Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’insolente révolution bourgeoise

L’insolente révolution bourgeoise

Pour ceux qui ne l’auraient pas remarqué, la révolution a commencé en France il y a une bonne vingtaine d’années, les signes avant-coureurs ont été nombreux, mais personne n’y a fait réellement attention. Ou plutôt si, certains l’ont vu mais n’ont pas été entendus. Cette révolution silencieuse et pernicieuse, avance par étape, mais plus son enracinement est profond, et plus son offensive devient globale. La révolution ne se fait pas en un jour, c’est un processus long. Et comme le dit Warren Buffet : « la guerre des classes existe et c’est la mienne qui est en train de la gagner ».

Alors que dans les pays en colère, les opprimés et les exploités réalisent que ce sont les nantis et les riches qui coutent le plus cher, en France le pouvoir a réussi à retourner la vindicte populaire sur les plus faibles. A croire, que le retraité, la femme de ménage, le fonctionnaire ou le chômeur sont devenus les ennemis des classes populaires. Les plus riches ont même réussi à faire passer les services et les biens communs comme des tares du système afin de se les approprier ! En France la classe dirigeante crie haut et fort : moins de partage, moins de démocratie, moins de liberté… et ça marche !

Pourtant, la classe ouvrière est plus importante aujourd’hui qu’à l’époque de Marx, mais il est évidement plus facile de jalouser son voisin plutôt que de s’en prendre aux véritables responsables qui restent invisibles et bien à l’abri derrière les portes de leur conseil d’administration ! L’on a réussi à insérer dans la tête des gens qu’il y a une catégorie qui mérite et que les autres n’ont que ce qu’ils méritent. Quant à ceux qui osent contester ou qui refusent de rentrer dans « le moule », ce sont des « problèmes ». Mais ne vous faites pas d’illusions, pour le système, vous deviendrez forcément un « problème » un jour ou l’autre !

La casse du code du travail, la destruction des services publics, la réforme des retraites et bientôt la destruction de la sécurité sociale, rien n’arrête la révolution de la bourgeoisie. La méthode dure de la droite ou douce du parti socialiste vise le même but, la concentration des richesses entre les mains d’une minorité. A force d’expliquer qu’il n’y a pas d’autre alternative, que nous vivons dans un monde global, l’idéologie dominante a réussi à nous faire croire que nous vivons du mieux qu’il est possible, et même que nous vivons au-dessus de nos moyens. Par contre il n’est pas question de remettre en cause le luxe et le faste dans lequel eux-mêmes évoluent. Ils ont réussi ce tour de force de faire la révolution des riches avec l’assentiment et l’approbation des plus démunis !

Le système est bien rodé, les élections maintiennent une illusion démocratique, mais remarquez bien que lorsqu’ils arrivent au pouvoir les différents partis s’empressent de nous faire croire qu’ils sont prêts à faire le maximum pour notre bien être, mais que malheureusement la conjoncture économique ne le permet pas : alors ils continuent la politique précédente … plus ou moins vite, en plus ou moins pire ! Les classes dirigeantes se donnent les moyens de leur utopie : nous domestiquer ! C’est pour cela qu’ils font la révolution !

Une vraie gauche a, normalement, le devoir de porter des projets nouveaux, pas de rafistoler ce qui a été détruit. Il faut redonner l’espoir et la confiance à nos concitoyens afin qu’ils se réapproprient leur avenir. L’abolition de l’esclavage, la journée de 8H, les congés payés, les retraites et la sécurité sociale … ; ça c’était de l’utopie à l’époque ! Et pourtant ! Donnons nous aussi les moyens de rêver ! Donnons-nous les moyens de réaliser nos rêves ! Ne nous trompons pas d’adversaires, ne nous trompons pas de colère, mais soyons réalistes : le PS n’est pas à gauche !

Plus des trois quart de la population supporte de plein fouet les effets de la crise, pendant qu’une petite classe de privilégiés fait bombance, donne des réceptions, et étale sa fortune dans les magazines peoples. Pour ceux qui produisent les richesses, le chômage, les carrières interrompues et les revenus en dessous du SMIC aliment une retraite de misère. Pour d’autres qui ne produisent rien et encaissent les bénéfices leur soif de pouvoir alimente les guerres, la corruption et la pauvreté.

Nous ne pouvons pas continuer à transférer la richesse de la nation à ceux qui sont au sommet de la pyramide économique – ce que nous avons fait depuis environ trente ans – tout en espérant qu’un jour, peut-être, les avantages de ce transfert se manifesteront sous la forme d’emplois stables et d’une amélioration des conditions de vie de millions des familles qui luttent pour y arriver chaque jour. Cet argent n’atteindra jamais le bas de la pyramide. Nous sommes fous de continuer à y croire.

Robert GIL sur Conscience Citoyenne Responsable

« Rendez les choses aussi simples que possible, mais pas plus simples »… Albert Einstein

Lire : Uncategorized


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 28 mars 2015 15:42

    « Plus des trois quart de la population supporte de plein fouet les effets de la crise, »
    très exagéré. tous les cadres sup des assurances ont les moyens de vivre.
    comme la classe moyenne.


    • doctorix doctorix 28 mars 2015 16:11
      C’est dommage de commencer les commentaires par une foufouillonade.

    • foufouille foufouille 28 mars 2015 16:18

      @doctorix
      si tu me dit que tu es pauvre je suis plié de rire.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 2015 20:31

      @ L’auteur ne sait pas qui organise « la crise » ?
      « La bourgeoisie » a des représentants qui défendent ses intérêts et prennent les décisions :
      la Commission européenne + la BCE + le FMI à Washington.
      La Troïka, ce n’est pas seulement pour les Grecs, c’est pour tous les pays de l’ UE.


      Gattaz est très content.
      Le MEDEF attendait la fin du modèle social français depuis 1945 !
      La Gauche européiste fait semblant de ne pas savoir que c’est l’ UE qui organise cette débâcle.
      La Gauche réformiste ne sait jamais qui décide et où sont exactement les lieux du pouvoir ?
      C’est toujours vague : « C’est le capitalisme en général »..., « la bourgeoisie en général »....

    • lsga lsga 28 mars 2015 20:33

      plus de 30 crises économiques systémiques mondiales depuis le début du 19ème siècle : sont fort les mecs de l’UE quand même....


    • lsga lsga 28 mars 2015 16:08

      « les retraites et la sécurité sociale  » : oops... ça c’est Pétain, pas la gauche. Désolé pour vous.

       
      Réduire le temps de travail : c’est de gauche.
      Instaurer un État Providence : c’est d’extrême droite.
       
      Sur ce sujet, je vous conseille de lire Rosa Luxembourg.

      • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 28 mars 2015 17:41

        @lsga
        «  les retraites et la sécurité sociale  » : oops... ça c’est Pétain, pas la gauche. Désolé pour vous."

        Mars 1944 : Le Conseil National de la Résistance propose dans son programme un « plan complet de sécurité sociale visant à assurer, à tous les citoyens, des moyens d’existence dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail ».

        4 et 19 octobre 1945 : Ordonnances assurant la création du système de sécurité sociale en France sur le modèle « bismarckien » (gestion par les partenaires sociaux, financement par des cotisations à la charge des employeurs et des salariés) ainsi que la refonte du système des assurances sociales des années trente, reconnaissance du rôle complémentaire des mutuelles. Si l’ordonnance du 4 octobre crée un régime général ayant vocation à rassembler l’ensemble des actifs (salariés des secteurs privé et public, exploitants agricoles, travailleurs indépendants et secteurs spécifiques d’activité), elle reconnaît également la possibilité de maintien de certains régimes particuliers de sécurité sociale préexistants (régimes dits « spéciaux »). (Portail du service public de la Sécu)


      • julius 1ER 28 mars 2015 18:02

        @Jean J. MOUROT

        tu ne pourras jamais empêcher Isga de dire des conneries tellement énormes que c’est à se demander pour qui elle roule !!!!

      • Robert Lavigue Robert Lavigue 28 mars 2015 18:16

        @julius 1ER

        Sur ce coup Isga est plutôt dans le vrai...

        La mythologie du CNR en prend encore un coup !
        Mais que faire contre 70 ans de propagande et de crétinisation pédagogique ?


      • lsga lsga 28 mars 2015 19:19
        Le CNR : un club de nationalistes et de staliniens qui ont repris et appliqué le programme de la Révolution Nationale de Pétain sous l’égide du généralissime De Gaulle.
         
        Le programme de planification du CNR : un copié/collé du programme de PÉTAIN
         
        Mourot, vous rappelez que l’État Providence français est inspiré de celui de Bismarck. Or, Bismarck, ce n’était pas vraiment un gauchiste. 
         
        L’État Providence : c’est le fascisme, tout simplement, c’est à dire le contrôle de l’appareil de production par une bureaucratie hyper-centralisée, qui fait avaler son autoritarisme dans une couche de protection sociale (dont seule la caste moyenne profite, les clochards, eux, peuvent toujours crever dehors dans l’indifférence générale ).
         
         
        Bien entendu, ni le PCF stalinien ni le PS keynésien puis libéral ne vous ont pas raconté ça.

      • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 28 mars 2015 19:31

        @lsga
        « les clochards, eux, peuvent toujours crever dehors dans l’indifférence générale »

        La CMU, encore une création de Pétain ? Le SAMU social, il incite les clochards à crever dans la rue ?

        Cela dit, j’ignorais les mesures prises par Vichy sur l’assurance maladie et la retraite par répartition. On ne peut pas dire que ce soit ce que ce régime a fait de pire !

        Mais dites-nous ce que vous proposez comme solution alternative...


      • lsga lsga 28 mars 2015 19:53

        La CMU ? Lol on voit bien que vous n’en avez jamais bénéficié. Pour trouver un connard de médecin qui l’accepte, c’est la croix et la bannière. Ainsi en France, sous Mitterrand l’ancien Nazi, on pouvait mourir d’une carie dentaire dans l’indifférence générale. 

         
        La Sécurité Sociale est profondément inégalitaire, elle profite à la caste moyenne, aux fonctionnaires, et laisse dans la misère des pans entiers de la population.
         
        L’État Providence, c’est Bismarck qui veut faire accepter ses politiques militaires à sa population (ça a très bien marché) ; c’est Beveridge qui veut protéger l’Aristocratie et le Monarchisme anglais de révolutions à la française (ça a très bien marché) ; c’est Keynes le Golden Boy devenu milliardaire à WallStreet qui veut sauver le Capitalisme et relancer les profits des entreprises (ça a plus ou moins marché), c’est Pétain puis De Gaulle et ses ministres staliniens qui veulent finir le travail d’Hitler en mettant fin à l’expérience de Socialisme Démocratique qui émergeait en France. On pourrait ajouter Staline à cette longue liste.
         
         
        L’alternative ? Le Socialisme. 
         
        Le Socialisme, ce n’est pas le partage des richesses organisé par une bureaucratie d’État ; c’est le partage du contrôle de l’appareil de production entre tous, ce qui met fin à la bureaucratie d’État. 
         


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 2015 19:57

        @Jean J. MOUROT
        Merci de rectifier, Isga défend en fait les « réformes structurelles » de Bruxelles, qui vont mettre fin au modèle social français issu du CNR.

        Il essaye de faire croire que les acquis sont d’extrême-droite pour que les citoyens ne le défende pas... Quelle tristesse de voir des trolls européistes utiliser de telles ficelles pour empêcher les Français de protéger leurs acquis ! Qui peut croire que les acquis du CNR sont fachos, alors que les collabos étaient exclus du CNR ?


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 2015 20:18

        @Robert Lavigue
        Sauf que les collabos ne faisaient pas partie du CNR.
        Finalement, à l’extrême-droite vous faites comme Staline, vous refaites l’ Histoire qui vous arrange !


        Vous devriez demander à Philippot de cesser de se dire Gaulliste, et de mettre la Croix de Lorraine sur ses affiches, il reste encore suffisamment de gens au courant que l’ extrême droite et l’ OAS ont essayé d’assassiner De Gaulle plusieurs fois...

      • Baasiste 2 28 mars 2015 20:20

        isga tu as oublié aussi l’etat providence de mussolini et ses réformes sociales : 

        " Le programme économique du fascisme à son origine est très social. Si la volonté de Mussolini de transformer le fascisme en parti politique et d’accéder au pouvoir le conduit à rassurer les milieux patronaux, il parvient néanmoins dans les années vingt à mettre en place une politique sociale avancée : la journée de travail de huit heures et la semaine de quarante heures sont adoptées en 1923, le travail de nuit est interdit aux femmes et aux mineurs. En 1927, l’État fasciste contraint les entreprises à des mesures d’hygiène beaucoup plus strictes. Avec l’INFIL, Institut national fasciste pour les accidents du travail, chargé de la prévoyance et de l’assistance sociale, le régime met en place un vaste programme de santé publique. Enfin, la multiplication des colonies de vacances et des centres sportifs sont des éléments clés d’un ambitieux programme de loisirs, notamment pour la jeunesse, existant bien avant les réformes sociales apportées par le Front populaire en France. Toutes ces avancées ont pour conséquence une amélioration réelle du quotidien des couches sociales urbaines1. »

        travail de nuit interdit aux enfants et femmes, 40h de tps de travail par semaine et journée des 8 h, couverture maladie universelle, assurance pour les accidents de travail, colonies de vacances et centres sportifs et programmes de loisirs pour les pauvres, mesures d’hygiène dans les entreprises...


        mussolini a fait les allocs familiales, les allocs chômage et la retraite par répartition(http://italie.blog.lemonde.fr/2013/...) :

         »Benito Mussolini, en partie fidèle à son passé socialiste, entreprend d’importantes réformes sociales en faveur des classes défavorisées. La journée de travail est limitée à huit heures et la semaine à quarante heures. Le travail de nuit est interdit à toutes les femmes et aux garçons de moins de 18 ans. De nombreuses dispositions sont prises concernant l’hygiène du travail dans toutes les entreprises. L’assurance contre les risques du travail est mise en place, ainsi que les allocations familiales, celles du chômage et l’assurance contre les maladies. Dans le cadre de la Santé publique, Mussolini crée les premières colonies de vacances pour les enfants pauvres, les terrains de camping et de jeux, les vacances populaires. La dépense annuelle des allocations familiales est fixée à 344 millions de lires, dont 215 millions sont à la charge des patrons. Cette politique sociale très avancée est appréciée par toute la population.« 


      • lsga lsga 28 mars 2015 20:23

        Fifi : les fachos se battent tout le temps entre eux, un peu comme les islamistes et les islamophobes. On n’est pas obligé de choisir un camps. Staline et Hitler se sont battus : tu es plutôt pour Hiter ou pour Staline ? Moi perso : ni l’un ni l’autre. De Gaulle s’est battu contre les NAZI ? Le CNR s’est battu contre les NAZI ? Bin c’est pas pour autant que je suis pour De Gaulle ou pour le CNR. 

         
        Je défends l’idée d’une révolution en Europe, pour instaurer une démocratie directe de production.
         
        Vos États Providence fascitoïdes : basta ya ! 
         
        Les libéraux les ont pratiquement détruit. On ne va pas se battre pour les re-construire. On va se battre pour construire autre chose, quelque chose de mieux. L’Histoire, ça marche comme ça, n’en déplaise aux réactionnaires qui pensent que c’était mieux avant. 

      • lsga lsga 28 mars 2015 20:24

        oui oui, Mussolini a aussi mis en place un État Providence. Par contre baasiste, la semaine de travail était de 60h en Italie et en Allemagne. 


      • Robert Lavigue Robert Lavigue 28 mars 2015 20:34

        @Fifi Brind_acier

        Désolé, mais je ne suis pas en mesure de demander quoi que ce soit à M. Philippot, lequel ne fait pas partie de mes relations !

        Quand on vise aux même buts, on est souvent amené à utiliser les mêmes moyens !
        D’où l’étrange similitude entre le programme de Révolution Nationale de Pétain, une partie de celui du CNR et quelques bribes de celui de l’UPR...


      • Baasiste 2 28 mars 2015 20:51

        @lsga
        40h en italie mussolini a baissé le tps de travail je l’ai montré il a fait al semaine des 40 h avant le front pop. c’est hitler qui a mis à 60h le temps de travail pour ses folies guerrières. ensuite hitler a renforcé l’etat providence allemand même si il l’a pas créé. 


      • lsga lsga 28 mars 2015 20:53

        @Baasiste 

        60 heures baassiste : il se préparaient à faire la guerre, pas à partir en vacances. C’est qui différencie le Front Populaire du parti Fasciste. Les uns rêvaient de partir tout nu à la plage, les autres rêvaient d’aller s’étriper sur le Front. 

      • Baasiste 2 28 mars 2015 21:50

        @lsga
        l’italie fasciste c’est 40 h je le maintiens, sur internet toutes les sources indiquent que mussolini a instauré cette semaine et n’a pas fait 60 h de travail par semaine, 8h de travail la jorunée et 40h apr semaine mussolini l’a instauré. car les italiens n’ont pas mobilisé grand chose sur le front, le nb de tués italiens fut amplement moindre que le nb de soldats allemands tués durant la 2nd gm. mais en effet je te donne raison : l’Allemagne nazie a fait le semaine de 60 heures/par semaine, hitler avec la guerre a augmenté le temps de travail il ia fait passer de 41 ou 42h par semaine à environ 60 heures par semaine. 


        tiens d’’ailleurs s’il te plait peux tu me donner une analyse marxiste du fascisme et me dire ce que les marxistes pensent du fascisme (selon toi) et la pensée marxiste dessus.

      • lsga lsga 28 mars 2015 22:12

        Bon en effet, 40 heures par semaine pour Mussolini (1923). 60h de travail pour Hitler : ça laisse pas beaucoup de temps pour aimer sa famille et sa patrie.... 

         
        Le fascisme à proprement parlé à l’époque de Marx n’existe pas encore, puisque c’est une création de Mussolini. Mais son équivalent est Bismarck, celui qui a créé l’État Providence. L’ancêtre du Fascisme, c’est le Bonapartisme (que l’on confond volontiers avec le Jacobinisme : c’est très cousin). Napoléon : voilà l’ancêtre de tous les fascismes. 
         
        Marx lui-même a pris très clairement position contre ces régimes. Ils sont un retour au monarchisme, de fait. Par exemple, même si la France n’a plus de Roi, elle gardé la bureaucratie Royale. Le Bonapartisme, la bureaucratie sont les ennemis les plus directs et les plus clairement désignés par Marx. Marx soutient les libre-échangistes (on dirait les libéraux aujourd’hui) contre les Bismarckiens et autres bonapartisme (on dirait les Keynésiens aujourd’hui). 
         
        L’objectif du Socialisme, ce n’est pas d’instaurer une « protection sociale ». C’est de mettre fin à la propriété privée des moyens de production, et donc de permettre d’instaurer le contrôle de la production par l’ensemble de la population. L’État Providence, le Fascisme, le Bonapartisme, donnent tous les pouvoirs, tout le contrôle de l’appareil de production, à une petite élite bureaucratique, à une bourgeoisie d’État, qui tente de se justifier à travers des politiques sociales.
         
        Ceci dit, la situation des marxistes (dans le sens de ceux qui se sont revendiqués de Marx, le plus souvent sans l’avoir compris) vis à vis des fascistes a souvent été ambiguë. D’abord, car les ouvriers eux-mêmes préfèrent (encore aujourd’hui) qu’on augmente leur pouvoir d’achat plutôt qu’on leur donne du pouvoir. Ensuite, les léninistes sont redevenus des bonapartistes, ont fait à nouveau l’éloge de la bureaucratie et de l’Étatisme, et rien ou presque ne les différencie des Fascistes (à ceci prêt que les Fascistes n’étatisent pas tout, alors que chez les Léninistes, TOUT appartient à l’État). Mais il s’agit du pseudo-marxisme, et de pseudo-marxistes. 
         
        Voilà, maintenant camarade, pose la question : veux-tu que le pouvoir d’achat soit augmenté ? Ou bien veux-tu que le peuple s’empare du pouvoir ? 
         
        Si tu réponds que le pouvoir d’achat prime, alors ta place est avec les keynésiens et les fascistes.
        Si tu penses que la prise de pouvoir du peuple prime, alors ta place est avec les communistes.
         
        Au passage, l’Histoire est du côté des communistes. C’est pour cela que les fascistes sont réactionnaires : ils tentent toujours de retourner en arrière, au Royaume (l’État Nation) et à la Monarchie (la bureaucratie). Les communistes sont progressistes : plus le temps passe, plus l’Histoire leur donne raison sur tout. 
         

         
         


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 mars 2015 07:32

        @Robert Lavigue
        Le fascisme a toujours eu un programme social, par démagogie et parce qu’on attrape pas les mouches et les gogos avec du vinaigre...
        Pour jouer le rôle de roue de secours du capital, faut au moins faire semblant...
        Le FN n’a rien inventé.
        « Industriels et banquiers pendant l’ occupation » par Annie Lacroix Riz


      • julius 1ER 29 mars 2015 14:36

        @Robert Lavigue

        mais non la Sécu date du CNR car même si’il l’avait voulu Pétain n’aurait même pas été capable de la financer, car avec 400 millions / jour à payer au titre des frais de l’occupation, je vois mal comment il aurait financé cela de même pour le reste de sa politique....(en plus avec des prix multipliés par 4 à 10, et toute la production française qui partait directement en Allemagne, plus 1,5
        millions de jeunes hommes prisonniers en Allemagne + le STO que restait il à Pétain si ce n’est des promesses ???? et les promesses on sait ce que çà vaut !!

        c’est comme Hitler qui avait promu la retraite à 35 ans, avec tous les millions d’allemands morts sur le front russe et ailleurs, qui pouvait percevoir la retraite ????? on se le demande encore, tout cela s’appelle la démagogie ... point barre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      • julius 1ER 29 mars 2015 14:55

        @Baasiste 2


        c’est con........on se demande pourquoi les Italiens ont pendu Mussolini et sa bande à des crocs de bouchers, quelle ingratitude !!!!! c’est vraiment à douter de la conscience humaine !!!

      • Robert Lavigue Robert Lavigue 29 mars 2015 15:29

        @julius 1ER

        mais non la Sécu date du CNR car même si’il l’avait voulu Pétain n’aurait même pas été capable de la financer.

        Faut être fonctionnaire dans sa tête ou membre de l’UPR, voire les deux, pour écrire de telles âneries...

        Sous Pétain (et jusqu’à très récemment), l’Assurance maladie fonctionnait exclusivement avec des cotisations salariales et patronales. Aucun impôt du style CSG-RDS.

        Donc, nul besoin de l’Etat pour financer la Sécu. Il a suffit que Pétain impose la Sécu (plus exactement que Pétain étende la Sécu à des catégories qui n’en bénéficiaient pas).

        PS : Mussolini n’a pas été pendu à un croc de boucher par LES Italiens, mais par DES Italiens.
        Je ne vais pas perdre mon temps à vous expliquer la nuance sémantique !


      • lsga lsga 28 mars 2015 16:13

        « Nous ne pouvons pas continuer à transférer la richesse de la nation »

         
        En France, la richesse n’est pas nationale, elle est impérialiste. Le Capital français ne provient pas des travailleurs français, mais des politiques néo-coloniales en Afrique. L’État Providence d’ailleurs n’est qu’un moyen d’obtenir le silence de la classe moyenne sur ces politiques militaristes. 

        • P-Troll P-Troll 28 mars 2015 17:43

          @lsga

          Vous qui prétendez être plus Marxiste que Marx et que les staliniens ne sont pas marxistes, etc, etc...
          sachez que la notion de « classe moyenne » n’et pas marxiste, mais une invention de l’idéologie Keynésienne inventée pour manipuler l’opinion et faire croire à la population que la majorité des gens sont très heureux de s’identifier au rêve américain.

          Il y aurait dans cette vision des choses) qui n’a jamais été théorisée) 10% de riches nécessaires" pour permettre la croissance, 10% de pauvres pour permettre aux associations caritatives d’organiser leurs spectacles, et 80% de gens situés dans la classe moyenne qui irait du chti nouvrier au brillant polytechnicien.

          C’est ça, votre vision des choses, Isga ?

        • lsga lsga 28 mars 2015 19:24

          Marx s’est très clairement exprimé sur la classe moyenne, et a démontré en long, en large, et en travers qu’elle était réactionnaire par nature. 

           
          Les staliniens sont des fascistes, qui prônent ce que Marx appelait le bonapartisme : un État centralisé, avec pléthore de fonctionnaires, qui s’accaparent le contrôle de la production soit disant au nom du peuple. C’est contre eux en premier que Marx appelle à prendre les armes, contre ceux qui prennent le pouvoir juste après la Révolution. 
           
          Le partage des richesses ne m’intéresse pas. Le problème, ce n’est pas la répartition des richesses, mais le partage du contrôle de l’appareil de production. 
           
          P-Troll : tu n’as pas l’air totalement stupide. Tu devrais passer moins de temps sur Internet, et lire plus de livre. Je te conseille de commencer par là (ça se lit en une après midi).

        • lsga lsga 28 mars 2015 20:17

          marx échoué ? LoL

           
          Fifi : les gens comme vous, au 19ème siècle, passaient leur temps à se moquer des marxistes qui expliquaient que le Capitalisme allait nécessairement détruire les États Nations, les États Providence, le modèle familial ; et que l’ensemble des petits artisans, commerçants, agriculteurs, allaient faire faillite pour devenir salariés.
           
          A, vous aujourd’hui qui prétendez défendre les États Nations, les États Providence, le modèle familial, les petits bourgeois : quel dommage que vous n’ayez pas écouté Marx ! Vous auriez eu 170 ans d’avance au lieu d’avoir 40 ans de retard. 

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 2015 20:20

          @lsga
          Du moment que tes salades marxistes de permettent d’être troll appointé, c’est tout ce qui compte !
          Les mesures anti-sociales de la Commission européenne ne te concernent pas.
          Plus tu vas les défendre, plus tu seras payé ! Elle est pas belle la vie pour Isga ?


        • P-Troll P-Troll 28 mars 2015 20:20

          @lsga

          « Marx s’est très clairement exprimé sur la classe moyenne »

          Bon ça suffit les conneries
          Dans quel ouvrage ?
          Quelle édition ?
          Quelle page ?

          Sans les références, on peut continuer à délirer.


        • lsga lsga 28 mars 2015 20:32

          @P-Troll

          olala mon grand, tu dois pas souvent lire mes commentaires pour douter de ma capacité à citer Marx... 

           

          « Les classes moyennes combattent la bourgeoisie parce qu’elle est une menace pour leur existence en tant que classes moyennes. Elles ne sont donc pas révolutionnaires, mais conservatrices ; bien plus, elles sont réactionnaires : elles cherchent à faire tourner à l’envers la roue de l’histoire. » 

           
          Tu sais, c’est le bouquin que je t’ai conseillé de lire ?
          ça se lit en une après-midi, et ça permet de comprendre les bases de ce que l’on nomme « communisme ».

        • julius 1ER 28 mars 2015 18:10

          Alors que dans les pays en colère, les opprimés et les exploités réalisent que ce sont les nantis et les riches qui coutent le plus cher, en France le pouvoir a réussi à retourner la vindicte populaire sur les plus faibles. A croire, que le retraité, la femme de ménage, le fonctionnaire ou le chômeur sont devenus les ennemis des classes populaires. Les plus riches ont même réussi à faire passer les services et les biens communs comme des tares du système afin de se les approprier !

          @R Gil,
           j’ai l’impression qu’on se répète semaine après semaine, et ce n’est pas les élections de demain qui vont changer quoi que ce soit, bien au contraire......c’est sûr que la France a un problème où plutôt les français ont un problème et comme tu le dis si bien plus on leur met la tête sous l’eau plus ils en redemandent .... ce doit être un dommage collatéral de Tchernobyl !!!!!

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 2015 20:10

            @julius 1ER
            Au lieu de vous en prendre aux électeurs, vous feriez mieux de vous en prendre à la censure.


            Pour quels autres Partis voulez-vous que votent les Français, en dehors de la peste, du choléra et du béribéri ? Tous les autres Partis sont censurés !
            Comment voulez-vous que les électeurs votent pour des Partis qu’ils ne connaissent pas et dont les médias ne parlent pas ?
            Les résultats des élections correspondent pile poil aux temps de parole dans les médias.

            Si les médias avaient passé un mois à parler du FDG et de l’ UPR, ils seraient en tête des élections.
            Vous ne comprenez donc pas comment marche ce système ?

            Les médias refusent de leur faire connaître autre chose que le FN, le PS & l’ UMP, alors ils restent chez eux. Je vous rappelle que les médias fonctionnent avec de l’argent public.

          • lsga lsga 28 mars 2015 20:13

            @Fifi Brind_acier
            vous prenez les français pour des cons ? C’est bien, vous progressez. 


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 2015 20:21

            @lsga
            Non, ça c’est votre job.


          • lsga lsga 28 mars 2015 20:31

            @Fifi Brind_acier dit :

            « Si les médias avaient passé un mois à parler du FDG et de l’ UPR, ils seraient en tête des élections.Vous ne comprenez donc pas comment marche ce système ? »
             
            Donc les gens sont des cons ? C’est bien ça ? 

          • julius 1ER 29 mars 2015 14:47
            Si les médias avaient passé un mois à parler du FDG et de l’ UPR, ils seraient en tête des élections.
            Vous ne comprenez donc pas comment marche ce système ?
            • Les médias refusent de leur faire connaître autre chose que le FN, le PS & l’ UMP, alors ils restent chez eux. Je vous rappelle que les médias fonctionnent avec de l’argent public.
            @Fifi Brind_acier
            heureusement que tu es là pour nous éclairer .....sans rire !!!
            même s’ils sont censurés qu’est-ce que tu as vu au premier tour, ils votent pour les mêmes !!!!!

            mais non Fifi le mal est bien plus profond que tu ne le crois !!! et le mal c’est l’individualisme absolu doublé d’un égocentrisme démesuré, aggravé par une malhonnêteté intellectuelle hors paire et tu as là un cocktail explosif qui nous mène droit vers un système oligarchique et autoritaire....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès