Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’Europe... encore !

L’Europe... encore !

Lettre ouverte à Monsieur Michel Barnier ? Commissaire européen

Monsieur le Ministre, Cher Monsieur,

J'ai lu avec attention « Se reposer ou être libre (citation de Thucydide) » et si j'adhère à vos analyses et propositions (avec des réserves, notamment Chapitre V) j'ai un désaccord sur un point que vous exprimez en pages 16 & 17 : donner la priorité à l'action politique pour développer la citoyenneté européenne, et réviser ensuite les Traités. J'ai le sentiment qu'il faut faire le contraire. Si nous en sommes là aujourd'hui (26 % pour ces illuminés du FN), c'est parce que les Institutions européennes ne sont pas lisibles par le citoyen (une raison parmi d'autres, mais peut-être la première). Pour développer (créer) cette adhésion à la citoyenneté européenne, indispensable pour que l'Europe devienne une réalité sociale, j'ai la conviction qu'il faut réformer d'abord ses Institutions. Il me semble possible de changer aujourd'hui en profondeur ce qui doit l'être par la construction d'un « noyau dur » autour de l'euro - qui apparaît à beaucoup, dont Balladur (si je l'ai bien lu), comme une nécessité. Mais ce noyau dur ne se fera pas à 18, d'autant qu'il faut être plus ambitieux et faire le saut fédéral. A 8 ou 10 c'est jouable, me semble-t-il ; il y a une obligation, celle d'oser ! N'est-ce pas d'ailleurs la seule voie pour atteindre les objectifs que vous fixez (et particulièrement au Chapitre VI) ? L'Union Européenne à 28 est devenue un sujet de défiance pour sa propre population : qui sera le prochain Président de la Commission laisse les citoyens européens indifférents ; Obama et Poutine demandent à Merkel de jouer les go between pour régler leurs affaires ; Van Rompuy, lady Ashton, Barroso..., on ne les a vus ni à Kiev ni à Bamako, ni à Bangui ; lady Ashton est perçue comme le pion des Britanniques et elle est inaudible (à part le Vatican, qui conduit une diplomatie sans avoir d'armée ?) ; et combien de Commissaires et de Députés européens pouvons-nous nommer ? Les éclaircissements que vous apportez sur les enjeux, les projets, les réalisations, les difficultés, les évolutions de l'Union etc., devraient faire l'objet d'une large diffusion... qui cependant ne suffirait pas, je crois, à casser le désamour, la défiance, les rejets... et ouvrir de nouvelles voies d'adhésion. Et quel citoyen européen n'a pas une bonne raison de rejeter l'UE ? Pour ma part c'est l'adhésion de la Turquie : comment peut-on négocier avec ce pays qui occupe militairement Chypre, un pays membre de l'UE ? Les accords de Lausanne signés après la Guerre de 14-18 ont organisé des transferts de populations grecques et turques, et de territoires (la Thrace est rattachée à la Turquie ce qui n'est pas rien !) : faut-il revenir la-dessus ? Poutine prend la Crimée et l'on crie à la violation de frontières reconnues... mais la Turquie envahit Chypre et l'on reçoit Erdogan comme un ami ? Oui, les citoyens européens ont des raison de rejeter l'UE, car on n'est pas devant un bilan avantages/inconvénients, dans le technocratique, l'intendance ; on est dans le culturel et le sentiment domine souvent la raison – raison qui est d'ailleurs bien malmenée ! L'UE, c'est une baudruche, disent certains observateurs... Qui peut contester que les Institutions de l'UE, que le Traité de Lisbonne n'a pas éclaircies, sont une usine à gaz à laquelle personne ne comprend rien : le « système UE » est d'une complexité qui le rend illisible – et donc ingouvernable -, et ce que vous proposez (notamment Chapitre VII) ne peut qu'accroître cette complexité. Comment sortir de cette situation ? Les interrogations sur l'avenir et la fragilité de l'euro sont une chance à saisir : une monnaie n'existe pas sans un Etat ( Jacques Attali in L'Express) - c'est un fait –, alors créons-le ! C'est toujours le « noyau dur » que l'on évoque lorsqu'une crise nouvelle apparaît. L'impérieuse obligation d'appuyer la monnaie sur un Etat étant reconnue, on peut aujourd'hui envisager le saut vers le Fédéral. Ce sont les Six (France, Allemagne, Luxembourg, Belgique, Hollande, Italie) signataires du Traité de Rome qui doivent en prendre l'initiative. Cette « Europe Fédérale » doit avoir un Président, un Parlement, des Députés, un Gouvernement : des Ministres et un Premier Ministre ; avec Cour de Justice (qui aura enfin la légitimité pour imposer ses décisions sur celles des « fédérés »), et BCE qui devient FED européenne. Cette architecture sera enfin lisible pour le citoyen européen qui retrouvera des mots qui signifient quelque chose : parlement, députés, ministre, gouvernement, président, premier ministre etc. Plus de Commission, de Conseils de ceci et cela, de Commissaires (désolé !), de Haut représentant etc. C'est une construction qui n'est pas très loin de celle du Canada ; pourquoi ne pas s'en inspirer pour construire cette Fédération européenne ? L'UE aujourd'hui peut-elle produire un De Gaulle ou un Churchill ? Non ! Cette Fédération le permettra, et elle pourra faire face aux durs conflits à venir (Rapport 2012 du National Intelligence Committee – CIA) sans d'ailleurs les éliminer ! ( Je pense que l'équation : « démographie - ressources naturelles - pollutions » n'a pas de solution : retarder la régulation darwinienne, notre seul horizon ?...) Le « noyau dur », la Fédération, doit avoir une armée – l'armée européenne est là ! La mutualisation des investissements avec les autres Etats, et d'abord avec la Grande Bretagne, reste ouverte (porte-avions, munitions, avions de transport et de ravitaillement, satellites, etc.). Cette Fédération aurait donc les quatre éléments de la souveraineté : fiscalité, monnaie, armée, diplomatie... Et des frontières ! Un espace fiscal se confond toujours avec un espace géographique ; une monnaie n'existe que sur une fiscalité ; diplomatie et l'armée ont des missions pour protéger un espace géographique. Les autres Etats feront évoluer l'UE, et le poids de la Grande Bretagne (si elle n'en sort pas d'ici là !) sera déterminant car elle consolidera ce qu'a toujours voulu Mrs Thatcher : un espace pour faire du business ! Enfin je me permets de vous faire la suggestion de rajouter une 31ème proposition : la création d'une chaîne de télévision européenne qui, en jouant avec les fuseaux horaires, émettrait 24/24 h et 365/365 jr, offrant à chacune des 24 langues 7 heures d'émission par semaine ! Financement par la Pub (façon cachée de taxer le consommateur). Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de mes meilleurs sentiments.

Après Thucydide, Homère : « Ah ! misère !… Écoutez les mortels mettre en cause les dieux ! C’est de nous, disent-ils, que leur viennent les maux, quand eux, en vérité, par leur propre sottise, aggravent les malheurs assignés par le sort. » (L'Odyssée).


Moyenne des avis sur cet article :  1.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 9 juin 2014 11:52

    SCANDALE : La retraite à 50 ans avec 9.000 euros par mois pour les fonctionnaires de l’UE a été approuvée !!!.....
    Cette année, 340 fonctionnaires partent à la retraite anticipée à 50 ans avec une pension de 9.000 Euros par mois.

     Consultez la liste sur :

    http://www.sauvegarde-retraites.org/docs/Retraite_Hauts_fonctionnaires_europeens_Annexe_3_Et ude_27.pdf

     

    Dans cette liste vous trouverez un certain Jacques Barrot ( 73 ans) avec une retraite de 4.728,60 ? pour 5 années de commissaire européen aux transports À cela il faut ajouter sa retraite d’ancien député, celle d’ancien ministre, d’ancien président du Conseil général de la Haute Loire, de maire d’Yssingeaux et pour couronner cette brillante carrière, le 23 février 2010 il a été nommé au Conseil Constitutionnel.

     

    Pour eux, c’est le jackpot. En poste depuis le milieu des années 1990, ils sont assurés de valider une carrière complète et, donc, d’obtenir le maximum : 70 % du dernier salaire. Car, c’est à peine croyable... Non seulement leurs pensions crèvent les plafonds mais il leur suffit de 15 années et demie pour valider une carrière complète alors que pour vous, comme pour moi, il faut se tuer à la tâche pendant 40 ans et, bientôt, 42 ans.

     

    Face à la faillite de nos systèmes de retraite, les technocrates de Bruxelles recommandent l’allongement des carrières : 37,5 ans, 40 ans, 41 ans (en 2012), 42 ans (en 2020), etc. Mais, pour eux, pas de problèmes, le taux plein c’est 15,5 ans... De qui se moque-t-on ? A l’origine, ces retraites de nababs étaient réservées aux membres de la Commission européenne puis, au fil des années, elles ont également été accordées à d’autres fonctionnaires. Maintenant, ils sont toute une armée à en profiter : juges, magistrats, greffiers, contrôleurs, médiateur, etc.

     

    Mais le pire, dans cette affaire, c’est qu’ils ne cotisent même pas pour leur super retraite !!! Pas un centime d’euro, tout est à la charge du contribuable....

     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès