Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’école des ânes

L’école des ânes

Nombreux sont ceux qui ont remarqué qu’en mettant à l’envers les premières lettres de l’Ecole Nationale d’Administration, on obtenait le nom d’un animal attachant, doté de grandes oreilles et porteur d’une mauvaise réputation, largement imméritée.

Cette école nationale est connue pour fournir au pays une bonne partie de ses élites politiques, ces mêmes élites à qui nous devons en grande partie le piètre résultat social et économique actuel.

On peut en effet légitimement s’interroger sur l’efficacité de la formation dispensée aux élèves de cette école prestigieuse lorsqu’on en voit les résultats sur le terrain.

Aujourd’hui, les membres de cette école contrôlent en grande partie, la vie politique et économique de la nation. lien

Au programme des sujets étudiés, on trouve entre autres la santé et la sécurité publique, les risques naturels, technologiques, urbains…lien

De Valery Giscard à Lionel Jospin, en passant par Michel Rocard, François Hollande, Edouard Balladur, Laurent Fabius, Ségolène Royal, Dominique de Villepin, Alain Juppé, Jacques Chirac, il est difficile de dénicher un ministre qui ne soit pas issu de cette institution. lien

Fondée le 9 octobre 1945, par une ordonnance du gouvernement provisoire de la République française, présidé alors par un certain Charles de Gaulle, ce même de Gaulle qui voulait, plusieurs années après, la dissoudre, elle a formé près de 6000 hauts fonctionnaires français, et c’est intéressant de tenter d’analyser les résultats obtenus par quelques uns d’entre eux.

Prenons par exemple Jean-Luc Haberer, énarque notoire, à la tête du Crédit Lyonnais, il est responsable d’un gâchis financier qui se montait à 15 milliards d’euros.

Le Crédit Lyonnais, avec ces 4 365 agences est l’une des banques les mieux implantées dans le Monde, et c’est Haberer qui l’a mené au bord de la faillite.

Plus étonnant, au lieu d’endosser la responsabilité du désastre, cet énarque a tenté de se faire passer pour une victime, se prétendant un « banquier de gauche », tentant de faire porter la responsabilité de son échec à « ses troupes qui n’étaient pas à la hauteur ». lien

Le 23 février 2005, il a été condamné à 18 mois de prison avec sursis, et 1 euro de dommages-intérêts, suite aux bilans bidon qu’il avait publié afin de masquer l’ampleur de la catastrophe financière. lien

Prenons un autre énarque, Jean Marie Messier, JMM pour les intimes, qui à la tête de Vivendi a laissé une ardoise de 30 milliards d’euros (lien) alors que d’autres données, encore plus pessimistes poussent le bouchon plus loin en évoquant 72 milliards de pertes. lien

La longue liste des errements de JMM est sur ce lien.

Dans leur livre, « Qui a ruiné France Telecom ?  », jean-Jérôme Bertolus, Jean-Michel Cedro et Thierry del Jesus (édition Hachette 2003), (lien) évoquent un autre énarque, Michel Bon.

À la tête de France télécom de 1995 à 2002, il à provoqué pour l’année 2001 une perte d’environ 8,5 milliards alors que le groupe revendiquait un bénéfice de 3,6 milliards lors de l’exercice précédent.

Finalement, il sera responsable d’une perte de 68 milliards d’euros, ce qui n’a pas empêché qu’il soit nommé officier de la Légion d’honneur.

Etrange école où l’on apprend entre autres à pratiquer la plus efficace langue de bois, à rester droit dans ses bottes, levant fièrement la tête, même lorsque la justice condamne pour escroquerie.

A preuve Loïc le Floc Prigent, un autre énarque, reconnu coupable de détournement de fonds.

PDG, de 1989 à 1993, du géant pétrolier français, il avait été reconnu coupable de détournement de plusieurs centaines de millions d’euros des caisses du groupe Elf et a été condamné à 5 ans de prison ferme, accompagné de 375 000 euros d’amende. lien

Il a mené son entreprise au bord de la faillite avec un trou de 5,3 milliards d’euros.

Certains évoquent aujourd’hui une « promotion Titanic » dans laquelle on ne trouverait que des champions en matière de perte

L’iFrap (institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques) a publié la liste des énarques et des montants perdus : de Michel Albert, à Bernard Attali, en passant par Alain Minc, Michel Gallot, et tant d’autres, l’ordre de grandeur des pertes, dettes ou transfert de charges à l’Etat a de quoi laisser sans voix les citoyens à qui on demande aujourd’hui de se serrer la ceinture. lien

N’est-il pas étonnant de découvrir par exemple que l’on donne encore aujourd’hui quelques crédits aux conseils prodigués par Jacques Attali, lui qui se voit reprocher des dépenses fastueuse, comme par exemple le coût de la construction du siège de la BERD (banque européenne pour la reconstruction et le développement) dont les dépassements de budget auraient été supérieurs à la totalité des prêts consentis par la BERD aux pays de l’EST ?

Intéressons nous à un autre cas, celui de Jean-Michel Bloch-Lainé, inspecteur des finances, qui fut président du conseil d’administration de la Banque Worms de 1984 à 1992.

Il a provoqué une perte de 2,29 milliards d’euros, et a finalement avoué «  je ne connaissais rien à la gestion d’une banque (…) je n’étais pas fait pour les affaires  », s’il faut en croire Ghislaine Ottenheimer, dans son livre « les intouchables ». lien

Et pourrait-on passer sous silence Jean-Claude Trichet, gouverneur de la Banque de France de 1993 à 2003, qui d’après l’IFRAP responsable d’un gaspillage de 1,5 milliards d’euros par an ? lien

Quant à André Tarallo, le camarade de promotion de Jacques Chirac, surnommé « M.Afrique », il a été soupçonné de recel d’abus de biens sociaux pour un montant de près de 50 millions d’euros : il avait mis en place un système de prélèvement sur chaque baril de brut acheté par Elf, ce qui permettait à de jolis pactoles d’atterrir sur des comptes de sociétés offshore, généralement au Liechtenstein.

Il a finalement écopé de 7 ans de prison ferme, et de 2 millions d’euros d’amende.

Il n’a en fin de compte purgé qu’une peine de 2 mois de détention, et n’aurait rien payé de son amende, pour des raisons inconnues. lien

Pierre Blayau, était un énarque ingénieux.

Après St Gobain, il devient patron de La Redoute, puis PDG de Moulinex de 1996 à 2000.

Il pratiquait la technique des sociétés écran pour rémunérer les dirigeants.

Après le dépôt de bilan de Moulinex, et l’envoi au chômage de 3300 ouvriers, il a empoché un joli chèque de 2 millions d’euros pour « services rendus ».

Il a finalement été mis en examen en juillet 2004 au motif de «  banqueroute par emploi de moyens ruineux et banqueroute par détournement d’actifs  » lors de la faillite du groupe, mais il a pourtant été nommé chevalier de la Légion d’honneur, et officier de l’ordre national du Mérite. lien

La liste des énarques qui ont failli pourrait s’allonger encore, (lien) mais ne serait-il pas temps de changer la donne, et de mettre aux postes à responsabilité des femmes et des hommes qui fassent preuve de sagesse, qui aient une connaissance des difficultés de la vie de tous les jours, qui soient réellement experts dans quelques matières ?

Heureusement, depuis quelques années, on observe une tendance qui laisserait croire enfin que les énarques n’ont plus la même côte de confiance.

Alors qu’en 1995 ils représentaient 20% de l’effectif des grands patrons, ils ne sont plus que 10% en 2008, même s’ils dominent toujours les états major des plus grandes entreprises et en 2006 on comptait encore 13 énarques parmi les PDG, présidents du conseil de surveillance et présidents du directoire du CAC en 2006. lien

La chaine Arte a produit une fiction sur le sujet, « l’école du pouvoir » réalisé par Raoul Peck, s’inspirant de la « promotion Voltaire » (1980) et il n’est pas difficile de reconnaitre sous les pseudos proposés, des personnalités comme De Villepin, Royal, ou Hollande, mais c’est l’avis d’un ancien de cette promo, tenant à rester anonyme, qui nous propose l’analyse la plus intéressante, regrettant que ce documentaire ait passé sous silence certains aspects de la formation des énarques, en évoquant « les humiliations permanentes du système, l’absence d’intérêt des matières étudiées, et surtout la distance entre ces jeunes brillants et les réalités de la société… ». lien

Un extrait du film est sur ce lien.

Depuis quelques temps, leur réputation a donc sérieusement pâli, considérés qu’ils sont « d’inadaptés à l’entreprise », « arrogants  », et ayant compris, comme l’assure Christine de Messe, secrétaire général de l’ENA entreprise, « qu'ils souffrent d’un véritable désamour dans l’entreprise, d’un problème d’image (…) on est passé de la révérence au discrédit  » (lien), et Jean-François Roquet, directeur général de « François Sanchez Consultant » de conclure : « non seulement ils ont un égo hypertrophié mais ils considèrent le secteur privé comme une roue de secours  ».

Comme disait André Santini, brûlant la politesse à mon vieil ami africain, au sujet des énarques : « ces hommes dédaigneux qui savent des choses inutiles ».

L’image illustrant l’article provient de « contre-info.com »

Le dessin illustrant l’article est de Frapar

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

A découvrir : le dossier noir de l’ENA sur ce lien


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

105 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 1er mars 2013 09:12

    Bonjour Olivier,

    Je crois que ce qui manque le plus à l’ENA, ce sont des cours de morale civique, d’humanisme et de modestie. Apprendre à compter c’est bien mais apprendre à vivre ensemble selon les principes de justice, d’égalité et d’équité, c’est mieux…

    PS : L’ENA n’a jamais formée des ânes mais des personnes imbues d’elles-mêmes facilement corruptibles. 


    • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 09:35

      bonjour Gabriel

      oui, bien sur...mais il semble bien que ce n’est pas le projet de cette école.
      dans l’extrait du film que j’ai proposé, il y a une question posée par le jury tout à fait éclairante :
      êtes vous pour la loyauté ou le loyalisme ?
      tout est dit !
      autant la loyauté est une qualité morale que le loyalisme est la fidélité au régime en place...
      et je crois comprendre que l’ENA recherche plus le loyalisme...
       smiley

    • ZenZoe ZenZoe 1er mars 2013 11:17

      « Apprendre à compter »...
      Non, justement, c’est là où le bât blesse. Les énarques ne comptent pas, ils dépensent (sans compter). Ont-il appris à gérer un budget ? Mystère !
      En outre, ils ont forcément du mal avec les réalités du terrain économique (les marchés, la concurrence, la compétitivité, tout ça...), car ils sont programmés pour administrer les organismes publics, c’est-à-dire des structures qui ne sont pas soumis aux contraintes du privé. C’est pour ça qu’ils se plantent quand ils se mêlent de « relancer » la croissance - ils n’ont pas été formés pour ça ! Les énarques font exactement ce qui est conforme à la vision d’un état administratif et centralisateur choisie par la France. Maintenant, on peut se demander si cette vision est toujours pertinente de nos jours !


    • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 11:42

      ZenZoe

      ça me parait une bonne analyse de la situation.
       smiley

    • kéké02360 1er mars 2013 19:40

      désolé d’interrompre votre petite causerie sur des ânes que nous élisons , mais il y a une pétition à signer et à partager , merci !

      c’est ici :

      http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/touche-pas-%C3%A0-ma-for%C3%AAt-non-%C3%A0-la-destruction-du-morvan?utm_source=action_alert&utm_medium=email&utm_campaign=19258&alert_id=BbImFudneC_OqThfInJHs 


    • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 19:49

      keke

      c’est fait...
       smiley

    • Loup Rebel Loup Rebel 1er mars 2013 11:26

      Bonjour Olivier,

      Je pousse deux pas plus loin le jeu des lettres... et si j’écris ENARQUE comme ça : ENARC, en inversant les lettres on obtient CRANE !

      L’ENA est donc l’école de l’ANE qui, une fois terminé son cursus devient un CRANE.

      Bon, on ne sait pas trop ce qu’il a dans le crane, ce CRANE là, mais à en juger par les résultats que vous évoquez dans votre billet, ça ne semble pas très favorable à la démocratie.

      Et comme le formatage des formateurs de cette école aime à jouer sur les mots, oui, tout est dit : le loyalisme, pour opacifier la transparence de la loyauté, devient « l’art de de la mise en scène qui déguise le mensonge en vérité » (vérité politique sous-entendue).

      Ils contrôlent les médias par pressions, chantages, et corruption, mais comme ils découvrent que la pieuvre internet leur échappe et les dénonce, ils proposent des lois pour (tenter de) fermer le clapet des internautes.

      C’est le moment de l’ouvrir, sa gueule, pour fomenter la révolte du peuple contre ces Empereurs formatés dans cette école (et ailleurs aussi).

      Juste une petite sélection pur jus de phrases bien à propos :

      Talleyrand :
      En politique, ce qui est cru devient plus important que ce qui est vrai.

      Napoléon Bonaparte :
      Le mot de « vertus politique » est un non-sens
      La bonne politique est de faire croire aux peuples qu’ils sont libres

      Michel Rocard :
      La politique est dégueulasse, parce que les hommes qui la font la rendent dégueulasse


      • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 11:47

        Loup Rebel

        et Michel Rocard sait de quoi il parle, puisqu’il est lui même un énarque...
        on pourrait s’amuser a mettre des mots derrière ce CRANE ou ENARC...
        à vos neurones...
        et merci pour les citations...
         smiley

      • Kookaburra Kookaburra 1er mars 2013 11:44

        Article riche de renseignements sur les compétences réelles de nos dirigeants. Naïvement, je croyais qu’un ministre de l’Industrie serait quelqu’un avec l’expérience dans l’industrie, qu’un ministre de la Justice serait au moins un avocat, etc, mais on constate que les ministres peuvent changer de ministère pour prendre les responsabilités dans n’importe quel domaine. Y-a-t-il un seule économiste dans le gouvernement actuel ?


        • gaijin gaijin 1er mars 2013 12:05

          « Y-a-t-il un seule économiste dans le gouvernement actuel ? »
          non
          et de toute façon ça ne changerait rien : les économistes sont de grands fantaisistes qui ne sont pas d’accord entre eux
          il y en a deux sortes :
          ceux qui avaient prévu la catastrophe sans avoir été écoutés
          et ceux qui ne l’avaient pas prévu mais qui sont capables de vous expliquer en quoi ils ont eut raison d’avoir tort
          essayez ça marche avec tous les experts .........
          tous nos « champions » sont avant tout des experts du passé aucun ne sait ce qu’il faut faire pour quoi que ce soit si on parle du présent ou du futur
          ( a part en ce qui concerne leur carrière personnelle bien sur ) 


        • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 13:07

          Kookaburra

          effectivement, comme vous, j’imaginais que l’on donnait des postes de responsabilité à des personnes ayant au moins un lien, voire une compétence en la matière, mais manifestement il n’en est rien...
          il suffit de voir comment tel ministre peut s’occuper de la santé...puis de l’économie...ou de la culture...bref
          les compétences ne semblent pas être à l’ordre du jour.
          ce qui me choque le plus, ce sont les milliards gaspillés, alors que l’état en manque cruellement, et que ceux qui sont responsables de ces pertes ne soient pas autrement inquiétés...
          au moins, qu’on ne leur donne pas une décoration...
          et s’ils pouvaient au moins être privés de leur bonus pour rembourser une petite partie du gâchis occasionné....
          merci de votre commentaire

        • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 19:53

          gaijin

          je pense qu’il reste encore quelques économistes qui valent le détour...
          jeremy Rifkin par exemple...
           smiley

        • gaijin gaijin 2 mars 2013 10:40

          oui il y a ici ou là quelques voix qui dérangent mais une des caractéristiques de notre époque soit disant rationnelle est que tout est basé sur de croyances
          les moutruches se précipitent vers les falaises et ceux qui s’écartent du troupeau ne sont pas entendus et discrédités
          je sais que tu ne regarde pas la télé mais quel a été le discours unique sur Beppe Grillo ? : populiste et dangereux dictateur ........
          voir par exemple a ce sujet « l’information portée par » c dans l’air « magnifique morceau de connivence entre tout le monde pour se jeter des regards narquois en coin : » mais bien sur on est tous d’accord ........dictateur etc « 
           » en plus il n’a pas eut recours au médias non mais vous rendez compte ma pauvre dame ......il a fait des meetings ou il rassemblait des dizaines de milliers de personnes, si c’est pas scandaleux de voir ça a notre époque ..........« 
           »il paraitrait même qu’il a eut recours a des professionnels pour faire son site internet ......
          c’est quand même bien une preuve ......"

          je résume mais je caricature a peine ......... smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 2 mars 2013 10:53

          gaijin

          les gens parlent sans savoir...
          ils ne connaissent même pas le programme de Beppe Grillo
          en voila une partie
          Loi anticorruption (une personne condamnée par la Justice ne peut plus être élue pour représenter le peuple ni comme membre d’une entité publique ou dont l’État est actionnaire)
          Revenu minimum de citoyenneté
          Abolition des subventions publiques aux partis (rétroactif à ces élections)
          Abolition immédiate du financement direct et indirect des journaux
          Introduction du référendum propositif et sans quorum
          Référendum national sur le maintien du pays dans l’Euro
          Obligation pour le Parlement de discuter et de voter sur chaque loi d’initiative populaire
          Une seule chaine TV publique, sans publicité, indépendante des partis
          Élection directe des candidats à la chambre des députés et au Sénat
          Institution d’un « politomètre » pour vérifier l’éventuel enrichissement illicite de la classe politique au cours de ces 20 dernières années
          Fixation d’un maximum de 2 mandats électifs
          Loi sur le « conflit d’intérêts »
          Mesures immédiates de relance de la petite et moyenne entreprise sur le modèle français
          Restauration des fonds retirés à la Santé et à l’École publiques en prélevant sur ceux prévus pour les grands travaux inutiles comme le TGV Lyon-Turin ou le Pont sur le Détroit de Messine
          Informatisation et simplification de l’État

          y a du grain a moudre !!!
           smiley

        • gaijin gaijin 3 mars 2013 07:02

          mais si ils savent !
          je ne parle que de journalistes et d’experts,
          seulement ils mentent


        • gaijin gaijin 1er mars 2013 11:58

          ENA = ANE
          énarque = arnaque ?
          ce sont avant tout des experts du coupage de cheveux en 4 et la manipulation du langage en dehors de tout bon sens
          ils ont promu toutes les imbécilités a la mode :
          que l’on peut s’enrichir en s’endettant
          que la france n’a pas besoin d’ industrie
          ........
          si tous ces crétins instruits étaient jugés sur leurs résultats il seraient au chômage depuis longtemps

          au passage un truc dont on n’a pas entendu parler :
          http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20130301.OBS0460/incident-electrique-a-la-centrale-nucleaire-du-tricastin.html
          encore un incident sans gravité
          en attendant le prochain ......


          • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 13:08

            gaijin

            je partage.
             smiley

          • alinea Alinea 1er mars 2013 12:23

            Nos « Grandes Écoles » sont la risée du monde entier ! Il y a sûrement, au fond, une bonne raison à cela !!


            • Aldous Aldous 1er mars 2013 12:35

              les grandes ecole, et la plus critiquage dans ce domaine, l’ENA, reproduisent la division du monde en deux si chère aux militaires :


              D’un coté les officiers de l’autre les sous-officiers.

              Dès a formation, les deux groupes sont separés par une frontiere infranchissable.

              N’importe quel officier bleubite commandera toujours le plus ancien et le plus valeureux des officiers.

              Le blason de la république à lui seul devrait amener à abolir cette division du monde en castes.

              Pourtant elle perdure.

              A part Bonaparte, aucun caporal ne peut ni ne doit devenir général dans ce systeme, quel que soit son mérite personnel.

              Quand ça arrive, c’est la catasrtophe pour les généraux d’en face, comme l’a si bien illustré Bonaparte devenu Napoléon.

              Les officiers de la noblesse prussienne et russe ne mettaient oas leur vielle gabardine pour aller sonder les marais la veille des batailles.

              Si bien que quand une sentinelle russe l’a trouvé là, pateageant dans la boue avec un baton merdeux à la main, il ne s’est pas imaginé une seconde avoir à sa mercie l’empereur des Français...

              Il en va de l’ENA comme de l’armée.

               Son entrée est loin d ?etre ouverte à tous. En fait il vaux mieu avoir un papa ministre que le QI d’Einstein.

              Le reste en decoule.



              • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 13:09

                Aldous

                merci pour cette anecdote que je découvre.
                 smiley

              • Corinne Colas Corinne Colas 1er mars 2013 14:34

                « A part Bonaparte, aucun caporal ne peut ni ne doit devenir général dans ce systeme, quel que soit son mérite personnel »


                Taratata ! Mon sien aïeul paternel (côté français) a « démarré » grenadier dans la garde impériale, a fini chef de bataillon, c’est à dire commandant d’un bon millier d’hommes mais.... la vérité, c’est qu’il est d’abord entré dans les Vélites ! 

                Si seuls les « meilleurs » étaient sélectionnés pour « grimper » plus vite, on ne peut occulter le fait que les Vélites, c’était uniquement à destination des volontaires les plus riches (revenu minimum imposé aux familles). 

                D’accord les médailles de « grand-papa » n’étaient pas en chocolat, celles plus tard (et ainsi de suite) de son fils lieutenant Colonel... non plus. Cependant au départ, il en a fallu un aux poches pleines. Chassez le naturel, il revient au galop. Les militaires même révolutionnaires apprécient aussi les lignées... !

              • Aldous Aldous 1er mars 2013 15:42

                Votre trisaïeul vivait une époque spéciale.

                Ce que l’anecdote de Bonaparte montre c’est qu’il n’etait pas le génie hors du commun qu’on raconte.

                Il était compétent et il ne méprisait pas de descente sur le terrain alors qu’en face les nobles Russes ou Prussiens dinaient dans la porcelaine en se contrefichant de combien de gueux crèveraient le lendemain du fait de leur incompétence.

                Bonaparte est connu aussi pour avoir été le premier à jalonner les déplacements de ses troupes de stocks de chaussettes et de godasses neuves.

                C’est un truc dont tu ne te préoccupes que si toi même tu as crapahuté cmme un pauvre damné d’homme du rang. Les nobles vont à cheval.

                C’est ce genre de détails qui lui ont permis d’amener la Grande Armées de Calais à Austerlitz en un temps record, renouvelant l’exploit des Athéniens de Marathon.


              • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 16:19

                Aldous

                depuis l’article que je lui ai consacré, Napoléon le menteur, j’ai gardé un avis mitigé sur le « grand » personnage...
                 smiley

              • Aldous Aldous 2 mars 2013 17:44

                mon but n’etait pas de tresser des lauriers a Napoleon mais d’expliquer n quoi obsitit son pretendu genie militaire.


                Genie tout relatif face a l’incompetence d’en face.

              • eau-du-robinet eau-du-robinet 1er mars 2013 12:44

                Bonjour Olivier,

                L’Etat est impuissant. Ce sont les entreprises, les patrons, le business, l’argent qui décident.

                « Notre promotion était probablement l’une des dernières à être animée par une volonté de service public. Les promos d’après, celles des années 1980 méprisaient la politique et vénéraient l’entreprise, les patrons, le business, l’argent. Nous rêvions de changer le système de l’intérieur, de changer l’Etat pour changer le monde. Nous avons compris plus tard que l’Etat est impuissant. Ce sont les entreprises, les patrons, le business, l’argent qui décident. »
                source

                L’ENA produit des serviteurs pour les multinationales et les banques privées ! Les services publics ont été dissout, les peuple français trahi et les Français perdent tout possibilité de décision sur leur destin par la délégation des pouvoirs à l’Europe.
                Puis l’Europe via le futur grand marché transatlantique (2015) accordera une prise de pouvoir des americains dans les institutions européennes !

                L’ENA est une machine à fabriquer des traitres notamment ceux qui ont œuvre et/ou signé les traitées de Maastricht et de Lisbonne contre la volonté du peuple français qui c’est exprimé en 2005 à 55% contre le traité de Maastricht ! Idem pour le pays bas et l’Irlande !!!


                • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 13:10

                  eau du robinet

                  ce qui est surprenant, c’est qu’ils se tirent une balle dans le pied, en mettant aux postes à responsabilité des personnes qui n’en ont pas les compétences.
                  merci de ton commentaire

                • jef88 jef88 1er mars 2013 12:59

                  « ces hommes dédaigneux qui savent des choses inutiles ».
                  excellent !
                  ___________________________________________________________________
                  pendant la 3ème république le général Boulanger a voulu prendre le pouvoir de façon illégale !
                  résultat : les officiers n’ont plus été électeurs et éligibles  !

                  les énarques sont à priori la HAUTE fonction publique.
                  de l’autre côté ils sont élus et ils sont ministres et présidents

                  il y a un conflit d’intérêt net et sans bavure : ils possèdent tous les pouvoirs !
                  c’est un coup d’état en douceur donc ils ne doivent plus être électeurs et éligibles  !


                  • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 13:11

                    jef88

                    voila un programme pour une république démocratique qui me parait tout à fait nécessaire.
                    merci

                  • megawatt 1er mars 2013 13:20

                    Très bon article.

                    Toutefois Loic Lefloch Prigent n’est pas énarque.

                    • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 13:53

                      megawatt

                      exact...
                      il n’était qu’élève de l’institut polytechnique de grenoble,
                      ce qui n’est pas rassurant pour cette école...
                      désolé pour cette erreur.
                       smiley

                    • makibobet 1er mars 2013 13:28

                      J’ai travaillé dans l’Agence Comptable d’un Etablissement Public. Tous les comptables publics sont soumis à divers contrôles, en particulier par des Inspecteurs Principaux vérificateurs du Trésor. Qui connaissent la comptabilité à la perfection, et sont capables de détecter des fraudes et erreurs dans la passation, le suivi des marchés publics et d’autres domaines parfois complexes.

                      J’ai assisté à une vérification par deux Inspecteurs des Finances, donc des majors de leur promotion, l’Elite de l’ENA ! Eh bien, ce fut un contrôle au ras des pâquerettes, pour constater des erreurs de quelques centimes, un travail sans aucune envergure, n’abordant pas les problèmes généraux de l’établissement. Bref, ce fut minable !

                      Et c’est pire lorsqu’on confie à ces élites une gestion à assurer, comme le démontre l’article.

                       

                       


                      • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 13:54

                        makibobet

                        merci pour ce témoignage.
                        je partage et merci d’avoir mis « élite » entre guillemets...
                         smiley

                      • mario mario 1er mars 2013 13:40

                        les anes a deux pattes qui nous font marcher a la baguette .

                        ils sont malades, d’une sorte de maladie a propager le pire aux faibles ; le mieux aux élites.

                        je croit que mao avait raison......

                         


                        • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 13:58

                          mario

                          Mao n’avait pas raison sur tous les sujets, mais pour certains, on peut lui faire confiance.
                           smiley

                        • Jean-Louis CHARPAL 1er mars 2013 13:50

                          Il est impératif de supprimer l’ ENA.

                          Purement et simplement, sans état d’âme et sans faiblir.

                          Cette école a été créée à l’origine pour former des grands commis de l’ Etat, en clair les cadres supérieurs de l’ administration.

                          Elle ne forme plus que des ultra libéraux névrosés, incapables de faire autre chose que cracher sur l’ Etat, qui les a formés, trahir l’intérêt général et servir les intérêts particuliers des hypers privilégiés.

                          Ambitionnant de former des nouveaux Colbert elle ne forme plus que des Nicolas Fouquet.

                          De plus, il est absurde que dès la sortie de l’école, les élèves de l’ENA accèdent aussitôt à des postes si élevés.

                          C’est comme si les jeunes officiers qui sortent de St Cyr avec le grade de lieutenant, étaient nommés directement général ! 


                          • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 13:55

                            Jean Louis Charpal

                            voila donc un des points incontournable du programme de notre future république.
                            j’adhère.
                             smiley

                          • ETTORE ETTORE 1er mars 2013 14:33

                            J’au bien cru que la suppression de l’ENA était définitive quant à l’époque, Strasbourg avait décidé de les installer dans l’ancienne prison des femmes !

                            ben non ! ils croissent et multiplient.[ comme les corbeaux sur les Ponts Couverts de Vauban ]
                            dommage qu’on n’ait mis du « cheval » dans les lasagnes......
                            avec tous les ANE[s] disponibles.......on aurait pu en congeler ! lol

                            • olivier cabanel olivier cabanel 1er mars 2013 16:08

                              Ettore

                              pas mieux !!!
                               smiley
                              merci

                            • bakerstreet bakerstreet 1er mars 2013 14:41

                              On a ressuscité toutes les charges de l’ancien régime.
                              Il semble bien que dans la liste des fournitures scolaires, exigées le jour de la rentrée, il y est ce petit carnet d’adresses, et tous ces numéros de téléphone..... qui vont servir au moins autant, sinon davantage que la liste des départements qu’ils feront semblant d’apprendre, pour passer ce certificat d’études pour cravatés.

                              Et ce pourquoi on les embauchera.

                              Ca s’appelle pas une franc maçonnerie, un truc pareil ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès