Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’Avenir sans avenir de « Désirs d’Avenir »...

L’Avenir sans avenir de « Désirs d’Avenir »...

Les survivants de l’association fondée par Ségolène Royal fin 2005 et reprise en main par elle même en septembre 2009 ont quelques soucis à se faire quant à leur avenir... Stratégiquement créée à l’origine pour peser sur, voire contourner, le PS dans le cadre d’une candidature contestée par le "vieux parti" DA fût une arme décisive pour les primaires et réunit près de 15000 membres très impliqués. Ces derniers furent très actifs durant la campagne, remplissant les meetings, pratiquant les "débats participatifs" au cours de réunions ouvertes souvent 1er contact des participants avec la politique. Des comités locaux, départementaux, thématiques se formèrent un peu partout en France (et même à l’étranger)donnant l’occasion d’exister à ceux qui ne trouvaient de place dans la structure hyper hiérarchisée et auto-reproductrice du Parti Socialiste.

Les premières douches froides tombèrent sur la tête de ces nouveaux militants quand, à la demande pressante de leur candidate, ils prirent leur carte du PS pour pouvoir voter aux primaires : Les "20 euros" n’étaient pas welcome au sein de sections ronronnantes, aux structures figées, dépendantes d’une hiérarchie immuable, affidées à un "leader" national (Fabius, DSK, Delanoë...).Un bon nombre de ces "nouveaux" ne remirent plus les pieds dans les section dès l’annonce de la "victoire" de Ségolène...Il était clair alors que pour exister le mouvement devait "pénétrer" le parti et la création d’un courant s’avérait nécessaire. Tout le monde se souvient du désastreux congrès de Reims qui précipita le départ des "tièdes" et renforça la détermination des plus investis . C’est sur ce champs de ruines largement déserté par les nouveaux militants que se construisit "Notre Espoir à Gauche", versant politique de DA, mais dépassant largement ses frontières puisque représentant 30% des voix du PS et donc 18 postes au Bureau National. Animé par Vincent Peillon et quelques grands barons locaux, le courant se développe et met en oeuvre la politique de "rassemblement des communistes au Modem" initiée par Ségolène avec un certain succès que vient confirmer la réunion de Marseilles en Aout 2009. Seulement, à Marseille, Ségolène n’y est pas. Pas davantage que dans l’animation de Désirs d’Avenir. Dans les deux cas "le job" a été confié avec plus ou moins de pertinence à des "fidèles" qui le seront de moins en moins...

La fin 2009 sera aussi celle des illusions : le clash provoqué par Ségolène lors de la deuxième convention nationale du mouvement, à Dijon, et le départ de Jean-Pierre Mignard de la présidence de Désirs d’Avenir, le lancement catastrophique du nouveau site confirmeront l’éloignement du "1er cercle politique" mais aussi des militants, dont ceux espérant des postes se rapprocheront de la Direction du PS dans la perspective des régionales voire rejoindront Europe Ecologie (avec bonheur semble-t-il).

Qu’en est-il un an après ?

Les clés de "Désirs d’Avenir" ont été confiées à quelques opportunistes aux compétences pour le moins limitées mais aux ambitions sans limite. Le mouvement EAG s’est étiolé sans leadership clairement accepté par tous.

Dans les deux cas la responsabilité de Ségolène Royal est totale : pour ce qui concerne DA une prise d’information minimale aurait conduite à constater que le "passé militant" des opérationnels désignés était une mystification et, pour ce qui concerne EAG, un intérêt même superficiel pour les travaux engagés eut suffit à éviter les guerres de tranchées qui ont étouffées la dynamique. C’est un gâchis certain - qui se paiera dans les élections futures- et qui laisse planer un profond doute sur la capacité managèriale de Ségolène en général et sa capacité à savoir s’entourer en particulier.

L’avenir Proche de DA est fortement compromis :

- soit Ségolène est persuadée de pouvoir passer les primaires en tête et elle réactivera autant que faire se peut les restes du réseau militant. Jusqu’à l’élection. Ensuite l’association ne lui sera plus d’aucune utilité et elle n’aura, évidemment, absolument pas le temps de s’en occuper : elle sera dissoute.

- soit (et c’est ma version préférée) elle n’est pas sûre de passer en tête et jouera "le ticket gagnant" (genre DSK-Ségo ou Aubry-Ségo) dans un deal "tu apportes ta compétence et moi ma popularité" et DA est automatiquement condamné par ce que le(la) partenaire n’acceptera pas d’avoir un bataillon de "troublions" à gérer en plus des rivalités internes.

- Puis il y a un dernier élément dont personne ne parle : le financement de DA. La convention qui lie DA et Pierre Bergé vient à échéance en 2011. Compte tenu des péripéties évoquées plus haut rien n’assure qu’il continuera à financer une organisation de joyeux amateurs...


Moyenne des avis sur cet article :  3.11/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 9 novembre 2010 12:39

    au pire , alain Julles et Christian pourront faire un dialogue lors du prohain sommet !  smiley


    • asterix asterix 9 novembre 2010 16:01

      Les partisans du Parti sont partis pour la partition momentanée du Parti. Lorsqu’il aura démoli les autres tendances partisanes du Parti, le vainqueur le moins minoritaire de cette prise à partie pour la conquête des rênes du Parti devra d’abord recoller les morceaux du Parti en appelant tout le Parti à faire allégeance à sa seule version du Parti.
      On gagne à tous les coups... c’est parti !


      • Criquetos Criquetos 9 novembre 2010 16:15

        Sûr ! C’est bien parti pour une partition du Parti ! Espérons juste que la partie partie rejoindra ensuite les autres parties pour créer le nouveau Parti !


      • Criquetos Criquetos 10 novembre 2010 12:09

        OK,
        Si la partie du parti partie est plus nombreuse que la partie du parti pas partie elle a intérêt à constituer un parti des parties partie...


      • elly 22 novembre 2010 15:40

        Comme il est nul ce débat !


        • JL JL 22 novembre 2010 15:50

          Perso, à tout prendre, j’aime mieux la rose rouge du « care » (enfin rouge, pas tellement !) que baby face Nelson, celui qui se demande tous les matins ce qu’il peut faire pour Israël.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès