Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’urgence sociale avant tout !

L’urgence sociale avant tout !

J'aurais préféré ne pas écrire ce texte....

L'histoire est véridique, cela se passe dans un département et mon correspondant et ami, militant associatif comme moi m'a demandé un coup de main que je lui donne naturellement....sachant que c'est nécessaire et qu'à son tour il m'aiderait si j'en avais besoin...

Je sais, ce n'est pas de la haute politique mais je le mets dans cette rubrique car la politique, c'est cela aussi imbriqué dans le social.

Il y a tant à faire.....

 

PNGCertains jugements « moraux » m'irritent au plus haut point comme celui ci :

« C'est de leur faute, on ne peut rien faire »

Une famille, comme beaucoup d'autres, a été expulsée , de son appartement dans une ville. Cette famille est composée de quatre personnes : de la mère et de ses trois enfants. Le père, lui, séparé de sa compagne vit dans une autre localité.

Les services sociaux connaissent cette dame, elle oublie de venir aux rendez vous qui lui sont donnés et ne sait pas gérer son budget alors qu'elle a un CDI.....

Quelque peu déroutée et même désespérée, elle s'est adressée à une association caritative....

Certains considèrent qu'on ne peut rien faire, qu'elle s'est mise elle même dans le pétrin en accumulant de nombreuses dettes de loyers.....

En allant un peu plus loin, l'association qui l'a reçue a compris que cette femme était déstructurée et qu'il suffisait de l'accompagner, de l'aider, d'autant plus qu'elle semble habitée d'une volonté farouche aujourd'hui....

Ce qui me fait « hurler », bondir si vous préférez, c'est que cette dame est logée par le 115 dans un hôtel à 25 km de son ex résidence...Coût financier journalier : 64 € pour deux chambres.

Les enfants sont descolarisés depuis deux mois....On lui a dit que ce n'était pas la peine de les faire changer d'établissements car elle risque de se voir loger ailleurs....Cela dure depuis deux mois et le 115- je ne le blâme pas- continue à la loger dans cet hôtel....

Pourquoi n'y a t-il pas des centres d'hébergements moins coûteux où les familles peuvent faire la cuisine ( ils mangent des sandwiches !?) ,

Hier, il y avait un texte imbécile qui prévoyait de retirer les allocations familiales pour non fréquentation scolaire régulière....

Ce qu'il faut là, ce n'est pas pénaliser mais l'aider à inscrire ses enfants dans l'école du lieu de l'hôtel.

C'est fait....ouf !

D'autres craintes existent ; un huissier qui veut détruire les meubles laissés dans l'appartement et le risque de voir les enfants se retrouver en famille d'accueil....

 

Bon maintenant, tout va être fait pour qu'elle retrouve son logement ou un autre logement.

Je réponds d'avance à des critiques éventuelles : il n'est pas question d'effacer sa dette de loyer-d'ailleurs ce n'est pas possible- mais de négocier un échelonnement de la dette avec un accompagnement assuré par une association en relation avec les travailleurs sociaux.

 

Alors moi, le débat de société que j'aimerais voir aborder sérieusement c'est celui sur les misères, toutes les misères.

 

Jean-François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • FERAUD 22 mai 2013 11:57

    C’est une situation préoccupante.

    Il faudrait que cette femme soit suivie par une assistante sociale


    • Cocasse Cocasse 22 mai 2013 12:03

      Le système international-socialiste tranche vif les membres du corps social. Puis il demande à ce qu’on colmate les plaies béantes et les artères sanguinolentes avec quelques sparadraps supplémentaires.


      • jaja jaja 22 mai 2013 12:54

        Bonjour Chalot,

        Une procédure de surendettement auprès de la Banque de France, permettant d’effacer la dette n’est pas possible dans le cas de cette famille ?


        • CHALOT CHALOT 22 mai 2013 13:36

          Oui Jaja
          Un rendez vous est pris avec cette personne
          Le problème c’est le temps entre aujourd’hui et au moment où son dossier est recevable


          • Papat 22 mai 2013 13:37

            Le pire, c’est qu’il y en a des milliers comme ca en France.
            Merci le systeme liberal qui permet a une minorité de se gaver toujours plus en mettant dans la misere des familles entieres.


            • Yohan Yohan 22 mai 2013 13:48

              La fumeuse logique de l’assistanat et du social version UMPS. On vire une famille parce qu’elle ne peut plus payer son loyer HLM de 600€ /mois et ensuite on lui paye une chambre d’hôtel à plus de 2.000€ et on va mobiliser un quarteron d’assistants sociaux et de juristes pendant des mois pour l’aider à sortir de ses problèmes. Avec ça, faut pas s’étonner d’avoir des milliards de dette. 

              On ferait mieux de faire de toute personne vouée aux loyers HLM de futurs propriétaires de leur logement. Voilà qui serait du social intelligent et responsable. La connerie en France n’a pas de bornes

              • Akerios 22 mai 2013 16:18

                Yohan   :  Dans tes quelques lignes nous voyons comment les voleurs qui nous dirigent procèdent. C’est toute la politique économique actuelle actuelle de nos dirigents UMPS qui est ici résumée !

                Le drame c’est que Agora Vox a une trop faible audience pour crier haut et fort notre colère, notre refus de l’inacceptable.

                Le mal n’est pas français : c’est une nouvelle organisation économique qui est mise en place. Il n’y a pas de crise. C’est la mondialisation.

                D’abord la grande finance organise la précarité a tous les niveaux . Emplois et salaires , logement ( objet de cet article ) ensuite on supprime le social en aménageant un modèle de société néo-libérale .

                En plus du nouvel ordre économique mondial qui nous est imposé en Europe l’argent des peuples a été volé et placé dans les paradis fiscaux qui détiennent désormais notre dette.

                Cela n’est pas banal d’avoir pour créanciers ceux qui nous ont volés !

                L’exemple de ce qui arrive a cette femme est le notre.

                 


              • Yohan Yohan 22 mai 2013 17:01

                Les crapules qui nous gouvernent, non content de nous avoir berné sur la sécu et les retraites, veulent taxer les rares gens qui ont encore du fric pour distribuer à ceux qui n’en ont plus, sans les rembourser eux mêmes, Sécu retraites, allocations familiales, la même combine pour retarder le naufrage du tonneau percé. Soyons assuré qu’il va couler, cela dépend aussi du jour où la France ne trouvera plus personne pour lui prêter de l’argent à fond perdu.


              • HELIOS HELIOS 22 mai 2013 19:41

                ... mais Akerios, Agoravox n’est pas le lieu pour se faire entendre.
                Le lieu adapté a la situation, c’est le bureau de vote.
                helas, je le constate, Vous parlez dUMPS, mais ce sont toujours eux qui sont reelus.
                Rien ne va donc changer, Les français aiment, c’est tout...


              • Mr Dupont 22 mai 2013 16:05

                Mr Chalot

                Il me semble qu’une lettre envoyée au Président de la République pourrait résoudre ce problème

                Elle ne pourrait qu’émouvoir le Président des pauvres

                Lui qui en fait 1 500 nouveaux par jour

                En se poussant un peu, Valérie pourrait lui faire une petite place dans les combles de l’Elysée


                • Akerios 22 mai 2013 16:35

                  « Il me semble qu’une lettre envoyée au Président de la République pourrait résoudre ce problème »

                  Tout notre drame est résumé dans ces deux lignes , c’est honteux !

                  Il n’est pas question de changer la politique UMPS : absolument pas, on la consolide.

                  Notre très social et brave président FH va maintenant se faire de la publicité en faisant un acte ponctuel de charité . Il va replacer cette pauvre femme dans un autre HLM.

                  Il est très charitable notre président F. Hollande , comme l’était N. Sarcosy avant lui.

                  UMPS lorsque j’entends le mot charité je crie aux armes citoyens , formons nos bataillons , marchons............. !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

                   


                  • Webes Webes 27 mai 2013 09:09

                    "UMPS lorsque j’entends le mot charité je crie aux armes citoyens , formons nos bataillons , marchons............. !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!« 

                    oui avec le bras tendu en chantant »marechal nous voila ............." dit moi Akerios t aurais pas envie de faire le martyr comme ton pote a Notre Dame !


                  • Akerios 22 mai 2013 16:53

                    CHALOT merci pour ton cri d’indignation, merci pour ton message, merci d’aider cette femme !

                    Son avenir est maintenant moins sombre .

                     Mais ici on ne rétablit pas le droit ni la justice . Au cas par cas dans l’urgence on tente avec nos faibles moyens de sauver des vies. Nous entrons dans l’action. Elle est assez isolée encore mais en criant beaucoup parfois on se fait entendre.

                     

                     


                    • Akerios 22 mai 2013 17:12

                       Le geste de demander « la charité  » au président de la République pour un cas « non isolé » c’est juste , généreux et judicieux.

                      La présentation de ce cas appel auprès du président a une refonte totale de ce système !

                      La réponse du président sera positive. Mais si elle ne reste elle même qu’une réponse ponctuelle destinée seulement a se faire de la publicité en se gardant bien de lancer une réforme c’est de la forfaiture.


                      • viva 22 mai 2013 17:48

                        Ce sont des situations désastreuses, je ne pense pas que cette personne soit responsable, chacun d’entre nous peut se retrouver un jour complètement perdu.


                        Le seul moyen pour sortir de cette situation serait probablement de remettre le compteur à zéro concernant les dettes. 

                        La question est de savoir qui va payer ? Je considère que les impôts servent justement à cela, sortir les personnes de la difficulté est aussi une façon d’anticiper sur une situation qui peut devenir bien plus couteuse financièrement et humainement si elle perdure.

                        • TESTANIERE TESTANIERE 22 mai 2013 20:38

                          Je t’invite à donner une certaine publicité à cette situation en interpellant Députés, Sénateurs et Ministre du Logement.
                          Ils ont des permanences, des adresses, des téléphones et des numéros de Fax.

                          Il faut les harceler car cette famille ne peut attendre la prochaine consultation électorale !

                          Je le twitte.

                          Au moment même où nous remplissons notre déclaration d’impôts et que nous apprenons :
                          - que Mme Lagarde blanchit M.Tapie,
                          - que M.Cahuzac continuera à percevoir ses indemnités de Ministre pendant encore 6 mois,
                          - que la lutte contre la fraude fiscale (60 à 80 milliards / an pour la seule France) balbutie,
                          - que...

                          L’émergence du peuple sur le terrain social c’est ça aussi.


                          •  C BARRATIER C BARRATIER 22 mai 2013 20:55

                            Des cas semblables ne sont pas rares, la procédure de surendettement est intéressante, il peut y avoir prélèvement sur le salaire du montant dû (diminué de l’APL versée directement). Le problème est la lenteur de la justice surengorgée.
                            Ce qu’on peut attendre d’un gouvernement est qu’il mette assez de juges pour que tout aille très vite.
                            Le juge de la famille peut mettre sous tutelle le chef de famille qui gère mal. C’est banal et ça marche.
                            Mais avant d’en arriver là, il y en a eu des alertes, des démarches. Et un coût ! Le neud de notre problème est donc la rapidité.
                            Je travaille au CCAS de la commune. Un élu prend souvent les choses en mains pour avancer avec les assistantes sociales.
                            Le coût de l’hôtel ne me choque pas, c’est la seule solution, c’est du PIB, ça fait aussi tourner l’économie.Pas question de laisser au delà de ce que prévoient les lois (beaucoup de temps) quelqu’un qui ne paie pas dans son logement. Ou alors il faut refaire les lois, mais il n’y aura pas de majorité pour les voter. C’est la démocratie.
                            L’école ? Personne ne peut empêcher quelqu’un de scolariser immédiatement ses enfants. C’est même ce qu’il faut faire.
                            Oui c’est un problème, les lois ne sont pas mal faites, c’est la rapidité et la rigueur du travail qui sont à réformer.


                            • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 23 mai 2013 01:00

                              Peut-être serait-il plus judicieux de revoir notre politique d’assistance et penser à des solutions destinées à prévenir plutôt que guérir. C’est souvent bien tard, lorsque les dettes se sont accumulées, et il serait sans doute plus facile d’intervenir quand les difficultés commencent. L’individualisme règne trop souvent dans notre société, mais aucun de nous n’en est responsable, c’est la forme de pensée qu’inculque tout notre environnement, dès l’école où on doit toujours faire la preuve qu’on est meilleur qu’un autre. La compétitivité engendre le sentiment de d’une infériorité forcément coupable.

                              C’est pourquoi il me semble qu’on pourrait envisager une société plus solidaire, une société où on n’aurait pas à avouer ses difficultés, mais à les dire tout simplement parce qu’il est naturel de se trouver dans des situations difficiles, que cela peut arriver à n’importe qui. Oui, une société où la situation financière de chacun ne serait pas ressentie comme digne ou indigne. Ils sont certainement nombreux ceux qui sont dépassés par les difficultés quotidiennes, surtout parent isolé avec plusieurs enfants, quand le temps ne suffit plus à faire face, quand la fatigue s’en mêle. Ces personnes se retrouvent à bout de forces, perdues face à leurs responsabilités, perdues mais aussi incapables parce que la résistance humaine a ses limites et que celles-ci sont différentes selon les individus.

                              Ce n’est pas facile de s’adresser à des services sociaux lorsque c’est ressenti comme un échec et là c’est la conscience collective qui est responsable ; l’organisation de nos services sociaux n’en est que l’image concrète. Il n’existe pas le plus souvent de services de prévention si ce n’est celui, bien insuffisant, des allocations familiales avec des personnes qui viennent vous apprendre à gérer votre budget, mais souvent quand le mal est déjà fait. Ce n’est pas facile d’aller voir l’assistante sociale (généralement au féminin) car le mot lui-même rend la démarche difficile. Les assistants aident forcément les assistés et ce mot a tant de connotations péjoratives. Ne serait-il pas mieux d’avoir des services d’amitié solidaire ? D’ailleurs un service d’accueil comme SOS amitié pourrait aider à faire le pas. Actuellement, on vous propose rarement une aide de soutien, de prise en charge temporaire, mais plutôt une aide financière ou un étalement de votre dette, à condition que vous prépariez un dossier prouvant l’état de délabrement de vos finances. C’est trop tard et, ici et maintenant, c’est culpabilisant. De plus, vous êtes déjà perdu dans vos papiers et il vous faut trouver le temps de monter ce fameux dossier, c’est souvent vous demander l’impossible. Tout à côté, on vous propose des crédits à la consommation avec un taux d’intérêts de 20%, mais là vous avez le statut de « client » et vous êtes accueilli comme quelqu’un qui apporte quelque chose et non qui reçoit. En fait, on vous escroque. L’argent est une marchandise alors que cela ne devrait être qu’un moyen d’échange.

                              En ce moment, certains pensent à refaire le monde, d’autres plus prosaïquement , à l’approche des élections municipales, réfléchissent sur la meilleure manière de faciliter la vie des citoyens au plan local. Mon texte est un peu brouillon et je demande votre indulgence : en fait, il s’agit de quelques réflexions que j’ai écrites au fur-et-à-mesure. Il faudrait approfondir, mais n’y a-t-il pas là quelques pistes ?
                              Finalement, le principal obstacle à vaincre, n’est-ce pas la solitude ?


                              • Bobby Bobby 23 mai 2013 12:55

                                Bonjour,

                                Un bien bon article et une intervention bien honnête de Daniele... merci !

                                Je viens d’écrire à étienne Chouard, une des personnes les plus honnêtes que je ne connais que par ses réflexions sur internet...

                                Les service sociaux sont débordés. Ce n’est pas la solution ! c’est clair ! un changement radical de notre politique économique me paraît une évidence nécessaire et tout-à-fait indispensable, plutôt que de miser sur l’organisation de la répression pour empêcher la marmite d’exploser, emplâtre sur une jambe de bois !

                                Il nous faut impérativement créer une entre-aide (efficace) si nous voulons survivre et changer drastiquement les paradigmes de notre « économie »... notre mentalité !

                                Qu’on le veuille, où non

                                Bien à vous


                              • chmoll chmoll 23 mai 2013 07:42

                                malheureusement , ça devient presque une routine ces drames humains


                                • soi même 26 mai 2013 15:11

                                  Et bien Chalot, je ne te critique pas sur ta capacité à donner de ta personne en heures et en aide, par contre ce qui m’ interpellée, c’est ta facultés à ne pas te poser de question et pensé que la simple revendication d’un droit suffit.
                                  Je te préfère mille fois dans cette situation d’aide de l’urgence, que te voir appeler à l’injustice et à l’insurrection. Là tu es a ta place pas dans tes brulots d’articles où tu veux tordre le coup à tous le monde.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès