Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’élection des déçus

L’élection des déçus

Félicitations à François Hollande et Nicolas Sarkozy pour leur qualification au deuxième tour de l’élection présidentielle. Ils portent maintenant une lourde responsabilité, peut-être bien au delà de ce que l’on aurait pu imaginer.
 
En effet, il y a près de 30% des français (avec ce niveau de participation, on peut parler de manière assez définitive) à qui la classe politique ne sait plus parler.
 
C’est maintenant leur responsabilité commune de mettre en avant leurs valeurs et leurs vérités pour amorcer la reconstruction de la confiance perdue.
 
Permettez-moi de préciser un point crucial pour accompagner ces premières remarques. Mon inquiétude face aux 18% du Front National dépasse largement celle qui va avec les 11% du Front de Gauche. Elle n’est pas de la même nature, mais les deux traduisent bien la cassure qui existe entre le peuple et leurs représentants.
 
Car les hommes politiques représentent le peuple, mais beaucoup semblent l’avoir oublié.
 
Du coup, cette élection est une élection de déçus.
 
Les déçus de la campagne de Hollande ont voté Mélenchon, les déçus du quinquennat Sarkozy ont fui vers Le Pen, et les modérés de gauche comme de droite, effrayés par la montée des extrêmes dans les sondages, se sont rabattus sur l’illusion rassurante du bipartisme car nous, membres du Mouvement Démocrate, n’avons pas su les retenir.
 
Qu’avons-nous fait des 7 millions de voix qui s’étaient retrouvées derrière François Bayrou en 2007 ? 
Pas assez. Cependant, il était déjà clair que nous avions bénéficié de la division de la gauche et personne ne pensait que notre mouvement « pesait » déjà 7 millions de voix solides à l’époque.
 
Je n’ai entendu personne dire que, finalement, 2012 était la première élection présidentielle du MoDem notamment après les abandons des Morin, Borloo, puis Lepage etc... Et aujourd’hui, nous savons ce que nous valons, nous avons un socle et un socle solide.
 
Après une telle campagne, superficielle au possible, si éloignée des vrais sujets de préoccupation, avec un tel biais imposé par les media et les instituts de sondages, une telle pression des pouvoirs en place pour en arriver à ce deuxième tour préprogrammé, et la montée des extrêmes qui rend le vote dit « utile » quasi inéluctable, la vérité ne pouvait pas remporter l’élection
 
Cependant, obtenir plus de 3 millions de votes de conviction, en quelques sortes« écrémés » des votes de recours de 2007, porte un formidable espoir de construction pour le futur. 
 
Cette force indépendante, alternative, humaniste et démocrate n’a pas à se compromettre pour exister
 
Merci à celles et ceux qui ont osé, qui ont le courage de voter Bayrou.
 
Aujourd’hui plus que jamais, et après la déception d’hier pour le militant que je suis, je vois clairement se profiler un futur influent pour notre formation en France.
 
Une influence dont elle aura grandement besoin...
 
www.desmotscrates.com

Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 30 avril 2012 10:11

    pourquoi les gens s’obstinnent-ils à voter contre leurs interets de classe ?
    Je parle des pauvre evidemment, les riches ont toujours voté pour leur interets, ils ne se trompent jamais de combat !

    http://2ccr.unblog.fr/2012/03/12/les-pauvres-meritent-leur-sort/


    • Agerate Agerate 30 avril 2012 15:05

      Figurez-vous, Robert, que des riches qui pensent à l’intérêt commun, ça existe.

      Ne vous en déplaise, dans toutes les catégories sociales il y a ceux qui ne pensent qu’à eux, et ceux qui pensent à la collectivité, à leurs enfants et à ceux des autres.


    • jeremc 30 avril 2012 10:26

      "Après une telle campagne, superficielle au possible, si éloignée des vrais sujets de préoccupation, avec un tel biais imposé par les media et les instituts de sondages, une telle pression des pouvoirs en place pour en arriver à ce deuxième tour préprogrammé, et la montée des extrêmes qui rend le vote dit « utile » quasi inéluctable, la vérité ne pouvait pas remporter l’élection. « 

      Assez d’accord, à nous de réfléchir maintenant à la manière de changer cela.
      Nous ne réussirons pas en restant entre »purs" MoDem : nous n’avons pas assez de poids pour être pris en considération par les médias qui ne jurent que par le bipartisme et les petites phrases.

      Il nous faut un groupe parlementaire pour avoir plus de poids, bénéficier d’un meilleur traitement par les médias et les instituts de sondage et donc plus visibles par la population.

      Pour cela, il va falloir faire preuve de tolérance afin de rassembler au maximum, en commençant par nous rassembler avec ceux avec lesquels nous avons le moins de différences à savoir les centristes de gauche et de droite : de Valls à Borloo.
      Du côté de Valls, ça risque d’être un peu compromis cette fois. Il va nous falloir aller du côté droit et reconstruire un mouvement humaniste, solidaire plus large et moderne que l’UDF.

      Au préalable, j’ai peur qu’il ne faille en passer par un soutien officiel plus ou moins appuyé au président actuel pour que Bayrou ait le leadership sur cette formation...


      • Agerate Agerate 30 avril 2012 15:07

        Quelle « masse » ? Les 20% du corps électoral qui ont voté Hollande ?


      • non667 30 avril 2012 17:12

        modem = oui a lisbonne = oui au N.O.M. = non à la FRANCE  .


        • musashi 30 avril 2012 17:47

          Y a plus qu’à se mobilier pour les législatives derrière l’équipe du Modem très intéressante que j’ai eu le plaisir de découvrir pendant cette campagne.


          • Grattounette 1er mai 2012 01:08

            C’est vrai, aucune remarque sur le fait que c’était en effet la première campagne pour le MoDem, jeune parti démocrate né quelques mois après les élections de 2007. Mais le seul nom de Bayrou a un peu étouffé beaucoup de choses. Paradoxe, il était d’ailleurs le seul « ancien » (je ne compte pas Sarko ) face à la ribambelle de nouvelles recrues candidates, même avec un parti tout neuf. Restera dans l’avenir à faire la passation du flambeau pour que le parti grandisse, car en effet il y a une équipe intéressante derrière, beaucoup de gens de qualité qu’on peut espérer être actifs dans les temps à venir et que à mon avis il n’a pas su mettre en valeur, alors qu’on a vu plusieurs fois un Douste Blazy qu’il aurait été mieux de planquer.... Image plus ringarde tu meurs...

            Le tort de François Bayrou a été aussi, à mon avis, de n’avoir pas su être assez présent dans la vie politique et médiatique entre les 2 campagnes. Logique qu’il se soit laissé éclipsé par tous ces petits nouveaux tout fringants qui ont su un max attirer les projos. En plus au lieu d’imposer ses idées il s’en ai fait piquer pas mal. Dommage, dommage... smiley

            • Olivier Des Mots Crates Olivier Des Mots Crates 1er mai 2012 03:27

              Tout a fait d’accord. Bayrou a eu le gigantesque merite de rester droit dans ses bottes et de ne pas vendre son ame a la demagogie, mais il est vrai que plus d’equipe et plus de presence au dela des presidentielles sont deux mots d’ordre tres importants.


            • NOJ71 1er mai 2012 03:22

              Que Bayrou appelle à ne pas voter pour le sortant néfaste.

              Qu’ensuite il essaye de former un parti centriste avec ceux qui ne se sont pas compromis avec le calamiteux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès