Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’incroyable second report de l’objectif de réduction du (...)

L’incroyable second report de l’objectif de réduction du déficit de 2015 à 2017

La semaine dernière, Michel Sapin a annoncé que le déficit budgétaire pour l’année 2014 sera à 4,4% du PIB, contre 3,8% prévu, plus qu’en 2013, du fait de l’absence de croissance et de la très faible inflation. Il a aussi annoncé vouloir repousser l’objectif d’atteinte des 3% de 2015 à 2017.

L’incroyable révision des objectifs
 
Le psychodrame budgétaire de la dernière semaine est absolument effarant. En 2012, lors de la campagne présidentielle, François Hollande, comme Nicolas Sarkozy, avait annoncé l’objectif de réduire le déficit à 3% du PIB en 2013. Les deux finalistes ne se distinguaient que par l’horizon auquel ils pensaient pouvoir atteindre un déficit nul, 2016 pour l’un, 2017 pour l’autre. Du coup, assez logiquement, François Hollande a mené une politique budgétaire assez proche de celle de son adversaire, à base de hausses d’impôt (près de 30 milliards en 2012, comme en 2011) et de coupes dans les dépenses. Malheureusement, PS comme UMP ont négligé les leçons désormais même admises par le FMI.
 
En effet, la réduction des déficits, qu’elle passe par des hausses d’impôts ou coupes de dépenses, pèse fort sur la croissance, au point de compromettre la réduction des déficits, comme l’avait anticipé Jacques Sapir à l’automne 2012. Résultat, en mai 2013, devant l’évidence, Pierre Moscovici avait été contraint de négocier avec nos partenaires européens un report de l’objectif d’un déficit à 3% du PIB de 2013 à 2015. En réalité, le déficit atteint alors 4,3%, ce qui en dit long sur l’échec de la politique menée. Il est donc totalement effarant de constater qu’à peine 16 mois plus tard, le gouvernement constate à nouveau l’échec de sa politique et se retrouve contraint de demander un nouveau report de deux ans.
 
Ce que cela dit du gouvernement

L’épisode de la semaine dernière n’est pas glorieux. On peut dire que cela donne de l’air au gouvernement, qui serait dans une position bien difficile s’il devait réduire le déficit de 1,4 points du PIB l’an prochain et qui sera sans doute plus confortable pour le faire en trois ans, même si la théorie des coefficients budgétaires implique que cette réduction devrait nous coûter entre 1,5 et 3 points de PIB… Mais cette seconde révision, outre le fait de curieusement valider ce qu’a dit Arnaud Montebourg il y a quelques jours et qui lui a coûté son poste alors même que ce que dit Michel Sapin aujourd’hui n’est pas très différent, démolit plus encore la crédibilité de l’équipe au pouvoir, qui n’en avait pourtant vraiment pas besoin.

Quelle confiance donner à ces amateurs de la gestion du budget, qui découvrent en mai 2013 que l’objectif pour l’année ne sera pas tenu, et pas à la marge, puisque le déficit a été 40% supérieur à la prévision  ! Et à peine 16 mois plus tard, ces mêmes amateurs repoussent à nouveau de deux ans l’objectif de 3%. Ce qu’ils étaient censés atteindre en 2013 le serait en 2017 !!! Encore plus effarant, Pierre Moscovici, ministre de l’économie de 2012 à 2014 est promu au même poste dans la Commission Européenne ! Et que dire de ces chiffons de papiers qu’on appelle traités européens, sans cesse foulés aux pieds par des dirigeants dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils semblent totalement irresponsables.
 
Comment croire en 2014 un gouvernement qui dit qu’il tiendra en 2017 ce qu’il disait tenir en 2013 il y a 18 mois ? L’impasse, décrite par Patrick Artus, démontre la faillite complète de Hollande. Et elle pourrait avoir des conséquences sur la teneur du débat politique à venir, pas forcément positives.

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 15 septembre 2014 16:29

    Être plus nul que la sarkozy...ce n’est plus de l’incompétence...c’est de la débilité profonde.. ?



    • Bergegoviers Bergegoviers 16 septembre 2014 11:26

      Ce Gouvernement n’est pas plus nul que celui de Sarkozy, il fait exactement la même chose : le travail pour lequel « on » l’a fait élire, qui consiste à endetter au maximum le pays pour le rendre esclave des banques (par la dette), tout en provoquant des troubles sociaux (diviser pour mieux régner) grâce à une justice laxiste encourageant la criminalisation des victimes et le pardon aux criminels.


      Ceci permettant à terme (lentement, mais sûrement) l’imposition d’une dictature économique faisant l’impasse sur les particularisme nationaux comme sur les individus, considérés comme des débiteurs soumis au travail forcé et peu rémunéré (juste ce qu’il faut pour survivre, c’est-à-dire l’esclavage).

      Ce Gouvernement fait très bien le travail pour lequel ses maîtres l’ont mis au pouvoir grâce aux manipulations médiatiques, et vous devez bien constater que « ses maîtres » ne sont pas les citoyens du pays qu’ils font semblant de diriger et à qui ils font croire qu’ils ont eu la liberté de le choisir.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 septembre 2014 20:21

      Bergegoviers,
      Excellent résumé.
      Et cerise sur le gâteau, l’euro va jouer exactement le rôle pour lequel il a été créé :
      « Envoyer les Etats providence aux égouts ! »


    • mmbbb 21 septembre 2014 11:48

      Comment se fait t il que la Suisse s’en sort et pas nous ? Je sais Bribi va me retorquer que je suis un adorateur de ce pays Nous avons choisi d’accueillir la misere du monde entier in fine notre generosite a un cout Pourqoui travailler dans ce pays ? Pourquoi se lever et bosser ? Les bretons semblent avoir une solution Accusez les elites c’est tres bien mais les francais ne sont t ils versatiles et engluer dans leur dogmatisme et nous pensons droits universel tout ceci est tres gentil mais nous avons atteint les limites Nous sommes devenus un pays de merde et les francais ont elu les representants qu’ils meritent surtout les soss politiques plus retords que les gens de droite Nous aimons les illusions 


    • bourrico6 15 septembre 2014 16:29

      Y en encore qui pensent que la croissance va nous sauver, qu’il est prévu de réduire de déficit, de rembourser la dette, etc, etc.  ?
      Y a encore des gens qui les écoute débiter leurs singeries auxquelles eux même ne croient pas ?

      La quête du saint grâal de la croissance rédemptrice, ça me fait penser à la chasse au dahu.


      • Bracam Bracam 15 septembre 2014 22:22

        Entre nous, le dahu est un animal autrement plus sympathique que nos cul-de-jattes gouvernementaux.


      • jmdest62 jmdest62 15 septembre 2014 18:24

        @ l’auteur

        Pourquoi voulez vous que Sapin l’ex « inverseur de courbe du chômage » soit plus crédible dans son nouveau costume...il est nul c’est tout.

        Cependant sa nullité nous fait découvrir que la « RIKEUR PUDGETAIRE » exigée pas nos charmants voisins teutons , n’est pas si « INTISBENSAPLE » puisqu’on peut repousser les échéances de deux ans tous les deux ans .

        Finalement , c’est peut-être sa manière à lui de dire à MATAME MERKEL « allez vous faire voir ! » qui sait après tout , il est peut-être plus fourbe que nul . smiley

        @+


        • mac 15 septembre 2014 21:06

          Il est peu vraisemblable que l’on puisse rembourser quoi que ce soit. Une hyperinflation, une guerre ou vider les comptes de dépôt de 10% pendant un week-end semblent un peu plus probables.

          .

          • franc tireur 15 septembre 2014 23:49

            Hollande s en cogne , la France n’a jamais emprunté si bas grace a l’afflux de liquidités de la FED

            Il n’a de compte a rendre qu’a ses preteurs,tout le reste n’est pour lui qu’un bruit de fond.
            Le déficit c est son gagne pain electoral, tout ce qui lui reste pour obtenir les voix de fonctionnaires et leurs familles ( et a fait beaucoup..)qui se sentent menacés par le retour de la droite.
            Quand le robinet s’arretera la France ne plongera pas toute seule, son sort est lié a celui des USA.
            Oui planifiez la sortie de votre pognon des banques, c est du sérieux les lois qu ils ont voté a Bruxelles sur les prelevements des dépots ( et epargne evidemment). Comme dit haut dessus on en sortira de toute facon que d’une facon catastrophique, mais on sait pas quand.

            • Aldous Aldous 16 septembre 2014 06:13

              Le lasso se serre autour du cou de la nation.

              Hollandréou est là pour liquider ce qui reste de souveraineté. Rien de plus.

              • zygzornifle zygzornifle 16 septembre 2014 08:14

                Hollande devrait gouverner avec Sarkozy que l’on en finisse une fois pour toute ......


                • BA 16 septembre 2014 08:39

                  Lundi 15 septembre 2014 :

                  Les grandes économies mondiales ralentissent, la zone euro décroche (OCDE).

                  L’OCDE a constaté lundi un ralentissement des grandes économies mondiales, en épinglant en particulier la croissance anémique et le risque de déflation en zone euro, le tout sur fond de risques géopolitiques et financiers importants.L’Organisation pour la coopération et le développement économiques a baissé de 0,4 point par rapport à sa dernière estimation de mai sa prévision de croissance 2014 du Produit intérieur brut pour la zone euro à 0,8% et de 0,6 point sa prévision pour 2015 à 1,1%.Cette croissance anémique est « l’aspect le plus préoccupant » constaté par l’OCDE dans son communiqué de presse.

                  http://www.romandie.com/news/Les-grandes-economies-mondiales-ralentissent-la-zone-euro-decroche/517571.rom

                  - « Quand on dit que l’Europe de Maastricht créera des emplois, ça reste vrai. Il se trouve que le traité de Maastricht n’est pas encore appliqué. Lorsqu’il le sera, il est évident qu’il y aura une très forte croissance qui en découlera, car nous aurons un grand espace économique avec une monnaie unique. »

                  (Jacques Attali, France 2, débat télévisé « Polémiques » animé par Michèle Cotta)

                  - « Si le traité de Maastricht était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d’Estaing, 30 juillet 1992, RTL)

                  - « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

                  - « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

                  - « Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2)

                  - « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

                  - « C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune)

                  - « Si aujourd’hui la banque centrale européenne existait, il est clair que les taux d’intérêt seraient moins élevés en Europe et donc que le chômage y serait moins grave. » (Jean Boissonnat, 15 septembre 1992, La Croix)


                  • vachefolle vachefolle 16 septembre 2014 09:17

                    je doute vraiment que sarko ait jamais promis les 3% en 2013.
                    Il n’y avait que Hollande pour promettre ca, y compris au sein du PS.

                    Quelles sont vos sources...


                    • howahkan howahkan Hotah 16 septembre 2014 09:32

                      Fondé sur le mythe du meilleur et celui de la compétition, mythes instaurés il y a des millénaires par les voleurs de l’époque,aidés en cela par de fausses religions inventées par....eux même, jamais issues de nulle part mais de cerveau fertile en imagerie pour gogos apeurés, ils ont en plus eu cette géniale idées pour favoriser le vol du collectif de créer ex nihilo une chose appelée argent, qui n’existe pas du tout, et pourtant 99% des gens de cette planète pensent penser, que cela existe réellement .....

                      depuis 40 ans j’ai un billet dans une boite sur la cheminée, il n’a a ce jours toujours rien fabriqué comme aucun billet de la terre....et je le sais pour une eternité imaginaire il ne fabriquera jamais rien du tout.....

                      avec de faux dieux, fausses religions, il est l’outil indispensable du voleur qui dirige la planète depuis que l’argent existe ainsi que ces 3 fausses religions, y a t’ il une vraie religion ? bof pour moi ces mots n’ont pas de sens,

                      ce qui importe est de manger, avoir un abris, s’habiller selon nécessité...etc
                      or ceci a toujours été le cas ,de tous temps , pour tout le monde, été possible,sauf là ou le voleur dirige car son but est de prélever sur le travail de tous les autres pour lui même, qui ne fait jamais rien de concret, RIEN...ceux qui dirigent sont des voleurs mais aussi de vrais fainéants..pervers narcissiques, déments...à en faire crever toute la planète sauf eux les 1%...mais à ce niveau il n’y a pas d’amis et une fois éliminé la racaille, vous et moi, si si , ce sera alors le suicide final....joli programme..

                      ceci prends du temps ne soyez donc impatient...

                      oui et ,bof l’argent étant un leurre total, ceux qui en abuse peuvent en créer autant qu’ils le veulent..créer le déficit qu’ils veulent..tout ceci n’a pas d’importance fondamentale, du moment que le tiroir caisse soit toujours tenu par les daltons est ce qui importe.....

                      Alors comme dans des élevages de cochon ou de dindes en Bretagne il suffit de distribuer de la nourriture a profusion pour que cela marche...nul doute que si les cochons pouvaient conduire ils auraient le droit eux aussi à un moyen de locomotion pour se distraire , afin de pouvoir avoir une viande plus tendre pour le repas...

                      que voulez vous qu’il advienne d’autre ??? , nous jouons tous sauf exception au monopoly, très pauvres inclus....alors la situation mondiale est telle qu’elle doit être, guerres incluses bien sur......car de toutes façons grâce au mythes (faux pour moi) de la compétition, et du meilleur ce qui arrive ne peut être rien d’autre que le meilleur....mieux c’est impossible,alors pourquoi gueuler comme des veaux quand on a le mieux ...

                      ingrats !

                      ah oui vous perdez.....allons allons, pas de problèmes pour un gagnant il faut beaucoup de perdants....alors ami imprudent qui a joué au monopoly en pensant que perdre il ne pouvait pas je te dis ceci..................


                      • straine straine 16 septembre 2014 10:14
                        Je suis étonné de voir des personnes rechercher des résultats quand les ’solutions’ présentées créent les problèmes rencontrés voir cette approche de l’escroquerie en version BD Marché transatlantique arnaque du libre échange

                        • Daniel Roux Daniel Roux 16 septembre 2014 10:24

                          Hollande n’est pas un magicien qui peut, d’un coup de baguette, inverser la rotation de la terre ou réduire le déficit abyssal laissé par son (ses) prédécesseurs.

                          Comme les gugusses qui nous gouvernent et les médias qui nous enfument ne sont pas à une contradiction près, dès que le gouvernement annonce une mesurette, quelle qu’elle soit, tout le monde lui tombe dessus.

                          Imaginez seulement que Hollande est équilibrer le budget en 2 ans en supprimant toutes les subventions aux entreprises... Oups !

                          Le problème est bien plus vaste chers anti ou pro machin ou machine. Veuillez considérer que tous les pays développés importants sont super endettés et souvent bien plus que la France.

                          Posez-vous simplement la question du « comment » et vous aurez le « pourquoi ».

                          Une piste pour les nuls : les riches sont beaucoup plus riches et nombreux, les pauvres, beaucoup plus pauvres et nombreux et au milieu, la fameuse classe moyenne qui se réduit tout à fait logiquement.

                          A qui profite le crime ?


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 septembre 2014 10:38

                            Intéressant de voir Mr Pinsolle, Délégué national de Debout la République, monter au créneau pour sauver les Traités européens, et le déficit à 3% du PIB.... Ceux qui croient encore que Debout la République va les sortir de l’ UE et de l’euro, vont être bien déçus.


                            La règle de la dette à 3% du PIB est une arnaque.
                            Elle n’a aucun sens économique, aucun fondement économique.
                            Elle a été inventée par deux économistes sur un coin de bureau, pour faire plaisir à Mitterrand.
                            « Le déficit à 3% du PIB est une invention 100% française »

                            La dette aussi est une arnaque.
                            C’est l’article 123 du TFUE qui impose aux Etats d’emprunter aux banques privées, plutôt qu’aux Banques centrales à taux 0%.
                            « Comparaison de la dette publique française, avec et sans l’article 123 »

                            Le report de l’objectif n’est pas un cadeau, c’est un échange bons procédés.
                            Rien n’est gratuit. En échange du report, Bruxelles exigeait en 2013 des réformes structurelles :
                            «  France : les trois réformes exigées par Bruxelles »

                            - Réforme des retraites. Traduction : Prolongation du temps de travail.
                            - Du marché du du travail. Traduction : la fin du droit du travail, du SMIC, des CDI, du repos su dimanche, fin des 35 heures etc, etc
                            - Libéralisation des services. Traduction : en finir avec les professions libérales.


                            En 2014, pareil, mais en plus destructeur :
                            « Feuille de route de Matignon- directives de la Commission européenne ».
                            - Privatisation de la Sécurité sociale, baisse des remboursements
                            - Gel des retraites
                            - Dégressivité des allocations chômage
                            - Décentralisation pour favoriser l’émergence « de régions à taille européenne » pour en finir avec les Etats nation.
                            - Baisse du SMIC et mettre en oeuvre sa disparition
                            - Faire sauter les seuils
                            - Remettre en cause les CDI
                            - Augmenter le prix du gaz et de l’électricité
                            - Privatiser la SNCF

                            On retrouve les mêmes propositions :
                            * A Bruxelles.
                            * Chez Valls et Hollande
                            * A l’ UMP
                            * et au MEDEF.
                            Ils ont tous les mêmes références, TINA.

                            Le malade mourra guérit.


                            • soi même 16 septembre 2014 12:24

                              Tous va se jouer pour la prochaine élection Présidentiel, à moins entre temps qu’il soit foutue à la porte .

                              C’est du grand classique, tous les réformes et décisions foireuses sont calculer pour avoir leurs effets catastrophiques en dehors du mandat de celui en porte la responsabilité !

                              De ce fait rend parfaitement impossible toute action qui pourrait annuler cela du fait même que l’application est différer et rend inexpugnable cela puisque , elle n’est pas appliquer sur l’instant !

                              Donc, le constat, c’est quoi aujourd’hui un homme politique :

                              Vendre du vent, avoir une faculté éprouvé de refiler la patate chaude à son successeur, faire duré le mystère de son incompétence, manier avec dextérité la langue de bois, surfer sur l’événementiel pour évité de passer chez un teinturier, gérè ses casseroles par une batterie d’avocat, ce dédouaner de toute implication, trouver dans son entourage le parfait paratonnerre au cas il devrait subir les foudres de la justice ! 

                               


                              • howahkan howahkan Hotah 16 septembre 2014 14:27

                                Pour moi tant que l’on joue au même jeu que les pseudo élites, le monopoly, si si on fait tout ça..., mais c’est exactement ce que l’on fait, depuis des milliers d’années,enfin depuis que l’argent qui n’existe pas fut « imaginé »..........et bien le balancier maudit de l’appât du gain va continuer a couper des têtes au hasard sur son passage....l’occident aujourd’hui encore malgré ses peurs est largement vainqueur de cette guerre, on n’en jamais eu autant, si si si , et on n’a bien sur jamais eu aussi peur de le perdre....toutes nos machines n’ont strictement rien changé a not malheur ma pov dame !!! oh non alors..

                                l’homme est petit, alors il monte sur un tabouret...St Coluche !


                                • hunter hunter 17 septembre 2014 09:58

                                  Salut à tous, salut Howakhan,

                                  Howakhan, je pense que cette conférence va vous intéresser, si vous ne l’avez pas déjà vue

                                  http://www.egaliteetreconciliation.fr/A-partir-de-Marx-conference-de-Francis-Cousin-a-Nancy-27644.html

                                  Cordialement

                                  H/


                                  • BA 17 septembre 2014 14:52
                                    Mercredi 17 septembre 2014 :

                                    "Femmes illettrées" de l’abattoir Gad : l’expression de Macron ne passe pas.

                                    Selon le ministre, illettrisme et absence de permis de conduire empêchent les femmes employées à l’abattoir Gad de retrouver du travail ailleurs.

                                    Le nouveau ministre de l’Économie et de l’Industrie, qui vit sa première expérience dans un gouvernement, a été l’auteur d’une maladresse sémantique ce mercredi matin sur Europe 1. Pour appuyer son argumentation sur les réformes que le gouvernement souhaite engager et notamment celle du permis de conduire, il a évoqué la société d’abattoirs bretons Gad, en grande difficulté avec 850 emplois menacés.

                                    "Il y a dans cette société (Gad), une majorité de femmes, il y en a qui sont pour beaucoup illettrées, pour beaucoup, on leur explique : vous n’avez plus d’avenir à Gad ou aux alentours. Allez travailler à 50 ou 60 km ! Ces gens-là n’ont pas le permis de conduire, on va leur dire quoi ?" a déclaré le ministre au micro d’Europe 1, regrettant le coût et les délais nécessaires pour ce permis.

                                    "Il faut payer 1 500 euros, il faut attendre un an ? Voilà, ça, ce sont des réformes du quotidien, et ça, ce sont des réformes qui créent de la mobilité et de l’activité", a ajouté Emmanuel Macron pour illustrer le travail opéré par le gouvernement pour relancer l’emploi et la croissance.

                                    Cette affirmation n’est pas fausse : 20 % de l’effectif de l’entreprise souffre effectivement d’illettrisme, c’est-à-dire que les salariés maîtrisent mal l’écriture et la lecture. Par ailleurs, la société d’abattage de porcs et de transformation propose depuis 2010 une formation pour soutenir des salariés en lecture et en écriture.

                                    Pourtant, les mots utilisés par le ministre ont fait scandale, notamment chez les internautes. Le Télégramme de Brest a notamment reçu plus d’une centaine de messages sur sa page Facebook, relève Le Parisien.

                                    Et l’expression a enflammé la twittosphère. Certains posts reprochent au ministre un ton « condescendant », voire du « mépris », à raccrocher à la récente polémique sur les « sans-dents », d’autres faisant valoir l’honnêteté du ministre face à l’illettrisme dans les usines.

                                    « C’est clairement du mépris », a estimé pour sa part Jean Marc Detivelle, délégué FO chez Gad.

                                    Pour tenter de rattraper la maladresse, l’entourage d’Emmanuel Macron a appelé le Télegramme de Brest : "Il n’y avait aucun mépris envers les salariés", a expliqué le ministère, tout en reconnaissant un « mot malheureux », « extrêmement blessant ». Et d’ajouter : "On peut comprendre que cela suscite une certaine émotion, mais il n’y avait aucune volonté de stigmatiser qui que ce soit. Le souhait du ministre est plutôt d’illustrer la difficulté d’un certain nombre de salariés de se reclasser« après un plan social. »C’est un sujet sur lequel le ministère de l’Économie, comme tout le gouvernement, est mobilisé."

                                    http://www.lepoint.fr/politique/femmes-illettrees-de-gad-l-expression-de-macron-ne-passe-pas-17-09-2014-1864017_20.php


                                    • Ruut Ruut 18 septembre 2014 08:33

                                      La politique de destruction de l’industrie Française par délocalisation massive commence a porter ces fruits.
                                      Notre économie s’effondre et le chômage explose.

                                      Je ne parle pas de la politique énergétique suicidaire de notre pays qui vas bientôt porter ses fruits aussi. (coûts electric gasier et pétrolier en hausse expodentielle assurément)

                                      Il ne nous restera plus rien.
                                      Comme quoi une mauvaise gouvernance plante vraiment un pays.


                                      • Blé 18 septembre 2014 09:08

                                        Je pense comme Bergegoviers, l’équipe au gouvernement n’est pas plus incapable que l’équipe de gouvernement du « Petit », elle fait une politique que les banques (et les rentiers) et autres possédants exigent un point c’est tout. Avec 5 millions de chômeurs, je doute que l’ouverture des magasins apportent de la compétitivité alors que les poches des citoyens/consommateurs sont vides.

                                        En France les travailleurs n’ont aucun contre pouvoir, la démocratie dans les entreprises est inexistante bien que l’on nous rabâche à longueur de temps que nous sommes en démocratie. Bien sûr que non, nous ne somme pas en démocratie, les gens ne voteraient pas pour avoir une vie plus proche du 18 ou 19 ème siècle. Les syndicats qui "accompagnent les réformes du patronat ne sont pas à la hauteur dans la lutte contre cette violence faites aux travailleurs-euses.


                                        • Blé 18 septembre 2014 09:09

                                          Je pense comme Bergegoviers, l’équipe au gouvernement n’est pas plus incapable que l’équipe de gouvernement du « Petit », elle fait une politique que les banques (et les rentiers) et autres possédants exigent un point c’est tout. Avec 5 millions de chômeurs, je doute que l’ouverture des magasins apporte de la compétitivité alors que les poches des citoyens/consommateurs sont vides.

                                          En France les travailleurs n’ont aucun contre pouvoir, la démocratie dans les entreprises est inexistante bien que l’on nous rabâche à longueur de temps que nous sommes en démocratie. Bien sûr que non, nous ne somme pas en démocratie, les gens ne voteraient pas pour avoir une vie plus proche du 18 ou 19 ème siècle. Les syndicats qui "accompagnent les réformes du patronat ne sont pas à la hauteur dans la lutte contre cette violence faites aux travailleurs-euses.


                                          • tf1Groupie 21 septembre 2014 15:22

                                            Ah, parce que les banques l’exigent en France et pas en Allemagne ??  smiley


                                          • tf1Groupie 21 septembre 2014 15:21

                                            Pas de surprise : la majorité des Français attend qu’on rase gratis, jusqu’à ce que le rasoir soit usé jusqu’au manche.

                                            Les futures générations : on aime leurs photos attendrissantes mais au final on en a rien à foutre, et d’ailleurs pourquoi je me gênerais ?

                                            Pourquoi accuser les dirigeants politiques de nos propres turpitudes ? Ben parce que ça soulage ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès