Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’indignité de la Confédération Européenne des syndicats

L’indignité de la Confédération Européenne des syndicats

Des milliers de syndicalistes se sont étonnés, parfois insurgés de voir leur fédération ou Confédération adhérer à la CES …..

Dans la CGT, dans FO et dans la FSU des syndicalistes ont considéré et considèrent à juste titre que la Confédération Européenne des syndicats est intégrée à l’appareil de l’Union Européenne.

Même les plus lucides d’entre eux n’auraient jamais pensé que cette CES puisse aller si loin dans l’indignité.

La CES soutient son syndicat grec, syndicat très compromis et lié au PASOK , syndicat qui ose appeler à l’annulation du référendum :

« COMMUNIQUE DE LA CES :

LA CONFÉDÉRATION EUROPÉENNE DES SYNDICATS SOUTIENT SON SYNDICAT GREC QUI APPELLE A L’ANNULATION DU REFERENDUM

La Confédération européenne des syndicats (CES) soutient la Confédération générale des travailleurs grecs qui appelle au retrait du référendum.

Lors d’une réunion plénière de la Confédération générale des travailleurs grecs qui s’est tenue mercredi 1er juillet 2015, le syndicat grec déclare :

La Confédération générale des travailleurs grecs considère que la tenue d’un référendum est un droit constitutionnel inaliénable des citoyens grecs dans le contexte des traditions européennes.

Cependant, le processus lui-même du référendum actuel, ses délais, sa légalité et son contenu ont été banalisés dans un cadre de faux dilemmes et d’une trop grande vitesse, qui pourrait conduire à des situations incontrôlables et diviser la société grecque.

La Confédération, de manière non négociable, s’oppose à tous les types de mémorandums et à toutes leurs implications qui se font aux frais du monde du travail et du peuple grec, que ces mémorandums viennent des créditeurs ou du gouvernement.

Notre position est également non négociable en faveur de l’orientation européenne de notre pays, et la place de la Grèce dans l’Europe et l’eurozone.

La question posée au référendum est infondée et réduit imprudemment les choix en semant la discorde alimentée par des forces extrémistes à l’intérieur et à l’extérieur de la Grèce, conduisant notre pays vers des aventures tragiques.

Nous demandons ici et maintenant le retrait du référendum.

En tant que principal syndicat des travailleurs du secteur privé, nous envoyons un message clair dans toutes les directions :
• L’orientation européenne de notre pays n’est pas négociable.
• Nous disons oui à l’Europe des peuples et de la solidarité !
• Nous disons oui à la monnaie unique et à une Europe fédérale !

1er juillet 2015 »

Le MPEP vient de lancer un appel pour exiger que la CGT, la FSU, la CFDT, FO, la CFTC, l’UNSA, syndicats français membres de la CES, condamnent les propos de la CES qui veut annuler le référendum : les Grecs doivent être souverains et libres de choisir leur destin !

Cette initiative est intéressante…..

Ne faudrait-il pas aller plus loin et demander aux centrales ouvrières de quitter la CES qui vient de montrer sa vraie nature ?

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • jaja jaja 6 juillet 2015 10:13

    Il y a en France un syndicat qui n’est pas membre de la CES et qui dénonce la politique et les traités européens : c’est SUD - SOLIDAIRES.

    Comme le dit SUD-RAIL : « Confronté à la politique de l’Union Européenne, notre syndicalisme ne se retrouve pas dans les orientations de la Confédération européenne des syndicats, dont l’objectif essentiel est d’être une institution européenne à part entière, et surtout pas de s’opposer au capitalisme. »

    C’est bien de le dire....

    http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article19639#top


    • César Castique César Castique 6 juillet 2015 10:57

      « Ne faudrait-il pas aller plus loin et demander aux centrales ouvrières de quitter la CES qui vient de montrer sa vraie nature ? »


      Sa vraie nature, c’est l’européisme. Et quand on est européiste, d’un européisme conséquent s’entend, on ne peut qu’être contre le recours à la démocratie, car un large usage au référendum condamnerait la construction européenne à la stagnation - le vote sur le TCE en a offert un avant-goût - et l’empêcherait d’aller à son terme ultime, à savoir, vraisemblablement, les Etats-Unis d’Europe, solidement arrimés aux Etats-Unis d’Amérique.


      • jakem jakem 6 juillet 2015 11:40

        Il vaudrait mieux que les syndiqués REELLEMENT indignés quittent leur syndicat.

        Et il vaudrait mieux que les patrons donnent directement aux employés le fric qu’ils versent à ces mm organisations, afin que chacun puisse cotiser librement au syndicat de son choix.

        Des têtes tomberaient...


        • Béo Ulaygues Béo Ulaygues 6 juillet 2015 15:17

          « intégrée à l’appareil de l’Union Européenne. »

          Exactement comme les syndicats français avec l’appareil d’état français, non ?  smiley


          • soi même 6 juillet 2015 19:03

            Et bien sa fait plaisir de voir le dormeur du val ce réveiller ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès