Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’héritage nucléaire français en Algérie…

L’héritage nucléaire français en Algérie…

Voilà un sujet dont on parle rarement… tabou. La France a mené pas moins de 17 expériences nucléaires sur le sol sud de l’Algérie entre 1960 et 1966. Un secret défense qui a bien mené son office jusqu’ici. Mon père officier du génie était en poste à Colomb-Béchard à cette période, il est mort des dizaines d’années plus tard d’un cancer, une leucémie qu’il nous a cachée longtemps.

Jusqu’alors l’Algérie, n’avait jamais mis le doigt sur cet épisode. Un colloque s’était tenu en 2007 à Alger sous le patronage de Bouteflika pour demander réparation à la France. Ces tirs ont eu lieu jusqu’à la fin, prévu par les accords d’Evian, à savoir le départ définitif de l’armée française d’Algérie en 1967. Un événement vient de faire rebondir l’affaire, la déclassification le 4 avril 2013 « secret défense » d’une carte française de 1960, montrant l’importance des retombées radioactives du 1er essai français dans le Sahara algérien.

On y découvre l’étendue du mensonge des autorités françaises de l’époque, l’importance des retombées, lesquelles touchent toute l’Afrique, l’ouest et le sud de l’Europe. « La Gerboise Bleue », 1er bombe atomique française, treize jours après son explosion, étendait ses retombées radioactive à l’ensemble de l’Afrique de l’ouest, au sud jusqu’en Centrafrique, mais aussi au nord jusqu’en Espagne et en Sicile…

Aujourd’hui, alors que les langues se délient, les experts reconnaissent que les normes de sécurité n’ont pas été respectées. C’est à Arak (Tamanrasset) que l’eau a été fortement contaminée…et l’air bien sûr, par de l’iode 131, du césium 137 ont été inhalé par les populations locales et les équipes militaires. Aujourd’hui, on en connait les conséquences en termes de cancers et de maladies cardio-vasculaires.

La publication de cette carte a été obtenue dans le cadre d’une enquête pénale déclenchée par les vétérans de ces campagnes d’essais nucléaires français, lesquels se sont poursuivis en Polynésie française.

Aujourd’hui, l’armée française a encore du mal à ouvrir ses dossiers sur cette affaire. On estime à 30 000 le nombre des victimes algériennes de ces essais. La France s’honorerait d’assumer sa responsabilité juridique, en apportant l’aide technique aux autorités algériennes en matière de décontamination. Dans la région de Regagne, en particulier les radiations sont encore présentes.

Le programme nucléaire français s’est effectué en trois phases sur 15 ans. De 1945 à1951 les études scientifiques et techniques se sont déroulées. C’est à partir de 1952, qu’a été mis sur pied un budget pour le programme d’acquisition du plutonium. Puis à partir de 1955, le programme français a été mis sur pied, suite au refus des USA et du Royaume Uni de communiquer leurs propres informations sur la technique de fabrication d’une bombe nucléaire. C’est donc le Sahara qui est choisi comme lieu d’expérimentation, la décision est prise par le Général de Gaulle en 1957. C’est la 2e compagnie de l’armée française qui va installer son PC à Hamoudia, petite localité située à 65 km au sud de Reggane. Cette entreprise a mobilisé pas moins de 6 500 français : chercheurs, savants et soldats. Il faut y ajouter 3 500 algériens, simples ouvriers.

La première bombe de 70 kilotonnes a explosé le 13 février 1960 à Hamoudia, la seconde, suivi de deux autres toujours à l’air libre !!! Les suivantes seront souterraines au Sud est algérien à In Ecker du 7 novembre 1961 au 16 février 1966.

Nous avons le récit de l’explosion du 1er mai 1962 à In Ecker, au Sahara. Une galerie a été creusée dans une montagne, en forme de colimaçon, longue d’un kilomètre, le tout bouché avec du béton armé, sommairement ! Au moment de l’explosion, c’est tout ce système d’obturation qui a explosé rejetant dans l’air des matériaux et des poussières radioactives. Les deux ministres français présents, Pierre Messmer (ministre des Armées) et Gaston Palewski (ministre de la recherche) furent irradiés. Ce dernier est d’ailleurs mort d’une leucémie en 1984. Les photos de l’époque montrent qu’aucune précaution n’avait été prise pour la sécurité des observateurs. (Voir le site http://www.jp-petit.org/Divers/Nucleaire_souterrain/in_ecker.htm)

Le pilote de l’hélicoptère chargé de survoler le site de l’expérimentation devint aveugle. Pire l’armée envoya des soldats, sans aucune tenue de protection prélever des échantillons dans le tunnel. Leur système immunitaire fut détruit, ils sont morts peu de temps après et, secret défense, leur famille ne furent pas autorisées à les approcher, ni à voir leur corps. France 2 a consacré une émission à ce sinistre épisode où l’on voit une veuve témoigner sur le fait qu’elle n’a pas obtenu de pension de veuve de guerre, ni même la mention « mort pour la France ». Le Colonel de l’époque l’ayant prié de garder le secret le plus absolu sur les conditions de la mort de son mari à 32 ans…


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 15 février 2014 10:16

    Moi (comme des milliers de gens) nous avons pu voir a la télé ou au cinéma (les actualités) bon nombre d’essais de la France en Algérie....en noir et en couleur.. !

    Pour les problèmes liés au saloperies qui viennent de ces explosions...SECRET DEFENSE...comme avec tous les autres pays qui ont fait la même chose(USA en tête sur une bien plus grande échelle que nous)....Les scandales sont nombreux...l’amiante..le sang contaminé..etc...mais à chaque fois c’est le silence total des autorités...nous sommes les cocus tout simplement...Faut choisir...aller au ski en week-end..ou descendre dans la rue pour une révolution...Pour l’instant c’est le ski pour les Français.. !

      • Constant danslayreur 15 février 2014 12:12

        Les vies humaines ne se valent décidément pas, et c’est la loi qui le dit...


      • asterix asterix 15 février 2014 12:38

        Merci de votre rappel, Mr Pelletier.
        Ayant lu également le lien de Constant, j’en retire qu’il est évident que l’ampleur du problème posé fut occulté et qu’encore aujourd’hui, il en subsiste des conséquences, Mais là où je deviens dubitatif, c’est lorsque, 47 ans plus tard, on ouvre un dossier de réparations. Soit celui-ci aurait dû exploser depuis longtemps, soit le temps a fait son oeuvre et il faut en retirer un solennel « plus jamais cela » qui serait comme un épitaphe sur la tombe de ceux qui en furent victimes. Eux, mais pas leurs petits-enfants... Ou alors qu’on prouve avec force qu’il en subsiste encore des traces aujourd’hui, ce qui ne semble pas être le cas,
        Le sud-algérien ne se trouve pas du côté de Fukhushima.
         


      • asterix asterix 15 février 2014 12:42

         « des traces majeures » aurais-je dû écrire en fin d’intervention pour éviter la redondance... désolé.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 février 2014 13:07

        Une association polynésienne qui fait du boulot ; site très informatif :
        http://www.moruroaetatou.com/.


        • Numidie18 15 février 2014 13:08

          En tant qu’algérien, je ne demande meme pas reparation parcequ’un ennemie restera toujour un ennemie (la france ne digera jamais l’affront d’etre chassé de l’Algerie),c’est aux Algeriens d’imposer le respect.Coté français faudra juste arrêté de la ramené concernant la glorification de la colonisation parcequ’ aprés tt ca............ !


          • bleck 15 février 2014 13:39

            @ Numidie


            (la france ne digera jamais l’affront d’etre chassé de l’Algerie)

            Quand on écrit le nom du Pays qui te donnes à bouffer : on met une majuscule au nom de ce généreux Pays ; donc tu met une majuscule à France comme tu as mis un A majuscule à ton bled pourri dont la jeunesse n’ a pour ambition que de venir ici 

            Tu ne nous aimes pas ?

            C’est largement réciproque : 80 % de la population ne peut pas te blairer




          • Croa Croa 15 février 2014 22:56

            « 80 % de la population ne peut pas te blairer »

            Nous ne connaissons pas ce monsieur, on ne peux donc rien dire !


          • cedricx cedricx 15 février 2014 13:09

            Si l’on se réfère à la carte publiée par le quotidien « Le Parisien », c’est toute l’Afrique de l’Ouest qui a été affectée ainsi que l’Espagne et la Corse, sans compter les pays maghrébins.



            • legrind legrind 15 février 2014 14:45

              Comme beaucoup de sujets soit-disant tabous (la guerre d’Algérie..) on nous en parle au moins 2 fois par an.. 


              • Numidie18 15 février 2014 16:34

                Pays qui me donne a bouffer !!!!!! c +tot l contraire bled de crevard, si on voulais on fermerai les vannes du gaz et vs creverai de froid ignare,vs êtes réduit a faire le tapin ds les pays arabes pour recevoir l’argent du pétrole (la crise fait des ravage chez vs),et en ce ki concerne la soi-disant immigration ds votre bled pourrit vs recevez uniquement notre racaille comme ca vs allez la sentir encore b1 profonde,tu parle d’une destination,on parle pas de l’Allemagne ou d pays nordique on parle de la france pays b1 tot tier mondiste !!!!!! (@ par bleck)


                • bleck 15 février 2014 19:32

                  @ Numidie le bouzoulouf


                  Articules quand t’écris ; on comprends rien à c’que tu blatères l’artaï des sables

                  • Le Gaspésien 16 février 2014 06:16

                    Je remercie l’auteur pour ce petit rappel, j’avais un peu oublié mon devoir de repentance 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès