Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’heure de « correctionner » a sonné

L’heure de « correctionner » a sonné

Un été animé par les scandales (bérézina sudafricaine, gloubi-boulga Woerth-Bettencourt...), une rentrée marquée par les grèves (savamment préparées par les attaques ciblées sur l’acteur clef de la réforme), une image internationale ternie par les expulsions de Roms (cette surprenante forme d’"émigration choisie" vient d’être condamnée par l’Europe)... la France a tendance à se disperser façon puzzle au moment où elle devrait concentrer toute son énergie sur le coeur de son réacteur républicain, dont l’existence est tout simplement menacée.

C’est d’ailleurs probablement le but de la manoeuvre. Au lieu de "correctionner", la Sarkozie "éparpille, disperse, ventile". C’est joli, les media adorent, et le public en redemande. Mais si l’on enlève tout ce "bruit", que nous reste-t-il au fond ? Des priorités essentielles, mais pas franchement partagées au plus haut niveau :

- économie : rétablir la dynamique du système en le faisant évoluer

- société : rétablir le respect mutuel au coeur du pacte républicain

- politique : rétablir les principes de séparation des pouvoirs au sein d’une république laïque

Economie ? Le "modèle français" ne peut tout simplement pas survivre en l’état (c’est le cas de le dire !), et fonce tout droit dans le mur. On ne peut pas demander plus - ni même autant qu’avant - à l’Etat sans lui redonner auparavant les moyens de ses ambitions. Cela passe par des réformes adaptées à ce siècle et aux tendances démographiques : on ne peut couper à une réforme des retraites, de la santé, de l’éducation, des services publics... Evidemment, en évitant le "modèle" Thatchero-Reaganien, et sans stigmatiser des éléments essentiels de la communauté : sa compétitivité de demain, la France doit également la forger par l’éducation, la santé, les services publics... Or si les réformes étaient plutôt parties d’un bon pied en 2007, l’approche a sensiblement changé, et le conflit n’est pas entretenu que par les "usual suspects", des syndicats arc-boutés sur leurs propres privilèges. On compte désormais des jeteurs d’huile sur le feu dans chaque camp : l’opposition joue la carte populiste pour 2012 quitte à pénaliser le pays tout entier, et au sein de la majorité, des petits malins s’amusent à ressusciter des antagonismes dépassés pour radicaliser le paysage politique national.

Société ? S’il y a un mot que M. Sarkozy n’a pas dans son dictionnaire, c’est bien "respect". Ou alors de façon dévoyée, comme le faisait George W. Bush en le grimant délibérément sous les couleurs de la crainte : un brillant marketing de la peur, de la haîne, de l’incompréhension mutuelle, du l’imposture du clash des civilisations, avec pour objectif l’implosion de la république au profit de ses pires ennemis, ceux de l’intérieur (voir
déclaration universelle). Rétablir le respect mutuel, c’est aller plus loin qu’avant, là où la république avait failli vis à vis, en particulier de ses fils et de ses filles issus de l’immigration. "Déporter" le débat en ostracisant la population "rom" relève du B.A.BA pseudo-nationaliste le plus abject. L’identité de la France se perd dans le repli identitaire. La priorité n’est pas d’expulser telle ou telle ethnie mais de redonner vie au pacte républicain, que tous les citoyens retrouvent l’envie d’y adhérer plutôt qu’à des discours radicaux d’ici ou d’ailleurs. Si l’on cesse d’atteindre aux libertés et si l’on rétablit l’égalité des chances, on donne sa chance à la fraternité.

Politique ? Je ne reviendrai pas sur l’imposture du "
traitre à la nation" : la trajectoire de Nicolas Sarkozy depuis son pacte de 2003-2004 ne laisse aucun doute sur sa volonté d’anéantir la république laïque, même s’il décide de réduire sa "surface radar" d’ici les élections. Il existe pourtant dans ce pays (et même ce gouvernement) des hommes et des femmes de bonne volonté, soucieux de réaffirmer les principes vitaux de la république et exposer les imposture, mais c’est dans les six mois à un an qu’ils doivent former leur plateforme dans la perspective de 2012.

Les Etats-Unis sont certes capables de redonner en Novembre prochain la majorité à ceux qui ont plongé leur pays et le monde au bord du précipice, mais ils ont été aussi capables, grâce à un sursaut unanime de la majorité modérée, d’empêcher le pasteur Jones, un authentique ennemi de la nation, d’autodafer des Corans ce 11 Septembre.

La destruction de la république française n’est pas une fatalité.

blogules 2010 - voir le post original

Moyenne des avis sur cet article :  1.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • non666 non666 11 septembre 2010 15:06

    La sarkozy ne fera plus rien.

    Le « president » (ah jenrage de dire ça) lui-meme l’avait dit : apres la reforme des retraites on ne fera plus que de la politique (sous-entendu, pour me faire reelire)

    Elle tente le rush et fait relayer par les médias l’information : c’est finit , circulez, l’assemblée a voté, il ne sert a rien de continuer les manifs....

    Sauf qu’il reste le vote du senat, que deputés et senateurs savent a quel point leur sort se scelle en ce moment, derriere sarkozy.
    Les lemmings suivront ils le joueur de flutte de Hammel jusqu’a la mer ?
    Ils chient tous dans leur froc, en ce moment.
    Ils viennent de perdre l’electorat FN et depuis cette reforme, les chretiens democrates.


    En face cela ne rigole pas non plus car l’effondrement de la sarkozie ne signifie pas forcement leur propre remontée meme si les medias officiels aimeraient nous le faire croire.
    Tout peut surgir de la prochaine election y compris le « retour de la Bète immonde », comme le disent les gauchos....

    Allez les roms : revenez par la fenetre pour discrediter Sarkozy qui pretend vous avoir foutu dehors par la porte

    Allez les djeunz des quqrtiers difficiles : foutez le bordel, brulez des voitures, violez et torturez
    Cela finira de tuer dans l’oeuf le mythe de l’intégration....

    Allez la LDJ et le Betar , encore un petit soutien bien clair au soldat shalit, aux exactions d’israel, ou peut etre , pour vous distraire de la chasse aux noirs comme avec la tribu Ka (elle a été dissoute, pas vous...)

    Pendant ce temps la La Ferrari sans lolo de TF1, le Pujadas de France2 et le Calvi continuent a vendre leur merde. a soutenir le bipartisme de facade qui ne represente que les interets de la mondialisation liberale, sous une forme ou sous une autre.

    Moi je me marre, la pourriture se repand et son odeur devient indiscutable.
    « Les liberaux se vautrent dans leur avanie », dit la chanson....
    Tout est en place : vive la guerre civile.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès