Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’idéologie capitaliste veut nous faire croire que notre retraite est (...)

L’idéologie capitaliste veut nous faire croire que notre retraite est le fruit de notre travail ...

En France, avant 1945, les retraites étaient financées par capitalisation. Cependant, la guerre a fait chuter la valeur de l’épargne et ruiné les retraités. Les systèmes de retraite par répartition ont été instaurés sous l’impulsion du CNR, les ordonnances de 1945 créent la sécurité sociale et instaurent un régime par répartition pour remédier à cette situation de pauvreté des seniors.

L’idéologie capitaliste veut nous faire croire que notre retraite est le fruit de notre travail, et bien c’est faux ! Il n’y a aucun rapport entre le fruit de notre travail et notre retraite. Le jour où l’on accepte cette vérité, l’on met un grand coup de pied au cul du capitalisme, car ça prouve qu’un système solidaire qui échappe au marché fonctionne très, très bien. Alors régulièrement l’on nous parle de croissance et l’on nous fait des projections sur la richesse qui ne sera « pas produite » dans 40 ans, pour remettre en cause notre système par répartition.

Le système par répartition veut dire que notre retraite ne nous appartient pas. A la fin de chaque mois les sommes collectées sont immédiatement distribuées aux retraités actuels, c’est un système basé sur la solidarité. La répartition c’est l’inverse de l’épargne : on cotise maintenant et on donne maintenant. C’est une énorme masse d’argent qui échappe totalement aux banques et à l’ensemble du système financier. C’est pour cela que le système par répartition est constamment et régulièrement attaqué par les ‘banksters » et leurs complices politiques. C’est pour cela que l’on met dans la tête des gens qu’ils n’auront pas de retraite et qu’il faut donc capitaliser !

Dans un système par capitalisation, c’est votre épargne qui vous sert de retraite, vous ne toucherez que ce que vous épargnez ! Cela veut dire que tous les mois vous déposez dans une banque une somme sur un plan ou un fond de retraite. Ensuite la banque place cet argent et le convertit en titres, et peut donc vous promettre 5 ou 6%. Mais un titre est une promesse sur la richesse produite dans 40 ans, et si elle n’est pas produite ou s’il y a un problème… on a déjà vu ça lors de la fameuse crise des subprimes où des tas de retraités aux USA et ailleurs se sont retrouvés sur la paille. Vous pariez donc votre retraite sur des prévisions faites par des économistes qui deux mois avant la crise de 2008 nous disaient que tout allait bien !

Alors, soit dans 40 ans, il y aura assez de richesses produites et dans ce cas là, vous avez tout intérêt à choisir la répartition, soit la richesse n’aura pas été produite et alors vous avez tout intérêt à …garder la répartition !

D’autre part, voici un argument qui retire tout crédit à la retraite par capitalisation : L’économie fonctionne par la circulation monétaire, immobiliser des grandes masses d’argent sous forme de fonds de pension retire du marché les fonds indispensables à ce fameux marché. Oui ils peuvent être placés, mais ces placement n’ont aucune vocation à stimuler l’économie, ils n’ont que la vocation de rechercher le placement le plus offrant, quitte à couler une industrie dès qu’une autre rapporte plus. Ces capitaux instables entrainent une grande instabilité de l’économie.

Tandis que les retraites par répartition laissent tous leurs fonds en circulation, car les retraités vivent de leur retraite, donc toutes ces sommes restent en circulation sur le marché et le vivifient. La retraite par répartition est la seule logique, il reste à l’organiser, même en cas de variation du rapport entre population active et population retraitée, sachant que l’automatisation et l’augmentation de la productivité ont totalement déconnecté la richesse produite du nombre de salaries, donc l’argument comme quoi il n’y aura pas assez d’actifs pour payer les retraites de demain est une vulgaire tromperie…

Merci à Frank LEPAGE et à la scoop « Le Pavé »

Regarder également : Dossier Retraites


Moyenne des avis sur cet article :  3.9/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 21 juillet 2015 08:34

    Vive la capitalisation ! ! !

    Le Projet Socio-Économique ci-dessous bénéficie de
    l’accord intellectuel et du soutien moral de
    Jacques SAPIR,
    Économiste.

    Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

    INTRODUCTION :

    Depuis la fin des Trente Glorieuses, vers 1975, soit depuis 39 ans, nous avons dû nous accommoder du chômage massif.
    Il serait peut-être enfin temps de remettre en question notre paradigme sur le « Plein-Emploi » qui est devenu une sorte d’Arlésienne...
    Sans doute faut-il adopter un nouveau paradigme en la matière qui éradiquerait définitivement le concept même de chômage.

    ¿ Et si la majorité des Français(es) adoptait un paradigme SOCIO-ÉCONOMIQUE réellement innovant et véritablement progressiste ?

    Cependant, au
    Revenu de Base financé par la Fiscalité, sans Refondation du Capitalisme
    on peut préférer le
    Dividende Universel financé par l’Épargne, avec Refondation du Capitalisme

    ​​Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

    Lire le lien, SVP :

    Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel ​financées ​par l’Épargne.
    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/40/47/56/Refondation_du_Capitalisme_et_Dividende_Uni versel_Sincerite.pdf

    Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

    RÉSUMÉ :

    Le Parti Capitaliste Français ( PCF ) propose une synthèse socio-économique permettant d’instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.

    Ce projet de « Refondation du Capitalisme et de création d’un Dividende Universel » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.

    Objectif Principal :
    Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique
    Par un effort préalable d’épargne soutenu, les « démunis » (par opposition aux « nantis ») acquerront collectivement des actions du capital des entreprises du secteur marchand, banques incluses.
    Cette participation au capital pourra être minoritaire (minorité de blocage) ou majoritaire.

    Objectifs Spécifiques :
    I)
    Transformer le « capitalisme ordinaire » en un véritable Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
    Les représentants des « démunis », démocratiquement élus, géreront ce patrimoine financier de manière à infléchir Recherche, Développement, Production & Commercialisation des entreprises contrôlées : Refondation du Capitalisme.
    II)
    Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage ainsi que celui de la « lutte des classes ».
    II.1)
    À terme, les profits des entreprises sous contrôle des « démunis » seront partiellement distribués à l’ensemble des « démunis » sous forme de Dividende Universel.
    II.2)
    a) Ceux qui le souhaiteraient pourraient s’arrêter de travailler et se satisfaire du Dividende Universel.
    b) Ceux qui souhaiteraient gagner plus que le seul Dividende Universel pourraient travailler dans l’économie marchande et, éventuellement, y gagner des rémunérations faramineuses sans plus jamais être accusés d’exploiter qui que ce soit.
    II.3)
    Si plus personne ne souhaitait travailler dans l’économie marchande, celle-ci s’effondrerait totalement et, avec elle, le patrimoine accumulé des « démunis » deviendrait stérile et interdirait le bénéfice du Dividende Universel (Auto-régulation automatique : Activité économique / Dividende Universel).

    ​On n’ose imaginer que l’Humanité serait si stupide pour se lancer dans cette dernière voie suicidaire ! ! !​

    = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

    L’addendum ci-dessous apporte la preuve, a contrario, de la pertinence du projet ci-dessus.

    ​Addendum :
    À partir de 1989, la Russie aurait pu mettre en œuvre le projet ci-dessus en s’évitant la phase d’épargne incluse dans cette proposition puisque tout le « capital social » des entreprises était depuis longtemps la possession de l’État et, donc, du peuple russe.

    Lire le lien, SVP :
    Pauvre peuple russe : Spolié en 1917 et en 1991 !
    http://www.sincerites.org/2014/08/pauvre-peuple-russe-spolie-en-1917-et-en-1991.html

     = = = = = = = =
    ​Post-scriptum :
    ​Fondation Capitaliste Virtuelle : Bilan 2001 - 2014

    http://www.sincerites.org/2015/02/fondation-capitaliste-virtuelle-bilan-2001-2014.html

    = = = = = = = =
    La chance de Cuba : son Économie d’État !
    http://www.sincerites.org/2015/05/la-chance-de-cuba-son-economie-d-etat.html


    • fred.foyn Le p’tit Charles 21 juillet 2015 09:44

      Ah la retraite..les vacances...Tiens j’ai tracé un voyage sur Mappy de Nice à Royan soit 1014 Km par la route (pas les autoroutes vendus aux privés)...J’ai trouvé qu’il y aurait 135 Ronds-Points sur ce trajet...Imaginez sur le reste de la France le nombre de ces machins à pognons...Des dizaines de milliards... ?

      Faut faire le jour des « ronds-points » avec musique et politiciens avec discours sur leur incompétence.. !


      • diogène diogène 21 juillet 2015 09:50

        La retraite n’est peut-être pas le fruit du travail, mais le résultat de la durée et du montant des cotisations...


        • Alibaba007 Alibaba007 21 juillet 2015 21:17

          @diogène     « La retraite n’est peut-être pas le fruit du travail, mais le résultat de la durée et du montant des cotisations... »


          En fait, elle ne dépend en fait que de ce que l’Etat prévoit imposer aux entreprises. 


          Votre lien semble pourri, je mets le bon lien. (article Agoravox de Mario du 38 de Décembre 2014)

          J’ai bien aimé : Vous avez le choix entre la retraite par répartition ou bien ... ...la retraite par répartition !
           smiley

          En fait la retraite par capitalisation : C’est de la baise !
           smiley

        • Spartacus Spartacus 21 juillet 2015 10:01

          Hélas un article totalement faux sur 75 années de désinformation marxiste.....



          1ere désinformation.

          « La retraite par répartition n’est pas l’oeuvre du CNR. »
          La retraite par répartition a été instaurée le 15 mars 1941 par Philippe Pétain. Les ordonnance de 45 ne font que confirmer la mise en place de Pétain.

          2eme désinformation.
          « la guerre a fait chuter la valeur de l’épargne et ruiné les retraités ».
          Les régimes de capitalisation instaurés en 1930 avait donné de formidables résultats. Sur les 8,8 millions d’assurés, 7 millions faisaient des versements, et 5,5 millions cotisaient régulièrement. 
          La situation financière de la capitalisation était tellement bonne qu’ au 31 décembre 1934, 11 milliards de F avaient été économisés sur les 17 milliards perçus. Aussi décida-t-on de réduire le taux des cotisations.

          3eme désinformation
          « les capitalistes pensent que retraite est le fruit de notre travail, ».
          Non les capitalistes pensent que la retraite c’est de l’assurance, là ou les bolchéviques et socialistes pensent que c’est de la solidarité.

          Vérité :
          « La retraite par répartition ne vous appartient pas. » 
          En effet des fonctionnaires qui eux ne cotisent pas à la répartition mais à une retraite par taxation dans des régimes spéciaux se chargent de gérer un système qu’ils n’utilisent pas pour eux....Extraordinaire n’est ce pas ?

          4eme désinformation
          « des tas de retraités aux USA et ailleurs se sont retrouvés sur la paille »
          Quelle ignorance, la retraite aux USA est principalement par répartition. Système dit OASHDI.
          Il n’existe en tout et pour tout qu’un seul et unique exemple connu de faillite d’un fond. Le fond ENRON. (équivalent de EDF). C’est d’une faute de gestion qui a utilisé l’argent pour jouer sur le marché de l’électricité dans l’illégalité. Les salariés spoliés ont étés indemnisés et remboursés par le démantèlement et la vente de la société de certification des comptes. En fait ils s’en sont très bien sortis.

          5eme désinformation
          « Les placement de capitalisation n’ont aucune vocation à stimuler l’économie »
          On rêve de lire une telle connerie...
          Il n’existe qu’un seul exemple de passage de la répartition à la capitalisation. Le Chili. Le passage à la capitalisation a permis a un pays en faillite après un collectivisme forcé, de réussir a devenir la première capitalisation et 1ere économie d’Amérique du Sud. 20 années ininterrompues de croissance à +5%. Le Chili est classé AA au même niveau que la France. 

          Que conclure ?
          L’auteur Gil est un syndicaliste qui a passé sa vie en « délégation » et n’a jamais travaillé réellement de sa vie. Comme agent EDF sa répartition est un système spécial corporatiste et sa gamelle dans tous les cas est mieux calculée, plus favorable...Une fausse répartition non universelle.

          Curieusement ne remarquez vous pas que les « vendeurs » de la répartition sont les premiers à ne pas en vouloir pour eux même ?

          Les socialos bolcheviques sont la corporation la plus nombreuse en France, elle occupe tous les pouvoirs de contrainte et se concentre dans l’appareil d’état ou 75% des fonctionnaires votent à gauche. Revenir sur la répartition c’est revenir sur leurs régimes spéciaux et leur gamelle.
          La majorité des élus, gauche et droite bénéficient de régimes spéciaux...Ils vont pas cracher dans leur gamelles......

          La répartition n’est qu’un système qui favorise les corporations au détriment de la masse....
          Un abjecte système qui est l’inverse de la solidarité et redonne tout pour la gueule de ceux qui sont dans la bonne corporation....

          Imaginez que la retraite soit individualisée ? 
          Finit pour eux la retraite trop tôt du fonctionnaire payée par l’agriculteur qui parttrop tard.
          Finit de compter sur la manne du contribuable qui donne gratos des Boooonificationnns statutaires....

          En finir avec la répartition c’est en finir avec les privilèges et les droits de noblesse différenciés des obligés de l’état...


          • Le chien qui danse 21 juillet 2015 13:42

            @Spartacus

            Le blaireau de base, appelé familièrement BdB, aime à se penser comme la référence nationale. Toujours prêt à faire la morale à ceux qui ne pensent pas comme lui, à palabrer comme un moulin à parole pour se donner de l’importance, s’enorgueillissant de ses valeurs démocratiques et républicaines face à la barbarie musulmane par exemple. Vive la République, l’égalité, la fraternité mais n’allons pas non plus trop loin ; il aime à se penser tolérant et ouvert vis-à-vis d’autres cultures tant que celles-ci partagent ses valeurs, approuvent son discours et acceptent la présence de nos entreprises sur leurs sols.

            Le BdB aime à donner son avis sur la dette ou les fonctionnaires, ses discours simplistes lui semblent argumentés ; il aime fustiger les fonctionnaires et prend plaisir à les caricaturer, car le BdB se prend pour un winner, alors qu’il n’est que le larbin de ceux qui ont intérêt à détruire les services publics et continuer à toucher des rentes sur la dette et ses intérêts.

            Le BdB aime les chiffres, il calcule ce que coûte un fonctionnaire sur 50 ans et ramène la somme sur le budget annuel de la nation, il calcule ce que coûte un rmiste, il calcule le déficit de la sécu, … sans oublier un de ses préférés, les 100 millions de morts, bref il aime les chiffres, mais ne les comprend pas et a d’ailleurs souvent du mal à gérer son propre budget. Mais il conseille, le BdB adore parler, mais on dirait qu’il a du mal à suivre sa propre logique.

            Si au moins le BdB prenait des mesures courageuses et radicales qui pourraient donner un souffle à son existence moribonde ! Mais non, il est contre tout, et au final il ne fait absolument rien. Le BdB ne se construit que dans le y’a-ca-focon et en rejetant sa médiocrité sur l’autre ; d’ailleurs il n’est jamais responsable, c’est toujours la faute aux autres : aux étrangers, aux gauchistes, aux jeunes… ce ne sont pas les boucs émissaires qui lui manquent. Il ne s’attaque jamais aux vrais responsables, parce qu’ils ne les voient pas, et parce qu’il faudrait commencer à réfléchir un minimum sur comment marche le monde, et lui, il préfère faire confiance à TF1 ! Réfléchir, c’est pas son truc !

            Le BdB parle toujours de l’autre comme quelqu’un de con, qui ne comprend rien, de coco, de bobo, …etc, ce ne sont pas les superlatifs qui lui manquent, mais leur définition ! Parlez lui Marine et il vous encensera. Démontrez-lui que le FN n’est jamais là pour le défendre en ce qui concerne sa retraite ou son salaire et vous devenez l’homme à abattre. Le BdB comme le fascisme prospère sur la simplification des idées et des mots !

            Quel merveilleux homme que ce BdB. Il oublie qu’un arabe ou un noir peut écrire correctement le français et avoir d’autres aspirations que celles qu’il fantasme pour lui. Le BdB aime les blagues bien grasses, sexistes ou racistes, mais lorsqu’il croise un étranger il fait profil bas, transpire abondamment et les femmes qu’il « se tape » sont sur papier glacé.

            Ah je l’aime bien mon BdB, il est comme un spectacle sans fin. A chaque jour on attend sa prochaine absurdité. Propulsant la bêtise en un art de vivre, l’aveuglement comme doctrine, rien ne l’arrête dans la bêtise ; il n’hésite pas à dire que l’extrême gauche est à la solde du Medef ! Se sentant tellement supérieur, cherchant tout le temps la critique facile, il a trouvé en Soral un maitre à penser qui fait partie d’une élite intellectuelle auto-masturbatoire, pour qui aucune contradiction n’est impossible ! Et comme lui, il joue les gros bras bien à l’ abri derrière son écran, jamais au contact, ou alors à dix contre un, le BdB n’est jamais trop prudent, courageux mais pas téméraire !

            Sans compter que le BdB fait des petits et contribue à créer une catégorie d’exploités : ceux qui collaborent. Le BdB défend le système marchand tel qu’il est, et participe avec zèle à sa propre soumission et à celle de ses rejetons.

            Le mot qui devrait remplacer le BdB est égoïste ou envieux, car en réalité c’est ce qu’il est. Le changement lui fait peur, mi-frustré, mi-refoulé et totalement aigri, il parle toujours des inégalités dont il est victime, de ses problèmes dont les autres sont responsables, par les autres entendez ses voisins, ses collègues de boulot et tous ses boucs émissaires favoris. Hors de son petit nombril et de sa vision du monde, rien n’a de valeur. Finalement, ce n’est pas un article, mais une encyclopédie que l’on pourrait écrire sur le sujet, tellement le BdB est inépuisable de connerie.


          • Garibaldi2 21 juillet 2015 16:41

            @Spartacus


            Un peu de lecture qui vous aidera à revenir à la réalité :




            et il suffit d’aller sur : 


            pour y lire à propos du Chili : 

            ’’Future gross pension replacement rates are projected to be amongst the lowest in the OECD across the earnings distribution. With both the basic and minimum benefits representing only 16% of average earnings future retirees with full careers will be heavily relying on their individual accounts. Male workers at average earnings can only expect a future replacement rate of 42% upon retirement, well below the OECD average of 54%. Female workers will only have a replacement rate of 33% as their retirement age is five years lower than that for men and life expectancy is higher. Given life expectancy gains, if career is not lengthened, already high poverty levels are likely to increase.’’





          • Garibaldi2 21 juillet 2015 16:50

            @Spartacus
            J’ajouterai que, si vous indiquez : 


            ’’...En effet des fonctionnaires qui eux ne cotisent pas à la répartition mais à une retraite par taxation dans des régimes spéciaux se chargent de gérer un système qu’ils n’utilisent pas pour eux...’’

            il n’en reste pas moins vrai que les personnels de l’Arcco et de l’Agirc ont un statut de salariés de droit privé, comme ceux du RSI, et d’autres ... 

          • leypanou 21 juillet 2015 17:04

            @Spartacus
            Beaucoup à dire sur les « vérités » de Spartacus, mais celle-ci est la meilleure : "

            5eme désinformation
            « Les placement de capitalisation n’ont aucune vocation à stimuler l’économie »
            On rêve de lire une telle connerie...
            Il n’existe qu’un seul exemple de passage de la répartition à la capitalisation. Le Chili. Le passage à la capitalisation a permis a un pays en faillite après un collectivisme forcé, de réussir a devenir la première capitalisation et 1ere économie d’Amérique du Sud. 20 années ininterrompues de croissance à +5%. Le Chili est classé AA au même niveau que la France.
            «  : autrement dit, vivement une dictature à la Pinochet pour être heureux.

            Avec une petite contre-vérité au passage, mais on ne s’embarrasse pas tellement de rigueur quand on est de droite (la Chili 1ère économie d’Amérique du Sud !!! ; pourquoi pas aussi du monde pendant que vous y êtes).

            Quant à »il n’existe qu’un seul exemple de passage de la répartition à la capitalisation« , total, oui, mais ne serait-ce qu’en France, TOUT est fait pour »appauvrir" la répartition car il y a là une manne que les organismes financiers parasites ne veulent surtout pas abandonner. Des milliards sont siphonnés de la répartition vers la capitalisation pour engraisser les dirigeants des plans d’épargne et autres conneries et le jour où les cotisants partiront à la retraite et qu’il n’y aura pas grand-chose pour les payer, ils n’auront que leurs yeux pour pleurer.


          • Spartacus Spartacus 21 juillet 2015 17:10

            @Le chien qui danse

            Tiens attaque ad hominem....
            Et procès d’intention. 
            Les soviets n’aiment pas la contradiction ? 



          • Spartacus Spartacus 21 juillet 2015 17:33

            @leypanou

            Comme vous contester l’évidence :

            Voici le PIB par habitant dans le monde.....Vous constaterez que le Chili est bien la première économie d’Amérique du Sud.

            Ici vous constaterez la dette sur habitant.
            Vous constatez le Chili avec un ratio de 10% du PNB....La France à 90%.....

            Ici vous constaterez la notation Chili, 1er de la zone Amérique du Sud.

          • Garibaldi2 21 juillet 2015 17:51

            @Spartacus

            Enfin, et pour bonne mesure, je vous rappelle ce lien qui avait été posté sur votre site liberaux.org :




          • Spartacus Spartacus 21 juillet 2015 18:18

            @Garibaldi2


            En fait vos articles sont issus du raisonnement de lecture d’approches gauchistes et d’une lecture de gauche. C’est a dire des comparaisons inabouties et des stats manipulées dans le sens ou vous voulez les voir. Du procès type Piketty.

            L’oubli général de vos liens c’est « le capital », la « dynamique du capital » et l’ignorance de la redistribution.

            Par exemple comme gauchiste vous aimez a longueur de thématique stigmatiser les populations que vus n’aimez pas en additionnant leur capitaux et leurs rendements. Et allègrement vous les qualifiez de « riches » ou autres stigmatisation de la jalousie.

            Mais pourquoi en comparaison avec les autres système ne comparez pas de la sorte ? 

            Vous comparez des rendements sans capitaux a des rendements avec des capitaux.

            Le bénéficiaire de la capitalisation dispose en plus de sa pension d’un « capital ». 
            Valeur qui doit être « ajoutée » que l’on ne retrouve pas dans une comparaison de rendement net. 

            La capitalisation offre un capital, que la répartition n’offre pas et que vous ne voulez pas valoriser ou voir.
            Le fond de pension lorsque vous décédez redonne aux descendant le capital correspondant à votre pension. Là ou le retraité trop tôt ne laissera à sa descendance que des yeux pour pleurer. 

            Ensuite la dynamique du capital. Il est toujours trouvable des périodes ou les rendements des fonds se contracte. Cela peut même se faire sur une décennie. Mais les fond sont des organismes ou les rendements se voient autrement qu’en instantanné.

            Ensuite la « redistribution ». 
            Ne payez vous pas de CSG ou RDS vous savez ce « truc » qui ponctionne indirectement les revenus des gens ? 
            Ou est donc alors la « répartition » puisque l’état est « obligé » de combler les trous ? 

            Les rendements que vous comparez de la « répartition » ne viennent absolument pas des cotisations comme les salades gauchistes osent le prétendre, mais de la ponction du contribuable et de l’emprunt sur les générations suivantes....

            *****
            Sur les agents Agirc ARCO je ne sais pas, mais sur les représentant au conseil d’administration de la CNAV les syndicats ont nommés que des bénéficiaires de régimes spéciaux. 
            Comment peut on prétendre gérer un organisme « pseudo solidaire » quand on est un privilégié non assujetti au régime général ???
            Comme la réforme des retraites décidée avec un collège 100% de régimes spéciaux.


          • Le chien qui danse 21 juillet 2015 18:19

            @Laissebéton
             Trop bon ici, t’écris à un blaireau-aristo et t’as son blaireau-larbin qui répond, excellent... 

            J’ai oublié de mettre le lien de l’auteur,

            « On se bat pour le superflue et on se laisse déposséder de l’essentiel »…C. PAFO


          • Le chien qui danse 21 juillet 2015 18:37

            @Spartacus

            Non c’est juste pour me moquer ça m’amuse. Je vous ai reconnu dedans (comme d’autres) alors c’est juste un copié collé pour vous informer...

            Vous avez le cynisme comme arme dans l’arène, j’essaie de voir si l’humour grinçant peux lutter.


          • TSS 21 juillet 2015 19:01

            @Spartacus

            Finit pour eux la retraite trop tôt du fonctionnaire payée par l’agriculteur qui parttrop tard.

            Quelle imbecillité !

            une partie de la retraite des agriculteurs est ponctionnée dans le regime

             general (les salariés) il en est de même pour la retraites des artisans... !!


          • Nonmaisalloquoi 21 juillet 2015 20:02

            @Spartacus

            <<Comme vous contester l’évidence :

            Voici le PIB par habitant dans le monde.....Vous constaterez que le Chili est bien la première économie d’Amérique du Sud.

            Je n’avais jamais jusqu’à présent pu lire une bullshit pareille ! Donc je crée un pseudo pour l’occasion... 
            Le pib/habitant ne sert pas à mesurer l’économie d’un pays, c’est comme élaguer un arbre avec une serpillère !!!

            En se référant à ta source, vous constaterez que le Bahreïn est la première économie mondiale, le Luxembourg 3ème ... Après tout on s’en fout de la réalité, il n’y a que l’idéologie qui compte, pas vrai ?

            Ceux qui croyaient illusoirement que le Brésil était la première économie d’Amérique latine, et les États-Unis la première économie mondiale peuvent aller se rhabiller, Spartacus a parlé.

          • Spartacus Spartacus 21 juillet 2015 21:11

            @Nonmaisalloquoi


            Et bien comme quoi vous allez apprendre quelque chose, la différence entre dynamique du capital et capital.....
            Et bien comme quoi vous venez d’apprendre que l’économie se mesure autrement qu’en valeur absolue macro-économique mais en valeur micro-économique....

            Première économie veut dire, la qualité de l’économie, pas le PIB en valeur absolue. Surtout dans le contexte ou cela a été indiqué. Evidemment !

            Prenez un réveil pour vous mettre à l’heure et comprendre que le Luxembourgeois est plus efficient que le Français a générer du PIB bien que le cumul du PIB Français soit supérieur.  smiley

          • Spartacus Spartacus 21 juillet 2015 21:24

            @TSS

            Finit pour eux la retraite trop tôt du fonctionnaire payée par l’agriculteur qui parttrop tard..
            Avec la même cotisation ? Les mêmes critères ? Les mêmes bases de calcul des pension ? 

            La cotisation patronale du fonctionnaire elle existe ? 
            Ou va la cotisation salariale du fonctionnaire puisque sa retraite est confondue avec celle de l’état ????

            Effectivement ça valait la peine de m’insulter. Encore un fonctionnaire qui réclame la répartition pour les autres et n’échangerait pour rien au monde son "noble régime spécial. 

            Ces gauchistes ces braves égalitaristes à la morale pour les autres et la poche pleine de statuts inéquitables et immorals......

          • Alibaba007 Alibaba007 21 juillet 2015 21:32

            @Spartacus « La répartition n’est qu’un système qui favorise les corporations au détriment de la masse.... » smiley

            Regarde la vidéo qui suit et arrête ton Enfumage sur les retraites par répartition.Je t’ai choisi un passage précis pour toi : Spartacucus l’Entrepreneur enfumeursmiley


            Allez, corrige vite fait ton discours avant que les citoyens de la révolution bientôt à venir se rapellent de tes « beaux discours » de troll du MEDEF.  smiley

          • Spartacus Spartacus 22 juillet 2015 09:30

            @Alibaba007

            Résumé :

            Déformation péjorative du pseudo
            Attaque ad hominem.
            Absence d’arguments sur le sujet traité.

            La posture d’être limité dans une contradiction argumentée est donc la définition d’un « citoyen de la révolution » ?

          • Garibaldi2 22 juillet 2015 17:46

            @Spartacus

            Votre longue diatribe ne changera pas le fait que, concernant le Chili : 


            ’’Finalement, cette année [2014] sont apparues quelques informations qui ont secoué les fondements du système des Fonds de Pensions. D’abord, le conseiller de la Banque Centrale, Joaquín Vial, indiqua que 60 % des premiers contributeurs du système recevront une pension moyenne de 150.000 pesos (210 euros). Par la suite, le rapport de l’OCDE « Panorama des pensions 2013 », révéla que le taux de remplacement brut pour un homme qui cotise sans arrêt de 20 à 65 ans sera de 41,9 %, ce qui signifie que si son revenu imposable est de 600.000 pesos, il recevra 251.400 pesos de pension. Pour une femme qui cotise de 20 à 60 ans, le taux de remplacement sera de 33%, soit une pension de 198.000 pesos.

            Les informations que diffuse en permanence l’Office des pensions ne sont pas plus optimistes : 85 % des pensions de vieillesse payées actuellement par les Fonds de Pensions sont inférieures à 140.000 pesos.

            En plus, la pension de base solidaire, qui couvre 400.000 personnes de plus de 60 ans, est de 82.000 pesos et loin de satisfaire les besoins de base pour un pays comme le Chili.

            Il est difficile de trouver dans le monde un système dont l’axe central ou squelette du système soit la capitalisation individuelle privée. Dans la majorité des pays existent des systèmes de répartition ou mixtes, avec des variantes de comptes notionnels ou fonds d’investissement (réalité de divers pays asiatiques).

             Le système chilien des Fonds de Pensions, même en incluant la bouée de sauvetage du pilier solidaire, ne passe pas le test des principes de base auxquels tout système de sécurité sociale doit répondre (universalité, égalité de traitement et d’accès, solidarité et redistribution, adéquation, viabilité financière, responsabilité de l’Etat et participation des travailleurs) et répond donc seulement à un système privé d’assurance ou d’épargne forcée et non à un système de pensions

            Si les pensions sont mauvaises et les Fonds ne répondent pas aux objectifs poursuivis par tout système de sécurité sociale, leur véritable attractivité de situe sur deux autres dimensions :

            1) dans les montants accumulés (160 milliards de dollars US) et qui sont prêtés (investis) dans des conditions inégalables dans les grands groupes économiques (10 entreprises et 10 banques reçoivent plus de 45 milliards de dollars US) .

            2) dans l’attrayante offre de travail qu’elle représente pour ceux qui désirent être membres du conseil d’administration d’un Fonds de Pensions, dont la liste reprend des ex ministres, ex secrétaites d’Etat, Ex superintendants, ex chefs de services de ministères appartenant à tous les partis qui ont gouverné depuis 20 ans.’’


          • Garibaldi2 22 juillet 2015 18:01

            @Spartacus


            Et pour éclairer un peu votre lanterne sur le Chili, je vous invite à lire les échanges sur :


          • Spartacus Spartacus 22 juillet 2015 21:51

            @Garibaldi2


            Les 8 pages du Témoignage de Pinerai et la mise ne place du système et des conséquences qui ont eu lieu sur l’économie générale :

            L’avant dernier président fut le frère de Pinerai tellement les Chiliens avaient un bon souvenir de Pinerai celui qui a passé de la répartition à la capitalisation.


            Regardez les analyses que vous reprenez en copié-collé sont « curieuses »...... 
            Vous les trouvez dans les analyses de ceux qui vous disent ce que vous voulez entendre...

            Parler d’un taux de remplacement d’un système jeune, qui n’a pas n’a pas eu la maturité de d’accumulation d’une seule génération vous parait pas un peu comique ou bizare ?

            Les fonds les plus vieux n’ont pas une seule génération de cotisation complète...Pour apprécier un taux de remplacement il faut un minimum de 40 années....

            Votre banquier qui explique un taux de rendement de 20 à 65 ans ce doit être Nostradamus et de la même cohorte des inverseurs de courbes....
            En 2012 les fond Chiliens sont classés 3eme en rendement dans le monde derrière les fonds de Nouvelle Zelande, des Pays Bas et devant ceux du Canada ou D’Israel....

            Notez dans le témoignage de votre banquier le « sera »......

            Votre texte comme tout texte gauchiste, le ressenti et la supputation prend place sur le réel. 
            Il cumule une pseudo-morale avec les mots « principes de base » comme si le gauchiste se situait dans un univers ou il avait la science innée des bons et moins bon principes, ajouter « solidaire » pour faire croire aux logorrhées de bons sentiments de pseudo-humaniste....

            On votre comique référence à « l’universalité, la solidarité, la redistribution » comparée avec le système Francais ou l’agriculteur a 7 fois moins que le fonctionnaire..... 

            Quand a votre point 1 
            Evidemment les investissements se fonts sur des entreprises, que c’est drôle ! Extraordianaire....
            Imaginez donc le Français qui travaille chez Total travaille pour fournir un revenu au retraité Chilien et ce même Français n’a pas une tune de coté pour lui....

            Notez les 160 millards de USD que disposent ces Chiliens face aux Français qui ne disposent que de dettes sur un système de Ponsi de répartition qui a déja commencé a créer des dettes sur les générations suivantes et va irrémédiablement a la faillite.

            Quand a votre point 2 
            Je crois qu’en France les postes clientélistes y existent aussi.


            Tous les pays qui disposent de fond de pension ont des économies plus dynamiques.
            L’humanisme c’est assurer un travail et les moyens de s’émanciper et gagner sa vie....Pas de faire croire qu’il y a plus a gagner a chacun de vivre au crochet des autres est plus rentable.
            Lisez donc le texte de Pinerai http://ami.du.laissez-faire.eu/_pinera1.php5#p1


          • Garibaldi2 23 juillet 2015 11:37

            @Spartacus


            Que vous le vouliez ou non, la réalité socio-économique du Chili c’est ça :
            Chili : les chiffres noirs cachés en 2013

            05 JANVIER 2014 |  PAR GEORGES DIEU

            Dans le journal électronique « El Mostrador », deux économistes de la Fondation « SOL », Gonzalo Durán et Marco Kremerman ont publié un article intitulé : Les chiffres noir cachés en 2013.

            En introduction, ils disent que comme toujours, au moment du bilan annuel, les chiffres positifs comme la faible inflation, la croissance économique ou la création de nouveaux emplois sont mis en évidence. On nous dit que nous allons dans la bonne direction mais qu’il reste du chemin à parcourir pour atteindre le développement tant attendu (mais comment définit-on le développement et qui le définit ?) 

            Selon eux, cette façon de voir aurait une certaine rationalité dans un pays avec une composition sociale homogène et une démocratie forte (droits sociaux garantis, canaux efficaces de participation populaire et syndicale) mais pas au Chili, paradis du néo-libéralisme et champion de l’inégalité. Ils reprennent donc en cinq chapitres quelques chiffres de 2013 et ouvrent le débat pour 2014.

            1. L’inégalité est pire que ce que nous pensions.

            Au début de l’année, trois chercheurs de l’université du Chili (López, Figueroa et Gutiérez) ont publié une étude appelée  La part du lion : nouvelles estimations de la participation des super riches dans le revenu du Chili . On y mesure les revenus des foyers les plus riches en y incluant les revenus de capital. Les chiffres sont à la fois révélateurs et honteux : le 1% des plus riches concentre 31 % des revenus. A titre de comparaison, 12,1 % en Allemagne et 9,1 % en Suède. Le Chili présente les plus hauts niveaux de concentration et d’accumulation pour les pays dans lesquels il est possible d’effectuer ce type de mesure. 

            En zoomant sur ce segment, on s’aperçoit que le 0,1 % des plus riches concentre 18 % des revenus. Ce qui signifie un revenu annuel de plus de 80 millions de dollars par personne...

            Bien entendu, ces informations n’ont pas été relayées par les médias. La gravité des chiffres réside dans le fait que dans le même pays, 75 % des ménages lourdement endettés vit avec moins de 800.000 pesos par mois (1.100 euros). Conclusion : la richesses des uns se multiplie grâce à la précarité de beaucoup. Plus précisément, en observant l’évolution de l’inégalité entre 1990 et 2011, on constate que la brêche entre les revenus par personne entre les 5 % des foyers les plus pauvres et les 5 % des plus riches a doublé pour atteindre 257 fois.

            2.Combien gagnent les Chiliens ?

            Les chiffres des cotisants aux fonds de pensions indiquent un revenu imposable moyen d’environ 600.000 pesos (830 euros) et le dernier sondage d’un Institut National (CASEN) le situe autour de 440.000 pesos (610 euros). Est-ce là la réalité salariale du pays ?

            Dans un pays aussi inégalitaire que le Chili, il est plus juste de mentionner la médiane de la distribution plutôt que la moyenne et ainsi obtenir une image plus exacte de la situation.

            Selon un article du 11 juillet du journal  »El Mercurio" dans lequel les bas salaires sont reconnus, 50 % des travailleurs chiliens gagnent moins de 251.620 pesos (350 euros), montant qui atteint 273.500 pesos (380 euros) si nous prenons en compte ceux qui travaillent à temps complet dans les grandes entreprises de plus de 200 travailleurs. Ces chiffres sont confirmés par un sondage relatif au budget familial dans les capitales régionales.

            De longues et difficiles négociations (entre gouvernement et parlementaires) ont abouti en 2013 à approuver un salaire minimum de 210.000 pesos (290 euros) qui représente moins de 30 % du PIB par personne, ce qui revient à qualifier ce salaire de mini salaire minimum. La réalité économique du pays permet juste avec ce salaire de payer un loyer de 140.000 pesos (195 euros) et le transport pour se rendre au travail.

            En revanche, on observe que les salaires des cadres supérieurs des grandes entreprises sont de 30 millions de pesos par mois en moyenne (41.500 euros). Les seules rémunérations variables de ce groupe ont augmenté de 25 % entre 2008 et 2012.

            3.Emploi de qualité : combien de personnes entrent dans une Fiat 600 ?


            Cette année, le Gouvernement a continué sa course effrénée vers la création d’un million d’emplois de « qualité ». Chaque mois, on nous informait sur le nombre d’emplois créés et les chiffres du chômage, indicateurs classiques mais en aucun cas le seul « thermomètre » pour mesurer la situation de l’emploi d’un pays. Le Gouvernement osait même dire que la plupart des emplois étaient de qualité car avec contrat.

            Néanmoins, de nombreux indicateurs supplémentaires ont été omis (bien que les informations pour les calculer soient disponibles) sauf un document du Secrétariat Général de la Présidence de la République qui reconnaît l’augmentation des emplois précaires.

            En particulier, on ne nous a pas dit que :

            - Le chili n’est pas au bord ni dans le plein emploi et, bien que montrant un taux de chômage de 6 %, le pays compte plus de 660.000 personnes sous employées (travaillant moins de 30 heures par semaine, disposées à travailler plus d’heures mais ne pouvant le faire faute de propostions dans ce sens). Les sous-employés chiliens travaillent en moyenne 3 heures et demie par jour et la moitié gagne moins de 85.000 pesos par mois (120 euros).

            En plus, un grand nombre de personnes en âge de travailler (surtout des femmes) ne sont pas incorporées à la main d’oeuvre disponible.

             - De 2010 à aujourd’hui, le pourcentage de travailleurs en sous-traitance est passé de 11,5 à 17 % de l’emploi salarié. Depuis 2010, 60 % du total des emplois salariés crées correspond à des emplois précaires.

            - Des 905.000 emplois nouveaux enregistrés entre début 2010 et fin novembre 2013, 72,4 % sont des emplois en sous-traitance, considérés de basse qualification ou non rémunérés.

            4.Grèves de la faim pour obtenir des conditions de travail élémentaires.

            En ce qui concerne les conflits, 2013 a débuté par un arrêt de travail dans le secteur portuaire (qualifié d’illégal par l’establishment) afin d’obtenir un repos d’une demi heure par jour pour déjeuner. Les conflits se sont multipliés dans les supermarchés, les hôtels de luxe, les boutiques de luxe, les magasins de bricolage et d’autres que les moyens de communications n’ont jamais mentionnés et des travailleurs ont dû recourir à la grève de la faim, occupation nocturne des rives du Rio Mapocho qui traverse Santiago et d’autres actes extrêmes pour que l’on se rende compte que :

            1) le travailleur chilien passe un mauvais moment et que nous continuons de négocier des conditions de travail élémentaires.

            2) la législation chilienne datant de 1979 ne permet pas de négociations au delà de l’entreprise (un syndicat inter-entreprises est possible si l’employeur est d’accord) mais permet de remplacer un travailleur en grève dès le premier jour, législation préhistorique, autoritaire qui ne passe pas le test de la liberté syndicale. En résumé, les grèves sont impuissantes et les travailleurs n’ont pratiquement aucun pouvoir de pression sur l’employeur pour réclamer de meilleurs salaires et une juste répartition des bénéfices.


            Source : http://blogs.mediapart.fr/blog/georges-dieu/050114/chili-les-chiffres-noirs-caches-en-2013


          • Garibaldi2 23 juillet 2015 12:04

            Le miracle économique chilien .... entre 1985 et 2015, le coût de la vie a augmenté de 949% !!! 



          • Alibaba007 Alibaba007 26 juillet 2015 01:10

            @Spartacus « La posture d’être limité dans une contradiction argumentée est donc la définition d’un « citoyen de la révolution » ? »

            Bla bla bla habituel du troll Spartagugus, ... juste avant il mentait effrontément sur la retraite par répartition et je lui linke exactement le passage où l’on explique le fonctionnement de la retraite par répartition qui fait bien chi#@ les banquiers et les traders ( les patrons du troll donc ! ) et ou l’on démontre l’inutilité de la retraite par capitalisation ...et il rebondit par l’attaque Ad Hominem... 


            Saches que je n’ai aucun respect pour les menteurs ...et encore plus si professionnels ! 

            Hé ! gros lard de Spartagogo... j’en ai rien a fiche que tu répondes à mes messages, ils n’ont pour but que d’informer les autres lecteurs en doute sur tes mensonges permanents. Je suis bien certain que tu ne vas pas regarder les liens (ou les arguments) car ils ne te servent au plus qu’à augmenter le nombre de mots dont dépend ton salaire de lobbyiste du MEDEF (je ne le met pas en majuscule pour son importance mais pour que tout le monde voient bien qui te paie).

            Quand ils (tes employeurs félons) comprendront que tes arguments foireux ne servent plus qu’à aiguiser les couperets des 99%, ils arrêteront de t’engraisser à polluer les sites d’information libres et donc ...citoyens ! 

            Je te la souhaite haute et courte (la corde), ce qui te permettra peut-être d’espérer te trouver hors de portée de ma batte, mais le jour de révolution s’approche à grand pas et malheureusement pour toi, j’ai une grande échelle et une mémoire d’éléphant ! 

            Ce jour là, tu comprendras que pas tous les citoyens sont d’une patience infinie et d’un calme olympien comme Etienne Chouard 
             smiley

            Viva la Democratik Piñata Party !!! 
              smiley

          • Alibaba007 Alibaba007 26 juillet 2015 02:18

            @Alibaba007 « que tout le monde voit bien qui te paie »


            oups
             smiley

          • Spartacus Spartacus 26 juillet 2015 13:20

            @Garibaldi2

            Super analyses de gauchistes......De chez Mediapart le journal web officiel des bobos.

            Les ziiiiinegalités...la rengaine conne répétée et répétée du gauchiste....

            La différence entre les gens n’a aucune importance car l’économie n’est pas un gâteau qui se sépare en parts égales
            L’important est que le niveau de vie moyen a augmenté pour tous, même inégalement.

            Le revenu moyen du Chilien reste malgrès vos chiffres pseudos misérabilistes, les plus élevés de l’Amérique du Sud. 

            Quand a votre article il stigmatise les emplois de « sous traitance »....Mince il y a des gens qui ont des emplois moins sympa que d’autre....Des poules découvrent des paires de ciseaux.

            Il y aurait des conflits sociaux.....Diantre cela serait spécifique au Chili ?

            Le Chilien est de loin le plus riche d’Amérique du Sud, et il le doit a l’abandon de la répartition, et ce n’est pas en sortant votre bible marxiste du misérabilisme et clichés que vous pourrez prouver le contraire.

          • Spartacus Spartacus 26 juillet 2015 13:22

            @Alibaba007

            Résumé n°2 :

            Déformation péjorative du pseudo
            Attaques ad hominem.
            Absence d’arguments sur le sujet traité.

            Effectivement la posture d’être limité dans une contradiction argumentée est donc la définition d’un « citoyen de la révolution » !

          • julius 1ER 26 juillet 2015 20:02

            @Le chien qui danse


            je l’ai reconnu le BdB c’est tout à fait Spartacus .....

          • Auxi 27 juillet 2015 01:02

            @Spartagugusse


            Spartagugusse, prends tes gouttes et les cachets bleus que le docteur t’a prescrits. Et tu n’as rien à faire sur un site d’adultes, on te l’a déjà dit. N’oublie pas que tu dois être rentré à l’hôpital à 18 heures, il faut changer ta couche. Et n’essaie pas d’écrire, c’est très mauvais pour ta pauvre tête, déjà bien malade, le docteur te l’a déjà expliqué.


          • Spartacus Spartacus 27 juillet 2015 09:40

            @Aux


            Sachez que les commentaires sont destinés a exposer des contradictions sur le texte de l’auteur, des idées, des schémas de pensée ou développer des arguments contraire au texte de l’auteur ou de ses critiques.

            Les attaques ad hominem sans arguments démontrent principalement des incapacités de ceux qui les font à supporter les contradictions argumentées.

            C’est aussi une démonstration publique d’être « limité » à élaborer individuellement un raisonnement.

            Vous gagneriez a peut être évoluer, car in finé vous détruisez les commentaires des gens partagent vos idéos en les assimilant à vous et les faire passer pour des associables et sectaires.

          • rocla+ rocla+ 21 juillet 2015 11:27

            Robert Gil est un polichinelle , un danseur de flaquettes il sera crédible 

            quand il dira ce qu’ il fait dans la vie . 



            • bourrico 7 23 juillet 2015 11:50

              @rocla+

              Toi tu nous bassine ce que t’as fait de ta vie ratée, mais ça ne t’apporte aucune crédibilité, bien au contraire.

              Je vais te devancer dans tes propos, c’est tellement simple de savoir ou tu veux en venir.

              Bref, si Mr Gil n’a pas monté sa boite, n’a pas crée d’emploi, ne s’est pas mis à son compte, alors il n’ a aucune crédiblité.
              J’ai bon ?

            • zygzornifle zygzornifle 21 juillet 2015 12:43

              C’est l’inverse, les politiques qui ne foutent rien ont les plus grosses retraites car c’est ces escrocs qui décident pour eux même et ces retraites sont faites sur le dos des employés et des ouvriers qui se serrent la ceinture tout au long de leur vie pour nourrir tous les gros porcs de droite comme de gauche qui nous gouvernent ......


              • bnosec bnosec 21 juillet 2015 13:12

                "Alors, soit dans 40 ans, il y aura assez de richesses produites et dans ce cas là, vous avez tout intérêt à choisir la répartition, soit la richesse n’aura pas été produite et alors vous avez tout intérêt à …garder la répartition !"

                Votre raisonnement est simpliste : que se passe-t-il donc si de la richesse est produite pendant 40 ans mais plus après ces 40 ans ? Dans ce cas il eut mieux fallu capitaliser sur les 40 ans qui ont vu de la richesse se créer, non ?


                • Alibaba007 Alibaba007 26 juillet 2015 02:03

                  @bnosec « Dans ce cas il eut mieux fallu capitaliser sur les 40 ans qui ont vu de la richesse se créer, non ? »





                  Extrait —>20 minutes 16 à 22 minutes 40 ...Mais qu’est-ce que c’est que l’épargne ? ...De deux choses l’une, il faut qu’il y ait assez de richesse produite cette année là ...alors, c’est de la baise ! la répartition ça marche ! si jamais la richesse en 2040 n’est pas produite alors là tu touches que dalle, ... 


                  ça marche pas leur truc !  ...L’épargne ne sert rigoureusement à rien...
                   smiley



                • France Europe République Fabien Celse de la Beauce 21 juillet 2015 13:49

                  Bon article. ROBERT GIL, dont je valide tous les articles en modé, est un socialiste ouvrier authentique, à la Georges Sorel... rien à voir avec les trolls bobos JAJA, MORICE et autres abrutis.

                  ROBERT GIL : un bon bouquin pour vous : Jean-Claude Michéa, l’empire du moindre mal ... excellente critique du libéralisme. A bientôt...


                  • Mowgli 21 juillet 2015 14:31

                    Je vais faire court.

                    La retraite par répartition c’est Jacques qui cotise deux fois plus pour Jules que pour Gaston parce que Jules gagnait deux fois plus que Gaston. Admirez la logique et la justice.

                    La retraite par capitalisation c’est Jacques qui cotise pour Jacques, point final, et Jules et Gaston n’ont pas à y fourrer leur nez. Robert non plus, et c’est là que le bât blesse, semble-t-il.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès