Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’Obamania française

L’Obamania française

Obama serait-il un homme plus important pour nous Français que pour ses compatriotes ?

Certains Français s’imaginent qu’il suffirait de voter pour un Noir pour que nos « problèmes communautaires » soient réglés ! Curieux aveuglement. Il est double : croire que le Etats-Unis ont réussi l’intégration des différentes communautés en est un ; croire que l’intégration est un objectif incontournable en est un autre.
 
Pendant cette longue campagne américaine combien de fois les candidats ont-ils parlé des Amérindiens – de ces Indiens que nous connaissons à travers les westerns (spaghettis ou non), de ces Inuits que nous connaissons à travers les histoires du Grand Nord ? Pas souvent. Que nous livrent les statistiques : combien sont-ils, combien ont voté, pour quels candidats. Ils sont Apache, Cherokee, Arapaho, Creek..., mais ne sont-ils pas américains, plus américains que les descendants d’Irlandais, d’Italiens, de Mexicains, d’Africains etc. ? Bien évidemment oui. Ces Amérindiens, dont nous n’avons pas entendu parlé pendant la campagne, qui ont été ignorés des médias, ont aussi voté. Les « réserves indiennes » seraient-elles alors un facteur d’intégration dans cette société américaine si diverse ? Curieuse question - question provocatrice, tant le mot est porteur, pour nous Français, de ségrégation, d’humiliation, de marginalité -, mais question légitime : la réponse est évidemment non. Mais la démocratie en Amérique fonctionne aussi dans ces « réserves » ! Nous n’aimons pas les contradictions, et pourtant...
 
Et les Amish par exemple ? on peut se poser les mêmes questions. Et combien y a-t-il d’autres Américains à vivre, non dans des « réserves » comme certaines tribus indiennes, du moins en communautés fermées comme les Amish ? La liste est longue. Citons les Asiatiques qui sont sur le point d’être majoritaires en Californie. Comment se sont-ils comportés ? comme les autres ! Intégration réussie diront certains en regardant les chiffres de cette élection présidentielle. C’est vrai qu’ils sont Américains – sinon de souche comme les Indiens ou les Inuits, mais de comportement. (Pourtant certains ne parlent pas l’Anglais : les Hispaniques ont d’ailleurs revendiqué le droit de chanter l’hymne américain en espagnol – sans obtenir satisfaction après un long débat.) Intégration : que signifie ce mot dans ce pays dont la population est un puzzle de communautés dont les pièces ne cessent d’augmenter, et qui ne partagent plus la même langue ? Ils vivent ensemble certes ; mais parfois sans se voir : la charrette de l’Amish s’arrête au feu rouge mais le conducteur de la Chevrolet qui est à ses côtés l’ignore. Ils ne se voient pas : chacun fait ses affaires sans s’occuper de l’autre. Les Juifs orthodoxes de Brooklyn qu’ont-ils en commun avec les Chinois qui vivent aussi à New York ? La langue, parfois. Pas toujours.
 
Intégration que cela ? L’Amérique, celle qui vient d’élire Obama, est ainsi ; et nous avons beaucoup de mal à la comprendre. Le « melting pot » est un terme pour les intégrationnistes que nous sommes ; il n’a pas le même sens de l’autre côté de l’atlantique et l’élection d’Obama n’y change rien. Ce melting pot n’est pas une intégration à la française, c’est plutôt la possibilité de communautés diverses, de religions et de cultures différentes, de vivre ensemble dans un même espace grâce à un système politique qui les unit autour de quelques valeurs. Sans rien céder de leurs particularismes, de leurs histoires, de leurs croyances. L’Amérique qui a voté pour Obama n’est pas un pays qui a fait de l’intégration un objectif social. C’est un constat. L’élection du 44ème Président des Etats-Unis n’est donc pas une réponse à nos interrogations sur l’intégration des populations d’origine africaine ou asiatique qui forment la société française. Il est vrai que 96% des Noirs ont voté pour Obama : c’est un signal fort. On peut imaginer qu’il en serait de même en France. Mais il faut aussi rappeler que Noah et que Zidane sont parmi les personnalités préférées des Français pour faire des prévisions de vote sur un hypothétique candidat « issu des minorités ». La France n’est pas plus bloquée que l’Amérique, contrairement à ce que répand la vulgate médiatique. Qu’un Obama français apparaisse et on peut penser que son élection se fera de façon plus paisible que celle que nous venons de vivre.
 
L’Amérique en votant pour Obama s’est libérée du poids de sa longue histoire africaine. Ces Noirs, dont les ancêtres ont vécu la traite et l’esclavage, qui ont sur le sol américain subi la ségrégation et les violences physiques et morales, ont mis fin à cette histoire douloureuse et honteuse On ne s’y est pas trompé en votant, ici en Europe et en France, massivement pour ce Barak, qui avait le léger défaut d’être un métis fils d’un immigré africain et d’une blanche, mais l’avantage d’être marié à Michelle, une vraie noire afro-américaine. Tous deux sortis d’Harvard, ce couple en remontre à bien des Wasp et ramène les derniers petits blancs ségrégationnistes à des nains de jardin. Bien évidemment ils sont totalement intégrés à la société américaine suivant nos critères français. Mais cette intégration n’est en rien un paradigme. Si certains représentants des minorités peuvent, aux Etats-Unis, se mêler aux intellectuels, cela ne signifie pas que l’ascenseur social fonctionne pour satisfaire un objectif social d’intégration. D’autres peuvent suivre d’autres voies sans que cela pose problème, rester dans leurs communautés sans ressentir comme une marginalité les différences de culture qui peuvent résulter de systèmes d’éducation et de vie différents. C’est bien de sortir d’Harvard, mais ne pas être destiné à y entrer n’est pas une tare sociale ou individuelle.
 
L’Amérique est le pays des contradictions sociales. L’objectif républicain français de former une société culturellement homogène grâce à l’éducation laïque n’est pas transposable. Ce qui doit nous satisfaire ce sont plutôt les passerelles qui existent entre ces diverses communautés, leur ouverture aux autres (à quelques exceptions près), et la vie sans trop de frictions qui s’impose à tous malgré de grandes différences assumées. La discrimination positive n’a pas laminé ces différences, mais seulement créé de nouvelles passerelles, facilité les contacts, chacun restant ce qu’il est, pouvant devenir ce qu’il veut être – au besoin en faisant Harvard.

Devant les difficultés que nous rencontrons pour « intégrer » des populations « issues de l’immigration » - suivant la formule politiquement correcte -, l’exemple américain ne doit pas être sous-estimé. Ce n’est pas à travers une mixité sociale forcée que nous obtiendrons des résultats satisfaisants, ni par des politiques de discrimination positive et autres armements intellectuels lourds, on le voit bien à chaque explosion sociale dans les banlieues et les cités. L’histoire qui se fait actuellement aux Etats-Unis doit nous amener à certaines révisions théoriques. La candidature de Barak Obama et son élection ont dû être le fait de quelque bon génie français. Serait-il un homme plus important pour nous que pour ses compatriotes ? peut-être...

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • John Lloyds John Lloyds 17 novembre 2008 14:00

    Très mauvais article témoignant d’une naïveté peu commune, où l’auteur n’a pas encore réalisé que l’Obamania est issue d’une unique cause : le financement électoral le plus massif de tous les temps, assuré par le très opaque complexe des banksters, les "commanditaires de Wall Street, qui ont largement financé sa campagne électorale"


    • GéraldCursoux Cursoux Gérald 17 novembre 2008 15:15

      Absurde ! C’est le vieux thème éculé du complot ourdi par on-ne-sait-qui pour atteindre on-ne-sait-quoi.


    • John Lloyds John Lloyds 17 novembre 2008 16:01

      Héhé, les paravents de la pensée unique, allez donc voir le magnifique CV de Rahm Emanuel, un des principaux leveurs de fonds, vous reviendrez vous planquer derrière la théorie du complot smiley


    • GéraldCursoux Cursoux Gérald 17 novembre 2008 16:25

      Vous ne m’avez pas bien lu. Je tente de mettre en évidence l’idée que l’intégration à la française ne trouve aucune référence dans l’élection de BO ; que les USA fonctionnent avec des diversités assumées - et même des réserves d’Indiens !


    • John Lloyds John Lloyds 17 novembre 2008 17:55

      Oui mais la comparaison avec l’Obamania est inappropriée, car BO n’est ren d’autre que l’oeuvre médiatique des banksters. Vous essayez de comparer un mécanisme sociologique français avec une promotion publicitaire d’un milliard de $ pour créer l’hystérie collective très show-biz autour d’une bonne gueule, ça n’a pas de sens. Modalité politique d’un côté, Britney Spears de l’autre.


    • GéraldCursoux Cursoux Gérald 18 novembre 2008 09:36

      Intéressant. Mais le débat n’est pas celui-là. J’ai tenté de montrer que la vision sociologique française empêtrée dans ses problèmes d’intégration, n’avait rien à tirer de la candidature et de l’élection de BO qui s’était faite au sein d’un pays éclaté en un grand nombre de communautés et où l’idée d’intégration à la française n’existait pratiquement pas. Que BO soit le produit d’un lobby, peut-être, mais cela ne change rien à mon propos.
      Ce qui va se passer maintenant est autre chose : la routine va reprendre le dessus. Seuls sont intéressant du point de vue où je me suis placé la candidature et l’élection. Ma conclusion (pas très visible) est de dire qu’avec notre principe d’intégration nous nous plantons complètement ; il faut laisser la diverté se développer car on ne peut pas aller contre. En assurant une égalité de droits et une égalité des chances. Mais vouloir forcer le destin en faisant par exemple de la mixité sociale un objectif majeur est une erreur.
      Bien àvous.


    • John Lloyds John Lloyds 18 novembre 2008 13:31

      "J’ai tenté de montrer que la vision sociologique française empêtrée dans ses problèmes d’intégration, n’avait rien à tirer de la candidature et de l’élection de BO "

      cf l’article ... :

      "Devant les difficultés que nous rencontrons pour « intégrer » des populations « issues de l’immigration » - suivant la formule politiquement correcte -, l’exemple américain ne doit pas être sous-estimé"

      ... !? Comprenne qui peut smiley


    • dom y loulou dom 20 novembre 2008 22:03

      #cursoux gerald

      je dois avouer que je l’attendais celle-là :

      maintenant donc que va-t-il se passer ? La routine dites-vous ? très amusant.



      C’est exactement l’effet Obama escompté par le système.



      permettez-moi de vous transmettre ceci et vous allez avoir un petit apperçu de la "routine" qui gagne les USA après ce que les americains appellent le bail-out de 700 milliards avec lesquels le leurre de l’accalmie boursière va tenir encore ... deux jours ? deux mois ? 



       http://fr.youtube.com/watch?v=2iLBIM860ys&feature=related




      J’espère pour vous que votre maison n’est pas achetée à crédit ni votre bagnolle ni quoi que ce soit, car la routine risque de prendre des tournures assez insolites et rébarbatives.


    • Mohammed MADJOUR Mohammed 17 novembre 2008 15:46

      OBAMA C’est l’Amérique ! Ne pas comparer, ne pas superposer !

      Disons que la Français en mourrait suite à la candidature d’un Mohammed à la présidence ! Voilà la vérité et il n’y a rien à ajouter ni à expliquer car l’histoire explique tout et détermine tout !

      Si vous ne me croyez pas rappelez-vous l’origine de la loi sur les "bienfaits de la colonisation" : C’est une sorte de verrou de sécurité pour dissuader psychologiquement les "non Français d’origine" à vouloir essayer leurs ambitions !

      MOHAMMED.


      • GéraldCursoux Cursoux Gérald 17 novembre 2008 16:31

        Si Mohamed sort de Polytechnique comme Obama d’Harvard, il n’y a pas de problème.


      • Avatar 18 novembre 2008 11:16

        A Asinus Rex (Abgeschiedenheit ),

        "Avoir une tête d’immigré en France signifie que vos ancêtres ont fuit leur patrie, ..." écrivez-vous ...

        Pouvez-vous expliquer ce qu’est pour vous une "tête d’immigré " ?


      • Zanini 18 novembre 2008 12:54

        Distance Paris Bupdapest = 1460 Km
        Distance Paris Alger = 1369 Km


      • Zanini 18 novembre 2008 13:32

        Obama n’est pas un afro américain au sens classique du terme, pas parce que c’est un métis mais bien parce que son père n’est pas un descendant d’esclave.Je suis pas sur qu’il aurait pu être élu si cela avait été le cas.

        Pour ce qui est des différents modèles d’intégration, celui de la France est plus assimilationniste qu’intergrationniste, le modele Anglo saxon integre les communautées dans la nation donc leur permet de garder au moins en partie leur culture et valeures tant que cela est compatible avec la loi.La France, elle, integre les individus dans la république, ce qui sous entend un changement culturels si nécessaire pour se plier au modele français.Chacuns ont leur avantages et inconvenients , le modele US facilite dans un premier temps l’integration au niveau nationnale mais cela crée aussi de vives tensions communautaires, certaines regions sont a l’image des prisons de haute sécurité avec des gangs spécifique pour chaque communautées ou aucun mélange raciale n’est possible.Meme dans les zones moins violentes, le taux de mariage inter-raciale est vraiment tres faible comparé a l’Europe.


      • PUCK 17 novembre 2008 16:50

        Votre article est intéressant car il suscite le débat ,ce n’est pas pour cela que j’y adhère .

        Au temps de mes études ,,j’ai longuement planché sur le melting pot américain . Aucune comparaison n’est possible avec la France . L’Amérique est un pays jeune dont l’histoire est courte . Aucune communauté n’est ,théoriquement ,je dis bien ,théoriquement ,plus légitime que les autres . Les Wasps ,ou l’aristocratie ,ne représentent rien d’autre qu’une classe sociale ,même s’ils s’attribuent d’autres mérites .

        La France est un pays depuis plus de 1000 ans .Ses racines sont homogènes depuis Clovis et son histoire profondément gravée dans les monuments ,les paysages ,les noms des villes et villages .
        Nous pouvons assimiler des étrangers ,comme nous l’avons fait avec les russes blancs ,les italiens ,les espagnols ,bien d’autres encore s’ils acceptent de connaitre et d’adopter cette histoire et cette langue si riche et si belle .Je me réfère ainsi à R.Gary ,L.Senghor* ,et d’autres merveilleux écrivains qui ont écrit directement dans notre langue .* Senghor était de langue française ,d’accord ,mais pensez à M.Kudera ,à ce chinois dont j’ai oublié le nom qui a été prix Nobel de littérature entre autres .

        Nous sommes loin de l’obamania ,me direz vous ? Non ,car Obama est américain avant d’être métis et ,c’est ce que je souhaite en France aussi .

        Mon frère est né au Sénégal ,et il était réjouissant pour mes parents de le voir apprendre avec tous ses petits copains noirs :nos ancêtres ,les Gaulois !!....


        • GéraldCursoux Cursoux Gérald 17 novembre 2008 17:01

          Lire Huntington : "Nous Américains qui sommes-nous ?" Il décline le melting pot. Rien à voir avec nos schémas Français. Bien à vous.


        • LE CHAT LE CHAT 18 novembre 2008 10:29

          ça risque pas d’arriver en France , un quasi inconnu qui se hisse au premier plan en quelques années jusqu’au poste suprême ! y’a qu’à voir comment les vieux éléphants se cramponent au pouvoir !
          Harlem Désir aura 75 balais quand on demandera son avis au PS  !!!!  smiley


          • Iren-Nao 18 novembre 2008 10:59

            Illustre inconnu.....de nous certes,

            Mais tout de meme Senateur.

            Harlem Desir c’est quoi ?

            Iren-Nao


          • PUCK 18 novembre 2008 11:57

            B.O. a eu pour lui la grande finance ,les VIP .Sa campagne a été la plus chère jamais connue
            Alors ,illustre inconnu ,lui ?
            Et ,que pensez vous de notre immigré hongrois ,à l’adolescence assez précaire pour avoir à faire des petits boulots ? élevé par une femme seule ? toutes les précarités ,en fait .


          • LE CHAT LE CHAT 18 novembre 2008 16:21

            @iren hao

            c’est un barack français sans la baraka
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Harlem_D%C3%A9sir


          • Iren-Nao 18 novembre 2008 10:41

            Je crois effectivement que il n’y a pas a comparer les US a la France, le rapport superficie/population n’est pas le meme et malgre un flot ancien d’immigration, d’origine massivement europeenne, l’homogeneite de la population n’est pas la meme du tout.

            Je ne vois pas par ailleurs que la situation US soit meilleure que chez nous a ce point de vue, elle est tout aussi explosive, voire bien plus, c’est juste la concentration du melange qui change.

            On peut toujours continuer a faire ses prieres du politiquement correct, mais historiquement, il n’existe pas d’exemple durable de multicommunautarisme harmonieux, alors il est peu probable qu’avec la periode difficile qui s’anonce les susdites tensions communautaires s’effacent.

            Quant a Obama, son election marque certes une evolution (dont celle du % grandissant de "bronzes" aux US et sans doute d’une certaine tolerance) mais elle marque surtout un desir de rupture, peut etre illusoire, avec la politique du maniaque precedant, et il etait franchement meilleur que ce pauvre vieux Mac Cain.

            Souhaitons bonne chance a OB, ca coute pas cher, mais l’Obamania est grotesque.

            Que la paix soit avec vous

            Iren-Nao


            • GéraldCursoux Cursoux Gérald 18 novembre 2008 10:59

              Oui, bien sût ! McCain était trop vieux et Palin trop conne. Alors il a eu un boulevard devant lui après s’être débarassé des Clinton. Le seul fait marquant c’est 96% du vote Noir pour lui. Normal.


            • Iren-Nao 18 novembre 2008 10:55

              @ G Cursoux

              Vous avez tout a fait raison de dire avec Mr Huntington que le melting pot US n’a rien a voir avec nos schemas.

              Et c’est tant mieux.

              Iren-nao


              • Bois-Guisbert 18 novembre 2008 11:38

                " Tous deux sortis d’Harvard, ce couple en remontre à bien des Wasp et ramène les derniers petits blancs ségrégationnistes à des nains de jardin."

                Et en quoi, je vous prie ? L’élection d’Obama, qui est un signe de tiers-mondisation, donc de régression des Etats-Unis, ne relève pas d’un centième de point le niveau moyen des Afroricains, toutes extractions confondues.

                La réussite d’un individu, d’un couple, voire de plusieurs individus, n’implique ni n’induit absolument rien quant à la communauté dont ils sont issus. Pour comprendre la réalité, il faut donc considérer des groupes humains ressortissant à un ou plusieurs facteurs homogénéisants.

                C’est alors que l’on constate que si 300’000 Islandais, cela donne l’Islande, avec, par exemple, les résultats que l’on sait dans les classements de l’enquête PISA, 300’000 "Obama", cela donne le Bélize, c’est-à-dire pas grand-chose !


                • GéraldCursoux Cursoux Gérald 18 novembre 2008 12:34

                  La réussite des Obama, c’est la réussite de deux individus et non de la communauté noire. Bien évidemment ! Mais que la communauté noire s’identifie en eux, c’est aussi un fait (96% des Noirs ont voté Obama !)


                • Mohammed MADJOUR Mohammed 18 novembre 2008 16:55

                  Abgeschiedenheit (IP:xxx.x23.38.236) le 18 novembre 2008 à 10H58

                   

                  Et pourquoi faudrait-il à tout prix qu’un Mohamed soit élu en France ?


                  "Si j’avais une tête d’immigré, je ferais tout pour retourner à mes origines, je dénoncerais clairement la lâcheté de mes ancêtres à avoir fui, et je n’accepterais pas d’être regardé de haut par des autochtones qui me diraient du regard que je ne suis pas chez moi."


                  Vous avez remonté votre jungle généalogique jusqu’à quelle ère pour localiser le lieu de naissance de vos ancêtre ?

                  Eh puis quelle bourrique vous faites en disant que :"Et Sarko ? me répondrez-vous. Eh bien, je vous dirai qu’on va en Hongrie en skate-board ! C’est juste à côté, regardez la carte."

                  Sortez-vous de Polytechnique ou quoi !


                  Allez Mohammed qui a une tête d’immigré vous cède sa place pour l’Elysée et bonne chance !


                  MOHAMMED.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès