Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’UDF a-t-elle un avenir ?

L’UDF a-t-elle un avenir ?

Gilles de Robien vient de l’annoncer : « Je viens de créer un cercle appelé Société en mouvement pour mener une réflexion dont manque cruellement notre parti. »

Est-ce le début de la fin pour ce parti politique qui ne compte plus aujourd’hui plus que trente députés à l’Assemblée nationale ?

Retour sur une histoire

Valéry Giscard d’Estaing (auteur de la célèbre phrase : « Les Français aspirent à être gouvernés au centre ») prendra l’initiative de réunir en 1978 des familles de pensées alliant l’humanisme social et européen et des positions de droite ultra libérales.

En mars 1978, aux élections législatives, l’UDF forme le deuxième groupe de l’Assemblée nationale.

Poids des composantes dans les députés UDF :

PR : 53%

CDS : 27%

divers UDF : 12%

Parti radical "valoisien" : 7%

MDSF : 1%

Cette performance va vite tourner au cauchemar, année après année, au gré des désaccords et de la profusion de mouvements ou de groupes de pensée :

10 mai 1981

2e tour de l’élection présidentielle :

48,24% pour Valéry Giscard d’Estaing

5-12 juin 1988

élections législatives.

Certains députés, majoritairement membres du Centre des démocrates sociaux (CDS), forment le groupe dissident de l’Union du centre (UDC).

5 novembre 1995

le Centre des démocrates sociaux (CDS) et le Parti social-démocrate (PSD) fusionnent dans Force démocrate (FD).

24 juin 1997

le Parti républicain (PR) devient Démocratie libérale et s’élargit à une partie du PPDF.

8 avril 1998

exclusion des trois présidents de région UDF élus en mars avec les voix du Front national (FN, extrême-droite).

16 mai 1998

Démocratie libérale quitte l’UDF
- 17 Démocratie libérale favorables au maintien dans l’UDF créent le 17 août un Pôle républicain, indépendant et libéral (PRIL-UDF).

3 avril 2002

Philippe Douste-Blazy, président du groupe UDF de l’Assemblée nationale, annonce la création d’une nouvelle structure chiraquienne, destinée à se transformer en parti chiraquien unique : l’UMP.

16 juin 2002

second tour des élections législatives. 27 élus sous la seule étiquette UDF.

14 juin 2005

François Bayrou suspend Gilles de Robien (ministre de l’Éducation nationale) des instances dirigeantes de l’UDF en raison de sa participation au gouvernement de Dominique de Villepin.

23 novembre 2005

15 députés UDF votent contre l’ensemble du projet de loi de finances pour 2006.

16 mai 2006

11 députés UDF votent la motion de censure déposée par la gauche contre le gouvernement de Dominique de Villepin.

S’il est vrai que dans une démocratie l’abondance de courants de pensée est essentielle, elle trouve ses limites à l’UDF qui, au cours de sa jeune histoire, aura connu départs tonitruants, défections, trahisons et petits meurtres entre amis.

Le choix de François Bayrou et de sa garde rapprochée peut paraître héroïque, mais n’est-il pas l’annonce de la disparition de l’UDF, du moins dans son actuelle configuration ?

Il est clair que l’UMP fera « payer » aux onze élus UDF leur rébellion de mai 2006 en présentant des candidats de poids dans chacune de leurs circonscriptions et en aidant si nécessaire un candidat de gauche.

L’UDF résistera-t-elle aux prochaines législatives de 2007 ? Que restera-t-il du message de François Bayrou après les mesures de rétorsion ?

La dernière déclaration de Gilles de Robien préfigure-t-elle un nouveau et prochain démantèlement des dépouilles de l’UDF ? François Bayrou joue gros, mais n’est-il pas en train de redonner naissance au courant fondateur de son mouvement ?

Dans une époque qui pousse à la bipolarisation de la vie politique, verra-t-on des socialistes modérés se regrouper avec des centristes sociaux ?

Le pari de François Bayrou trouvera-t-il un électorat ? J’en connais beaucoup qui souhaiteraient être plus vieux de quelques mois !!!

Sources

UDF

France politique


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (95 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 23 mai 2006 13:36

    C’est bien beau de critiquer l’absence de démocratie à l’UDF... Sauf que De Robien a voulu s’opposer à Bayrou mais s’est à chaque fois dégonflé devant les sondages. Il s’est désisté d’une candidature d’opposition à Bayrou pour la présidence du mouvement, finalement plebicité à 98%. Il a finalement refusé de présenter une motion contre celle de Bayrou, alors qu’il en avait parfaitement le droit, toujours de crainte de se prendre une taule. De Robien veut ensuite que les Français le respectent et respectent son gouvernement... Mais comment peut-on respecter un individu aussi lâche et mesquin ????


    • Marsupilami (---.---.41.72) 23 mai 2006 14:56

      Ouaf !

      Il est évident que Robien est un sous-marin de l’UMP chargé de torpiller l’UDF. C’est tout.

      Houba houba !


    • (---.---.147.48) 28 mai 2006 11:08

      Bravo, bien dit !


    • simplet simplet 23 mai 2006 15:07

      C’est ce que fait De robien depuis qu’il a re re retourné sa veste et qu’il pactise avec l’UMP... en plus il ne s’en cache pas, donc pas de surprise par rapport à cette actu.. !

      super chouette le nom de son groupe sinon.... si avec çà il sauve pas la France j sais pu...


      • Rage Rage 23 mai 2006 15:27

        Robien est le cheval de troie de l’UMP dans l’UDF. Robien est également un superbe faux ministre UDF au sein de l’hégémonique UMP, ce que l’on peut appeler la face visible de l’UDF au gouvernement sans être un UDF. Robien est un ministre dont les mots courage, responsabilité, actions sont des mots inconnus du dictionnaire.

        C’est bien simple, à chaque fois qu’il parle j’ai envie de le claquer et pourtant j’apprécie les personnes de l’UDF telles que Bayrou ou Morin. Robien est exactement ce type de sous marin, attentiste et vicelard, qui passe son temps à jouer les cases politiques pour ne jamais sauter, mais n’utilise jamais une minute pour sa mission initiale : servir le peuple.

        Mais franchement, qui peut encore apprécier ce type de guignol ?


        • parkway (---.---.18.161) 24 mai 2006 14:52

          absolument d’accord avec toi, Rage !

          De robien proposait encore en fin d’année de remettre en route le canal du rhone au rhin !

          c’est un des projets qui a couté la peau des fesses aux français,et qui a engraissé beaucoup d’architectes et de politiques : il est pas fou De Robmal !


        • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 26 mai 2006 08:13

          Jadis, Robien fut respectable. Aujourd’hui, il s’est tant droitisé et a si mal géré le conflit avec les étudiants qu’il n’apparaît plus que comme un opportuniste.

          Quant à Bayrou, il tente de faire exister le centrisme, qui n’a jamais réellement pesé en France. Mais sa démarche semble vouée à l’échac, tant ses troupes tremblent de contester l’hégémonique UMP et se complaisent dans le rôle d’éternels vassaux. Centristes ? Non, la droite avec un faux nez.


        • virgile (---.---.225.129) 23 mai 2006 15:29

          Je ne sais pas si le parti UDF survivra et j’oserais dire : et Alors ? Ce qui est interressant c’est le courant que veut faire véhiculer François BAYROU, celui de pouvoir travailler ensemble et ce quelques soient les sensibilités, les étiquettes politiques.On ne peut plus continuer à gouverner de cette manière,il faut rassembler tout le monde pour avancer et ne pas faire bloc contre bloc ( UMP contre PS )ou chacun croit détenir le monopole de la vérité.Ca n’a pas de sens d’affronter deux idéologies sur des problémes importants comme l’éducation nationale, le chômage, l’écologie. Certains diront que cette idée de coalition n’a jamais pu voir le jour malgré le soutien de Delors et Rocard donc laissons tomber. Il est vrai que le systéme ETAT UMP / ETAT PS fonctionne à merveille et cela dure depuis 25 ans !! Ca n’a pas marché, on le voit bien, on en voit les fruits, ils sont pourris. Il est temps de constuire une nouvelle manière de diriger le pays, et les français le souhaitent. Il faudra certes un effort de chacun mais je crois que cette coalition est possible ( les citoyens allemands l’ont demandé, ils l’ont eu), à nous de le demander à la prochaine grande échéance ! François BAYROU nous offre ce choix avec courage, acceptons le ! Ce n’est pas la survie d’une parti qui compte, mais la survie de son idée..


          • Aslem Smida 28 mai 2006 12:36

            François Bayrou a de bonnes et vraies idées et son divorce avec l’UMP ne peut que servir la France. Le problème c’est qu’il lui manque du charisme... Et sans charisme son message ne passe pas...


          • gem (---.---.117.250) 23 mai 2006 15:53

            L’article est bien fait mais son sujet est archi-nul : tout le monde se contrefout de ce que peut devenir l’UDF, parti totalement négligeable construit pour et par un gugusse sans idées qui voulait se la jouer perso ! (Je me souviens du commentaire de Bayrou après le référendum européen : on aurait cru qu’il avait appellé à voter non et qu’il avait gagné ! grandiose ...)


            • Voltaire (---.---.65.37) 23 mai 2006 16:24

              L’analyse de Virgile est sans aucun doute la bonne, et l’avenir de l’UDF passe de toute façon largement par celui de son président actuel.

              Historiquement tout d’abord, les partis se créent, notamment à droite et au centre d’ailleurs, par des responsables politiques forts, qui agglomèrent autour de leur personnalité différents courants d’idées. Jaurès, De Gaulle, Chirac ou Giscard par exemple. Cependant, l’UDF a surtout pris corps autour de l’idéal européen, Giscard n’ayant pas la même personnalité charismatique que les autres leaders, et l’électorat centriste au sens large étant plutôt composé d’intellectuels séduits par des idées plutôt que par des hommes.

              La personnalité atypique de Bayrou dans le paysage politique actuel pourrait néanmoins servir de révélateur pour nombre d’électeurs sociaux démocrates pro-européens insatisfaits.

              Il faut aussi se souvenir que Bayrou et l’UDF sont des survivants. Avoir survécu à l’OPA manquée de l’UMP en 2002, alors que le parti unique était dans les tuyaux, et que l’absence de duel droite-gauche privait Bayrou et l’UDF de toute monnaie d’échange électorale représente un véritable exploit, quand on peut imaginer les pressions qui ont du peser sur les candidats UDF... Les élus UDF survivants sont donc largement vaccinés, et les résultats des élections régionales et européennes de 2004 leurs ont donné raison, avec un score autour de 12% dans un paysage éclaté où UMP et PS ne dépassaient guère les 20%.

              A l’heure où le PS doit tenir un discours de gauche marqué pour conserver son électorat de base, et où l’UMP de Sarkozy mords sur les plates-bandes de l’extrême droite, l’UDF conserve un fort attrait pour une part non négligeable de l’électorat modéré. Cet UDF correspond en effet à une attente et à un électorat qui ne se reconnaît pas dans les grands partis ennemis UMP-PS.

              La fusion RPR-ex-UDF a en effet échouée, la composante centriste s’étant diluée dans un mouvement qui est d’abord fondé sur l’admiration pour un chef (De Gaulle, Chirac puis Sarkozy) sans pour autant l’influencer (seul Borloo continue d’émerger) tandis que l’UDF rassemblait surtout sur ses idées des sympathisants qui n’ont pas suivits les élus transfuges. Quant au PS, il n’a pas réussi sa transformation en parti social-démocrate que prônait Rocard, Delors ou Kouchner.

              La question de la survie de l’UDF aurait pu se poser si les élections législatives s’étaient déroulées avant les présidentielles, avec une forte pression de l’UMP sur les candidats UDF (il faut néanmoins noter les bons scores UDF dans un certain nombre de législatives partielles).

              Avec la présidentielle arrivant en premier, tout va dépendre du score de son leader : au dessus de 10% et l’UDF restera incontournable, et pourrait même se renforcer considérablement si le duel UMP-PS est serré et que l’image d’indépendance honnête de Bayrou continue de fédérer des français lassés des petites querelles entre amis. Moins de 7-8 % et, effectivement, l’avenir sera sombre, avec un grand vide pour un bon tiers d’électeurs français privé d’offre politique satisfaisante.


              • Voltaire (---.---.65.37) 23 mai 2006 16:37

                Pour compléter ces remarques, il convient de ne pas attacher trop d’importance à l’épiphénomène de Robien. Celui-ci « pèse » environ le même poids au sein de l’UDF actuelle que Nicolas Dupont-Aignan à l’UMP. Certes, ce dernier ne dispose pas de la même audience médiatique que le ministre soutenu par ses amis de l’UMP officielle, mais l’immense majorité de l’UDF soutien son président, jusqu’ici faute de solution de rechange, et depuis le vote de la censure par fierté intellectuelle. De Robien restera une épine dans le pieds monté en exergue par quelques média, mais il est peu probable que les électeurs soient dupes ; même si un nombre non négligeable d’élus et sympathisants UDF traditionnels ne voient pas d’un bon oeil des relation distandues avec leur partenaire de droite habituel, l’électorat et les nouveaux adhérents de l’UDF devraient soutenir la ligne Bayrou, tout comme ceux-ci ont placés Sarkozy en position intouchable au sein de l’UMP face à la vielle garde chiraquienne.


              • flying dutchman (---.---.193.21) 23 mai 2006 17:35

                J espere vivement que l UDF a un avenir politique. A tout le moins j ai eu l occasion d ecouter F. BAYROU qui n hesite pas a dire qu a gauche comme a droite il y a de bonnes idees a prendre et qu il se sent pret a travailler avec les gens de bonnes volonte. Ma foi un discours inhabituel chez un politique, meme si d aucun pourrait penser qu il frise la demagogie. Il a au moins le merite de ne pas avoir qu un discours securitaire comme le petit nicolas et d etre beaucoup plus clair que tout ce que propose la gauche aujourd hui.


                • parkway (---.---.18.161) 24 mai 2006 14:47

                  a flying dutchmann !

                  OUi, mais,

                  et le traité sur l’europe ? c’est pas ça le plus important ?

                  Que l’UDF dise que l’UMP sont des jean-foutre à 90%, tout le monde est bien d’accord, mais le vote de 55% des français le 29/5/2005, c’est quoi pour eux ?

                  Je ne vais pas voter pour des gens qui n’en tiennent pas compte !

                  55% ont dit non aux PS, à l’UDF et à l’UMP, c’est pas rien ça !!!


                • Anthony Meilland Anthony Meilland 24 mai 2006 14:59

                  « Que l’UDF dise que l’UMP sont des jean-foutre à 90%, tout le monde est bien d’accord, mais le vote de 55% des français le 29/5/2005, c’est quoi pour eux ? »

                  Voilà comment décomposer les 55% de non aux TCE :

                  - 20pts d’extrême droite (FN,MPF)
                  - 15pts d’extrême gauche (LO,LCR,PC)
                  - 15pts gauche modérée (PS+Vert tendance Fabius-Emanuelli)
                  - 5pts Droite modérée (UMP tendance vieille france)

                  Vous faites quoi avec ça, un nouveau parti ???

                  « Je ne vais pas voter pour des gens qui n’en tiennent pas compte ! »
                  - Il te faut voter MPF, FN, LO, LCR ou Bové. Cool !!


                • nono (---.---.94.25) 23 mai 2006 19:12

                  Le probleme c’est que bayrou manque de carrisme.

                  Et que les positions du centre ne sont pas claire et je trouve que l’udf n’a pas tellement acces aux médias a part quand y’a un clash avec l’ump...

                  Notamment si on voit L’accés exagere que bénéficit l’extreme gauche, (LCR, LO, partie communiste) et je ne parle même pas de la banalisation de l’extreme gauche en France qui est honteuse... faut pas s’etonner que la France a du mal a s’adapter a la mondialisation...

                  Il est clair que je prefererais voir l’udf redevenir la 2em force politique en france... et l’ump la premiere. ce serait un signe qu’enfin la france est prete a conduire ces reformes pour retrouver sa place dans une economie mondialisé et aurais fini avec les utopies de la gauche qui ne sont pas compatible avec notre époque.


                  • www.jean-brice.fr (---.---.129.174) 23 mai 2006 20:43

                    Dans la Vème République, le centre n’existe pas : le vrai centre est le Président de la République. M. BAYROU perd son temps à convaincre les électeurs ; à part cela, ce n’est pas un méchant homme ...


                    • Cqgl (---.---.225.71) 24 mai 2006 01:02

                      Bon résumé Jean-Brice, de plus pour qu’elle fonctionne cette cinquième il lui faut deux partis importants à droite et idem à gauche, le centre pouvant servir de pivot. Or à gauche on a le PS et un émiettement de petits partis, depuis la chute du PC, et à droite les deux partis d’importance sont l’UMP et le FN.

                      Comprenne qui pourra...

                      @Jean Claude BENARD :« en aidant si nécessaire un candidat de gauche »

                      rien n’est moin sur car si le président est de gauche ou d’extrème droite ce serait une grave erreur si il est de droite « modérée » il aura bénéficié des voix UDF au second tour. Dans une autre hypothése, qui semble séduisante à plusieurs, d’une aliance réussie centre droit et gauche plurielle alors ; oui l’UMP ferait forcement barrage. Mais cette hypothèse me semble peut réaliste car pour le PS s’alier avec l’UMP pour récolter quelques % (2 ?) de l’éléctorat que Bayrou aracherait à droite reviendrait à perdre combien de % à gauche ? De plus qui suivrait chez les écolos et au PC ? Il faudrait que bayrou fasse un sérieux virage à gauche et au minimum ressorte son bus au colza !

                      Le plus probable est une recomposition à gauche autour des idée altermondialistes et antilibérales qui séduisent de plus en plus de monde, c’est plutôt Beauvais que Bayrou qui sera dragué.

                      Bayrou est de droite comme il l’a toujours été ce n’est pas ces quelque gesticulations pré-électorales, qui ne visent qu’à se singulariser pour peser sur les deux élections et pourquoi pas un poste dans le gouvernement Sarko, qui le place en déhors des clivages, ne révons pas.

                      Gilles de Robien que j’ai désigné comme un sous-marin saboteur suite à l’article partisant de Stephane Rossard, est un homme politique reconnu, pour plusieurs lois (libérales), et en l’occurence il joue plus sa carte personnelle d’homme de droite UDF que directement celle d’un agent UMP (parti qu’il aurait pu rejoindre comme Douste blabla, Borlo et consors à l’appel de crane d’oeuf ’lemeilleurd’entrenous’). Si il joue le jeu UMP c’est juste de circonstance et parce-qu’il se situe à droite, à coté de l’UMP comme cela s’est toujours pratiqué à droite (UDF, RPR, même combat).

                      Bayrou, lui, n’a pas supporté la vampirisation organisé de l’UDF et l’idée d’un seul partis à droite. Depuis sans renouer d’aliance à droite, sans en nouer à gauche (il est de droite comme ses élécteurs...) il cherche la troisième voie et du coup l’UDF n’est ni à gauche, ni à droite ni ...

                      au centre...

                      L’UDF est exactement situé là ou se situe François Bayrou, Dieu seul sait où.

                      Pour ma part je suis pret à voter pour lui, mais pas avant le troisième tour !

                       smiley


                    • Jean Guyer (---.---.51.131) 23 mai 2006 23:21

                      Je pense aussi que Bayrou est le seul à pouvoir sauver l’UDF, il a les capacités pour réussir. Il est loin d’avoir aucun charisme. Il a une vision intéressante, et pourra compter sur ma voix en 2007.

                      Ce qui manque justement à cette article , c’est ce que propose Bayrou pour l’avenir de l’UDF. Parce que l’UDF , ce n’est pas juste « la motion de censure »


                      • www.jean-brice.fr (---.---.159.227) 24 mai 2006 09:33

                        Comme je l’ai dit plus haut, le centre est LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : les Français veulent un MONARQUE REPUBLIQUAIN où la question de LEGITIMITE A UNE IMPORTANCE PRIMORDIALE, ce qui n’est pas le cas actuellement. Pour en savoir plus, allez sur le site www.jean-brice.fr. Le grand acquis de la Révolution de 1789 est la SUPPRESSION DU PRIVILEGE DE LA NAISSANCE, du moins en théorie ...


                        • CAMBRONNE (---.---.106.17) 24 mai 2006 13:00

                          Non l’UDF n’a pas d’avenir . Que deviendrait la lune si elle décidait de se séparer de la terre ? Imaginez ! cela ne fera pas de mal à certains ! Désintégration dans l’espace sidéral ! Je répete pour la centième fois que les trois quarts des députés UDF ont été élus par désistement d’un UMP moins bien placé . Secundo , les électeurs qui ont reporté leur voix sur un UDF n’avaient pas en tête que celui ci allait signer une motion de censure avec les socialistes .

                          Bayrou qui se prétend honnête ne respecte pas le contrât .

                          Devinez ce qui va se passer aux prochaines législatives pour l’UDF . Ce n’est pas du jeux politique malsain , c’est la constitution et le scrutin majoritaire à deux tours qui veulent cela . Cela vaut largement les petites magouilles engendrées par le système proportionnel . Voir l’Italie .Car les arrangements se font aprés les élections , entre amis . Avec le système actuel l’électeur peut reporter sa voix ou non .

                          L’ayant déja fait pour un UDF ou un UDR je vous jure que je réfléchirai à deux fois si Monsieur BAYROU continue sa politique du : je suis un pied dedans et un pied dehors .

                          Puisqu’on parle de constitution , ayant bien rigolé sous la quatrième république je trouve que le meilleur cadeau de DE Gaulle à la France c’est justement sa constitution .

                          Maintenant ce sont les hommes qui l’appliquent . Mitterand , le premier a bien compris qu’on pouvait tricher avec son esprit . Chirac de même .

                          Apliquons la constitution dans son esprit : Le président est l’émanation de la volonté du peuple et c’est lui le vrai chef et le vrai responsable . Vingt six ans de déviations cela suffit .


                          • Anthony Meilland Anthony Meilland 24 mai 2006 13:09

                            « Que deviendrait la lune si elle décidait de se séparer de la terre ? »
                            - Elle tournerait autour du soleil.


                          • CAMBRONNE (---.---.192.15) 24 mai 2006 14:26

                            @Anthony Meilland

                            Si vous le dites ! Après tout vous êtes le spécialiste en la matière . Pauvre ignorant que je suis , je pense que dénuée d’atmosphère , la lune aurait chaud au cul . C’est ce que j’envisage exactement pour l’UDF !

                            Menfin , que vous a fait Bayrou pour susciter tant d’amitié . Il est , je crois , comparable à Mendés france , n’ayant exercé que trés peu de temps des responsabilités , il donne l’illusion d’être meilleur que les autres . Je peux vous dire tout ce qui ne va pas dans le pays sans pour autant être capable de changer le cours des choses et je n’ai jamais songé à me présenter aux présidentielles.

                            Sapiens cum libro asinus in prato !


                          • Stephane Klein (---.---.101.8) 24 mai 2006 14:31

                            « L’UDF est exactement situé là ou se situe François Bayrou, Dieu seul sait où. »

                            C’est tres vrai, je crains seulement que lorsque le parti aura un programme, il ne soit mauvais, voire au mieux timore.

                            Bien sur que l’UDF a un avenir, surtout si Segolene ne passe pas au primaire du PS, il y aura alors un boulevard tendu a l’alliance centre-droite centre-gauche puisque le PS sombrera une fois de plus dans ses anciens demons du ’grand virage a gauche’.

                            Meme sans cela, l’UDF a un avenir en attirant les revenus du socialisme et desireux d’une approche a la fois liberale et sociale de l’economie et de la societe mais qui se sentent repousse par la personnalite de Sarkhozy.

                            On en revient chaque fois a la meme problematique : avoir une programme courageux et une approche intelligente pour y faire adherer.


                            • Stephane Klein (---.---.101.8) 24 mai 2006 15:03

                              Quant aux commentaires sur de Robien, ils sont assez indigents sur ce fil.

                              La scission de l’UDF a eu au moins deux points positifs :
                              - homogeneiser l’UDF qui etait initialement composee de courant sans autre point commun que de ne pas appartenir au RPR.
                              - donner ainsi l’image d’un parti definitivement non infeode a l’UMP alors que cela pouvait preter a confusion avant.

                              Par contre avant de commenter, il convient de se renseigner un minimum : lors des dernieres election departementales, la federation de Paris a ete formee avec une majorite du mouvement officiel mais le mouvement dissident (proche de Robien mais pas officiellememnt, comprenne qui pourra...) a obtenu 30% et ce sans aucun soutien mediatique de l’appareil du parti devoue a Bayrou. Il serait bon que la direction n’occulte pas cette expression de democratie.

                              L’UDF reste donc bien un parti de centre-droit a qui l’aurait oublie trop vite.

                              Je regrette par contre le manque de democratie de la part du mouvement principal et le manque de clarte de la part des courants contestataires.


                            • parkway (---.---.18.161) 24 mai 2006 15:02

                              Vous oubliez une date, la plus importante, le 29/5/2005 quand les français ont voté à 55% contre le traité Giscard, et qu’ils se sont fait traité d’imbéciles par une grosse majorité de politiques, dont l’UDF.

                              Depuis, peu de politiques en parlent ! et encore moins de journalistes télévisuels !

                              c’est pourtant ceux qui vont remettre les pîeds dans le plat en 2007 qui risquent d’être élus !!!

                              moi je crois que c’est cuit pour l’UDF !


                              • FLYINGDUTCHMAN (---.---.193.21) 24 mai 2006 15:11

                                Pas de CHARISME ???

                                faites moi rever et dites-moi quel est l homme politique aujourd hui qui presente une once de charisme ??? Le dernier vrai tribun reste, desole d en heurter certains, JMLP, mais n allez pas faire d association trop rapide comme souvent : flyingdutchamn = JMLP. Que nenni braves gens, mais j attend votre reponse, si possible...

                                Autre point sur la motion de censure, a mettre au compte de ma naivete...Mais pourquoi finalement les deputes sarkozystes ne l ont pas votee...arf.arf.arf je me gausse...

                                Quant a ceux qui se targuent de tout savoir et de pouvoir dire tout ce qui ne va pas dans notre beau pays, je serai ravi qu ils partagent au moins leurs infos si ce n est leurs sources...

                                Le President, l emanation de la volonte populaire... surtout CHICHI en 2002...il y a bien longtemps que les politiques s assoient sur la volonte populaire, sauf pour se faire elire. Un type qui se prend 82%, qui se ramasse ensuite veste sur veste, cantonales, regionales, europeennes, referendum, qui devait reduire la fracture sociale, qui est a l origine de la perte d influence de la France un peu partout dans le monde...et qui garde la meme ligne de conduite...


                                • Jojo2 (---.---.156.221) 24 mai 2006 22:30

                                  Le baveux borgne, détrousseur de veuves éplorées ? du charisme ?

                                  ROTFLMAO

                                  Il a adhéré les nostalgiques antisémites et croix de feu grâce à de jeux de mots douteux...

                                  Rappelons :

                                  * Janvier 1960 : condamné pour des menaces de mort proférées à l’encontre d’un commissaire de police. * 27 avril 1964 : condamné pour coups et blessures volontaires. * 16 janvier 1969 : condamné à trois mois de prison avec sursis et 20 000 F de dommages et intérêts pour coups et blessures volontaires par le Tribunal de grande instance de Paris. * 14 janvier 1971 : reconnu coupable par la Cour de cassation d’« apologie de crime de guerre ». La pochette d’un disque édité par la Serp affirmait : « La montée vers le pouvoir d’Adolf Hitler et du Parti national-socialiste fut caractérisée par un puissant mouvement de masse, somme toute populaire et démocratique, puisqu’il triompha à la suite de consultations électorales régulières, circonstance généralement oubliée. » * 11 mars 1986 : condamné au franc symbolique pour « antisémitisme insidieux » (peine confirmée en appel le 9 juillet). Jean-Marie Le Pen s’en était violemment pris à des journalistes juifs ou d’ascendance juive : « Je dédie votre accueil à Jean-François Kahn, à Jean Daniel, à Yvan Levaï, à Elkabbach, à tous les menteurs de la presse de ce pays. Ces gens-là sont la honte de leur profession. Monsieur Lustiger me pardonnera ce moment de colère, puisque même Jésus le connut lorsqu’il chassa les marchands du temple, ce que nous allons faire pour notre pays. » Et il leur accordait comme circonstance atténuante de n’avoir « appris le français que récemment ». * 27 mars 1986 : reconnu coupable d’apologie de crimes de guerre dont la déportation pour l’édition d’un disque sur lequel on peut entendre « un hymne du parti nazi » et « Vive Hitler ». * 16 novembre 1987 : condamné à 3 000 F d’amende et 8 000 F de dommages et intérêts à verser au Mrap pour « provocation à la haine, la discrimination et la violence raciale » par le Tribunal de Paris à la suite de la distribution d’un tract lors des élections municipales de 1983. Condamné lors du même procès à 5 000 F d’amende pour « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale » pour ses propos lors d’une l’émission du 14 février 1984, selon lesquels « le monde islamo-arabe » constituerait un « danger mortel ». Peines confirmées par la Cour d’appel de Paris le 29 mars 1989. * 23 mai 1991 : condamné par la Cour d’appel de Lyon pour « utilisation du terme SIDA pour stigmatiser l’immigration qui représenterait un danger aussi grave que la maladie porte une atteinte intolérable à la dignité des malades, qui ont droit au respect et à la solidarité et également une atteinte intolérable à la dignité des populations immigrées ». * 18 décembre 1991 : condamné par la Cour d’appel de Versailles pour « banalisation de crimes contre l’humanité » et « consentement à l’horrible » pour avoir déclaré : « Je me pose un certain nombre de questions. Je ne dis pas que les chambres à gaz n’ont pas existé. Je n’ai pas pu moi-même en voir. Je n’ai pas étudié la question. Mais je crois que c’est un point de détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. [...] Si, c’est un point de détail ! Voulez-vous me dire que c’est une vérité révélée à laquelle tout le monde doit croire, que c’est une obligation morale ? Je dis qu’il y a des historiens qui débattent de ces questions. » * 3 juin 1993 : condamné à 10 000 francs (1 524 euros) d’amende par la Cour d’appel de Paris pour son « Durafour-crématoire » (prononcé après l’appel de Michel Durafour à « exterminer le Front national ») « injure publique » au ministre de la Fonction publique de l’époque, Michel Durafour. Le 7 décembre de la même année, la Cour de cassation a rejeté son pourvoi. * 8 novembre 1995 : condamné à un redressement de 1,4 millions de francs (213428 euros) pour « oublis de plus-value boursière et sous-estimation de loyer ». * 15 novembre 1996 : condamné pour « atteinte gravement portée à un magistrat ». * 6 janvier 1997 : condamné à 6 000 F d’amende par le Tribunal de Strasbourg pour avoir qualifié l’association Ras l’front de « mouvement de tueurs de flics ». * 4 juillet 1997 : condamné par le Tribunal de Paris pour propos racistes. * 26 décembre 1997 : condamné à 300 000 F de consignation pour diffusion du jugement dans des journaux, à un franc symbolique de dommages et intérêts à onze associations plaignantes et à payer leurs frais de justice par le Tribunal de Nanterre pour « banalisation de crimes contre l’humanité, consentement à l’horrible », pour avoir dit que « dans un livre de mille pages sur la Seconde Guerre mondiale, les camps de concentration occupent deux pages et les chambres à gaz dix à quinze lignes, ce qui s’appelle un détail ». * 2 avril 1998 : condamné à deux ans d’inéligibilité (réduits à un an par la cour d’appel, qui ajoute 8 000 F d’amende) et trois mois de prison avec sursis par le Tribunal correctionnel de Versailles pour « violences en réunion » et « injures publiques » (faits requalifiés par la cour d’appel en « violences sur personne dépositaire de l’autorité publique dans l’exercice de ses fonctions ») pour avoir agressé la maire et candidate socialiste Annette Peulvast-Bergeal (qui portait son écharpe d’élue) lors des législatives de 1997. * 9 septembre 1998 : condamné au franc symbolique pour avoir présenté une tête en carton à l’effigie de Catherine Trautmann lors d’un meeting du Front national en 1997. * 10 septembre 1999 : La Cour d’appel de Versailles considère que la réitération des propos pour lesquels il a déjà été condamné, (« le point de détail », NDLR) sur le fondement de l’article 1382 du Code civil (responsabilité délictuelle), caractérise le trouble illicite et confirme le jugement de première instance. (MRAP, avril 2002) * 10 juin 1999 : condamné à 12 000 DM (environ 6 000 €) d’amende par le tribunal d’instance de Munich pour incitation à la haine raciale et apologie de crime de guerre. (« le point de détail », NDLR) (MRAP, avril 2002) * 2 avril 2004 : Le tribunal correctionnel de Paris a condamné Jean-Marie Le Pen à 10 000 euros d’amende pour provocation à la haine raciale, en raison de propos tenus l’an dernier dans une interview au quotidien Le Monde. Jean-Marie Le Pen devra également verser 5 000 euros de dommages et intérêts à la Ligue des droits de l’homme et la même somme à la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), qui étaient parties civiles. Décision qui sera confirmée le 11 mai 2006 par la chambre criminelle de la cour de cassation.

                                  ET MON PREFERE

                                  « Les femmes maghrébines sont en rut, enfin en action, c’est la même chose » (Jean-Marie Le Pen, discours du 8 juin 1984)


                                • perlin (---.---.219.115) 26 mai 2006 02:59

                                  Ben dis donc Jojo2 !!!

                                  Vous faites quoi dans la vie pour avoir le temps de collectionner toutes ces vilennies ?

                                  Le biographe de Le Pen vient de perdre son boulot, il n’a plus qu’à vous contacter pour vous confier la sous-traitance de l’oeuvre.

                                  Blague dans le coin, chapeau !


                                • flyingdutchman (---.---.193.21) 25 mai 2006 09:31

                                  le vrai sujet de ce forum est : l UDF a t elle un avenir, et non le passe de JMLP, dont a aucun moment je n ai vante les merites, hormis de dite que c est (c etait ?) un des derniers vrai tribun, de ceux qui savent captiver un auditoire... refaire ici la liste de ses proces perdus, en omettant ceux qu il a gagne est une attitude partisane. mais si ca gratte quelque part c est bien la preuve que tout le monde s accorde a reconnaitre que la bete a fait son nid... Revenons en plutot a notre ami F.BAYROU et parions sur l avenir...apres tout bien des gens ont cru en 1981 aux lendemains qui chantent (moi le premier !). Je ne pretends pas qu il passera le 1er tour, mais je m attends davantage a un score significatif qui assoiera la presence politique de l UDF dans le paysage, et qui donnera aux electeurs le vrai 3eme choix.


                                  • Rage Rage 25 mai 2006 11:29

                                    Pour Jean Brice : Vraiment, vous vivez sur quelle planète ? Une monarchie républicaine ? Ah nan, sans façon, ce n’est pas moi qui irait prendre le caca d’un monarque pour de la grâce divine. Vous avez donc le droit de vous taire, à jamais si possible.

                                    Pour flying dutchman : Je partage l’avis que le dernier vrai orateur était JMLP, non pas que je partage ses avis loin de là, mais tout simplement parce qu’il a le talent de percussion et de précision. C’est d’ailleurs bien pour cela que Chirac s’est gardé de l’affronter en duel sur un plateau, même avec en théorie 82% de vote pour la république et contre JMLP (soit 18% de dur quand même, soit 1 fr sur 5 !). Ce que je veux dire, c’est que quand on a des couilles et que l’on défend la république, on DOIT affronter l’ennemi en face. Le problème, c’est qu’au « centre du monde de jean brice » on a un gros tocard, un de plus.

                                    Pour tous les autres : Bayrou est sans doute beaucoup plus sain et couillu que 99% de l’assemblée, à savoir qu’il n’a pas flanché face à l’UMP, qu’il a laissé ses députés faire le choix de leur vote et qu’enfin il n’a pas suivi comme un mouton bien au chaud jusqu’en 2007 dans la majorité la motion de censure générale envers la pensée alternative. Coluche le disait déjà, et cela n’a pas changé depuis, ce pays binaire et bipolarisé muselle 50% de bulletins blancs+ vote par défaut par PEUR de perdre le pouvoir.

                                    Mais que propose gauche et droite si ce n’est RIEN de concret et de valable pour les citoyens depuis près de 40ans ?

                                    Alors ouais, allez donc voter UMP et nous vivrons dans notre bulle de vieux grincheux recroquevillés sur eux-mêmes par peur d’affronter la réalité en face : Le monde change, et nous refusons d’adapter notre système à ces changements, en prenant ce que ceux ci peuvent apporter de bon, et en se protégeant de ce qu’ils peuvent générer comme inégalités.

                                    Bonsoir.


                                    • www.jean-brice.fr (---.---.45.93) 25 mai 2006 18:07

                                      Aussi incroyable que cela paraisse, c’est ce que veulent les Français : DE GAULLE l’avait PARFAITEMEMENT COMPRIS, LES FRANCAIS VEULENT UN RESPONSABLE ... Comme je l’ai dit la Révolution de 1789 était essentiellement axée contre LE PRIVILEGE DE LA NAISSANCE !!!


                                    • c.ki.lui (---.---.133.123) 27 mai 2006 12:26

                                      L’UDF a un avenir si elle continue à être originale. Les Français en ont assez d’être pris pour des cons par une gauche et une droite dogmatiques, menteuses et froussardes. L’UDF doit miser sur sa vision européenne, sa volonté de réformer les institutions et sa capacité à mobiliser .... la société civile à l’image de ce jeune chef d’entreprise, Aziz SENNI, venu lors du congrès de Lyon soutenir le mouvement. L’avenir n’est plus à la politique professionnelle formatée, c’est la fin de l’ENAchie : l’UDF doit se distinguer comme cela. L’UDF doit aussi prendre en compte la dimension marketing de son message. Le discours et les idées sont bonnes, progressistes mais ... peu ou pas entendues ! Pourquoi ? MARKETING et COMMUNICATION.

                                      Je suis de ceux qui voteront pour le pragmatisme donc pour l’UDF


                                      • journalistenormand (---.---.80.9) 27 mai 2006 20:34

                                        La question est très bonne. Malgré l’écartement entre Robien et Bayrou, je crois que l’UDF a plutôt de beaux jours devant lui. Bayrou est entrain de séduire beaucoup de sympathisants de gauche parce qu’il semble avoir un discours plus cohérent que la plupart des dinosaures du PS. Belle manœuvre de Bayrou ? Réel resserement vers le centre de l’UDF ? On verra dans un an.


                                        • l’info-macroscope (---.---.116.34) 29 mai 2006 11:56

                                          A propos de l’UDF et son avenir.

                                          Je suis membre de l’UMP,de son Conseil National et dans la sensibilité des Gaulistes de Gauche, une raison qui me pousse à créer un Forum Numérique de la Gauche Gaulli ste qui, au-delà de se démarquer du fatalisme ambiant de la candidature unique de celui qui n’a que le seul mandat de conduire l’UMP de façon dynamique en appui du gouverne ment et du Président de la République, mandat aujourd’hui détourné de ses objectifs politiques de moteur de la majo rité Présidentielle et dont l’unilatélarisme n’a pu que for cer François BAYROU et l’UDF à prendre de plus en plus de distance facilité en celà par un style gouvernemental de gouvernance pour le moins original et atypique dans une ré publique qui devrait se respecter, il apparait nécessaire de prendre en compte l’intèrêt des Electeurs et électrices pour une UDF qui a le sens des responsabilités politiques et peut-être est le lieu d’une nouvelle intuition citoyen ne susceptible de permettre à la classe politique de renou er le dialogue avec les habitants de« ce cher & vieux Pays »

                                          Aujourd’hui la Direction de l’UMP, même si le Programme pose de vraies questions, impose un mode de gouvernance po litique de type néo-stalinien puisant sa nouvelle méthode auprès de conseillers déclinilogues qui ne se cachent pas de vouloir livrer le TGV UMP aux intèrêts financialistes lesz plus conservateurs, qui fantasment sans réserve sur la fatalité de traitement de choc « REAGANIEN, voir TATCHE RIEN » pour l’Economie Politique Française en EUROPE avec des régressions sociales qui ne correspondent pas à nos moeurs. L’UMP n’appartient à personne d’autre qu’à ses militants et ceux et celles qui partagent ses valeurs, et parmi celles-ci figure le Contrat Social d’une Economie Mixte de Participation où l’Etat est garant de l’équité républicaine surtout dans les temps où la solidarité nationale se trouve à un niveau inégalé et qui exige de redoubler d’efforts fa ce aux dégats causés par certaines incompétences notoires de Management Public & Privé.

                                          L’UMP à la base reste attentive à renforcer ses liens avec l’UDF et retrouver les bases du Dialogue dès mainte nant avant les calculs de stratégies politiciennes,mais malheureusement la Direction de l’UMP et son Président semblent tellement possèder la vérité des Dieux que cela nous rappele la trajectoire de sinistre mémoire d’un Jac ques DORIOT,qui entouré de gens de bonne foi, n’avait pas hésité à s’asseoir sur les valeurs qui fondaient sa vie politique et aller chercher l’extrême droite pour assouvir ses ambitions dont on sait comment elles se sont terminées

                                          Dans la culture dramaturgique, Bertold BRECHT, qui pen sait à quelqu’un de plus nuisible et dangereux a décrit ce phénomène dans« LA RESISTIBLE ASCENSION D’ARTURO UI » merveil leusement interprétée par Guy BEDOS ces dernières années.

                                          La Démocratie restera le moins mauvais des systèmes.

                                          L’UDF restera une assurance vers des dérives hasardeuse

                                          A bon lecteur, salut !


                                          • Pierre (---.---.243.28) 29 mai 2006 19:24

                                            La vraie différence de fond entre de Robien et François Bayrou, c’est que Francçois Bayrou a compris depuis 2003 ce qui se passe en France... 97 : la dissolution « ratée ». 21 Avril 2002 : Le Pen au second tour. 2003 : grèves gigantesques. Avril 2004 : 20 régions sur 21 pour les socialistes. Mai 2005 : la France vote NON et met en panne l’Europe. Novembre 2005 : les banlieues en feu. Et le CPE... Et Clearstream... Sarko et Villepin qui se déchirent... Et l’amnistie de Guy Drut...

                                            On peut prendre ces événements les uns à part des autres... On peut ne pas voir, on peut se dire à chaque fois qu’il y a des raisons conjoncturelles...

                                            La réalité c’est que la France est à plat, éreintée par 25 ans d’alternances Droite / Gauche et autant d’espoirs décus.

                                            Bayrou est un élu de terrain, il a vu ce qui se passe. Il a commencé à en tirer les leçons en 2003. Depuis il propose une autre voie, une autre façon de faire de la politique. On peut la critiquer, on peut dire que le Projet UDF n’est pas encore rendu public, on peut regretter que Bayrou ne soit pas un surexcité comme Sarko... Mais une chose est certaine : le SEUL à faire BOUGER les LIGNES, le SEUL à tenir compte de la situation réelle de la France, c’est BAYROU.

                                            Quant aux calculs qui consistent à dire « Les UDF ont été élus avec les voix de l’UMP », c’est oublier qu’à l’époque, 200 députés ont été élus en tant que membres de l’UDF, l’UMP n’étant qu’une étiquette de majorité Présidentielle. C’est APRES qu’ils ont quitté l’UDF pour créer, avec les élus RPR, le parti UMP. Depuis, l’UDF est devenu un autre parti. Je ne suis pas sûr que l’UDF va réussir en 2007. Mais c’est une bonne chose de prendre des risques pour défendre ses valeurs, au lieu de faire des calculs politiciens. Les Français trancheront.


                                            • Le Goff Le Goff 1er juin 2006 22:11

                                              Oui je réponds OUI, l’UDF à un avenir ! pour une fois qu’un politique pense à l’avenir des Français : « Nous ne vivons pas seulement une crise politique, c’est plus grave que cela, c’est une crise morale. Et cette crise ne peut pas durer plus longtemps sans dommages. »

                                              Quelles sont les grandes mesures que vous prendriez si vous étiez élu président de la République ?

                                              réponse de François Bayrou :

                                              Je veux que le peuple français se reforme, se rassemble. Un service civil universel, garçons et filles, d’une durée de six mois, permettra de refaire le creuset républicain et d’assumer des tâches de cohésion sociale. Le principe d’activité universelle conduira à offrir à tout titulaire des minima sociaux (sauf ceux qui souffrent d’un handicap) une tâche d’intérêt collectif qui lui permettra d’arrondir ses fins de mois et de se reconstruire en étant reconnu dans la société. En matière économique et sociale, la question des charges sur l’emploi bloque des créations nécessaires. Je proposerai, en urgence, que deux emplois sans charges puissent être créés par entreprise (c’est beaucoup pour les petites, presque rien pour les grandes). Et j’ouvrirai ensuite la grande réflexion sur l’assiette des charges. Rendons à la société sa place dans la préparation du futur. Dans tous les grands pays du monde, la société, par l’intermédiaire des syndicats et des associations, tient une place essentielle. Le problème principal qui se pose à nous en terme économique et social est l’incroyable et perpétuel changement de nos normes, de nos lois et de nos décrets. Nous avons enfin un problème de finances publiques. Je propose que l’on inscrive dans la Constitution l’interdiction de présenter des budgets en déséquilibre de fonctionnement. Il est scandaleux de faire payer aux générations futures nos dettes. Il nous faudra baisser notre dépense publique d’environ 1 % du PIB.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès