Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’occasion manquée !

L’occasion manquée !

Les négociations engagées entre le Parti socialiste, le Front de gauche et Europe écologie les verts sur des candidatures uniques de la gauche face au Front National ont capoté. Pourtant les propositions du Front de gauche permettaient à chaque formation de s'y retrouver. Sur 29 circonscriptions en jeu, 11 revenaient au PS, 8 à EELV, 1 au parti radical et 9 au Front de gauche. Le "geste" était raisonnable. Le parti socialiste et Europe écologie l'ont rejeté. Plutôt qu'un bon accord, ils ont choisi la division malgré les risques de disparition au profit du FN ou de la droite. La volonté des socialistes étant clairement d'obtenir une majorité absolue aux législatives des 10 et 17 juin. Le calcul repose sur l'idée que le vote des députés amplifiera le vote présidentiel. Ce n'est pas entièrement faux. Le vote "utile" peut jouer et ainsi réduire les députés Front de gauche à la portion congrue mais qu'en sera-t-il de la politique conduite par un parti socialiste dominateur et suffisant ? Par deux fois déjà la réponse nous a été donnée. Les électeurs déçus ont renvoyé la gauche dans les cordes et la droite a gouverné durant 17 ans commettant des dégâts économiques et sociaux considérables.

Le pouvoir ne peut pas être attribué à un seul parti. La démocratie s'affaiblit et les dirigeants perdent l'écoute du peuple. L'assemblée nationale doit refléter la diversité des opinions. Le scrutin majoritaire interdit la représentation équitable des partis politiques. Voila pourquoi l'élection de nombreux députés du Front de gauche s'impose. En prenant la responsabilité de l'échec de la négociation, PS et Écologistes veulent empêcher la progression du nombre d'élus front de gauche. Aux électeurs de trancher la question !

L'équation est simple. Si les électeurs souhaitent une politique sociale, juste et solidaire marquée par une augmentation sensible des salaires, le vote front de gauche est tout indiqué. Si les électeurs souhaitent que la banque européenne ne soit plus indépendante et prête directement aux États à taux faible, le vote front de gauche est le seul qui l'exige. Si les électeurs souhaitent en finir avec la dictature des marchés financiers, ils doivent voter front de gauche. Si les électeurs souhaitent une répartition des richesses plus humaine, il faut beaucoup de députés du front de gauche. Une assemblée nationale monocolore, la France l'a connue : elle a pour nom "l'assemblée des godillots". La gauche ne doit pas copier la droite mais faire autrement. L'objectif politique c'est plus de démocratie. Hier, les socialistes et les écologistes ne l'ont pas respecté. Dommage, l'occasion était belle. Peut-être trop pour certains ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • alain_àààé 21 mai 2012 15:20

    excellent article mais je rajjouterais ce que disait MELENCHON ce sur matin FR2 que c était bien la faute de BROCHEN dit aubry qui traine les pieds.je sujerais que le F D G présente quand méme des candidats


    • ca va pas la tete...les spouchtnz...vous délirez en alsace

      mais c’est quand meme la 1ere grosse erreur des hollandais....

      vouloir gouverner seuls les amenera a la COHABITATION AVEC LA MAFIA UMP FN

      CA VA PETER LE PEUPLE N EN VEUT PLUS DES MAFIEUX MARCHANDS D ARMES...


    • gordon71 gordon71 21 mai 2012 20:23

      c’est çà c’est çà 

       çà va péter

      tout le monde y croit dur comme fer

      c’est surtout toi qui va péter une durite 

      l’écureuil

    • paul 21 mai 2012 16:50

      Le vote utile, c’était pour virer le petit chef de bande .
      Maintenant, c’est le vote efficace : pour la relance de l’économie et la ré-industrialisation , mais contre leur règle d’or .


      • anny paule 21 mai 2012 16:58

        Article très juste et qui laisse prévoir ce qui nous attend... hélas !

        Le problème, c’est qu’une grande partie de nos concitoyens n’ont pas vraiment compris les enjeux, ni des présidentielles, ni des législatives. Il est évident qu’il faut une réelle poussée de gauche, une véritable alternative, et non une alternance molle et consensuelle qui nous mènera dans le mur... Il n’y avait rien à attendre de Hollande (il l’avait clairement exprimé durant sa campagne), ni du PS dans son ensemble. Nous avons rejeté son adversaire plus qu’élu celui qui nous préside.

        C’est sûr que le FDG a fait peur à beaucoup et que les médias se sont appliqués à le diaboliser, à le mettre en parallèle avec le FN. Maintenant, nous payerons tous ces cuisines de bas étage.

        Ceux qui souffriront le plus sont souvent ceux qui ont voté à droite, à l’extrême droite, ou socialiste. Je me suis amusée à chercher les données INSEE de ma commune : 1870 habitants, un vote très à droite aux deux tours des présidentielles. Le revenu moyen par foyer fiscal est de 27374 euros, le revenu médian, de 21233 euros... donc peu élevés. Le niveau des diplômes en dit long :entre 16 et 20% de non diplômés, entre 12 et 18% de Certificat d’études, entre 8 et 5% de BEPC, entre 25 et 27% de CAP BEP, entre 10 et 16,2% de bac et bac pro, entre 8 et 14% de bac plus 2, et 8,1 à 12% de plus de bac plus 2 (ordre femmes et hommes).

        Ceci me mène à penser que les moins diplômés sont ceux qui votent le plus à l’inverse de leurs intérêts et qui suivent le discours des médias aux ordres des financiers.

        Il reste bien du chemin à faire pour changer la donne... et pour le PS, moins il y aura d’esprits éclairés, plus ils seront à l’aise, tout comme les droites ! L’éducation populaire doit fonctionner à grande vitesse... à condition qu’elle ait des adeptes ! 


        • lionel-pg44 21 mai 2012 18:11

          Ils ont choisi la désunion et l’hégémonie, ils auront la monnaie de leur pièce au second tour.


          J’ai déjà averti ma députée du Parti dit Socialiste qu’elle ne devrait pas compter sur mon vote au second tour. Je ferai comme elle pour le vote du MES, une belle abstention dynamique. Et je ne serai pas seul...

          Et qu’elle s’estime heureuse que nous ne votions pas pour le candidat de droite !

          • asterix asterix 21 mai 2012 18:36

            Bien que n’étant pas du tout du même avis que l’auteur - non sur le front des gauches, mais sur la personnalité par trop populiste de Mélenchon - je partage entièrement son opinion sur la lamentable position hégémonique du PS. Un aiguillon étant nécessaire à tout parlement, j’espère franchement qu’il sera élu à Hénin-Liétard ...au grand dam de la gauche bien-pensante.
            Et il le sera : tant mieux pour le bouillonnement des idées !


            • kettner 22 mai 2012 12:55

              La messe est dite

              depuis le refus de dialogue avec le FdG et ce n’est pas le score minimaliste des sociaux libéraux à la présidentielle qui va changer la donne , du moins, pas pour l’instant .
              La gauche déboussolée par l’illusion socialiste devra retrouver ses marques et vite face au modèle atlantiste bipartite décrété par la sainte trilogie Médias PS UMP . Dans l’immédiat madame Aubry vient de déglinguer le peu de crédit qu’il lui restait aux yeux de ce qui voyaient en elle une caution à ce qui reste de socialisme dans ce parti .
              Qu’elle joue sa consolidation inutile aux législatives, par l’entremise de l’épouvantail de St Cloud n’est pas anodin et j’attends avec gourmandise l’heure de la déconfiture du candidat du compromis,enfin , surtout promis à faire le dessert au banquet de la finance, pour voir de quelle manière madame la première secrétaire ira quémander l’appui de gens qui seront à ce moment la dans ........ la rue .


              • taktak 22 mai 2012 16:51

                Article intéressant

                Une question demeure : le FdG participera-t-il d’une manière ou d’une autre à une majorité socialiste qui ne remettrait pas en cause l’indépendance de la BCE, l’économie de marché libre et non faussé fondement de l’UE et de l’euro ?

                Il convient de clarifier ce point en préalable aux élections. La position du FDG pose question, puisque d’une certaine façon, on peut avoir l’impression que plus le FdG aura de voix plus il voudra entrer au gouvernement.

                Hors, il est très clair que la politique du PS, en l’état et le gouvernement actuel démontre qu’on ne dois pas s’attendre à des évolutions, est incompatible avec le programme du FdG

                Dernier point, pour faire face au FN, plus que d’une cuisine électorale, il est nécessaire d’adopter un discours percurtant sur la question de la nation : défense de la souveraineté du peuple français, défense de la laicité, égalité républicaine face au communauratisme et au régionalisme, promotion de la culture francophone (et des valeurs humanistes qui lui sont liées) face à l’hégémonie invasive du globish anglo saxon adulés des marchés et des élites mondiales. Oui la Nation au sens républicain du terme est une valeur de la gauche. Et sa souveraineté se saurait être abandonnée ou négociée sous quelques forme pour passer sous les fourches caudines supranationale de l’europe des marchés (l’UE des capitalistes)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès