Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’énorme chèque en blanc de Nicolas Sarkozy au FESF

L’énorme chèque en blanc de Nicolas Sarkozy au FESF

Effrayé par la publicité accordée au fait que la France s’est engagée à hauteur de 15 milliards d’euros supplémentaires pour le nouveau plan grec, le gouvernement tente de monter une ligne de défense assez habile mais malhonnête qui consiste à minorer l’engagement budgétaire de notre pays.

Une énième aide aux institutions financières

Pour présenter le nouveau plan d’aide aux créanciers de la Grèce aux Français, le gouvernement s’appuie sur un axe de communication assez habile. Le premier consiste à parler d’un plan d’aide à la Grèce. En effet, cela est plus positif que de parler de la réalité, à savoir un plan d’aide aux créanciers de la Grèce, à nouveau les institutions financières. Car sans plan d’aide, la Grèce ferait défaut et ce sont donc les créanciers qui se retrouveraient en difficulté…

En fait, il y a deux moyens de sortir la Grèce de son impasse. D’une part, le mécanisme actuel qui consiste à donner de l’argent à Athènes pour qu’elle honore ses créances. Dans ce cas, les institutions financières sont à peu près épargnées (pas totalement, grâce à l’action de l’Allemagne) et c’est la Grèce qui subit l’austérité et la mise sous tutelle. L’option du défaut aboutirait à l’inverse puisque ce sont les banques qui auraient alors besoin d’aide. Il est intéressant de constater que la solution choisie favorise outrageusement le système financier par rapport aux Etats et aux peuples…

Quand les Etats font du hors bilan

Le mécanisme européen d’aide est particulièrement intéressant également car il repose sur les mêmes mécanismes qui nous ont amené à la crise financière de 2008. En effet, pour éviter d’avoir à emprunter 440 milliards pour prêter aux pays en difficulté, les Etats européens ont mis en place un Fonds Européen de Stabilisation Financière. Ce fonds ne disposera que de 80 milliards d’euros en capital mais des garanties étatiques lui permettront d’en prêter 5,5 fois plus.

En clair, les Etats européens font comme les banques, à savoir qu’ils utilisent l’effet de levier en transformant 80 milliards en 440 et, mieux, arrivent à sortir cela de leur budget, un peu comme quand les banques font du hors-bilan, en déplaçant des éléments comptables en dehors de leur bilan. François Baroin est d’une malhonnêteté crasse quand il dit que ce n’est pas la France qui prête mais le FESF. Car le fonds européen n’est pas un tiers indépendant, ce fonds, c’est aussi nous.

Bref, alors que nous affrontons une crise des dettes souveraines, nous ajoutons un nouvel étage de dette ! Il est étonnant que si peu de monde s’en soit ému. Mieux, comme l’admet le ministre, ces engagements auront bien une conséquence comptable pour notre pays puisque la part de la France sera bien intégrée à notre dette publique. En outre, la France devra bien avancer sa quote-part du capital (les 80 milliards), soit un peu plus de 16 milliards (que nous devrons emprunter).

Le montant de la facture

Mais il y a une autre subtilité que j’ai découverte en étudiant les documents européens officiels. Pour prêter 440 milliards, le FESF demandait non seulement 80 milliards de capital, mais également une garantie (caution) des Etats à hauteur de 120% des prêts accordés (au cas où il y ait des défauts). En clair, si le FESF donne 440 milliards de prêts, la France est engagée non pas à hauteur de 89 milliards (sa quote-part théorique), mais à hauteur de 107 milliards.

Pire, au printemps 2011, lors de la finalisation de la mise en place du FESF, les marchés financiers ont obtenu que la garantie soit montée à 165% ! En effet, si la Grèce venait à faire défaut mais qu’un des pays qui s’étaient portés garants du FESF venait lui aussi à faire défaut (l’Italie par exemple), alors il serait possible de se retourner sur les autres pays à hauteur de 165% de leur quote-part. En clair, d’un seul coup, notre engagement est passé de 107 à 147 milliards !

Bref, comme la France couvre chaque prêt à hauteur de 165%, on peut dire aujourd’hui que le nouveau plan grec nous engage à hauteur de 25 milliards (15 milliards x 165%) ! En fait, même si mon papier de la fin de la semaine dernière était inexact sur les mécanismes, malheureusement, le montant des engagements de notre pays était sous-estimé puisqu’à date, la France va devoir verser 16 milliards et s’est déjà portée garante à hauteur d’environ 90 milliards en plus.

Et le gouvernement peut bien avancer que nous serrons rembourser, comme le faisaient les banques qui émettaient les prêts subprimes, la majorité des économistes estiment que la Grèce ne remboursera jamais la totalité des prêts (le marché anticipe déjà un défaut de près de 50%). Autant dire que ces garanties ont malheureusement toutes les chances d’être activées et que nous devrons assumer une forte perte (qu’une comptabilité rigoureuse devrait déjà prendre en compte).

Bref, loin de la fable communiquée par le gouvernement, la France s’est lourdement engagée dans les plans d’aide aux créanciers. Certes, la majorité des sommes n’est pas exigible de suite, mais une partie l’est et nous allons sans doute perdre une grande partie de l’autre, qui nous sera alors réclamée…


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • alphapolaris alphapolaris 28 juillet 2011 10:45

    Et il faudrait seulement 1 milliard d’euro pour sauver de la famine les habitants de la corne de l’Afrique...


    • JL JL 28 juillet 2011 11:06

      « Et il faudrait seulement 1 milliard d’euro pour sauver de la famine les habitants de la corne de l’Afrique... » (alphapolaris)

      Seulement quatre fois ce que le gouvernement a donné à Bernard Tapie.


    • Pyrathome Pyrathome 28 juillet 2011 12:12

      Ou comment prêter de l’argent que l’on a pas à quelqu’un qui ne nous remboursera jamais....
      Ça fait 4 ans que le petit bonhomme nous explique que les caisses sont vides, et ça fait 4 ans qu’il sort de son grand chapeau des tonnes de milliards.....mais seulement pour les banques !!


      • HELIOS HELIOS 28 juillet 2011 12:53

        ... ben oui, et Sarkozy sera reelu et donc sera vainqueur d’une bataille sans combattants !

        ... et, ecoutez moi bien, en 2012 aux legislatives qui suivent la presidentielle, les UMP seront egalement reelus, certains mêmes au premier tour, (Leonnetti, c’est un exemple !). A qui feront nous croire que les français ne sont pas contents, puisque ce sont les mêmes qui sont elus et reelus, cumulards compris ?

        Les affaires comme celle de Norvege, a laquelle on donne beaucoup d’importance je trouve, donne une tribune inesperée a quelques sans foi ni loi qui nous expliquent que même si le FN n’y est pour rien, ce sont ses idées qui entrainent de telles atrocités.

        Le coup de la shoah, du detail etc cela ne marche plus, on va de nouveau voir a la télé des films sur la guerre, des reportages sur l’islam rejeté, la discrimination des maghrebins et pour soutenir un discours anti-français et anti LePen, seul(e) candidat a avoir une toute petite chance bien maigre de nous sortir de ce cloaque dans lequel nous sommes tombés.


        • Pyrathome Pyrathome 28 juillet 2011 13:19

          ben oui, et Sarkozy sera reelu et donc sera vainqueur d’une bataille sans combattants !

          c’est beau de rêver....


        • latortue latortue 29 juillet 2011 09:41

          comment peut il être réelus c’est impossible ou il bourre les urnes
          http://www.expression-publique.com/resultat.php?type=r&id=sarko20


        • platon613 28 juillet 2011 14:08

          A ne pas rater !!!

          Quand l’Allemagne risque d’inventer le fascisme économique

          Certains avaient déjà compris en 1989 que si la RFA réussissait à avaler la RDA, le fameux credo du « Uber Alles » avait toutes les chances de se faire réentendre. Certes pas dans les termes du fascisme politique déjà connu mais dans ceux originaux de l’économie...

          http://www.news-26.com/econmie/860-...


          • BA 28 juillet 2011 23:15
            Jeudi 21 juillet 2011 : réunion des chefs d’Etat et de gouvernement européens.

            Vendredi 22 juillet 2011 : les taux des obligations de l’Italie et de l’Espagne repartent à la hausse.

            Lundi 25 juillet 2011 : les taux des obligations de l’Italie et de l’Espagne sont en hausse.

            Mardi 26 juillet 2011 : les taux des obligations de l’Italie et de l’Espagne sont en hausse.

            Mercredi 27 juillet 2011 : les taux des obligations de l’Italie et de l’Espagne sont en hausse.

            Jeudi 28 juillet 2011 : les taux des obligations de l’Italie et de l’Espagne sont en hausse.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              
            L’Italie a emprunté : pic de 11 ans du rendement d’une émission de 8 milliards d’euros.

            Les coûts d’emprunt de l’Italie ont bondi jeudi lors d’une émission de près de huit milliards d’euros d’obligations, l’inquiétude entourant la solvabilité de la péninsule ayant poussé le rendement du papier italien à son plus haut depuis 11 ans.

            Le rendement moyen de la dette italienne à dix ans a atteint 5,77 %, à son plus haut depuis février 2000, et non loin de son niveau record depuis la création de l’euro, de 5,81 %.

            Le rendement des obligations à trois ans a bondi à 4,80 %, au plus haut depuis juillet 2008.

            Aussitôt après l’adjudication, la prime exigée par les investisseurs pour détenir le papier italien à dix ans plutôt que son équivalent allemand, le Bund, s’est accrue à 3,31 points de pourcentage.

            Parallèlement, la Bourse de Milan a creusé ses pertes, les investisseurs s’inquiétant de la capacité de l’Italie d’emprunter à des taux de plus en plus élevés.

            « Ce ne sont pas des niveaux de rendement soutenables sur le long terme », estime Marc Ostwald, analyste obligataire pour Monument Securities, à Londres.

            (Dépêche Reuters)

            • latortue latortue 29 juillet 2011 09:38

              la droite et l’Européanisation a outrance ,est en train de faire en sorte que nous ne pourrons jamais sortir de l’Europe nos engagement ferons que en cas de sortie les sommes a payer a cause des engagements seront pharaoniques .La Grèce fera défaut c’est sur ,et nous aussi par la même ,mais Sarkozy qui a augmenté la dette de 400 milliards en quatre ans s’en moque ce type est un irresponsable .et en plus détesté par la majorité des Français ,comment peut il être réélus ???
              voir ce sondage très instructif
               http://www.expression-publique.com/resultat.php?type=r&id=sarko20
              sur 5135 interrogé fiasco total ,tout le monde le déteste


              • Gérard Luçon Gerard Lucon 31 juillet 2011 12:21

                il est dommage que la peine de mort pour haute trahison n’existe plus ... le nabot aurait pu en beneficier !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès