Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’Ecologie en France… Orage et Désespoir ?!…

L’Ecologie en France… Orage et Désespoir ?!…

Après les échecs successifs des sommets de Durban et de Copenhague, L'immense flop de la conférence Rio + 2O qui a fait l’impasse sur la question Démographique où, en dehors du Blabla habituel, l’on peut également s’interroger de l’intérêt porté à l'ultimatum climatique ?!.. A la suite des très bons résultats des Européennes, Régionales et Cantonales, Est-ce l’arbre qui masquait la forêt ? Les peux reluisants 2,3 % de la candidate ‘’écologiste’’ à la Présidentielle Française, les résultats plus que décevants aux Législatives d'EELV qui ne sauraient être ni compensés, ni contredits par l'obtention d’une représentation parlementaire et de deux bonnes places ministérielles pour certain(e)s de ses dirigeants qui ont d’ailleurs été obtenu au prix d'une alliance opportuniste, dont ils n'ont même pas honte.

Au delà de cette campagne désastreuse, c’est l’intégrité même du mouvement écologiste qui s’est ébranlé dans le paysage politique et si on y ajoute la Multiplication de petits partis écologistes dit indépendants, dont le résultat électoral ne fût certainement pas à la hauteur de leur attente et pour lesquels le fait d’atteindre les 1% indispensables dans 50 circonscriptions pour le financement public était un objectif de ‘’grand succès’’… Que la plupart n’atteignirent même pas (MEI, CAP 21, GE …) Serait-ce d'indéniables signes annonciateurs de l'effondrement d'une forme d’idéologie que l’on pensait primordiale, en raison de l’état catastrophique dans lequel se trouve nôtre planète ?...

L’écologie est d’abord une discipline scientifique pratiquée par des écologues. L’écologisme n’est qu’une tentative d’interprétation politique du monde faite par des écologistes qui doit obligatoirement faire référence à l’écologie Science, notamment, lorsqu’il s’agit de l’organisation sociétale Humaine, et donc aux conséquences des choix politiques sur le long terme. L’écologie portée par des politicards, plus soucieux de leur petite carrière personnelle que de la gravité de la crise écologique et de l’urgence d’une nécessaire stabilisation Démographique accompagnée d’une Décroissance de la Consommation gargantuesque de l’Homo Faber Consumméris Occidental, tout comme celle pervertie sur l’autel de la marchandisation avec le ridicule blanchiment vert, exprimé par ‘’croissance verte ou sélective’’ n’est qu’une escroquerie intellectuelle pour mieux se faire enfariner par les ‘’vieilles lunes’’ de la politique productiviste, pro nucléaire, pro croissance et pro compétition toute, etc.

Quand on se réfère au Communiqué de presse du 29 juin 2012 à propos de l’accord européen sur le pacte de croissance, on a un exemple caricatural qui symbolise bien la soumission politique des dirigeants d’EELV au Président François HOLLANDE et au PS, extrait :

  …’’ L'accord européen conclu pour un pacte de croissance d'un montant de 120 milliards d'euros et l'annonce d'une régulation européenne des banques par la BCE sont de bonnes nouvelles pour une avancée d'un fédéralisme budgétaire et monétaire… mais encore insuffisantes.

EELV prend acte de ce compromis global sur la croissance et la solidarité européenne, mais aussi des conditions de l'aide finalement apportée en urgence à l'Italie et à l'Espagne, dont les conséquences ont d'ailleurs aussitôt été bénéfiques sur les marchés’’…

Certes ce communiqué est loin de faire l’unanimité, y compris parmi des responsables d’EELV, il suffit de se référer à certaines réactions en interne. Par ailleurs, ce n’est pas la mauvaise humeur du très politicien Noël MAMERE à propos du projet de réacteur prototype à neutrons rapides prévu à Marcoule, pour lequel il s'interroge sur son vote de confiance que sollicitera mardi Jean-Marc Ayrault, n’hésitant pas à dénoncer un nouvel accroc aux accords signés entre le PS et les écologistes en novembre qui changera quoi que ce soit. Cette saute d’humeur a immédiatement fait l’objet d’une réaction de François de RUGY coprésident du groupe des députés d’EELV : …‘’ Nous les députés avons répété à plusieurs reprises que nous allions voter la confiance au gouvernement : on ne va pas refuser la confiance ou pire censurer un gouvernement auquel nous appartenons’’

Accéder à l'aisance financière pour au moins cinq ans… Et au gouvernement de la Croissance ... Vaut bien un grand coup de tronçonneuse dans l’arbre de la rigueur idéologique… Exit la question Démographique et la formule dite de KAYA, absolument géniale comme le dit justement JANCOVICI, parce que mieux que des longs discours elle résume parfaitement ce qu'est la réalité écologique de l’Homo Sapiens, quand la population Mondiale augmente de 1,5 Millions d'habitants par semaine et qu’au cours des dernières 40 années elle a presque doublé, passant de 3,7 Milliards en 1970 en 2000 à plus de 7 Milliards d’habitants aujourd’hui, alors qu'à l'échelle du globe la perte des terres arables sont estimées à environ 100 000 Km2 par an (Estimation de B.SUNDQUIST de l'université du Minnesota qui correspond à celle des études de nombreux autres experts). Autrement dit entre 1970 et 2010 (40 ans) c'est plus de 4 Millions de Km2. Soit la superficie des 27 pays de l’union Européenne…

Si le comportement des responsables écologistes Français est désespérant, faut-il pour autant s’en indigner et se replier uniquement sur des actions non politiques du type années 60 / 70 ?... Faut-il au contraire, par exemple, s’investir politiquement à EELV par le biais de la coopérative tout en s’efforçant de regrouper parallèlement au sein d’une Confédération les partis et personnalités écologistes indépendantes qui se retrouvent sur les fondamentaux de l’écologie, de manière à créer un rapport de force afin d’influer efficacement sur les choix politiques autrement que par la formule ‘’force d’appoint’’ du PS…

Le PS comme l’UMP, même s’il y a des nuances, sont plus sensibles au rapport de force électoral qu’à la gravité de la crise écologique, dont à l’évidence il n’ont réellement pas pris conscience.


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • JL JL 3 juillet 2012 10:37

    Quand admettra-t-on que l’écologie et la croissance sont antinomiques ?

    Est-il besoin de rappeler ici ce principe hautement lucratif qui s’illustre par cette maxime : « Je pollue, tu dépollues, et on partage »  ?

    Le libéralisme c’est le droit à polluer, et même, certains pollueurs se font verser des subventions quand ils ne polluent pas.

    Néolibéralisme vert : « Rio+20 : comment multinationales et marchés financiers comptent s’accaparer la nature » /

    Greenwashing : Faire passer une pollution industrielle pour du développement durable : l’exemple de ThyssenKrupp à Rio ; Par Jean de Peña, Sophie Chapelle (21 juin 2012) : À quelques kilomètres du centre de conférences où les gouvernements fanfaronnent sur les bienfaits du développement durable, les habitants du quartier de Santa Cruz subissent les impacts d’un vaste complexe sidérurgique allemand, financé par la banque nationale du Brésil. Après avoir pollué l’air et les eaux aux métaux lourds, détruit les écosystèmes locaux qui assuraient la subsistance de milliers de familles de pêcheurs, cette entreprise demeure éligible aux mécanismes de compensation promus à Rio+20. Reportage.

    Pour illustrer ce mécanisme, un intervenat le le 23 juin 2012 sur France Inter, « Terre à terre » l’émission de Ruth Stegassy évoquait cette image, je cite de mémoire  : « Ce matin, dit un homme au bailleur de fonds, j’ai eu envie de tuer mon voisin. Je ne l’ai pas fait. Comme c’est un grand chirurgien, mon acte a sauvé des vies humaines. ; en conséquence, je demande de recevoir une indemnité en rapport avec les richesses que cela a apporté à la communauté. Ainsi Est-ce nouveau cheval de bataille qu’ont enfourché les multinationales, à Rio ».

    Aux États-Unis, la législation sur l’écoterrorisme condamne de simples activistes à des peines de prison lourdes souvent plus élevées que pour des meurtriers. Le récent rapport d’Europol et un certain nombre de procès sur le sol européen font craindre des dérives semblables malgré l’absence de législation claire sur le sujet. Aujourd’hui, aux États-Unis, le simple fait de filmer, de photographier ou de faire un enregistrement dans une ferme ou une entreprise animale pour une utilisation politique peut constituer un délit relevant de l’écoterrorisme.

    Cherchez l’erreur : nous vivons dans un monde géré par des monstres prédateurs - les multinationales - dotés de plein pouvoir.


    • niblabla 3 juillet 2012 16:20

      par croissance je suppose que vous voulez dire croissance du PIB
      or dans le calcul du PIB il n’y a pas que des activités polluantes. Cela mesure l’activité des boulanger, et des coiffeurs autant que les entreprises sidérurgique.

      Je ne vois pas en quoi la croissance du PIB et l’écologie serait antinomique.

      Ou alors vous aviez plutôt en tête des idée Malthusienne sur la pénurie des ressources futures etc.


    • Robert GIL ROBERT GIL 3 juillet 2012 10:42

      tout le monde pretend etre ecologiste, mais c’est quoi etre ecolo :

      http://2ccr.unblog.fr/2010/10/23/ecolo-ecolo/


      • Lemaïsjekiff Nestor 3 juillet 2012 10:53

        Salut ...

        Qu’est-ce qu’ils en ont à foutre de l’écologie seul le pognon compte à leur yeux !

        - Que les mers, les Océans soient des poubelles ils s’en foutent !
        - Que les coraux crèvent ils s’en balancent !
        - Que les banquises fondent ... Ben ils sont contant ces tarés, car plus économique pour la navigation qu’ils nous disent !
        - Que des glaciers ancestrales disparaissent ils s’en cognent complet ! 

        - Des trous partout, Pétrole, gaz, métaux, charbon, minerais, etc ...
        - Des forets anéanties ...
        - Du nucléaire qui s’échappe de partout ...
        - Des millions de banioles, de camions et autres qui dégagent du gaz carbonique à n’en plus finir ...
        - Plus de poisson dans les océans ...
        - Etc ... Etc ... Etc ...

        - Modifications génétiques sur les humains, sur les bêtes, sur les plantes, le capitalisme a transformé pour son profit tout ce que mère nature avait mi des millions d’années à faire.

        - l’humanité avec ses bientôt 9 milliards d’habitants devra faire d’énormes concessions pour continuer à vivre sur cette planète que le capitalisme à entièrement ravagé, dévasté, des concessions qui semblent à l’heure actuelle inimaginable pour plus de 95% de la population.

        - On nous avait donné une pomme, elle a été verte, elle a été mûre, maintenant elle pourrie, dans quelle que temps elle se décrochera de l’arbre pour s’écraser au sol !

        Comme prévu, dans 1000 ans Swift-tuttle pourra si elle le désire rentré en collision avec la Lune voir même la Terre ... Il ne restera pas grand chose à détruire, juste une comète qui rencontre un simple morceau de cailloux dans l’univers ! 

        En trois mots → C’EST TROP TARD !


        • JL JL 3 juillet 2012 11:03

          Nestor, comme vous avez raison.

          Comment ne pas voir que l’endettement forcé des Grecs n’est qu’une guerre économique de plus menée « en sous marin » par les pétroliers pour pouvoir installer des plateformes pétrolières et forer en toute liberté entre les magnifiques îles de la mer Egée : les fonds y regorgent dit-on, de gaz et de pétrole !


        • Lemaïsjekiff Nestor 3 juillet 2012 11:24

          Salut JL ...

          Le pognon ... Le pognon ... Le profit ... Le profit ...

          Le reste ils s’en cognent complétement ...

          Mon cher JL par moment j’en viens à souhaiter le pire ... Que mére nature se gronde grave ... Quel remette à l’ordre du jour qui est la patronne et où est la place de l’homme ... L’homme qui se pense supérieur en tout et pour tout ne descendra pas de son pieds d’estale mais en chutera tellement la supprise sera puissante !

          Il n’y a que mère nature qui puise maintenant changer les choses, les hommes ont perdu tout contrôle et de toutes façon ne veulent pas changer quoi que ce soit ... Le pognon les a endoctriné, lobotomisé ... Plus de morales elles ont pratiquement toutes disparu de la surface de mère nature ... Et ce n’est pas les 4 ou 5 manifestants, ni les documentaires de Hulot ou Artus-Bertrand ou autres Al Gore qui feront bouger les choses  !

          Soit mère nature se fâche, soit le ciel nous envoie un petit météore ou autre, mais pour que l’homme change il faudra malheureusement qui se passe une chose qui ne sera pas belle à voir pour les humains !


        • JL JL 3 juillet 2012 11:45

          @ Nestor,

          votre phrase, je cite : « pour que l’homme change il faudra malheureusement que se passe une chose qui ne sera pas belle à voir pour les humains ! »

          appelle, allez savoir pourquoi, cette citation : «  »Et si vous êtes pris au filet inextricable du malheur, ce ne sera pas par un coup brusque et secret, mais par votre sottise« (Eschyle) »

          Cordialement.


        • Croa Croa 3 juillet 2012 13:41

          Ils ont tout l’or qu’ils veulent...  smiley

          Tel le roi Midas !  smiley


        • lulupipistrelle 4 juillet 2012 22:16

          @Nestor : Non, ce n’est pas trop tard... « La vie c’est ce qu’on attend pas »... John Lennon.

          On essaye de nous convaincre que dans trente ans l’humanité comptera 9 milliards d’individus ?... pour nous forcer à la résignation. Et bien non. Je parie que des virus, des guerres vont enrayer cette progression. Alors pour survivre, surtout ne pas suivre la pensée dominante.

          Mangeons bio, et nous résisterons aux épidémies... (ma grand-mère est une survivante de la grippe espagnole, je pense que je peux résister aussi, ha, ha, ha).
          Les guerres ? économiques ou conventionnelles : fuyons... courageusement.
          Surtout ne pas adhérer au modèle socio-économique , mais vivre à la marge, sinon marginalement. Ne pas investir ni dans une retraite, ni une assurance quelconque, mais utiliser cet argent pour assurer son autonomie, et s’ organiser en réseau...
          Le climat peut changer, des espèces disparaître mais à petite échelle nous avons la capacité de nous adapter. Pas à grande.

          PS : au début de la crise grecque, on parlait de gens, des retraités entre autr, qui quittaient les villes pour se réfugier à la campagne, et s’organiser une vie de subsistance traditionnelle... Curieusement personne n’en parle plus. Que sont-ils devenus ?


        • rotule 3 juillet 2012 12:24

          Traitrise opportuniste de EELV. Le programme écolo était dans le programme du FdG, avec notamment le retrait du nucléaire. Retrait auquel le PS et EELV ont, avant les élections, annoncé qu’il n’en était pas question.
          Donc, oui, la cause écolo n’était reprise que par le FdG, en cause accessoire, la principale étant de faire barrage à l’extrême droite (UMP et FN).

          C’est pas avec ça que la nature va mieux de porter !


          • Croa Croa 3 juillet 2012 13:49

            FAUX, même si l’approche du FDG est déjà un progrès par rapport à EELV. ( Revenir au besoin sur la définition de Robert GIL sur ce que c’est qu’être écologiste.)

             smiley Seule l’Alliance propose une politique écologiste. smiley


          • Le péripate Le péripate 3 juillet 2012 12:27

            L’écologie politique est sans avenir parce que toutes ses prémisses sont fausses. C’est aussi simple que ça. Il n’y a pas de bombe démographique et la planète n’est pas dans un état catastrophique.

            Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas des problèmes locaux dont le paradigme général est celui de la tragédie des communs.


            • joletaxi 3 juillet 2012 13:06

              la planète n’est pas dans un état catastrophique.... avec des socialistes au pouvoir.. il vous faut quoi, que le ciel nous tombe sur la tête ?


            • Lemaïsjekiff Nestor 3 juillet 2012 13:08

              Salut Le Péripate ...

              C’est toujours tout de suite plus rassurant quand un scientifique endoctriné par les idées du libéral capitalisme donne son avis sur la cause !

              Et dire que nous nous avions peur que notre pauvre mère nature soit polluée par des inconscients ... Ouffffffffff ... Tout va bien ! ...


            • Le péripate Le péripate 3 juillet 2012 13:29

              Non pas scientifique. Simplement endoctriné, puisque vous le dîtes et que je perdrais des heures à prouver le contraire, ce qui serait parfaitement futile.

              Et comme je me refuse à vous retournez le compliment nous en resterons là`.


            • doslu doslu 3 juillet 2012 12:57

              AHHHH aprés dany le rouge, dany le vert, voici dany l’opportuniste politique


              • Croa Croa 3 juillet 2012 13:54

                « l’opportuniste politique »

                Il y a bien que ce qualificatif qui n’en fasse pas un imposteur !  smiley


              • jymb 3 juillet 2012 13:10

                Les écologistes ne seront crédibles que lorsqu’ils seront indépendants de tout autre mouvement politique et ouverts à tous, à l’inverse du magma rouge-vert, véritable repoussoir pour une large majorité des français. Ils seront crédibles lorsqu’ils proneront une écologie positive et non punitive basée sur les taxes et les interdits agressifs divers et variés ( confers le récent bouchonnage imposé sur les autoroutes autour de Marseille...pour des motifs écolos-environnementaux, sic )


                • alinea Alinea 4 juillet 2012 13:38

                  Les écolos du gouvernement ne sont pas très rouges ; peut-être ne sont-ils pas encore assez mûrs ?


                • Patrick Samba Patrick Samba 3 juillet 2012 14:01

                  Bonjour,

                  " L’écologie (...) doit obligatoirement faire référence à l’écologie Science, notamment, lorsqu’il s’agit de l’organisation sociétale Humaine « , une science assurée grâce à laquelle l’auteur peut se présenter comme un » écologiste convaincu des effets destructeurs et irréversibles provoqués par l’explosion de la bombe Démographique « 

                  Bref une science très assurée qui assure à ses défenseurs une grande précision dans le choix de leurs mots et de leur signification, sans y ajouter de catastrophisme. Et qui doit donc apporter une aussi grande précision dans » l’organisation sociétale Humaine « ...
                  Ça craint...

                  Probablement le genre de science qui peut pousser des écolo comme Nestor qui » par moment en vient à souhaiter le pire ", autrement dit ce que, très paradoxalement, ils disent combattre : le malheur de l’Homme d’origine non naturelle, le seul avec les catastrophes naturelles dont on sait se protéger, que l’on peut éviter et combattre !!! 

                  Tartuffes !!

                  Une vraie bombe : FUKUSHIMA !!! Bougez-vous !!

                  Sinon d’accord avec le reste de l’article.


                  • cevennevive cevennevive 3 juillet 2012 14:16

                    Bonjour à tous,

                    A force de s’occuper de politique, les « peudo-écolos » en ont oublié la véritable écologie...

                    Pendant qu’ils se « tirent dans les pattes », qu’ils se lancent des petites phrases assassines, les erreurs MONSTRUEUSES et délétères s’accumulent sur nos têtes.

                    Et la population les traite de « guignols » tout simplement, rejette l’écologie, la vraie, née du simple bon sens, et ferme ses oreilles à toutes sortes de concepts ayant une couleur « verte »...

                    Voilà, hélas !

                    Cordialement.


                    • papypako 3 juillet 2012 17:40

                      Votre analyse de la chute d’EELV est assez juste . Ce que vous oubliez ou occultez c’est l’émergence du Font de Gauche qui a proposé au travers de la planification écologique une vrai alternative crédible et constructive à EELV. La meilleure preuve c’est bien Nicolas Hulot le candidat malchanceux qui nous la fournit il y a peu de temps en avouant avoir voté Front de gauche au 1er tour de la présidentielle. Comme Nicolas hulot, pour moi aussi aussi le front de gauche est le seul parti crédible qui porte les valeurs de l’écologie. D’ailleurs je connais personellement beaucoup d’écologistes qui ont voté Front de Gauche. Il faudra bien un jour que cette évolution majeure soit entendue.


                      • Croa Croa 3 juillet 2012 21:34

                        Il ne faut pas exagérer !

                        Nicolas Hulot, un peu dans la lignée de son pacte écologiste, a voté pour le candidat autorisé ayant un peu plus intégré l’écologie dans son programme que les autres.

                        Les candidatures vraiment écologistes n’ayant pas eu suffisamment de « parrainages » il s’est rabattu sur celui qui restait acceptable pour lui, c’est tout ! 


                      • amipb amipb 4 juillet 2012 07:43

                        Mélenchon a fait de l’opportunisme, a voulu rabattre le maximum de voix de gauches ou écologistes pour sa candidature. Je doute sérieusement sur la crédibilité de son programme et sur sa réelle volonté de gagner les élections.

                        Comme le dit Croa, seule l’Alliance Ecologiste Indépendante fait toujours de la véritable écologie, et son candidat, Mr Governatori, a du donner de soi pour essayer d’avoir les 500 parrainages : http://www.francesoir.fr/actualite/politique/course-aux-parrainages-governatori-decu-par-sa-greve-de-la-faim-195332.html


                      • Romain Desbois 3 juillet 2012 18:24

                        Nous avons les écolos que nous souhaitons. Pourquoi voulez -vous que les élus soient plus royalistes que les citoyens ?

                        Le jour où l’écologie politique pèsera, les autres partis en tiendront compte.

                        Et l’on peut tellement faire de choses au quotidien sans attendre les élections.


                        • Croa Croa 3 juillet 2012 21:56

                          Il n’y a pas de citoyens, seulement des sujets branchés TF1 et consor.

                          L’écologie politique pèsera lorsqu’elle pourra s’exprimer.

                          Tes « autres partis » récupèrent déjà l’écologie. On peu voir ce que ça donne ! Le problème en fait est là : L’écologie doit prendre le pouvoir... Ce qui est impossible !

                          Dans l’attente nous pouvons faire des « geste écologiques » en effet, ce qui ne gêne personne et ne changera pas grand chose au destin. On peut aussi pisser dans les violons... Dans ces conditions continuer comme avant n’est pas plus bête dans la mesure où on accepte la réalité sans la nier (il existe aussi des cons qui ne veulent pas voir et ils sont dans les journaux télévisés..) 


                        • amipb amipb 4 juillet 2012 07:45

                          @Croa : nulle raison d’être défaitiste. « Rome n’a pas été bâtie en un jour »


                          • Pierre-Joseph Proudhon Pierre-Joseph Proudhon 3 juillet 2012 22:43

                            Les écologistes ne sont que des politicards professionnels comme les autres.

                            Seule compte leur carrière, et un poste de ministre, avec la retraite qui l’accompagne leur permet d’être à l’abri du besoin pour le restant de leurs jours.

                            Tromper ceux qui les ont élus n’est pas un problème.
                            Après-tout, les promesses n’engagent que ceux qui les croient.


                            • mortelune mortelune 4 juillet 2012 02:26

                              Il y a de véritables écologistes et ceux-ci sont ’sur le terrain’ en associations. Sinon ce n’est qu’un parti de plus qui permet de diviser les voix des honnêtes gens lors des différentes élections et ainsi permettre aux deux ’gros’ partis de régner sur la France par alternance. 


                              • Denzo75018 4 juillet 2012 08:27

                                Il faut dire que les « Écolos » Français ont le don de se tirer une balle dans le pied !
                                Enfin, tant qu’ils n’auront pas compris que l’écologie est l’affaire de l’Humanité toute entière et par conséquent de TOUS les Franaçis et pas seulement les Français de Gauche, l’écologie en France sera toujours marginale///


                                • fcpgismo fcpgismo 4 juillet 2012 10:32

                                  L’ obsession du DIEU unique à l’ image de l’ homme entraine immanquablement par tout ce qu’ elle draine la fin appelé par d’ autres le crépuscule des dieux. les écologistes médiatiques n’ ont qu’ une obsession se faire une place et sont condamnés à nous tromper.


                                  • luluberlu luluberlu 4 juillet 2012 10:37

                                    un petit point d’historique, c’est dieu qui a fait l"homme a son image et pas l’inverse. Par contre il a fait la terre pour que l’homme, puis la femme en abuse.....pour ce qui est de nous tromper,.... ? ils ne devraient tromper qu’eux même....


                                  • luluberlu luluberlu 4 juillet 2012 10:32

                                    Frères humains, réveillez vous ! Sapiens économicus se FOUT de l"environnement. Il profite de son moment de passage dans la danse, et si depuis les années 70 tout est dit , rien n’est fait.....Ho les lecteurs, rêvez pas avec les décalages spatiotemporels nos lardons auront bientôt les pieds palmés si non des branchies. Pour nos écolos Français, il n’y a qu’a regarder le cirque des assemblées et les clowns vedettes et bien payés.......J’usqu’a maintenant tout va bien....


                                    • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 4 juillet 2012 17:02

                                      @l’auteur

                                      « Les peux reluisants 2,3 % de la candidate ‘’écologiste’’ à la Présidentielle Française »

                                      Qu’est-ce que les élections présidentielles françaiseu ? Sinon du cirque, du grand guignol, de la parodie de démocratie malgré les apparences, instituées par un De Gaule qui se prenait pour le messie et qui s’est fait taillé une constitution sur mesure qui nous empoisonne toujours la vie, car complètement obsolète...

                                      "Serait-ce d’indéniables signes annonciateurs de l’effondrement d’une forme d’idéologie que l’on pensait primordiale, en raison de l’état catastrophique dans lequel se trouve nôtre planète ?..."

                                      Là tu vas un peu vite en besogne mon ami, l’écologie politique est loin d’être moribonde même si le désamour des français (pour ne pas dire la défiance) pour le monde politique la touche, ou pour le moment ne bénéficie pas autant qu’elle le devrait d’une autre conception de la politique. Sinon au niveau mondial, les tenants du capitaliste radical possèdent tout les médias et les utilisent pour laver le cerveau des individus qui par miracle (tout est fait pour qu’ils restent dans leur misère) arrivent à se nourrir correctement et obtenir un brin d’aisance matérielle. Ils ont déclaré une véritable guerre à l’humanité en hypothéquant l’avenir de notre planète et par conséquent des générations futures. Ils possèdent tout les pouvoirs économiques et militaires.

                                      Ce n’est par conséquent pas le moment de baisser les bras et de se chamailler et de trouver que DCB, ou Noël Mammaire, ont la gueule un peu de travers, un peu trop vert-rose, non si t’es pas content vas y engage toi, fais quelque chose pour que ça change...De toute façon le constat d’impuissance est assez terrible mais ça ne durera peut-être pas, ça ne tient qu’à nous et si tu as des enfants , chacun de tes mômes est un multiplicateur de ton courage a vouloir changer les choses. Ne te laisse pas aller à la médiocre facilité ambiante dérisoire et vaine de passer ton temps à taper sur le dos des écolos...
                                       smiley


                                      • soimême 4 juillet 2012 20:56
                                        L’Ecologie politique en France est une farce !

                                        Et Roudi le Rouge n’est pas mieux !


                                        • Corinne Colas Corinne Colas 4 juillet 2012 22:29

                                          1

                                          Bonjour,

                                          En effet, l’écologisme versus politicus a beaucoup de mal à sortir de l’ornière.

                                          Peut être parce que son arrière-cuisine n’a rien à envier à celles déjà connues des partis politiques en général ? R. Drumont doit s’en retourner dans sa tombe. Même A. Jacquard si réputé, n’a pu convaincre avec son clip pour les législatives.  Finalement c’est P. Rabhi qui aura mis un peu de sens dans toute cette tambouille électorale en mobilisant au-delà des courants.

                                          Dans l’article « Electorat écologiste et risque industriel » (Revue française de science politique- 1995), l’’échec de l’écologisme politique en temps de paupérisation des consciences y est expliqué mieux que dans le marc de café. 2012, même constat ! Plutôt que se coucher devant le P.S, les Verts auraient pu avoir la grâce de « mourir » au moins avec honneur…

                                           


                                          • Corinne Colas Corinne Colas 4 juillet 2012 22:33

                                            2

                                            Concernant la question de la démographie, un vrai problème certes !

                                            Ne jamais oublier cependant que la grenouille au fond du puits, croit que le ciel est rond.

                                             Je suis tombée un jour sur un commentaire qui résume très clairement une critique essentielle à prendre en compte. On ne peut éviter l’écueil dénoncé par cet auteur anonyme. 

                                            Pour justifier notre modèle, il est important de faire croire que les pays du Sud rêvent de nous imiter... au vu des critiques qui montent partout et qu’on refuse d’entendre, c’est de moins en moins vrai mais on continue à agiter cette idée dans un but moins avouable :

                                            "C’est bien cette idée qui se cache derrière le bon sens apparent du malthusianisme : l’idée que pour que l’on maintienne ce que l’on a, il faut que les pauvres arrêtent de se multiplier. C’est partir d’un constat complètement faussé selon lequel notre mode de vie n’est pas exagéré, notre mode de vie est applicable à la Terre entière, à la « bonne » condition qu’il faille maintenir la population mondiale sous un certain nombre, arbitrairement décidé par le nord pour tout le monde. "

                                            Commençons donc par modifier notre mode de vie avant de donner des leçons à la terre entière et surtout avant d’être obligés d’instaurer officiellement une telle politique de réglementation des naissances à l’échelle mondiale. Donnons l’exemple plutôt que de réclamer la gestion bureaucratique et technocratique de la société. Le retour de bâton ne sera pas celui que l’on croit. Il y a déjà le système des indulgences pour le droit à polluer, il en sera de même pour celui de procréer. Même en Chine, certains se moquent des amendes quand il s’agit de faire des enfants. Devinez qui ? 

                                             

                                             


                                            • lulupipistrelle 4 juillet 2012 23:39

                                              La démographie est une épouvantail pour que nous nous résignons à une paupérisation programmée.
                                              Désolée, mais refusons la globalisation, que chacun « cultive son jardin ».
                                              Notre mode de vie peut être amélioré, que les autres en fassent autant. Il n’ y a pas d’exemple à donner, que chacun récolte ce qu’il sème. Au sens propre comme au sens figuré.

                                              Le Nord peut être auto-suffisant alimentairement, et même énergétiquement, si on fait les bons choix. Les matières premières, même, ne sont pas toutes au Sud... Et on pourrait y avoir accès en changeant nos alliances géostratégiques : la Sibérie n’a pas 25 millions d’habitants, la Russie 143 millions...
                                              Non, la démographie n’est pas un problème réel : les épidémies et les guerres réguleront les populations si on laisse faire.


                                            • Corinne Colas Corinne Colas 4 juillet 2012 23:19

                                              3 (fin)


                                              Tout à fait d’accord avec : « Regrouper parallèlement au sein d’une Confédération les partis et personnalités écologistes indépendantes qui se retrouvent sur les fondamentaux de l’écologie, de manière à créer un rapport de force » mais en élargissant le cercle car la réflexion ne peut être efficace sans remettre en question notre modèle de société.

                                              Lorsque N. Hulot a sorti son « syndrome du Titanic », les journalistes se sont récriés, le message s’était radicalisé soi-disant. L’écolo nouveau était né sauf que dénoncer la société de consommation sans pointer la cause, sans donner des noms... c’est toujours faire retomber la faute sur le consommateur en oubliant le système productiviste qui oblige à un seul modèle.

                                               Je rajouterai donc tous les mouvements très créatifs sur la question sans nécessairement l’étiquette « écolo » tels que « casseurs de pubs », « sauvons les riches » et bien d’autres encore… pour une véritable synergie.

                                               D’autre part, désolée d’être aussi abrupte, je crois qu’ il est urgent de faire le ménage au sein même des organisations dites « écologistes ».

                                               Il y a trois sortes d’écologismes :

                                               - le premier à force de compromissions pour obtenir des financements, n’est plus qu’une caution crédible pour des multinationales pas vertes du tout. Pour une touche d’efficacité réelle sur quelques points montés en épingle, il est par ailleurs obligé de se montrer conciliant, consensuel sur d’autres points cachés dans l’ombre et peu ragoutants. C’est un moindre mal pour défendre la « bonne cause » diront certains. C’est totalement inefficace répondront les autres et la pente est trop glissante.

                                               L’économie verte, la planification durable, la gestion durable, l’éco-blanchiment, le développement durable, la restauration ou l’aménagement de la nature etc. sont autant de concepts étranges mal définis qui s’immiscent dans le discours et permettent des actions affreuses notamment sous couvert d’écolabels, de sigles ou de certifications mis en place par ceux-là même qui devraient être les plus méfiants.

                                               Je ne parle pas des militants de base mais au final dans les directions, nous avons « la main droite » qui ignore volontairement ou non ce que fait sa copine, « la main gauche ». N’oublions pas que ChevronTexaco, ExxonMobil, Shell International, Weyerhauser, Monsanto, Dow Chemical et Duke Energy donnent de l’argent aux trois plus grandes ONG internationales.

                                               A lire :

                                               http://www.courrierinternational.com/breve/2011/07/25/wwf-accorde-trop-facilement-son-label

                                               http://amisdelaterre40.fr/spip/spip.php?article186

                                               

                                               - la deuxième forme d’écologisme n’est d’emblée qu’un faux nez. Les fondations d’entreprise soi-disant écologistes se multiplient certes mais l’éco-blanchiment est assez voyant. 

                                              Le plus à craindre, c’est surtout par exemple l’investissement de la pétrochimie dans «  un réseau de plusieurs dizaines d’organisations « non partisanes et à but non lucratif » - think tanks, cercles de réflexion et autres associations professionnelles - financées par les industries polluantes ou par des fondations elles-mêmes affiliées à ces groupes industriels. De tels think tanks s’appuient sur les services d’un petit groupe de scientifiques  » afin de contrer le GIEC. 

                                              Le citoyen crédule ne voit pas que le faux débat sur l’évolution du climat, s’étalant dans les médias avec une grande mauvaise foi où tous les coups sont permis, ne reflète en rien celui mesuré des scientifiques plus impartiaux, sur des points qui ne remettent pas en cause en réalité, des conclusions admises par la plupart.

                                               

                                              -le troisième écologisme (ou plutôt le deuxième si l’on parle vraiment d’écologisme), n’est pas vraiment visible dans les médias. Pourtant, il prône exactement les mêmes idées que celles connues dans l’écologisme « officiel », le problème sans doute vient du fait qu’il les met en pratique sur le terrain. 

                                              Dans le cas rare où il est évoqué, c’est plutôt pour le démonter car cette sorte d’écologisme, parce qu’il ne fait pas appel aux financements d’entreprises ni même aux financements des gouvernements, est très difficile à manipuler. Vrai promoteur de la décroissance et de l’éthique environnementale, vrai contestataire, il fait l’objet d’intimidations diverses.

                                              Ex :

                                              En France, un simple échange de graines hors circuit devient un acte délictueux (voir Kokopelli) et fait l’objet d’un procès. Diffuser des vidéos et des photos prises pourtant légalement sur l’élevage industriel dans les « fermes » (http://vimeo.com/30383134) en Finlande, ont occasionné plus de 20 jours de détention pour trois militants de "oikeutta elaimille" (justice pour les animaux) inculpés d’entrave à la paix (?). 

                                              La tendance à considérer comme « organisation criminelle » tout mouvement militant qui s’oppose pourtant sans bombe ni armes, s’accélère en Europe. A la traîne des USA en ce domaine, elle rattrape peu à peu son retard. Ailleurs, dans les contrées « exotiques », la réaction est plus brutale, voire définitive. De manière générale, s’attaquer directement aux écologistes en les emprisonnant manu militari ou en les tuant discrètement, tout en les qualifier d’écoterroristes permet d’éviter les atermoiements et les débats inutiles tout en se donner bonne conscience.

                                               Cette large version de l’écologisme soutient des causes « perdues » aux yeux des bien-pensants.Tout juste si les OGM et le gaz des schistes dans nos vertes campagnes bousculent un peu la léthargie ambiante.

                                               Il ne fait pas bon jouer les Cassandre. Pourtant celle-ci avait raison. Cela ne l’empêcha de mourir assassinée, ce qu’elle avait prédit aussi. De même, il ne se passe pas un mois sans que quelqu’un appartenant à cette catégorie de l’écologisme ne disparaisse tout aussi violemment dans la plus grande indifférence, ceci parce qu’il (elle) lutte en faveur de l’environnement.

                                               On veut nous faire croire que les écolos sont des bobos occidentaux mais ils meurent victimes de leurs convictions et beaucoup ne sont pas européens.Si l’on veut se renseigner, l’info est là disponible au bout des doigts sur internet... suffit de taper « écologiste abattu » ou « assassiné » pour avoir des noms.

                                              La vérité crue :

                                               "711 militants de la Nature ont été assassinés au cours de la dernière décennie, ce qui équivaut à une personne par semaine. Rien qu’en 2011, plus de cent activistes ont perdu la vie. Est-ce si dangereux d’être écologiste et d’avoir des convictions au XXIe siècle ?"

                                               http://www.paperblog.fr/5654632/un-ecologiste-tue-chaque-semaine/

                                               

                                              Dénoncer les exactions d’une guerre qui ne dit pas son nom et à l’encontre des seuls civils, est tout aussi dangereux pour les journalistes qui tentent de faire leur travail :

                                               « En septembre 2009, le rapport d’enquête « Journaliste environnementaliste, un combat périlleux » détaillait une quinzaine de cas de journalistes et de blogueurs tués, agressés, emprisonnés, menacés de mort ou censurés pour avoir traité de problèmes environnementaux en Russie, au Cambodge, en Bulgarie ou encore au Brésil. »

                                              Quand l’écologisme politique s’attardera sur les vraies urgences, il se passera du soutien de Mr Cohn-Bendit

                                              “Votre question, commence Dany, le capitalisme est-il moral ?, ne m’intéresse pas. Arrêtez ! laissez ça aux curés ! Le souci des capitalistes, c’est de gagner et ils ont raison.” » 

                                              Et on se demande encore pourquoi l’écologisme politique n’est pas crédible... Pourtant, « Alliance écologiste » accuse « Europe Ecologie » de faire partie de l’ultra-gauche, mince alors ! Heureusement que ces derniers sont là pour nous défendre du péril rouge.

                                              Allez que du bonheur avec Dany qui parle de tout sauf des petits oiseaux à défendre :

                                              http://www.ladecroissance.net/?chemin=textes/daniel-cohn-bendit 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès