
        Ce député va-t’il proposer la filière nucléaire comme une énergie incontournable ?
        Est-ce que le gouvernement va-t’il se lancer dans le nucléaire.
        Bien qu’étant contre le nucléaire je ne vois toujours pas comment s’en écarter objectivement...

        Dans le cas, où le nucléaire est choisi, quelle filière vont ils privilégier ? Le Thorium ?
        Merci.
         
        Cordialement

        Leo Le Sage
        (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


        • titi 29 août 2012 14:21

          Tout est dans la communication...

          Superphénix a été surmédiatisé.
          Superphénix était devenu un symbole pour les écologistes....
          SuperPhénix a été enterré par les socialistes.

          Mais qui a entendu parlé d’ASTRID (https://fr.wikipedia.org/wiki/ASTRID)  
          ASTRID poursuit son bonhomme de chemin en silence..


        • anomail 29 août 2012 19:02

          Et allez, encore un machin qui marche au plutonium 239 (demie-vie : 24000 ans, bonne chance à tous nos descendants !) et qui est refroidi au sodium (qui ’enflamme au contact de l’air et explose au contact de l’eau).

          Il faut être taré. Juste taré.


        • Les Bulles Les Bulles 29 août 2012 15:06

          Dans le domaine de l’électricité, l’Isère a toujours été en pointe .. pour le meilleur et pour le pire.

          Au 19ème siècle, Aristide Bergès a développé la Houille Blanche (énergie hydraulique) dans la région de Grenoble.

          La recherche nucléaire s’est installée à Grenoble en 1956 et dans les années 70, Grenoble a pu vivre, en vrai mais sans que la population n’en sache rien, un incident nucléaire qui s’est produit à quelques centaines de mètres du centre-ville et qui a pollué la nappe phréatique.

          Je vous conseille la lecture de l’article (Science & Avenir) en lien. On a un condensé de tout ce que peut produire le nucléaire : dissimulation, incompétence … Prenez le temps de tout lire. Ca fait froid dans le dos.
          http://www.dissident-media.org/infonucleaire/pdf_nucleaire/fuite_grenoble.pdf


          • Emmanuel38 29 août 2012 15:26

             Vulgaire publi-reportage, tout-à-fait dans le style du « DauBé » ( l’acronyme du « Dauphiné Libéré »)


            • noodles 29 août 2012 16:05

              Beaucoup de parti pris dans tout ça

              encore la bouteille à l’encre et l’incapacité

              de prendre une utile et sage décision...

              Quoi faire ???

              on pourrait s’adresser à l’Europe ? 

              Non mais laissez-moi rire : l’Europe est constituée

              d’ennemis de la France...et des français

              Reprenons nos billes et réfléchissons.

              Pour ça il faut du courage...

              noodles


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 29 août 2012 17:04

                Oui......Ha !!!!!! Et ??????Nooooooon !!!Si ????????????Ah bah alors !


                • Gasty Gasty 29 août 2012 19:03

                  m’ouais ! on est bien avancé...


                  • chmoll chmoll 30 août 2012 07:05

                    pendant se temps là le frenchie attend sans broncher la prochaine arnaque , heu nan (scusez moi) augmentation de sa facture

                    ben quoi les petits four pour grandes gueules qui c qui vas les payer hein ?? qui ??


                    • subliminette subliminette 30 août 2012 08:58

                      Tiens, c’est marrant cette pub pour EDF juste au-dessus de l’article.... non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès