Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > « L’économie idiot ! »

« L’économie idiot ! »

A 18 mois des élections présidentielles de 2012 le choix des thèmes de campagne va être crucial pour les différents candidats dans l’optique de l’imposition de leur propre agenda aux autres prétendants à l’Elysée, aux médias et aux électeurs ; un petit détour par la campagne présidentielle américaine de 1992 peut ici être très instructif.

En 1992 George Bush Senior est Président des Etats-Unis. Il a succédé en 1988 au charismatique et populaire Ronald Reagan dont il a été le vice président pendant 8 ans. Tout semble en place pour que Bush soit réélu facilement : la chute du mur de Berlin en 1989 a montré de façon éclatante au monde entier la supériorité du modèle occidental et justifié la politique internationale menée par les Etats-Unis pendant les années 80, et la première guerre d’Irak s’est achevé sur un franc succès pour les américains conférant à Bush l’image du guerrier vainqueur.

Ainsi en mars 1991 G Bush culmine à 90% d’opinions favorables dans les sondages, un niveau historique au XXème siècle pour un président américain. Pourtant 18 mois plus tard il sera battu par un jeune gouverneur quasiment inconnu de l’Arkansas, Bill Clinton. Entre temps que s’est-il passé ?

Il s’est passé que les électeurs américains se sont avant tout prononcés sur des questions intérieures et notamment l’économie. En effet le chômage atteint à l’époque des niveaux très importants (près de 8% de la population active) et le déficit budgétaire, en raison principalement des dépenses militaires, est abyssal. En 1991 le pays est même en récession (variation du PIB -0.2% ). Dans ce contexte les stratèges de la campagne de Bill Clinton décident d’appuyer là ou ça fait mal, c'est-à-dire d’insister sur les mauvais résultats économiques de Bush : c’est James Carville, le responsable de la campagne de Clinton qui lance alors ce slogan « It’s the economy, stupid » - littéralement « c’est l’économie idiot ! » pour indiquer que Bush aurait d’abord du s’occuper de ce qui intéresse avant tout les américains : la situation économique du pays et par ricochet la leur.

Si les comparaisons ne sont pas transposables à 100% d’un pays et d’une époque à l’autre on peut néanmoins penser que dans le contexte de crise économique dure que traverse la France, caractérisé par un chômage très élevé, une stagnation du pouvoir d’achat, la rigueur budgétaire et des perspectives économiques médiocres voire sombres, les électeurs se prononceront avant tout en 2012 sur les questions économiques et sociales ; exactement comme les américains en 1992.

En ce moment ce qui compte pour beaucoup c’est de savoir si le fils va trouver un emploi, si la fille va enfin échapper à une succession de CDD et de temps partiels, si le grand père pourra être soigné correctement tout en étant pris en charge par la sécurité sociale, si le père qui part à la retraite dans quelques années aura le même niveau de pension... Les questions internationales, les vrais ou faux débats sur l’identité nationale et l’immigration, les réformes constitutionnelles… tout cela est intéressant mais en temps de disette ce n’est pas cela qui détermine le vote pour une grande majorité de nos concitoyens.

Dès lors on voit bien l’intérêt du futur candidat Nicolas Sarkozy : tout faire pour détourner l’attention de l’électeur des questions économiques et sociales, domaines où son bilan sera très mauvais, et au contraire sortir en permanence de son chapeau des diversions – ici l’émergence de la figure de Marine Le Pen tant qu’elle reste à des niveaux électoraux « raisonnables » est une très bonne nouvelle car le fonds de commerce du FN est justement celui des thèmes qui font diversion. Si ces questions économiques et sociales viennent quand même occuper un espace central de la campagne on usera jusqu’à la corde l’argument de la crise mondiale (« c’est pas de notre faute »), du « ceux d’en face n’auraient pas fait mieux, au contraire », plus quelques « enjolivements » statistiques dont les chiffres du chômage nous fournissent des exemples édifiants chaque mois.

A contrario les adversaires de Nicolas Sarkozy, et singulièrement le PS, devraient enfourcher le thème de l’économie avec une grande force et démontrer à quel point la politique menée depuis 2007 a été injuste, inégalitaire et par dessus tout inefficace, tout en traçant de vraies priorités pour les prochaines années et une vraie rupture. Or aujourd’hui hormis les questions de personnes et les débats byzantins sur les calendriers de primaires on ne voit rien venir… c’est pourtant là dessus que se jouera l’élection à notre avis. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Ferdinand_Pecora 28 décembre 2010 11:12

    « un petit détour par la campagne présidentielle américaine de 1992 peut ici être très instructif »

    Visez plutôt la campagne présidentielle de 1995 et le programme de Jacques CHEMINADE. Tout y était tellement annoncé noir sur blanc (l’effondrement financier autant que les propositions de Nouveau BRETTON WOODS, de GLASS-STEAGALL et de CREDIT PRODUCTIF PUBLIC) que le Conseil constitutionnel de 1995 l’a fait taire politiquement.

    D’ailleurs, le 17 octobre 2008, c’est M. CHEMINADE qu’on invitait sur FRANCE24 à parler d’un Nouveau BRETTON WOODS.
    http://www.dailymotion.com/video/x73m58_un-nouveau-bretton-woods-jacques-ch_news

    AUJOURD’HUI, ces idées sont plus que jamais discutées :
    http://www.solidariteetprogres.org/article6594.html


    • Cocasse cocasse 28 décembre 2010 11:51

      D’accord avec cela, Monsieur Cheminade fait parti de ces hommes politiques alternatifs développant de vraies idées.


    • non667 28 décembre 2010 20:50

      à ferdinant pécora
       cheminade construit-il un projet pour être président en 2042
      en 2012 c’est pas possible ! alors à quoi joue t-il ?

      2012 est proche et la puissance médiatique de la finance mondialiste est tellement disproportionnée par rapport à celle du peuple (internet = un espoir à ne pas laisser passer ) et elle à fait tellement de dégât qu’il ne faut pas compter retourner la situation d’ici 2012 et après  il est possible néanmoins de faire un pas dans ce sens  :

       « SE DÉBARRASSER DE L’ UMPS »

      ,la majorité qui gouverne est déterminée par l’assemblée nationale et non pas par le président (cohabitation éventuellement )

      depuis la chute de l’urss qui a malheureusement laissé le champ libre aux usa le débat n’est plus gauche /droite celui-ci n’étant qu’un leurre imposé par les américano-judéo mondialo  capitalistes pour masquer le vrai débat et garder le pouvoir a l’aide de leurs merdias qui manipulent les sondages et les électeurs

      le choix est en gros :

      soit :mondialisme/ vassalisation = tout le monde au resto du cœur  américain (ils ont l’arme alimentaire qui sera absolu avec les ogm ) ,s’ils veulent bien = continuation /aggravation de la situation actuelle

      soit:nationalisme/indépendance/gaullisme  : responsabilisation /nous mangerons les fruits de notre sueur .

      pour changer, une seule solution :

      faire table rase des mondialistes pour cela

      n’accorder aucunes voix aux mondialistes = oui à mastrich = €=shengen = lisbone càd :umps + modem  =cohn bendit +......

      voter pour les antimondialistes = : fn ,, pc, melanchon ,chevenement ,cheminade ,+C N R ,.dupont-aignan ,de villiers ,upr ASSELINEAU ) ) pour ce dernier suite a son dernier article sur av il m’est venu un doute :est-il un antimondialiste sincère ? ou est il une taupe financé par les mondialiste pour émietter les voix anti-mondialistes ?? et peut -être d’autre ?.à se méfier ,à voir !

      par exp :s’intéresser à un test de sincérité, de mise au pied du mur ! : en cas de duel marine / dsk ou sarko les mondialistes . pour qui vous désistez vous ? sachant que l’abstention vaut vote mondialiste !

      si les députés mondialistes sont ultras minoritaires 

       il en sortira une majorité antimondialiste (de « droite » ou de « gauche » ) sans marge de manœuvre capable d’élaborer un programme donnant quelques espoirs de s’en sortir avec d’énormes difficultés alors qu’avec les mondialistes les sacrifices seront les mêmes mais les espoirs nuls

      . mais avant tout se débarrasser de ceux qui nous ont amenés la ou nous en sommes

      .d’un point de vu économique :
      nombreux sont les économistes capables qui avaient prévu et prévenu des dangers du libéralisme et de l’abandon des monnaies nationales mais qui ont été volontairement écartés des médias par les mondialistes

      les hommes anti-mondialistes ont été combattus d’autant plus violemment qu’ils étaient dangereux pour les mondialistes (pas pour le peuple. hein ! les bisounours idiots utiles ) alors votez pour ceux qui ont été vilipendés 

      en gardant les mondialistes la décadence s’accentuera inéluctablement
      avec

      les antis « l’espoir »
      à chacun de prendre ses responsabilités en

      votant et de ne pas laisser les mondialistes les prendre pour vous en

      vous abstenant

      2012 la révolution à portée d’urne l
      la révolution des œillets

       j’ajoute pas de politique sans économique : donc coté finance .
       lire les

      articles :

      —du 28/7/2010 :main basse sur la création monétaire

      — finance mondiale : pourquoi rien n’a changé de céri le 30/7/2010

      — article de jp baquiast du 16/8/2012

      —tentative de libération mentale sur la monnaie de michel portal du 23-8-2010

      en gros ces 4 articles : retour à la souveraineté monétaire .sortie de l’€

      fondamental !
      base du combat contre le mondialo-capitalisme , gage d’une solution : pas de politique sans économie 

      pour conter la réaction des financiers du mondialisme il faudra faire appel a un prêt des chinois 

      exiger des politiques qu’ils se positionnent par rapport à ce problème sinon ne pas voter pour eux
      ps : il faut absolument éliminer les mondialistes dès le 1° tours car le scrutin magouillitaire les ferait gagner au 2°

      j’ajoute pour ceux qui se croient en démocratie .

      ON N’EST PAS EN DÉMOCRATIE ,LES DÉS SONT PIPÉS POINT BARRE !

      à voir absolument ces liens de slipenfer

      John

      Perkins, confessions d’un corrupteur de nations
      Révélations sur la manipulation des économies du monde par les Etats-Unis

      et encore

      Aaron

      Russo sur le 11 septembre, le CFR et Rockefeller
      Témoignage de Aaron Russo, producteur et réalisateur de films à Hollywood,
      sur ce qu’il a appris de la bouche de Nick Rockefeller, au sujet du
      11

      septembre 2001, de la guerre contre le terrorisme, du CFR etc...


    • Ferdinand_Pecora 28 décembre 2010 23:50

      @non667

      Vous dites :
      « cheminade construit-il un projet pour être président en 2042
      en 2012 c’est pas possible ! alors à quoi joue t-il ? »

      2 réponses :

      1) Statistiquement, M. Jacques CHEMINADE n’aurait jamais dû être candidat officiel pour la présidentielle de 1995. OR, il a eu ses 500 signatures (internet n’existait pas) et a dénoncé en direct à la télé à 20h sur TF1 le « cancer financier qui ronge l’économie » et a proposé de revenir au standard bancaire GLASS-STEAGALL, au CREDIT PRODUCTIF PUBLIC et de convoquer un Nouveau BRETTON WOODS.

      2) Le 17 octobre 2008, alors que la crise financière démarrait officiellement, qui invite-t-on sur FRANCE24 pour parler d’un nouveau BRETTON WOODS ? M. Jacques CHEMINADE.

      Ces 2 événements, si on suit la « logique linéaire » de l’Histoire n’auraient JAMAIS dû se produire. OR, ils se sont produits. De deux choses l’une : soit vous avez raison et les statistiques représentent la réalité ; soit l’Histoire n’est pas linéaire et ceux qui croient aux statistiques et aux « tendances » n’ont aucune chance de prédire quoi que ce soit.

      Réf : http://www.dailymotion.com/video/x73m58_un-nouveau-bretton-woods-jacques-ch_news


    • Cocasse cocasse 28 décembre 2010 11:49

      ici l’émergence de la figure de Marine Le Pen tant qu’elle reste à des niveaux électoraux « raisonnables » est une très bonne nouvelle car le fonds de commerce du FN est justement celui des thèmes qui font diversion

      FAUX, FAUX et ARCHI-FAUX.
      Il faut en finir avec ces prétendus « thèmes secondaires » du FN qui « masqueraient » les thèmes principaux.

      Le FN de Marine Le Pen a pour priorité absolue la SOUVERAINETE.
      Cela veut dire :
      - Souveraineté monétaire : sortir de la loi de 1973, et de l’euro qui la prolonge. Marine Le Pen insiste particulièrement sur ce point : c’est le NOEUD de presque tout les problèmes, ayant entrainé le chantage à la Dette.
      - Souveraineté législative : sortir de l’europe, sortir de la dictature européene extrémiste libérale (concurrence « libre et non faussée » cause de notre malheur.
      - Autonomie économique : protectionnisme raisonné, relocalisations, reconstruction industrielle et agricole, baisse du chômage par la reprise d’une véritable activité, axée sur le concret et non le tertiaire.

      Autrement dit, tous les thèmes d’une importance capitale face à la mondialisation financière. Thèmes qui ne sont par ailleurs pas abordés par les partis qui traditionnellement auraient du s’en préoccuper.

      Les thèmes secondaires sont l’immigration et l’islamisation, certes très importants, mais aucunement là pour faire diversion.
      C’est autour de l’essentiel que le discours de Marine Le Pen fait la différence.
      Sans quoi, je ne me serais jamais intéressé à son parti et ses idées.


      • zelectron zelectron 28 décembre 2010 11:57

        Et donc nous allons voir les 2 camps s’affronter à coup de noms d’oiseaux avec les « demain on rase gratis » d’un coté et les « tout va très bien Madame la Marquise » de l’autre. Si nous n’étions pas en si mauvaise posture, nous pourrions en rire, mais non seulement ce n’est pas le cas mais cette classe politique* nous fatigue tellement qu’on peut légitimement se demander à quoi elle pourrait être utile ?
        *en d’autres termes tout ce que fait le gouvernement actuel est plus mauvais que mauvais et ce que nous ferons, nous, sera encore plus que parfait. que parfait


        • ddacoudre ddacoudre 1er janvier 2011 19:26

          bonjour zelectron
          un bon résumé, koustouzis en a fait un bon article consulte le.

          cordialement.


        • vinvin 28 décembre 2010 23:00

          Et bien pour ce me concerne ce sera MARINE au premier tour !


          Si elle est au second tour je revoterais, et en cas de son absence au second tour j’ emploierais l’ abstention, tout comme je l’ avais fait en 2007.

          Car pour moi, il n’ y a strictement AUCUNE différence entre le PS et l’ UMPS qui ne valent pas plus les uns que les autres.


          Joyeux noël, et bonne années quand-meme !




          VINVIN. 

          • Croa Croa 28 décembre 2010 23:12

            Le choix politique n’est pas limité au PS, UMP, et FN !

            Sortez de devant votre télé et vous en verrez d’autres !


          • vinvin 28 décembre 2010 23:55

            Bon, je m’ explique : le PS, l’ UMPS, le MODEM, les VERTS sont pareils.


            Il reste donc le PCF et FN ! Et croyez moi, Marine a plus de chance d’ être au second tour que le PCF, compte tenu que le FN dépasse en moyenne les 15% alors que le PCF ne dépasse pratiquement jamais les 4,5% des voix au premier round !

            Si je vote FN au premier tour, il peut il y avoir, ( peut-être ?...) une chance que je retourne aux urnes pour second tour, ( comme je l’ ai fait en 2002,) alors qu’ en votant pour PCF je sais d’ entrée qu’ au second tour je pourrais rester devant ma télé, compte tenu de leur faible pourcentage !

            Ce qui est con, c’ est qu’ a l’ origine mes idées politique sont plus proche du PCF que de n’ importe quel autre parti politique, malheureusement je suis obligé de voter pour le FN a cause de « L’ islamisation sauvage » de la France, ( je dis sauvage dans les deux sens du terme,) et de l’ insécurité grandissante qui s’ aggrave de plus en plus dans nos villes, des mosquées qui poussent comme des champignons, des femme « bâchées », de la prolifération des restaurants halal,etc, etc....

            Bref, je suis un communiste d’ extrême-droite ! ( Si, Si, c’ est pas des conneries, c’ est un nouveau partie politique de mon invention !....).


            A méditer......



            VINVIN.


          • Ferdinand_Pecora 29 décembre 2010 12:33

            Vous faites « leur » jeu. Etudiez les propositions du candidat hors système : M.CHEMINADE
            http://www.solidariteetprogres.org/article7196.html


          • vinvin 29 décembre 2010 20:38

            C’ est qui CHEMINADE ?


            De quel parti est-il ?

            COMMUNISTE ou FN ?

            S’ il est ni l’ un ni l’ autre qu’ il passe son chemin !



            Cordialement.



            VINVIN.

          • Ferdinand_Pecora 30 décembre 2010 18:48

            En 1995, Jacques CHEMINADE fut le seul candidat à l’élection présidentielle à dénoncer « le cancer financier de La City de Londres et de Wall Street ». On le traita évidemment de fou.
            http://www.cheminade-le-sursaut.org/chemi_docref.php3

            Le 17 octobre 2008, c’est ce même « inconnu » (du moins du grand public) que la diplomatie française fit intervenir sur la chaîne diplomatique FRANCE24 pour parler de ce sur quoi il avait fait campagne en 1995 : comment organiser un nouveau BRETTON WOODS.
            L’émission : http://www.dailymotion.com/video/x73m58_un-nouveau-bretton-woods-jacques-ch_news

            Aujourd’hui, et depuis 1995, il se bat pour la mise en faillite organisée du système financier et monétaire international grâce à l’instauration du standard bancaire GLASS-STEAGALL au niveau international (http://www.solidariteetprogres.org/article7217.html), à une nouvelle conférence de BRETTON WOODS pour instaurer des parités fixes entre monnaies, et, le retour du CREDIT PRODUCTIF PUBLIC (http://www.solidariteetprogres.org/article6678.html)


          • Chem ASSAYAG Chem ASSAYAG 31 décembre 2010 18:38

            Agoravox réserve parfois de surprises. Ainsi pourquoi mon article fait quasiment exclusivement l’objet de commentaires sur Jacques Cheminade est un mystère..
            Mais bon...


            • BA 2 janvier 2011 18:51

              Wikileaks vient de révéler un document historique : dès le 17 mars 2008, les dirigeants anglais et étatsuniens savaient déjà que les grandes banques privées étaient en faillite.

               

              Lundi 17 Mars 2008, 18:27


              SUJET : LA CRISE BANCAIRE EST MAINTENANT UNE CRISE DE SOLVABILITE ET NON PAS DE LIQUIDITE, AFFIRME LE GOUVERNEUR DE LA BANQUE D’ANGLETERRE.

               

              Classifié par : AMB RTUTTLE, raisons 1.4 (b) et (d).

              Résumé :

              §1. (C/NF) Depuis l’été dernier, la crise des marchés financiers a changé de nature. Le problème est maintenant non pas celui de la liquidité présente dans le système mais plutôt une question de solvabilité systémique, selon les déclarations du Gouverneur de la Banque d’Angleterre (BOE) Mervyn King lors d’une rencontre à déjeuner avec le Sous-Secrétaire au Trésor Robert Kimmitt et l’Ambassadeur Robert Tuttle.

              Mervyn King a mis en avant deux impératifs. Premièrement, trouver le moyen d’éviter aux banques l’infamie d’avoir à vendre des billets de trésorerie dont personne ne veut à des prix bradés, ou de devoir réclamer l’aide d’une banque centrale. Deuxièmement, s’assurer qu’il existe un effort coordonné qui pourrait devoir aller jusqu’à recapitaliser le système bancaire dans son intégralité.

              Quant au premier impératif, King a suggéré de développer un système de regroupement et d’enchères de manière à débloquer l’important volume d’investissements financiers pour lesquels il n’existe pour le moment aucun marché. Quant au second impératif, King a suggéré que les Etats-Unis, la Grande Bretagne, la Suisse, et peut-être le Japon puissent former un nouveau groupe provisoire qui dans un commun effort réunirait le capital nécessaire afin de recapitaliser toutes les principales banques. FIN DU RESUME.

              L’insolvabilité systémique est désormais le problème.

              –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

               

              §2. (C/NF) Mervyn King a déclaré que la liquidité est nécessaire mais non suffisante dans la crise du marché actuelle car le système bancaire mondial est sous-capitalisé en raison d’un effet de levier trop important. Il a dit qu’il est difficile de penser que les quatre principales banques anglaises (Royal Bank of Scotland, Barclays, HSBC, et Lloyds TSB) n’ont pas besoin de capitaux supplémentaires. Un effort coordonné des banques centrales et des ministres des finances sera peut-être nécessaire afin de développer un plan de recapitalisation du système bancaire.

              Débloquer les titres adossés à des hypothèques qui ne trouvent pas acheteur.

              –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––—–

               

              §3. (C/NF) King a déclaré qu’il est également impératif de trouver un moyen pour que les banques puissent se débarrasser de leurs titres qui ne trouvent pas acheteur, ce qui inclut les titres adossée à des hypothèques, sans devoir les solder à des prix bradés. Il a dit que les ventes à prix bradés ne servent qu’à abaisser la valeur plancher à laquelle les banques doivent évaluer leurs actifs (cote au marché), et par là-même obligent à entériner des ventes forcées supplémentaires injustifiées. Il a déclaré que nous devons inventer un système d’enchères où les banques pourraient placer les billets de trésorerie qu’elles veulent vendre sans craindre d’être stigmatisées par les marchés qui interpréteraient des ventes à faible prix comme le signe que la banque est en difficulté. King a pourtant indiqué qu’il ne savait pas encore comment structurer de telles enchères et que des discussions supplémentaires étaient nécessaires. Kimmit a convenu qu’il fallait trouver le moyen de débloquer ces marchés et a déclaré que nous devrions rester en contact aussi bien bilatéralement qu’à travers le G7, le Forum de Stabilité Financière et les banques centrales.

              Une méthode éventuelle de recapitalisation.

              ––––––––––––––––––––––––––––––––––

               

              §4. (C/NF) Le G7 est presque complètement inopérant au niveau économique a déclaré King. Des économies jouant un rôle-clé ne sont pas représentées, en particulier celles qui ont d’importantes et croissantes réserves en capital. King a dit qu’un nouveau groupe international était nécessaire pour remédier à cela. Cela pourrait être un groupe provisoire, et il a suggéré que peut-être les banques centrales et les ministres des finances des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la Suisse pourraient coordonner les discussions avec d’autres pays qui ont de vastes réserves de capitaux, incluant les fonds souverains, à propos du recyclage de dollars pour recapitaliser les banques. King dit que le Japon pourrait ne pas être inclus car il n’a pas grand-chose à offrir. King a observé pourtant qu’inclure les Japonais pourrait les forcer à finalement évaluer au prix du marché des actifs dépréciés. Kimmit a déclaré qu’il était réticent à susciter de nouveaux regroupements dans la communauté financière internationale en raison des inévitables débats visant à déterminer qui inclure.

              Commentaire.

              –––––––––––

               

              §5. (C) Les propositions de King n’étaient pas des idées en l’air comme on peut en lâcher pour faire la conversation au cours d’un déjeuner. Il était clair que son objectif principal lors de cette réunion était de faire connaître à Kimmit, dans les grandes lignes, ses idées originales sur la question. King n’est pas rentré dans les détails quant à ses propositions et se satisfaisait de présenter des idées générales, posant ainsi les fondements pour une discussion future. FIN DU COMMENTAIRE.

               

              §6. (U) Participants : USG : Ambassador Robert Tuttle ; Deputy Secretary Kimmitt ; Eric Meyer, Office Director for Europe ;

              SIPDIS Robert Saliterman, Spokesman, International Affairs, U.S. Treasury ; Warren Chane, ECONOFF. UK : Mervyn King, Governor, Bank of England ; Chris Salmon, Private Secretary.

               

              §7. (U) Le Sous-Secrétaire Kimmitt a approuvé ce message.

              Visit London’s Classified Website : http://www.state.sgov.gov/p/eur/london/index. cfm TUTTLE

              Visit London’s Classified Website : http://www.state.sgov.gov/p/eur/london/index. cfm TUTTLE

              ===============================

              NB : Merci à Nikademus pour la traduction.

               

              http://www.pauljorion.com/blog/?p=19899#more-19899

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès