Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’intégration républicaine est en panne !

L’intégration républicaine est en panne !

La réduction drastique des crédits publics a des conséquences négatives dans l'Education Nationale mais aussi dans d'autres secteurs liés à la politique de la Ville.

Alors que des associations agissent au quotidien pour faciliter l'intégration républicaine et développer une politique de solidarité, elles se trouvent face à des difficultés importantes pour mener et développer les actions pourtant utiles socialement.

L' Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (l' Acsé) est un établissement public national à caractère administratif.

L'ACSE est peu connu du public ;

C'est par lui que transitent les financements politiques de la ville. Elle constitue le partenaire financier incontournable pour tous ceux qui mettent en oeuvre des projets visant à réduire les inégalités sociales.

L’Acsé contribue à des actions en faveur des personnes rencontrant des difficultés d’insertion sociale ou professionnelle. L’agence a été créée par la loi du 31 mars 2006 sur l’égalité des chances pour renforcer l’action de l’Etat en faveur des habitants des 2 213 quartiers de la politique de la ville et pour promouvoir l’égalité des chances et la diversité.

L’Acsé gère l’essentiel des crédits spécifiques consacrés par l’Etat à ces priorités. A ces deux missions principales s’ajoute la gestion du fonds interministériel de prévention de la délinquance.”

Les centres sociaux, les associations de solidarité et les organismes ont ouvert ce qu'on appelait hier les cours de français pour les personnes issues de l'immigration, le FLE( Français-langue étrangère...) et qui aujourd'hui s'intitulent :“ les ateliers de socialisation à dominance langagière”....

Pourquoi faire plus simple quand on peut faire plus compliqué ?...va pour la socialisation à dominance langagière, il faut bien s'approprier la langue technocratique ou pédagogiste...

Passons....

L'essentiel c'est de permettre aux personnes qui ne parlent pas le français de pouvoir mieux maîtriser cette langue afin de pouvoir vivre une citoyenneté pleine et se retrouver dans le vocabulaire de tous les jours.

Au cours de ces séances, les formateurs expliquent le fonctionnement des institutions en s'adaptant au niveau des “apprenants” : c'est quoi une Mairie, qui élit le Maire , où doit on s'adresser pour faire ses démarches administratives.... ?

Quelle est la signification de la devise de la République française : liberté, égalité, fraternité ?

Pourquoi dit-on que la France est laïque ?

Voici là des questions essentielles qui sont abordées...

L'intégration républicaine n'est pas une promesse pour demain mais une réalité que les formateurs essayent de faire vivre.

Si les bénévoles associatifs peuvent intervenir et devenir des formateurs, ils ne peuvent pas se substituer aux professionnels qualifiés....Les premiers apportent quelques bases aux apprenants alors que les seconds délivrent des cours complets dans le cadre de cursus de formation.

Des organismes de formation associatifs sont obligés de réduire la voilure et de nombreuses personnes issues de l'immigration ne trouvent plus de place dans les “ateliers de socialisation à dominance langagère”...

Les subventions provenant de l'ACSE sont réduits.

La dotation de l'Etat à l'Acsé au titre du programme 147 "politique de la ville" a diminué de 5 % en 2011 par rapport à l'année précédente.... Pour 2012 on s'attend au pire....

Alors qu'il faudrait ouvrir de nouveaux cours de français, certains ferment faute de moyens et les listes d'attente s'allongent.

Quant aux associations ne fonctionnant qu'avec des bénévoles, elles sont “au taquet”, ce qui signifie qu'elles ne peuvent pas accueillir de nouvelles personnes …
 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 9 janvier 2012 10:36

    Il vaut mieux investir dans des opérations policières coup de poing !


    • Robert GIL ROBERT GIL 9 janvier 2012 11:56

      les deux choses qui doivent etre detruite pour ceux qui nous gouvernent sont l’education :
      http://2ccr.unblog.fr/2011/12/19/l%E2%80%99ecole-est-finie/

      et la santé :
      http://2ccr.unblog.fr/2011/07/12/comment-detruire-lhopital-public/

      Et l’integration, ils s’en tapent....


      • Ouallonsnous ? 10 janvier 2012 17:30

        Le titre de l’article doit être « L’intégration républicaine est mise en panne par le gouvernement » !

        Malheureusement, dans l’immédiat, ça ne changera que peu de choses, sinon amener certains à la prise de conscience !!


      • CHALOT CHALOT 9 janvier 2012 13:26

         

        Les cours de Français langue étrangère et d’alphabétisation

        C’est une action que nos bénévoles mènent depuis plusieurs années.

        Les apprenants habitent à Vaux le Pénil, Melun, le Mée sur Seine ou Dammarie les Lys

        Les bénévoles préparent ensemble les séquences en tenant compte des “niveaux” : certains des apprenants connaissent peu de mots français en arrivant la première fois alors que d’autres commencent à composer des phrases simples.

        Chaque année des formations sont proposées aux formateurs qui ainsi se perfectionnent.

        C’esrt une aventure humaine riche par les contacts et relations...Les élèves sont très motivés et les progrès sont sensibles.

        Notre association ne se substitue pas aux organismes spécialisées...Quand cela est possible, des apprenants sont orientés vers des formations plus longues assurées par des professionnels.

        C’est ainsi que se construit une complémentarité entre l’association et les organisateurs de cours agréés et financés.


        • Liline 9 janvier 2012 15:12

          Il est facile de reprocher aux primo-arrivants de ne pas apprendre le français, tout en baissant les subventions accordées aux associations qui donnent des cours de français. Or, ceux qui arrivent en France ont souvent du mal à trouver des cours de français qui soient à la fois financièrement abordables, adaptés à leurs niveaux d’étude et à leurs horaires. C’est donc justement le nombre de cours qu’il faut augmenter, mais il faut aussi les moyens qui vont avec.


          • lulupipistrelle 10 janvier 2012 00:02

            Marrant mais tous les primo-arrivants que je connais personnellement parlaient parfaitement le français à la fin de leur première année en France...Ils sont tchétchènes, arméniens, russes, ukrainiens bulgares, roumains.
            Ils ont suivi des cours à la fac de lettres , même pour exercer des métiers modestes dans les maisons de retraites, le bâtiment, la mécanique automobile...


          • titi 9 janvier 2012 16:01

            « Alors que des associations agissent au quotidien pour faciliter l’intégration républicaine et développer une politique de solidarité, elles se trouvent face à »

            L’intégration républicaine ? Et vous connaissez celle du fou qui repeint son plafond ?

            J’ai vécu dans un quartier a forte population immigrée.
            Ce n’est pas un problème de crédit.
            Ce n’est pas un problème d’association.

            C’est un problème de volonté politique pouvoir dire :
            Madame ca fait 20 ans que vous vivez en France comment ce fait il que vous ne parlier pas un mot de francais ?
            Monsieur est il normal que vous laissiez vous 6 enfants à la garde de l’ainée pendant que vous retournez au bled pendant 9 mois sur 12 ?
            Madame, Monsieur, laissé ses enfants de moins de 10 ans jouer dans la rue jusqu’à une heure du matin c’est peut être comme celà que ca se passe dans vos contrées, mais ca pas comme cela que ca doit se passer ici.

            Tant que ce discours là ne sera pas tenu il n’y a aura pas d’intégration.

            J’ajoute que ma femme est d’origine italienne.
            Son père anti-clérical militant se nomme Guisseppe.
            Mais en France il se fait appeler Joseph. Lorsqu’il a épousé sa femme il ne lui a pas interdit d’aller à l’eglise parce que c’était contraire à ses convictions à lui : il a respecté sa différence.
            Il a donné des prénoms francais en premiers prénoms à ses enfants, et à garder des prenoms italiens en seconds prénoms. Manière pour lui de rappeler leurs racines sans pour autant les pénaliser.

            Et c’est marrant mais l’intégration elle a marché...
            C’est la différence entre « s’intégrer » et vouloir « être intégré ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès