Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’éclairante sortie de V. Peillon : de la félonie en politique

L’éclairante sortie de V. Peillon : de la félonie en politique

Tous savent ou devraient savoir que le courant du PS « Espoir à gauche » est issu de la motion E qui soutenait la candidature de Ségolène Royal, lors du lamentable congrès de Reims, lamentable du fait des opposants à celle-ci, qui avaient pourtant obtenu la majorité relative auprès des militants du PS.

Tous savent ou devraient savoir que ce courant regroupe dans sa majorité des militants qui se reconnaissent dans l’action et la personne de Ségolène Royal.

Tous savent ou devraient savoir que V. Peillon avait été mandaté par Ségolène Royal pour animer le courant en question afin de réformer en profondeur ce parti dans le sens de l’ouverture vers plus de démocratie participative et au rassemblement de tous les démocrates pour faire échec à Nicolas Sarkozy en 2012.

Or qu’a-t-on vu lors de la réunion organisée au nom de ce courant ? Que son animateur auto-proclamé, sans avoir consulté qui que ce soit, en tout cas aucun adhérent de base de ce courant, avait décidé d’interdire à Ségolène Royal -qu’il soutenait pourtant lors de la formation de ce courant- de participer à une réunion organisée par ce courant, sous le fallacieux prétexte qu’elle serait présidentiable, tout en faisant de Manuel Valls, qui lui, au contraire de Ségolène Royal, s’est déjà déclaré candidat à la candidature, un acteur majeur de cette rencontre. Cette réunion portait sur l’école et l’enseignement, ce qui est en effet une source fondamentale de notre vision de la république, thème sur lequel Ségolène Royal, par ses fonctions passées comme ministre dans ce secteur, est particulièrement compétente . Sa présence était donc particulièrement nécessaire au débat.

Faut-il rappeler que Ségolène Royal est tout à fait chez elle dans ce courant qu’elle a initié et donc qu’elle n’a pas plus que tous les autres militants de ce courant à y être invitée. Chaque adhérent en effet a été invité à s’inviter pour participer à cette réunion. Ce qu’elle a fait en avertissant F.Rebsamen co-organisateur et maire de Dijon, la ville qui avait offert l’hospitalité de sa ville pour sa tenue, de sa présence à cette réunion, lequel lui avait assuré qu’elle y serait bienvenue, ce qui vaut approbation de cette auto-invitation. Faut-il penser que pour V. Peillon, sans consulter les autres dirigeants de ce courant, il aurait tout seul le droit de décider de la présence ou non de tel ou tel adhérent ou militant à une réunion du courant qui est le leur, après avoir reproché, avec quelques autres, à Ségolène Royal de n’être pas venue au rassemblement précédent de Marseille ?

Faut-il rappeler qu’aucune des orientations en vue du rassemblement et de la transformation du parti défendues par les militants de ce courant n’est différente de la position développée par Ségolène Royal lors du congrès de Reims, voire lors de sa campagne aux élections présidentielles. Position qu’elle continue à soutenir à la place et avec le talent qui lui sont reconnus par ses amis dont V. Peillon a été il y a peu, largement majoritaires dans le courant « Espoir à gauche » ? V. Peillon peut-il dire sur quel point sa propre position politique l’opposerait à celle de Ségolène Royal ?

La réponse est non, sa sortie est donc outre son aspect anti-démocratique, voire autocratique, en opposition avec la notion de démocratie élargie ou participative qu’il défendait encore il y a peu, est donc une attaque purement personnelle.

Il faut alors se poser une question : Quels sont les buts personnels aujourd’hui de V. Peillon ?

S’agit-il de récupérer le « ségolénisme » sans Ségolène en disqualifiant celle-ci, selon ses propres termes, pour conforter la candidature d’un autre qui pourrait être celle de Dominique Strauss-Khan , de Manuel Valls, de Martine Aubry, voire de lui-même ; sa promesse en effet de ne pas être lui-même candidat n’engage, au regard de son parcours récent auprès de Ségolène Royal, que ceux qui croient encore en sa parole.

S’agit-il d’envisager de prendre personnellement la tête du parti socialiste, en service commandé par l’actuelle direction, pour faire d’une (?) candidature à la présidentielle -qui ne serait pas Ségolène Royal- la seule candidature possible ? Ce pourquoi il aurait, par un détour dont la dialectique ne casse pas les briques, sinon celles de la démocratie (et on a vu ce que cela pouvait donner lors du congrès de Reims), rejoint le camp de ceux qui n’ont comme seul souci politique que de faire barrage à la candidature de Ségolène Royal aux présidentielles de 2012.

Comme quoi la philosophie que V. Peillon honore ne garantit pas nécessairement contre la perfidie en politique dont Platon faisait, entre autres, un moyen nécessaire pour qui voulait être à la fois roi et philosophe.

Les militants et adhérents d’ « Espoir à gauche » dont je suis -et au delà, les électeurs de gauche- sauront, n’en doutons pas, apprécier ce comportement particulièrement cynique comme il le mérite, le faire savoir à son auteur, et s’en souvenir...

 

Peillon : "Ségolène Royal s’est auto-invitée"
 

 
Ségolène Royal répond à Vincent Peillon et condamne son "dérapage verbal"
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • ruth 16 novembre 2009 12:26

    Merci Sylvain Reboul.

    Article d’une clarté diabolique qui vient prouver qu’Allain Jules avait raison quand il disait que les adhérents d’EAG, voulaient se débarrasser de VP, en lui demandant des comptes. C’est ICI, et LA.


  • monbula 16 novembre 2009 15:20

    Calmos
    Je ne sais pas combien Sarko la paie : mais elle mérite son chéque de fin de mois

    Ségo : la bombe PS- icide la plus efficace du marché

    Pchittt.... !!!......meme les éléphants s’enfuient

    Normal, Calmos, elle n’aime les pas les jeunes et vieux ringards comme toi.


  • Batila Batila 16 novembre 2009 16:00

    Si elle avait été invité à participer au débat, si sa présence avait seulement été chaleureusement demandée, elle ne serait pas venu.

    J’en mettrais ma carte du PS à couper.

    Je comprends à 100% l’agacement de Peillon. C’est comme si un étudiant ne venait jamais en cours ni aux réunions syndicales, se contentait de passer déjeuner et prétendrait être candidat à une élection. L’autocratie est plutôt de son coté à elle.

    Ce qui me fait rire c’est l’absence d’autocritique chez quelqu’un qui s’est fait une spécialité de dézinguer ses adversaires (dans ou hors du parti). Quand on ose parler et qu’on a été sous son autorité, on s’expose à un « recadrage » de la dame. Heureusement que Peillon, dont le talent d’organisateur n’est pas remis en question, a commis un « dérapage verbal ». Il a pêté un plombs, quoi. Ainsi discrédité, il reçoit, en outre, un « avertissement » de la dame...

    Mais c’est lui qui est antidémocratique...


  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 23 novembre 2009 04:40

    La Gauche est une zone littéralement « sinistrée »



     Pierre JC Allard

  • jps jps 16 novembre 2009 11:44

    il est à souhaiter de mettre un coup d’arrêt à l’OPA du vorace Peillon sur le courant issu de la Motion E porté par Royal au Congrès de Reims. Ségolène Royal avant tout le monde a préconisé l’alliance des républicains et démocrates du centre jusqu’à la gauche populaire. Vincent Peillon semble vouloir s’approprier une démarche née autour de Ségolène Royal. Ségolène Royal pouvait-elle rester plus longtemps les bras croisés devant tant de sournoiserie de la part de ceux qui font du Royal sans Royal au PS, tout en la fustigeant. Etrange qu’elle dérange autant...la craindrait-on ? et pourquoi ?

    Vincent Peillon dit ne pas souhaiter la présence de présidentiables, mais il a invité Julien Dray et Valls qui se sont déclarés pour se présenter à l’investiture pour la prochaine présidentielle de 2012. Monsieur Peillon « Quand on veut rassembler, on ne commence pas par exclure ». Qui a fait émerger Peillon et Valls, si ce n’est Ségolène Royal à l’occasion de la campagne présidentielle de 2007 ? Protège moi de mes amis, je me charge de mes ennemis.

    Quand ils se réunissent quelque part et que Ségolène ne se pointe pas on l’accuse de vouloir jouer solo quand elle se présente à une réunion Peillon dit qu’elle ne fera pas gagner la gauche ; Soyons sérieux !


    • LE CHAT LE CHAT 16 novembre 2009 11:46

      Quels sont les buts personnels aujourd’hui de V. Peillon ?

      le même que tous les autres tocards du PS , être en pole position pour 2012 , quitte à marcher sur le cadavre des autres minus ! quand il n’y a plus aucune idée , aucun projet , seul reste la soif du pouvoir !


      • Gabriel Gabriel 16 novembre 2009 11:50

        C’est à l’heure actuelle la seule alternative crédible dans ce parti de moribond. J’en veux pour preuve le matraquage médiatique négatif qu’elle déclenche à chaque fois ? Combien ici sont ceux qui on analysé les résultats obtenus dans sa région ? Combien écoute ses propositions ? Arrêter d’hurler avec les loups ou de vous faire parquer comme des moutons et pensez par vous-même et sans a priori ! Je ne parle évidement pas des 10% UMP restant qui étoufferont dans leurs erreurs évidentes mais de tous les autres.


        • vergobret 16 novembre 2009 22:27

          Oh, Gabriel,

          Royal est formée pour cela. Décision au niveau des régions. C’est déjà pas si mal. Un autre très capable aussi, à niveau identique, est De Villiers. Vous en voudriez ?
          Votre argument d’éfficacité ne tient pas la route.

          Ses capacités, bien réelles, ne suffisent assurément pas. Qu’elle n’aît su dérouter Sarko qui est un inculte comparativement à son niveau d’étude (poltique) montre la fragilité de son idéal. Le même que l’autre en fait, mais plus indécis, édulcoré. Le vote l’a bien montré.
          Mais je m’en voudrais de vous faire offense.


        • Gabriel Gabriel 17 novembre 2009 10:40

           @ vergobret

          Il est difficile de lutter seul, contre ses adversaires et ses amis. Un idéal est toujours fragile surtout lorsque les dirigeants et les nantis (Souvent les mêmes) distillent de fausses informations dans un seul but : » Que rien ne change, car pour eux tout va bien ! ».


        • kitamissa kitamissa 16 novembre 2009 11:52

          pour animer vos évènements familiaux :

          > mariages

          > communions

          > enterrements de vie de garçon

          > fêtes

          > anniversaires

          > promotions

          > baptèmes etc....

          la seule solution,une réunion du PS avec en invitée surprise.... Soeur Ségolène Royal en personne !



          • ELCHETORIX 16 novembre 2009 11:59

            je vous remercie , monsieur , pour votre article .
            Concernant ce qui se passe au PS , qu’ils fassent le « bien » ou le « mal » , je n’ai définitivement plus confiance en leurs « dirigeants » et à « l’idéologie » libérale du PS .
            Ce n’est , pas pour autant que je vais « passer à droite » , surtout pas !
            RA.


            • 65beve 16 novembre 2009 15:23

              Tous ces toquards m’ennuient.
              Partons chez Mélenchons !


            • Lairderien 16 novembre 2009 12:11

              La position de Peillon est en totale contradiction avec ses propres dires de janvier 2009 sur son propre blog, comme le rappelle fort justement ce matin INTOX2007 : http://www.intox2007.info/index.php?post/2009/11/15/Communique-de-Vincent-Peillon

              Lire que le 16 janvier V. Peillon insistait sur EAG constitué AUTOUR de Ségolène et le voir aujourd’hui tenter de l’exclure est assez hallucinant.


              • Didier 67 Didier 67 16 novembre 2009 12:33

                « Tous savent ou devraient savoir que.... », dites-vous.

                Vous exagérez !

                Il est tout de même possible d’être un bon citoyen et de se ficher complètement du déplacement des masses d’air au PS, non ?
                Vous-même, vous passionnez-vous aussi pour la petite cuisine du PC, l’arrière-cour du FN ou les poubelles du Modem ?
                J’imagine que non car il ne vous resterait pas beaucoup de temps pour les choses importantes.


                • Libera menso Libera menso 16 novembre 2009 12:40

                  Ca donne certes une impression de bazar ... et pourtant je préfère encore ça que la soumission inconditionnelle au chef qui existe à l’UMP avec son assortiment de lâchetés, d’opportunismes, d’hypocrisies et d’écoeurantes courtisaneries ...


                  • vergobret 16 novembre 2009 21:53

                    Vous avez l’air singulièrement avancé en matière de réflexion politique...


                  • Fergus Fergus 16 novembre 2009 12:41

                    Peillon n’était que la vedette américaine du courant ségoléniste, il se veut en tête d’affiche. Raté, mon gars, pas question pour la cheftaine de se faire marcher sur les escarpins !


                    • paul 16 novembre 2009 13:00

                      « tous savent ou devraient savoir... » sans être dans l’arrière ciusine du PS ni défendre la girouette Peillon , on observe que beaucoup de proches se barrent autour de Ségo....


                      • tvargentine.com lerma 16 novembre 2009 13:07

                        Une fois encore,Ségolène ROYAL cherche à polluer le débat politique par sa présence marketing.

                        Il est à noter que les médias cherchent pas à remettre en cause sa reconnaissance réelle dans l’électorat de la gauche

                        Il est temps que l’ensemble de la gauche se démarque de cette personne avide de pouvoir et qui n’est pas socialiste

                        Pour l’instant,V. Peillon vient de comprendre que les partis de gauche rejettent la candidature marketing de Me ROYAL et il retourne sa veste

                        La débacle annoncée des régionales ne fera que confirmer que la gauche ne doit pas être représentée par des repris de justice (Jean Paul Huchon) des personnes au train de vie douteuse pour etre « socialiste » (Julien Dray) et encore moins par une catho qui se dit socialiste et qui n’avait fait que pourrir le débat à gauche

                        http://www.tvargentine.com



                        • LE CHAT LE CHAT 16 novembre 2009 13:50

                          t’as raison Lerma , même Sarko ferait un meilleur candidat socialiste !  smiley


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 16 novembre 2009 14:07

                          Bonjour, Lerma

                          « et encore moins par une catho qui se dit socialiste et qui n’avait fait que pourrir le débat à gauche »

                          Merci Lerma de vous faire le haut parleur à défaut de beau parleur de certains socialistes contre Ségoléne , la question est de savoir si vous êtes bien placé pour vous faire le porte parole des vrais socialistes qui a défaut de pourrir le débat, ne débattent de rien puisqu’ils excluent tel ou telle d’entre eux . Mais, ce que vous dites, venant de vous, peut être interprété comme un compliment indirect ; Ségolène est bien un adversaire plus coriace que J. Lang et DSK de votre ami Nicolas et mérite que les amis de notre président l’insulte et la déprécie en conséquence .


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 16 novembre 2009 14:13

                          Tiens, j’allais oublié que Raffarin de son côté semble vouloir aussi pourrir le débat au sein de l’UMP à propos des impôts locaux.

                          Serait-ce un complot des barons de la région Poitou-Charente ou du Bordelais avec Juppé etc...contre Paris ?

                          Vieille histoire Lerma !


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 16 novembre 2009 14:21

                          oublier, avec mes excuses.

                          Mais vous avez raison : il y a quelque chose de pourri dans le royaume de France qui devrait être toute entière unie derrière son monarque à Paris pour ne pas dire Neuilly.

                          Car Neuilly-sur-Seine c’est Paris et Paris c’est la France...


                        • Gabriel Gabriel 16 novembre 2009 15:01

                          Lerma, l’impartialité et l’analyse de vos commentaires atteignent des hauteurs ou la raréfaction de l’oxygène ne vous a jamais, vous et vos amis, fait manquer d’air pour dire et faire des conneries !


                        • vergobret 16 novembre 2009 22:08

                          Auteur,

                          « la question est de savoir si vous êtes bien placé pour vous faire le porte parole des vrais socialistes ». Alors là, franchement, vous faire passer pour un vrai socialiste oblitère le fait que le courant catho est anecdotique et certes pas fondateur du socialisme, et par le fait élude qu’il n’est qu’ un avatar ou plutôt une combinaison de 2 théories, peut-être contradictoires : une théorie sociale et l’autre religieuse, réputée personnelle.
                          Vrai socialiste ? Vous allez ou ? Pour qui vous prenez-vous ? Êtes vous autiste ou simplement arrogant avec qui vous sert une définition historique du mot socialiste.
                          C’est votre courant qui représente un glissement vers l’impossible. Socio-libéral ? Socio-catholique ? Chrétien-démocrate ? Gardez vos convictions religieuses pour votre conseil étroit.
                          Bien respectueusement.


                        • vergobret 16 novembre 2009 22:46

                          le Chat,

                          Des arguments qui n’en sont pas. C’est pas dans les plus populaires que les meilleurs politiques se trouvent, la preuve. Revisitez votre définition de la gauche, socialisme compris.

                          Encore une fois, le PS a plus fait pour Royal et son époux que l’inverse. De plus, ils sont responsables tous deux du glissement libéral qui a divisé et provoqué l’impasse.
                          Un centre plutôt à droite mais ça dépend. Une gauche un peu libérale, plus ici et mieux par là..

                          Voulez allez finir par gouverner un pays avec 30 pour cent de chômeurs.


                        • Blé 16 novembre 2009 13:59

                          Peillon a perdu une occasion de se taire et en a donné une à madame Royal qui a pu montrer sa capacité de rassembler.

                          Elle a du cran. On ne peut pas en dire autant de ces messieurs du P.S.


                          • vergobret 16 novembre 2009 19:39

                            Auteur,

                            Si elle avait eu du cran, elle aurait elle-même été l’instigatrice de la rencontre. Ce n’est pas un oiseau politique, mais un coucou. Vous savez, ces oiseaux qui attendent que les nids se fassent... pour se les approprier.
                            En terme de socialisme, le cran ce n’est pas travailler pour son compte, c’est œuvrer pour une idée, se battre pour cela.
                            Quid de l’idéologie socialiste de Royal ?
                            Je ne vois pas ce que doit le PS à la famille Royal, et vous apprécierez, je l’espère, la mesure de mon ressentiment. L’inverse est plus évident : que doivent certains « élus » aux partis qui ont porté leur carrière ? Quels bénéfices l’idélologie portée par ces partis a apporté au pays ?
                            Respectueusement.


                          • vergobret 16 novembre 2009 14:30

                            Peillon est de gauche depuis plus longtemps que royal. Son appréciation de la problématique de cette gauche, de ses acteurs et actes fondateurs est fouillée de longue date et n’est pas que théorique.

                            Royale n’est pas de gauche mais un prototype de l’Ena, certes très achevée, en terme d’efficacité, mais à l’idéologie douteuse (rien à voir avec sarko, mais libérale quand même).

                            Se prévaloir d’une rigueur morale ou autre n’est pas la garantie de son intégrité. Vous pouvez toujours me dire que l’intégrité n’est pas une quantité politique.

                            Que Royal s’immisce quand cela lui convient montre son opportunisme de coucou.

                            Pour moi, Valls, Royal, S.Kahn, c’est le discrédit de la gauche ; entre docteurs en fumisterie et crétins égocentriques, narcisso-socialisto-libéro-cato, c’est l’éclatement de la gauche et son suicide. Votez autant que vous voudrez, ils n’ont aucune consistance et du pouvoir réel, aucun, de toute façon.
                            En toute logique, quand des bassins (régions) d’emplois ferment, ce n’est pas pour réouvrir les années suivantes...Ceux qui proposent de réguler l’europe mentent.


                            • jps jps 17 novembre 2009 10:14

                              @vergobret
                              vous écrivez : Peillon est de gauche depuis plus longtemps que royal.
                              révisez vos sources
                              tout le monde peut faire de telles affirmations gratuites pour polluer le débat


                            • non666 non666 16 novembre 2009 14:31

                              Curieux, a gauche comme a droite, on manie aussi bien la dague que le poison !

                              La politique vue par la fenètre des Borgia ....
                              Bon que dire ?
                              Que Peillon fait a Royal ce que Sarkozy a fait au clan Chirac au sein de l’UMP ?
                              Chacun a la bouche pleine du mot Démocratie , mais chacun veut sa propre boutique, sans rival , sans contestation, sans débat et sans rivalité ?
                              C’est mon jouet crient les « royalistes » quand un autre pretend incarner le club.
                              Nous n’avons donc plus que des fans clubs, des ecuries présidentielles et les partis politiques sont en pleine decomposition.
                              Comment en serait il autrement puisqu’a tous les niveaux, la base est méprisée et que seuls les deux choisis (par les groupes de presse) pour faire la présidentielle sont autorisés a s’exprimer et a passer au 20 h ?
                              L’arrivée de « sego » et de son aeropa&ge de journaliste en dit long sur les moeurs politiques actuelles.

                              Alors oui, Peillon est un salaud de faire au Royal ce que Royal a fait au reste du PS en lui passant de vant, en force....
                              Mais quelle diffrence avec ce qui se passe en face !!!! ?
                              La course au passage au JT de 20 hn la competition pour la notoriété pour tuer avant 2012 tous les rivaux possibles.
                              Et les idées, les enjeux ?
                              Aucun.
                              Les promesses reviendront avec les programmes tous plus demagos les uns que les autres en 2012.
                              En attendant , il faut faire oublier les promesses de 2007 et montrer son cul, occuper l’espace, coute que coute.


                              • Odal GOLD Odal GOLD 16 novembre 2009 15:31



                                « La politique vue par la fenêtre des Borgia ... » ; l’expression est bien vue.

                                Chacun a la bouche pleine du mot « démocratie », oui, et chacun prétend incarner la morale.

                                Mais dans ce pays quand on invoque la morale, c’est que  les jeux sont déjà faits et que la victime (pour cause d’intérêts divergents) a finalement été désigné pour l’hallali et la curée générale.

                                > Ce qui veut dire que pour quelques initiés, les jeux sont déjà faits.

                                Mais peut-être qu’ils se trompent, et qu’il ne faut pas vendre la peau de la Belle avant de l’avoir tué.




                              • Traroth Traroth 16 novembre 2009 14:48

                                Peillon, Royal, Valls, Montebourg... Des libéraux, encore des libéraux... On attend toujours qu’une personnalité aillant de véritables valeurs de gauche apparaisse au PS !


                                • Traroth Traroth 16 novembre 2009 15:19

                                  « ayant », évidemment. Fait mal aux yeux, celui-là...


                                • Jacquesp 16 novembre 2009 15:03

                                  Ségolène Royal est, comme Sarkozy, une terroriste politique qui a l’avantage qu’on attribue à des despotes : l’efficacité. En période de crise ou de danger, ces politiciens peuvent être extrêmement utiles mais, à terme, on voit bien le danger de cette posture : la mort de la démocratie de débat que tente de réactiver V. Peillon et qui est contraire à tout carriérisme personnel. Ainsi le divorce entre Peillon et Royal n’est pas si inutile qu’on le pense. Il n’est pas sans rappeler le divorce Sarkozy-Sénat : c’est plutôt prometteur. A quand le temps de la démocratie de l’individu où chaque citoyen se remettra debout pour réclamer la part de démocratie qu’on lui a volée. Ce n’est pas parce qu’on ne passe pas dans les médias qu’on est dénué d’intelligence. Je préfère de loin Royal à Sarkozy : si elle réussit à réactiver la démocratie en dehors d’elle et non autour d’elle, alors elle a de grandes chances pour 2012. Il faut laisser l’autocratie aux godillots de droite, ça leur va si bien.


                                  • oncle archibald 16 novembre 2009 16:21

                                    « Il faut laisser l’autocratie aux godillots de droite, ça leur va si bien »

                                    Remarque stupide, l’autocratie est par définition, pas essence, le pouvoir d’un seul, elle ne partage rien avec les « godillots » ni avec personne d’autre ... Pour exemple, François Mitterand, le « père spirituel » de Madame Royale, qui n’a rien partagé avec les communistes du « programme commun » a été parfaitement autocrate jusqu’à ce qu’on lui foute dans les pieds des députés de droite ... Croyez vous qu’il en tira les conséquences ?? que nenni ! accroché comme un morpion à son poste, il a tout simplement inventé la cohabitation, déni de démocratie s’il en fut un ... Il a ouvert la voie, un autre de l’autre bord s’est empréssé de le suivre ...

                                    Finalement celui que l’on traita le plus d’autocrate, le Général de Gaulle, fut aussi le seul qui était vraiment démocrate ... Les référendums lui servaient à reprendre de la légitimité « à la base » ce à quoi aucun des guignolos qui lui ont succédé ne se sont amusés., trop surs qu’une fois qu’on les aurait vu non plus le candidat promettant tout et le contraire, mais l’élu à l’œuvre empêtré dans ses contradictions et ses mensonges, on le lui ferait savoir illico ...

                                    Et donc à mon avis, nos présidents successifs depuis de Gaulle (hormis peut être Pompidou) ont tous plus ou moins flirté avec « l’autocratie » qui n’est en rien le privilège de la droite ... Demandez donc à Madame Royale qui elle a consulté avant de distribuer le pognon des contribuables Charentais aux filles des lycées qui ont des démangeaisons précoces .. Venez habiter en languedoc roussillon et voir ce que le président de la région, le valeureux Georges Frêche, ou le président du conseil général de l’Aude, ou de très nombreux maires de petites communes très politisées, font du pognon des contribuables ..

                                    Ne confondez pas les discours pré-électoraux du type « vous en aurez tous », avec les actes de gestion qui ressemblent plutôt à « j’achète des électeurs avec le pognon de tous »....

                                    Madame Royale et Vincent Peillon voudraient nous faire croire qu’ils veulent « partager » avec tous, de François Bayrou à Robert Hue ?? Fou rire !! Ils veulent être élus, point barre .. après on verra bien qui seront les cocus du Roi ou de la Reine ...

                                  • monbula 16 novembre 2009 16:47

                                    Archibald
                                    Demandez donc à Madame Royale qui elle a consulté avant de distribuer le pognon des contribuables Charentais aux filles des lycées qui ont des démangeaisons précoces

                                    Merci Monsieur, je suis un contribuable charentais et heureux que Madame Ségolène Royal utilise mon pognon comme vous dîtes .Quant aux démangeaisons précoces des Lycéennes, regardez votre vessie, c’est pas une lanterne.


                                  • oncle archibald 16 novembre 2009 19:48

                                    Ma prostate est encore en bon état, merci de vous en soucier.

                                    La question était sur l’autocratie, et je pense qu’elle ne vous a pas demandé votre avis, même si sa démarche vous convient personellement ...

                                  • monbula 16 novembre 2009 20:23

                                    archibald
                                    La question était sur l’autocratie, et je pense qu’elle ne vous a pas demandé votre avis

                                    Qu’en savez-vous ?

                                    Et le mot autocratie vous appartient .


                                  • Melchior Griset-Labûche 16 novembre 2009 15:05

                                    Article très intéressant.

                                    à l’auteur
                                    Le mot « félonie » est peut-être excessif. Il y a un dérapage inélégant, certes...

                                    à Traroth
                                    Je ne crois pas que Ségolène Royal se réclame du libéralisme. Il y a un peu plus d’un an, elle avait même reproché à Delanoë de se proclamer « social-libéral ». Et il me semble qu’en prônant les « quatre révolutions démocratiques » (voir son livre avec Touraine : Si la gauche veut des idées... et en proposant de s’attaquer aux quatre urgences (démocratique, sociale, économique et écologique) elle se situe bien plus à gauche que les chenilles processionnaires de la gauche de gauche prétendue vraie de vraie plus-gauche-que-moi-tu-meurs, qui n’en finit pas de ne jamais rien produire de concret.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès