Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’« islamophobie » : un concept à déconstruire

L’« islamophobie » : un concept à déconstruire

Les « Assises internationales sur l’islamisation de nos pays » se tiennent aujourd’hui, ce samedi 18 décembre à Paris. La Préfecture a autorisé leurs tenues alors que le maire (PS) de la capitale, Bertrand Delanoë, avait plaidé en faveur de leur interdiction.

Dans l’esprit des récents « Apéros Saucisson Pinard » et autres « Soupes au cochon », une partie du gotha de l’extrême droite européenne s’est donnée rendez-vous pour quelques heures Espace Charenton, et ce afin de débattre -joyeusetés gauloises obligent-, des dangers d’une Europe en voie de « s’hallaliser ».

L’occasion de revenir en ces lignes et de récuser le concept désormais très en vogue d’« islamophobie », corollaire direct de la notion tout aussi répandue d’« islamisation ».

Car l’usage du concept d’islamophobie accuse en effet deux écueils fatals, à savoir : d’une part, l’amalgame entre racisme anti-musulman et légitime critique de l’Islam, entendue au sens strict comme questionnement d’une religion ; d’autre part, la lente et pernicieuse stigmatisation, sous couvert de liberté d’expression, d’une communauté de croyants.

L’islamophobie comme « diffamation des religions », réintroduction du délit de blasphème

En France, exemple-type d’un pays qui, de par le passé, s’est embrasé à intervalles réguliers autour de guerres de religion, la lutte du temps des Lumières contre l’obscurantisme religieux, poursuivi aux siècles suivants par le combat laïc et républicain de sécularisation ont mené à la conquête d’un droit, garanti comme tel par la loi, de la liberté d’expression religieuse.

En parallèle et par équilibre s’est dressé un arsenal législatif conséquent visant à prévenir la critique ou stigmatisation d’une communauté de croyants présente au sein du corps national.

Si, de nos jours, l’expression de convictions religieuses est une liberté dont jouit tout fidèle, chaque individu est libre de questionner un dogme religieux, d’interroger et de critiquer une religion, démarches intellectuelles et philosophiques qui relèvent du pur et simple usage de la liberté d’expression. Ainsi en est-il de la critique de la religion musulmane, à la stricte et égale mesure de toute autre religion.

Or, l’islamophobie, et c’est là son premier écueil, terme « éponge » qui embrasse et décrit à la fois une situation de fait, les discriminations et traitements inégaux subis par les musulmans ; et son corollaire, à savoir la peur irrationnelle de l’univers mahométan, prête aujourd’hui à un pernicieux amalgame entre critique de l’Islam et racisme anti-musulman.

En entretenant une confusion entre la critique du message, le Coran, et celle de ses messagers, le monde musulman, le concept d’islamophobie, orienté sous couvert de l’anti-racisme, concourt à une mise sous verre de l’Islam. Car, une fois la critique de la religion associée invariablement à celle de ses croyants, l’anathème est jeté sur toute velléité de questionnement tant du dogme que de la pratique coranique.

La notion d’islamophobie, ainsi appréhendée, participe clairement à amalgamer critique de l’Islam et racisme anti-musulman afin de proscrire du champ des débats intellectuels toute objection formulée à l’encontre de la religion mahométane ; réintroduisant de ce biais un « délit de blasphème », ou concept de « diffamation des religions » tel que défendu en mars 2010 par la très peu modérée Organisation de la conférence islamique onusienne.

A cette occasion, l’Union européenne, qui a échoué à s’opposer à l’adoption d’une telle résolution par l’ONU, a tenu à rappeler que le respect d’une communauté de croyants ne saurait pour autant prohiber l’usage de la liberté de s’exprimer au sujet d’une religion.

Et de conclure qu’appréhender la lutte -légitime- contre le racisme anti-musulman à travers le prisme conceptuel d’interdiction « de diffamation des religions » concourait à faire le jeu de l’intégrisme islamiste, qui ne sait souffrir de quelconques critiques et n’a pour autre désir que de voir statufiée la religion musulmane.

Poursuivant une lignée traditionnellement voltairienne et héritière d’anciens débats -anti- cléricaux, la France, quant à elle, garantie à ses citoyens tant la liberté d’opinion religieuse que la libre critique des religions. Or, cette libre expression tend à dissimuler de nos jours dans certains milieux politiques un racisme à mots feutrés. Car l’occasion de la critique de l’Islam peut également être celle d’une lente dégénérescence de la liberté d’expression, amenant au rejet tant ethnique (le résident ou français originaire de terres musulmanes) que xénophobe (le musulman, autre et étranger) d’une communauté de croyants.

L’islamophobie comme usage de la liberté d’expression, premier pas vers un « racisme respectable » anti-musulman

Le concept d’islamophobie accuse ici d’un second écueil. A savoir, le danger qui réside dans le fait de verser, sous couvert du libre usage d’une critique de la religion, vers l’adoption d’un point de vue ethnicisant déviant subrepticement en un racisme anti-musulman.

Déjà, dès la fin des années 80, Jacques Julliard estimait que : « l'argument anti-islamique est de longue date un alibi commode qui habille de respectabilité la haine de l'Arabe et le refus de l'accueillir » (Le Nouvel Observateur, 23 novembre 1989).

Depuis lors, l’amalgame semble largement consommé. Le tollé provoqué en début de semaine par les déclarations de Marine Le Pen, comparant les prières de rue à l’Occupation allemande, suffit à lui seul à illustrer une situation de fait. Car ne sépare du rejet de l’Islam en France à celui, par extension, des populations d’origine maghrébine et arabe, qu’un pas, que la vice-présidente du FN se défend d’avoir franchi.

Plus généralement, instrumentaliser peurs et préjugés ne sont pas des éléments discursifs nouveaux puisqu’ils constituent le fonds de commerce même d’une majeure part d’organisations d’extrême droite. La droite nationale a depuis toujours agité, avec plus ou moins de succès, mais avec toujours autant de virulence, l’image fantasmée et quasi-obsessionnelle d’un bouc émissaire, posé en « ennemi de l’intérieur », responsable d’un large panel de maux dont serait accablée la France.

Car l’Islam, à n’en pas douter, nourrit dans l’Hexagone des desseins politiques, martèle Marine Le Pen ; les prières de rue ne sont d’ailleurs que l’arbre cachant la forêt.

L’Islam de France serait-il politique ? Vrai ou fausse affirmation, le concept est électoralement porteur, comme l’illustre un récent sondage publié par France Soir : pas moins de 54% de sympathisants UMP sondés approuvent le parallèle établi au sujet des prières de rue des musulmans et l’Occupation allemande.

L’on s’emploie donc à politiser l’Islam afin de dessiner des contours flottants à une menace rampante et souterraine. Qu’on se le dise ! A l’ombre de l’Islam se tapit un vaste projet politique, radicalement incompatible avec les principes et idéaux républicains, fruit d’une communauté de croyants inassimilables et subversifs, condamnés à demeurer, et ce qu’elle que soit la mention adossée à leurs papiers d’identité, au mieux, des français jamais tout à fait français, au pire, d’indésirables parias et parasites étrangers.

Comment ne pas dresser là une comparaison, -qui, certes, a ses limites-, entre le discours antisémite français des années 30 et le ressentiment anti-musulman de ces dernières années ? Hier, le « péril juif » ; aujourd’hui, le « péril musulman » ?

Et c’est ainsi que Marine Le Pen, qui semble ne pas craindre au long de ses propos la contradiction, quémande un retour à la souveraineté nationale dans l’Hexagone, menacée par les pratiques religieuses de fidèles qui, paradoxalement, sont eux aussi et de droit chez eux en France.

Et c’est de la même manière que la dirigeante frontiste, qui n’est pas à un néologisme -ni à une provocation- près, en vient à questionner la visibilité de l’Islam en France, quitte à grossir le tableau, sortant de son chapeau des « mosquées-cathédrales » et autres minarets, agitant l’islamisation du mode de vie des français au travers des hamburgers halal des restaurants Quick…

De fait, la vice-présidente du Front national poursuit une logique pernicieuse mais politiquement porteuse, à savoir, la dénonciation de la religion musulmane en lieu et place de la traditionnelle et abhorrée immigration. Toute à sa stratégie de dédiabolisation du parti frontiste, Marine Le Pen opère ici un virage stratégique : ne pas ouvertement vilipender la présence en France de français musulmans immigrés, mais plutôt croiser le fer au niveau de leur croyance, l’Islam. La cible demeure même alors que l’angle d’attaque varie.

Et, à l’extrême de l’échiquier politique, elle n’est pas la seule responsable politique à développer dans une même optique un discours violemment anti-Islam. De Riposte laïque au Bloc Identitaire, les préjugés nourris envers la religion musulmane sont drapés des plus belles toges républicaines, de la défense de l’égalité homme-femme en passant à celle de la laïcité ; pour autant, ces subterfuges ne sauraient dissimuler le fond des discours, à savoir une lente mais sûre dégénérescence de la critique de l’Islam vers une stigmatisation de ses pratiquants.

Ainsi, l’islamophobie apparaît être un concept suffisamment malléable à tout type d’extrémisme pour qu’il soit justifié de le récuser. Car si le respect d’une communauté de croyants -les musulmans- ne doit pas confisquer l’usage de la liberté d’expression à l’égard d’une religion ; la critique de l’Islam, sous couvert de cette même liberté d’expression, ne doit pas être le terreau au sein duquel se développe à mots feutrés une lente légitimation d’un racisme anti-musulman latent.

L’islamophobie, bien que prêtant aux amalgames, est un exemple intéressant de termes controversés qui rappelle à une réalité simple : les mots ont une signification et se doivent d’être employés avec rigueur dès lors que ceux-ci sont susceptibles d’embraser les haines répandues au sein d’un corps social fragilisé puisque régulièrement clivé.

Gageons que la recherche de sens engagée au travers de la bataille des mots ne demeurera vaine…


Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (139 votes)




Réagissez à l'article

352 réactions à cet article    


  • Yvance77 18 décembre 2010 12:17

    Salut,

    Ce qui est gonflant surtout c’est de se faire taxer de SALE RACISTE dès que l’on rejète cette religion (voir toutes)

    Je ne prends que mon cas mais je pense qu’il est partagé (et aussi rejeté). Je hais cette religion qu’est l’Islam. Mais pourquoi ?

    Car elle induit un système de pensée qui ne correspond en rien à mes valeurs, celles apprises depuis les bancs d’école.

    L’islam se veut être politique et spirituel, c’est à dire qu’il régit le mode de vie des gens sans séparation franche. La notion de public et de privé est balayée définitivement au profit de ce simple mode de vie unique qui régente tout de A à Z.

    Ta façon de vivre est sous domination complète sans perspective d’émettre la moindre critique.

    Alors non, il ne faut plus laisser d’espace à ce mode de pensée digne du moyen-age, une femme n’a pas à se voiler, un homme n’a pas à se laisser pousser la barbe, et personne n’a à m’interdire quoi manger et boire !

    Et si cela fait de moi un « raciste » eh bien j’accepte volontiers et je me battrais pour qu’il en soit ainsi. Tout comme il faut se battre pour que des rues soient rendues au public à tous les publics.

    Notre immigration est faite d’assimilation en des valeurs ancestrales qui ont évoluées certes, mais qui sont encore bien ancrées dans un collectif. Aucune religion n’a a s’interposer entre ceux que nous étions et nos mode de vies contemporains.

    Et s’il faut chasser ceux qui ne se soumettent pas à cela alors il faut le faire, sans honte, sans tabou, sans fléchir.

    De nos jours on peut critiquer le Pape, mais on ne peut pas le faire avec l’Islam et le Talmud. C’est à vomir. Tous système doit pouvoir passer à la moulinette et à l’analyse du bien-fondé ou pas.

    Notre espace de liberté est un bien commun, auxquels tout musulman qui y croit est le bien venu, en gardant dans le privé sa croyance. Mais la sociète n’a pas à s’islamiser (ou autre). Elle n’a pas à réclamer plus que sont voisin.

    Nos règles laïques sont saines, elles permettent à chacun de vivre dans la concorde civile du moment qu’elles sont respectées.

    A peluche


    • King Al Batar King Al Batar 18 décembre 2010 12:59

      Salut Yvance,

      Désolé de te contredire, mais le fait que tu haissent l’Islam, ne me parait pas suffisant pour dire que cette religion est incompatible avec la république.

      Quand tu dis cela :

      « Alors non, il ne faut plus laisser d’espace à ce mode de pensée digne du moyen-age, une femme n’a pas à se voiler, un homme n’a pas à se laisser pousser la barbe, et personne n’a à m’interdire quoi manger et boire ! »

      Une femme peut se voiler si elle en a envie, pour des raisons religieuse comme pour plein d’autre raison. Si elle a des problèmes de coupe de cheveux, ou par Elegance. Pourquoi critique le fait qu’une femme porte le voile par conviction religieuse, mais pas qu’une autre porte un Hermes par soucis d’esthetique ? Je précise parler du voile, comme tu l’a ecrit, et pas du Niqab.

      Un homme peut porter la barbe si ca lui fait plaisir de la même manière. Que ce soit pour des raisons religieuse ou pas. En quoi est ce que cela est il contraire aux valeurs de la république. La constitution obligerait elle chaque citoyen à se raser tous les matins ?????

      Et enfin personne ne te force ou t’interdit de manger quoique ce soit ! Si en revanche un individu se refuse à manger du porc, il n’est pas du tout anticonstitutionelle de choisir de s’aliener soit même une partie de ses liberté. Sinon les végétariens par choix personnel, ou les femmes qui bouffent que des yaourts au soja rentrent dans la même catégories.

      Il faut bien que vous compreniez que ce n’est pas parce que votre perception personelle et individuelle des comportements n’admet pas les comportements religieux qu’il faille les interdire. Il faut également que vous compreniez que vous ne pouvez pas revendiquer l’interdiction d’un comportement (comme le port du voile ou ne pas manger de porc) au nom d’une religion, si vous tolerez ce même comportement pour d’autre motif (estétisme avec les foulards hermes, ou alimentaire pour les vegetariens).

      Et c’est la ou effectivement il faut mettre à l’epreuve votre objectivité, et ne pas vous laisser influencer par votre affect. Je suis désolé de vous dire que votre raisonnement est ultra bancal.

      De plus vouloir interdire des choses au titre que vous ne les admettez pas, sans d’autr explication que « c’est contraire à MON entendement » s’apparente quand même fortement à du facsisme...

      Désolé de vous le dire, avec tout le respect que je dois au fan d’AC DC smiley


    • Yvance77 18 décembre 2010 13:07

      King bonjour,

      Crois bien que j’accepte tes remarques, et même si nous sommes sur deux longueurs d’ondes différentes, cela ne m’empêchera point d’avoir le plus grand respect pour toi et tes propos.

      Et pour moi l’erreur fondamentale que tu fais est de ne pas voir que l’Islam est avant tout un système politique régissant la vie des sujets. Hors la France depuis des temps immémoriaux possèdent son propre système, qui a évolué certes, mais qui est sien.

      Et l’islam se propose de le subsituer et en cela il est à rejeter purement et simplement car contraire aux règles de laïcité.

      Après oui je déteste cette religion, mais ceux qui croient au Talmund ne sont pas mieux etc... et j’en passe. Ca fait tous dans le même sac d’accord mais bon je ne suis pas parfait.

      Bien à toi


    • Tall 18 décembre 2010 13:19

      Bonjour Yvance77


      Si tu es anti-islamien, tu te fais enfumer par morice alors
      Car c’est pour ça que je viens dans ses forums, c’est pour dénoncer qu’il nous la joue en sous-marin
      La technique du sous-marin étant de voir l’ennemi sans être vu
      et donc il s’attaque systématiquement à tous les ennemis de l’islam ( usa, israel, extrême-droite ) sans jamais dévoiler son propre camp


      et ici encore à la fin de ce post :

      Par morice (xxx.xxx.xxx.109) 25 octobre 14:07

      .. la démocratie ne consiste pas à se faire pisser dessus tous les jours par des mécréants d’extrême droite

    • Yvance77 18 décembre 2010 13:29

      Tall bjr,

      Et après, momo il ne me fera pas un second trou. Qu’il dise ou pense ce qu’il veut.

      Après vous concernant, je trouve que c’est stérile, d’autant plus qu’à la lecture de vos posts vous me semblez être interessant. Aussi vous abaissez à ce genre de jeu puéril est quelque peu lunaire.

      Vous valez mieux que cela, et si momo vous horripile, bah passez votre chemin de toute façon il ne changera point.

      Bien souvent il est à l’Ouest mais il lui arrive aussi d’être bon, et cela il suffit de le reconnaitre.

      Je sais qu’il tape toujours sur les mêmes et couvre de sa bienveillance (qui a dit oeillières) d’autres... il est ainsi assez partial dans ses jugements. Si cela l’aide à dormir mieux après tout !

      A peluche


    • Tall 18 décembre 2010 13:53

      le seul point gênant, c’est qu’effectivement on s’abaisse en se frottant trop à ce genre d’énergumène


      pour le reste, morice favorise l’islam par corrosion systémique de ses ennemis
      et vous sous-estimez peut-être le poison que ça représente


    • Philodeme Philodeme 18 décembre 2010 14:23

      Inutile de toujours tourner autour du pot !

      Porter un voile hermès ou plus modeste n’est pas choquant mais on est en droit d’estimer provocateur et choquant les voiles complet ou ressemblant quasiment à une tente sur la tête (style niqab et autres similaires)

      Prier avec ostentation en encombrant la voie publique, oui, on est en droit l’estimer provocateur et choquant, d’autant plus que dans des pays musulmans comme l’Algérie c’est aussi interdit et que la religion musulmane n’oblige pas à prier dans un lieu particulier (à l’inverse des catholiques concernant la messe)

      Finalement on aimerait que les musulmans soient traités en France comme les chrétiens le sont en Arabie Saoudite. Les chrétiens ont-ils le droit d’y prier sur la voie publique ?


    • sisyphe sisyphe 18 décembre 2010 15:01

      Entièrement d’accord avec King Al Batar. 


      La démocratie, c’est que chacun puisse pratiquer ce dont il a envie, s’habiller et manger de même. 
      Ceux qui ne veulent pas suivre de principes religieux ; libre à eux, mais ils n’ont aucun droit ni légitimité à interdire ou empêcher quoi que ce soit à d’autres, à partir du moment où ça concerne la sphère privée et la liberté individuelle. 
      C’est les plus glénés qui s’en vont. 

      J’en parle d’autant plus aisément que, personnellement, je suis contre toutes les religions, et pour le droit absolu de les critiquer, de les caricaturer toutes ; il s’agit de liberté d’expression ; dans les deux sens. 

      Pour moi, islamophobie est un mot qui me parait parfaitement adapté à ceux qui l’emploient, puisqu’il fait référence à une phobie ; par définition une peur IRRAISONNÉE (troubles anxieux) ; c’est à dire à un comportement, des réactions, des représentations fantasmatiques, n’ayant pas de rapport avec la réalité. 

      Il s’agit donc, pour les islamophobes, de se faire soigner (comme pour toute phobie) leurs craintes et leurs angoisses ; c’est un problème qui ne concerne qu’eux. 

      En revanche, on peut parler légitimement de rejet de l’islam ; en ce qu’il comporte d’obscurantisme, d’endoctrinement, de soumission, comme toutes les religions ; on a, en démocratie, le droit d’afficher ce rejet, sur le plan théorique, philosophique, social, sociétal ; on a le droit de dénoncer ce que toute religion contient de nuisible ; c’est un droit inaliénable. 

      Mais, évidemment, comme le décrit parfaitement l’article, sous le terme générique d’islamophobie, et de rejet de l’islam, se masque le plus souvent, un racisme anti-musulman, et, plus globalement anti-immigré, qui ne trompe personne, surtout pas ceux qui cherchent, justement, à entretenir cette tromperie, pour désigner des boucs émissaires, comme depuis toujours, dans l’histoire, en cas de crise, venant de l’extrême-droite. 

      A partir du moment où une religion se confine à la sphère privée, et qu’elle n’entraîne, pour ceux qui la pratiquent, aucune manoeuvre de coercition sur d’autres, ni d’irruption dans la sphère publique, il n’y a, dans notre République laïque, aucune raison de fustiger les croyants et les pratiquants d’une religion ou d’une autre ; chacun est libre de pratiquer la religion qui lui semble bonne. 

      En revanche, il est également du rôle citoyen de défendre les valeurs de laïcité de la République, et d’empêcher toute irruption du religieux dans la sphère publique, sous quelque forme que ce soit. 
      Et, pour les agnostiques ou/et les athées, il est également tout à fait légitime de critiquer, dénoncer, pointer les travers de toutes les religions. 

      En bref, la liberté d’expression n’est pas à sens unique ; dans aucun sens. 


    • Yvance77 18 décembre 2010 15:16

      Bonjour Sisyphe,

      Tu sais bien que nous ne sommes pas d’accord sur ce point mais cela n’est pas bien grave, d’autant plus que oui je sais que le religieux (tous) et toi cela fait deux. Il n’y a pas de position partisane te concernant par conséquent.

      Je pense être bien plus radical que toi encore sur ce point. Pas de quoi en faire un foin.

      Mais voilà, je considère que nous sommes chez nous en France, avec nos valeurs héritées de nos aieux.
      L’islam n’en fait pas partie (comme celles contenues dans le Talmud par exemple).

      Chez nous ; cela veut dire que si nous sommes génés ce n’est pas à nous à nous adapter ou comme tu le dis à partir. Là tu fais à mon sens une lourde erreur.

      Bon sinon une bierre c’est pour quand ?

      A peluche


    • King Al Batar King Al Batar 18 décembre 2010 15:36

      « Porter un voile hermès ou plus modeste n’est pas choquant mais on est en droit d’estimer provocateur et choquant les voiles complet ou ressemblant quasiment à une tente sur la tête (style niqab et autres similaires) »

      Je ne parle pas de voile intégrale, sinon cela porte un nom. Mais le voile qui couvre les cheveux que porte nombre de musulmane, et qui est effectivement un signe d’appartenance religieuse ne me pose absolument aucun problème, pas plus qu’une femme ne porte un foulard esthetique. POur ce qui est du visage c’est différent.

      « Prier avec ostentation en encombrant la voie publique, oui, on est en droit l’estimer provocateur et choquant, d’autant plus que dans des pays musulmans comme l’Algérie c’est aussi interdit et que la religion musulmane n’oblige pas à prier dans un lieu particulier (à l’inverse des catholiques concernant la messe) »

      Ce qui est choquant c’est qu’un group ed’individus prennent une rue, ou un endroit public pour faire quoique ce soit et en empeche l’accès. QU’ils prient ou bouffent ou ecoutent de la musique ou y fasse du roller je m’en fout. Je vais vous donner un exemple, moi je suis Parisien (avec tout ce que ca implique, donc un peu un sale con rochon). Et bien ceux que je ne supporte pas, ce sont les sales connards de mec en roller qui traverse Paris et bloquent les grands axes pendant une plombe les vendredi soir !!!!! Il me font chier parce qu’il m’empeche de passer c’est tout ! Après je n’ai rien contre les mecs qui font du roller, contre le roller, ni contre quoi que ce soit d’autre. A un moment donné en revanche, ils se rassemblent, sont encadrés par la Police et bloque la moitié de Paris et surtout mon chemin, et bien j’ai un avis subjectif, qui fait que comme ca me chier, je les emmerde, je les insulte, je les dégueule ! Mais comme je vous le dit, j’ai rien contre le roller. Le mec qui habite rue Myrha, si il est pas content parce qu’il peut difficilement acceder à son immeuble, je comprend son mécontentement. Mais que vous vous plaigne, non pas parce qu’ils immobilisent la rue, mais uniquement parce qu’il prie, ne me parait pas être un raisonnement égalitaire. Nous sommes egaux en droit, si on autorise des petits pédés à Roller a bloquer la moitie de paris et faire chier le monde, alors on autorise les gens à bloquer les rues pour d’autres principes. Si vous voulez interdire parce qu’ils prient et que vous avez un problème avec leur prières alors votre raisonnement est totalement basé sur votre avis, vos gouts, vos choix, et non sur un raisonnement !

      « Finalement on aimerait que les musulmans soient traités en France comme les chrétiens le sont en Arabie Saoudite. Les chrétiens ont-ils le droit d’y prier sur la voie publique ? »

      Non, on aimerait que les FRANCAIS musulmans soient traités comme les autres FRANCAIS. Si en Arabie Saoudite ils se comporte comme des abrutis, alors nous devrions faire de même. On fait un concours de connerie ???? VOus ne m’avez pas prévenu, sinon je vous aurait décerné la palme d’emblée !!!

      Qu’est ce que ca veut dire vos propos débiles. LEs musulmans francais sont des citoyens à part entière de la France, ils n’ont aucun rapport avec l’Arabie Saoudite, hormis le fait que les beaufs comme vous les appelle des « arabes »...


    • Yvance77 18 décembre 2010 15:52

      King re,

      C’est là ou c’est énervant quand tu en viens à dire que « les Français musulmans doivent avoir le même traitement ». Mais ils l’ont, et je suis d’accord à 100 % d’accord avec toi dans le fait qu’ils doivent jouir des mêmes conditions.

      Ils ont les mêmes droits : vote, accès à la sécu, l’université gratuite, lécole, armée etc... putain mais ou tu vois qu’il y a un traitement en leur défaveur.

      Le gus qu’est orthodoxe (moi par exemple) je n’est jamais rien demander de spécifiques dans les moments de Carème, toi qui est juif idem il me semble etc...

      Mais il y a des gus dans la mouvance islamique (et je dis bien pas tous) et suffisament en nombre qui de nos jours dépassent les limites fixées par ce que la Nation a fixé comme règle.

      Des personnes qui ferment des rues pour leurs moment de prière doivent être chassés, des femmes qui se voilent dans les rues doivent se soumettre à la loi etc... Pas plus qu’ils n’ont à réclamer de la viande hallal dans une cantoche collective ...

      Et je ne cesserai de me battre pour cela, ou ils se soumettent aux lois laïques du pays ou ils se démettent.

      A peluche


    • Laureline 18 décembre 2010 15:59

       

      L’invention de l’« islamophobie »

      Forgé par les intégristes iraniens à la fin des années 70 pour contrer les
      féministes américaines, le terme d’« islamophobie », calqué sur celui de
      xénophobie, a pour but de faire de l’islam un objet intouchable sous peine
      d’être accusé de racisme.

      (...)

      Jusqu’à preuve du contraire, on a le droit, dans un régime démocratique, de
      juger les religions mensongères et rétrogrades et de ne pas les aimer
      .

       


    • Laureline 18 décembre 2010 16:16

      Le terme d’islamophobie remplit plusieurs fonctions :

      - nier pour mieux la légitimer la réalité d’une offensive intégriste en Europe,

      - attaquer la laïcité en l’assimilant à un nouveau fondamentalisme.

      - Mais surtout faire taire les musulmans qui osent remettre le Coran en cause, en appellent à l’égalité entre les sexes, au droit à l’apostasie et aspirent à pratiquer paisiblement leur foi sans subir le diktat de doctrinaires ou de barbus.

      - Il faut donc stigmatiser ces jeunes filles qui refusent le voile, souhaitent marcher sans honte, tête nue, dans la rue, foudroyer ces Français, ces Allemands, ces Anglais d’origine maghrébine, turque, africaine, algérienne qui réclament le droit à l’indifférence religieuse, le droit de ne pas croire en Dieu, de ne pas jeûner pendant le ramadan.

      - Il faut les désigner, ces renégats, à la vindicte de leurs coreligionnaires, les faire taire pour bloquer tout espoir d’une mutation chez les fidèles du Prophète (en France et de façon révélatrice, c’est un « Collectif contre l’islamophobie » qui soutient juridiquement les femmes verbalisées pour port du voile intégral).

      Nous assistons à la fabrication planétaire d’un nouveau délit d’opinion, analogue à ce qui se faisait jadis dans l’Union soviétique contre les ennemis du peuple. Et ce avec l’onction des médias et des pouvoirs publics. Notre président lui-même, jamais en retard d’une bourde, n’a-t-il pas comparé l’islamophobie à l’antisémitisme ? L’erreur est tragique : le racisme s’attaque aux personnes en tant qu’elles sont coupables d’être ce qu’elles sont,
      le Noir, l’Arabe, le Juif, le Blanc. L’esprit critique, à l’inverse, porte sur
      les vérités révélées, les écritures toujours susceptibles d’exégèses, de
      transformations. Cette confusion a pour objet de déplacer la question religieuse
      du plan intellectuel au plan pénal, toute objection ou moquerie étant passible
      de poursuites


    • docdory docdory 18 décembre 2010 16:19

      @ Sisyphe 

      Votre raisonnement ne tient pas debout : une phobie est une peur irraisonnée. 

      Par exemple , la phobie des souris est une crainte irraisonnée( une souris est incapable de causer un dommage physique à un être humain, il est donc maladif de craindre une souris ). Celui qui est atteint d’une phobie des souris est atteint d’un malaise intense dès qu’il voit une souris . C’est une maladie mentale, car celui qui en est atteint est incapable d’adapter son comportement au réel .

      Par contre, être effrayé en découvrant que le pilote d’avion qui vous transporte est complètement saoul et que le kérosène fuit de partout en dessous des ailes n’est pas une crainte irraisonnée, la personne qui est atteinte de cette crainte n’est pas atteinte de phobie !

      En ce qui concerne les idéologies en général et l’islam en particulier,, les craintes qu’elles peuvent inspirer ne sont pas irrationnelles .

      Par exemple, à l’époque du rideau de fer , quelqu’un qui constatait les méfaits du communiste était un anti-communiste, et non pas un communistophobe ! C’étaient justement les communistes qui accusaient les opposants au communisme de malades mentaux.

      Vous même, Sisyphe, par vos propos , vous semblez soutenir la thèse que les anti-islam ne le sont pas par raisonnement , mais par maladie mentale ( par « phobie » ), et vous proposez de les faire « soigner » .

      Mon anti-islamisme résulte simplement de l’observation de ce qui se passe dans le monde musulman depuis que celui-ci existe .

      Quant au « racisme anti-musulman » , encore une fois , une religion n’est pas une race, donc le racisme n’a rien à faire dans l’histoire. Un anti-islam n’est pas plus « raciste anti musulman » qu’un anticommuniste des années 70 était un « raciste anti-russe » . Ne dites pas n’importe quoi ! 

      De même que soutenir un moratoire sur l’immigration n’est pas une preuve de racisme, c’est tout simplement constater le fait que , lorsqu’il y avait 50 millions de français, il n’y avait pas de chômeurs, maintenant qu’il y en a 64 millions, il y a 4 millions de chômeurs et 10 millions de travailleurs précaires. Tout habitant supplémentaire en France ne fera que grossir le rang des chômeurs, c’est une des raisons fondamentales qui imposent l’arrêt immédiat de l’immigration.


    • Philodeme Philodeme 18 décembre 2010 16:26

      @ King Al Batar
      Le beauf te salue bien !
      Il a passé plusieurs années à soigner les indigents dans un pays musulman (ce qu’il ne regrette pas, bien au contraire) pour un salaire indigent aussi.
      Pendant ce temps là ses confrères du pays musulman en question partaient en France massivement pour y être des médecins libéraux bien mieux payés !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      As-tu soigné ou aidé des indigents chrétien ???? j’en doute ! Alors pour les leçons de morale tu repasseras.


    • sisyphe sisyphe 18 décembre 2010 16:46
      Par docdory (xxx.xxx.xxx.38) 18 décembre 16:19

      @ Sisyphe 

      Votre raisonnement ne tient pas debout : une phobie est une peur irraisonnée. 

      Par exemple , la phobie des souris est une crainte irraisonnée( une souris est incapable de causer un dommage physique à un être humain, il est donc maladif de craindre une souris ). Celui qui est atteint d’une phobie des souris est atteint d’un malaise intense dès qu’il voit une souris . C’est une maladie mentale, car celui qui en est atteint est incapable d’adapter son comportement au réel .

      Par contre, être effrayé en découvrant que le pilote d’avion qui vous transporte est complètement saoul et que le kérosène fuit de partout en dessous des ailes n’est pas une crainte irraisonnée, la personne qui est atteinte de cette crainte n’est pas atteinte de phobie !

      En ce qui concerne les idéologies en général et l’islam en particulier,, les craintes qu’elles peuvent inspirer ne sont pas irrationnelles .


      docdory 

      soit vous ne savez pas lire, soit vous faites de la confusion mentale. 

      Vous reprenez exactement ce que j’ai dit ; à savoir que l’islamophobie, comme son nom l’indique, est une phobie ; donc une peur irraisonnée. 

      Pour le reste, votre comparaison est totalement foireuse, parce qu’il n’y a aucun « pilote d’avion » islamiste qui nous transporte ; en faisant cette métaphore, vous dévoilez votre propre ......... phobie ! 

      Que je sache, la France n’est pas une République islamique, et aucun fondement de sa laïcité n’est sapé par l’islam. Il y a des Français musulmans, qui pratiquent l’islam, comme il y en a qui pratiquent le judaïsme, le christianisme, le protestantisme, l’orthodoxisme, le bouddhisme, etc... 

      Vos « craintes » ne reposent donc sur aucun fondement réel ; si crainte il y a, il y a phobie. 

      En revanche, et comme je l’ai déjà dit plus haut (si vous saviez lire), chaque citoyen est tout à fait légitime à critiquer l’islam, à dénoncer son obscurantisme, son principe de soumission, son endoctrinement ; là, il ne s’agit pas de « crainte », mais de vigilance, et de dénonciation de ce qui, dans toute religion, est de nature à entraver le processus intellectuel, la raison, l’équité et la justice ; et tout lieu d’exiger que la pratique de l’islam, comme celle des autres religions reste confinée à la sphère privée, et n’ingère d’aucune façon dans la sphère publique. 

      Ça y est ; ça rentre ? 

      Par ailleurs, ne jouez pas les innocents, parce que vous savez parfaitement que, derrière les mouvements contre l’islam, s’expriment, de fait, un tas d’idées et de comportements carrément racistes, concernant très précisément les musulmans de France ; à savoir, pour l’essentiel, des immigrés ; arabes et noirs. 

      C’est marrant ; personne ne fait jamais référence à la plus grande nation musulmane du monde ; à savoir l’Indonésie. Pourquoi ? 

      Vous voulez ma réponse ? Parce qu’il ne s’agit pas d’arabes, ni de blacks ; point barre. 

      Donc, vous êtes (ou faites semblant d’être) à côté de la plaque ; personne n’est embarqué dans un avion dont le pilote serait bourré.... ou islamique ! 

      La France est une République laïque où s’exercent les lois de la République laïque ; AUCUNE LOI en faveur de l’islam ne menace, ni de près ni de loin, la République française. 

      Si certains comportements sont hors la loi (comme les rues bloquées pour les prières), c’est aux forces de l’ordre, sur ordre des autorités concernées, de faire respecter la loi, et de les empêcher ; c’est tout. 

      Je ne vois, pour ma part, qui n’ai pas cette phobie (j’en ai peut-être d’autres, allez savoir... smiley ) , pas d’autre menace de l’islam sur l"ordre public. 

      Protéger la laïcité de la République, empêcher toute immiscion religieuse dans la sphère publique, oui, mille fois oui. 

      Désigner, sous emprise de phobie ou à des fins beaucoup moins spontanées, une partie de la communauté française comme bouc émissaire, et s’en servir pour exprimer un rejet, un racisme ; non, mille fois non. 

      C’est clair ? 


    • docdory docdory 18 décembre 2010 17:18

      @Sisyphe 

      1°) C’est vous qui ne savez pas lire et qui faites de la confusion mentale : j’établis justement la différence entre les craintes irraisonnées ( phobies ) et celles qui ne le sont pas . L’anti-islamisme ( terme préférable à celui d’islamophobie ) est une crainte raisonnée de l’islam, et non pas irraisonnée, donc ce n’est pas une phobie.

      Vous prétendez que cette crainte est irraisonnée, je soutiens que cette crainte est raisonnée ! C’est ce qui nous différencie.

      2°) Vous déclarez, je vous cite : « Pour le reste, votre comparaison est totalement foireuse, parce qu’il n’y a aucun »pilote d’avion « islamiste qui nous transporte ; en faisant cette métaphore, vous dévoilez votre propre ......... phobie ! »

      Justement, il y a déjà eu des pilotes d’avions islamistes, et on sait ce que ça a donné. Mais sans doutes les passagers de ces avions, dans le cri collectif qu’ils ont poussé les secondes qui ont précédé leur mort, ont eu, selon vous, une « crise d’islamophobie », ainsi que les habitants du WTC qui ont brûlé ou ont été écrasés par le résultat de l’action des pilotes d’avions islamistes ...

      3°) Exemple de fondements de la laïcité sapé par l’islam :

      -les menus sans porc dans les écoles, alors que l’école de la République est censée promouvoir la Raison et combattre les superstitions , y compris les superstitions alimentaires,

      -les élus de la République qui vont en masse , par électoralisme , aux « diners de rupture de jeûne » du ramadan

      -le premier ministre qui inaugure une mosquée à côté d’une malheureuse petite fille ridiculisée et humiliée par le port d’un voile,

      -les mosquées financées à 30% par l’argent public en toute illégalité

      -l’abominable et illégale circoncision rituelle d’enfants qui n’ont pas demandé cette torture à leurs parents ( car c’est une torture, j’ai assez vu de pauvres enfants souffrir le martyr dans les suites d’une circoncision pour savoir de quoi je parle ),

      -les dérogations aux lois sur la mort sans douleur des animaux pour la viande halal, alors que la loi est censée être la même pour tous,

      -le contenu de l’enseignement modifié pour ne pas déplaire à l’islam ( on ne parlera plus de Charles Martel en cours d’histoire ),

      -les procès injustifiés contre des écrivains ( Houellebecq ) , des journaux ( Charlie hebdo ) etc ..., qui obligent les victimes de ces procès abusifs à dépenser des fortunes en frais d’avocat, et aboutissent à une autocensure ou à un fléchissement de la liberté d’expression

      -les rues bloquées par des prières et les élus trop lâches pour faire intervenir la force publique afin de les disperser .

      Ça y est , ça rentre ??? Ça vous suffit, comme atteintes à la laïcité ???

      Personne ne fait référence à l’Indonésie dites-vous ? Moi même j’ai fait naguère un article à ce sujet, et si vous lisiez ce qui se dit à son sujet dans les sites islamo-vigilants, vous verriez que ce pays, en voie d’islamisation totale, sera bientôt un cauchemar pour ses habitants non-musulmans 

      Le racisme n’a rien à voir dans l’affaire. Moi-même , en tant que médecin, je pense que 20 ou 30% de mes patients sont musulmans,c’est leur affaire et non la mienne.9a ne m’empêche pas de les soigner. Je suis antisarkozyste, j’ai sûrement la moitié de mes patients qui ont voté Sarkozy, ça ne m’empêche pas non plus de les soigner, et se n’est pas non plus du racisme anti-UMP !



    • sisyphe sisyphe 18 décembre 2010 18:15

      @ docdory 

      3°) Exemple de fondements de la laïcité sapé par l’islam :

      -les menus sans porc dans les écoles, alors que l’école de la République est censée promouvoir la Raison et combattre les superstitions , y compris les superstitions alimentaires,

      Non. Il n’y a pas de « menu sans porc » ; il y a le choix, pour les enfants de toute confession, de menu sans porc ou avec. 

      -les élus de la République qui vont en masse , par électoralisme , aux « diners de rupture de jeûne » du ramadan

      -le premier ministre qui inaugure une mosquée à côté d’une malheureuse petite fille ridiculisée et humiliée par le port d’un voile,

      Le premier ministre inaugure un lieu de culte, comme tout autre, parce que la minorité musulmane fait partie de la population française.

       Pareil pour les dîners au CRIF, ou les visites au Pape. Vous ne semblez pas vous en offusquer ... 

      -les mosquées financées à 30% par l’argent public en toute illégalité

      Oui, et quid du financement public de toutes les écoles privées catholiques, à beaucoup plus de 30% ?? 

      -l’abominable et illégale circoncision rituelle d’enfants qui n’ont pas demandé cette torture à leurs parents ( car c’est une torture, j’ai assez vu de pauvres enfants souffrir le martyr dans les suites d’une circoncision pour savoir de quoi je parle ),

      La circoncision serait illégale ? Allez en parler aux juifs... Vous semblez confondre circoncision, et ablation du clitoris qui, elle, est illégale en France. Bizarre cette confusion pour un docteur... 

      -les dérogations aux lois sur la mort sans douleur des animaux pour la viande halal, alors que la loi est censée être la même pour tous,

      Si vous vous inquiétez réellement du sort fait aux animaux, occupez vous plutôt de leur VIE (en batterie), plutôt que de leur mort qui est tout à fait aussi douloureuse, par exemple, pour les cochons ; qu’on égorge vivant, selon la bonne vieille tradition de nos vertes campagnes..


      -le contenu de l’enseignement modifié pour ne pas déplaire à l’islam ( on ne parlera plus de Charles Martel en cours d’histoire ),

      Vous avez vu ça où ? 

      -les procès injustifiés contre des écrivains ( Houellebecq ) , des journaux ( Charlie hebdo ) etc ..., qui obligent les victimes de ces procès abusifs à dépenser des fortunes en frais d’avocat, et aboutissent à une autocensure ou à un fléchissement de la liberté d’expression

      Procès que les plaignants ont tous perdus ; ce qui signifie bien que la loi, en France, respecte la laïcité. Quand on perd un procès, les frais sont à la charge du plaignant. 

      -les rues bloquées par des prières et les élus trop lâches pour faire intervenir la force publique afin de les disperser .

      Ça, c’est un problème d’ordre public ; vous habitez la Rue Myrrha ? adressez vous à vos élus.. mais, comme disait Al Batar, ça n’occasionne pas plus de gène (ni moins) que les soirées réservées aux rollers, ou les processions, etc... Mais je suis d’accord que cette gène à l’ordre public doit être empêchée. 

      Bref, je vous le répète ; vos « craintes » sont infondées, donc phobiques. 

      Il n’y a pas de crainte à avoir ; il y a une vigilance et une nécessité à faire respecter les lois de la République, c’est tout. 

      L’islam en France ne menace pas plus  l’ordre républicain que n’importe quelle autre religion, sur lesquelles on ne vous entend pas. 

      Vous êtes ; soit un phobique, soit de mauvaise foi, et participez, de ce fait, à l’ostracisation d’une partie de la population française, faisant le jeu du radicalisme ; désolé de vous le dire, mais vous êtes un allié objectif du fondamentalisme islamique. 


    • docdory docdory 18 décembre 2010 19:21

      @ Sisyphe 

      @Sisyphe

      1°)Vous maniez la désinformation avec habileté : dans certaines écoles, il y a même des questionnaires à remplir pour que les parents puissent imposer à leurs enfants des menus sans porc . Ce qui fait que des enfants de musulmans ( et non pas comme certains disent des enfants musulmans) qui voudraient goûter au porc se le verrait interdire . Le personnel des cantines se retrouve donc dans le rôle d’auxiliaire de police religieuse ! Lors des voyages scolaires, même quand il n’y a que 2 % de musulmans dans un collège, les sandwichs fournis par la cantine sont à l’infect « jambon » de dinde et non au bon jambon de Paris. La majorité non musulmane doit donc se plier ( en vertu de quelle loi ? ) aux superstitions alimentaires de la minorité 

      2°) La République est laïque ( article 1 de la constitution ) et ne reconnaît aucun culte ( article 2 de la loi de 1905 ) . La présence d’un premier ministre à l’inauguration d’un lieu de culte est donc non seulement illégale , mais anticonstitutionnelle. Par ailleurs, un culte est une distraction propre a un groupe d’individus. Un Premier Ministre n’a pas plus de raison d’inaugurer une mosquée qu’une discothèque. Il n’a encore moins à cautionner publiquement l’humiliation qu’est la mise sous voile d’une petite fille à ses côtés,

      3°) J’ai dans de nombreux commentaires dénoncé la présence de politiciens au dîner du CRIF et aux visites du pape( je me rappelle du scandale de la présence de Mitterrand dans la papamobile. A l’époque, il n’y avait pas d’internet, mais j’aurais gueulé tout autant si ça avait existé !

      4°) J’ai dans de nombreux commentaires préconisé le principe « à école publique fonds publics, à école privée fonds privés » . Donc, le financement public des écoles confessionnelles est un scandale , le financement public des mosquées est également un scandale .

      5°) La circoncision, qu’elle soit juive ou musulmane , est doublement illégale :

      - lorsqu’elle est pratiquée par un imam ou un rabin, c’est de l’exercice illégal de la médecine

      - la loi interdit de priver quelqu’un d’un organe sans raison médicale valable ( or , il n’y a pratiquement plus aucune raison médicale valable de faire une circoncision, le phimosis se traite maintenant par application locale de dérivés cortisonés, et, en cas d’échec, par plastie préputiale et non par circoncision ).

      - la loi interdit la violence à enfant, or il s’agit clairement d’une violence . Il est paradoxal que des instituteurs se retrouvent en procès pour une fessée méritée, alors que les circonciseurs agissent en toute impunité.

      Il y a eu quelques cas ou des enfants , devenus adultes , ont porté plainte pour circoncision rituelle, ils ont tous obtenus gain de cause devant les tribunaux

      5°) La suppression de l’enseignement de Charles Martel figure aux nouveaux programmes

      6°) Les frais de justice qui sont à la charge du plaignant sont les frais dits irrépétibles, qui comportent tous les frais de procès mais ne comprennent pas la totalité des frais d’avocats. Donc les victimes de plainte doivent quand même casquer.

      7°) Des habitants de la rue Myrrha ont protesté auprès de leurs élus , sans succès. Par ailleurs, beaucoup ne dissent rein, de peur des représailles.


    • jack mandon jack mandon 18 décembre 2010 19:26

      docdory,

      Par le passé et d’une manière générale il existe un certain malaise entre nous,
      votre démarche intellectuelle est plutôt scientifique, la mienne artistique.
      J’ai aussi la conviction que sisyphe est mentalement assez proche de vous.
      Il est manifestement positionné à gauche et vous à droite.
      Je pense que vous êtes sincères tous les deux .

      Je trouve votre développement plus logique et surtout plus conforme
      au simple fait que les français dans leur majorité sont de plus en plus indisposés
      par les manifestations sectaires, spectaculaires et violentes, elles concernent
      l’Europe, mais au fond le monde dans sa totalité.
      Ces manifestations laïques ou religieuses se mesurent et se quantifient objectivement.

      Pour revenir au sujet qui nous préoccupe tous, l’islam doit régler des problèmes internes.
      Les musulmans dans leur émotion considère la loi de Dieu comme supérieure
      aux lois civiques des pays d’asile. C’est un sentiment qui n’a plus de sens
      en Europe.

      La relation à Dieu pour nous est intime et de plus en plus personnalisée.
      Au point que le spirituel a depuis quelques temps rejeté le religieux.
      De nombreux français ont la vision d’une régression imposée par l’islam.

      De plus dans une France a 60 % de musulmans ou sympathisant, la démocratie
      et la laïcité prendraient sans doute une autre forme. Les Français ont du bon sens.

      La religion a pesé sur la politique pendant des siècles d’injustice et de guerre,
      les français ont déjà donné.

      Une bonne fois pour toute, le religieux quel qu’il soit a pour moteur principal l’émotion.
      L’émotion engendre la projection et la projection le conflit.

      La raison n’entre pas dans le concept religieux, elle est pourtant l’occasion
      d’un effort d’objectivation, la dimension adulte de la psyché.

      L’état du monde parle de lui même, les faits, rien que les faits.

      Je suis tout à fait d’accord avec votre démonstration.

      Néanmoins je pressens qu’au plan de l’intolérance pour ce qui vous échappe,
      Sisyphe et vous c’est le même travers...une raideur intellectuelle sans doute.

      Pour conclure je vous respecte tous les deux mais je doute de la réciprocité.

      Pour terminer, il est aussi malaisé pour moi d’être en présence d’un religieux
      ou d’un athée convaincus...c’est là que je conçois le centrisme.

      Bonne soirée à vous deux.

       

      soulevé par l’article


    • epapel epapel 18 décembre 2010 20:41

      Les musulmans dans leur émotion considère la loi de Dieu comme supérieure
      aux lois civiques des pays d’asile. C’est un sentiment qui n’a plus de sens
      en Europe.

      Ce n’est pas un sentiment, c’est le principal pilier de l’Islam.


    • watson watson 19 décembre 2010 10:05

      +10 à Yvance77


    • jack mandon jack mandon 19 décembre 2010 10:30

      Bonjour Sisyphe,

      Une journée particulière (titre original : Una giornata particolare) est un film italo-canadien réalisé par Ettore Scola et sorti en 1977.

      Dans Une journée particulière, le film d’Ettore Scola, Mastroianni, poursuivi jusque dans son sixième par les gros bras mussoliniens, s’écrie judicieusement à l’adresse du spadassin qui l’accuse d’anti-fascisme : "Vous vous méprenez, monsieur : ce n’est pas le locataire du sixième qui est anti-fasciste, c’est le fascisme qui est anti-locataire du sixième."

      Avec l’humouron peut faire passer un message.

      Pour cela il faut être capable de raisonner.

      J’ai des doutes sur la faculté d’échapper à l’émotion de ceux qui se lamentent depuis des siècles, voir des millénaires le front contre le mur, les genoux au sol ou le cul en l’air.

      La plupart d’entre eux d’ailleurs n’entendra jamais parler d’une journée particulière d’Ettore Scola, il ne sauront jamais le prix de la liberté, eux qui sont au mieux conditionnés,
      au pire manipulés par des personnages dans l’ombre qui ne pensent qu’à asservir le monde et endiguer leurs propres peurs en dominant les plus serviles.

      Bien à vous


    • jack mandon jack mandon 19 décembre 2010 10:32

      docdory,

      Une journée particulière (titre original : Una giornata particolare) est un film italo-canadien réalisé par Ettore Scola et sorti en 1977.

      Dans Une journée particulière, le film d’Ettore Scola, Mastroianni, poursuivi jusque dans son sixième par les gros bras mussoliniens, s’écrie judicieusement à l’adresse du spadassin qui l’accuse d’anti-fascisme : "Vous vous méprenez, monsieur : ce n’est pas le locataire du sixième qui est anti-fasciste, c’est le fascisme qui est anti-locataire du sixième."

      Avec l’humour vous avez su faire passer un message.

      Pour cela il faut être capable de raisonner.

      J’ai des doutes sur la faculté d’échapper à l’émotion de ceux qui se lamentent depuis des siècles, voir des millénaires le front contre le mur, les genoux au sol ou le cul en l’air.

      La plupart d’entre eux d’ailleurs n’entendra jamais parler d’une journée particulière d’Ettore Scola, il ne sauront jamais le prix de la liberté, eux qui sont au mieux conditionnés,
      au pire manipulés par des personnages dans l’ombre qui ne pensent qu’à asservir le monde et endiguer leurs propres peurs en dominant les plus serviles.

      Merci de traduire en quelques lignes et d’éviter tout ce blabla qui traduit symptomatiquement un problème de premier plan.


    • docdory docdory 19 décembre 2010 11:13
      @ Jack Mandon...
      Vous faites erreur. Depuis l’adolescence , je suis positionné à gauche. Néanmoins, je ne me reconnais absolument plus dans la gauche actuelle. Même Mélenchon, que je pensais être le dernier homme de gauche, me déçoit beaucoup ces derniers temps.
      Il est sûr qu’actuellement, je ne pourrais certainement pas voter pour les « Verts » qui sont devenus la branche politique des frères musulmans en France, ni pour le PS ( Martine Aubry au pouvoir et l’islam devient religion officielle de la République dans les dix ans ! )
      Il est certain que je ne peux pas non plus voter pour l’ennemei absolu de la laïcité qu’est Sarkozy.
      Pour moi, l’idéal de gauche , c’est la liberté.
      Que l’ensemble des partis de gauche , toutes tendance confondues, aient réclamé l’interdiction des « assises sur l’islamisation » en dit long sur l’incroyable dérive liberticide dde toute la gauche.
      Cette gauche liberticide et anti-laïque, je n’en veux plus, et l’enseemble des français épris de liberté n’en veulent plus !

    • Jean 19 décembre 2010 11:47

      Les politiques vendent leur âme au diable, c’ eet à dire au calcul, à leur ambition, leur soif de pouvoir, d’ arrivisme etc. ; ....pourriture !

      "J’ai des doutes sur la faculté d’échapper à l’émotion de ceux qui se lamentent depuis des siècles, voir des millénaires le front contre le mur, les genoux au sol ou le cul en l’air. La plupart d’entre eux d’ailleurs n’entendra jamais parler d’une journée particulière d’Ettore Scola, il ne sauront jamais le prix de la liberté, eux qui sont au mieux conditionnés,
      au pire manipulés par des personnages dans l’ombre qui ne pensent qu’à asservir le monde et endiguer leurs propres peurs en dominant les plus serviles.« 

      L’ Homme porte un poids, le poids de sa vie mais il ne sait s’ en défaire (son conditionnement, sa sécurité ?), se satisfaire de la vie en soi, sa vie nue.

      Laisser tomber le poids : il tombe seul si on veut, et c’ est un sentiment de légèreté, l’ ange en nous »porte des ailes« , l’ éveillé »marche sur l’ eau« , quelle délivrance ! mais qui donc saisit ? qui le vit ? il y a si peu d’ élus, le passage est étroit et l’ Homme ne peut y passer que seul (Evangile) ; ........dans l’ intimité de lui-même, sa solitude existentielle

      L’ enseignement sacré bien compris :

       »Mon joug est suave... et mon fardeau léger" (Jésus)

      Tout le reste n’ est que boue, pourriture, conditionnement, l’ Homme vit dans la prison du conditionnement mental, des dogmes, des religions des fanatismes de toutes sortes...

      Au delà du baptême de l’ eau (émotions) il y a le baptême du feu (dans le coeur)

      Avis aux amateurs de l’ éveil vrai, pas le rêve de la vie ordinaire qu’ on prend pour l’ éveil !


    • Jean 19 décembre 2010 11:52

      Ouvrez la main pour DONNER...

      ...le poids tombe de lui-même

      « Vient un Noël qui ne sera pas suivi de Pâques » (les « Dialogues avec l’ ange »)


    • Jean 19 décembre 2010 13:40

      Si ça ne fait que rendre con alors pas grave car c’ est pas sûr.

      De toute façon pas de soucis les illuminés passent -ça va de soi- pour des ...illuminés.

      J’ ai l’ habitude : en faisant des pitreries, le clown, pour faire rire les enfants (je suis pragmatique : l’ essentiel est le résultat : le rire des enfants) ; les « adultes » présents me reprochent mon ridicule.

      Etre con pour ce genrre de gens sérieux est une joie, cachée.

      « Le vrai sérieux se moque du sérieux » comme la « morale se moque de la morale » (Pascal, je crois)
      ou « le vrai philosophe se moque de la philosophie », ou encore « l’ éloquence vraie se moque de l’ éloquence »

      etc. liste non limitative, j’ y ajouterai pour te répondre ami :
      « la connerie vraie (la mienne, la désinvolture) se moque de la connerie.... » celle des gens sérieux, des analystes, des « intelligents »

      A toi de voir, frère dans le mystère de l’ existence...


    • Jean 19 décembre 2010 13:53

      Allez, je fais un effort : voici une histoire tiré d’ un ouvrage d’ Antony de Mello, psychothérapeute et jésuite indien, donc catholique et de culture orientale

      histoire qui (très humblement) me ressemble

      "Les ascètes vagabonds sont nombreux en Inde et une mère paysanne avait défendu à son fils d’ avoir quoi que ce soit à faire avec ces hommes, parce que, si certains avaient une réputation de sainteté, d’ autres étaient reconnus comme des exploiteurs déguisés.

      Un jour, cette mère regarda par la fenêtre et aperçut un ascète entouré par les enfants du village. A sa grande surprise, l’ homme, tout à fait oublieux de sa dignité, faisait des culbutes pour les divertir. Elle fut si impressionnée par le spectacle qu’ elle appela dehors son petit garçon et lui dit : « Mon fils, celui-ci est un saint homme : tu peux aller avec lui. »

      (Dieu est là dehors -Anthony De Mello)


    • jack mandon jack mandon 19 décembre 2010 14:35

      docdory,

      OK, bien entendu, j’en suis heureux pour tout le monde.

      Ce qui est tout à fait remarquable et tout à fait choquant pour moi,

      c’est que vous passiez pour un raciste, ce qui en soi est incompatible

      avec votre capacité de raisonnement.

      Pour l’instant, 70% de personnes votent raisonnablement,

      c’est à dire avec leur tête.

      Le jour ou la courbe s’inversera et même un peu avant,

      le premier niqab qui osera passer dans la rue, offrira à la nature

      une adepte supplémentaire au naturisme.

      Au temps des premiers chrétiens, les romains réagirent cruellement

      au prosélytisme affiché. Le paganisme n’était ni meilleur ni pire

      que le christianisme conquérant qui lui succéda.

      On ne gagne rien à la provocation ou plutôt si,

      on déstabilise un état et l’on récupère le pouvoir

      à moyen et long terme.

      Les hommes politiques n’ont plus le courage d’ajuster

      des mesures efficaces et respectueuses pour que vive

      la république et la laïcité ...les extrêmismes montent en puissance

      Les français et d’ailleurs les européens ont compris

      et commencent à se réveiller, c’est peut être trop tard.

      Le dialogue va devenir particulièrement difficile

      entre certaines communautés.

      Quand le dialogue n’est plus explosent des bombes

      avec des malades promus aux délices paradisiaques.
       


    • Mr Rien 19 décembre 2010 16:04

      Au monsieur qui dit que l’Indonésie est en voie d’islamisation totale.....

      Hum... j’habite là bas. Je vais épouser une indonésienne, dans sa famille il y’a des musulmans convertis au catholicisme, personne ne les a égorgés. Ca fait cinq mois que je suis là bas, j’ai vu trois burqas et un « barbu ».

      Alors peut être que je ne suis pas dans la bonne province, mais aux infos , ce que je vois si émeute il y’a , c’est surtout des émeutes à caractère politique. 

      Après , il y’a bien le problème du FPI mais personne ne peut les saquer. Ca peut paraitre paradoxal, mais les musulmans que je cotoie en Indonésie sont généralement bien moins « burqa salafiya » que ceux que je croise en France. 

      Et ne jamais oublier que souvent , derrière les conflits de religion se cachent des conflits ethniques ou séparatistes (la papouasie en est un parfait exemple. )

      Puis , les sites « islamo-vigilants » comme vous dites sont forts aiment bien déformer les réalités parfois (un des plus beaux exemples est de dire que tout musulman pratique la takia ce qui est complétement faux, la takia est une pratique d’une certaine frange de chiites ce qui est loin de représenter la totalité de la communauté musulmane.)


    • Serpico Serpico 19 décembre 2010 22:15

      Yvance : « Ce qui est gonflant surtout c’est de se faire taxer de SALE RACISTE dès que l’on rejète cette religion (voir toutes) »

      ***********************

      Je hais le judaïsme mais si je le clame, je suis accusé d’antisémitisme.

      Et tout le monde trouve ça normal parce que tout le monde est terrorisé à l’idée de ne serait-ce que de penser critiquer cette religion.

      D’un autre côté, le monde musulman ne songera jamais (et je défie quiconque de prouver le contraire) à émettre la moindre critique contre Jésus ou Moïse.

      Aucun musulman ne le ferait. Il ne répondra jamais à la bassesse par la bassesse tout simplement parce que Jésus et Moïse sont aussi des prophètes de l’Islam.

      Quand le pape trouve que l’Islam est une religion violente, il oublie la violence mille fois plus grande qu’a montrée le christianisme : Inquisition, massacre des indiens, croisades, comportement inhumain des templiers en terre sainte...et j’en passe.

      C’est voir la paille dans l’oeil du voisin.

      Quand l’occident se lamente de « la violence » de l’Islam sans même faire l’effort de contextualiser le contenu du Coran, il reste gaiement complice de la violence israelienne sous prétexte -d’abord- de l’appartenance des juifs au monde « judéo-chrétien ».

      Eh oui, c’est d’abord une question de religion. Tout le monde en occident souffre apparemment de dédoublement de la personnalité : On refuse l’entrée de la Turquie dans l’UE parce que l’Europe est « judéo-chrétienne » et on clame partout que la religion est dépassée, que la laïcité, etc.

      L’Occident se définit par sa religion et dit qu’il ne veut pas d’histoires religieuses qui foutent le boxon.

      Bizarre.

      Pourquoi je n’aime pas le judaïsme ? bien sûr, j’attends la question de beaucoup d’excités qui pensent apparemment qu’il n’y a rien à en dire.

      Pourtant c’est une religion qui définit les non-juifs comme des impurs. Tout le monde le sait mais pourtant chacun fait mine de ne pas voir.

      C’est une religion qui méprise ouvertement tout ce qui n’est pas juif. Pourtant, la lâcheté occidentale laisse courir et s’émeut uniquement de ce que l’Islam n’aime pas les mécréants.

      L’occident a des comportements de pute : il ferme les yeux sur l’horreur et fait semblant de s’indigner uniquement contre ceux qu’il n’aime pas.

      L’islamophobie est une invention inespérée qui cache admirablement bien la haine réelle contre les arabes et les musulmans. En quoi quelques chats islamistes risquent-ils d’islamiser l’occident ?

      Aucune chance.

      Mais les glapissements de vieux sentant l’urine font croire à une véritable menace.

      Pourtant l’évangélisation en cours dans les pays arabes lancée par les américains ne dérange personne.

      Faites ce que je dis et pas ce que je fais.

      Quand j’entends parler de monde « judéo-chrétien », je comprends toute la duplicité de l’occident : quand une civilisation clame ne vivre que selon des principes laïcs mais ne se définit que par sa religion ; la certitude est que cette civilisation triche avec ses propres règles.

      Parce que, enfin, comment arriver à arrimer les juifs à l’occident si ce n’est par la religion ? Après tout, ils sont sémites.

      Comment peut-on admettre qu’il s’agit d’un « monde » unifié quand les juifs rejettent de toutes leurs forces Jésus, le considérant comme un renégat ?

      Comment peut-on penser faire croire qu’un tel antagonisme n’existe pas ?

      Il n’y a pas de « monde judéo-chrétien ». Il y a juste deux joueurs à la table qui jouent contre le troisième.

      En trichant ehontément.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 19 décembre 2010 22:25

      « Je hais le judaïsme mais si je le clame, je suis accusé d’antisémitisme. »

      Ah bon ? Curieux. Ca ne me viendrait pas à l’idée. Et d’ailleurs, ça ne s’est jamais vu pour la simple raison que nul n’a jamais écrit de critique raisonnée du judaïsme ou du christianisme, à part Onfray, bien sûr, qui barbouille toutes les religions dans son traité d’athéologie.
      Curieux, parce que par définition, ça ne colle pas. La définition de l’antisémitisme c’est la haine des Juifs, du peuple juif, voyez ? Donc haïssez le judaïsme tant que vous voulez, nul ne vous en tiendra rigueur, je vous rassure tout de suite.
      Clamez, clamez, et prenez soin de vos cordes vocales.
      Quant au christianisme plus violent que l’islam dans ses conquêtes, ça reste encore à démontrer...


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 19 décembre 2010 22:26

      A part Onfray, nombre de Juifs et nombre de chrétiens, je voulais dire !
      D’ailleurs, nombre de musulmans font de même avec l’islam. Ils sont islamophobes, vous croyez ?


    • Jean 20 décembre 2010 00:19

      On est fou ou malade quand on n’ est pas d’ accord ?

      Qui doit se faire soigner ?


    • fredo74 20 décembre 2010 06:34

      bonjour,

      Il faut tout de même reconnaitre que depuis les années 60, le visage de la France change.
      Et quoi qu’on en dise, pas forcément en bon.
      Dans ces années là, on entendais pas parler de priere dans les rue, ils etaient encore pas trop nombreux. Suite au regroupement familiale, l’hémorragie à commencé , la rigolade aussi.
      Et puis, les politiques, dans un but électoraliste nous l’on joué bouffon, , copé, et consort....et d’autre bien avant eux  !
      La gauche bobo, nous laisse pour des raciste, aucun probléme avec ca, mais on est au moins honnête de dire les choses commes on les penses, les croyances ne doivent pas empiéter sur la voie public.
      Et si l’islam est devenu la seconde religion de France, demandons nous pourquoi ? est-ce parcequ’ils sont vraiment devenus plus nombreux, les étrangers, ou bien y as-t-il des convertis, ce qui est fort possible....
      Qui les as fait venir ? pas moi en tout cas ? Demandons à Parisot, ou son prédécesseur, ou les autres avant eux....
      L’hypocrisie est devenue une regle en France, seul, pour les élus compte leur siege, leur porte monaie, leur assise, rien à foutre du peuple, demandons nous pourquoi depuis la nuit des temps , l des peuples de toute les horizons existent, se croise, sans jamais tenter de se mélanger, ou trés rarement, pourquoi nous sentons nous envahis ? car un peuple, qui ne nous ressemble pas de par sa culture nous impose ces regles, et en cela, finira mal....
      Nous avons le droit de ne pas aimer ca, point .


    • Gautch 20 décembre 2010 12:11

      « Alors non, il ne faut plus laisser d’espace à ce mode de pensée digne du moyen-age, une femme n’a pas à se voiler, un homme n’a pas à se laisser pousser la barbe, et personne n’a à m’interdire quoi manger et boire ! »


      Excellent le serpent qui se mord par la queue ! Il est interdit d’interdire !
      Afin de lutter contre l’Islam ( au fait, ce n’est pas une personne, ni un objet, c’est un concept, un mot), qui représente un danger (selon vous) pour notre monde « laïque » (car bien sûr la religion catholique n’influence plus en rien nos comportements, n’est-ce-pas ?), vous prônez des idées qui s’apparentent fortement... à des lois religieuses !
      Vous me paraissez bien plus concrètement dangereux pour la liberté d’expression que ce concept fourre-tout.
      Tous sur le même pied dans une société laïque ne signifie pas une uniformisation des comportements mais plutôt accepter le choix philosophique de chacun et le respecter, apprendre à vivre ensemble dans la diversité. La diversité !
      Comment pouvez-vous défendre des valeurs en les foulant aux pieds ? 
      Votre discours est le discours officiel des médias et autres défenseurs de la pensée unique, il ne vous appartient pas, contrairement à ce que vous pensez.
      L’uniformisation, c’est le malheur absolu. Il est évidemment plus simple d’accuser son voisin (sans essayer de comprendre sa vision des choses) plutôt que de balayer devant sa porte.


      « On ne gouverne bien que des enfants » J. Giono. 
      Votre croisade est d’un autre temps, 
      Je ne vis pas dans votre monde de mépris, la vraie révolution ne se situe pas dans ces querelles puériles. Le monde vous dépasse, vous avez peur... Moi aussi.
      Mais s’attaquer entre « petits » n’est pas la solution.
      Votre intelligence peut bien mieux servir.
      Bise au chat.

      PPTM, CA.

    • Yaltanne 20 décembre 2010 13:57

      "Jusqu’à preuve du contraire, on a le droit, dans un régime démocratique, de
      juger les religions mensongères et rétrogrades et de ne pas les aimer
      .

      --------------------------------------------------------------

      Jusqu’à preuve du contraire, dis-tu…

      Véronique Sanson n’a-t-elle pas retiré la chanson allah du concert à l’Olympia sous la menace ? Cette même chanson n’a-t-elle pas fait l’objet d’une censure, de fait, ds nombre de médias ?

      Des preuves de l’intolérance de certains islamistes on en a tous les jours (caricatures de Mahomet, tiens, par exemple), et je ne vais pas entreprendre d’en dresser la liste…

      Tolérer l’intolérance c’est se garantir de vivre, à court ou moyen terme, sous le joug d’icelle.


    • R-sistons R-sistons 21 décembre 2010 02:30

      Très beau texte, très subtil.

      Yvance, je suis chrétienne protestante, et j’ai lu le Coran par curiosité. Tu hais l’Islam ? Je suis sûre que tu n’as pas lu le Coran ! Sinon, tu aimerais, si tu n’as pas de parti-pris. Poétique, tolérant, prêchant la paix, la fraternité, la solidarité... Et il reconnaît christianisme et judaïsme, lui !
      L’islamophobie est, aujourd’hui, aussi abominable que l’antisémitisme hier.

      Arrêtez de suivre la Pensée Unique via les médias - contre l’islam ! Ou vous êtes bons pour le choc de civilisations nucléaire ! eva

      http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/


    • Deneb Deneb 21 décembre 2010 07:11

      Quand on fait du proselytisme, quand on dit aux gens que l’on communique par télépathie avec un être supérieur, quand on tolère l’apologie de la pédophilie qu’est l’islam ou la nécrophilie (dis donc, c’est bien un cadavre violenté cloué sur une croix que tu brandis ) qu’est le christianisme, quand on tolère les appels à la haine en les qualifiant de « poetiques », quand on est prèt à faire ch*er les autres au nom de son dieu on perd toute crédibilité quant à sa sincérité. On n’est, à ce moment là, qu’un devot manipulé, avec la sensibilité d’un robot mal programmé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Samuel Vasquez


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès