Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’éducation populaire défendra chèrement sa peau !

L’éducation populaire défendra chèrement sa peau !

Même Pétain n'a pas pu se débarrasser de l'éducation populaire qui, dans la clandestinité et malgré la répression a continuer d'exister.

Ce n'est pas le président le plus à droite de la cinquième république qui va réussir à liquider un mouvement de transformation sociale qui va bientôt souffler ses 150 bougies !

Qui veut la peau de l'Education Populaire ? !

La marchandisation et la recherche de financements pour palier aux baisses de subventions publiques ont conduit plusieurs grandes associations et fédérations à passer de l'éducation populaire dont elles se réclament encore à l'entreprise socio-éducative.

Les valeurs existent encore, elles sont défendues mais la logique marchande l'emporte...

L'éducation populaire, mouvement de transformation sociale résiste pourtant :

  • des grands réseaux et fédérations maintiennent le cap

  • des centaines et centaines d'associations locales interviennent au quotidien avec des moyens dérisoires mais agissent et créent du lien social
     

La disparition des directions départementales Jeunesse et Sports n'allait rien changer de fondamental, c'est du moins ce qu'expliquait le gouvernement .

L'intégration des missions « Jeunesse et Sports » dans les directions de la Cohésion Sociale n'allait rien modifier sur l'essentiel !?

Comme l'affirme fort justement le syndicat SEP de l'UNSA :

L’Etat abandonne des missions et transforme des métiers sans mandat parlementaire !
La réalité est pire : la mission d’éducation populaire ne change effectivement pas, ELLE DISPARAIT !
Aucun concours de recrutement de Conseillers d’Education Populaire et de Jeunesse (CEPJ) depuis deux ans, des collègues à qui l’on impose des tâches administratives ou du travail social, le refus de reconnaître la dimension éducative, autant d’attaques contre nos métiers en moins de deux années.

Cerise sur le gâteau, aujourd’hui les mutations se préparent et se SOLDENT PARTOUT par des transformations de postes de CEPJ en postes d’attachés ou d’inspecteurs ou des suppressions pures et simples.

Depuis 2007 : 3 départs à la retraite sur 4 non-remplacés !
Rappelons-le, dans les années 80 il y avait plus de 1200 CEPJ pour accompagner et aider au développement de politiques de citoyenneté, de culture partagée, de vivre ensemble. Aujourd’hui il ne reste que 55O agents –le non remplacement d’un départ à la retraite sur deux, est largement fait ! La situation sociale, culturelle, éducative, citoyenne s’est-elle tant améliorée que la mission d’éducation populaire de l’Etat ne serait plus nécessaire ?

Le ministre de l’éducation nationale qui se félicitait de la cohérence et de l’efficacité nouvelle que lui donnait la dimension jeunesse et vie associative de son ministère peut-il accepter sans agir la disparition des seuls agents techniques et pédagogiques en charge de ce secteur, en complémentarité avec l’action de l’Ecole et en partenariat avec les associations et les collectivités territoriales ?

D’un côté de la méditerranée on veut de la démocratie, de l’autre on en casse l’outil !
Le SEP UNSA dénonce que dans une gestion des personnels de l’Etat confiée aux « ministères sociaux », seules les actions de réparation sociale soient prioritaires et l’éducation populaire – avec son éveil des consciences, son développement du libre arbitre, sa mise en œuvre de l’esprit critique apparaît comme inutile voire dangereuse. L’assistance prend le pas sur la participation, la stigmatisation sur les mixités, l’achat de la paix sociale sur l’émancipation.... »

Les conséquences sur le terrain sont désastreuses : les derniers CEPJ en nombre réduit n'ont plus le temps d'accompagner les projets et de soutenir l'action des associations.

Des associations en grande difficulté n'auront plus comme interlocuteurs que des cadres d'inspection...

A terme, il ne subsistera plus que les missions régaliennes de l'Etat avec un contrôle tatillon et des financements aux associations en peau de chagrin

Tous ceux et toutes celles qui considèrent à juste titre que l'éducation populaire est loin d'être une vieillerie sont en accord avec le SEP UNSA quand il conclut ainsi son communiqué :

« Le SEP UNSA s’oppose de toute son énergie à cette dérive qui méprise les citoyens et condamne la démocratie.

Il en appelle au ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative afin qu’il réaffirme le besoin d’une éducation citoyenne de toutes et tous tout au long de la vie, en garantisse les moyens de l’Etat pour agir dans ce sens et maintienne les personnels et leur mission d’éducation populaire.

Sans cela, petit à petit, au prétexte de cohésion sociale c’est le vivre ensemble qu’on assassine ! »

 

Beaucoup d'organisations syndicales mènent le même combat que le SEP UNSA.

Lors de la dernière réunion du CNEPJ ( Conseil National de l'Education Populaire et de la Jeunesse), les syndicats EPA FSU, de l'UNSA et de la CGT ont ensemble dénoncé la disparition programmée de l'Education Populaire.

Il est temps que les syndicats et les mouvements d'éducation populaire mènent le combat ensemble contre cette politique qui vise à tuer l'Education Populaire.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Gemini Gemini 23 avril 2011 08:42

    Effectivement, il y a urgence.


    Ce n’est hélas pas surprenant que l’état tente de détruire l’éducation populaire : le néo-libéralisme dont il est le fervent défenseur ne fonctionne bien — pour eux — qu’avec des masses peu éclairées et avec une belle mentalité du chacun pour soi  ; bref, le genre de pré-requis contre lequel va l’éducation populaire. L’on comprend alors mieux la volonté gouvernementale de la saboter. 

    • zelectron zelectron 23 avril 2011 10:30

      « L’éducation populaire c’est celle qui du fait de ses très faibles moyens utilise les annuaires téléphoniques pour ne pas laisser de traces pour les décérébrés du marxisme ? »
      Ami Chalot soyez moins extrémiste et ne croyez pas qu’il n’y a que des « méchants » de l’autre coté.
      Il y a hélas beaucoup d’incapables, d’oublieux, de superficiels, de couards, de lâches, de judas, et j’en oublie, mais des méchants ? vous croyez ?


      • CHALOT CHALOT 23 avril 2011 10:58

        Zelectron !

        Mes informations sont elles exactes ?
        Les DDJS ont elles disparu ?
        oui
        Le nombre de conseiller éducation populaire a t-il très largement baissé ?
        oui
        Les missions d’accompagnement ont-elles été plus que limitées
        oui
        Donc mon texte relate la VERITE


        • Yvance77 23 avril 2011 12:07

          Salut,

          Encore un bon post aujourd’hui.

          Ce qu’est en train de détruire, cette droite néo-conne bien de chez nous (et c’est voulu) est tout simplement un des quatre piliers fondamentaux de notre République.

          Le but est simple. Rendre l’école publique exangue (moins de finance, de profs, de classe...) et mettre sur orbite l’école PAYANTE privée en nous disant que dans un monde compétitif, il nout faut des école de compétition avec des bonnes têtes bien pleines qui en sortent.

          Evidemment toutes les édiles seront en communion vu que leurs rejetons sont déjà dans ce type d’établissements.
          Vous n’imaginez quand même pas que les bambes de nantis vont fréquenter des lycées poubelles du 9.3. ou collèges esprit mitard de Sarguemines.

          L’école n’aurait jamais dû être ainsi appauvrie car c’est une véritable espace égalitaire si l’on sait mener à bien cette mission éducative.

          Mais de cela, le gouvernement de ce pays n’en a cure. Et pourtant c’est primordial, necessaire et vital.

          Une belle bande de salauds.


          • desmotscratie 23 avril 2011 13:27

            C’est plus les attaques répertoriées ici et là qu’il faut combattre (à juste titre) au coup par coup : c’est la logique de domination implacable, impitoyable et anti-civilisationnelle, contre la culture qui réduit la barbarie, autrement dit la loi du plus fort, cette logique qui se trouve derrière ces attaques, qu’il faut viser, dénoncer, renverser et remplacer dans le cadre d’une stratégie d’ensemble conduite dans la moyenne et longue durée !

            Les multiples fronts ouverts épuisent les forces disponibles car elles donnent l’impression de courir après un lièvre qui nous balade et qui a toujours une longueur d’avance au minimum !

            Bien à vous 

            PS. Sur le sujet : Franck Lepage

            article paru dans le Monde diplomatique ==> http://www.monde-diplomatique.fr/2009/05/LEPAGE/17113

            vidéo de son spectacle ==> http://www.alpesolidaires.org/incultures-conference-gesticulee-de-franck-lepage

            Dans La bas si j’y suis ==> http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1960


            • CHALOT CHALOT 23 avril 2011 14:48

              Franck Lepage a raison mais lui qui a été piégé puis remercié par la ministre « communiste » de la Jeunesse et Sports lors de l’appel d’offre public Jeunesse et Sports n’ignore pas que ce sont les appareils qui empêchent la stratégie d’ensemble.
              Il nous faut donc à notre niveau, expliquer et essayer de rassembler..


              • desmotscratie 23 avril 2011 19:07

                Chalot, la juxtaposition de mon opinion et des références concernant Frank Lepage était fortuite, aucun des deux n’étant sensé venir en soutien de l’autre. j’ai juste pensé que dans ce contexte, à l’occasion de mon commentaire, il pouvait être intéressant, pour ceux qui ne sont pas familier de l’éducation populaire, de glisser ces qqs liens pointant vers qqs-unes des contributions d’un acteur qui compte dans le domaine. Je ne voudrais pas laisser entendre que la thèse assez radicale que j’expose ici serait soutenue  en ces termes, ni de près ni de loin, par Frank Lepage !

                 :)


              • CHALOT CHALOT 23 avril 2011 19:55

                Veuillez donc m’en excuser mais , quoi qu’il en soit Franck Lepage est une excellente référence en terme d’éducation populaire


                • jeanclaude 23 avril 2011 22:58

                  Je peux respecter votre militantisme. Mais est-il neutre ? S’il ne l’est pas, il n’est pas scandaleux qu’une large partie de la population soit indifférente à son égard. Et laisse donc faire le pouvoir politique en place pour lui rogner doucement les ailes.


                  • CHALOT CHALOT 24 avril 2011 08:50

                    Rien n’est vraiment neutre.

                    Ce ne sont pas des ailes qui sont rognées mais tout l’oiseau qui est déplumé et même dépecé.

                    C’est une rupture qu’effectue ce gouvernement avec le « pacte républicain » qui voulait que les différents gouvernements soutiennent l’action des réseaux et associations développant du lien social...
                    Quand on vous dit que Pétain a des enfants.....


                    • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 26 avril 2011 10:54

                      @ L’auteur

                      Etant moi-même un peu impliqué dans le mouvement d’éducpop je ne puis que souscrire à votre constat, notamment sur la prépondérance de la logique marchande à laquelle j’ajoute la soumission aux logiques institutionnelles. Certes ces dernières peuvent être de très bonne foi - notamment au niveau des collectivités locales - mais il n’en reste pas moins que cela devient une forme de prestation de service n’ayant rien à voir avec l’éducation populaire dans sons sens premier, cad la formation à la citoyenneté en passant par la critique sociale et donc nécessitant l’indépendance de pensée.

                      Ma proposition est de scinder les associations qui font en même temps de la prestation socio-culturelle et de l’éducpop, entre d’une part des SCOOP regroupant les animateurs salariés et structurées afin d’être compétitifs sur ce « marché », avec des bénévoles en support quand c’est possible, et d’autre part des asso 100% bénévoles qui font de l’éducpop de manière totalement indépendante des institutions et qui louent des services professionels selon leurs besoins et (faibles) moyens.

                      Je pense, en outre, que l’éducpop doit s’attaquer de front au problème de l’économie et des finances publiques, avec pour objectif de sortir du système pervers actuel. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès