Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’OPA de Ségolène Royal sur DSK

L’OPA de Ségolène Royal sur DSK

Les pieds dans le plat. Ségolène Royal n’a pas failli à sa réputation en surgissant de sa boite quand on ne l’attendait pas. L’ex candidate des socialistes aux présidentielles de 2007 a annoncé lundi dans un entretien à deux quotidiens régionaux, La Nouvelle République et Centre Presse, qu’elle est candidate aux primaires pour 2012. Ce matin sur France Inter, réfutant dans des explications alambiquées avoir rompu le pacte avec Martine Aubry et DSK, la dame du Poitou a précisé qu’elle n’était en mouvement contre personne, surtout pas contre DSK avec qui tous les arrangements restent possibles.
 
Si Ségolène Royal devait se choisir une devise, elle pourrait adopter celle de la ville de Paris : “Fluctuat nec mergitur” (battu par les flots mais ne sombre pas). Mal placée dans les sondages, la présidente de Poitou-Charentes n’entend pas jouer les potiches dans la perspective de 2012.
 
Après avoir réfuté ce week-end l’existence d’un pacte pour les primaires évoqué par Martine Aubry, ce matin sur France Inter, Ségolène Royal nuançait ses propos. Celui-ci existerait bien mais ne serait qu’une “alliance fraternelle” de non agression, en aucun cas un dispositif pour “barrer la route” aux autres prétendants. La révélation de l’accord a toutefois contraint la présidente de Poitou-Charentes à changer sa stratégie de chat (faussement) endormi.
 
A la question de Patrick Cohen qui l’interrogeait sur les raisons qui l’ont poussé à annoncer dès à présent sa candidature, Ségolène Royal a répondu par une pirouette, “Et pourquoi pas maintenant  ?” “Ce n’est pas une décision par surprise“, “Je fais le mouvement dans le respect de tout le monde” s’est-elle défendue, précisant avoir consulté ses deux “alliés” avant de se lancer.
 
Sur le calendrier des primaires, la présidente du Conseil régional du Poitou-Charentes a donné raison à François Hollande et Manuel Valls qui contrairement à Martine Aubry demandent que celui-ci soit avancé au regard de la mise en ordre de bataille de la majorité présidentielle. Ségolène Royal estime à son tour qu’”on ne rentre pas dans une bataille à reculons” et que ” le temps politique s’accélère” au moment où “les Français doutent de la politique“.
 
Exaspérante par sa tendance à rabâcher, la présidente de région a usé une grande partie de son temps à parler de “Dominique” tout en évitant soigneusement d’évoquer “Martine”. Après avoir s’être faite l’avocate des qualités du Directeur du FMI, Ségolène Royal a laissé la porte ouverte aux accords avec celui-ci et même d’un retrait à son profit : “Le moment venu, je verrai avec Dominique quel est le meilleur dispositif gagnant“.
 
La vraie surprise vient toutefois du fait qu’à deux reprises, Ségolène Royal a parlé de DSK comme “le meilleur chef de gouvernement que la France pourrait avoir“. Un chef de gouvernement et non un chef d’Etat. Les mots sont explicites et ne relèvent pas en l’espèce du lapsus.
 
La manœuvre est cousue de fil blanc : faire une OPA sur le favori des sondages. Prendre Martine Aubry de vitesse en faisant attelage avec DSK en pour bénéficier de sa popularité et surtout de sa crédibilité. En creux toutefois, on peut s’interroger de savoir si les primaires ne sont pas en train de tourner à une désignation du futur premier ministre d’un DSK qui apparaît aujourd’hui comme incontournable et imbattable. Faute de grives, on mange bien des merles.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • jack mandon jack mandon 30 novembre 2010 17:38

    Bonsoir Henry Moreigne

    Très bonne analyse, rien a ajouter...

    ou peut être qu’elle me rappelle François,

    en plus vrai !


    • jack mandon jack mandon 30 novembre 2010 17:41

      Henry,

      Je voulais dire François Mitterand bien sur !


      • Heil Cartman Heil Cartman 1er décembre 2010 12:14

        Oui bon, on connait votre analyse de toute façon : tous pourris sauf le FN.

        C’est sûr qu’on va aller loin avec des raisonnements pareils......


      • Fergus Fergus 30 novembre 2010 17:58

        Bonjour, Henry.

        L’image de l’OPA me semble parfaite pour résumer l’offensive de Ségolène Royal. Et la devise de Paris lui va comme un gant.

        A moins que ce ne soit le bon vieux sketch de Robert Lamoureux « Le canard était toujours vivant  »...


        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 30 novembre 2010 21:38

          L’analyse est pertinente mais pour autant je n’écarte pas l’autre version, celle de la mise en scène. Selon moi la candidature de Royal pourrait relever du sketch. Je m’explique. Ce que Aubry a déclaré à propos du triumvirat serait vrai et il existerait bel et bien un accord avec Strauss-Kahn. Ségo serait chargée de jouer un rôle scénarisé afin d’occuper le terrain médiatique jusqu’en juin 2011, date à laquelle le DSK se déclarerait candidat. Le but étant de ne pas laisser Sarko seul à battre la campagne présidentielle d’ici là.

          C’est d’ailleurs ce qu’elle semble avoir reconnu ce soir chez dans le 20h de Pujadas. Nous verrons bien.


          • kiouty 1er décembre 2010 11:29

            Non mais allons-y, faisons encore l’erreur de transformer les élections présidentielles en Elysée-Academy, discutons des personnes, de leur « qualités personnelle », des stratégies et des tactiques (y a un coté Koh Lanta en plus ici, un seul survivant à la fin).

            Bref, et après tout le monde va se plaindre que gna gna gna, les politiques ne s’occupent pas de nous, ils sont incompétents, on comprend pas, révolution, changer de système blah blah blah...

            Pitoyable.


            • cmoy patou 1er décembre 2010 12:22

              Nous allons tout droit vers une finale Sarko-Marine comme tout le monde pouvait le prévoir, le même scénario que le précédent.


              J’en arrive a me demander si le Ps n’est pas complice tellement ils sont mauvais !

               smiley

              • Yohan Yohan 1er décembre 2010 12:27

                « en surgissant de sa boite quand on ne l’attendait pas » ? ?
                ah bon ! moi au contraire j’étais sûr qu’elle allait faire parler d’elle. On voit bien qu’elle ne faisait que retenir son glaive et que les projecteurs lui manquaient  smiley smiley


                • Yohan Yohan 1er décembre 2010 12:30

                  Quand à l’analyse soit disant très bonne de l’auteur. J’ai plutôt l’impression de déjà vu, déjà entendu.


                  • Mr Mimose Mr Mimose 1er décembre 2010 12:33

                    C’est quand même dingue de présenter DSK comme un socialiste et comme quelqu’un d’incontournable !!

                    Il n’y a pas pire raclure !! 
                    Il est le patron du FMI, un truc qui ne sert qu’a l’exploitation des peuples.
                    De plus j’ai de serieux doute sur son désir de servir la France lui qui a déclaré que chaque matin en se levant il se demandait comment servir Israel au mieux !
                    Si DSK est élu, je m’exile.

                    • argilere 1er décembre 2010 12:38

                      Le 30,11,10

                       

                      je trouve que la déclaration de
                      candidature aux primaires de Ségolène Royal est une bonne chose,


                      Sans cela on était condamnés à faire
                      du sur place, longue-vue à la main dans l’attente d’un retour
                      éventuel de Dominique Strauss Kahn.


                      La droite est en ordre de bataille, et
                      nous pendant ce temps là nous occupions le terrain avec de petits
                      candidats à la candidature qui auraient été vite bousculés dès
                      l’arrivée gesticulatoire d’un Jean Luc Mélanchon par exemple.


                      Vu son passé de candidate de toute la
                      gauche, Ségolène Royal a quand même une envergure autre que nos
                      petits candidats socialistes déclarés pour les primaires
                      actuellement.


                      Actuellement il s’agit de ne pas
                      laisser en arrière plan la présence socialiste qui est quand même
                      la première force à gauche.


                      Je sais bien qu’il y a un calendrier de
                      prévu pour les présidentielles au parti socialiste, mais cela
                      n’empêche pas d’occuper le terrain dès maintenant avec une
                      pré-candidature de poids.


                      Un discours de Ségolène aura plus de
                      poids qu’un claquement de pupitres à l’assemblée Nationale.



                      • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 1er décembre 2010 13:40

                        1) DSK a déclaré ne pas être candidat dès lors qu’il a annoncé dans le Stern qu’il irait jusqu’au bout de son mandat au FMI. Il n’a pas démenti cette annonce dans ce même journal. Donc il faut la prendre au sérieux, sauf à considérer qu’il n’est pas sérieux...dans ses propos, sinon dans ses actes et dans sa promesse formelle pour être nommé directeur du FMI d’aller jusqu’au bout de son mandat et de ne pas briguer avant fin 2012, après les présidentielles françaises donc, un mandat national. Ce reniement décrédibiliserait sa parole en tant que futur chef d’état devant se pairs et il le sait.Il ne pourrait comme le propose non sans humour Ségolène Royal démissionner du FMI après les présidentielles pour devenir son premier ministre, compte tenu de ses capacités...disons techniques, si elle était élue 

                        2) Mais on a trop besoin de DSK au FMI en cette période de crise financière qui menace la France et l’Europe pour considérer comme souhaitable qu’il démissionne de son poste de directeur avant la fin de son mandat (fin 2012)

                        3) Nicolas Sarkozy a commencé sa campagne pour sa réélection, ce qui impose au PS et à la gauche d’y répondre en accélérant le processus des primaires

                        Ségolène Royal considère alors qu’il est vain, voire très dangereux, d’attendre la saint glin-glin ou fin 2011 pour lancer sa candidature ainsi que celle de ceux qui veulent se présenter afin d’unifier la gauche et les républicains démocrates le plus tôt possible sur un programme de gouvernement dans la perspective d’un second tour, sauf à laisser l’initiative politique et le choix du terrain du combat à Nicolas Sarkozy. Se dérober devant cette urgence, comme le fait Martine Aubry, est donc pour Ségolène Royal donner l’impression que la PS renonce, pour préserver un semblant d’unité, au combat unitaire contre la droite dure unifiée.


                        • Georges Yang 1er décembre 2010 14:37

                          S. Royal, le cadeau que Sarkozy attend pour 2012 C’est la seule qu’il peut battre

                          Et à droite toujours rien de crédible pour remplacer Sarkozy


                          • bernard29 bernard29 1er décembre 2010 14:39

                            Ségolène annonce sa candidature. Sarkosi aussi !!

                            Surprise hein ?? Il semble bien que le moment choisi par Ségolène pour se lancer est un trés bon moment. Et l’important surtout c’est sa candidature.

                            je viens de lire dans un forum que DSK finira son mandat au FMI parce que la pension du FMI pour ceux qui ont terminé leur mission et leur mandat de Directeur, est une trés belle somme d’argent annuelle. Il semble que ce soit tout a fait vrai . Il n’y aurait pas que la gloriole, il y a aussi des défraiement qui ne se refusent pas.


                            • asterix asterix 1er décembre 2010 16:06

                              Nous venons d’assister au premier round d’une partie de catch qui en comportera au moins quinze, titre de challenger à la clé.
                              Le malheureux vainqueur en sortira si abimé qu’il risque de faire pâle figure devant le champion mi-welter bien obligé de remettre son titre en jeu.
                              La troisième voie ?
                              Mais y’a pas de troisième voie, il y en a dix  !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès