Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’électorat de gauche doit faire son deuil de F. Hollande

L’électorat de gauche doit faire son deuil de F. Hollande

Nombreux cris de joie ont retentît suite à l’élection de François Hollande, à la présidence de la République française. Des célébrations spontanées ont éclatés dans tous le pays pour fêter la fin de l’individualisme bling-bling, et célébrer un renouveau humaniste français.

Rien n’est plus triste qu’un lendemain qui déchante. Ce sentiment d’amertume et d’impuissance qui nous envahit lorsque ce que l’on croyait pour acquis, n’était finalement que chimère.

Malgré une élection présidentielle d’un rare niveau d’indigence, pendant laquelle des sujets majeurs tels l’euro, l’OTAN, ou encore l’UE n’ont été que survolés, les français ont clairement exprimé un rejet de la trajectoire prise par notre pays au cours des trente dernières années. Trajectoire mondialiste où l’Elysée, piloté à distance par la Commission européenne, elle-même régentée par l’influence de Wall Street et de la City, n’est qu’une ficelle parmi tant d’autre du gouvernement mondial clamé par nos élites, dont le canevas est de plus en plus abouti. Une internationale des capitaux où l’homme n’est qu’une donnée parmi tant d’autre, une variable que l’on peut supprimer pour cause d’externalisation d’activité. Une mondialisation que l’ensemble des peuples européens ne veut plus depuis quelques années.

Sarkozy, figure d’une (extrême) droite décomplexée, avait concentré sur lui toutes les rancoeurs d’une gauche se croyant anti-système. Il est vrai que l’ancien locataire de l’Elysée, malgré des discours patriotiques clinquants sur le tard, n’a eu de cesse de promouvoir ce mondialisme anti-Nation. Son départ est une bouffée d’air, certes, mais rien n’est fait pour autant. François Hollande n’est que la branche de gauche de ce bloc mondialiste, auquel tant de français ont dit non.

 

Avec la crise, nous savons que la pilule sera amère. François Hollande, marabout de fortune, tentera d’implorer l’esprit de la croissance pour ce malade en phase économique terminale qu’est la France. Le verdict sera rapide. L’agenda du Président de la République est déjà chargé, avec de nombreuses rencontres éminemment importantes.

 

Une confrontation directe avec la nébuleuse prédatrice financière, au cours de laquelle François Hollande, pour inverser la tendance, devra prendre des mesures exceptionnelles[1], et inciter les autres Nations européennes à reprendre en main leurs souverainetés, sur notre modèle. Angela Merkel, mondialiste confirmée, a déjà affirmé clairement qu’aucune négociation n’était possible à propos du pacte budgétaire européen. Et du côté de la BCE, et de la Commission européenne, il est probable qu’il sera dit à F. Holande de regagner ses pénates. Circulez !

 

Un rendez-vous politique avec la communauté des Nations également, où tant de pays attendent que la France retrouve sa fougue humaniste. Qu’elle cesse cette ligne atlantiste, de jour en jours plus prédatrice, et prône enfin des échanges équilibrés avec les Nations. Les déplacements de Hollande pour le G8 et le sommet de l’OTAN seront un test. Mais au lieu d’une réactivation de l’axe euro-oriental, il nous sera certainement proposé un durcissement de la ligne vis-à-vis de la Syrie, puis à terme de l’Iran. Et au bout du compte, des tensions vives avec la Russie, et la Chine, alors que nous avons tout à gagner à opérer un rapprochement avec la première. Nous sommes encore loin de l’entente entre Nations qui devrait prévaloir, pour répondre aux problématiques écologiques, aux problèmes de santé et de malnutrition, et aux défis énergétiques qui nous attendent, afin de vivre durablement sur cette Terre[2].

La vraie écologie politique se situe là. Dans cette volonté de promouvoir les différentes souverainetés nationales. Pour que nous n’ayons pas des verdicts méprisables, comme celui qui pourrait survenir au terme de l’affaire Erika. Onze ans de bataille juridique pour, peut être, s’entendre finalement rétorquer que la Cour de Cassation, organe judiciaire suprême de la France, n’est pas compétente pour se prononcer sur un préjudice ayant touché les côtes française[3].

 

Même si le bénéfice du doute doit être accordé au Président Hollande, il est probable que sa ligne de conduite sera calquée sur celle du Président sortant. Des sujets secondaires de type sociétal viendront probablement donner le change, maintenir l’illusion d’une alternance. Mais ne nous leurrons pas : aucun changement de paradigme n’interviendra au cours de ces cinq prochaines années. Femmes et hommes de gauche, il est nécessaire de faire votre deuil de François Hollande. Le plus tôt sera le mieux. Déjà le monde financier reprend ses droits. La sortie de la Grèce de l’euro commence à être dans la bouche de nombreux commentateurs économiques[4]. Même chez les plus zélés[5]. Une avalanche de réaction se déclenchera à la suite de cet événement. La France sera touchée. Forcément. Et dans le marasme qui s’en suivra, tout est préparé pour que les artisans de cette trame mondialiste s’en tirent à bon compte. 

 

Au bout de cinq ans, les cris de joie risque de se transformer en cri de désespoir. Désespoir de voir l’absence d’influence des citoyens sur la conduite du pays. Peut être même une rage pour certains de voir les inégalités s’accroître, et de dénombrer les civils tués dans des guerres évitables. Pour échapper à ce constat, nous devons bousculer les lignes, et faire émerger la parole souverainiste qui, bien que désorganisée, s’est faite entendre au cours de cette élection[6]. La démocratie, pour ne pas être une farce, doit entretenir cette idée de Nation. La faire vivre, et l’intégrer aux « nouveaux français » comme est en train de le faire admirablement Camel Bechick et l’association Fils de France[7]. Cette renaissance du souverainisme est l’unique réponse que nous pouvons apporter à la crise. Prenons exemple sur l’Islande, et l’Argentine qui ont su bousculer le rapport de force contre cette nébuleuse prédatrice.

 

Il suffit de le vouloir.

 

"Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres, pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose... Si tu veux construire un bateau, fais naître dans le cœur de tes hommes et femmes le désir de la mer[8]."

 

Vous voulez un monde juste ? 



[1] De nombreuses mesures sont proposées, par des économistes tout aussi sérieux les uns que les autres. A titre d’exemple : une séparation étanche entre banque de dépôt, et banque d’affaire ; un audit de la dette ; une sortie de l’euro : http://www.marianne2.fr/La-sortie-de-l-euro-soutenue-par-deux-Nobels-mais-ignoree-des-medias_a215208.html ; un boycott des paradis fiscaux ; une réforme fiscale européenne, pour interdire aux très grandes entreprises de profiter de dumping fiscaux étatiques ; la création d’une « vraie » Banque de France.

 

Pour poursuivre :

- le commerce des promesses, de Pierre-Noël Giraud

- l’échéance : de François De Closets avec Irène Inchauspé

- 20 ans d’aveuglements, du collectif des économistes atterrés

- éviter le krach ultime, de Pierre Larrouturou

- conférences Youtube d’Etienne Chouard sur la création monétaire

[2] Pour poursuivre :

- Chronique du choc des civilisations, d’Aymeric Chauprade

http://www.realpolitik.tv/

[4] Olivier Delamarche, intervenant BFM Business pour la chronique « les points sur les i » (tous les mardis à partir de 11h35) prêche dans le désert, et ne cesse de clamer haut et fort qu’il n’y a pas d’autres solutions ; Nicolas Doze également : http://www.agoravox.tv/actualites/economie/article/sortie-imminente-de-la-grece-de-la-34992

[8] Antoine de Saint-Exupéry 


Moyenne des avis sur cet article :  3.42/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 11 mai 2012 09:12

    Bonjour, Maurice.

    Hollande n’a même pas encore pris ses fonction, et a fortiori la moindre décision, que l’on vient déjà, à gauche, lui tailler un costard. Belle façon de préparer les législatives !

    Electeur de Mélenchon, je suis très réservé sur la politique que pourrait mener Hollande au lendemain de son investiture. Pour autant, je crois qu’il faut lui laisser prendre ses fonctions et le juger, dans les mois qui viennent, sur ses actions et le respect de ses engagements. Après tout, le pire n’est jamais sûr, et - qui sait ? - peut-être Hollande se révèlera-t-il un chef d’Etat à la hauteur de l’attente des peuples...


    • Maurice Maurice 11 mai 2012 09:32

      Bonjour Fergus,

      bien sur qu’il dispose du bénéfice du doute. Mais les « sais-t-on jamais » doivent être évacués. M. Hollande devra prendre des mesures exceptionnelles pour en finir avec cette crise, et je ne pense pas qu’il le fera. Les gens qui ont financé sa campagne l’en empêcheront... Après, peut être qu’il aura une illumination, mais je ne crois plus trop à ce genre de miracle...

    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 11 mai 2012 11:14

      Bonjour Maurice.

      Je pense que Fergus a raison, il faut éviter de lancer des procès d’intention. Ni exagérer :

      « cri de désespoir », « rage », « inégalités », « civils tués dans des guerres évitables ».

      Il manque juste les rats et la peste.

       smiley


    • Maurice Maurice 11 mai 2012 11:26

      Bonjour Peachy,

      merci pour votre commentaire. Je ne fais pas de procès d’intention à M. Hollande, puisque je ne me base pas sur des actes infondés. J’ai fait référence aux quelques déclarations qu’il a pu faire au sujet de la Russie, de la finance, de l’OTAN, etc...

      Concernant les civils tués, et bien il y en a eu quelques uns en Lybie (sous bombardement de l’OTAN). Il y en a en Syrie. Alors oui ça ne nous touche pas, donc on peut passer pour quelqu’un qui en met des tartines. Mais avec Internet on voit ce qui se passe. Et on voit les précédents historiques aussi : civils tués pendant le blocus humanitaire en Irak ; les différents groupuscules qui ont renversé des gouvernements sur ordre de Washington en Amérique du Sud et en Afrique ... 

      Comme je le dit au début, il n’y a rien de plus triste qu’un lendemain qui déchante... 

      Bonne journée

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 mai 2012 16:31

      @ Fergus. 


      Nous revoilà d’accord. Mais ce sera dur... Ce que feront les Grecs pourrait être prémonitoire. Oremus...

      Le 6 mai 2007, après une victoire, avouons le, bien plus convaincante que celle de Hollande aujourd’hui, Sarkozy partait diner au Fouquet’s avec les copains et O

      on s’imaginait déjà le yacht de Bolloré. On voyait venir une gouvernance de division, d’injustice et de corruption… On entendait tinter les grelots du bling-bling et on s’attendait au pire.

      Aujourd’hui aussi, d’ailleurs, on peut s’attendre au pire, mais pour de tout autres raisons. Les choses ont bien changé. En 2007 on voulait croire que la Droite avec Sarkozy damnerait la France. Aujourd’hui, on peut croire, à tort ou à raison, que cette menace s’est bien réalisée, mais la conjoncture et les événements ayant été ce qu’ils ont été, il devient bien douteux qu’il aurait pu en être autrement. Il en reste donc bien peu pour penser que le coup de barre qu’on voudrait maintenant donner suffira à changer le cap… Bien peu, chez ceux qui réfléchissent un peu, pour croire que la Gauche sauvera cette France que Sarko aurait damnée.

      Le croire ce soir, peut-être, dans un moment d’euphorie, mais on peut craindre que cette soirée de réjouissances ne soit la dernière d’une phase de bienheureuse innocence. Le pouvoir d’achat va-t-il augmenter ? Va-t-on créer des emplois ? Le déséquilibre des comptes publics va-t-il se régler, la dette se payer, la corruption cesser ? On voudrais le croire. Mais on peut craindre, hélas, que rien ne change et que la désillusion ne vienne s’ajouter aux autres maux dont la société française est atteinte.

      Pas par incompétence ou par mauvaise volonté, mais simplement parce que les outils nécessaires ne sont pas accessibles. Croissance, bravo, mais comment, si la France n’a pas le contrôle de sa monnaie pour financer une expansion industrielle, ni celui de ses frontières pour donner un cadre territorial gérable à cette expansion ?

      D’où viendra l’appui pour la croissance, quand The Économist, (qui parle pour la City de Londres, là où est vraiment l’argent), dit que « Monsieur Hollande est dangereux » – ce qui est une courtoise, mais impitoyable déclaration de guerre économique – et que notre vieille alliée, l’Allemagne, ne partage pas du tout cette idée de fuite keynesienne en avant dans la croissance ? Quelles sont les hypothèses crédibles de travail ?

      Croit-on pouvoir compter sur les USA, qui ont leur propre agenda en cette année d’élections chez eux ? Aurait-on prévu de spectaculaires renversements d’alliances, mettant en cause la Chine ou la Russie ? Pense-t-on que la société française, scindée presque également ce soir entre Droite et Gauche, a en elle le potentiel d’un accord sacré pour s’en sortir seule ?

      Peut-on la rêver unie pour une sorte de Valmy économique, dans une austérité qui lui permettrait d’accepter « de la sueur et des larmes  » pour un grand bond en avant… alors qu’elle vient justement de dire non à cette austérité ?

      On voudrait le penser, mais il faut admettre que ce n’est pas l’hypothèse la plus probable et que les mécanismes qui ont été mis en place récemment pour attaquer la crédibilité de la France en spéculant sur sa dette n’aideront en rien…

      Si une telle attaque a lieu, elle sera immédiate, avec pour premier objectif de faire basculer l’opinion populaire avant les législatives, pour priver la Gauche du consensus solide qui lui permettrait de faire front à ses adversaires de l’intérieur et de l’extérieur. Si un tel revirement avait lieu, on aurait en France une présidence de Gauche et une Assemblé de Droite qui se rendraient réciproquement impuissantes.

      C’en serait fait, alors, des espoirs de réforme et c’est la Gauche qui sera blamée pour les maux qui s’ensuivront, au cours d’une longue cohabitation qui imposera que la nation reste à genoux aux pieds de ses banquiers, pleurant doucement avec les Grecs et les Espagnols….

      Monsieur Hollande fera-t-il que cela n’arrive pas ? Peut-être, si on le lui souhaite très fort. C’est ce qu’on appelle la grâce d’état.

      Pierre JC Allard


    • Maurice Maurice 11 mai 2012 16:55

      @ Pierre,


      Constat lucide. Vous posez de très bonnes questions. Il n’y a qu’une union sacrée comme vous dites, autour de l’idée de Nation et d’entraides avec les autres Nations qui nous tireras de là. Une union des souverainistes. Il n’y que cela qui fera que, malgré l’austérité inévitable, nous nous en sortirons la tête haute. La souveraineté monétaire que vous préconisez va dans ce sens.

      Si vraiment Hollande était un « ennemi de la finance », il aurait reçu davantage de peaux de bananes pour se faire élire...

      Bonne journée

    • krys-prolls 11 mai 2012 10:07

      Vous y allez un peu vite en besogne. L’election n’a eu lieu que dimanche. Cela fait à peine 5 jours et de plus il n’a même pas encore pris ses fonctions officielles ni même formé un gouvernement.

      J’ai voté Marine LePen au 1er tour, Nicolas Sarkozy au second. Je pourrais abonder dans votre sens mais je reste objectif. 
      Vous tuez le poussin dans l’oeuf. Ce n’est pas ce que j’appelle faire preuve de fair-play. 
      Comme si vous attendiez impatiemment qu’il échoue.
      Je ne comprends pas de tels articles. Ils ne servent aucunement la démocratie.

      • Maurice Maurice 11 mai 2012 10:19

        Bonjour krys-prolls,


        je ne tue pas le poussin dans l’oeuf, mais je pousse au contraire l’électorat de gauche à être vigilant. Je parle au conditionnel, mais je peux donner mon avis quand même. Je dis bien qu’il doit avoir le bénéfice du doute, mais je peux dire mon avis sur ce qu’il va faire au regard des déclarations de précampagne qu’il a faite : 
        - M. Hollande a rassuré la City sur des éventuelles régulations bancaire
        - M. Hollande a fait un discours très dénonciateur, lors de l’élection de V. Poutine 

        Je ne cris pas ma haine de Hollande que je sache. Je pousse les gens à être vigilant lorsque les échéances vont arriver. Et elles arrivent vite. Dans un mois nous serons fixé, et nous en reparlerons ! Il faut aller de l’avant. Je suis un souverainiste, et M. Hollande n’en est pas un. Il va continuer la même politique. On ne va pas perdre un an à attendre. Les lignes doivent être bousculé, et ce n’est pas avec ce monsieur que cela arrivera.

        Vous ne comprenez pas de tels articles. Ils ne servent pas la démocratie ? Je ne tue pas le poussin dans l’oeuf, je dis simplement que l’oeuf est vide. Je vous avance des arguments pour que nous demandions des comptes quand M. Hollande ne fera pas ce que nous voulons qu’il fasse. 

        Mais si je me trompe, je suis prêt à manger mon chapeau !

        Bonne journée

      • jaja jaja 11 mai 2012 10:43

        Le « mondialisme » et la « gouvernance mondiale » sont des attrape benêts... Le monde est caractérisé par la mondialisation capitaliste sous hégémonie américaine. La « gouvernance mondiale » c’est cette volonté hégémonique qui repose sur la force des armes US et qui tente de s’imposer aux autres blocs et Nations....notamment en contrôlant les ressources énergétiques de la planète...

        Il n’y aura pas de « mondialisme » ni de « gouvernance mondiale » mais bien plus certainement un affrontement Chine-USA et leurs alliés. Affrontement économique bien sûr mais aussi, à terme, pourquoi pas militaire. C’est bien au choc des Nations que l’on assiste actuellement et non pas à leur disparition sous un gouvernement mondial....stupidité sortie du cerveau de « nationalistes »... stupidité qui, si elle était possible, aurait pu apporter la paix des armes à ce monde en guerre perpétuelle...

        Car que ce soit à l’échelle de la Nation ou à celle de ce « gouvernement mondial » illusoire, honni par les souverainistes, reconnaissons que rien ne change pour les peuples esclaves que ce soit sous domination de l’oligarchie capitaliste « nationale » ou sous celle, fantasmée, « mondialiste »....
        Aucune des deux n’entend le mot peuple autrement que dévoué et à son service exclusif...

        La citation de Jaurès affirmant « A celui qui n’a plus rien, la Patrie est son seul bien ! »s’oppose violemment à celle de Marx qui dit « Les prolétaires n’ont pas de patrie ». En germe chez Jaurès cette trahison du socialisme internationaliste au profit du nationalisme bourgeois, qui se finira quelques décennies plus tard à la SFIO, puis au PS, dans l’horreur des boucheries coloniales jusqu’aux agressions impérialistes contre l’Afghanistan ou l’Irak.

        L’internationalisme s’oppose à ce que l’auteur appelle le « mondialisme » et qui n’est rien d’autre que l’impérialisme dominant. Ainsi les internationalistes soutiennent les résistances afghane, irakienne ou palestinienne que beaucoup de « souverainistes » ignorent superbement. De même les internationalistes dénoncent leur propre impérialisme et soutiennent les peuples des dernières colonies en lutte en affirmant leur droit à l’autodétermination et à l’indépendance...

        Paix et désarmement...alliance avec les peuples du monde contre l’oligarchie impérialiste et capitaliste et non pas alliances d’États bourgeois à États bourgeois qui ne peuvent que se tramer contre d’autres alliances étatiques du même type et donc mener obligatoirement à la guerre où les pauvres s’étripent pour le compte des oligarques. De cela nous ne voulons plus..

        A commencer par le retrait de toutes les troupes françaises de tous les théâtres d’opération extérieurs où elle ne font qu’agresser des peuples pour le compte de l’impérialisme US ou au profit des volontés néo-coloniales de nos dirigeants....
        L’internationalisme bien compris commence par exiger de l’oligarchie capitaliste de notre pays la fin de ses ingérences criminelles extérieures....

        Les prolétaires, les exploités, les dominés n’ont aucun intérêt commun, national ou autre, avec la bourgeoisie exploiteuse. L’intérêt national c’est toujours l’intérêt du capital....


        • Maurice Maurice 11 mai 2012 11:00

          Bonjour Jaja,


          et bien de la lecture que je fais de votre commentaire, nous sommes d’accord sur le constat visiblement. Mais je crois que nous allons continuer notre débat que nous avons commencer dans mon dernier article.
          Comment croyez vous que l’internationale des peuples peut se développer. L’internationale des peuples suppose une entente, une cohérence, une assise. Or, il n’y a pas plus déorganisé que cette internationale des peuples. Je suis une souverainiste, car il y a dans cette idée le pouvoir de la Nation. La souveraineté nationale représente la volonté du peuple. Pourquoi croyez vous que nous assistons à une destruction des prérogatives nationales dans tous les pays européens ? Pour que cette oligarchie mondialiste, ce bloc euro-atlantique si vous préférez (vous avez raison avec l’affrontement à venir avec la Chine), domine les Nations du vieux continents. Le communisme a échoué Jaja, il s’est même révélé aussi peu démocratique que ce à quoi nous assistons actuellement. Seul des Nations libres et non belliqueuses, qui s’entendent sur des projets d’intérêts généraux (énergie, environnement, spatial, etc...) pourront être le germe de cette internationale des peuples. N’attendez pas le Grand soir, il ne viendra pas. 

          La révolution française, menée par la bourgeoisie, a fait triompher cette idée de souveraineté nationale. Mais à l’intérieur, la bourgeoisie bancaire a trahi cette héritage. Vous mélangez encore une fois les grandes entreprises des petits patron qui sont dans le même bateau, que vous le vouliez ou non, ce sont vos « camarades » Jaja !

          Bonne journée 

        • jaja jaja 11 mai 2012 11:26

          « N’attendez pas le Grand soir, il ne viendra pas.  »

          A moins d’être aussi peu enclin à la vérité qu’Elisabeth Tessier ou Madame Soleil vous devriez reconnaître que n’en savez rien.... Qui aurait imaginé il y a quelque temps l’Égypte de Mubarak ou la Tunisie de Ben Ali en proie à un processus révolutionnaire même si celui-ci n’est pas encore achevé ?

          Par ailleurs rien n’est figé. Le capitalisme d’État soviétique est mort. Les révolutions continueront, l’égalité sociale, le partage des richesses finiront par s’imposer....


        • Cocasse Cocasse 11 mai 2012 11:28

          « Avant d’embellir le monde, commence par ta propre demeure ».
          Citation... de moi !
           smiley


        • Maurice Maurice 11 mai 2012 17:07

          @ Jaja,


          je vais reprendre la citation de Cocasse pour vous répondre ! Il faut commencer dans notre propre demeure. Donc effectivement ce soulèvement pacifique, sous forme de désobéissance civile sera nécessaire. Mais pour le faire durer il faut un projet pour s’unir, une sorte de contrat social pour agréger toutes ces bonnes intentions, et les faire vivre durablement. Crier « à mort le capital » n’est en soit pas représentatif du rapport de force actuel. Vous fustigez à juste titre le capitalisme financier. Le capitalisme productif est également attaqué de toute part. Un capitalisme social est à construire. 
          Les banques de dépôt devraient également être gérées par l’Etat, comme une sorte de service public. La création monétaire aussi, bien evidémment.
          Je ne vois qu’une union des souverainistes, appelez-le comme vous voulez, pour nous tirer de là...
          Bonne journée

        • Henri Francillon Henri Francillon 11 mai 2012 17:28

          @ Cocasse : très joli et très juste, voici la mienne (qui n’est d’ailleurs pas de moi) :
          « Si tu veux changer le monde, commence par toi-même ».


        • jaja jaja 11 mai 2012 17:38

          Je ne fustige pas le Capital financier je fustige le capitalisme tout court. Je suis contre et me battrai contre une union du loup et de l’agneau, du prolétaire et de son oligarque de maître, le tout sous le drapeau tricolore de la fausse unité nationale.

          La contradiction principale de nos sociétés de classes est toujours celle qui oppose exploités et exploiteurs, dominés et dominants....

          Nous n’avons ni les mêmes intérêts ni ne sommes dans le même camp...
          Nos drapeaux sont rouges ou noirs et nous ne chantons jamais la Marseillaise mais toujours l’Internationale....


        • Maurice Maurice 11 mai 2012 17:51

          « Nos drapeaux sont rouges ou noirs et nous ne chantons jamais la Marseillaise mais toujours l’Internationale.... »


          Voilà un des problèmes : vous êtes sectaires. Cette Internationale des peuples n’existe pas, et comment voulez-vous qu’elle existe. Toute les révolutions ouvrières sont à chaque fois instrumentalisées par de gens qui ne viennent pas du monde ouvrier. Et ils ne viennent pas non plus des gens de la « bonne » droite, type gaulliste. Des gens qui ont l’intérêt général en ligne de mire.
          Cette union internationale est impossible, car elle sera toujours instrumentalisée, comme cela a toujours était le cas. Diviser pour mieux régner. N’avait vous toujours pas compris cela ?

        • jaja jaja 11 mai 2012 18:13
          Jusque là ce sont les prolétaires qui ont toujours été instrumentalisés y compris pour servir de chair à canon à la bourgeoisie.

          Si c’est être sectaire que de vouloir faire triompher ma classe contre les oppresseurs bourgeois alors oui je suis sectaire. Et il s’agit d’une lutte à mort, d’une guerre comme l’a justement dit Warren Buffet.....

          L’Internationale des peuples n’existe pas encore mais elle se construira au fur et à mesure que les expériences du passé seront tirées et que cette instrumentalisation sera devenue difficile alors que siégeront les Conseils ouvriers, les assemblées générales des travailleurs et des chômeurs et que s’appliquera la démocratie directe garante de l’éviction de toute oligarchie y compris de celle pouvant naître du mouvement ouvrier lui-même...

          Quand à la bonne droite gaulliste sachez que je l’ai combattue en son temps, y compris physiquement dans sa version SAC et CFT et que je ne garde pas un bon souvenir de ces ordures...

          Au sujet du « diviser pour mieux régner » c’est bien ce que font les souverainistes prétendant couper le mouvement révolutionnaire ouvrier des prolétaires eux-mêmes en amenant ses partisans à une honteuse collaboration de classe avec l’ennemi capitaliste et ses valets....

          Pour vous paraphraser : n’avez vous toujours pas compris cela ?

        • Maurice Maurice 11 mai 2012 18:58

          Non ce qui est sectaire c’est de ne pas comprendre l’échelle humaine, de ne pas comprendre qu’il n’est impossible de gouverner démocratiquement une Internationale des peuples. Plus le pouvoir s’éloigne de la base, c’est à dire du peuple, plus il devient anti-démocratique pour finir par devenir totalitaire. Et c’est ce qui ce passe actuellement, avec les multiples attaques que subissent les différents pays dans le monde. 


          Les expériences passées ne changeront rien, car la classe ouvrière n’a jamais réussi à faire émerger un représentant en son sein. Quelqu’un capable de théoriser ses intentions. Car l’échelle humaine est primordiale. Plus le pouvoir sera local, plus il sera juste. Voilà pourquoi il faut plaider pour le souverainisme. 

          Vous êtes dans des rapports aussi qui n’ont plus trop lieu d’être. Avec l’accroissement de l’écart des richesses, qu’est qu’un prolétaire. Il n’y a que les ouvriers vous êtes sur ? Et les innombrables salariés précaires ? Et les intérimaires ? Et les petits entrepreneur qui n’arrive pas à se dégager un salaire, mais qui assume des responsabilités dont vous n’avez pas idée, tout ça pour faire travailler des personnes ? 
          Vous vous dites anti-banque, anti-capital etc... Mais vous avez un compte en banque non ? Vous êtes dans le système ? Vous n’avez qu’à retirer votre argent de la banque ?
          Comme Henri et Cocasse vous l’ont signifiez avec leur citation, il faut faire sa propre introspection personnelle avant de tirer à boulet rouge à tout va. Cela apprend l’humilité déjà, et à partir de là le dialogue peut se nouer.

          Vous ne prenez pas en compte les différences de chacun, voilà pourquoi vous êtes sectaire. Vous ne vous rendez pas compte des gens qui sont dans le même bateau que vous...
          Je remettrai un deuxième cierge pour qu’arrive votre Grand soir, c’est promis. C’est la seule marge de manoeuvre que vous avez pour que cela arrive. 


        • jaja jaja 11 mai 2012 19:26

          "Plus le pouvoir s’éloigne de la base, c’est à dire du peuple, plus il devient anti-démocratique pour finir par devenir totalitaire."

          Bien d’accord avec vous sur ce point. Moi je suis pour la démocratie directe et vous ? J’espère que vous n’êtes pas pour mettre au pouvoir des amis des fascistes du type Asselineau qui fut directeur de cabinet du chef du SAC Pasqua le facho et présent sur les listes électorales du gangster Tibéri ?

          Avec ce genre de politocard...haut fonctionnaire de surcroît, finie la démocratie....


        • Maurice Maurice 11 mai 2012 20:05

          Oui ce n’est pas une mauvaise idée, il faudra en discuter avec Etienne Chouard ! Pour Asselineau, je connais son parcours. C’est vrai qu’il est contestable. Mais ces analyses sur l’Europe sont tout à fait juste. Et son programme est un programme d’économie mixte, mi public, mi privé. Après je ne suis pas fermé, ni un addict à tout pris d’Asselineau. J’aimerai que des gens de gauche comprennent qu’il faut être souverainiste et qu’ils portent ce message. Je pense que déjà on aura fait un a de géant vers « l’Internationale des peuples » Jaja.


        • Maurice Maurice 11 mai 2012 11:04

          Bonjour Brieli67,


          merci pour ce commentaire. Je regarderez vos liens dès que possible.
          Bonne journée

          • Traroth Traroth 11 mai 2012 11:15

            Ça devient ridicule, là... Attendons au moins que Hollande ait pris ses fonctions pour être déçus, voulez-vous ?


            • Maurice Maurice 11 mai 2012 11:33

              Bonjour Traroth,

              n’avons nous pas assez attendu ? Comme j’ai pu le dire, je suis un souverainiste. M. Hollande n’en est pas un. M. Hollande va appliquer la même politique (au niveau international) que son funeste prédécesseur. Qui vivra, verra. 
              Et comme j’ai u le dire depuis le début, je laisse le bénéfice du doute à F. Hollande. Je pointe juste les décisions importantes qu’il devra prendre dans quelques jours, pour que les citoyens soit vite fixé sur sa volonté de « changer maintenant ». 
              Je veux bien manger mon chapeau dans le cas contraire. A dans un mois !

            • Traroth Traroth 11 mai 2012 11:45

              « n’avons nous pas assez attendu ? » : Ahhh, donc, comme vous avez assez attendu, vous critiquez la politique de Hollande alors que Hollande n’a encore rien fait. Mais j’imagine que c’est de sa faute, s’il n’a encore rien fait, non ?

              « Qui vivra, verra » : Mais c’est ce que je me tue à vous dire !


            • Maurice Maurice 11 mai 2012 16:16

              @ traroth

              Je ne critique pas bêtement et simplement. J’apporte mon point de vue sur ce que sera l’action de Hollande au regard de son passé, de son action politique antérieure, de ses déclarations, de ses prises de position. Je met tout cela en balance avec ce vers quoi nous devrions aller (pour moi une renaissance des Etats-Nations) selon mon humble avis. Et voilà cet article ! 
              Qui vivra, verra : Hollande aka K !

            • oufti 11 mai 2012 11:21

              Durant sa campagne, François Hollande nous a répété à maintes reprises que son principal ennemi était le monde de la finance.

              Nous allons donc pouvoir le juger sur pièce durant ces 5 années à venir.
              (Je n’y crois pas mais bon....)


              • Maurice Maurice 11 mai 2012 11:35

                Bonjour oufti,

                ça c’est ce qu’il nous a dit. Les promesses n’engagent que ceux qui les croient. Moi je retiens plutôt ce qu’il a dit à la City : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/hollande-veut-rassurer-la-city-mais-agace-melenchon-et-ses-amis_1082378.html

                Bonne journée 

              • oufti 11 mai 2012 11:50

                Bonjour Maurice.

                En effet, petit retournage de veste à la City. Je ne l’ai pas oublié.
                C’est pour cela que je ne le crois pas.

                J’espère qu’il se positionnera très rapidement sur ce sujet. Ca aidera sans doute les électeurs à voir où se trouve la VRAIE gauche.

                L’humain d’abord !!
                WE are dangerous !!!


              • lambda 11 mai 2012 12:18

                 

                Ne trouvez vous pas sa compagne V.Trierweiller OMNIPRESENTE ? ?


                • Maurice Maurice 11 mai 2012 16:19

                  Bonjour lambda,

                  je ne sais pas. Je n’ai pas trop d’avis sur cette question. Cette dame a une certaine classe, elle fait bien première dame. Après je ne serais que vous dire ! 

                • Soi Même 11 mai 2012 14:06

                  Il y eu trop de débat qui on été étouffé dans cette campagne, pour que certain ce rendent compte combien , ils ont été gruger.

                  C’est quand ces mesures vont devenir véritablement effectives, qui vont ceux rendre compte ils sont les dindons de la farces ! Le paon de gauche n’a pas encore réalisé, que ses plumes du croupion à été plumé !


                  • Maurice Maurice 11 mai 2012 16:22

                    Bonjour Soi Même,

                    effectivement, cette campagne a été une véritable farce. Au raz des paquerettes et encore je pense être loin du compte. La finance va reprendre ses droits. L’austérité nous devrons l’affronter, mais pour cela nous devons avoir un projet en commun. Un nouveau contrat social. Et je ne vois rien de tel venir...
                    Bonne journée

                    • Maurice Maurice 11 mai 2012 16:34

                      La barbe ne lui va pas...


                    • LE CHAT LE CHAT 11 mai 2012 16:16

                      il a parlé de justice , j’attends de voir s’il va fermer les yeux sur les magouilles de ses petits copains comme il l’a fait pendant 10 ans à la tête du PS smiley


                      • Maurice Maurice 11 mai 2012 16:34

                        Bonjour le chat,

                        il et vrai que ce genres d’agissements doit cesser. Nous devons à tout pris bouleverser ce clivage droite/gauche. La vraie opposition politique doit être souverainiste/mondialiste. Pour cela une partie de l’électorat du Front de Gauche et du Front National devront s’unir, comme sur le modèle de l’entente entre les gaullistes et les communistes. Nous y avons tout intérêt car nous sommes dans le même bateau... Pour cela il va falloir apprendre à se parler, mais surtout à pousser les représentants de ces deux partis à aller au bout de leur logique, pour voir s’ils ont vraiment l’intention de porter la parole souverainiste comme elle devrait l’être. Comme nous la voulons, pour beaucoup d’entre nous. 
                        Bonne journée

                      • Yohan Yohan 11 mai 2012 23:51

                        « Justice, plus on en parle, plus on s’en éloigne ».. c’est de moi aussi


                      • Maurice Maurice 12 mai 2012 02:23

                        Il est vrai qu’avec le nombre d’enfumeur, cela devient difficile d’y voir clair...


                      • Henri Francillon Henri Francillon 11 mai 2012 17:35

                        Bonsoir Maurice, je partage vos craintes mais pas ceci : « les français ont clairement exprimé un rejet de la trajectoire prise par notre pays au cours des trente dernières années ».

                        À mon avis les Français ont au contraire montré qu’ils étaient plutôt satisfaits de la situation, puisqu’ils ont le plus simplement opté, à une courte majorité, pour l’autre face de la médaille du même système économico-politique, l’écrasante majorité plébiscitant ce dernier.
                        S’ils avaient vraiment voulu en finir avec cette trajectoire ils avaient le choix au premier tour mais, las, ils ont préféré faire confiance à un système qui visiblement ne leur convient pas si mal.
                        Autrement dit : faudra pas nous plaindre.


                        • Maurice Maurice 11 mai 2012 17:41

                          Bonsoir Henri,

                          Merci pour votre commentaire. Mais ne croyez-vous pas que les français qui ont voté Hollande, l’ont fait parce qu’ils croyaient que c’était l’homme anti-système ? L’enfumage est tel que l’on n’identifie pas les vrais problèmes, et les vrais fauteurs de troubles économiques. C’est sur cette idée de souveraineté qu’il faut insister. Il faut la démocratiser ! Petit pas, par petit pas ...
                          Insister sur le nouveau clivage politique qui doit exister entre souverainiste et mondialiste. Tout est à construire. 
                          Bonne journée

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès