Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’Empereur Mélenchon joue si bien de la flûte !

L’Empereur Mélenchon joue si bien de la flûte !

Jean-Luc Mélenchon, Président du Bureau National du Parti de Gauche semble être la seule voix audible du Front de Gauche, qui jusqu'à preuve du contraire est une coalition des partis politiques suivants :

Parti communiste français,
Parti de gauche ,
Gauche unitaire ,
Fédération pour une alternative sociale et écologique ,
République et socialisme ,
Convergences et alternative ,
Parti communiste des ouvriers de France ,
Gauche anticapitaliste ,
Les Alternatifs

Cela est autant un fait médiatique que programmatique, puisque les deux grandes publications (outre les livres de Jacques Généreux) qu'a édité le Front de Gauche sont respectivement "le programme du Front de Gauche et de son candidat commun Jean-Luc Mélenchon", et "qu'ils s'en aillent tous", toujours de Jean-Luc Mélenchon.

Pierre Laurent, Marie-Georges Buffet, Rachel Lafontaine, Myriam Martin, Lucien Jallamion, Yves Salesse, Christian Picquet sont quasiment, pour ne pas dire totalement absents de la sphère médiatique. Et il est assez amusant que certains des partis croupions composant le Front de Gauche n'aient même pas de représentants. A se demander si ce sont des partis de figuration pour inventer un grand Front de Gauche, quand ce mouvement est en vérité la coalition de trois grandes composantes : Les communistes à la botte du P.S, les Anti-Capitalistes (et pro-rien-du-tout) déçus du N.P.A, et les Socialistes Républicains suivant la ligne de Chevènement.

Rassemblement de partis oui, mais l'autorité légitime unique, c'est Jean-Luc Mélenchon. Un programme oui, mais uniquement celui de Jean-Luc Mélenchon donc.

On me rétorquera que cela n'est pas vrai, que le Front de Gauche a le culte du débat, de l'horizontalité de la réflexion collective, ce à quoi je rétorquerais que j'ai quelques doutes là dessus. Des doutes notamment étayés par un témoignage plutôt précis d'un ancien militant, ou encore sur le débat concernant l'euro et même de l'appartenance à l'Union Européenne puisque plus d'un tiers des sympathisants de la coalition semblent réellement eurosceptiques, comme le montre l'étude Ifop suivante. Ces derniers ne semblent pourtant pas entendus. 

Tout du moins, si l'on entend souvent parler des querelles de clocher entre le PCF et le Parti de Gauche, des débats sur l'euro où les partisans et les opposants se crêperaient le chignon cordialement, cela semble moins digne d'intérêt à colporter que les questions de boutiques. Pour aller jusqu'au bout de l'argument, il est notable de constater que dans une coalition rassemblant des communistes et des socialistes, le Mpep, le P.R.C.F et le P.O.I, ne soient pas invités ou du moins cités. Ces partis politiques défendant globalement les mêmes points de vue sociaux que le Front de Gauche, ont été jusqu'au bout de l'analyse critique de l'U.E et l'euro en proposant de démanteler l'Union Européenne. Position peut être trop "maréchaliste" pour Sieur Mélenchon comme précisé à la 25 ème minute sur ce lien.

Monsieur Mélenchon expliquait dans cette interview, que le Front National en proposant de sortir de l'euro tout en acceptant la dévaluation de notre monnaie nationale, ne redresserait pas les salaires pour contrebalancer la baisse du pouvoir d'achat induite par la dévaluation (forcément liée à de l'inflation par des emprunts directs à notre Banque Centrale). Je ne suis pas et ne serais jamais électeur du Front National, en revanche, j'ai vérifié directement sur leur site :

  1. La revalorisation des revenus des salariés des sociétés privées
    L’impôt sur les sociétés sera modulé pour inciter les entreprises à adopter une politique salariale plus généreuse et distribuer davantage de leurs profits à leurs salariés.

    Une réserve légale de titres sera instaurée. Elle sera un moyen de reconnaître au personnel une part de propriété dans l’entreprise, sans droit de vote, mais permettant le versement de dividendes.


    Rétablissement de l’échelle mobile des salaires : les salaires devront être indexés sur l’inflation, pour éviter des pertes de pouvoir d’achat annuelles parfois égales à 3%.

En clair, le Front National souhaitant bien rétablir l'adossement des salaires à l'inflation, à minima ne ferait perdre aucun pouvoir d'achat aux Français, par la reprise de contrôle de notre monnaie nationale. C'est donc un mensonge minable de la part d'un homme qui se montre pourtant bon pédagogue sur tant d'autres questions. Mais comme le P.S est un parti de copains libéraux et européïstes dont beaucoup fréquentent la même loge maçonnique que M. Mélenchon, on leur donne des voix. A l'inverse, le F.N, malgré de nombreuses de thèses sociétales clivantes est tout de même bien plus en phase avec la protection économique et sociale de la population, mais doit demeurer l'épouvantail sur lequel il faut focaliser les sympathisants de gauche, un petit mensonge glissé dans une interview ne fera pas de mal puisque très peu de Français vérifient les dires de leurs représentants.

Plus affolante est la contradiction émise par M. Mélenchon qui dans la même interview édicte qu'il faut faire baisser la valeur de l'euro par l'inflation, en laissant les pays emprunter directement à la B.C.E (vers la 15ème minute), et qui se contredit ensuite en disant (à propos de Mme Le Pen), "on sort de l'euro, avec une petite monnaie qui nous coûtera affreusement cher".

On ne peut pas d'un côté prôner la dévaluation de l'euro par l'inflation, et en même temps critiquer une monnaie perdant de sa valeur. A partir de là, il est intéressant de rentrer dans le dur, et plus seulement sur les déclarations de presse.

Je vais m'appuyer pour cela sur le programme du Front de Gauche (l'humain d'abord) car il est sensé être le programme de toutes les composantes du Front de Gauche, et non celui de Jean-Luc Mélenchon (ce qu'infirme pourtant le titre même du livre) :

Rappelons donc (bien que cela ne soit pas notifié dans le programme du FdG), que les pays du sud qui sont dans la zone euro ont besoin de dévaluer. Jacques Sapir a d'ailleurs fait une étude très instructive pour évaluer les dépréciations nécessaires pour chaque Etat-Membre de la zone euro recouvrant sa monnaie nationale. On notera que l'Allemagne appréciera au contraire sa monnaie.

Ceci semble parfaitement compris par le Front de Gauche, puisque page 74 du programme, il est écrit :

" Nous agirons pour la souveraineté monétaire et financière des peuples"

Dans ce cas, je suppose que M. Mélenchon et les partisans du Front de Gauche comprendront que cette Souveraineté Monétaire, est autant un droit pour les Africains qui sont sous l'empire du Franc C.F.A, que pour les Grecs et les Portugais qui sont sous l'empire de l'euro. Il parait naturel de laisser ces derniers quitter la zone euro et dévaluer en fonction de leurs besoins propres puisque leurs nécessités économiques sont très différentes d'un pays à l'autre.

Cependant, nous savons que M. Mélenchon tient visiblement à ce que la zone euro survive, ou à défaut se scinde en deux (ce qui ne changerait rien au problème de fond) et par voie de conséquence, n'autorise pas cette Souveraineté Monétaire. Car si la France récupérait sa monnaie nationale, elle dévaluerait jusqu'à être à peu près à parité avec le Dollar US, quand la Grèce se rapprocherait d'une monnaie s'échangeant à un taux de 1,65 Drachmes pour 1 $

L'Europe n'est pas homogène en matière économique, fiscale, salariale, et je fais confiance aux sympathisants du Front de Gauche pour comprendre ces questions de différences de valeurs des monnaies au sein du continent à partir de notions techniques et non idéologiques. 

Donc, Souveraineté Monétaire pour les pays, oui, mais pas ceux de la Zone Euro et cela va même plus loin encore dans la contradiction puisque page 36 du programme, voila ce que nous pouvons lire :

"Simultanément à ces actions pour une autre utilisation de l'euro en France, en Europe et dans le Monde, nous prendrons des initiatives pour mettre fin à la domination des Etats-Unis sur le système monétaire international avec la création d'une monnaie commune mondiale alternative au dollar".

Une monnaie commune mondiale ? Les capitalistes et particulièrement aux U.S.A en rêvent, M. Mélenchon peut le faire !

Accordons lui le bénéfice du doute, et arguons qu'il souhaitait simplement dénoncer l'hégémonie du pétro-dollar. Mais dans ce cas, pourquoi avoir soutenu l'intervention militaire contre Kadhafi ? Les sympathisants du Front de Gauche un peu renseignés sauront que le "tyran" soutenait la création d'un dinar-or au bénéfice de toute l'Afrique, qui aurait brisé net l'hégémonie du pétro-dollar et amélioré très clairement le niveau de vie des Africains, peut être autant qu'en Libye sous l'ère Kadhafi justement.

Donc il faut se battre contre le Dollar, mais préconiser les bombes contre une Nation qui bâtissait une mesure technique et profondément sociale pour terrasser la dictature du billet vert ? Mais de qui se moque t'on ?

Les contradictions ne s'arrêtent cependant pas là. Page 32 du programme, nous pouvons lire ceci :

"Reprise du contrôle des capitaux aux frontières de l'Union Européenne"

S'il est vrai que des capitaux fuient des pays périphériques vers des destinations plus ou moins exotiques, du fait que l'article 63 du Traité de Lisbonne le permet, le problème de la fuite des capitaux est en vérité majoritairement intra-européen, comme le démontrent parfaitement les soldes Target 2 expliqués par Olivier Berruyer.

Mais encore une fois, arguons que M. Mélenchon réfléchit en considérant que la B.C.E pouvant réinjecter les liquidités sortantes automatiquement, le problème des créances entre Banques Centrales ne se poserait plus. Mais (car il y'a toujours un mais avec M. Mélenchon), lorsqu'on évoque l'idée d'une 6ème République et que l'on fait des grands discours sur la Souveraineté des Peuples, il y'a une contradiction flagrante entre faire de l'euro non plus une monnaie commune (ce qu'elle est aujourd'hui) pour la transformer en monnaie unique en réformant la politique de la B.C.E.

 

Car M. Mélenchon va très loin dans l'enfumage de ses partisans peux au fait de l'économie et des questions constitutionnelles. Si l'Union Européenne devient capable de battre monnaie cela reviendrait à dire que la Souveraineté Monétaire, notamment sur la question du droit de regard des citoyens concernant l'endettement public de leur propre pays, n'existerait plus. 

Eh oui, lorsque la dette bien qu'émise en "euro" reste Française, Espagnole, ou Néerlandaise, cela signifie que les peuples ont encore un droit de regard et de gestion au niveau national de leur propres déficits. Si toutes ces dettes deviennent une seule, il faut un budget commun, une fiscalité commune, un très improbable SMIC commun, et l'abolition de l'idée même que nous aurions au sein de nos pays, un contrôle sur toutes ces questions. Tout se jouerait à l'échelon Européen. Et c'est ce que ces affreux "Maréchalistes" d'eurosceptiques ont bien compris contrairement aux sympathisants du Front de Gauche qui pensent militer pour la Souveraineté des Peuples, alors qu'ils militent en fait pour un véritable fédéralisme Européen.

Allez détricoter des dettes confondues en une seule émise par l'Union Européenne en cas de rupture (plus qu'annoncée) de l'U.E et décidez qui prend à sa charge quoi. Rien de mieux pour générer une bonne guerre entre pays qui n'auraient aucune vocation à se disputer en restant souverains sur leur dette publique. Je rappelle que l'article XIV de la Déclaration des droits de l'Homme de 1789 précise :

"Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée".

 

M. Mélenchon souhaite abolir la France en tant que pays. Et si j'adhère au principe de Constituante, la 6 ème République de M. Mélenchon est une énorme farce, puisque le programme du Front de Gauche impose sans en dire le nom, un fédéralisme Européen.

Mais pour les quelques fous qui ne comprennent toujours pas ce qu'est la réalité de l'Europe, sachez que les "États-Unis d'Europe" est un mythe qui a plus à voir avec le Mondialisme des ultra libéraux ou le Soviétisme de Staline. Les États-Unis d'Amérique ont une langue commune (qui devient peu à peu celle de l'U.E), et une Histoire commune si l'on veut éluder son passé Indien. Ce n'est absolument pas le cas de l'Europe. Voila pourquoi l'U.R.S.S s'est effondrée malgré une politique économique et une monnaie commune. Et voila pourquoi l'U.E finira démantelée aussi.

Évoquons enfin un dernier volet économique, à savoir la question du protectionnisme. Page 40 du programme, on peut lire :

"La France agira pour l'institution de protections et de normes sociales et environnementales communes aux Européens, face à la pression des capitaux et des productions à bas coût sur les marchés mondialisés"

Rappelons nous, il y'a quelques mois à peine, la marionnette Montebourg tempêtait auprès de la très libérale Commission Européenne non élue, contre les importations des véhicules Coréens menaçant notre industrie automobile nationale.

Sauf que c'est très justement que les autorités et constructeurs Coréens ont fait remarqué que le gros des importations de véhicules Coréens de la France, se faisait directement au sein de l'U.E. Puisque la plupart des usines de montage se trouvent dans les pays de l'Est comme la République Tchèque ou la Slovénie où le coût de la main d'oeuvre est bien moins élevé qu'en France.

La question du protectionnisme ne se pose donc à l'échelon Européen, mais bien à l'échelon National. Quant au SMIC Européen, outre que jamais les Allemands n'accepteront jamais une telle vue Franco-Française sur la question, quelle en serait sa valeur si malgré tout l'Empereur Mélenchon arrivait à l'imposer à 28 pays différents ?

La modeste Pologne devrait renier son atout compétitif en s'imposant une hausse brutale de son SMIC à 1500 € qui serait alors le même que celui de la France et de l'Espagne pour l'occasion ?

Car le salaire minimum d'un Polonais qui se situe autour de 400 € ne l'empêche pas de jouir d'un train de vie à peu près similaire à un Smicard Français qui touche 1200 €. Ce n'est pas le chiffre qui compte, c'est ce qu'on peut payer dans son pays avec ce chiffre. Voila pourquoi la plupart des pays de l'Est ne veulent pas augmenter fortement leurs salaires, tout comme la très libérale Allemagne considère que les salaires se négocient autrement. Les Français vivant à proximité de l'Allemagne et travaillant de l'autre côté du Rhin le font car ils sont mieux payés qu'en France. Tous ceux qui vivent en Alsace le savent bien. Il serait long d'expliquer ici les avantages et inconvénients du SMIC, d'autant que pour ma part, je milite pour un Salaire de Vie et la fin du Salariat. Mes vues sociales sont bien plus à gauche que M. Mélenchon, mais contrairement à lui, je ne souhaite pas imposer aux Allemands mes points de vue économiques. Je souhaite imposer ma part de Souveraineté à mes représentants en France.

Il ne faut pas oublier qu'un Traité d'inspiration Merkel ou d'inspiration Mélenchon, reste une doctrine économique unique et imposée à différents peuples. Où est la diversité et la richesse de l'Europe là dedans ? Où sont les exemples à prendre ? Car un pays réellement Souverain n'a aucun Traité pour lui imposer sa politique commerciale, monétaire et sociale en fonction de ses propres fondamentaux et de l'intelligence de ses dirigeants. Je préfère que la Grèce m'inspire par une innovation fiscale, monétaire ou douanière, que lui imposer une même monnaie et une même doctrine économique qui m'empêcherait de voir fleurir des initiatives intéressantes dans ce pays ou ailleurs en Europe.

M. Mélenchon n'est donc pas "Européen", c'est un Européïste, et je dirais même un pur Mondialiste. Pour valider cette thèse, je souhaite évoquer succinctement les propositions sur l'immigration du Programme de M. Mélenchon qui à travers une logorrhée Bisounours, vise clairement à détruire toujours un peu plus la France. Il n'y a en effet pas besoin de verser dans la xénophobie de certains partisans du F.Haine pour comprendre que la vision de l'immigration de M. Mélenchon est totalement antisociale tant pour les Français que pour les migrants qui succomberaient aux sirènes socialo-bobo-mondialistes de la France ouverte aux quatre vents.

Que M. Mélenchon dénonce le Franc C.F.A dans son programme (il n'en parle pas), qu'il évoque le projet Transaqua, la Grande Muraille Verte, le Micro-Crédit et les cultures vivrières à financer en Afrique, plutôt que de suggérer à des cerveaux et de la main d'oeuvre dont l'Afrique a besoin, de venir diluer encore et toujours plus notre unité nationale, en important des repères culturels qui aussi nobles et fascinants qu'ils puissent être, ne sont pas les nôtres.

Si je vais en Afrique, en Inde ou au Vénézuela, c'est pour m'imerger dans une culture différente de la mienne. Quand un étranger vient en France, c'est pour s'immerger dans une Culture qu'il ressentira comme Française. Et s'il faut sombrer dans la diffamation imbécile qui consiste à qualifier une personne souhaitant réguler l'immigration en France de raciste, de mon côté, moi homme élevé par un Tchadien, je considère que M. Mélenchon est un introphobe, pour ne pas dire un Francophobe.

Notre Peuple est désormais assez riche de sa diversité ethnique et confessionnelle, pourquoi vouloir à tout prix le confronter constamment à des pertes de repères culturels par une immigration encensée comme doctrine inaliénable ? 

Quand je vois un Africain qui a traversé la Méditerranée en prenant tous les risques, cela après avoir quitté sa famille, ses amis, pour atterrir en France et dormir sur un banc public en plein hiver, ce n'est certainement pas le Front National que je considère comme raciste et antisocial, c'est bien le P.S, l'UMP et le Front de Gauche qui sont main dans la main dans cette volonté acharnée de faire entrer toujours plus de migrants en France. Sans compter que l'on cultive indirectement le racisme des Français. Quand ils se rendent comptent le jour où ils connaissent des difficultés sociales graves, que la quasi totalité des places hébergement d'urgence ont été pourvues par le 115 aux 75 % de migrants illégaux vivant dans une grande précarité, ces derniers ne comprennent plus pourquoi la France ne les protège pas, mais accorde cette protection à des non nationaux. Pour chaque Français, peut importe son origine ethnique, qui se retrouve à la rue et qui voit un migrant obtenir une place dans un hôtel quand lui n'obtient rien, c'est de la frustration, de la colère et au final de la xénophobie que l'on fabrique.

Je ne pouvais éluder cette dernière partie du programme lisible sur la page 57 revendiquant que "l'immigration n'est pas un problème". Effectivement, une petite dose d'immigration n'en est pas un. Mais un flux massif et constant de migrants est au contraire un très gros problème. Et si dire cela fait de moi un "raciste", alors je souhaite savoir si le Peuple Suisse qui majoritairement pense comme moi est lui aussi raciste ? Est ce que ce même peuple qui n'est ni dans l'euro, ni dans l'U.E va mal socialement, économiquement, démocratiquement ? Est ce que deux cent ans de neutralité totale vis à vis du reste de l'Europe ont généré un seul Suisse mort au Front ou dans une chambre à gaz ?

C'est la question que devraient se poser tous les partisans du Front de Gauche, car je l'affirme haut et fort, M. Mélenchon vous ment ! Vous vous laissez embobiner par un Franc Maçon dont l'idéologie est totalement mondialiste qui ne prévoit d'ailleurs pas dans son projet de Constituante que ce qui peut se discuter dans les loges maçonniques comme d'autres groupes fermés où se côtoient des politiciens véreux, soient soumis à la connaissance du public.

Quand vous rentrez dans une église, une mosquée ou une synagogue, vous avez la possibilité de savoir ce qui est discuté. Une toute petite minorité de Français sont Francs Maçons, et vous ne savez pas quelles sont les doctrines "religieuses" qu'ils défendent. Nos politiciens sont ils représentatifs de la Nation quand la majorité d'entre eux sont Francs Maçons ? 

Plutôt que de crier au conspirationisme chaque fois que la question est soulevée, ayez le courage d'exiger à votre icône qu'il justifie ses contradictions et vous invite dans sa loge pour constater à quel culte M. Mélenchon se livre exactement. Il ne s'agit pas d'interdire la Franc Maçonnerie, mais d'EXIGER la Transparence totale en Démocratie. Quand on réfléchit à une "6 ème République", on ne peut absolument pas éluder une telle question.

Que les partisans du Front de Gauche pour qui en dépit de la virulence de mon texte, j'ai énormément d'amitié et de zones de convergences, s'imposent le devoir de réflexion critique sur tous les thèmes abordés dans ce billet. Chaque sympathisant de Gauche est un individu doué d'un cerveau. Vous ne couchez pas avec Mélenchon, vous ne ferez pas votre vie avec, et très probablement, vous ne le rencontrerez jamais. Raisonnez avec votre esprit, pas avec les idéologies que l'on veut vous forcer à répéter comme des perroquets.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.84/5   (141 votes)




Réagissez à l'article

154 réactions à cet article    


  • Peggy 15 mai 2013 12:32

    Une vue d’esprit bien étroite.


    • Le printemps arrive Le printemps arrive 15 mai 2013 13:43

      On peut quand même avancer que l’auteur est moins grotesque que certains.
      Dans l’échelle négative, il a fait un bel effort !

      Pour moi, le compte n’y est pas.

      Un exemple : la visibilité des autres interlocuteurs du fdg. Savez-vous que ce sont les médiacrates qui font le programme et qui choisissent qui ils invitent (voir affaire Taddéï) ?


    • amiaplacidus amiaplacidus 15 mai 2013 13:55

      Ce n’est pas une vue d’esprit étroite, c’est simplement un tissu d’inepties et de mensonges.

      Un seul exemple la comparaison avec la Suisse, situation que je connais bien, j’habite proche de la frontière.
      Effectivement, il y a en Suisse un mouvement contre les étrangers et contre les frontaliers français en particulier.
      Mais il y a une différence flagrante avec la France, en Suisse, plus de 21 % d’étrangers (sans compter les quelques 300.000 frontaliers dont environ 150.000 français. Alors qu’en France, on entend hurler les ânes comme l’auteur, alors que la France n’a que 10,7 % d’étrangers, soit deux fois moins que la Suisse. Toute comparaison n’est pas raison.

      @l’auteur,

      Croyez-vous qu’il soit drôle pour un français en Suisse d’entendre sans cesse des vannes sur les clowneries de Sarko, sur l’inertie de Hollande, sur la corruption des politiques français (d’autant moins drôle que certaines de ces remarques sont pertinentes ) ?

      Croyez-vous qu’il soit drôle d’entendre de « fines » plaisanteries du genre : « pourquoi la Suisse n’aurait-elle pas un ministre de la marine, la France a bien un ministre des finances » ?

      Croyez-vous qu’il soit drôle pour un français en Suisse, de se faire traiter de « frouze » (je pense que là, on peut ressentir ce que ressent un magrébin traité en France de bronzé ou de melon) ?

      Alors, oui, certains Suisses sont xénophobes (plus que racistes d’ailleurs), tout comme vous, J.P. Basquiat, qui êtes non seulement xénophobe, mais terriblement raciste.

      Au surplus, dernière remarque, si la Suisse expulsait les travailleurs français, établis ou frontaliers (en admettant qu’elle le pusse), il y aurait plus de 300.000 chômeurs de plus en France.


    • amiaplacidus amiaplacidus 15 mai 2013 13:59

      ERREUR calamiteuse : l’auteur est Malthus et non pas , J.P. Basquiat !


    • efzed 15 mai 2013 14:51

      @ amiaplacidus

      Sachez qu’en Suisse on n’obtient pas la nationalité par le droit du sol comme en France, cela signifie que si une famille italienne est né en Suisse depuis plusieurs générations, elle restera italienne et donc étrangère (sauf si elle en fait la demande et paye la prix exigé), en France celle-ci serait depuis longtemps française gratuitement et automatiquement.

      Ainsi les « 21% » d’étrangers suisse ne sont pas comparable avec les « 10.7 » d’étrangers français. Toute comparaison nest pas raison comme vous dites.

      Qu’il y est en Suisse un mouvement contre les français frontalier n’est pas choquant, car les frontaliers provoquent une baisse des salaires et une hausse de chômage en suisse, même si évidemment la Suisse n’est pas à plaindre.

      Que les suisses défendent la Suisse, ne font pas d’eux des racistes. Si les suisses avaient ouvert leurs frontières, comme nous l’avons fait en France, elle n’existerait déjà plus.

      Frontalier, comme vous, je reçois souvent des moqueries sur Hollande et Sarko, je le prend avec le sourire, car ces moqueries sont totalement justifiées. Ces marionnettes européistes font honte à la France et aux français. Ce sont des traitres que les français laissent gouverner depuis 40 ans. Il y a quelques années, on les aurait décapité pour moins que cela.

      Malheureusement, Mélenchon, comme le démontre l’auteur ne vaut pas plus qu’eux.

       


    • Onecinikiou 15 mai 2013 15:09

      « Mais il y a une différence flagrante avec la France, en Suisse, plus de 21 % d’étrangers (sans compter les quelques 300.000 frontaliers dont environ 150.000 français. Alors qu’en France, on entend hurler les ânes comme l’auteur, alors que la France n’a que 10,7 % d’étrangers, soit deux fois moins que la Suisse. Toute comparaison n’est pas raison. »


      Comme vous dites, comparaison n’est pas raison. Sans doute que la structure des populations immigrés en Suisse, leurs origines géographiques et culturelles, leur niveau de vie et bagage intellectuel originellement, n’est pas la même comparativement à un pays comme la France.

      D’autre part 12 millions d’immigrés et leurs descendants en France ce n’est plus 10% du total de la population, mais bien plus proche de 20% :


    • appoline appoline 15 mai 2013 19:20

      A la différence que la Suisse ne récolte pas tous les traînes savates, ce qui n’est pas le cas de la France.


      Que les suisses se moquent de nous, c’est normal, vu que nous ne sommes que des brêles qui ne savons que nous plaindre.

    • Shade 15 mai 2013 19:53

      C’est un phénomène Européen, il faut bien le comprendre (l’exception ne fait pas la règle). 

      Et quand on l’a constaté et bien compris, il ne reste que deux explications : a) le complot ou b) l’incurie politico-économique généralisée.

    • Onecinikiou 15 mai 2013 21:40
      Connaissant l’arrière-fond idéologique de nos chers z’élites mondialisées, j’opte volontiers pour le complot :

      http://french.ruvr.ru/2013_05_14/L-IMMIGRATION-DE-REMPLACEMENT-quand-l-ONU-et-l-UE-organisent-la-disparition-des-peuples/

    • Scual 15 mai 2013 12:38

      Cet article est une énième manipulation cherchant à faire passer le FdG pour ce qu’il n’est pas.

      On y trouve des attaques gratuites (à la botte du P.S, Anti-Capitalistes et pro-rien-du-tout...)

      Des accusations sans fondement : « l’autorité légitime unique, c’est Jean-Luc Mélenchon. Un programme oui, mais uniquement celui de Jean-Luc Mélenchon ».

      Des manipulations comme par exemple cette histoire d’euroscepticisme fourre tout qui irait à l’encontre de la stratégie européenne du FdG. Manipulation habituelle des Tina et du tout ou rien. En effet le programme européen du FdG voulant changer l’UE de fond en comble ça veut dire quoi, qu’on est pour ou contre l’UE ? Est-ce que ça ne vient pas en réalité PROUVER que le FdG est profondément eurosceptique ET pro-européen ? La réponse est oui. C’est parceque’on est pro-européen qu’on déteste l’UE actuelle, eurosceptique ça ne veut rien dire et essayer de créer une division fictive sur ce sujet montre une envie de nuire et une mauvaise foi absolue.

      Mais ce n’est pas tout puisque c’est suivi de la méthode utilisation d’un exemple unique élevé en généralité, méthode d’une objectivité digne du niveau d’un JT de TF1... bon allez pas la peine de pousser plus loi, poubelle.


      • taktak 15 mai 2013 14:12

        "En effet le programme européen du FdG voulant changer l’UE de fond en comble ça veut dire quoi, qu’on est pour ou contre l’UE ? Est-ce que ça ne vient pas en réalité PROUVER que le FdG est profondément eurosceptique ET pro-européen ? La réponse est oui. C’est parceque’on est pro-européen qu’on déteste l’UE actuelle, eurosceptique ça ne veut rien dire et essayer de créer une division fictive sur ce sujet montre une envie de nuire et une mauvaise foi absolue.« 

        Vouloir appliquer un programme progressiste dans le cadre de l’UE c’est une escroquerie car l’UE est conçue depuis le traité de Rome (sacralisant l’inflation zéro et la suprématie en tout domaine du capital) pour écraser les travailleurs et mettre en concurence les peuples. Dire que vous la réformerez, c’est réver à voix haute : pour réformer les traités il faut l’unanimité des 27 pays, donc 27 pays (dont ceux du »nord") qui devraient être en même temps sur la même ligne progressiste que le FdG, et ce à court terme... Aussi probable que la révolution mondiale chere au trotskystes. Ne serait ce qu’en raison des calendrier électoraux...Qui plus est, c’est oublier de dire que réformer veut en fait dire révolutionner et repartir de zéro puisque tout est pourris depuis l’origine (bon, il faudrait que les sociales démocrates qui ont défendu l’UE depuis l’origine l’admette après avoir 20 ans plus tard admis que Maastricht était aussi funeste que le dénoncer le PC à l’époque...).

        bref, cette question de la position vis à vis de l’UE est essentielle, et il ne s’agit pas de diviser.
        Preuve en est, pour résoudre cette divergence d’analyse, le PRCF avait dans une lettre interroger Mélenchon, lui demandant si il était pret défendre qu’en cas de constat d’impossibilité de réforme à très courte échéance, entre la souveraineté du peuple et l’UE, il choisirait le peuple en sortant de l’UE et de l’euro dans le cas où le FdG arriverait au pouvoir. Aucune réponse autre que celle de Laurent affirmant que l’UE est notre monnaie. Le diviseur, sur cette question, c’est bien le FdG qui pour une adoration dogmatique du fédéralisme européen ou par l’opportunisme de quelques un de ses apparatchiks accrochés au PGE et aux alliances avec le PS, refuse d’adopter une position offensive et crédible sur la question européenne. Se faisant, il se prive du soutien d’une large partie de la gauche, et de la grande majorité de nos concitoyens qui rejettent cette europe qui les baillonne et les exploitent.

        Il faut sortir de l’UE par la porte de gauche, au risque d’y rester tout en ayant le chauvinisme xenophobe et fascisant du FN

        https://www.facebook.com/SortonsDeLunionEuropeenneParLaGauche


      • alinea Alinea 15 mai 2013 22:11

        Mauvaise foi taktak : Mélenchon l’a dit lui-même à Bordeaux je crois ! Je ne l’ai, les ai jamais entendu dire : l’Europe à tout prix ! Oui pour l’Europe des peuples, sinon, rien ! Et ça ne date pas d’hier ; je n’arrive pas à comprendre qu’on en soit au même point des mois après ! On se croirait aux courses, au PMU ; chacun défend son poulain !
        Ça me gave d’une force, qu’aucune discussion sérieuse sur des faits, puisse se tenir ici !


      • citoyen citoyen 16 mai 2013 00:15

        Alinea, ne t’inquiètes pas, ça fait partie du jeu, c’est à nous de rester fermes, conscients et de maintenir le cap, tous ceux qui lâchent en route et basculent vers le « socialisme des imbéciles » sont des esprits faibles, et mieux vaut que les traitres se déclarent le plus tôt possible...la trajectoire d’un Sorel et autres gens de gauche basculant vers le fascisme dans les années trente sont là pour nous rappeler que la tâche est difficile.

        Un conseil, dès qu’un urluberlu frustré trouve l’occasion de parler de l’appartenance à la franc maçonnerie, tu peux considérer que tu as affaire à un esprit faible incapable d’examiner un être dans sa singularité et un système dans sa complexité. ses fantasmes le dépassent et il n’a d’autre argument que les attaques ad hominem.
        l’être humain est libre de prendre part à une association de débats politiques et d’éducation à l’argumentation, ceux qui en ont peur sont des lâches et des incapables. la France serait couverte de sociétés de débats comme en 1789, nous ne serions pas dans la même panade et les petits écrivaillons d’articles de vomissures auraient tôt fait de sombrer dans la dérision.


      • Malthus Malthus 16 mai 2013 01:31

        Pour Alinea, faisons juste une observation factuelle :

        Voix réunies par les eurosceptiques au premier tour des présidentielles :

        Marine Le Pen => 6 421 426 (17,9%)
        Nicolas Dupont Aignan => 643 907 (1,79 %)
        Jacques Cheminade => 89 545 (0,25%)

        TOTAL => 7.154.878 (19,94%)

        Voix réunies par les alter-européïstes :

        Jean-Luc Mélenchon => 3 984 822 (11,10 %)
        Philippe Poutoux => 411 160 (1,15 %)
        Nathalie Arthaux => 202 548 (0,56 %)

        TOTAL => 4.598.530 (12,81 %)

        Abstention + Votes Blancs => 10.145.333

        Quelle génération vote massivement ?

        L’Insee nous informe que le plus faible taux d’abstention se situe dans la génération des gens étant nés entre 1935 et 1965. Soit des gens qui ont respectivement entre 48 et 78 ans.

        http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1411

        Hors, si tu t’amuses à observer la répartition des voix en fonction des couches socioprofessionnelles et des affinités politiques, tu constateras que le Front de Gauche a un « portefeuille » électoral bien diversifié (entre 10 et 12 % pour chaque tranche d’âge et chaque catégorie Socio-Prof.) alors que l’électorat des partis eurosceptiques réussit à réunir plus de 1/3 des voix autant chez les ouvriers que les jeunes.

        A contrario, l’UMP et le Centre droit font le plein de voix chez les personnes relativement âgées, et le P.S est à peu près comme le FdG en terme d’électorat, quoi que réunissant beaucoup de professions intermédiaires et de fonctionnaires (merci les syndicats jaunes)

        On peut déduire quelques observations :

        La Jeunesse et les milieux ouvriers dénoncent massivement les traités européens et l’Euro. Ces C.S.P devraient se retrouver massivement au Front de Gauche, mais ce sont les partis eurosceptiques qui les récupèrent. On le constate aussi fermement à l’UPR puisque j’ai une sympathie distante pour ce parti, qui bien qu’invisible médiatiquement, bénéficie d’une bonne couverture sur les réseaux sociaux par ses sympathisants. La plupart sont jeunes, fauchés et plutôt intellectuels si l’on considère que se taper des conférences de 3 h sur les traités européens et la monnaie est une preuve de curiosité.

        En ne dénonçant pas l’euro, le FdG se coupe donc d’une grande partie de son électorat naturel. La jeunesse qui pourtant est la plus abstentionniste (avec les personnes très âgées), a un petit avantage par rapport à des gens d’un âge intermédiaire :

        Habituée aux études (donc à chercher de l’information et raisonner), et ayant grandi avec Internet au détriment de la télévision (beaucoup de jeunes gens n’ont même plus de télévision), elle est beaucoup plus critique du système, car elle a pris l’habitude de chercher directement l’information, et non succomber au charme des discours des uns et des autres dans les mass médias.

        Voila pourquoi selon moi, elle rejette l’euro massivement, outre qu’elle ne voit pas d’avenir probant avec l’U.E ultra libérale (ce qui est aussi le cas au FdG je te le concède). Les milieux ouvriers pour leur part ont connu les promesses de Maastricht et l’ère du FRANC. Si beaucoup d’ouvriers entre deux âges ne sont pas forcément dans la même démarche de recherche active de l’info sur internet, ils ont quand même fait une déduction simple : l’euro est le symbole des emplois perdus et des bas salaires.

        Au contraire, la génération qui vote massivement est constituée souvent de professions intermédiaires, et ayant grandi avec l’ère de la télévision. Mai 68 (Révolution Libérale s’il en est) est passé par là, ainsi que les 30 glorieuses. En clair, les quinquagénaires ayant réussi leur carrière et les retraités ayant assimilé le fil de l’Histoire européenne à leur bien être social et leur taux d’épargne (celle-ci est très élevée pour les personnes ayant 60 ans et plus et ridicule pour les autres tranches d’âge), considèrent que les partis traditionnels fervents européïstes ne se sont pas trompés. Ajoutons que la spécificité de l’UMP pour la tranche d’âge est que les personnes âgées assimilent la droite d’aujourd’hui à celle qui existait sous De Gaulle. Elle n’a pourtant rien à voir. Les Gaullistes étaient profondément attachés à la Souveraineté de la France et n’aimaient pas trop être catalogués à droite, puisqu’ils considéraient que faire du Social n’était pas une question d’opinion partisane.

        Au delà du clivage imbécile gauche/droite, il y’a donc surtout un clivage « Jeunes patriotes / Vieux Européïstes ».

        Sachant que les anti-Euros rassemblent le plus de jeunes et d’ouvriers, mais aussi le plus de voix au total que les « alter-Euros », c’est une bêtise politique et électorale pour le Front de Gauche que de se couper de son véritable réservoir de voix.

        Car paradoxalement, les ouvriers ont vocation à entendre le programme social du FdG et les jeunes apprécient le programme écologique. Mais ils ne veulent plus entendre parler de l’euro des traités européens. Ils souhaitent que les décisions se prennent à la maison et pas ailleurs.

        Enfin rappelons que nombre d’abstentionnistes ne croient plus en aucun des dirigeants. Une faible partie par ce qu’ils sont bien informés de la réalité, une plus grande partie, par ce qu’ils ne veulent ni de l’alter-européïsme de Mélenchon, ni de la peine de mort de Le Pen, ni de l’U.E et du libéralisme de la clique UMPS.

        Pour ma part, je ne « milite » pas pour que les gens du Front de Gauche déplacent leurs voix vers le Mpep ou l’UPR (qui sont les plus sérieux opposants au Système à mes yeux), mais pour qu’ils acceptent de s’aligner sur tous les opposants plus ou moins sérieux, en considérant que l’euro est bien un putain de Symbole Politique qu’il faut terrasser. Car de cette façon, je soupçonne que le Front de Gauche progressera réellement au niveau de son gisement électoral, soit par vampirisation des voix du F.N, soit par regain d’intérêt de ceux qui ne croient plus en la politique. En tout cas, je fais la promesse solennelle ici que le jour où le Front de Gauche voudra rétablir le FRANC, je prendrais ma carte au Front de Gauche.
         ;)

        Vous ne pouvez pas croire éternellement que vous serez en mesure de rassembler une majorité de Français derrière vous non seulement avec une posture de gauche (donc pas définition chiant sur les électeurs de droite, quand bien même ouvriers), ni en acceptant pas d’acter que les eurosceptiques font plus de voix que vous par ce qu’ils donnent aux Français un Symbole de notre Souveraineté à restaurer : Le FRANC.

        Tant que vous ne capterez pas combien les Symboles ont une importance au delà des arguments économiques, institutionnels, sociaux, etc, vous continuerez de végéter au dessous des 15 % alors que les eurosceptiques du fait de la succession des générations ont vocation à devenir toujours plus nombreux et gonfler rapidement vers les 30 % au moins. Si le FdG s’alignait, nous serions donc tous ensemble plus de 45 % des voix et donc un très sérieux obstacle pour l’oligarchie en place.

        Pour l’autre nunuche qui me traite « d’esprit faible », je te laisse engoncé dans ton monde de bisounours et te souhaite plein d’amour et de lumière dans le culte Franc Maçon que tu sembles bien connaître. Les ânes insultent, les esprits critiques argumentent.


      • Onecinikiou 16 mai 2013 04:47

        La question serait plutôt : pourquoi ne prenez-vous pas dès à présent votre carte au FN ? Car la peine de mort, qui est un épiphénomène, ça fait un peu simplet pour justifier de son ostracisation vous ne trouvez pas ? Surtout après vos réflexions relativement lucides sur la problématique migratoire...


        Je remarque que des gens se refusent à voter pour le FN non pas par non-adhésion à son programme (il le partage bien souvent), mais plus pour des raisons de sciences humaines, voir des raisons psycho-sociologiques. 

        En effet, arriver à dépasser le tabou que le vote FN symbolise (vous qui êtes attachés aux symboles semble-t-il) , après trente ans de longue et patiente diabolisation tout azimut bqui a infusé les esprits mêmes les plus timorés, réclame un courage et honnêteté intellectuels souvent insurmontables pour le quidam. 

        D’où le fait que le FN se cantonne encore, malgré l’entreprise de dédiabolisation opérée par sa présidente, et déjà éléctoralement, à des niveaux qui ne sont pas logiques compte tenu du contexte prédominant, et de la faillite pleine et entière des partis dit de gouvernement. Le FN devrait tout enfoncer, tout balayer depuis quelque temps déjà, mais cela ne se produit pas (ou pas encore). Je crois pouvoir dire que cela est à mettre au compte de la réserve rappelé ci-avant d’une part importante de l’opinion à son endroit. 

        Mais n’oublions jamais que cette réserve est très précisément le produit d’une tentative de disqualification massive qui a en partie réussie (elle aurait eu du mal à échouer compte tenu des moyens et méthodes employés), de campagnes de propagande et de manipulation savamment orchestrées par les tenants du Système, les médiatocrates, la grosse presse, les médias dominants tous détenus par le grand capital ou la Banque (ce qui ruine le postulat de nos illustres imbéciles de la gauche bien-pensante qui consiste à soutenir que le FN serait le masque de la bourgeoisie, alors qu’il est de manière empirique son ennemi principal et prioritaire), les communautaristes les plus anti-républicains, les ligues de vertus antiracistes affiliées à ces derniers, les loges affairistes, et dans une forme de conjonction d’intérêts remarquable, de la part aussi de nos éternels idiots utiles que sont les dignes représentants de la prétendue « gauche radicale ».

        Saurait-on d’ailleurs donner un seul sujet où le FN et ses dirigeants auraient crié avec les loups et les chiens de garde du Système politico-médiatique par le passé ? Aucun, il n’y a pas d’exemple historiques. En revanche un Mélenchon par exemple, et tant d’autres tartuffes, n’ont cessé de crier leur détestation d’un FN qu’ils proposaient même d’interdire (ce qui signe rétrospectivement sa dangerosité intrinsèque non pas pour le peuple français majoritaire, mais très certainement pour tous ceux qui ont mis en coupe réglé ce pays depuis bien trop longtemps et en toute impunité) de concert avec l’ensemble de l’establishment cela non plus ne l’oublions jamais. 

        En définitive le Système sait mieux que quiconque qui est son véritable ennemi. Cherchez le vrai Diable honni, cherchez qui est ostracisé, qui ne manqua pas de subir un « front ripoublicain » pendant que les mêmes imposteurs (pensons à 2002) logeait au gouvernement Jospin le plus privatiseur de toute la cinquième république (après avoir été très confortablement sénateur pendant quinze ans), qui n’a pas voté Maastricht ni cautionné depuis fort longtemps (depuis le début en réalité) les dérives euro-fédéralistes, QUI n’est jamais allé se prosterner au dîner annuel du CRIF (critère numéro 1 de dissidence), QUI refusa les guerres d’ingérence de l’Empire mêmes et surtout quand cela concernait des pays arabes alors qu’on le taxait simultanément de parti raciste et fasciste (la contradiction est imparable), vous saurez alors QUI, de toujours, fut et est le vrai résistant au Système. Celui - ou celle - dont il faut désormais soutenir de tous ses votes et convictions.

      • Malthus Malthus 16 mai 2013 06:03

        Je ne voterais pas et n’adhérerais pas au F.N pour plusieurs raisons, mais avant de les donner, voici l’analyse que je fais de ce parti au moment présent (et non son passé).

        Le F.N est bien un parti Républicain. Il participe aux élections normalement, respecte la sanction électorale, n’appelle personne au meurtre et reste même plutôt courtois face aux attaques incessante de ses adversaires.

        En ce sens, je ne rentrerais jamais dans la diabolisation imbécile de ce parti. Il n’y a rien de fasciste ou de « dangereux » au F.N. En tout cas, comparativement à l’UMP et au P.S, le F.N est clairement plus soucieux du bien être des Français.

        L’électorat du F.N de ce que j’en observe dans les réseaux sociaux se divise en trois grandes catégories :

        1) L’immense majoritairement sont des Français peu instruits mais lassés des problèmes de banlieues autant que d’une politique économique et sociale qui va en se dégradant. Les vues bisounours de la gauche libérale ou réellement sociale sur l’immigration ou les violences urbaines les excèdent, tout simplement par ce qu’ils vivent au quotidien une oppression réelle dans les quartiers où ils ne sentent plus en France. Non du fait d’un problème ethnique, mais plutôt du fait d’une difficulté d’intégration de populations immigrées ou de la violence anti-blanche de certains de leurs rejetons.

        2) Une minuscule frange identitaire et raciste qui cherche un exutoire politique à sa haine

        3) Une frange plus modérée et instruite qui ne considère pas les problèmes de banlieues et d’immigration comme étant de la responsabilité des migrants francisés ou non, mais bien des gouvernements successifs qui souhaitent diluer nos fondamentaux culturels, autant par l’immigration, le pourrissement social et les traités européens.

        C’est avec cette dernière frange que je discute le plus.

        Cependant, mon coeur porte à gauche effectivement pour des raisons sociologiques :

        1) Si je ne suis pas favorable à l’adoption pour de nombreuses raisons, je suis favorable au mariage gay.

        2) Je suis favorable à la légalisation du cannabis pour assécher l’économie souterraine des banlieues et faire cesser une hypocrisie au pays du vin et du tabac en vente libre.

        3) Je suis résolument et farouchement opposé à la peine de mort pour des raisons philosophiques (Un Etat qui tue ses citoyens, quand bien même criminels, ne peut plus prétendre que tuer est un crime)

        4) Si je refuse les dérives communautaristes, je n’ai rien contre l’idée que des mosquées soient construites ou que des églises vides puissent servir de lieu de culte à des musulmans cherchant un endroit digne pour prier et se réunir.

        5) La morale à papa pour me dire comment je dois me conduire me gonfle. La morale ne devrait jamais concerner ceux qui prétendent gouverner. Elle est subjective et les valeurs cathos traditionnelles, je m’en tamponne le coquillage.

        Hors, sur les questions des valeurs, le F.N reste un parti de droite. En outre, sur les questions de planification écologique, le seul parti qui soit réellement performant dans son programme est le Front de Gauche. EELV sont des larbins du Système qui préfèrent expliquer aux Français comment être écolos dans un pays qui se libéralise et perd son âme dans une tour de Babel Soviético-Européïste. C’est juste une farce. Le Front National de son côté développe un programme de Keynésianisme à papa qui élude le fait que nous n’avons que très peu d’années pour nous sortir d’une intoxication au pétrole.

        En outre, le F.N qui aurait sa carte à jouer en reprenant à son compte la rhétorique d’Asselineau sur nombre de sujets (sortie pure et simple de l’U.E et l’OTAN, non clivage des Français sur des sujets de société) préfère pomper et détourner le propos. Comme d’habitude, les dirigeants des partis médiatisés craignent une hémorragie électorale s’ils osent se rapprocher des petits partis plus intellectuels et censurés, alors qu’ils ont besoin de leur expertise pour valider leurs arguments économiques, mais aussi leur ouverture d’esprit.

        Je préfère donc faire de la pédagogie à des gens avec qui j’ai des affinités sociales, sociologiques et économiques réelles, en considérant que la source du blocage électoral est de leur côté, non des partis de droite (DLR et FN) qui ont capté le problème de l’U.E et l’Euro et ne tortillent pas trop du cul sur la question. Si un jour il devait y’avoir une envie des Français de former un C.N.R, ça n’est pas à droite que le problème se posera pour s’ouvrir, c’est à gauche. Car le paradoxe de mes petits copains libertaires, c’est qu’ils perdent eux aussi leur âme de libertaire et d’intellectuels en sombrant dans un fascisme partisan qu’ils ne perçoivent même pas. Ils refusent la Démocratie et le respect des Français qui ont des convictions et des valeurs différentes des leurs, alors que ces derniers sont ouvert au débat, au rassemblement, et sont globalement plus respectueux de leur opposition.


      • Malthus Malthus 16 mai 2013 06:07

        Je ne voterais pas et n’adhérerais pas au F.N pour plusieurs raisons, mais avant de les donner, voici l’analyse que je fais de ce parti au moment présent (et non son passé).

        Le F.N est bien un parti Républicain. Il participe aux élections normalement, respecte la sanction électorale, n’appelle personne au meurtre et reste même plutôt courtois face aux attaques incessante de ses adversaires.

        En ce sens, je ne rentrerais jamais dans la diabolisation imbécile de ce parti. Il n’y a rien de fasciste ou de « dangereux » au F.N. En tout cas, comparativement à l’UMP et au P.S, le F.N est clairement plus soucieux du bien être des Français.

        L’électorat du F.N de ce que j’en observe dans les réseaux sociaux se divise en trois grandes catégories :

        1) L’immense majorité sont des Français peu instruits mais lassés des problèmes de banlieues autant que d’une politique économique et sociale qui va en se dégradant. Les vues bisounours de la gauche libérale ou réellement sociale sur l’immigration ou les violences urbaines les excèdent, tout simplement par ce qu’ils vivent au quotidien une oppression réelle dans les quartiers où ils ne sentent plus en France. Non du fait d’un problème ethnique, mais plutôt du fait d’une difficulté d’intégration de populations immigrées ou de la violence anti-blanche de certains de leurs rejetons.

        2) Une minuscule frange identitaire et raciste qui cherche un exutoire politique à sa haine

        3) Une frange plus modérée et instruite qui ne considère pas les problèmes de banlieues et d’immigration comme étant de la responsabilité des migrants francisés ou non, mais bien des gouvernements successifs qui souhaitent diluer nos fondamentaux culturels, autant par l’immigration, le pourrissement social et les traités européens.

        C’est avec cette dernière frange que je discute le plus.

        Cependant, mon coeur porte à gauche effectivement pour des raisons sociologiques :

        1) Si je ne suis pas favorable à l’adoption pour de nombreuses raisons, je suis favorable au mariage gay.

        2) Je suis favorable à la légalisation du cannabis pour assécher l’économie souterraine des banlieues et faire cesser une hypocrisie au pays du vin et du tabac en vente libre.

        3) Je suis résolument et farouchement opposé à la peine de mort pour des raisons philosophiques (Un Etat qui tue ses citoyens, quand bien même criminels, ne peut plus prétendre que tuer est un crime)

        4) Si je refuse les dérives communautaristes, je n’ai rien contre l’idée que des mosquées soient construites ou que des églises vides puissent servir de lieu de culte à des musulmans cherchant un endroit digne pour prier et se réunir.

        5) La morale à papa pour me dire comment je dois me conduire me gonfle. La morale ne devrait jamais concerner ceux qui prétendent gouverner. Elle est subjective et les valeurs cathos traditionnelles, je m’en tamponne le coquillage.

        Hors, sur les questions des valeurs, le F.N reste un parti de droite. En outre, sur les questions de planification écologique, le seul parti qui soit réellement performant dans son programme est le Front de Gauche. EELV sont des larbins du Système qui préfèrent expliquer aux Français comment être écolos dans un pays qui se libéralise et perd son âme dans une tour de Babel Soviético-Européïste. C’est juste une farce. Le Front National de son côté développe un programme de Keynésianisme à papa qui élude le fait que nous n’avons que très peu d’années pour nous sortir d’une intoxication au pétrole.

        En outre, le F.N qui aurait sa carte à jouer en reprenant à son compte la rhétorique d’Asselineau sur nombre de sujets (sortie pure et simple de l’U.E et l’OTAN, non clivage des Français sur des sujets de société) préfère pomper et détourner le propos. Comme d’habitude, les dirigeants des partis médiatisés craignent une hémorragie électorale s’ils osent se rapprocher des petits partis plus intellectuels et censurés, alors qu’ils ont besoin de leur expertise pour valider leurs arguments économiques, mais aussi leur ouverture d’esprit.

        Je préfère donc faire de la pédagogie à des gens avec qui j’ai des affinités sociales, sociologiques et économiques réelles, en considérant que la source du blocage électoral est de leur côté, non des partis de droite (DLR et FN) qui ont capté le problème de l’U.E et l’Euro et ne tortillent pas trop du cul sur la question. Si un jour il devait y’avoir une envie des Français de former un C.N.R, ça n’est pas à droite que le problème se posera pour s’ouvrir, c’est à gauche. Car le paradoxe de mes petits copains libertaires, c’est qu’ils perdent eux aussi leur âme de libertaire et d’intellectuels en sombrant dans un fascisme partisan qu’ils ne perçoivent même pas. Ils refusent la Démocratie et le respect des Français qui ont des convictions et des valeurs différentes des leurs, alors que ces derniers sont ouvert au débat, au rassemblement, et sont globalement plus respectueux de leur opposition.


      • simir simir 16 mai 2013 08:36

        @ Onecinikiou

        A choisir je préfère aller me vautrer au diner du CRIF comme vous dites, qu’aller valser à Vienne avec les néo-nazis.
        Même Collard a désapprouvé !
        Ou le tatouage d’une fresque nazie dans le dos d’un candidat FN aux régionales de la Marne et qui plus est fils de M Erre responsable départemental.
        MLP a restauré la façade mais lorsqu’on entre il y a toujours autant de cloportes et autres malfaisants
        Lisez donc le livre de C Checcaglini « Bienvenue au front journal d’une infiltrée » Ca fait peur !

      • escoe 16 mai 2013 10:11

        Plus confus que ça tu meurs ! Et ça prétend faire de la pédagogie (passons sur le caractère impropre de l’expression...).


      • simir simir 16 mai 2013 10:14

        @ onecinikiou
        "Saurait-on d’ailleurs donner un seul sujet où le FN et ses dirigeants auraient crié avec les loups et les chiens de garde du Système politico-médiatique par le passé ?"
        Des exemples ? Il y en a des tas ou alors il faut souffrir d’amnésie pour ne pas les voir

        Lors du mouvement contre la réforme des retraites, Marine Le Pen déclare : « Ensemble, gouvernement et syndicats jettent la France dans le chaos. Voilà deux semaines que la France s’installe dans le chaos, entre grèves, manifestations et blocus. La tolérance zéro doit s’appliquer à tous les émeutiers. »
        Pour rappel à cette époque 71 % des français soutenaient les grèves

        Dans le programme du Front national, pas une ligne ne mentionne le retour de l’âge du départ à la retraite à 60 ans.Il défend le passage à la retraite par capitalisation, qui ne profitera qu’à ceux qui peuvent épargner
        MLP propose également d’abaisser l’âge de l’apprentissage à 14 ans. Réinstaurer le travail des enfants, en voilà une bonne idée qui pait aux patrons !
        En octobre 2010, les 24 élus frontistes du conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, dont Jean-Marie Le Pen, refusent de voter une motion  de « solidarité avec les salariés de Fralib »
        182 salariés sur le carreau  alors que le groupe Unilever France a reversé à ses actionnaires plus d’un milliard d’euros de dividendes entre 2007 et 2008
        « La Région soutiendra les salariés du site dans leur combat face à ce projet indigne », conclut le vœu de soutien. La motion est votée à l’unanimité, du Front de gauche à l’UMP, sous le regard des salariés, présents dans les tribunes du conseil régional. Le FN choisit de ne pas participer au vote.(Applaudissements chez les dirigeants de Fralib)
        Le FN est favorable à la diminution des cotisations patronales, qui servent notamment à financer le système de santé et de protection sociale, qu’il considère comme des charges. (Applaudissements du MEDEF et de Parisot))
        Dernièrement encore pas un mot sur l’Accord National Interprofessionnel
        Et ils seraient anti-système ces gens ? La réalité comme nous le prouve ces quelques exemple est tout autre : une belle bande de salopards qui avancent masqués.
        Le FN c’est comme la chauve souris de la fable :
         Je suis oiseau voyez mes ailes
        Je suis souris, vivent les rats.

        De plus le Fhaine n’a jamais été un parti de travailleurs, c’est un parti qui mélange des exploiteurs et des exploités et ce sont les premiers qui dirigent et qui jouent un rôle important dans le financement de ce parti
        Fidèle à la tradition fasciste, le FN adapte son discours de façon opportuniste en fonction des publics auquel il s’adresse et qu’il veut conquérir y compris en reprenant, une vidéo du FdG « La dette c’est chouette » avec la voix du Clémentine Autain qui explique ce système de la dette. Cette vidéo a été mise sur le site des jeunes du Fhaine avec la conclusion qui appelait à voter FdG, coupée.
        http://www.dailymotion.com/video/xobom3_clementine-autain-denonce-le-vol-du-fn_news


      • alinea Alinea 16 mai 2013 10:55

        Malthus : curieux cette manière de vouloir faire de la politique : l’euro est un symbole, mais l’euro n’est pas la cause ! A-t-on ne serait-ce que chiffré le coût de l’opération ; je pense que le Fde G est clair et explique au mieux à qui veut l’entendre : on est contre les traités européens ( le « non » en 2005) on « exige » le changement de statut de la BCE ; l’idée est que si la France fout le camp, cela fera une jolie pagaille ; mais si ce n’est pas possible, personnellement l’idée d’une Europe du Sud me plaît énormément ; je ne suis pas économiste, je lis Lordon et Généreux et me fait expliquer les choses ; cependant le retour de chacun à sa monnaie nationale : comment être sûr à l’heure actuelle que c’est la meilleure solution ? Pourquoi poser comme première condition ce retour au franc ? Pourquoi ne pas attendre de voir si d’autres choix sont possibles ! C’est vous, les uns et les autres, qui colporter que Mélenchon est « pour l’Europe », c’est vous, les instruits, qui faîtes de la désinformation ; perso, je trouve que Mélenchon est trop nationaliste, alors ! Et pourtant, je n’ai pas voté Maastricht en 92, je sentais l’Empire imposé, je trouvais que ça sentait mauvais malgré la désinformation qui sévissait alors ! Mélenchon est un anti-capitaliste ; dans un premier temps, c’est tout ce qui compte ; après... les choses s’organisent ! Faire reposer son désir de changement de politique sur le « franc » me paraît, heu, peu élaboré ; et si Sapir et même Lordon énoncent le changement de monnaie comme inéluctable, s’il l’est, pourquoi en faire un pataquès ? Ce qui est inéluctable se fera de toutes façons, non ?


      • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 16 mai 2013 10:56

        à l’auteur qui écrit : « Cependant, mon cœur porte à gauche effectivement pour des raisons sociologiques : »

        Au moins 3 des raisons que vous évoquez n’ont rien à voir avec « la gauche » (entendre socialisme ouvrier ou communisme pour faire court), mais avec le libéralisme, l’idéologie libertaire ou le libertarianisme qui ont bien des points communs.
        La société axiologiquement neutre, neutre sur la question des valeurs c’est la société libérale dans laquelle vous vivez.
        Ces « raisons » sont celles qui s’inscrivent dans le programme de cette « gauche libérale » : écologistes libéraux (à la Duflot...) ou du PS, radicaux de gauche et NPA notamment.
        Non l’Impérialisme stade suprême du capitalisme ne souhaite pas prohiber, mais au contraire laisser-faire et laisser-aller, en cela et sur les thèmes que vous énoncez vous lui apportez votre caution morale (défense de la « liberté » en réalité parfaite aliénation dans ce contexte) et remplissez parfaitement la mission objective des « gauchistes » (consciemment ou non, je ne sais pas) dans une société comme la nôtre.

        http://french.irib.ir/info/international/item/219098-education-nationale-et-cannabis-les-liaisons-tr%C3%A8s-dangereuses,-par-alexandre-baratta


      • Malthus Malthus 16 mai 2013 15:24

        Preuve que la philosophie libérale n’est pas que mauvaise.

        Il m’arrive de fumer un pétard, qui ça gène à part mon organisme ? Et là je ne parle même pas des questions plus pragmatiques sur la criminalité, la santé publique et la fiscalité.

        Je ne suis pas homo, mais si je devais l’être et que je souhaitais un symbole pour valoriser mon amour pour mon partenaire, ça générait qui ?

        Par définition, un gouvernement est un petit groupe d’êtres humains partageant quelques convictions communes, qui vont imposer un Diktat consenti temporairement par le peuple, et sous certaines conditions.

        Si ce Diktat consiste comme aujourd’hui à dire : « désolé, j’ai donné les clés de la boutique à des fripouilles mondialistes, mais je vais vous imposer ma morale sur le mariage gay », effectivement, ça pue.

        Maintenant, si le rôle du gouvernement était strictement limité à l’économie, la diplomatie et la sécurité intérieure, déjà les histoires de lois sociétales imposées, ça serait moins simple.

        Si en plus, on considère que les lois sociétales ne peuvent être initiées que par le peuple et actées par référendum seulement, alors ça serait déjà un peu moins clivant. N’en reste pas moins que lorsqu’une personne se permet de juger mes moeurs dans ma vie de tous les jours, je la renvoie chier sévère en lui suggérant de se mêler de ses affaires.

        Il en va de même avec le politique. Si je fûme, que je bois, que je m’envoie en l’air avec 10 très vieilles femmes et une plante verte, ça ne regarde pas l’état.

        En ce sens, si la gauche a adopté au fil du temps quelques principes libertaires, alors oui je suis de gauche. Si la droite considère qu’elle défend certaines valeurs et qu’il est normal de les imposer à tout le monde, alors clairement, je combats la droite.

        Le reste, sur les questions économiques et sociales, c’est plus aussi simple à déterminer. Encore une fois, une Marine Le Pen est plus sociale qu’un Hollande. Elle comme Mélenchon sont taxés de « populistes » par les chiens de garde. Pourtant, les valeurs sociétales défendues sont totalement différentes. Et puisque c’est ce qui nous reste pour différencier la gauche et la droite, bah c’est le repère que j’accepte de prendre.


      • Malthus Malthus 16 mai 2013 15:31

        Pour Alinea, chiffrer est impossible, autant pour les europhiles que les eurosceptiques. On sait juste de quel côté on a le plus à perdre, du fait des contraintes techniques qui s’empilent contre nous avec l’euro.

        Par contre, une explosion de l’euro au bout de plusieurs années d’obstination serait dramatique contrairement à une sortie apaisée. Car l’endettement va se poursuivre sur un fond d’appauvrissement de la population. Hors, alors que nos fondamentaux nous permettent encore de reprendre les commandes sans casse, et même avec un mieux très rapidement, attendre trop longtemps signifiera très probablement un retour aux monnaies nationales sur fond de Stagflation très sévère. Et la question ne sera plus monétaire, mais alimentaire autant que sécuritaire...


      • Malthus Malthus 16 mai 2013 15:38

        Très bons arguments sauf la conclusion « fascistes », c’est un raccourci un peu simpliste pour un parti qui respecte le principe des élections et ne conteste jamais les résultats et n’a aucune milice armée qui viennent zigouiller l’opposition.

        Me parlez pas des excités qui peuvent surgir, c’est pas propre au F.N, on en trouve aussi à gauche.

        En tout cas, bonnes citations pour rappeler certaines visions antisociales du F.N. Il reste néanmoins bien moins antisocial que le P.S qui est parait il de gauche. Enfin il parait.


      • citoyen citoyen 16 mai 2013 20:32

        Malthus,
        clairement d’accord avec vous dès que vous ne parlez pas de sociologie électorale et d’euro.

        je pose d’abord ceci : le FdG est un mouvement écosocialiste avec une vocation de construction d’une conscience citoyenne, d’éducation populaire, de renversement des valeurs en même temps que du rappel d’un certain nombre de principes dits « Républicains » nés de la Révolution. le passage par les urnes est l’option légaliste de prise de pouvoir mais d’une elle n’est pas vue comme suffisante et de deux, si les idées du FdG se dilue dans un souffle populaire plus vaste et qui s’organise pour prendre le pouvoir ou si le gros des idées sont appliquées par d’autres formations en restant dans le planplan, ça nous ira aussi.
        ce n’est donc pas un formation « populiste » au sens de flatter l’électorat dans le sens du poil...

        ensuite je pose ceci : quand bien même il aurait raison, un porte parole d’un mouvement politique de gauche qui dirait dans un programme « sortie de l’UE, sortie de l’Euro » est un inconscient et ne devrait pas être perçu comme crédible, pourquoi ? parce qu’il n’a pas les moyens de sa politique. En gros, ne pouvant pas ne serait-ce que placer ses hommes aux bons endroits, prévoir le blocage des capitaux, etc., à peine élu que la mécanique des marchés détruira toutes ses marges de manoeuvre (s’il n’est pas flingué avant) et qu’il se retrouvera avec une catastrophe et des mécontents à gérer au moment de sa prise de fonction (si pas de putsch avant).

        l’objectif du FdG est d’opérer la transition économique par la planification écologique, cela suppose de créer un pôle public financier, des structures de participation citoyenne, et d’aborder des pays tiers pour des accord de matières première troquées contre des transferts de technologie, ou autres actes de coopération. Idem pour pratiquer un protectionnisme écosocial.

        Via la constituante qui offre aux yeux des voisins un processus démocratique aboutissant à une constitution qui sera au-dessus des traités, nous aurons un levier de désobéissance aux traités, et par le poids économique de la France, nous aurons de quoi faire réfléchir...

        Nous avons besoin de ne plus générer de la dette et d’une monnaie plus faible. Pour le moment nous avons une forte dépendance au reste du monde, ceci impose de travailler au préalable la relocalisation industrielle et relancer des productions, transformer notre modèle agricole pour le recentrer sur le local, etc., ceci pour assurer à court terme aux classes populaires un impact mineur à la fois du protectionnisme et d’une éventuelle sortie de l’euro, idem pour une monnaie en légère inflation mais stable...donc faiblement attaquable (contrôle de capitaux, limitation et, rêvons, fin de la cotation en bourse)

        si nous ne faisons pas cela, nous nous retrouvons dans une posture que les premiers socialistes au gouvernement ont bien connus, à savoir une spéculation tous azimut sur la monnaie et une pression intenable pour un seul pays...donc il a toujours fallu la jouer tactique avec le patronat et la finance et, si le choix maastricht peut à juste titre ëtre jugé catastrophique, il s’avère que le choix était difficile, sans majorité ausénat et sans forces popularies en ébullition..

        et, nous ne sommes pas comme en 83 à l’aube du capitalisme néolibéral (là on n’est pas dans le symbole !), nous sommes face à des mastodontes financiers, des multinationales géantes, des solidarités internes délitées, plus d’industrie, des produits chinois partout, etc. donc l’impact d’une mauvaise stratégie du type de celle que vous voudriez voir adopter par le Fdg serait terrible...voilà pourquoi il faut tenir compte, des rapports de force, des leviers existants, de ceux à créer, du facteur temps, et des relations dialectiques, notamment géopolitiques (par ex pression au nord, bras ouverts au sud, merde à oncle sam, vive l’Amérique latine, etc. sans oublier le travail de nos camarades chez nos voisins).

        comme le FN travaille avec des économistes, on trouve dans son programme quelque chose qui corrobore ce que je soumets à votre esprit d’ouverture, à savoir que la posture anti-europe et le flattage électoral s’arrête dès qu’on examine l’aspect concret de la propositon de sortie de l’Euro, en effet, il s’agit pour le FN d’appeler « franc » l’euro, sans revenir sur l’arrimage monétaire, dupont aignan a fait la même...et, ça ne fait peur à personne, d’où la dédiabolisation. D’où l’idée qu’il y a bien une différence énorme d’avec le FdG qui n’est pas comme avec le M’PEP uniquement stratégique, mais bien idéologique, puisqu’on n’a pas affaire ici à une opposition droite-gauche sociétale mais bien au vieux clivage capitalistes Vs socialistes...et les armes que veulent se donner les tenants d’un capitalisme « français » paraissent dérisoires face à la réalité du capitalisme mondial,aterritorial, hyperréactif...l’antisyndicalisme, la mentalité capitaliste, le refus de la solidarité, de l’impot, etc. du FN ne seront d’aucun secours pour les « ouvriers »...

        du coup, pour que vous compreniez ma virulence à votre égard, pour moi qui pense que c’est le Socialisme ou la Barbarie, à savoir le socialisme comme démocratie intégrale et libertaire(tout le contraire de l’URSS et son capitalisme d’Etat) c’est que précisément dans un tel moment de crise, l’oligarchie mondiale et locale n’aura aucun scrupule à entraver l’élan populaire (que le FdG et les orga altermondialistes, anarchistes, écologistes, etc. essaient de consolider,susciter, organiser pour du constructif) par le recours au fascisme, soit que ce fascisme prenne la forme de l’imposition d’un administrateur Goldman Sachs,soit qu’il soit assumé par une marionnette cocardière, l’essentiel est que le pillage puisse continuer et que les formes actuelles de propriété et de richesses ne puissent être remise en cause.
        DOnc puisque vous le concédez, si l’Euro n’est qu’un symbole, ce n’est pas la cause de la destruction-reconfiguration actuelle,et que vous savez comme moi que les mêmes politiques sont appliquées aux USA qui possède toute souveraineté et plus de missiles que toute la planète réunie, ou moins loin, au R-U qui est dans l’UE mais pas dans l’Euro, bref, pourquoi s’acharner ainsi sur le FdG qui ne courrait pas assez selon vous après la bêtise ambiante ?

        Donc peut être que vous entretenez des confusions sur qui combat vraiment dans le sens des travailleurs et chômeurs et des générations futures en posant comme préalable l’adoption d’un slogan publicitaire pour la génération du je veux tout tout de suite et je ne m’engage jamais (cf votre étrange analyse électorale).

        l’Euro peut être transformé dans sa finalité, et si ça ne fonctionne pas c’est prévu de prendre les mesures qui s’imposent, mais même en laissant de côté l’absence de ce levier monétaire, qui a au moins pour vertu de limiter la spéculation ciblée sur un seul pays, un autre levier monétaire existe par l’introduction de monnaies parallèles..pratique pour relocaliser et opérer la transition écologique..

        je m’arrête-là mais sachez que vous avez le droit d’argumenter et de faire valoir vos opinions au sein du front de gauche ou en dehors, mais que votre façon de les enrober via des attaques ad hominem sur les personnes et des allusions douteuses ne saurait favoriser l’élévation des consciences...contrairement à « nunuche », « esprit faible » n’est pas une insulte, c’est une invitation à ’entrainement pour se renforcer.


      • Malthus Malthus 17 mai 2013 02:25

        Je préfère quand vous argumentez ainsi. Au moins il y’a matière à discuter plus tranquillement.

        Bon d’abord, nous avons les moyens de contrôler les capitaux. Nous les avions avant Maastricht, l’article 65 (de mémoire) du TFUE prévoit la reprise du contrôle des capitaux en cas de problème, et d’ailleurs, Chypre l’a prouvé.

        Nous avons aussi les moyens de terrasser la spéculation, il ne faut pas regarder l’oligarchie financière comme un hydre contre lequel on ne peut rien faire. L’oligarchie financière ne fait qu’utiliser les déréglementation que le P.S n’a cessé de lui fournir durant les années 80. Il suffit de créer des lois, et même interdire par certains procédés la spéculation pour assainir.

        La question du Franc, que ce soit sur une reprise de contrôle totale ou symbolique n’a rien à voir avec le capitalisme. A moins que vous considériez qu’un symbole d’unité nationale est représentatif du capitalisme ?

        A mes yeux, c’est l’inverse, quand on reprend le contrôle de la monnaie, on peut interdire par exemple aux Banques de battre monnaie en imposant le principe de 100 % de réserves fractionnaires (le 100 % Monney). Je sais que vous souhaitez que tout cela se visualise au niveau Européen, pour ma part, je n’y crois pas, inutile de ressasser cette différence de points de vue qui semble t’il est irréconciliable.

        En revanche, comment voulez vous affirmer notre désobéissance aux traités et une vision Française unifiée à nos partenaires si vous ne souhaitez pas redonner un symbole politique à la Nation légitimant son existence en tant qu’entité une et indivisible, mais pouvant influer sur un bloc géopolitique plus important ?

        Est ce que vous comprenez au moins ce point de vue ?

        Les Français sont impossibles à rassembler idéologiquement. Ils ont beau souffrir des mêmes problèmes, certains sont de droite, d’autres de gauche, d’autres décroissants (mon cas), d’autres communistes, d’autres anarchistes, etc.

        Voila pourquoi en lui même, le Front de Gauche porte un nom qui le coupe de tous les Français qui ne se considèrent pas comme de « gauche ». Mais cela n’est pas très grave en vérité, s’il y’a une volonté d’ouverture.

        Vous parlez de République. Un mot magnifique quand bien compris, puisque symbolisant notre capacité à réfléchir en commun à nos problèmes, et au delà des dissensions partisanes, réussir à oeuvrer pour le bien être de tous. Quand nous débattons ici, que nous faisons valoir nos raisonnements, aucun d’entre nous ne concevons que nos solutions respectives auraient vocation à nuire aux Français. Au contraire, nous sommes de simples citoyens qui nous chamaillions pour tenter d’obtenir des concessions les uns des autres sur la base d’arguments opposés, afin d’avancer pour le bien être de tous. Ce que ne font d’ailleurs pas l’essentiel de nos carriéristes de la politique. Nous, nous sommes tous plus ou moins pauvres. Nous n’avons rien à gagner individuellement de nos querelles et de nos avancées.

        Le Front de Gauche a la qualité d’avoir d’excellentes vues économiques, sociales et libertaire et de partager en commun avec les eurosceptiques, un constat sans appel sur l’U.E actuelle. Deux partis eurosceptiques sont d’accord avec le Front de Gauche pour rester en commune, mais souhaite que l’unité nationale soit rétablie par la Symbolique très puissante du nom de la monnaie. D’autres partis eurosceptiques, plus intellectuels en passant par le PRCF, le Mpep et le POI, considèrent qu’il faut carrément sortir de l’U.E. Je reconnais faire partir de cette ligne radicale, mais je ne suis pas sectaire. Car lorsqu’il est impossible de mettre tout le monde d’accord sur des fondamentaux idéologiques quant à notre relation avec le reste de l’Europe, on peut au moins chercher quelques dénominateurs communs pour que tous les partis puissent ensuite imposer dans un cadre commun certaines de leurs vues. Aussi, mon propos n’est pas dire que le Front de Gauche doit renier sa vision Européenne, mais ne perdrait strictement rien à ouvrir la porte à des négociations avec les autres mouvements politiques en faisant un petit pas sur le nom de la monnaie. Dans ce cadre, je suis certain que les propositions du Front de Gauche en matière industrielle, sociale, environnementale seraient écoutées et traduites dans un programme commun, et c’est bien cela le plus important.

        Les partis politiques ne sont que des véhicules à idées. Pas une fin en soi. Ce qui compte, c’est que les idées soient institutionnalisées. Hors, quand être partisan d’un clan politique devient une vocation unique à combattre le clan d’en face ou d’à côté, l’Esprit de la République se meurt. Car les idées n’avancent pas, et les Français restent divisés. Quand au contraire, les partisans après s’être longuement chamaillé pour déterminer les fondamentaux irréconciliables, et ce qui peut quand même les rassembler, alors l’Esprit de la République souffle à nouveau dans les coeurs.

        Voila pourquoi je ne suis adhérent à aucun parti politique. Car le Front de Gauche, comme l’UPR comme bien d’autres partis ne sont pas fichus de mettre un terme à leurs dissensions et travailler sur ce qui les rassemble, au profit de tous les Français et notamment cette moitié de la France qui ne vote plus et désespère. C’est au Partis Politiques de faire renaître l’Esprit de la République en démontrant aux Français qu’ils savent aussi bosser en bonne intelligence.

        L’Euro est la légitimisation symbolique d’une forme de nationalisme européen tout à fait factice alors que même au Front de Gauche, surtout quand vous évoquez une Constituante qui ne concerne que la France, vous comprenez qu’il y’a des limites historiques, culturelles, linguistiques, sociales qui font que l’Europe restera toujours une pluralité d’Etats Nations, et qu’elle ne deviendra jamais un Etat Unique. On peut effectivement si c’est réellement le souhait de certains, s’accorder sur une organisation de nos relations avec le reste de l’Europe via des Traités. Mais pas en déconstruisant nos Souverainetés. Si les partisans du Front de Gauche ne le comprenaient pas, jamais ils ne souhaiteraient une Constituante pour la France, car ils ont au moins le mérite de souhaiter que notre République reste une et indivisible.

        Alors puisque c’est acté entre nous, en plus de notre dénonciation en commun des traités, d’une dette illégitime, d’une finance folle et d’un libéralisme assassin pour l’avenir, et que la majorité des partis opposés à l’U.E actuelle préconisent une restauration du FRANC, ne peut on pas tenter de trouver un compromis ?

        Le Front de Gauche à besoin des eurosceptiques pour faire avancer ses idées, et les eurosceptiques ont besoin du Front de Gauche pour démystifier le travail de sape du F.N sur la connotation raciste d’un symbole à restaurer. Désormais, même la Marseillaise, le drapeau tricolore, Jeanne d’Arc et bien d’autres Symboles sont en train de basculer dans une imagerie populaire négative, alors que ce sont pourtant des outils qui ont vocation à nous unifier.

        C’est là où le Front de Gauche peut taper fort et offrir une concession aux Eurosceptiques. En échange de la restauration d’un Symbole qui soit défendue par tous les opposants au Système, le Front de Gauche récoltera un soutien sur nombre de ses vues idéologiques. Et je suis bien placé pour le savoir, car je sais ce que pensent la plupart des eurosceptiques en matières sociales, environnementales, constitutionnelles, etc. Ils sont d’accord avec vous. Pourquoi vouloir se priver absolument d’eux, quand ils peuvent accrocher un wagon à la locomotive du Front de Gauche ?

        Est ce que le fait de voir marqué « FRANCS » sur des billets d’une monnaie commune est réellement horrible idéologiquement pour les partisans du Front de Gauche ? Est ce que cela ne pourrait pas être plutôt le marqueur Historique d’un succès énorme sur un nouveau Front Populaire qui aurait marché en France ?


      • citoyen citoyen 17 mai 2013 21:22

        Malthus,

        comme je ne sais par où commencer pour vous répondre, permettez-moi de prendre point par point et dans l’ordre...vous dites :

        Bon d’abord, nous avons les moyens de contrôler les capitaux. Etc.

        ET bien c’est formidable, just do it ! Moi je ne les ai pas les moyens, je n’ai même pas un petit RIC pour lancer un referendum dans ce sens et quand je manifeste un 5 mai pour une 6ème république, il n’y a que 100000 et quelques personnes, avec en prime des tas de reproches parce que ça ne serait pas prioritaire...la démocratie est pas prioritaire, reprise du pouvoir populaire etc. pour tous ces soit-disant « patriotes »...ils vont sortir quand et comment de l’Euro ? En disant « Il suffit de créer des lois » et bien moi qui suis contre la faim dans le monde, je vais dire, nous avons les moyens, il suffit de donner à manger à tout le monde...en écrivant cela combien sont mort de faim ?

        La question du Franc, que ce soit sur une reprise de contrôle totale ou symbolique n’a rien à voir avec le capitalisme. A moins que vous considériez qu’un symbole d’unité nationale est représentatif du capitalisme ?

        Bien, si vous consentez à sortir de l’affectif pour examiner froidement la question. La nature de la monnaie est ou n’est pas capitaliste, non pas en fonction de son périmètre d’usage et d’émission mais en fonction de son usage et de son mode d’émission. D’où il ressort que si le franc est une monnaie émise via des prêts à intérêts décidés par des intérêts particuliers et permet d’acheter des produits de l’exploitation sociale ou écologique en france ou en Chine, c’est un symbole de l’oppression capitaliste et point. Si maintenant vous voulez faire du franc d’avant l’euro un symbole d’unité nationale alors je vous répond que ma hiérarchie des valeurs préfère un symbole de coopération et d’unité internationale. Comme l’idée pour moi est que la monnaie est un outil, un instrument, il s’agit d’examiner ce qui permet d’accomplir les objectifs fixés, c’est donc une histoire de fins et de moyens.

        quand on reprend le contrôle de la monnaie, on peut interdire par exemple aux Banques de battre monnaie en imposant le principe de 100 % de réserves fractionnaires (le 100 % Monney). Je sais que vous souhaitez que tout cela se visualise au niveau Européen, pour ma part, je n’y crois pas, inutile de ressasser cette différence de points de vue qui semble t’il est irréconciliable.

        Si vous admettez la distinction entre souveraineté nationale et souveraineté populaire, vous pourriez m’éclairer sur qui est ce « on » qui reprend le contrôle de la monnaie. Je prend pour hypothèse que vous excluez du « on » ceux que jadis on appelait les « cent familles » et qui se sont depuis multipliés. Et si en prime vous me faites le plaisir de distinguer la volonté d’être souverains et la possibilité de l’être, la réalité quoi, vous pourrez revenir au post précédent avec d’autres yeux...je vous disais qu’ »on » reprend le contrôle de a monnaie quand « on » en a les moyens, c’est à dire en fonction de la structure de la production et des échanges...sinon on passe son temps à risposter aux attaques ou aux simples effets de changes...jusqu’à ce qu’on n’ait plus de réserves...

        pour concilier les points de vue, je vous recommande d’examiner la question sous l’angle des possibles mutualistes : une banque locale gérée par ses clients émet des euros via des prêts à intérêts, égaux au taux BCE+frais de gestion, pour des projets conformes aux normes écologiques et sociales, validés par les sociétaires et les pros salariés. Elle peut aussi émettre une monnaie parallèle y compris sans remboursement en fonction de l’intérêt du projet, l’Etat garanti la validité du signe monétaire et impose son acceptation. Et si d’ailleurs on a l’âme tricheuse, on peut imaginer l’etat autorisant l’écriture comptable en euro qui ne viennent pas de la BCE et pour es espèces...a machine est en france..c’est facile. Autrement dit, si l’on cherche à atteindre l’objectif plutôt qu’à rétablir le symbole, mieux vaudrait ne pas sortir de l’Euro, ce qui nous exposerait trop, et trop tôt, et devenir « malins » et solidaires...

        En revanche, comment voulez vous affirmer notre désobéissance aux traités et une vision Française unifiée à nos partenaires si vous ne souhaitez pas redonner un symbole politique à la Nation légitimant son existence en tant qu’entité une et indivisible, mais pouvant influer sur un bloc géopolitique plus important ?

        Ledit symbole a dans mon esprit tout sauf l’odeur de l’argent, il s’appelle Constitution avec toute la nécessité d’implication citoyenne que cela comporte. Mais, il ne s’agirait pas non plus de croire que les symboles suffisent, surtout un pauvre franc qui ne pèsera pas lourd rien que face à une zone mark, et si vous pouvez imaginer la différence entre un diplodocus et une amibe, face au dolar et bientôt au yuan. De plus, justement en vous abandonnant vous-même à la fluctuation de votre petite monnaie de singe, vous n’avez plus le moyen de pression sur l’entité géopolitique avec laquelle vous effectuez 70% de vos échanges et dont votre économie dépend...maintenant, je ne possède rien, et sais vivre de peu...je peux tenter l’aventure pour la gloire, mais avez-vous un pourcentage de combien ont la conscience politique pour accepter autant de sacrifices pour le principe ?

        Vous parlez de République. Un mot magnifique quand bien compris, puisque symbolisant notre capacité à réfléchir en commun à nos problèmes, et au delà des dissensions partisanes, réussir à oeuvrer pour le bien être de tous.

        Nous voilà donc un point commun avec les Francs-macs

        Le Front de Gauche a la qualité d’avoir d’excellentes vues économiques, sociales et libertaire et de partager en commun avec les eurosceptiques, un constat sans appel sur l’U.E actuelle. Deux partis eurosceptiques sont d’accord avec le Front de Gauche pour rester en commune, mais souhaite que l’unité nationale soit rétablie par la Symbolique très puissante du nom de la monnaie. D’autres partis eurosceptiques, plus intellectuels en passant par le PRCF, le Mpep et le POI, considèrent qu’il faut carrément sortir de l’U.E. Je reconnais faire partir de cette ligne radicale, mais je ne suis pas sectaire.

        Justement, je m’interroge sur le côté « intellectuel » des formations suscitées car, si vous regardez tous les paramètres, je répète, entre l’improbable élection et la prise de fonction, il se passe un laps de temps où ces gens n’ont pas de pouvoir, et où tout bascule, fuite de capitaux, au mieux...donc s’ils veulent vraiment sortir de l’UE et de l’Euro pour le bien des gens du commun, à ce moment-là qu’ils attendent leur heure et se la boucle, vous comprenez ça ?! Et si jamais c’est une affaire de croyance que ceci ou cela est possible ou pas à l’échelle européenne, qu’au moins ils acceptent de tester ce que peux produire rien que la menace de faire défaut et/ou de sortir de l’Euro...et qu’on avise ensuite !

        Voila pourquoi je ne suis adhérent à aucun parti politique. Car le Front de Gauche, comme l’UPR comme bien d’autres partis ne sont pas fichus de mettre un terme à leurs dissensions et travailler sur ce qui les rassemble, au profit de tous les Français et notamment cette moitié de la France qui ne vote plus et désespère. C’est au Partis Politiques de faire renaître l’Esprit de la République en démontrant aux Français qu’ils savent aussi bosser en bonne intelligence.

        mwais citoyen, qui as intitulé ton article « mélenchon empereur, joueur de flûte ? » avec un raisonnement complotiste ? Elle est où ta responsabilité dans la construction du contraire de ce que tu m’affiches là ?

        L’Euro est la légitimisation symbolique d’une forme de nationalisme européen tout à fait factice

        c’est selon, ou bien c’est le symbole d’une possible coopération intense au-delà des clochers, ou bien c’est le symbole de l’impuissance des oligarchies locales à résister à plus fortes qu’elles...maintenant si tu m’expliques comment un slovène lambda qui n’arrive déjà pas à s’affranchir de son oligarchie locale va faire pour lutter entre slovènes lambda contre l’oligarchie mondiale...que son oligarchie locale ne peut que suivre comme des petits laquais...vous connaissez Wallerstein ?

        alors que même au Front de Gauche, surtout quand vous évoquez une Constituante qui ne concerne que la France, vous comprenez qu’il y’a des limites historiques, culturelles, linguistiques, sociales qui font que l’Europe restera toujours une pluralité d’Etats Nations, et qu’elle ne deviendra jamais un Etat Unique. On peut effectivement si c’est réellement le souhait de certains, s’accorder sur une organisation de nos relations avec le reste de l’Europe via des Traités. Mais pas en déconstruisant nos Souverainetés. Si les partisans du Front de Gauche ne le comprenaient pas, jamais ils ne souhaiteraient une Constituante pour la France, car ils ont au moins le mérite de souhaiter que notre République reste une et indivisible.

        C’est dur de dialoguer sans être sur la même longueur d’ondes...d’abord, les souverainetés ça se mutualise aussi, comme ça on n’est plus souverains...sinon on n’est une crotte de mouche...c’est déjà pour ça qu’il y a la Nation entre basque, Bretons et Alsaciens. Ensuite sans avoir l’omniscience et savoir ce que pense « le FdG », je sais tout du moins que l’idée républicaine qui anime ses dirigeants consiste à dire que ce qui est bon pour les français doit correspondre à ce qui est bon pour l’Humanité...c’est ambitieux ou effrayant selon votre point de vue, mais ça permet à l’aise de dénoncer tout dumping fiscal, salarial, environnemental ou que ce soit dans le monde et d’appliquer les mesures protectionnistes en conséquence tout en ne s’en appropriant pas le résultant, mais au contraire en cherchant à profiter aux pauvres hères concernés...d’où aussi mon étonnement quant à votre adhésion à la propagande FN d’un Mélenchon « immigrationniste »...

        Alors puisque c’est acté entre nous, en plus de notre dénonciation en commun des traités, d’une dette illégitime, d’une finance folle et d’un libéralisme assassin pour l’avenir, et que la majorité des partis opposés à l’U.E actuelle préconisent une restauration du FRANC, ne peut on pas tenter de trouver un compromis ?

        Je vous l’ai donné le compromis..on peut tant qu’on veut émettre des francs si c’est une monnaie parallèle servant la planification écologique, l’amélioration des conditions de vie, elle peut s’appeler Francs, peseta Basque ou sous Breton que je m’en contrefiche !!!

        C’est là où le Front de Gauche peut taper fort et offrir une concession aux Eurosceptiques. En échange de la restauration d’un Symbole qui soit défendue par tous les opposants au Système, le Front de Gauche récoltera un soutien sur nombre de ses vues idéologiques. Et je suis bien placé pour le savoir, car je sais ce que pensent la plupart des eurosceptiques en matières sociales, environnementales, constitutionnelles, etc. Ils sont d’accord avec vous. Pourquoi vouloir se priver absolument d’eux, quand ils peuvent accrocher un wagon à la locomotive du Front de Gauche ?

        Il me semble que ce que je tente de vous exposer répond par : un souci de responsabilité et par divergence tactique. s

        i eux ça les chante de vouloir exister comme ça par souci de distinction, tant mieux, ça enrichit le débat, mais ne comptez pas sur moi pour balancer des slogans par souci de ménager des inconscients, fussent-ils majoritaires. S’ils avaient ce souci de responsabilité historique, je vous le répète, ils attendraient leur heure, au lieu de cela ils sapent le boulot en démobilisant pour le seul levier qui leur permettrait d’avoir de quoi sortir de je ne sais quoi..la Constituante...Et puisque vous aimez les jeux électoralistes, figurez-vous que la masse des gens à gauche ne votent pas M’PEP mais PS...(par peur du FN ?)

        Est ce que le fait de voir marqué « FRANCS » sur des billets d’une monnaie commune est réellement horrible idéologiquement pour les partisans du Front de Gauche ? Est ce que cela ne pourrait pas être plutôt le marqueur Historique d’un succès énorme sur un nouveau Front Populaire qui aurait marché en France ?

        Si vous comprenez ce que je vous expose,, vous voyez bien que ce n’est pas un problème idéologique et que si vous ne cherchez pas à comprendre et que vous avez pour vous la majorité, votre « succès énorme » ne durera pas trois semaines...entre le le peuple et le franc, je choisi le peuple..s’il vous faut absolument des francs pour vous sentir en république, alors nous émettrons de la monnaie honnête qui s’appellera « franc », en attendant, je préfère mes tickets resto ;)

        et serez vous de ceux qui driont « il faut sortir du franc » ou plus radical « il faut sortir de la France » quand vous aurez constaté les effets de ce que vous préconisez ?


      • art.35 20 mai 2013 18:26

        « Habituée aux études (donc à chercher de l’information et raisonner), et ayant grandi avec Internet au détriment de la télévision »..« et non succomber au charme des discours des uns et des autres » ..mais bien sur !! le niveau scolaire est en chute libre et la montée de l ’extrêmes droite et du nazisme souligne bien l adhésion aveugle et inculte de jeunes qui n’y connaissent rien et se fient entièrement à des gourous (pour simple exemple :Soral arrive à convaincre plein de cons sur le Net que le nationale socialisme est la solution ...depuis les années 30, un enfant de 16 ans aura passé plus de 900 heures devant la TV et à peine 800 devant ses professeur dans l année entière ... ) Un peut de connaissance dans le domaine vous ferais le plus grand bien, apprenez ce que des études poussé concluent sur le sujet (je vous épargne à « chercher de l’information et raisonner »)
        « http://www.amazon.fr/TV-LOBOTOMIE-v%C3%A9rit%C3%A9-scientifique-t%C3%A9l%C3%A9vision/dp/2315001455 »

        « Les États-Unis d’Amérique ont une langue commune et une Histoire commune » Mais bien sur !! les premiers colons anglais sont arrivé au debut 1600 (appellons les, les bougnoules primo-arrivants) puis plusieurs autre bougnoules les ont rejoint de toute l europe durant toute leur histoire . Meme des bougnoules nègres se sont mêlés à l histoire . Certes de force ils ont du remplacer les indiens que les bougnoules primo arrivant avait tres tot commencé à massacrer . Donc expliquer moi quel est l histoire commune DE 400 ANS qu’aurait les bougnoules qui peuple les USA . Les irlandais, les Écossais, les francais , les italiens , les mormon ? les espagnoles ...à part courir apres l or et ne pas aimer les autre bougnoule qu’eux meme ??
        vous déduisez de cette grotesque analyse "Voila pourquoi l’U.R.S.S s’est effondrée malgré une politique économique et une monnaie commune. Et voila pourquoi l’U.E finira démantelée aussi.« Ca vole haut, si pour vous l histoire d une nation se batie sur 400 ans et que l économie des blocs soviétiques (du vieux continent ) s écroule pour une histoire de langue commune ..... Avez vous deja entendu parler guerre froide , nazisme , embargos, revolution/contre-revolution .... ?
        Limite racialiste tout ca ...les jolis raccourcis qui permettent (au fou) d affirmer betement qu’un homme né en Grece ou en espagne ne pourait survivre avec des règles communes, seul des nations divisées et isolées pourrait lutter contre un empire financier ou un empire hégémonique comme les USA 

         »l’UPR qui sont les plus sérieux opposants au Système à mes yeux« au royaume des borgnes.... ainsi l UPR sont énarque et sont retour au franc et à la bonne france de De Gaulle serait l ennemi du systeme . Et pourquoi pas oui, le retour de la »libéralisation" de la colonisation, de Bretton Wood et de l ouverture des marchés étranger à grand coups de cannons . Un retour vers le future ? On rappel la maffia pasqua et on recréer la french connexion ? on retourne en indochine faire pousser du pavot et vendre des armes ?

        La revalorisation des revenus des salariés des sociétés privées
        pourquoi je ne suis pas étonné de voir des morceaux choisi du FN dans un tel discours nationaliste ? par ce que marine est aussi l ennemi du système peut etre (lol)
        ce texte de loi défendu par Marion marechal le pen (dénoncé par JLM) il y a peu n est ni plus ni moins que la politique qui a été faite ces 30 dernières années . On donne aux riches en espèrent qu’ils redistribuent quelques miettes un jours....vous militez pour le FN et le MEDEF en meme temps . Un authentique membre du FN !!

        bref que des idées poussiéreuse, rien de plus hélas


      • Malthus Malthus 21 mai 2013 10:08

        Si vous reconnaissez vous même que la Télé vise à lobotomiser les gens et abolir leur sens critique, posez vous donc la question de la médiatisation de Jean Luc Mélenchon et Marine Le Pen, et plus encore tous les européïstes habituels.

        Ensuite, il reste factuel que les populations les plus jeunes utilisent autrement plus internet pour s’informer que la télévision. Malgré tout ce que l’on peut reprocher à l’éducation nationale, n’en reste pas moins que du travail universitaire impose une part de recherches personnelles et internet devient un outil précieux à ces fins. C’est aussi ce qui explique le fait qu’une jeunesse ayant grandit sous Maastricht, réussit à ne pas se laisser endoctriner par l’U.E des bisounours et conteste de plus en plus le processus. Et encore une fois, l’électorat du Front de Gauche qui est minoritaire comparativement à celui du F.N l’est aussi dans sa composante jeunesse et ouvrière par rapport au même parti. Je ne crois pas que l’explication se trouverait sur internet car le F.N joue aussi du pipo sur beaucoup de chose, mais en tout cas, la majorité des Français qui s’opposent au Système sont bien hostiles à l’euro. En proposant de rester dans l’euro, Mélenchon se coupe donc d’un immense gisement électoral.

        Les U.S.A auraient pu être Français si Louis XVI n’avait rien lâché et surtout si Louis XV avait eu un peu de couilles à son époque. Les Espagnols tenaient le sud des Etats Unis et la Floride, les Français une énorme bande du nord au sud, et les Anglais un tout petit morceau le long de la côte Est. Entre guerres et vente de territoire, les Anglais ont finalement tout récupéré. Il n’y a pas de langue officielle aux U.S.A, mais depuis 200 ans, la langue commune est l’Anglais. J’élude volontairement le passé indien, non par mépris, mais par ce que je reste concentré sur ce qui est factuel aujourd’hui.

        Justement non, l’Histoire d’une Nation ne se résume pas à 400 ans mais bien plus. Raison pour laquelle qui est une construction de quelques décennies ou 24 langues y sont intégrées et 28 pays n’a pas vocation à survivre. Le Nationalisme Européïste est juste une grosse foutaise partagée par une oligarchie idéologisée, mais pas par les gens qui réfléchissent toujours dans leur langue et par rapport à leur pays.

        C’est très bien que vous parliez de Bretton Wood. Rappelez moi ce qu’a fait De Gaulle lorsque les Américains ont cessé l’adossement du dollar à l’or ? Ensuite, l’UPR est le seul parti qui propose aux Africains qui sont sous l’empire du FRANC CFA d’en être libérés. Comme la plupart des gens qui n’ont pas d’idées, vous attaquez les personnes et non les programmes. Par ailleurs, j’ai précisé que les deux partis étant les plus sérieux sont selon moi l’UPR ET le Mpep. Auriez vous une critique à formuler au Mpep ?

        Quant au fait que j’aurai choisi un morceau du programme du F.N :

        1) Il correspond à un mensonge sur la baisse du pouvoir d’achat de mélenchon par rapport à la sortie de l’euro vue sous le prisme du programme du FN

        2) Si un jour le F.N devait proposer une agriculture biologique partout en France ou la protection constitutionnelle de notre système par répartition et un redressement des retraites, vous condamneriez le propos par ce que c’est le F.N qui le propose ? Pardonnez moi, mais j’apprécie de discuter sérieusement avec des gens pragmatiques, et non avec des membres d’une secte qui considèrent le reste de l’environnement politique comme forcément imbécile et antisocial sur toutes les questions programmatiques.

        Enfin s’agissant de la fin des licenciements boursiers, j’ai bien noté la position du F.N, de l’UMP et du PS, et ça fera l’objet d’un prochain billet pour démonter le caractère populaire du F.N.

        Je ne suis encore une fois pas Anti Front de Gauche, je suis d’accord avec l’essentiel du programme sauf sur l’U.E et l’euro. Je considère juste que Mélenchon est un rabatteur du P.S qui joue de la flûte à ses sympathisants. Et votre critique malhonnête démontre ce que peut faire un gourou à certaines personnes. Abolir le sens critique justement.


      • Ricquet Ricquet 15 mai 2013 12:40

        Bravo pour votre billet qui est argumenté et incisif.

        Nombres de vos chapitres concernant l’UE corroborent ce que dit l’UPR depuis 6 ans.
        Je ne reviens pas sur votre portrait de Mélenchon dont la caricature dans votre article est croquignolesque, savoureuse et bien inspiré.
        Le FG comme le FN sont dans une contradiction d’allégeance / UE.
        Les programmes politiques qui prétendent une autre Europe sont des chimères porteuses de slogans et d’enthousiasmes.

        voir la conclusion apportée par cette conférence sur la similitude de l’UE avec un syndic de copropriétés. (video positionnée à 1h : à partir de cette analyse, les paroles disant une autre Europe sont caduques)

        Merci d’avoir traiter le fond du débat avec un ton constructif et articulé.

        • Cocasse Cocasse 15 mai 2013 14:02

          Ouaip, j’ai pas encore eu le temps de lire tout l’article, mais le premier quart m’a donné envie de poursuivre !

          Très bon portrait : mélenchon, et son BTS en maniement du doigt.
           smiley

        • taktak 15 mai 2013 14:14

          Effectivement, on retrouve là un certain nombre de critiques exposés depuis plus de 10 ans par le PRCF puis par le MPEP.

          Le PRCF n’a jamais abandonné le combat contre l’Europe capitaliste.


        • taktak 15 mai 2013 14:17

          (désolé j’avais pas fini le message).

          Mais on y trouve aussi un certains nombre d’amalgames avec lesquels on ne peut qu’être résolumment opposés.

          Le point que je retiens donc de cet article est la critique de la position européenne du FdG.


        • imprécateur 15 mai 2013 13:07

          Votre charge contre J.L.M.était assez argumentée, et plus intelligente que ce qu’on peut lire habituellement ; c’est dommage que vous la décridibilisiez par vos propos anti maçonniques ; Barruel ou Taxil ont fait mieux dans le genre ! Votre méconnaissance du sujet devrait, jeune homme, vous inciter à plus de modération.Relisez (ou lisez !)Kipling ou Jean Verdun.
          Toutes les loges ne sont pas des loges P2, la majorité des propos qui y sont tenus sont d’ordre symbolique ou spiritualiste voire philosophique et si vous tenez vraiment à en connaitre la teneur, frappez à la porte du temple et prenez patience en méditant sur :
          « nul n’entre ici s’il n’est géomètre »...
          Vos supputations sur ce qui s’y dit, font à Closer ou Voici qui vous racontent ce que les « people » se disent entre Minuit et l’oreiller


          • jean-jacques rousseau 15 mai 2013 15:07

            « prenez patience en méditant sur : « nul n’entre ici s’il n’est géomètre »... »

            Ridicule. Il n’y a aucun rapport entre Franc-maçonnerie et géométrie ni même la maçonnerie.
            Méditer sur cette devise est une véritable perte de temps ou une occupation de mythomane illuminé.
            Les franc-macons sont des affairistes qui se cachent derrière des beaux principes auxquels certains de leurs prédécesseurs ont cru. Aujourd’hui ils sont tous de connivence et affairés autour des lieux de pouvoir et d’influence comme des mouches autour de la m...


          • imprécateur 15 mai 2013 15:54

            Les mêmes lieux communs ont la vie dure, il ne manque de votre part que la référence au complot judéo-maçonnique ! Et si les discussions en loge sont le fait d’illuminés mythomanes, en quoi vous dérangent-elles ?
            Nous savons que toute assemblée d’individus comporte son lot de « planches pourries », mais les propos les plus déplacés viennent le plus souvent de recalés.
            Quant à l’incise platonicienne « nul n’entre ici s’il n’est géomètre » pour votre gouverne elle fait
             référence aux notions de formes, méthodes, raisonnement et sens de la mesure indispensables pour pratiquer l’Art de la géométrie à l’aide d’outils simples.
            Le fait que certains gens d’Eglise se soient gobergés de tout temps, n’implique pas que les fidèles soient des prévaricateurs ; et on peut être athée sans se croire obligé de cracher sur le « Cantique des Cantiques ».


          • appoline appoline 15 mai 2013 19:33

            Ces discussions dérangent, tout simplement par le haut de la pyramide des loges maçonniques n’ont pas les meilleures intentions du monde vis à vis de leur semblables.


            S’il est vrai que le « gratin » est peu nombreux, il fait en sorte de laisser passer ses idées vers la base. Que croyez vous qu’ils se disent chez les skulls ou dans l’ordre de la jarretière ? Qui décide et qui va trinquer ? 
            Le haut transmet vers le bas par capillarité et vous vous retrouvez en loge avec des individus qui continuent à distiller leur venin. Non, plus rien à voir avec la maçonnerie d’après guerre où les maçons se faisaient trouer la peau par l’ennemi ; aujourd’hui, les maçons sont des arrivistes malsains qui ne pensent plus à leur prochain mais par contre dépensent beaucoup d’énergie pour la constitution du cercle d’amis, enfin relationnel devrais-je dire

          • SuperGigaTony Upoz 15 mai 2013 23:43

            N’ oublions pas que la franc-maçonnerie a aidé à sortir de plus de 500 ans d’inquisition catholique affreuse .

            La franc-maçonnerie est constitué de plusieurs sensibilités, Voltaire, franc-maçon était taxé d’antisémitisme, Victor Hugo, son père l’était, Diderot était entouré de nombreux franc-maçons, Mirabeau, Rouget de Lisle , l’étaient ...etc...
            Même si aujourd’hui la franc-maçonnerie a un peu oublié ses valeurs de lumières pour des penchant un peu sombres, le fait d’être, d’avoir été, ou de connaitre, des franc-maçons ne fait pas de vous un ignoble agent du mal, considérer la franc-maçonnerie comme un groupe unis serait réducteur .


          • Malthus Malthus 16 mai 2013 00:00

            Voltaire était un affreux va-t-en Guerre. Le BHL de l’époque. Mirabeau a aussi quelques casseroles au cul, en tout cas autrement plus que Robespierre.

            Je ne sais pas si Rousseau et Robespierre étaient Franc Maçons, et à vrai dire je m’en fiche un peu. Les valeurs de la Franc Maçonnerie, comme des juifs, chrétiens et musulmans sont des points de vue qui doivent rester dans la sphère privée, ne pas être cachées pour autant et encore moins s’imbriquer dans une politique d’Etat. La Laïcité vaut autant pour l’idéologie Franc Maçonne (car on ne se rassemble pas sur un culte sans une idéologie à suivre) que pour les autres groupes religieux ou para-religieux.

            En clair, je ne condamne pas les gens par ce qu’ils sont Franc Maçons, je condamne le fait que notre oligarchie politique est un vaste réseau Franc Maçon alors que le Peuple Français est un vaste réseaux de gens qui pour 99,9 % d’entre eux, ne sont pas Franc Maçons.

            A partir de là, il y’a un problème de représentativité et de transparence.

            D’autant qu’encore une fois, derrière un « culte », il y’a surtout des copinages entre milieux affairistes et politiques. Ca c’est encore plus gênant...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès