Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’ironie du sort : et si le 22 avril marquait la sortie par le haut (...)

L’ironie du sort : et si le 22 avril marquait la sortie par le haut de la France ?

Enfin, nous y sommes : cinq ans que les Français attendent. Le 22 avril, les Français pourront voter pour ce qu’ils défendent, le premier tour étant a priori le tour où l’on choisit, le second, celui où l’on évite le pire. A cette date, quatre grands candidats se distinguent et sont, suivant les sondages, mais aussi suivant bon nombre de paramètres, tous à même d’émerger au second tour. Cet article ne sera pas un énième article politique sur un sujet labouré par tous les rédacteurs depuis des mois, mais simplement une vision de ce que les Français pourraient infliger à toute la classe politique en votant massivement pour un cas de figure et un seul : le second tour Bayrou-Royal.

Puisque les jeux ne sont pas encore faits, autant le dire d’entrée : cette élection compte double. Un vote pour les candidats radicalisés, et c’est le spectre de 2002 qui prend forme. Un vote formaté pour les deux candidats des partis traditionnels, et c’est l’éternelle litanie qui continue dans une stérilité absolue de positions aveugles.

En 2002, les électeurs se sont majoritairement exprimés par le vote blanc - dont personne ne veut reconnaître qu’il devrait être considéré comme tel et non comme de l’abstention - ainsi que pour le refus de la caste politique en place. Forçant le second tour comme une alerte forte aux décideurs, les Français ont élu J. Chirac dès le premier tour avec un socle de 18% dont la moitié provenait des fidèles de Bernadette Chirac.

Soutenu démocratiquement par 82,6% des voix au second tour, J. Chirac aurait dû gouverner avec une coalition large de démocrates de tous bords : au lieu de cela, il fit le choix avec une base minoritaire de créer le parti unique : l’UMP

Quatre candidats pour une présidence

Parti unique vite noyauté et récupéré par un certain N. Sarkozy qui mit, dès 2003 « en n’y pensant pas qu’en se rasant » terme au second mandat de J. Chirac. Le parti unique devant l’arrière-cour de l’ascension de l’ambitieux N. Sarkozy, la France devait subir pendant cinq ans le pire « règne » de la Vème République, l’immobilisme couplé aux contre-décisions, aux positions rétrogrades, défensives et creusant s’il le fallait encore le canyon social.

Outre une position salvatrice « contre » la guerre en Irak issue d’une réflexion avant tout économique - la France de 2003 ne pouvait se payer le luxe d’une guerre, surtout celle-ci - et géopolitique - le Moyen-Orient a longtemps été un bon marché pour les majors françaises -, le règne de Chirac a été clôturé dès 2004 par la perte de 20 des 22 régions françaises au profit de la gauche ainsi que par la débâcle d’un référendum sur l’Europe pourtant « gagné d’avance » suivant ses proches conseillers... comme les régionales de 2004...

Profitant de l’usure du pouvoir en place, la gauche a cru « tirer les leçons » en changeant la façade, sans changer ni les méthodes, ni le fond. S. Royal émergeant du lot par sa nouveauté féminine, sombrant dès les premières déclarations dans une faiblesse issue d’une position difficilement tenable à mi-chemin entre le PS et l’extérieur du PS. Outre la façade et un fond sympathique au premier abord, la candidate du PS a oublié les classes moyennes de son discours, focalisant sur les « mis à l’écart », occultant qu’on ne gouverne pas un pays uniquement pour une frange - même la plus isolée et faible - des Français.

Laissant un boulevard au « centre », l’émergence d’un centre rénové par une candidature « commando » d’un François Bayrou poursuivant sur une position initiée dès 2002 était prévisible : l’ascension du candidat centriste ne devant pas tant à ses « troupes » qu’à des idées plus modérées susceptibles de rabattre les modérés de l’UMP et du PS.

Stratégie folle ou mensongère, F. Bayrou a profité et profite encore de la radicalisation de ses rivaux, toujours plus à gauche pour l’une devant préparer des alliances éventuelles, toujours plus à droite pour l’autre, lorgnant depuis bien longtemps avec une alliance contre-nature qui sera vendue pour le compte des « voix radicalisées qui ne savaient plus comment se faire entendre ».

Rempilant pour une énième élection, le candidat frontiste, fort d’un programme inexistant et d’un silence à proprement parler scandaleux mais toujours ponctué de discours à la rhétorique remarquable et caressant des Français plus que jamais prêts à mettre le système politique parterre, J.-M. Le Pen n’avait plus qu’à passer pour le candidat martyrisé pour les parrainages et résolument ouvert vers une France recroquevillée sur elle-même pour mieux se protéger de tout ce qui ne lui ressemble a priori pas.

Soutenu dans la course aux parrainages par un N.Sarkozy prêt à tendre une main à un électorat susceptible de le faire élire quel qu’en soit le prix ou le fond, J.-M. Le Pen semblait et semble pour beaucoup être un soutien de poids au candidat UMP.

Mais dans un jeu à quatre, très rapidement, on se rend compte qu’il y a des alliances qui se créent, qu’on le veuille ou non.

N. Sarkozy a fait le choix de lorgner vers un électorat FN propre selon son analyse à le faire élire : cela fait des années qu’il partage ces idées-là en feignant de ne pas y être sensible : comme d’habitude, à sa façon, il ne partage pas les idées, mais souhaiterait bien partager les subsides du pouvoir de ces idées, quand bien même puissent-elles être difficilement audibles.

Ces derniers jours, alors que la campagne de S. Royal souffre de l’absence du soutien de bon nombre « d’éléphants », voilà que des notables PS dévoilent leur jeu et tablent sur une alliance dès le premier tour avec l’UDF de Bayrou. Parallèlement, voilà que, du côté UMP, quelques figures viennent elles aussi tenter ce qu’aucun « assujetti à la soupe UMP » n’aurait osé faire il y a quelques mois, tant l’odeur d’une bonne soupe sarkozyste semblait bien à point.

Duel PS-UDF VS UMP-FN ?

Pour beaucoup cette configuration peut sembler contre-nature ou inadaptée. Néanmoins, cette configuration constitue aujourd’hui, tant la probabilité d’un duel Sego-Sarko matraqué par les médias semble rejeté, le vrai enjeu de cette élection présidentielle.

Le 22 avril, les votes devront clairement choisir entre une voie démocratique et une voie unilatéralement orientée vers l’extrémisme qu’il soit racial ou économique.

Le 22 avril, le duel, ce sont les sociaux-démocrates naissant contre les piliers de l’ancien régime et de la France décadente dont font pleinement partie une partie du PS, une partie de l’UMP et bon nombre des extrémistes de droite comme de gauche.

Il advient, suivant cette configuration, que la donne est bien différente de celle présentée par les médias :

N. Sarkozy a clairement ouvert la voie à une alliance avec le FN. Le seul problème, et c’est là que pourrait être l’ironie du sort, c’est que J.-M. Le Pen n’est pas homme à s’allier : il est seul contre tous, et l’alliance ne peut se faire qu’autour de lui, pas avec lui.

Cette analyse est confirmée par les récentes prises de position qui sont plus dures avec l’allié éventuel qu’avec tous les autres candidats, le FN voulant SES électeurs et non faire de la présence pour plaire aux yeux de N. Sarkozy et de l’UMP. On ne peut s’allier avec le « feu » sans risquer de se brûler...

Là où N. Sarkozy voyait un allié, il se pourrait bien que ce soit cet allié qui lui fasse perdre les quelques « % » nécessaires pour aller au second tour.

Car ne soyons pas aveugles, le premier tour se jouera dans un mouchoir de poche avec trois candidats à 20-25% voire quatre candidats à 20%. Dans cette configuration, tout est possible. Mais là où l’ironie du sort pourrait être salvatrice pour le peuple français, c’est qu’avec des votes raisonnés et résolument « utiles », c’est-à-dire en faveur de S. Royal et de F. Bayrou, non seulement la démocratie serait sauve, mais en plus le règne de Sarkozy serait écarté de la manière la plus « divine » qu’il puisse être : un 21 avril à l’envers provoqué par celui-là même qui devait permettre la victoire à tout prix.

Vers un séisme politique issu de la raison des Français ?

Plus encore qu’un 21 avril, le rejet de toute la clique médiatico-économico-mafieuse organisée autour du candidat unique à peine soutenu par le président sortant, le rejet de cinq ans de défiance au peuple, d’effets de manche suivis d’inactions retentissantes et d’inégalités sociales criantes voire dangereuses, la mise à l’écart d’une société vouée à l’affrontement pour avoir enfin un second tour digne de ce nom, avec des débats sur le fond et surtout un positionnement clair de l’ensemble de la politique française :

Un second tour Bayrou-Royal, l’un assis sur tous les déçus de l’UMPS et la troisième voie, l’autre sur le socle de la masse de tous les écartés de la société, serait l’occasion pour les deux candidats de se positionner résolument là où ils se trouvent - surtout pour Bayrou - et d’avoir une sortie par le haut d’une campagne illustrée jusqu’alors par la médiocrité affligeante du fond comme de la forme.

Le 22 avril, si les Français votent utiles pour la démocratie, alors il serait fort possible que « l’ironie du sort » soit la sanction de celui qui a voulu gouverner sur des cendres et non sur l’âme de la France.

Résultats dans sept jours.


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (373 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • Valerie H. (---.---.226.197) 16 avril 2007 11:02

    Merci pour cette analyse très intéressante. Pour ma part, je persiste à penser que le phénomène Bayrou est largement sous-évalué (il faut reconnaître qu’à l’exception de Marianne, je ne vois pas de grands organes de presse - et pour cause... - prendre la mesure de ce courant), et je me prend à rêver... La crédibilité de Messieurs Rocard et Kouchner n’est pas à mettre en doute, ce sont de vrais « hommes de la chose publique » et les électeurs sympathisants socialistes mais ayant un peu de mal avec la « girouette Royal » devraient être rassurés quant à la capacité de Monsieur Bayrou à regrouper autour de son projet des hommes et des femmes de qualité.


    • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 16 avril 2007 12:00

      Je suis tout à fait d’accord avec vous, Valéry...

      Je reste persuadé que l’électeur « type » de François Bayrou sera :

      - 1°). l’homme ou la femme de son camp, qui n’aura pas accepté le Grand Parti Unique de la Droite : l’UMP, imposé aux lendemains des Présidentielles « 2002 » par le clan CHIRAC/RAFFARIN/SARKOZY ;

      - 2°). l’homme ou la femme de l’UMP, par ailleurs, profondément gaulliste, qui, dégoûté par les propos de Nicolas Sarkozy sur le suicide des jeunes et sur la pédophilie, ainsi que sur l’identité nationale, se tournera vers le candidat centriste, puisqu’il ne voudra pas voter pour Jean-Marie Le Pen ;

      - 3°). l’homme ou la femme, issu(e) de la Gauche non communiste dont le Parti Socialiste, qui, déçu par cette Gauche porteuse de tous espoirs qui furent vite vains, se tournera vers le candidat centriste...

      Bien sur, les indécis, qui auront été très intéressés par les propositions de Michel Rocard, pourraient également être tentés par le vote Bayrou !


    • (---.---.104.68) 16 avril 2007 12:02

      Concernant les élections françaises, les européens pensent exactement le contraire des français (voir http://www.swissinfo.org/fre/international/agences/detail/Les_Europeens_deu x_fois_plus_nombreux_a_preferer_Royal_a_Sarkozy.html?siteSect=143&sid=7719130&cKey=1176702976000)

      En résumé ; d’une sondage effectué en Allemagne, Italie, Espagne et Grande-Bretagne, il ressort que les européens pensent à 2 contre 1 que Mme Royal serait un meilleur président pour la France. Le même sondage, effectué en France donne le résultat exactement inverse.

      Quel différence ? La presse, en Europe elle n’est pas « aux ordres » comme elle l’est en France et, les européens sont mieux informés de la réalité française que les français. Surtout, ils entendent parler du caractère (c’est un mot poli pour ne pas employer le terme névrose) de N. Sarkosy : colérique, ordurier, menteur, etc. Est-ce vraiment l’image que les français veulent donner de leur pays ?

      Je sais bien que les étatsuniens ont élu G.W. Bush (à deux reprises) et l’Iran Ahmadinejad. Après tout, les français ont bien le droit d’être aussi cons que les étatsuniens ou les iraniens. Mais qu’il ne viennent pas se plaindre ensuite que la France est l’objet de la risée publique.


    • (---.---.190.225) 16 avril 2007 17:11

      Si on fait un petit bilan :

      * Sarkozy est au mieux considéré comme « le moins pire » pour le monde des affaires et les libéraux d’outre-atlantiques, et fait un peu peur à nos voisins européens (c’est vrai qu’il ne transpire pas la sérénité cet être agité. Quand on n’est pas français et qu’on ne voit que l’« image », ça doit frapper encore plus...)

      * Bayrou est un extra-terrestre (concernant le candidat de l’UDF François Bayrou, le chef du gouvernement espagnol ZAPATERO a avoué « ne pas le connaître »)

      * ROYAL incarne la « beauté typiquement française » paraît-il aux Etats Unis (qui finalement s’en contre-fichent un peu de nos élections), et est soutenue par pas mal de gouvernements en place ou de figures intellectuelles en Europe ( Jose Luis Zapatero, Romano Prodi, Vaclav Havel,...)

      Donc à choisir il n’y a pas photo pour moi c’est ELLE .


    • Yann Riché Yann Riché 16 avril 2007 20:01

      Vous oubliez les électeurs qui sont convaincus par la politique qui adhèrent au « centrisme », on ne vote pas Bayrou contre les autres ou par déception mais parce qu’il représentent des idées auxquelles nous adhérons...

      C’est peut être ça qui est le plus dur à accepter ?


    • Mamine75 (---.---.69.161) 16 avril 2007 22:14

      Vous avez raison. Ceux et celles qui, aujourd’hui, se rapprochent de FBayrou viennent de droite et de gauche (en plus des UDF s’entend), je m’en aperçois en tractant, nombre de PS rencontrés sont loin d’être optimistes et beaucoup rejoignent Bayrou. Un tour sur son site de campagne bayrou.fr pour s’apercevoir que cette vague orange est énorme Cet homme s’est mis en retrait dès 1999, il a traversé son désert, accompagné par ses fidèles « bédouins » (dixit FB) et est revenu avec un projet qui rassemble nombre de français qui ont anticipé, avant les partis politiques, que la bipolarisation avait fait son temps. Avez-vous remarqué que ses affiches de campagne ne portent pas de sigle ? Un parti nouveau s’en suivra. Alors au second tour, SR/FB ou JMLP/FB ? Dans tous les cas de figure, FB est vainqueur au 2e tour, et c’est bien. Pour nous, pour la France, pour la Démocratie. Je vais me délecter à écouter nos têtes pensantes journalistiques, intellectuels auto-proclamés et leurs compéres sondeurs nous expliquer pourquoi ils ne nous ont pas vu venir, nous les benets (J. Lang), les « volatils »... Z’ont rien compris et ce n’est pas la première fois smiley


    • crou (---.---.207.90) 16 avril 2007 23:00

      @xxx.x14.190.225

      Ce que vous dites est pûr mensonge !

      Romano prodi ne soutient pas SR mais François Bayrou !!! Ne vous en déplaise...

       smiley


    • scrogneugneu (---.---.146.240) 16 avril 2007 11:31

      Comme tu dis : au premier tour « a priori » nous choisissons, au second nous votons pour le moins pire...

      Mais si j’ai bien lu, ensuite, tu dis, au premier tour votons utile, etc...

      Et effectivement, sachant que toute campagne a tendance à dramatiser, mais aussi que la situation réelle est dramatique, le problème du choix du « moins pire » est posé au premier tour.

      2002 devrait nous servir de leçon, et encore c’est de la gnognotte par rapport à ce qui risque de se passer.

      J’ai écouté le discours de JMLP sur la chaîne parlementaire. Evidemment les gens étaient galvanisés... J’espère qu’ils ont bien écouté ce qui a été dit.

      Je ne ferais pas d’autre commentaire si ce n’est que nous sommes à la fois dans le réel et l’irrationnel.

      Nous serons donc des dizaines de millions de Français à prendre nos responsabilités dimanche prochain.


      • tvargentine.com lerma 16 avril 2007 11:35

        Libre à chacun de voter pour son candidat en fonction de ces idées politiques,car ici,le vote appartient à l’electeur.

        Mais,le problème se pose pour l’electeur de gauche,qui votait socialiste et qui attend depuis 5 ans un changement.

        Constatons,que le PS,n’a rien fait pour se réformer et s’ouvrir sur la société en dehors des militants fonctionnaires et souhaite continuer à « cibler » la clientèle « bobo »,qui est extrèmement minoritaire dans notre pays,mais qui vivent très bien sous la Mairie socialiste du Maire de Paris !

        Le PS présente donc une non-candidature,sans projet de société,ni idées politiques,ni perspective.

        La compassion a été remplacé comme projet de société ce qui permettra aux bobos PS de continuer à donner la piece jaune aux nouveaux tavailleurs pauvres qui ne peuvent plus se loger à Paris.

        Pour qui doit voter cet électeur déçu par un parti devenu un parti de notables et de bourgeois déconnecté de la réalité et qui trouve toujours des excuses à des repris de justice ou des clandestins qui squattent des appartements alors que des centaines de milliers de citoyens attendent un logement ?

        Ne pas avoir de réponses à apporter aux français n’est pas digne d’un grand parti politique.

        Et bien tous simplement en allant voter BAYROU,cela permettra de faire exploser une fois pour tout,ce parti qui est vraiment mort depuis 5 ans.


        • jujubinche (---.---.235.222) 16 avril 2007 15:45

          « une non-candidature,sans projet de société,ni idées politiques,ni perspective. »

          T’as pas du lire le programme de royal toi. Remarque, Il était peut être trop long pour un bayrouiste ...

          Mais sinon, on a le droit de le trouver bien ce programme fortement teinté de scandinavie ?


        • kako (---.---.65.143) 17 avril 2007 02:00

          Voilà, ici illustré, par votre commentaire, la raison d’une impossible alliance entre Bayrou et Royal. A force de fricoter avec l’UMP, vous en avez acquis les même réflexes, de dénigrement de mensonge et d’aveuglement. Avant de dire n’importe quoi, pour vous montrer intéressant, lisez les propositions de Mme Royal ; c’est d’un autre calibre que celui de Mr Bayrou. Vous êtes surement un transfuge de l’UMP, n’ayant pas fini sa mutation ; certains reflexes demeurent.


        • kako (---.---.65.143) 17 avril 2007 02:08

          Mon commentaire s’adressait à lerma.


        • parkway (---.---.18.161) 17 avril 2007 10:46

          le programme de sego,

          c’est de mettre DSK comme 1er ministre : donc aucun changement à attendre...


        • Nathanael (---.---.252.222) 16 avril 2007 11:38

          Qui que ce soit qui remportera « la victoire » début mai, rien ne changera... les riches continueront à s’engraisser, les pauvres resteront dans la misère, et au milieu, la classe moyenne supportera tout et crévera sans un sou...


          • camelia (---.---.99.17) 16 avril 2007 19:22

            Il n’y a que le vote Royal qui peut changer les choses. Et le patronat l’a bien compris et en particulier Laurence Parisot à France Europe Express où SR lui a répondu. Mais vu les horaires (minuit passés) tout le monde n’a pu suivre cette émission.


          • Julot (---.---.97.120) 16 avril 2007 12:01

            « Rempilant pour une énième élection, le candidat frontiste, fort d’un programme inexistant et d’un silence à proprement parler scandaleux mais toujours ponctué de discours à la rhétorique remarquable et caressant des Français plus que jamais prêts à mettre le système politique parterre, J.-M. Le Pen n’avait plus qu’à passer pour le candidat martyrisé pour les parrainages et résolument ouvert vers une France recroquevillée sur elle-même pour mieux se protéger de tout ce qui ne lui ressemble a priori pas. »

            Le programme du FN existe. D’autant que ca fait 30 ans qu’ils l’ont peaufiné. Comme ils ne sont jamais élus, pourquoi en changer...

            Je le redit encore, caricaturer le FN ne le rends que plus fort. S’il fait 20% cette fois, il sera impossible de lui refuser toute représentation. Et on aura une droite UMP+FN dans 5-10 ans.


            • scrogneugneu (---.---.146.240) 16 avril 2007 12:09

              @ Julot : peut-être as-tu raison...Il y a un déterminisme économique, sociétal, qui précède l’électoral...Le problème est que l’on sait sur quoi cela débouche.


              • (---.---.38.189) 16 avril 2007 12:24

                La sortie par le haut de la France ?

                Mais où est il au juste le haut dans ce labyrinthe multidimensionnel.

                Ce qui est sûr, c’est que la petite majorité qui aura choisi la direction de ce qu’elle considère comme le haut va entrainer toute la France dans cette direction...

                Même si cette petite majorité se fourvoie encore comme elle le fit si gravement en 2002, confondant la lumière et les ténèbres, chacun sera une fois de plus tiré encore un peu plus bas.

                Jeu démocratique et jeu du mensonge, de la duperie électoralistes institutionnels


                • philippe gabriel (---.---.122.31) 16 avril 2007 12:50

                  Franchement l’hypothese d’un 2° tour FB/SR est peu probable.

                  Alors au 1er tour j’irai voter FB en espérant qu’il dépasse SR au poteau.

                  Et si le duel est finalement bien celui qui est annoncé, à savoir le couple NS/SR, et bien j’aurai le choix entre 1 vote blanc (et nul), ou 1 bonne partie de pêche.

                  A moins que les sympatisants socialistes ne finissent par voter utile en nombre suffisant, je ne choisirai pas entre NS qui par tactique électorale plus que par vraie conviction se droitise, et SR qui ratisse ou qui essaye de ratisser sur sa gauche.

                  Pas de bol pour moi, je suis juste au milieu et la séparation qui me sera proposée ne me concernera pas, une fois de plus.

                  Attendons l’explosion du PS, attendons que les socio-démocrates osent enfin s’affirmer et rejeter les vieilles lunes gauchistes qui me hérissent autant que l’ultra libéralisme et le nationalisme forcené.

                  Je risque donc d’être disponible pour une bonne partie de pêche le jour du 2° tour, et nous serons quelques uns à taquiner le gougeon. (Avis aux amateurs)

                  Amis « socialistes » socio-démocrates, européens convaincus, libéraux, vous seuls avez la réponse à ce problème, mais bon-sang que vous êtes longs à en accepter le principe et à en tirer les conclusions.


                  • jujubinche (---.---.235.222) 16 avril 2007 15:53

                    « 1 vote blanc (et nul), ou 1 bonne partie de pêche. »

                    Le plus fort avec les bayrouistes, c’est qu’ils appellent sans cesse à voter pour leur candidat, mais assure qu’il ne voteront pas pour Royal.

                    Alors une petite chose : moi, je suis de gauche, je m’apprête à voter pour un programme de gauche ( que tu n’as pas lu, avoue ). Bayrou est de droite, et son programme, que j’ai lu, l’est également ... t’as compris pourquoi je voterais pas pour lui ? oui ?

                    Donc si les excès sarkoziens te posent un problème, c’est pas moi qu’il faut convaincre, ce sont tes potes de l’UMP. Si sarkozy te gène, tu peux aussi voter Royal au deuxième tour ... ha .. non, j’oubliais, tu es de droite.

                    Les masques tombent, quelle blague ...


                  • philippe gabriel (---.---.126.234) 16 avril 2007 16:54

                    @ jujubinche

                    De quels masques parles-tu ? Je ne t’ai jamais dit que j’étais de gauche. Ne peux tu voir la politique que de cette seule façon, tranchée, gauche/droite, bon/mauvais ???

                    Si tu es en age de voter il faudrait peut-être penser à dépasser ce manichéisme de maternelle élémentaire.

                    Si tu es à gauche toute, alors on n’est pas d’accord et je ne m’adresse pas à toi, pas plus qu’à ton copain à droite toute.

                    Je m’enrichi de réflexions différentes de la mienne, je ne suis pas persuadé d’avoir la seule bonne réponse à tous les problèmes. Mais il y a des limites à mon ouverture Juju, je ne serai jamais d’accord avec l’aile gauche du PS. Et donc pas pour tout ce qui déborde du PS et qui essaiera de peser sur Ségo. Donc je ne voterai pas pour elle. Et ici j’aurais dû ajouter un couplet sur l’extrême droite pour bien équilibrer, mais merde, marre de devoir toujours se justifier.

                    Je suis + ou - au centre, comprends-tu ce que cela veut dire ? Au fait, J’ai le droit non ? Pourquoi tu viens me casser les pieds, tu es de gauche OK, féliçitations, libre à toi. Si tu préfères voir Sarkozy pendant 5 ans plutôt que Bayrou tu as tout à fait raison de persister dans ton choix.


                  • kako (---.---.65.143) 17 avril 2007 03:44

                    @philippe gabriel

                    C’est toujours le même problème avec l’UDF, il veulent bien faire alliance avec les socialistes, mais à condition que ce soit à leur unique profit ; une fois élus ils retournent systématiquement vers leur allié de toujours... l’UMP. Demandez aux élus de Lyon et d’autres régions où départements ils vous diront ce qu’ils pensent des alliances électorales avec l’UDF !! Le PS n’a pas vocation à se faire cocufier par le parti de Bayrou. Merci, on a donné et on a vu le résultat.


                  • jujubinche (---.---.235.222) 17 avril 2007 09:41

                    « Si tu es en age de voter il faudrait peut-être penser à dépasser ce manichéisme de maternelle élémentaire »

                    Pour le coup, « tout le monde ensemble, on va faire un beau pays ou tout le monde il est gentil », ça vole pas bien haut mon gars.

                    Ensuite, ce n’est pas du « manichéisme », ce sont des « opinions », concept étrange qui est devenue une tare. Par exemple, je suis contre la suppresion des droits de succcession, je suis contre la déreglementation des heures sup, des vieilles lunes de droite qui ne font que creuser les inégalités. Il n’y a rien de gauche dans le programme de bayrou, ce n’est pas du ’centre’, c’est de la droite, que ça te plaise ou non. Le fait que l’homme semble effectivement respectable et humain ne change rien aux faits.

                    Ensuite tu fais un commentaire qui appelle manifestement la gauche à voter bayrou, assume. Je note que tu ne produit pas ce genre d’appel à l’attention des sarkozystes, pourtant collègues pendant 5 ans, et qui eux seront d’accord avec le programme de F Bayrou, alors ?

                    Si tu crois au « centre » faudrait déjà commencer par produire un programme « centriste », sinon c’est juste de l’imposture.


                  • slide (---.---.243.192) 17 avril 2007 10:22

                    Moi, je vais clairement voter FB au 1er dans le but de la délectation d’un journaliste demandant à NS s’il va, comme les honnêtes gens battus favoris, se retirer de la vie publique. Et pour soutenir le candidat d’un programme moins ambitieux, moins doré mais aussi moins menteur et moins dérageant que les autres.


                  • slide (---.---.243.192) 17 avril 2007 10:26

                    Bayrou n’est pas favorable à la suppression des droits de succession, à la dérèglementation du travail... Tout n’est pas parfait dasn son programme, je suis contre des emplois aidés sans garantie par exemple, mais il y a des idées et du réalisme.


                  • noireb (---.---.30.2) 17 avril 2007 11:10

                    @Jujubinche

                    Tu es de mauvaise foi.

                    Bayrou compte mettre en place un systeme de bonus/malus pour les entreprises qui licencient/embauchent.

                    1 mesure de gauche, une.

                    Il compte supprimer les droits de successions pour les petites fortunes uniquement.

                    2 mesures de gauches.

                    Les heures supp, il compte les faire rémunérer plus, sans que cela soit plus avantageux pour l’employeur.

                    « tout le monde ensemble, on va faire un beau pays ou tout le monde il est gentil »

                    Je prefere « gens de droite et de gauche, sortez vous les doigts du c.., utilisez un peu l’energie que vous dépensez à vous taper dessus pour vous remonter les manches et vous mettre à bosser ensemble ».

                    Quant à dire « la droite c’est tout pas bien », ou « la gauche c’est tout bien » (ou l’inverse), c’est réducteur, c’est une opinion beaucoup trop tranchée pour etre considérée comme fondée sur une réflexion.

                    C’est bel et bien manichéen. Les socialistes ne méritent pas tous d’auréoles (Freche...), et les UMP n’ont pas tous des cornes de bouc (bon... là j’ai pas d’exemples, mais y en a forcément des biens smiley).


                  • philippe gabriel (---.---.126.234) 17 avril 2007 11:45

                    Aux « opinions », aux belles générosités de « gôche gôche », j’oppose la réalité et les contraintes économiques. Je viens de relire les propositions de Ségo : C’est « super chouette » mais qui payera tous ces bons sentiments ?

                    Tu veux faire 1 pari : Si Ségo passe on ouvre les vannes des finances publiques plein pot, on subventionne à tout va, on se gargarise de belles idées que « seule la France est capable d’oser », seule contre tous. Et 2 ans après, catastrophe, plan de rigueur, plus de sous dans les caisses, dette colossale et on vire à 180° mais trop tard. On aura perdu 2 ans et dépensé des sommes folles que nous n’avions pas. Et ce qui était prévisible se sera effectivement passé, la dette de la France sera encore bien alourdie, plombée, cadeau laissé à nos enfants.

                    Alors moi je ne veux pas que mon pays parte encore dans ces délires. Tu peux bien parler de bons sentiments : Tous les partis de gauche savent très bien dépenser de l’argent mais aucun ne sait comment créer des richesses, sauf en imposant un peu plus les plus riches, qui, ou se barrent, ou se découragent. Pas difficile de faire des programmes comme ça. Tu donnes plus à tout le monde : Qui ne serait pas d’accord avec cette belle générosité ?

                    Le drame c’est que ca ne marche pas, jamais, et qu’après ces périodes d’euphorie on tape du cul bien plus fort que si on avait pris les mesures économiques judicieuses au bon moment.

                    Alors surveiller la dette, réduire le déficit, ça me semble primordial pour pouvoir faire du social dans de bonnes conditions et à la hauteur des possibilités. C’est moins glamour certes, mais au bout du compte c’est plus généreux et plus efficace pour tout le monde.

                    Voila pour moi c’est ça être centriste, c’est surtout ne pas dilapider les richesses, c’est taxer les super profits, c’est limiter les subventions et le poids de l’état et garantir le plus possible un travail, un logement et un revenu décent aux plus démunis.

                    Avec tout cela, une partie des socialistes, les socios-démocrates, sont d’accord par réalisme et expérience. Des gens comme Delors, Bockel, Strauss-Khan entre autres ne disent pas autre chose. Leur drame est qu’ils ne seront jamais libres de faire cette politique dans un premier temps, si Ségo est élue. Et ils seront appelés en catastrophe pour boucher les trous dans la coque, quand le navire menacera de couler.

                    CQFD ils voteront Bayrou sans le dire trop fort ou ils voteront Royal sans y croire, et c’est leur drame.


                  • arturh (---.---.119.98) 16 avril 2007 12:56

                    Un second tour Bayrou Royal une sortie par le haut ? Il ne faut pas confondre analyser une situation politique et prendre ses désirs pour la réalité.


                    • Johan Johan 16 avril 2007 12:57

                      Salut Rage,

                      Eh bien je ne suis pas sûr.

                      Pas sûr d’abord que le cadeau offert par Hortefeux (60 sièges à la proportionnelle pour que le FN soit enfin représenté) soit vu pour ce qu’il est : l’indice d’une alliance.

                      Pas sûr que Royal suive Kouchner et Rocard dans leur volonté de se rapprocher de l’UDF.

                      Pas sûr que Bayrou veuille précipiter son ascention et confondre vitesse et précipitation : pourquoi s’unir avec un parti en crise ? Pour en partager les dissentions ?

                      Le tour de Bayrou sera 2007 ou 2012. Il risque de tout gâcher en se liant avec un PS moribond et qui a besoin d’une crise franche pour renaître. Dommage, Royal a eu la possibilité d’ouvrir une nouvelle voie après avoir des primaires écrasantes, mais elle a laissé les éléphants remettre la machine à perdre en marche. Au lieu de rester stable et cohérente sur son noyau dur (Taubira, Chavènement, Montebourg), elle a laissé en première ligne des DSK, Jospin, Fabius, Besson, fort réticents à son succès parler pour elle sans feu.


                      • Rage Rage 16 avril 2007 16:48

                        C’est exact Johan. Cependant je ne dis et ne souhaite aucunement une alliance UDF-PS dès le 1er tour : je dis simplement que les voix qui s’expriment aujourd’hui traduisent le malaise au PS et reconnaissent l’ouverture que propose Bayrou pour enfin créer un parti social démocrate digne de ce nom en France.

                        Ces voix auront tout leur poids au second tour, et c’est bien pour cela qu’exprimer - en prenant tous les risques - ce type de point de vu, c’est aussi savoir regarder la réalité en face faute de quoi on sombrera dans le radicalisme.

                        Aucun grand candidat n’évoquera cela avant le 1er tour : mais après le 22 avril, l’hypothèse évoquée dans l’article serait fort bien probable... ouvrant alors enfin une nouvelle « ère » politique, cassant les clivages et faisant réellement apparaître les vrais choix : social-démocratie ou radicale et dangereuse démagogie.


                      • Johan Johan 16 avril 2007 18:16

                        Je comprends ce que tu veux dire.

                        Il me semble qu’il faut tempérer nos certitudes quant au report : si Bayrou n’est pas au deuxième tour, il ne reportera pas forcément ses voix sur Royal. Il est probable qu’il ne donne pas de consigne de vote. Par contre Royal est coincée : elle appellera forcément à voter Bayrou (quoiqu’elle pourrait s’en passer, les électeurs éclairés de Gauche vont pas voter Sarko !). Le rapprochement n’est pas évident.

                        A mon avis, s’il n’est pas élu, Bayrou va attendre son heure sans appeler à un report des voix. Selon les sondages, les indécis s’exprimant pour Bayrou ont d’avantage tendance à se reporter sur Royal, mais à mon humble avis, le socle initial des votants UDF serait plutôt en faveur de Sarko. La répartition dervait se faire à 55 45 environ, légèrement en faveur de Sarko.

                        Quant à Royal, si elle perd au premier ou au deuxième tour, elle devra subir la vindicte de ses rivaux du PS qui préfèreront reprendre les commandes de leur parti plutôt que de rallier Bayrou, s’il le veut encore (et s’il n’est pas élu, il ne le voudra pas).

                        La présence de Le Pen au deuxième tour, si Royal n’est pas élue, signerait même un arrêt de mort brutal de la trouble fête du PS, de Chevènement, de Taubira et du NPS en général.

                        1 La situation qui me parait la plus probable : Sarko Royal, Sarko vaiqueur, Royal déchue, pôle DSK, Jospin et autres de nouveau aux manettes, Bayrou attend son heure sans appeler au report des voix pour ne pas se griller.

                        2 Sarko Bayrou, Bayrou vainqueur, centre d’impulsion et passage des lois avec le soutien alternatif de membres du PS et / ou de l’UMP. C’est à mon avis ce qui serait le plus favorable à la construction d’un pôle socio démocrate fortement teinté de libéralisme, plus que d’un parti.

                        3 Sarko Bayrou, Sarko vainqueur, on est repartis pour 5 ans d’UMP, et 2012 ressemblera à 2007. Avec un Bayrou encore plus fort ?

                        4 Sarko Le Pen (rebelote en cas de victoire de Sarko), ou Royal Le Pen. Royal vainqueur : luttes de pouvoir intenses entre les pro DSK et les pro Royal. Peut être à l’image de Chirac de Villepin / Sarko ? Rapprochement possible avec l’UDF pour enrayer la machine Royal, mais pas forcément pour le meilleur.

                        Royal, ne l’oublions pas, est le Joker du PS. Elle a cristallisé un vote sanction à l’intérieur du Parti, dont les militants ne sont peut être pas si subjugués par les médias, mais simplement préoccupés par la victoire de leur Parti, traumatisés par la défaite de la socio démocratie de Jospin, et écoeurés par Fabius. Royal n’est pas une socio démocrate à même de réaliser ce pôle avec l’UDF, elle est plus chevènementiste que jospinienne, et n’oublira pas les batons qu’on lui a mis dans les roues si elle est élue. a l’inverse, elle sera éjectée immédiatement dans le cas contraire.

                        Bayrou ne veut pas non plus d’un nouveau parti. Il veut que l’UDF soit l’impulseur d’un gouvernement d’union nationale, ce qui le laissera alors dans un rôle beaucoup plus central que s’il devait composer avec les cavaliers seuls du PS au sein d’une même structure.


                      • noireb (---.---.30.2) 17 avril 2007 11:47

                        Ce matin dans la presse : Bayrou VEUT fonder un nouveau parti.

                        Ca éclaire d’un jour nouveau.


                      • non666 non666 16 avril 2007 13:01

                        Tiens , histoire de detendre un peu l’atmosphere :

                        http://fr.news.yahoo.com/13042007/5/une-enquete-des-rg-predirait-l-elimination-de-segolene-royal.html

                        En Gros , comme annoncé depuis des mois, les sondages sous-evaluent LePen.

                        Comme Sarkozy a legitimé ces thèses, elles valident le premier disant et pas la caisse de raisonnance...

                        Il reste donc a attendre le murissement de tout cela.

                        Les electeurs « FN », voyant leur patron potentiellement au deuxieme tour ne vont pas hesiter a le rejoindre.

                        Les modérés ne voudront pas d’une finale Sarko-Lepen et vont se regrouper sur bayrou...

                        On y vient tout doucement a la finale ideale : LePen-Bayrou.

                        Il faut dire que ce sont les deux seuls qui incranent de vraies ideologies : le nationalisme et la chretienne democratie.

                        Comme ni la candidate des marxistes reformistes, ni celui des liberaux atlantistes ne pouvaient seduire sur leur ideologies propres, ils ne pouvaient que faire de la simulation sur les thèses des autres...

                        On va quand meme reussir a faire d’une pierre trois coups :

                        Elimination de la Mafia du PS

                        Elimination de la mafia UMP

                        Election d’un president qui aura interet a nous ecouter et a finir d’egorger les non-representatifs qui se partagent la France depuis des decennies.

                        Les syndicats marxistes, les differentes institutions inutiles, non democratiques(Chambres de commerce, Conseil economique et social, Senat )

                        Affutez vos bulletins ! Chaque vote est une lame de guillotine !


                        • Voltaire Voltaire 16 avril 2007 14:54

                          @non666

                          J’ai aussi entendu ce type de rumeurs, mais je n’y crois guère. Même si les sondages ne peuvent reflêter exactement les intentions de vote, ils se trompent rarement de 7-8%.

                          Bien sûr Sarkozy à 30% est aussi peu probable que Royal à 26 et Le Pen à 12. Le plus probable est quand même un Sarkozy autour de 25 (plutôt légèrement en dessous pour moi), Royal et Bayrou dans un mouchoir autour de 19-20, et Le Pen vers 17. Je pense que l’on sous-estime certains « petits candidats » comme Bové ou Nihous. Néanmoins, je dois aussi avouer recevoir beaucoup d’étonnement de personnes qui, interrogeant autour d’eux, ne trouvent personne pour voter Sarkozy ou Royal, et que cela m’intrigue. Mais la crédibilité des instituts de sondage est quand même en jeu après 2002, ils ne peuvent pas se tromper d’autant tout le temps, où alors ils devront fermer boutique !

                          Quelques retour d’information quand même :

                          Le vote FN semble très élevé dans le Nord, le Nord-Est pauvre et dans le Sud-Est ; le vote Bayrou très élevé en banlieues chez les personnes issues de l’immigration africaine (maghreb et afrique noire) et des antilles, et chez les enseignants. Le vote Royal demeure très fort dans le Sud-Ouest.


                        • jujubinche (---.---.235.222) 16 avril 2007 15:55

                          « la finale ideale : LePen-Bayrou. »

                          Qu’est ce qu’il ne faut pas lire.


                        • Rage Rage 16 avril 2007 16:54

                          @Voltaire : Comme toi, j’ai du mal à trouver les électeurs de Sarkozy...

                          Autant j’entends des gens susceptibles de voter Royal, Bayrou et même Le Pen, mais Sarko, en dehors du microcosme Parisien, je cherche encore...

                          Je pense que c’est Le Pen qui va tous nous « sauver » en flinguant les électeurs de droite qui se rallieront soit à lui, soit à la modération Bayrou. La gauche est faible, mais groupée.

                          Je pense que l’on aura probablement 3 candidats à 20-24% et Le Pen derrière à 15%. Reste à savoir qui des 3 l’on aura au final...


                        • Funky Zapata (---.---.76.157) 16 avril 2007 18:30

                          Au sujet des sondages RG, ils ne sont pas meilleurs que les autres (quoique 15 000 sondés, c’est quand même moins biaisé que 1000)... pour le referendum sur le TCE, les sondages « internes » des RG donnaient le oui largement gagnant.


                        • (---.---.154.132) 16 avril 2007 19:15

                          Les enseignants votent Bayrou, depuis que celui-ci a dit qu’il tenait la ferme de ses parents tout en continuant son métier d’enseignant. Preuve qu’ils sont débordés de travail Waouh !


                        • parkway (---.---.18.161) 17 avril 2007 11:01

                          voltaire « ils ne peuvent pas se tromper d’autant tout le temps, où alors ils devront fermer boutique ! »

                          je vous trouve un peu faible pour ce coup là !

                          je suis peut-être un peu parano, mais vous oubliez que les sondages, c’est ipsos, c’est le médef, c’est sarkosy.

                          ne niez pas l’influence des patrons sur « leurs » médias...


                        • parkway (---.---.18.161) 17 avril 2007 11:03

                          les RG, c’est sarkosy...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès