Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’État-providence contre le mouvement ouvrier

L’État-providence contre le mouvement ouvrier

La social-bureaucratie contemporaine se plaît à croire qu'elle a jeté les bases de la civilisation occidentale en façonnant les piliers de l’État-providence dans une lutte acharnée contre les puissants. Ce joli mythe que l'on se raconte (pour mieux se rassurer ou se justifier ?) se heurte au douloureux mur de la réalité.

« Mon idée était de persuader - ou devrais-je dire de corrompre - la classe prolétarienne pour qu'elle voie en l'État une institution sociale érigée pour elle et veillant à son bien-être. » 

Otto von Bismarck



Car, comme l'illustre la citation ci-dessus, il apparaît bien plus certain que les fondements de l’État-providence ont été jetés contre la classe ouvrière et ses organisations spontanées. Syndicats, associations de métier, sociétés secrètes, sociétés de secours mutuels, fraternités, sont quelque uns des noms qui existent pour désigner les formes auto-instituées par le mouvement ouvrier pour s'organiser solidairement et en toute indépendance du pouvoir d’État, des politiciens, et des bureaucrates. Contre cette autogestion ouvrière menaçant son hégémonie, le pouvoir d’État a réagi en prenant progressivement le contrôle (directement ou indirectement) des caisses de prévoyance ouvrières et en remplaçant ses organisations et institutions spontanées par des entités étatiques soumises à la bureaucratie d’État.

Autrefois, durant le XIXème siècle et jusqu'au début du XXème siècle, une des formes principales, mais peu connues, d'organisation ouvrière était la société de secours mutuel. Voici une description des modalités de ces sociétés de secours mutuels en Grande-Bretagne, dont étaient membres une vaste majorité des travailleurs.



« En Grande-Bretagne les friendly societies, sociétés de secours mutuels, ont été les plus importants fournisseurs de services sociaux au cour du XIXème siècle et au début du XXème siècle.

Les friendly societies étaient des associations mutuelles autonomes fondées par les ouvriers pour se prémunir contre les temps difficiles. Elles distinguaient leur philosophie de celle de la philanthropie qui est au coeur des oeuvres caritatives. 
Une société de secours mutuels n'était pas gérée par un ensemble de personnes ayant l'intention d'aider un autre groupe distinct ; c'était une association d'individus s'engageant à s'aider les uns les autres quand l'occasion se présentait. L'assistance portée ne relevait pas de la générosité, mais d'un droit, acquis par les contributions régulières versées au fonds commun de chaque membre et justifié par l'obligation de même traitement pour les autres membres si les difficultés croisaient leur toute. Elles commencèrent comme des clubs locaux, gardant leur fonds commun dans un coffre en bois ou un coffre-fort. Mais le XIXème siècle vit l'évolution progressive des fédérations nationales avec des centaines de milliers de membres et des investissements soigneusement gérés. »

(...)


« Au début du XXème siècle, les sociétés de secours mutuels avait acquis une longue expérience en tant que clubs sociaux de bienfaisance qui offraient des avantages tels que des indemnités de maladie lorsque le soutien de famille était incapable de ramener un salaire à la maison, à cause de maladie, d'accident ou de vieillesse ; les soins médicaux tant pour le membre que sa famille ; une indemnité de décès suffisante pour fournir un enterrement décent ; et un soutien financier et en nature pour les veuves et les orphelins des membres décédés. Les services médicaux étaient généralement dispensés par le médecin de la loge ou de la branche, nommé par un vote des membres, mais la plupart des grandes villes avaient également un institut médical, offrant les services dispensés aujourd'hui par les centres médicaux. Les sociétés de secours mutuels fournissaient également un réseau de soutien pour permettre aux membres de se déplacer pour rechercher du travail. »

David Green


Si dans un premier temps au XXème siècle l’État-providence a été constitué par le haut, sans tenir compte de l'avis des individus, dans le but d'affaiblir le mouvement ouvrier et de contrer ses velléités révolutionnaires, il est assez probable que dans un second temps, les anciennes formes d'organisation ouvrière ayant été largement démantelées et les individus s'étant habitués à dépendre de l’État, les politiciens aient adopté un discours favorable à une extension de l’État-providence comme méthode de propagande électorale. Ce populisme étatiste (welfariste) est assez bien illustré par la citation suivante.


« Le fait de dépenser est relativement populaire chez les hommes politiques parce que cela leur permet d'acheter des votes à court terme... Après tout, dans le long terme nous serons tous morts, ou du moins, pas au pouvoir. C'est aussi populaire auprès des électeurs, car ils ont tendance à voir les prestations publiques comme une manne. Ils ne voient pas que l'argent provient de leurs propres proches. Ils ont l'impression qu'il vient de celle de "l’État", ou du moins des poches de quelqu'un d'autre. »

Aristides Hatzis



Une telle rhétorique est évidemment éminemment hypocrite.

« Les mêmes Etats-providence qui offrent des tickets d'alimentation et des subventions alimentaires aux pauvres font augmenter aussi le prix de la nourriture qu'ils achètent par des subventions agricoles, des restrictions sur des denrées importées moins coûteuses, et l'obligation de prix alimentaires minimaux. »

Tom G. Palmer



Et la construction de l’État-providence ne produit pas les résultats qu'espèrent les individus, comme on peut le constater de nos jours...


« Même si la santé et l'éducation sont fournies gratuitement par l'Etat, la famille grecque paie 45% du total des dépenses médicales (la plupart du temps d'ailleurs à soudoyer les médecins, les infirmières et les fonctionnaires pour qu'ils fassent leur travail). De nombreux ménages grecs (2,5%) sont sur la paille chaque année en raison de ces dépenses médicales élevées. C'est la même chose avec l'éducation. Même si c'est gratuit à tous les niveaux, les ménages grecs dépensent plus pour l'éducation de leurs enfants (pour les cours particuliers) que tout autre ménage dans l'UE. »

Aristides Hatzis


Face à la guerre de tous contre tous dans laquelle nous enferme l’État, une situation dé-responsabilisante où chacun s'efforce de donner le moins possible et d'obtenir le plus possible des autres membres de la société, le mouvement libertarien ne peut que prôner un retour à des formes d'organisation autonomes, fondées sur la liberté, la responsabilité, et la solidarité. En ce sens, le mouvement libertarien ne fait que poursuivre la lutte contre l’État du mouvement ouvrier pour son émancipation finale.


Moyenne des avis sur cet article :  2.16/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 22 décembre 2014 11:34

    Il y a le monde prôné par les libéraux, la liberté pour tous d’agir à sa guise sauf pour les salariés, lié par lois et de stricts contrats à l’état et à leurs employeurs. L’état, surtout son coût, doit être réduit au minimum tout en assurant la sécurité des biens et des personnes et toutes les dépenses nécessaires au bon fonctionnement de la société libérale et à la prospérité des entrepreneurs. Tout ce qui concerne les salariés devra être financé par eux-mêmes.

    Il y a le monde prôné par les libertariens, la liberté pour tous et dans tous les domaines. Les lois devant être réduite au strict minimum nécessaire. L’exploitation, donc le salariat, étant incompatible avec la liberté, sera interdit. La sécurité des biens et des personnes n’est pas un sujet dans ce monde de liberté. La pauvreté sera également interdite.

    Il y a le monde réel, où ceux qui possèdent décident de tout en privilégiant leurs seuls intérêts. L’état est à leur service en priorité et devra assurer la bonne marche des affaires ainsi que la sécurité de leurs biens et de leurs personnes. Accessoirement, il devra également assurer que le prolétariat productif soit disponible, docile et en assez bonne santé pour permettre une exploitation optimum. Ceux qui sont inutiles aux possédants recevront le minimum nécessaire pour éviter les désordres.

    Dans ce monde, les coopératives de salariés-sociétaires sont possibles. Pour une raison qu’il reste à élucider, ce mode de production est peu utilisé. 

    Il y a le monde rêvé, un monde où chacun serait libre d’agir à sa guise, recevrait un pécule suffisant pour vivre quitte à l’arrondir par des initiatives individuelles ne nuisant à personne. La manne tomberait du ciel, personne ne devrait rien à personne et tout le monde serait gentil.


    • JL JL 22 décembre 2014 11:49

      J’ai lu ce papier : rien à dire, y a trop de boulot.

      En revanche, j’ai rigolé en lisant ça : ’’Il y a le monde prôné par les libertariens, (...) La pauvreté sera également interdite.’’

      Parce que j’ai pensé à cette chanson dédiée aux pauvres par les riches :

      ’’Aujourd’hui, on n’a plus le droit,
      ni d’avoir faim ni d’avoir froid’
      ’.

      Merci pour les pauvres, mais c’est con : qu’est-ce qu’ils deviennent ?

       smiley


    • Daniel Roux Daniel Roux 22 décembre 2014 19:09

      @ JL

      Les idéologies sont des poisons pour l’esprit.

      Quand c’est une idéologie de riches, c’est la faute aux pauvres, et quand c’est une idéologie de pauvres, c’est la faute aux riches.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 décembre 2014 21:40

      JL,
      Les riches américains gagnent leur place au paradis en versant leur oboles aux institutions de charité.
      C’est ce qui doit remplacer le droit du travail, les salaires, les services publics, les acquis sociaux etc
      Bref, c’est encore plus une arnaque que le reste...


    • JL JL 23 décembre 2014 09:20

       Bonjour vous deux,

      oui, la charité ... Là on ne nous dit plus TINA !!

       smiley

      La charité contre l’Etat : ’’Depuis trente ans, les gouvernements occidentaux usent de multiples artifices pour réduire leurs dépenses. L’un d’eux consiste à sous-traiter les services sociaux à des bénévoles et à des associations, tout en encourageant la charité privée. Si le Canada, la France et le Royaume-Uni, par exemple, suivent cette méthode, c’est aux Etats-Unis qu’on trouve le modèle le plus avancé. Désormais majoritaire au Congrès, la droite américaine en a fait un pilier de sa stratégie politique.’’ Lire la suite là : http://www.monde-diplomatique.fr/2014/12/BREVILLE/51013

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 décembre 2014 10:16

      Merci JL pour l’article du Diplo.


      J’ai découvert l’étendue de l’arnaque de la charité aux USA, en regardant le film PSYWAR, où c’est très bien expliqué.

      Les USA ont une horreur viscérale des impôts. Ils croient que la charité les remplace.
      S’ils connaissaient les inégalités de la répartition de la richesse aux USA, il y aurait la révolution demain ! « Répartition de la richesse aux USA. »

    • JL JL 23 décembre 2014 12:26

      Merci Fifi pour ce lien.

      Je suis sûr que N. Sarkozy ses fans et les poujadistes seraient bien tentés par un Tea Party à la française, il n’y a qu’à lire ce que beaucoup ici écrivent contre les impôts.


    • lorenzaccio 23 décembre 2014 15:19

      « Sarkozy et ses fans », les « poujadistes » - le FN j’imagine ? - l’auteur de l’article et le Tea Party n’ont pas grand chose à voir politiquement les uns avec les autres !

      Sarkozy est fondamentalement, comme les militants UMP, un bonapartiste, partisan d’un état fort et interventionniste. Les poujadistes sont en mode « tous pourris » donc crachent sur Sarkozy. Le Tea Party est une sorte de mouvement mélangeant au US droite fiscal-conservatirce très dure (moins d’impôts et conservateurs sur les moeurs) avec une autre branche plus libertarienne qui s’élève justement pour un état plus limité et moins interventionniste.

       Ces différents mouvements sont issus de philosophies politiques très différentes ! Tout mettre dans le même sac est une preuve de confusion intellectuelle !

    • JL JL 23 décembre 2014 18:20

      lorenzaccio,

      ’confusion intellectuelle’’ moi ?comme vous y allez !

       smiley

      Savez vous ce qu’est la confusion intellectuelle ? On ne le dirait pas, preuve qu’ici c’est celui qui dit qui est.

      Si on veut un État fort et interventionniste, il ne faut pas baisser les impôts, voyons. Sarkozy souffrirait-il, lui aussi selon vous, de confusion intellectuelle ?

      Votre confusion vous aura probablement empêché de lire toute ma phrase : ’’Tea Party à la française’’.

      Bonjour à votre psy.

       


    • howahkan howahkan Hotah 22 décembre 2014 11:52

      l’état providence est attaqué par une seule catégorie de personne, les néo-cons usionistes !! ..un des buts est de nier que le collectif existe,alors que sans collectif l’humain a disparu des le début...ôtez de votre vue tout ce qui nécessite un collectif pour simplement être et observez : vous ne pourrez meme pas observer car vous n’existez plus instantanément ..mais comme tout est critiquable théoriquement,derriere les mots de liberté se cachent en general la liberté de celui qui la demande de faire tout ce qu’il veut avec le travail collectif des autres...c’est un attrape nigaud... pour mieux voler efficacement le collectif des vrais travailleurs..

      nier ce fait donc oui mais pourquoi nier l’absolu.. ? par pure bonté d’âme ??

      non, non pour voler ce collectif sans qui rien n’existe....c’est uniquement pour cela.....

      les mots etat providence cachent en fait une tentative humaine d’une réalité toute simple qui est : vivons ensemble ...en paix..comme le collectif de production est incontournable partageons...les fruits de ce labeur...

      oui mais ce monde est la proie d’environ 20% de voleur qui dirigent depuis environ 5000 ans voir + voir -....vu que l’histoire est si fausse comment savoir ???

      ce sont des fainéant qui veulent néanmoins accumuler le plus possible ...il y a le vrai travailleur manuel sans lequel on est tous morts et il y a le parasite sans lequel on est tous vivant...ce volur veut la liberté de voler...le collectif...

      le reste est bla bla bla...

      l’absence de l’état providence ,vu l’état du mental humain qui dégénère n’amène pas du tout une paix ,mais encore pire, ou au mieux pareil, on change juste de maître pour jouer au meme jeux...avec bien sur la guerre en prime....

      on rentre alors dans le néoconservatisme qui se cache pour moi derriere les propos de l’auteur ...il s’agit juste d’une n-ieme version de bla bla pour nous amener vers le paradis usioniste..

      mentalement la dégénérescence mentale humaine nous force à avoir une certaine poigne pour éviter que seuls les violent et les criminels ne dominent..l’absence d’état pour le moment avec ce que nous sommes laisse la porte grande ouverte à la dictature totale des voleurs c’est le but.....des usionistes et amis....


      • howahkan howahkan Hotah 22 décembre 2014 11:57

        La division des humains commence en chacun dans chaque cerveau...pour le moment ceci est un non sujet..je veux dire par là que meme seul , je suis divisé en moi meme...

        la fin de cela en nous meme initiera le seul changement radical possible pour nous, mais a ce stade de démence et d’ignorance il est peut être trop tard pour cette espèce criminelle qui se voit cependant comme géniale.......

        ceci s’appelle de la schizophrénie dans le sens d’avant celui décidé par les psycho bla bla bla ....il s’agit de division d’avec le réel les faits...


      • Neymare Neymare 22 décembre 2014 19:34

        Salut Howakhan
        C’est un constat lucide que vous faites là. Mais je ne pense pas que le nombre de profiteurs (voleurs comme vous dites) atteignent les 20%
        N’oublions pas que beaucoup de gens baignent dans la propagande libérale, et ils croient vraiment que c’est la solution pour sortir d’une crise induite par les libéraux eux memes.
        C’est leur tactique : on provoque des crises, des guerres, des révolutions « populaires » et on profite de ça pour privatiser tout et spoiler le peuple (y compris les idiots utiles que j’ai cité ci dessus)
        Ils profitent meme des catastrophes comme l’ouragan Katrina, ou le tsunami en thailande pour s’installer (voir le très bon livre de naomi Klein sur le sujet).
        Et si ça va pas assez vite, vous allez voir qu’ils vont nous faire une bonne petite guerre mondiale pour « dynamiser » le business.
        La bêtise nous conduira comme d’habitude au chaos


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 décembre 2014 21:42

        Merci à vous de ne pas tomber dans le panneau « de la liberté pour tous », qui n’est autre que la liberté des renards dans le poulailler !!


      • lorenzaccio 23 décembre 2014 15:11

        Les « néo-cons usionistes » ! Wouaah ! smiley

        Je me demande si vous pensez que tous les néo-cons sont sionistes, ou tous les sionistes néo-cons, ou est-ce que vous vous concentrez sur l’intersection/l’union des deux ? Évidemment tout cela étant restreints aux américains. Pour quelqu’un dont la photo de profil semble venir en défense des native people américains, j’espère que vous vous rendez compte à quel point vos amalgames puent le relent de « grand complot mondial judéo-capitaliste » !  smiley

        Ce qui caractérise les néo-cons, c’est leur théorie sur la politique étrangère que les US doivent adopter : interventionnisme, éventuellement militaire, pour faire advenir la démocratie partout dans le monde et faire du « state-building ». C’est évidemment très américains. Ça peut être couplé ou non avec le sionisme (qui lui est mondial, n’est-ce pas ?). Au passage, je ne sais pas comment vous définissez « sionisme », mais si c’est « penser que le peuple juif mérite un état sur sa terre ancestrale », alors l’immense majorité des Français et des peuples occidentaux sont sionistes, ça ne s’arrête pas aux néo-cons ni même aux américains !

        Maintenant, il s’agit de distinguer l’auteur de l’article des ces mystérieux « néo-cons usionistes ». Les néo-cons sont des défenseurs d’un état américain fort et de l’intervention de celui-ci partout dans le monde, ils sont pour de gros budgets de la défense.  smiley  Notre ami se présente au contraire comme « libertarien », c’est à dire des gens qui, aux US, sont non-interventionnistes, voir isolationnistes, et veulent arrêter de subventionner le complexe militaro-industriel, etc. Renseignez vous !   smiley

        En essayant de décerner quelques éléments concrets dans le flou de votre logorrhée, je crois comprendre que vous accusez l’auteur de « nier le collectif », alors que celui-ci vient de faire l’apologie des sociétés d’entraides mutuelles. Ne pensez-vous pas qu’un minimums d’argumentation serait nécessaire ?

        Je crois aussi distinguer quelques doses de marxisme : le « travailleur manuel » serait le seul vrai producteur, que les capitalistes, assis à ne rien faire, voleraient du crut de son travail. Et que ferait le travailleur manuel, avec ses seules mains nues ? Pas grand chose ! Comment l’agriculture se serait-elle développée, sans pioche, sans soc, sans charrue, sans sans tracteur ? Comment l’industrie aurait fournit ses outils au paysan, sans machines, sans capital immobilisé ? etc... Sans le capitalisme, il n’y aurait pas plus de 100 millions d’homme sur toute la Terre et nous ne serions pas là pour en discuter. Le travail seul ne produit presque rien. C’est la combinaison du travail et du capital qui permettent de répondre aux besoins des hommes (et en premier lieu de les nourrir, de les loger, des les habiller, de les éduquer, même si nous vivons dans des sociétés tellement riches que nous oublions parfois que ces besoins n’étaient, il n’y a pas si longtemps (300 ans), que partiellement satisfait pour une grande majorité de la population !), et il est donc juste que l’un et l’autre soient rémunérés.

      • Lonzine 22 décembre 2014 12:19

        encore un qui a avancé masqué


        • Pere Plexe Pere Plexe 22 décembre 2014 17:32

          «  je milite en faveur d’une société libre et pacifique où nul n’impose sa volonté à autrui sans son consentement. »
          Sacré comique !


        • lorenzaccio 23 décembre 2014 15:22

          Vous n’êtes pas d’accord avec quelqu’un donc nécessairement c’est un menteur ? C’est un peu facile non ?

           Tous les grands auteurs libertariens placent le principe de non-agression au fondement de leur système de pensée, donc cette profession de foi est plutôt cohérente avec le reste !

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 décembre 2014 18:40

          lorenzaccio,
          « Peace and love » en somme..., vous nous prenez pour des demeurés ?

          Seuls les Etats capables de légiférer contre les rapaces de la finance.
          " Contre les fonds vautours, les Etats ont le droit de poser des actes souverains.


          La preuve, c’est qu’il a fallu 40 ans de dérégulations en tous genres pour arriver au brillant résultat que nous connaissons :

          - 120 millions d’ européens menacés de précarité
          - 50 millions qui vivent dans un foyer où personne ne travaille
          - 43 millions qui n’ont pas les moyens de se nourrir correctement
          - et au moins 4 millions de sans abri. Chiffres d’ Eurostat et INSEE.


          Toute cette merveille n’a pu se faire qu’en détruisant patiemment toutes les lois qui protégeaient les entreprises, les emplois et les acquis.

          Vous savez qu’avant notre belle Europe de la prospérité, il y avait en France un contrôle des capitaux ? Ben, y en a plus.

          Les entreprises délocalisent leur argent comme elles veulent et les entreprises françaises sont achetées par qui veut, sans que les gouvernements ne puissent rien dire.
          C’est ça votre Peace and Love ?

          Voilà le brillant résultat de 40 ans de dérégulations :
          Comparaison de l’emploi industriel en France 1968 - 2008.

        • zygzornifle zygzornifle 22 décembre 2014 12:43

          l’état est providence pour ses politiques et ses immigrés pour les autres circulez il n’y a rien a voir .....


          • Pere Plexe Pere Plexe 22 décembre 2014 17:30

            Alors émigre !


          • zygzornifle zygzornifle 23 décembre 2014 09:30

            c’est déjà fait, j’ai pris la nationalité « pole-emploi » et tous les jours de nouvelles personnes viennent nous rejoindre ....


          • foufouille foufouille 22 décembre 2014 15:09

            encre un qui paye pas ses études de sa poche.
            pourquoi il va pas vivre en somalie ?
            ou mieux dans les eaux internationales ou il y a aucun état.


            • Pere Plexe Pere Plexe 23 décembre 2014 09:53

              Somalie Burundi Irak Lybie ...
              Le choix est vaste des pays ou l’état n’existe que de manière théorique...
              Mais pour resté ton sur ton je conseillerai le bien nommé Libéria


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 décembre 2014 20:42

              Les biens publics sont arrachés à la logique marchande, pour le bien de tous.
              Vershave l’explique en 2 minutes.


            • Feilusha Feilusha 22 décembre 2014 18:14

              Si vous confondez Bismarck avec les sociaux-démocrates ! Ah ! malheureusement le mouvement ouvrier à vécu, bien plus victime en politique du léninisme stalinoïde que des sociaux démocrates, et en économie des nouvelles révolutions technologiques. De toute façon, lire les œuvres de Marx comme si c’était une Bible est une ânerie anti-marxiste. Ce que vous écrivez ressemble d’ailleurs beaucoup à la phraséologie léniniste qui prétendait que sans parti communistes les ouvriers en resteraient au trade-unionisme. Malheureusement, il semble que, par manque d’éducation politique (la responsabilité du ps et du pc est écrasante en la matière), l’ex-classe ouvrière soit prête à se jeter dans les bras des néo-fachos. A force de taper sur l’Etat-providence, vous préférez la direction du laisser faire libéral ?


              • julius 1ER 23 décembre 2014 09:54

                ’@fellusha,


                quel tissus d’ âneries et contre-vérités, citer Lénine dans le contexte de 2014 n’a rien de Marxiste non plus car en 1917 il s’adressait à une population d’analphabètes..... encore que au vu de ce que
                je lis sur ce site les analphabètes ne sont peut-être pas ceux qu’on croit ....

              • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 22 décembre 2014 19:01

                Etre lucide au milieu de zombies endoctrinés n’est pas une position facile. Bravo pour votre article.

                Ils ne s’aperçoivent pas que le système qu’ils défendent est une machine à appauvrir : Éducation Nationale catastrophique, caisses de retraites (Ponzi) en faillite, assurances santé coutant de plus en plus chère et remboursant de moins en moins, chômage endémique, faillites d’entreprises et suicides à la chaine.

                Pendant ce temps, des élus se gavent, les responsables syndicaux profitent de la vie de château, les copains milliardaires s’en mettent plein les poches.

                Et ils continuent de défendre ce système au nom d’une soit disant solidarité qui s’appelle en réalité spoliation, une collectivité qui veut dire dictature du plus grand nombres sur les minorités, un bien commun qui signifie l’écrasement de tout individualité, de tout ce qui fait la dignité de l’être humain.

                Faudra-t-il aller encore plus profond dans la misère et l’asservissement pour vous déciller ?


                • Neymare Neymare 22 décembre 2014 19:55

                  "Et ils continuent de défendre ce système au nom d’une soit disant solidarité qui s’appelle en réalité spoliation, une collectivité qui veut dire dictature du plus grand nombres sur les minorités, un bien commun qui signifie l’écrasement de tout individualité, de tout ce qui fait la dignité de l’être humain."
                  Tout à fait, je propose de lancer un nouveau sarkoton en faveur des 1% les plus riches, et faisons payer tous les parasites chomeurs, sdf, ouvriers pour se venger de cette dictature injuste.
                  Ce qui fait la dignité de l’etre humain Mossieur l’homme libre c’est certainement pas l’égoisme, la petitesse du rapace assis sur son tas d’or, retournez donc à votre course de rats sinon vous allez vous faire spolier


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 décembre 2014 07:59

                  Jesuisunhommelibre,
                  Vous êtes surtout aveugle : si les services publics sont dans cet état, c’est pour mieux les privatiser.


                  Les biens publics sont des acquis sociaux arrachés à la logique marchande.
                  Si cela ne vous convient pas, allez donc vivre au Bangladesh, vous ne serez pas gêné par la solidarité sociale !

                • julius 1ER 23 décembre 2014 10:05

                  contrairement à ce que dit Fifi qui prétend que les français sont lucides, moi je crois qu’ils ne le sont pas du tout c’est même le contraire, ils sont bien engoncés dans leur petit égo et adeptes du tant que pour moi çà va, les autres démerdez -vous !!!!!!!

                  et la guerre du tous contre tous les arrangent à bien des égards puisque finalement cela cristallise les positions mais seulement à taper sur pauvres à terme ce sera « à qui le tour » ????
                  car pour survivre le système va spolier de plus en plus de catégories qui jusque là n’ont pas été trop touchées par la crise, mais ce n’est qu’une question de temps maintenant .......

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 décembre 2014 10:24

                  julius,
                  Bien sûr que les directives de la Commission européenne vont liquider le modèle social français !
                  Vals va annoncer 150 mesures anti sociales. C’est Moscovici qui le dit.


                  Mais si la Gauche ne se décide pas à aider les Français à sortir de l’ UE, à sauver le modèle social, et à reconstruire l’économie du pays, il n’y aura plus de modèle social, mais plus de Gauche française non plus !! 

                  Alors, au lieu de cracher constamment sur les Français, bougez vous les fesses !
                  C’est l’absence de perspectives politiques qui déprime les Français.

                • Pere Plexe Pere Plexe 23 décembre 2014 10:29

                  Éducation Nationale catastrophique,

                  Vraiment ?Donnez nous un pays,si possible « libéral », ou l’on fait mieux à de moyens égaux ou moindre ?

                  caisses de retraites (Ponzi) en faillite, 

                  Il y a peu c’est le système capitaliste mondial qui était en faillite.Préconisez vous d’en finir avec le capitalisme ? Le problème des retraites est négligeable comparé à d’autres .Et pour les bonnes œuvres il reste toujours un peu de monnaie.Mais pas pour les retraites.. ?

                  assurances santé coutant de plus en plus chère et remboursant de moins en moins,

                  c’est pas le cas des assurances privées ?

                  chômage endémique, faillites d’entreprises 

                  C’est pas à cause de la « libre concurrence » chère aux libéraux et aux délocalisations qui en découle ?

                  Les faillites ne sont elle pas le principe régulateur du libéralisme ? Et le chômage sa conséquence ?

                  Pendant ce temps, des élus se gavent, les responsables syndicaux profitent de la vie de château, les copains milliardaires s’en mettent plein les poches.

                  Oui les élus voir les syndicalistes sont trop souvent corrompus.Mais qui donc sont les corrupteurs ?

                  Qui à donc engendré ces milliardaires sinon la libéralisation ? Les mouvements « libéraux » ne sont ils pas massivement soutenus par des milliardaires ?

                  Etre lucide au milieu de zombies endoctrinés n’est pas une position facile

                  Vous lire nous le prouve si besoin était


                • Pere Plexe Pere Plexe 23 décembre 2014 10:46

                  Et pour les bonnes œuvres il reste toujours un peu de monnaie

                  Correction du lien.


                • Pere Plexe Pere Plexe 23 décembre 2014 10:48

                  Une dernière fois...
                  un peu de monnaie


                • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 23 décembre 2014 12:00

                  Éducation Nationale catastrophique : cf rapport PISA http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2013/12/03/classement-pisa-la-france-championne-des-inegalites-scolaires_3524389_1473688.html

                  Retraite en faillite : http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20141220tribe59febb75/re traites-complementaires-les-elements-qu-il-faut-absolument-connaitre.html


                  C’est pas le cas des assurances privées : Sauf qu’elles remboursent pareil, ce qui n’est pas le cas de la Sécu. Sans parler des injustices flagrantes de ce système :
                  Pas de jour de carences pour les fonctionnaires, 3 jours pour les salariés, 30 jours pour les commerçants et artisans, 90 pour les médecins et aucune prise en charge pour les notaires/avocats !
                  Autre exemple, la retraite dépendant de la sécu : Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse verse en moyenne 640 € mensuels à ses retraités du régime général salarié, elle verse 785 € par ancien de chez GDF/EDF qui se cumulent à leur propre retraite, portant ainsi la retraite moyenne d’un agent GDF/EDF à 2 433 € bruts mensuels contre 1 166 € dans le privé !

                  Chômage endémique, faillites d’entreprises : Si vous pouvez vous satisfaire de cette part gigantesque de personnes mise à l’écart de la société à cause du chômage, moi pas. Quand le cout salarial est un des plus important des pays de l’OCDE et que ce qui reste aux salariés à dépenser pour eux-même est parmi les plus faibles, j’affirme qu’il y a bien un problème. Quand on chasse ceux qui peuvent investir par des mesures confiscatoires et vexatoires, on accentue (sciemment ?) le chômage.

                  Quand l’état s’immisce dans l’économie au lieu d’assurer son rôle de protecteur du droit de chacun, il y a nécessairement corruption. Et cela est accentué car les élus sont irresponsables car ils dépensent l’argent des autres (contribuables) sans en assumer les conséquences (quand vient l’heure de rembourser, ils sont déjà remplacés par d’autres cf. La dette abyssale de l’état 2000 milliards soit l’équivalent du PIB annuel + 2000 milliards non provisionnés pour la retraite des fonctionnaires). D’ailleurs les problèmes commencent déjà : http://www.courrier-picard.fr/region/picardie-des-milliers-de-nouveaux-retraites-toujours-ia0b0n486106, http://www.lindependant.fr/2014/12/19/retards-de-paiement-des-retraite-en-languedoc-roussillon-une-aide-exceptionnelle,1970156.php, http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/12/18/une-aide-exceptionnelle-apres-des-retards-de-versement-de-retraites_4543443_3234.html


                • Pere Plexe Pere Plexe 23 décembre 2014 15:36

                  merci de répondre aux questions posées !

                  Ou fait on mieux pour moins cher en matière éducative ? votre lien n’y répond pas.
                  Oui ou non le monde capitaliste dans sa globalité était il en faillite ? Vous n’y répondez pas.
                  Oui ou non les assurances privées augmentent elle ? Vous n’y répondez pas.
                  Oui ou non la faillite est elle le principe régulateur d’une économie libérale ? 
                  C’est pourtant simple ! 
                  Que l’EN ou les systèmes de retraites soient imparfaits ne réponds pas à la question !

                • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 23 décembre 2014 15:36

                  Si, pour vous, la générosité et la solidarité ne s’envisage qu’avec un pistolet sur la temps ...

                  Pour moi, ces qualités ne peuvent avoir de sens que dans la liberté et la responsabilité.

                  Si ça vous plait de payer pour des partis politiques (du FN à l’extrême gauche) sans qu’on vous demande votre avis, pour ma part, j’aimerai pouvoir choisir qui faire bénéficier de mes libéralités.


                • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 23 décembre 2014 18:06

                  Il me semblait que ma réponse concernant l’éducation était claire : Les plus grandes dépenses pour un des plus mauvais résultats. Voyez du coté de la Suède, de la Suisse, de la Nouvelle Zélande qui ont un fonctionnement beaucoup plus libéral.

                  Heureusement que le monde n’est pas totalement en faillite. Toutefois, il y a de très gros risques à cause de la gestion étatique de la monnaie, que ce soit du coté des USA ou du coté de l’Europe. Quand la quantité de monnaie ne correspond plus à la richesse réelle, cela occasionne obligatoirement une crise dont les citoyens subissent entièrement le coût. Pour les politiques et les banquiers en connivence, pas de soucis, tout va bien pour eux.
                  Quand les banques encaissent les bénéfices et que les citoyens payent les pertes, c’est bien parce que l’état vient y fourrer son nez. Si les banques étaient entièrement privées et livrées à elles-mêmes, elles feraient faillite au dépens unique de leurs actionnaires. L’état n’utiliserait pas son monopole de la violence pour voler la population par la création de fausse monnaie (inflation et planche à billets).

                  Les assurances augmentent, comme toutes activités, pour compenser l’augmentation des risques (ce qui est normal) mais aussi pour compenser la perte de valeur de la monnaie (planche à billet) et l’augmentation délirante de la fiscalité.

                  Quand on impose les vaches, ce ne sont pas les vaches qui paient les impôts !

                  Quand à la faillite, elle n’est due, dans un système libre, qu’à l’inadéquation entre une offre et une demande. Il s’agit de la destruction-créatrice chère à Schumpeter.


                • Pere Plexe Pere Plexe 23 décembre 2014 23:02

                  Sauf que la Suède ou la Nouvelle Zélande ou Suisse dépense plus que la France
                  Vérifiez avant d’écrire des bêtises.
                  Une fois de plus vous avez donc répondu à coté...

                  La suite est du même tonneau.Je vous demandais si le monde financier en 2008 était en faillite.Vous ne me répondez pas .Que le monde financier ayant refilé sa dette aux états ne le soit plus j’en convient.Mais ce n’était pas la question posée.
                  Vous regrettez le système de création monétaire.mais ne dites pas par quoi vous voulez le remplacer ?
                  Vous affirmez "Si les banques étaient entièrement privées et livrées à elles-mêmes, elles feraient faillite au dépens unique de leurs actionnaires« C’est faux
                  Les premiers perdants sont bien sur ceux qui ont confié leur argent...sauf garanti de l’Etat !

                   »Les assurances augmentent"...enfin une réponse.Mais alors pourquoi voudriez vous que la sécu n’augmente pas ? surtout que vous justifiez cette hausse (au prix de quelques erreurs ).

                  Quand à la faillite../..il s’agit de la destruction-créatrice.
                  Je prends ça comme une réponse implicite et positive à ma question.Même si vous eludez le probleme des délocalisations.
                  Et je laisse à chacun de juger le coté créateur des faillites.
                  Le coté destructeur n’aillant lui échappé à personne...


                • Pere Plexe Pere Plexe 23 décembre 2014 23:15

                  Un petit lien intéressant sur les dépenses d’éducation.(Onglet Expenditure)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès