Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’opposition déjoue sur le détail

L’opposition déjoue sur le détail

Le Premier ministre plaqué haut par l’opposition ce week-end, après un en avant verbal, en tout cas jugé comme tel : l’emploi du mot « détail » pour qualifier l’usage de tests ADN prévu dans le projet de loi sur l’immigration. A gauche, on existe comme on peut.

Sarkozy n’a pas fini de secouer sa tête. Son « remarquable » Premier ministre, quelques jours après avoir annoncé la « faillite » de l’Etat français, s’est de nouveau fait remarquer ce week-end, lors du conseil national de l’UMP en estimant que toutes les polémiques entourant l’amendement dit ADN avaient « grossi jusqu’au ridicule un détail ». Un détail ! Diantre, damned, fichtre ! Quel horrible mot ! Un détail ! Quelle horreur ! Comment le Premier ministre de M. Sarkozy ose-t-il proférer de telles horreurs ? Un détail ! Quel scandale ! Le sang du premier secrétaire du PS, l’ex-M. Royal, n’a fait qu’un tour : « Le sujet est suffisamment grave pour qu’on ne parle pas de détail », a-t-il déclaré. Voyant dans l’emploi du terme « au mieux une maladresse, au pire une provocation ». « C’est une expression qui pour les socialistes est grave, très grave », a déclaré pour sa part le bras droit de Hollande, Stéphane Le Foll. Pierre Moscovici, lui, demande à Fillon de « rectifier ses propos », rien de moins. Le président du MRAP, lui, n’y va pas non plus par quatre chemins : « En employant sciemment le mot "détail" le Premier ministre vient de franchir les limites de l’insoutenable et de l’indécence ». Du côté de France Terre d’Asile, on déclare que « Le mot détail, employé dans le contexte actuel est lourd de sens et ne peut qu’attiser les divisions ». Tout cela, donc, et on en passe, pour un « détail ». Un détail, apparemment, qui tue. Mais pourquoi donc ?

Pour comprendre l’ire subie par le Premier ministre qui parle « tous les jours » avec Nicolas Sarkozy, lequel se « félicite » de son action, il faut remonter le temps, revenir jusqu’à un certain 13 septembre 1987, sur RTL, avec Jean-Marie Le Pen au micro : « Je me pose un certain nombre de questions. Je ne dis pas que les chambres à gaz n’ont pas existé. Je n’ai pas pu moi-même en voir. Je n’ai pas étudié la question. Mais je crois que c’est un point de détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale ». Le voilà donc, mal né, ce « détail » qui aujourd’hui met notre bien-aimé et un peu tristounet Premier ministre au banc des accusés. Parce que depuis ce mois de septembre 1987, il y a vingt ans, il est interdit à tout homme politique de prononcer le mot détail. Trop dangereux, trop connoté. Même sorti de son contexte il y revient aussitôt. Parce que, donc, selon la gauche, et les associations droit de l’hommistes, si Fillon a employé ce week-end ce vocable de « détail » c’est à dessein : un clin d’œil à ceux qui seraient ses chers électeurs débauchés du FN. C’est un peu tiré par les cheveux, on dirait que l’opposition joue là sur le détail, mais c’est ainsi. « Au travers de ce mot choisi par le Premier ministre, il révèle l’intention de la majorité, qui est de faire à travers cet amendement un clin d’oeil au Front national », déclare ainsi Stéphane Le Foll. Pour Mouloud Aounit, président du MRAP, Fillon « signe non seulement son compagnonnage avec l’extrême droite, mais participe aussi dangereusement à sa banalisation ». Tout cela juste d’un seul mot ! Quel talent, ce Fillon ! Et les socialistes, dans la foulée, de demander au président de la République de « s’exprimer sur le sujet ». Comme si le rapido président n’avait que cela à faire, s’appesantir sur un détail.

Bien sûr, toute cette polémique est ridicule, et dans son style imagé, Nadine Morano n’a pas vraiment tort de rappeler que « Quand vous regardez un seul élément
de quelque chose, ça s’appelle un détail. (...) Une tache sur un manteau, un bouton sur une veste, c’est un détail par rapport à la couleur du vêtement ! ». A jouer sur les mots, autant développer, après tout (même si, entre une tache sur un manteau et un test ADN, il y a quelque marge). Mais au-delà de cela, c’est le « politiquement correct » qui atteint avec cette fausse affaire là son paroxysme. Que l’emploi du mot détail soit devenu une marque d’infamie relève bien des dérives d’une époque où l’on préfère interdire qu’expliquer, effrayer qu’éduquer, caricaturer que réfléchir. Les hommes politiques n’emploient certes jamais un mot au hasard, ce n’est pas leur style, et chacune de leur intervention est la plupart du temps pesée, et soupesée avant d’atteindre la foule, mais quand même ! Ce n’est pas parce que le leader d’un parti d’extrême droite a un jour utilisé le terme de « détail » à des fins négationnistes qu’il faut que ce terme là soit désormais banni de la langue de bois ! Alors donc, selon nos amis les censeurs de gauche, il ne serait plus possible aujourd’hui de parler de « détail » sans brunir sa chemise. Au nom de quoi, en fait ? Au nom de quel nouvel ordre moral né sur les décombres de la campagne perdue de Ségolène Royal ? Les amis de François Hollande, ceux de François Bayrou aussi, en soufflant sur la mèche de ce pétard mouillé apparaissent soudain comme une suspecte troupe de conservateurs intransigeants, plus proches d’un prêcheur intégriste que de démocrates avisés.

Mais tout cela n’a rien d’étonnant, et cette « deuxième affaire du détail » intervient la semaine même où il est devenu obligatoire d’apposer sur les étiquettes de bouteilles de vin un symbole signifiant que vin et grossesse font mauvais ménage. Tout va de pair, tout part d’un même élan bienfaiteur, évangélisateur, qui nous demandera bientôt de ne plus appeler un chat un chat, un chien un chien, un raté un raté, une tache une tache. Combien de temps pourra-t-on écrire encore des phrases du style : « D’une concentration sans faille, les joueurs français ont d’abord obligé les Blacks à jouer dans leur camp, avant de trouver, au large, la solution pour percer le rideau défensif et se qualifier pour la demi-finale. » ?

On ne peut plus trop boire, plus rouler vite, plus fumer, plus baiser entre cinq et sept, plus trop téléphoner, on doit se méfier du wi-fi, des pesticides et des déodorants, et maintenant on nous apprend qu’il existerait des mots aussi interdits que certains jeux. En terme de déresponsabilisation, on ne fait plus dans le détail. On infantilise, on stérilise, on allège, on prend les Français pour des veaux, encore. C’est, sans le vouloir, cette faillite-là que François « remarquable » Fillon a mis en lumière par son anodine « petite phrase ». Et l’opposition est tombée dans le panneau, royalement.


Moyenne des avis sur cet article :  3.7/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • La mouche du coche La mouche du coche 8 octobre 2007 11:56

    L’article se laisse lire. Je suis d’accord avec la conclusion. Les gens ne savent plus trop à quoi croire alors on aseptise. On aseptise. smiley


  • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 octobre 2007 12:51

    Je n’ai pas envie de parler de ce point de détail inutile. Je veux parler de MESSMER qui est décédé le 31 août et qui a fait du mal à mes compatriotes. Je suis français, néanmoin je n’oublie pas le mal que cet homme mort a fait à mon pays d’origine. Je ne fais que le rappeler.

    Il y a des anciens qui peuvent encore relater les «  »exploits«  » de cet ancien ministre de la République. smiley


  • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 octobre 2007 12:51

    Qu’en est-il de cet exécutant de la République ? Les camerounais et autres africains qui ont connu cet homme ou ont vécu à l’époque où cet homme impitoyable était aux commandes de l’administration en Afrique centrale s’en souviennent avec douleur. Messmer a fait souffrir des familles africainEs comme des dictateurs du continent après lui. smiley


  • Jacquou Lecroquant 8 octobre 2007 22:38

    Toujours aussi tonitruante, la tarfiole...


  • La Taverne des Poètes 8 octobre 2007 11:26

    C’est le « détail » qui, avec quelques autres, prépare tranquillement le lit du fascisme. Tout un ensemble de petits « détails », qui, pris isolément, paraissent insignifiants mais qui sont danngereux...Un Lilian M, habitué à trop de légèreté ne saurait en prendre conscience.


    • Inquiet 8 octobre 2007 11:52

      Vous vous êtes relu M. l’auteur. Par votre empressement à discréditer une fois de plus la gauche, vous avez surtout discréditer la droite.

      En effet, j’ai surtout vu dans les « on peut plus boire, plus rouler vite, plus fumer » des dispositions prises ou amplifiées par la droite.

      Et ça si j’oserai dire ce n’est pas un détail smiley


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 8 octobre 2007 11:55

        Je soutiens Lilian dans cette critique : le mot « détail » est devenu un incontournable de la non-pensée pseudo-engagée, au motif que Le Pen l’a utilisé (déjà il y a vingt ans !). Le problème, c’est qu’il a utilisé plein d’autres mots, chargés de la même suspicion, puisqu’il en est le locuteur méphitique. Lilian brocarde avec raison ces abus en prenant une critique sportive, mais il y a plus grave : Le Pen a également employé des mots apparemment beaucoup plus innoncents, mais qui relèvent d’une pensée fasciste.

        Par exemple (je l’ai entendu moi-même), il a déjà dit le mot national, il convient de s’abstenir de ce mot nazifiant, et de proscrire cet adjectif de tout discours politique. Il a aussi prononcé nettement (et plusieurs fois) le mot français, aux relents nationalistes et guerriers : ne dites plus ce mot honni, qui signerait votre pacte avec la bête immonde. Pire, il a plusieurs fois dit je et ils, vous voyez l’allusion, hein, la différence entre moi et eux. Et même dans un élan condamnable, je l’ai entendu prononcer distinctement dire, à chaque fois qu’il passe à la télé, le mot bonjour, ce qui évoque irrésistiblement les petits matins blêmes des éxécutions à l’aube.

        Bon, ceci dit, Fillon prend le sujet dont tout le monde parle depuis 15 jours, et il dit en grande pompe que c’est un détail, il perd complètement la boule, c’est vraiment un amateur.


        • Vilain petit canard Vilain petit canard 9 octobre 2007 13:39

          Là on a éclaté le point Goodwin, les petits pères, on est en course pour le record du monde !


        • Polemikvictor Polemikvictor 8 octobre 2007 12:15

          J’espere bien que cette polémique sur le détail, va faire un four.


          • grenouille 8 octobre 2007 12:30

            Comme l’auteur l’a finement compris, impossible d’en douter, ce n’est pas la définition du mot détail qui est en jeu mais son interprétation dans un contexte. Contexte politique abondemment enrichi depuis quelques semaines, ce qui est loin d’être un détail dans une démocratie. De plus, depuis les dérapages verbaux d’un autre champion de la non-pensée, le mot détail est fortement connoté dans le discours politique et doit être manié avec prudence surtout lorsqu’il s’agit de droit.


            • Marceljean 8 octobre 2007 12:31

              Nous savons très bien que le mot « détail » a été utilisé par le FN dans un contexte tout à fait différent.Les citoyens qui s’intéressent un peu à la politique sont pour la plupart plus intelligents et de bon sens que beaucoup de personnalités qui prétendent diriger le pays. Je voudrais dire au PS que son argumentation fondée sur la réutilisation du mot dans le présent contexte est superficielle et inadmissible venant d’un grand parti de l’opposition (« c’est tout ce que vous avez trouvé ? »).Le PS montre une nouvelle fois qu’il n’a plus la capacité de s’opposer efficacement au pouvoir en place et cette situation est malsaine pour le pays car nous avons besoin de contre-pouvoirs en démocratie. Les citoyens sont aussi en droit aussi de demander au PS de montrer un minimum d’humilité pour avoir échoué sur l’immigration lorqu’il était au pouvoir:la régularisation massive des immigrés vivant en France dans l’illégalité était une forme d’abdication devant l’ampleur du phénomène et un acte irresponsable car il ne permettait pas de limiter cette forme d’immigration. Je voudrais aussi dire à M.F.Fillon qu’il perd son temps lorsqu’il « force sur le verbe » pour convaincre des personnes de mauvaise foi que l’emploi du test ADN sous certaines conditions peut contribuer à la maîtrise de l’immigration tout en facilitant le regroupement familial. Ne perdons pas de vue que le fond compte plus que la forme !


              • RAPH 8 octobre 2007 12:53

                Est ce à dire que l’attitude de Monsieur Fillon ne serait qu’un « détail » et qu’a partir de ce constat aucune indignation ne serait crédible ???


                • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 octobre 2007 12:55

                   smileyCet homme a été élève administrateur des colonies. Pierre MESSMER est né le 20 mars 1916 et décédé le 29 août 2007 à 91 ans. Cet homme politique qui fut le Premier ministre de Pompidou de 1972 à 1974, avait le titre de haut commissaire de la République au Cameroun en 1956. Il a eu des postes importants en Afrique, tels que haut commissaire de la République en Afrique équatoriale française à Brazzaville en 1958, et enfin haut commissaire général de la République en Afrique ocidentale française à Dakar de 1958 à 1959, quelques temps avant l’indépendance des pays sous colonie française. Auparavant, il a été en Mauritanie, mais également en Côte d’Ivoire. smiley


                  • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 octobre 2007 12:58

                    Le sujet est sensible, je comprends. Quand il s’agit de porter des accusations sur des choses qui touchent Israël ou la communauté musulmane, on parle de sensible. Il s’agit d’histoire récente. Je n’étais pas né, mais j’ai vécu en histoire et en faits des évènements suite au passage de cet homme au Cameroun. Sacré bonhomme, un « bon » serviteur de la République.


                  • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 octobre 2007 12:59

                    Pourquoi écrire cet article critique ou accusateur ? Tout simplement parce que cet homme politique, zélé peut-être, a fait du tort aux Africains. Quand un ministre de la République laisse entendre : cet homme a fait du bien en Afrique. Cette phrase est-elle ironique ? Quel cynisme d’entendre monsieur Bernard Kouchner dire : « ...il a su accompagner les populations africaines vers l’indépendance... ». Kouchner : Ministre des Affaires Etrangères, est-il tombé sur la tête ? De toute façon, rien ne nous étonne plus de lui. Il va en guerre contre l’Iran, son « tir » est ensuite arrondi par la nouvelle famille politique pour laquelle il sert la France. Voilà qu’il grandit un homme de triste renommée qui vient de disparaître. « J’ai appris avec une grande tristesse la disparition de M. Pierre Messmer. Avec lui, la France perd l’une des grandes figures de son histoire récente et l’un de ses plus grands serviteurs. » Que d’éloges ? De grâce, Bernard Kouchner, monsieur Pierre Messmer, en arrivant au Cameroun en 1956, a fait du nettoyage par le vide. Certaines personnes qui vivaient à cette époque, s’en souviennent encore. Il ne fallait pas parler d’indépendance devant lui. Ceux qui ont osé le défier, n’ont pas échappé à ses foudres. Beaucoup ne sont plus là pour en parler. Au Cameroun, alors que la lutte pour l’indépendance bat son plein, Messmer Pierre : haut commissaire de la République vient mater cette opposition à la France. Son prédécesseur PRE Roland a interdit en 1955 le parti de l’opposition UPC (l’Union des populations du Cameroun). smiley


                  • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 octobre 2007 13:00

                    Le Cameroun, alors sous une double tutelle : française dans partie orientale et anglaise dans la partie occidentale, le pays de Martin Paul Samba connaît une grande agitation. Les revendications, formulées par l’Union des populations du Cameroun avant son interdiction, sont plus que vivaces dans l’esprit des nationalistes. Les deux premières réclamations sont : l’indépendance immédiate et la réunification des deux parties du territoire. C’est, en tout cas, ce qui a été défendu à la tribune des Nations unies par les ambassadeurs de ce parti d’opposition. Monsieur Pierre Messmer débarque au Cameroun, avec la mission de mâter toutes opposition et contestation contre la République. Il a pour objet l’anéantissement du nationalisme. La France à cette époque, ne tolère pas l’idée que l’indépendance souhaitée par le peuple soit considérée comme une révolte nationaliste, voire de la subversion. Le haut commissaire de la République déploie tous les moyens qui lui sont confiés à renforcer la position de la France au Cameroun.


                  • NPM 8 octobre 2007 13:01

                    Le cameroune est indépendant, retournes y.


                  • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 octobre 2007 13:02

                    Messmer casseur des subversifs et sa stratégie de nettoyage Le haut commissaire de la République au Cameroun, n’a pas cherché à discuter, il ne voulait pas dialoguer. Il voulait anéantir les opposants à la France, désireux d’acquérir leur indépendance. La France fera (ou laissera) assassiner Félix Moumié « le chef de l’UPC ». Pierre Messmer explique de quelle façon, lors de son arrivée au Cameroun, il a pris Moumié à contre-pied, il a proposé l’idée de l’indépendance du Cameroun francophone. Le chef de l’Union des populations du Cameroun refuse cette solution qu’il assimile à une stratégie. Messmer déclare que Félix Moumié ne recherche que le combat pour le pouvoir. Il va donc s’atteler à démolir toutes les partis qui recherchent le « chaos » au Cameroun. Pierre MESSMER dit avoir été le premier à parler d’indépendance au Cameroun, alors que les Anglais ne le souhaitaient pas. C’est alors que le Cameroun va connaître une grande période de troubles qui continuera après l’indépendance. Cette rébellion sera matée dans le sang. Elle fera d’énormes victimes. Par ailleurs, il faut souligner que le haut commissaire de la République au Cameroun a constaté que l’UPC ne tient pas à s’impliquer dans des élections. Il demande à cette partie de s’investir dans les élections comme un parti normal et non comme une entité révolutionnaire. Pour les responsables de l’Union des populations du Cameroun, il n’est pas question de suivre les idées de monsieur Messmer. Ils ne veulent pas se considérer comme des personnes ayant céder au pays colonisateur. Pierre Messmer les a donc considéré comme des ennemis de la France, il a puni tout ceux qui voulaient les soutenir. Le parti de l’UPC ne souhaitait pas rentrer dans le rang, il a donc été déclaré rebelle et interdit. La France ne souhaitait pas se faire manipuler au Cameroun par une rébellion, Pierre Messmer a autorisé l’armée française à agir vigoureusement. Les camerounais ont assisté à des crimes de tous types : exécutions, viols, tueries collectives et déportations. Il s’agissait pour le haut commissaire de la République d’anéantir les maquisards. Ces tueries ont continué après l’indépendance jusqu’à l’approche des années 70.


                  • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 octobre 2007 13:04

                    C’est dur d’être inculte.


                  • NPM 8 octobre 2007 13:54

                    Les ennemis de la France doivent périr, donc, je ne vois pas le probléme particulier avec je ne sais quel tribu énervé d’origine canibal qui refuse la Civilisation. On devrait faire la même chose en France, où c’est le bordel. Des méthodes musclés pour faire respecter les Droits de l’homme et la République dans les cités, c’est l’idéal.


                  • mike-tango 8 octobre 2007 14:02

                    Messmer etait un grand homme. Point.

                    Vos divagations sont sans interet aucun.


                  • Vilain petit canard Vilain petit canard 8 octobre 2007 14:14

                    @ Antoine Christian Label Ngongo

                    Qu’est-ce que votre (vos) commentaire(s) viennent faire dans ce fil ? Je ne vois pas le rapport avec Pierre Messmer...


                  • NPM 8 octobre 2007 13:00

                    S’imaginer que, parce que fillon ou Lepen parle de « détail », ca va changer quoique ce soi a ce que pense les gens de l’immigration, ca montre à quel point les journaleux et les politique sont coupés de la réalité. Tout le monde s’en fou des chambres à gaz (enfin, a part les fils de collabos), comme d’ailleur tous le monde se fiche de tous les génocides qui ont eu lieu avant ou aprés. Tous ca, c’est la mauvaise conscience de gauche d’avoir soutenue sans pitié pour les victimes tous les cinglés du XXéme siécle..


                    • tvargentine.com lerma 8 octobre 2007 13:00

                      Une tentative médiatique d’un comité de soutien de soeur Ségoléne Royal à cherché à se faire mousser sur des mots ce week-end.

                      Franchement,ils ont perdu le temps de crédibilité qu’ils avaient encore en cherchant à comparer un ministre de la république à Lepen.

                      Ils sont nuls ces « socialistes » qui d’ailleurs,ne sont que des anciens troskistes ,dont la vision reste encore un mystere


                      • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 octobre 2007 13:05

                        Quand est-il de ton incurie NPM ? smiley


                        • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 octobre 2007 13:08

                           smileyPierre Messmer a utilisé la technique de la terre brûlée pour éliminer les rebelles. Des villages ont été détruits afin qu’ils n’apportent pas de l’aide aux rebelles cachés dans la forêt. La population camerounaise a beaucoup souffert dans la région où sévissait les « rebelles ». Le haut commissaire de la République a été sans pitié. Il a nettoyé impitoyablement les zones concernées par la révolte. Les villages rasées ont été déplacés. Le Cameroun a connu une période sombre, triste et douloureuse. La trahison a fonctionné à souhait. Les fuyards étaient traqués et éliminés. Les exécutions servaient d’exemple pour la population qui aurait eu des tendances velléitaires. Après l’accomplissement de son action au Cameroun, le haut commissaire de la République Messmer a été dans d’autres pays africains. Puis il est rentré en France où il a eu un cadeau à sa dimension : ministre des Forces armées. Des années après son départ de l’Afrique, il a continué à œuvré pour l’élimination des opposants à la France coloniale. Les anciens qui ont connu cette sinistre époque n’ont pas oublié l’artiste Pierre Messmer, fût-il mort aujourd’hui. smiley


                          • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 octobre 2007 13:13

                            NPM : qu’en est-il de ton incurie et de ton manque de culture ?


                            • nessoux 8 octobre 2007 15:15

                              Tu nous les casses ok ?


                            • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 octobre 2007 13:18

                              L’opposition, y’en a t-il une en France, actuellement ? J’ai l’impression comme beaucoup de citoyens que SARKOZY les a mis au ban. Ceux qui se prétendent de l’opposition ne savent plus que ruer dans les placards. Ils ne savent quoi dire, à part se taper dessus. MITTERAND doit se retourner dans sa tombe avec autant d’incompétents. Drôle de gauche. Ne parlons pas de BAYROU, il est au abonné absent. Pourquoi s’agiter sur le mot « détail » ? Il est à se demander s’ils n’ont rien à se mettre sous la dent. Que cette brave opposition se remette en question et qu’elle ponde un programme censé. Il faut encore que ce programme puisse emballer les citoyens. smiley smiley


                              • Antoine Christian LABEL NGONGO Antoine Christian LABEL NGONGO 8 octobre 2007 13:19

                                aux abonnés absents. Mr BAYROU


                              • Signé Furax 8 octobre 2007 13:29

                                Tous les commerçants qui s’enrichissent, sans vergogne, dans la vente au détail devraient être,eux-aussi, cloués au pilori.

                                Sauf ceux du Sentier, bien évidemment.


                                • non666 non666 8 octobre 2007 14:26

                                  L’affaire du « detail » est un boomerang.

                                  Quand la « droite » a accepter de jouer au jeu terrible de la diabolisation de Lepen, elle a cautionné les tabous sur un certains nombre de sujet.

                                  Il est interdit de minorer la « SHOHA » (les règles sur l’exisgence d’utiliser du vocabulaire français s’effondrant egalement au passage d’ailleurs)

                                  Aujourd’hui ayant cautionné le « detail » au rang de tabou, c’est fort logiquement que la gauche s’en saisi pour frapper la marionette de Sarkozy.

                                  Le procédé etant un peu gros, grossier meme, les acteurs etant maladroit, on s’envoit donc des diabolisations a la face Histoire d’etre celui qui fait le meilleur numero de pleureuse.

                                  Pendant ce temps la, celui qui promettait « je ne vous trahirais pas, je ne vous decevrais pas » , est loin de reussir a freiner la colonisation massive, incontrolé de NOTRE pays.

                                  Pendant 4 ans ministre de l’Interieur, Sarkozy avait echoué a renvoyer chez eux ne serait ce que 10% des entrants illegaux. Pourquoi voulez vous que ses ministres aient plus de courage ou de reussite ?

                                  Alors ça gesticule, ça se cherche des pretxtes pour echouer. C’est pas ma faute si on ne les expulse pas viendont ils couiner, c’est l’assemblée qui m’a refusé les moyens...

                                  Un parti aux ordres, un gouvernement de vassaux serviles, des journalistes pom-pom girls et des pretextes deja bien rechauffés...

                                  Ah et en plus on a une gauche qui accepte de servir les alibis de l’echec : que c’est beau !


                                  • CAMBRONNE CAMBRONNE 8 octobre 2007 14:32

                                    EXCELLENT ARTICLE DE LILIAN

                                    Comme d’hab mais avec un gros plus car il met le doigt sur le politiquement correct qui nous tue .

                                    Monsieur ANTOINE

                                    Que vous arrive t’il là soudainement et présentement ? Vous venez d’apprendre que MESSMER était mort ?

                                    Tous ceux qui voulaient cracher sur sa tombe l’ont déja fait alors pourquoi vous et pourquoi aujourd’hui ?

                                    Entre nous MESSMER n’a fait qu’exécuter le ordres de De Gaulle . Il a également renvoyé en Algérie les Harkis .Ce sont les militaires français en désobeissant qui en ont sauvé des milliers

                                    Je n’aime pas MESSMER mais il faut vous adresser au GRAND FAIT TOUT et pas à un subordonné .

                                    Sur ce ami Antoine ne vous énervez pas .

                                    Salut et fraternité .


                                    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 8 octobre 2007 15:02

                                      La position de F. Hollande n’est pas celle que vous dites ; Il a déclaré précisément « Je ne veux pas croire que l’usage du mot détail soit une provocation politicienne dans le but de complaire à l’extrême droite, mais tout au plus une maladresse révélatrice d’une contradiction du gouvernement ».

                                      Soit, effet, il s’agit d’un détail, mais qui soulève tant de protestations légitimes dès lors que contrairement au droit il distingue les enfants biologiques et les enfants adoptés et alors mieux vaut l’abandonner, soit son maintien, dans ces conditions, signifie qu’il est, pour le gouvernement et la majorité UMP, de première importance, et alors on ne peut parler de simple détail, mais bien d’un point central, largement contesté du reste, en leur sein.

                                      Je trouve la position de F.Hollande sur ce point logiquement imparable. Au contraire de celle de NS qui s’est contenté (qui a eu le culot) de dire : que personnellement cet amendement ne le choquait pas, comme si un avis personnel valait argument en politique pour un président de tous les français ! Il fallait le faire...


                                      • Machiavel 8 octobre 2007 15:14

                                        par NPM (IP:xxx.x9.101.4) le 8 octobre 2007 à 13H00 S’imaginer que, parce que fillon ou Lepen parle de « détail », ca va changer quoique ce soi a ce que pense les gens de l’immigration, ca montre à quel point les journaleux et les politique sont coupés de la réalité. Tout le monde s’en fou des chambres à gaz (enfin, a part les fils de collabos), comme d’ailleur tous le monde se fiche de tous les génocides qui ont eu lieu avant ou aprés. Tous ca, c’est la mauvaise conscience de gauche d’avoir soutenue sans pitié pour les victimes tous les cinglés du XXéme siécle..

                                        Il faut en vouloir pour tenir des propos aussi stupides...C’est consternant ! Mon pauvre petit bonhomme !


                                        • NPM 8 octobre 2007 16:48

                                          « Il faut en vouloir pour tenir des propos aussi stupides...C’est consternant ! Mon pauvre petit bonhomme ! »

                                          Je ne vois pas en quoi..

                                          On ne va pas ressasser les crimes des socialistes pendants des siécles, tout de même ! C’est du passé !


                                        • JMJ 8 octobre 2007 16:34

                                          Quelle cacophonie où tout se mélange, entre le fantasme, la démagogie et les risques réels de cette loi ADN.

                                          Un bon digest sonore : http://podcast.blog.lemonde.fr/2007/10/08/juste-un-mot-detail/


                                          • CAMBRONNE CAMBRONNE 8 octobre 2007 17:09

                                            BONSOIR AUX BELLES AMES

                                            Je voudrais demander à Monsieur le prof Reboul s’il sait comment fonctionne l’état civil en Afrique .

                                            Pour éclairer sa lanterne , il n’y en a pas , en tout cas pas selon nos critères . Alors comment savoir qui est l’enfant de qui et comment éviter de laisser entrer n’importe qui sous prétexte de regroupement familial .

                                            En général on ne sait même pas l’age des africains à quelques années près et en cas de décès on n’est pas au courant non plus . c’est assez variable selon les pays et s’il s’agit des villes ou de la campagne(brousse) mais globalement ce que je dis sur ce sujet est parfaitement vérifiable .

                                            Une fois de plus j’admire l’art de se cacher derrière son petit doigt qui est l’apanage de nos belles âmes .

                                            Vive la république quand même .


                                            • Bulgroz 8 octobre 2007 18:19

                                              Cher Cambronne,

                                              Laisse les s’amuser avec leur nonos (l’ADN et le détail), l’important n’est pas l’amendement Mariani mais l’amendement Tabarot sur :

                                              « Les traitements nécessaires à la conduite d’études sur la mesure de la diversité des origines des personnes, de la discrimination et de l’intégration selon les modalités prévues au 9° de l’article 25. Les dispositions relatives au consentement exprès de la personne prévues au 1° ne sont pas applicables. »

                                              Donc t’a bien lu, il n’y a plus besoin de demander à représentant d’une diversité s’il nous autorise à dire qu’il est un représentant de la diversité ou de faire des études sur les amis du représentant de cette diversité.

                                              On pourra faire des comptages et statistiques sur la diversité et dire par exemple combien de prisonniers d’origine islandaise nous avons dans les prisons françaises.

                                              Il y a aussi le droit non opposable au logement pour les clandestins, mais chut !!!

                                              L’ADN est une option offerte aux candidats au regroupement, cette option est exercée à la demande de la mère pour prouver que son enfant qui n’a aucune existence légale (sans papier dans on propre pays) de prouver que c’est bien son enfant. Si cet amendement est retoqué, la mère attendra donc que les autorités du Zambèze veuillent bien lui donner un papier qui n’existe pas.


                                            • CAMBRONNE CAMBRONNE 8 octobre 2007 20:44

                                              SALUT BULGROZ

                                              Merci pour ces précisions intéressantes .

                                              Et fraternité .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès