Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La balle au centre

La balle au centre

François Bayrou confirme qu’il était bien le “troisième homme” du premier, réunissant autour de 18,3% des suffrages exprimés. C’est donc probablement au centre que se jouera la campagne de l’entre-deux tours.

À l’issue du premier tour des élections présidentielles, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal se présenteront au second tour, avec des scores respectivement estimés à 30,4% et 24,7% à l’heure où je rédige ce billet. François Bayrou confirme qu’il était bien le “troisième homme” de ce scrutin, réunissant autour de 18,3% des suffrages exprimés. Quant à Jean-Marie Le Pen, il subit un sérieux revers, et végèterait aux alentours de 11,3% des voix.

Comme l’avait fort justement estimé Olivier Duhamel vendredi dernier, “la surprise, c’est qu’il n’y a pas de surprise”. Ce qui ne veut pas dire, cependant, qu’il n’y a aucun enseignement à tirer de ce 22 avril 2007. J’en vois même principalement trois.

Le premier de ces enseignements, c’est que la leçon de 21 avril 2002 a semble-t-il été comprise par les électeurs. Le niveau de record de participation enregistré, avec une abstention s’élevant seulement à 15,2%, fait de ce scrutin le premier tour le plus mobilisateur de l’histoire de la Ve République. On ne peut que s’en féliciter.

Le deuxième enseignement, c’est que le score de Jean-Marie Le Pen est inversement proportionnel à la participation électorale. En 2002, alors que 28,4% des inscrits ne s’étaient pas déplacés, le Front national totalisait 16,86% des suffrages exprimés. Cette fois-ci, la forte baisse enregistrée par son score accompagne celle de l’abstention. En somme, moins on vote, plus on vote pour lui. Son score est-il cependant stable en nombre de voix ? On en saura plus avec les résultats définitifs.

Le score de François Bayrou porte à mon sens le troisième enseignement de cette soirée électorale. Car s’il ne permet pas au candidat de l’UDF d’être présent au second tour, il constitue la “réserve de voix” dans laquelle Nicolas Sarkozy comme Ségolène Royal devront puiser pour remporter cette élection. Le premier ne peut en effet compter sur un report conséquent venu d’une extrême droite donc il a probablement déjà extrait toute la moëlle. Le très faible score des communistes et des écologistes, même compensé par les ralliements trotskystes et altermondialistes, montre pour sa part que la seconde a dû “vampiriser” la “gauche de la gauche” pour survivre.

C’est donc probablement au centre que se jouera la campagne de l’entre-deux tours, qui commence demain matin et dont les deux candidats ont donné le coup d’envoi dans des discours étonnament similaires. Il n’est d’ailleurs pas innocent que Nicolas Sarkozy ait dépêché sur TF1 trois anciens UDF - Philippe Douste-Blazy, Simone Veil, et Jean-Louis Borloo -, tandis qu’aux côtés d’un Bernard Kouchner radieux, on retrouvait successivement un François Hollande très enclin à “l’ouverture” et un Laurent Fabius revenu à ses positions “historiques” au sein du PS.

Si la victoire est donc bien réelle pour François Bayrou, les difficultés subsistent, notamment quant à la réponse à apporter aux sollicitations qui ont déjà commencé à émaner des deux camps. Jean-Louis Borloo va continuer de “tendre la main” ; Bernard Kouchner d’appeler à “l’alliance”.

Pour créer le “parti démocrate et social” appelé de ses voeux par le président de l’UDF, l’idéal serait de ne donner aucune consigne de vote vers l’UMP et de refuser toute alliance “sèche” avec le PS. Mais comment y parvenir sans laisser filer ses 18,3% d’électeurs qui, eux, devront choisir entre gauche et droite le 6 mai ?

Plus que jamais, la balle est au centre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (169 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • aurelien 23 avril 2007 10:19

    C’est à Monsieur Bayrou de démontrer maintenant qu’il est capable d’une non-candidature active.


    • aurelien 23 avril 2007 11:18

      Le rôle du « cinquième pouvoir » est maintenant de déplacer le débat politique, autant que possible hors des clivages, droite, gauche, centre


    • aurelien 23 avril 2007 11:59

      Pour celles et ceux qui n’auraient pas compris, le cinquième pouvoir, c’est la séparation, entre autre, du politique du médiatique.


    • Rubin Sfadj Rubin Sfadj 23 avril 2007 10:20

      Je me permets de commenter mon propre article, pour mettre à jour les scores évoqués :
      - Nicolas Sarkozy : 31,11%
      - Ségolène Royal : 25,83%
      - François Bayrou : 18,55%
      - Jean-Marie Le Pen : 10,51%

      Le score de Jean-Marie Le Pen, en outre, n’est pas « stable en nombre de voix » ; il en perd même près d’un million entre 2002 et 2007, passant de 4 804 713 à 3 824 258 suffrages.


      • tub 23 avril 2007 10:32

        Argh, 31% pour Sarkozy, ca vas être sacrement dure de le battre...

        L’éléctorat de Bayrou étant à mon avis plutôt de droite, ca vas être dur de les convaincre de voter à gauche.

        Même si je pense que la gauche vas quand même reussir à récupérer les quelques électeurs de gauche qui ont étés séduit par Bayrou.

        Mais même ceux là, je pense qu’une partie est définitevement perdu pour Royal...


        • Lucrezia 23 avril 2007 10:58

          Que fait-il de ses Vote ? La majorité des ressortissants de l’UDF et non des moindres : VGE - Fondateur de l’UDF, Veil, Santini etc ... ont appelé à voter pour Nicolas. Va-t-il pencher pour une alliance à Gauche, à Droite ? Comment l’ex-UDF va-telle se recomposer pour les législatives, avec qui ? et autour de quel programme ? Parce que la protestation n’a jamais rien construit qui ne vaille ... il n’y a qu’à observer aux extrêmes ...A moins que l’ex-UDF ne se positionne à l’extrême ...CENTRE ?


          • nantor nantor 23 avril 2007 11:04

            Bonjour,

            Ce qui est excellent pour notre démocratie c’est la chute (par rapport à 2002) des extrêmes et le fort taux de votants.

            Sarkozy est en tête, mais il devra faire un grand écart pour récupérer une partie des voix de l’extrême droite et du centre. Il nous a habitué à tout, mais sa communication démagogique devrait quand même devenir visible aux yeux de tous ?!!!

            Paradoxalement, Ségolène Royal a peut-être la tâche plus facile. Le report à sa gauche se fera plus facilement et elle n’aura pas à aller les chercher. Elle peut donc concentrer sa stratégie sur le centre ... et le rejet de Sarkozy, qui reste très fort dans le pays (même l’extrême droite -cf réaction de Villiers). Saura-t-elle rassembler, c’est la clé.

            L’attitude de Bayrou sera également un élément déterminant ; je ne pense pas qu’il se déclarera trop ouvertement, sachant qu’il prend dès maintenant rdv pour les législatives ... et 2012. Mais son rejet de Sarko est tellement fort chez lui, que quelle que soit son attitude de neutralité, je pense qu’elle sera plus favorable à Ségolène.

            En tout cas ce sera très serré.

            Et au fait ... pas mal les sondeurs.


            • stor-d 23 avril 2007 11:13

              Bon article. Il est clair que la balle est désormais bien au centre. J’ai lu ce matin même des stats qui annoncent une droite avec un total à moins de 44% et une gauche à moins de 40%...Comment pourraient-il espérer gagner l’élection sans l’apport de Bayrou ??

              Je suis plus qu’attristé de voir ces résultats et encore plus quand je regarde la réactions du PS et de l’UMP. Eux qui tapaient comme des sourds sur bayrou il y a qques jours et disaient être fermement opposé à une alliance avec le centre. Ils rappliquent maintenant comme des lapins pour espérer récupérer ces voix. Cela me confirme que les 2 candidats qui sont passés ne sont rien d’autre que des charlots assoifés de pouvoir, prêts à changer leur veste en seulement qques heures...Est-on vraiment intéressés par de tels candidats ?

              Quand je lis la conclusion de l’article, il est clair que l’idéal serait que bayrou ne donne aucune consigne. Comment pourrait-il en donner sans perdre sa crédibilité de toute façon ?

              Bayrou était pour moi le seul à pouvoir donner un élan nouveau au pays...sa non présence au second tour m’attriste, et je me pose forcément la question de savoir à qui donner mon vote au final ? Et bien malgré une forte envie de jouer à fond mon rôle de citoyen, et afin de ne pas renier mes convictions, j’ai décidé de ne pas voter au second tour. Certains me diront que c’est idiot. Je répondrais alors que je préfère ne pas participer à ce combat de coqs plutôt que de voter « utile »...


              • tvargentine.com lerma 23 avril 2007 11:20

                BAYROU n’est pas propriétaire des electeurs qui ont voté par rejet de Sarkozy et de Royale

                Il appartienda aux électeurs de choisir la société dans laquelle ils veulent vivre à le 6 mai 2007


                • flammekueche 23 avril 2007 11:24

                  L’électorat de Bayrou peut se décomposer en :

                  - démocrates et centristes traditionnels
                  - des personnes favorables à la droite mais préférants Bayrou à Sarkozy
                  - des personnes de gauches mais préférants Bayrou à Royal
                  - des constestataires qui n’aiment pas les deux partis (Lepen a perdu 1 million de voix)

                  Pour le second tour des présidentielles, la deuxième catégorie votera certainement Sarkozy. Idem pour la troisième et Royal. Une bonne partie des 2 autres catégories risque de ne pas aller voter ou voteront blanc. Au total cela suffira (mathématiquement) à Sarkozy pour passer. Et ceci quelque soit le position de Bayrou. Si Royal se désiste au profit de Bayrou ce sera différent, mais fort peu probable.

                  Pour les législatives par contre, il se peut que contrairement aux élections présidentielles précédantes, les français ne donnent pas tous les pouvoirs à Sarkozy. Bayrou et son nouvel UDF peut jouer un rôle si l’UMP n’obtient pas la majorité absolue. Sarozy et Bayrou doivent donc se positionner dès maintenant en fonction de ces législatives. Y aura-t-il une alliance globale UMP-UDF comme par le passé (30ans) ou les choses se règleront-il sur le terrain au cas par cas ? Verra-t-on des accords locaux PS-UDF ?


                  • aquad69 23 avril 2007 11:31

                    Bonjour Stor-d,

                    je regrette, comme vous, que Mr Bayrou ne soit plus de la partie.

                    Mais, comme le disent les commentateurs, c’est malgrès tout une victoire, car, grâce à lui, le centre a recommencé d’exister.

                    Celà permettra à Mr Bayrou de rebondir dans cinq ans, et celà d’autant plus qu’il est encore jeune.

                    Quand à nous, il faut tout de même nous rappeler que nous votons avant tout pour un pays, et un avenir que nous voulons lui donner, et non pour une personne.

                    Je crains que votre réaction d’abstention au deuxième tour, que je comprend, ne sois partagé par beaucoup de gens.

                    Mais, pour le pays, il faut maintenant essayer de faire passer une solution intermédiaire, la plus proche possible de celle proposée par Mr Bayrou, et ce n’est pas celle de Mr Sarkozy...

                    Cordialement Thierry


                    • alex.nd 23 avril 2007 11:52

                      J’ajouterais à cet article quelques précisions et nuances personnelles :

                      Je pense que l’UMP et le PS n’ont qu’un objectif pour ce qui est de l’UDF, à savoir « court-circuiter Bayrou et récupérer ses électeurs ».

                      D’une part, stratégiquement parlant, l’UMP/PS est désormais obligé de considérer à sa juste valeur les 18,5% de l’UDF. De ce fait, ils (UMP-PS) ne doivent pas décrédibiliser Bayrou. L’erreur serait de nier Bayrou et son apport politique. Pourtant, le but est bien de le tuer politiquement. Alors le tuer oui, mais sans en avoir l’air pour ne pas perdre ses électeurs.

                      D’autre part, Plusieurs avancées stratégiques peuvent être mises en place pour non seulement récupérer des points dans les 18,5%, mais surtout, et c’est à mon sens le plus important pour l’UMP-PS, détruire définitivement le centre.

                      Partant du principe que la force du centre est l’idée selon laquelle un pays peut gouverner avec les forces de toutes les idées politiques, on comprend mieux par exemple pourquoi l’UMP décide de créer une section « à gauche » et une section « au centre » dans son propre parti. Pour la section « à gauche », nous avons M. Besson et pour la section « au centre », nous avons M. Borloo.

                      Avec cette annonce, l’UMP fait un appel du pied à tous les frustrés d’une politique « monochrome ».

                      En coulisse, il ne faut pas perdre de vue que le but ultime est de court-circuiter bayrou, et pour cela, rien ne vaut ce que l’UMP appelle « clause de non-concurrence ». En effet, Gilles de Robien, seul ministre centriste du quinquennat de Jacques Chirac, a pour mission de convaincre les deux tiers des 29 députés UDF de soutenir M. Sarkozy, en échange d’une clause de non-concurrence de l’UMP dans leur circonscription. L’objectif est « d’assécher » la représentation de l’UDF à l’Assemblée nationale pour l’empêcher de constituer un groupe hostile.

                      Pour résumer, en surface, M. Borloo sera chargé de prouver que M. Sarkozy est ouvert aux concepts de M. Bayrou et ainsi satisfaire le fantasme UDF. La stratégie sera donc de viser directement les électeurs UDF en considérant M.Bayrou publiquement. Mais en coulisse, M. de Robien devra affaiblir le camp UDF en effectuant une sorte de chantage politique.

                      Car finalement la plus grande faiblesse de l’UDF, c’est d’être divisé en deux parties : l’UDF politique qui se fait attaquer par l’UMP-PS et l’UDF « publique et/ou du peuple » qui est courtisé. Bayrou et son équipe tiennent à bout de bras ces deux parties.

                      Pour ma part, Bayrou aura gagné son pari que lorsque l’UDF politique se renforcera et se liera avec l’UDF « publique ». Car la stratégie UMP-PS est simple :

                      Piller l’UDF publique et torpiller l’UDF politique.


                      • paul 23 avril 2007 12:07

                        La situation est amusante car le principe du centre c’est de ne pas choisir. Le principe de la politique c’est de choisir. Et la nous avons une situation ou ce pauvre homme va devoir choisir. Étant soupçonné d’être à droite il lui faut prouver qu’il peut être à gauche. Donc il appelle à voter royal ! Mais ses troupes au demeurant éparcet, je parle des militants eux sont à droites et les élus ne peuvent voir renouveler leurs mandats qu’a droite surtout si c’est sarko qui gagne. D’autant qu’une alliance pour le quatrième tour est impossible avec la gauche. Mais si il ne choisi pas d’appeler pour royal. En 2012 il n’y a que les gogos qui penserons que UDF c’est un peu de la droite et un peu de la gauche


                        • frédéric lyon 23 avril 2007 19:46

                          La ligne politique du couple royal sera battue au second tour.

                          Car c’est bien Rocard, Kouchner et DSK qui avaient raison : il y avait une majorité possible avec le centre, alors qu’il n’y en a pas avec le reste de la gauche.

                          Il faudra en tirer toutes les conséquences après les législatives : l’actuelle direction du Ps devra s’en aller pour que naisse un véritable parti social-démocrate en France.


                          • ExSam 23 avril 2007 20:55

                            Pour créer le “parti démocrate et social” appelé de ses voeux par le président de l’UDF, l’idéal serait de ne donner aucune consigne de vote vers l’UMP et de refuser toute alliance “sèche” avec le PS

                            Bourlanges, numéro deux de l’UDF, a déclaré que l’UDF n’était ps de gauche, mais qu’il faudrait voir quelles inflexions de programmes et quelles relations de travail il pourrait entretenir avec Sarko.

                            Il n’y a pas d’interrogations. L’UDF induit un report sur la droite extrême de Sarko. Bel enfumage médiatico-politicard. La moitié des députés UDF ont été élus grâce aux alliances avec la droite. La messe est déjà dite.

                            A moins qu’une masse d’électeurs de gauche n’est voté pour Bayrou, ce dont je doute.

                            L’hiver continue.


                            • Fanfan la tulipe 23 avril 2007 22:35

                              J’ai commencer à voir les premiers miting de sarko et ségo, chacun alonge les bras vers le centre et ses valeurs, la plame d’or en reviens pour le moment à sarko qui tente même l’attrait de la gauche vers lui. Je sais pour qui voter, mais ce ne serat pas un vote de tendance, ni d’affection à l’un des candidats, ce serat autre chose, un autre vote et qui devrait m’être utile pendant les 5 années à venir. J’attend de voir surtout le fameux débat, car je pense que c’est lui qui feras la plus grande fdifférence si les deux candidats parlent de fond en face à face. Je ne pense pas que se serait principalement par les miting que les centristes ou à a affection centristes choisirons leur candidats ou voterons blanc suivant leurs idées, car ces discours, nous les avons mainte fois vus et donc nous connaissons bien sur ce plan la très bonne qualité oratoire de nos deux candidats qui sont exelentes dans la communications et les résultats du 1ers tour en sont la preuve. Mais je pense qu’un face à face serat très important pour compléter et connaître au mieux chacun des candidats pour être de manière pobable un bon président, qui saurat faire le plus facilement l’affrontement dans les périodes de crise. Je pense aussi qu’il ne faut pas oublier Bayrou pour cinq ans, Pourquoi ? c’est quelqu’un qui par sa présence à fait bouger des lignes dans l’électorat francais et qui je pense sera un excellent barrage contre l’extremisme, l’effet ying-yang. Bien sur il n’a pas tout fait seul, des circonstances l’y ont aidées. Je pense qu’il serat aussi le garant de la mise en pratique des promesses éléctorales, car les francais ferons très attentions lors du bilan de gouvernance du président voir même avant 2012 et en cas de drame politique les fameuses fausses promesses, les voix pourrais aller ver lui et non vers les extemes et éviter ainsi les extrèmes.


                              • Inarius 24 avril 2007 10:16

                                l’UDF n’a pas tellement de choix en fait. Quel choix lui reste t’il ? 3 problèmes majeurs à l’UDF aujourd’hui

                                - S’il refuse un choix entre la droite et la gauche, son électorat, lui, n’en fera pas de même et choisira droite ou gauche. Auquel cas, les législatives seront une tuerie pour un UDF dont ni l’UMP ni le PS ne voudront. Son « OPA » sur la gauche ayant échouée et ne voulant pas s’allier à un parti ou un autre, il se retrouvera dans la situation du FN qui avait échouée son OPA sur la droite, et s’en est retrouvé infréquentable.

                                - S’il choisit ouvertement le report sur le PS pour battre la droite et Sarkozy, tous les accords régionaux, municipaux et départementaux qui liaient jusqu’ici l’UMP et l’UDF seront dénoncés par ce premier, et les circonscriptions (27) complaisamment abandonnées par l’UMP à son petit allié seront chèrement défendues par l’UMP. Etant donné qu’il refuse l’alliance ouverte avec le PS même s’il appelle à voter pour lui il ira dans le mur pour les législatives.

                                - S’il choisit l’alliance avec la droite, il conserve ses positions ou les renforce mais il perd toute crédibilité.

                                Bref...survivabilité, crédibilité, isolement L’udf doit faire son choix Mais sa position de force le rend aussi faible..très faible finalement.


                                • Matthieu BOLLEA Matthieu BOLLEA 24 avril 2007 10:22

                                  AVIS AUX LECTEURS

                                  Désireux de plus d’informations ? Lisez l’article de Marianne sur Nicolas Sarkozy. Arrêtez France Télévision ou TF1 ! Formez votre opinion ! La mienne est faite : je suis résident français en Belgique, et j’y reste !

                                  Lien pour l’article :http://download.yousendit.com/...


                                  • Fanfan la tulipe 24 avril 2007 11:52

                                    Post pour le 2eme tour : Bonjour à tous, je m’adresse principalement au votants de Bayrou concernant leur choix possible de 2eme tour je laisse libre chacun de choisir, ce que je vais vous dire n’est qu’une idée personnelle. En premier, les personnes voulants absolument voter pour le PS ou l’UMP, je respecte parfaitement leur choix, en deuxième je m’adresse principalement aux indécis (ceux qui réfléchissent encore) et aux abstentionnistes. Suite aux manipulations du PS avec des phrases « il n’a pas de programme », « jamais d’alliance avec l’UDF », « il est de droite », « c’est la droite molle », aux manipulations de l’interprétation des sondages (le fameux vote utile), à certains articles par exemple « Le Monde » juste avant l’élection, je pense qu’il faudrait voter pour l’UMP. Pourquoi ? oui je sais, il est « monstrueux », « manipulateur », etc. ( bon bien sur une partie n’est issu que des ragots de la gauche, mais je pense personnellement que la droite a fait un peu la même chose, mais ce n’ait que mon avis), comme le disait Bayrou, démolissons les deux forteresses, comme nous n’avons pas réussi ce coup, nous pouvons quand même en avoir un bout, attaquer celle qui est la plus faible, c’est-à-dire le PS, parti affaiblie par ses tensions internes visibles, sa non présence depuis 12 ans au gouvernement, sa défaite en 2002 face à l’extrême droite. Aidons là à faire sa fin par le vote vers l’UMP, le résultat serait un troisième mandat sans le PS à la présidence donc 17 ans, la claque de 2002 et la claque du vote utile (la ou je pense à Bayrou mais aussi aux autres candidats de gauches) qui n’aurait pas servi à grand-chose. Donc pendant 5ans la gauche devra bien réfléchir à son avenir, ainsi en plus pendant 5 ans l’UMP sera scruté partout par la gauche et une partie du centre, il devra prouver qu’en 5 ans il sera capable de faire toutes ses promesses, une union de la France du plus petit au plus grand, qu’il provoquera des changements, qu’il sera juste et fera l’ordre, qu’il évitera les problèmes du type CPE et beaucoup d’autres encore, dans le cas contraire nous démolirons la 2ème forteresse en 2012. Moi c’est ce que je vais faire entre la peste et le choléra si on peut en tué un, ça sera déjà pas mal, et beaucoup d’autres autours de moi sont sur cette optique là. Bien sur, je reste attentif à ce qui pourrait être dit par les candidats et surtout l’avis de Bayrou. Car rien n’est joué d’avance, il se peut que les lignes changent, mais le plus probable pour moi actuellement est cette méthode. J’espère que Bayrou ne donnera pas de consigne de vote, laissera ses électeurs choisir, qu’il donnera des lignes possibles dont personne n’aurait pensé avant le 2eme tour. Car pour une fois c’est des électeurs qui dirigent en très grande partie un parti et non l’inverse, donc il serait dommage de ne pas les laisser libre de choisir. Pour les législatives attendons un peu déjà finissons les présidentielles, mais nous pouvons quand même songer déjà y préparer le terrain.


                                    • slide 26 avril 2007 10:51

                                      La balle aux législatives, plutôt. Car si Bayrou insuffle assez bien son idée de parti démocrate, celui-là peut forcer une cohabitation nouvelle (droite ou gauche / centre) et imposer son programme. Il peut accepter d’être premier ministre à défaut d’accepter d’être ministre tout court. Ce faisant, il sera en charge d’appliquer la politique qu’il souhaite mener, c’est ce qu’il voulait faire, non ? Avec un J-L Borloo au Travail, DSK aux finances, MAM conservée à la défense parce que finalement ça lui va bien, et le tout en rendant publique la liste des personnes sollicitées et leur réponse, pour qu’un arriviste embusqué qui refuserait ses responsabilités soit immédiatement reconnu. Le parlement et le Sénat ensembles peuvent de plus forcer les retouches qu’il souhaite à la constitution. Dans le cadre de ce scénario, il pourrait faire ce qu’il a proposé dès 2007, pourquoi s’en priver ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Rubin Sfadj

Rubin Sfadj
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès