Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La Caravane à vélo des indignés du Nucléaire Étape 11 Pellerin - Mauves sur (...)

La Caravane à vélo des indignés du Nucléaire Étape 11 Pellerin - Mauves sur Loire

La contestation nucléaire nous réjouit au Pellerin

Vidéo : Bridget Kyoto soutient la Caravane ....


Le chemin de croix d'EDF en Bretagne ..

Lorsqu'à la fin de l'année 1976, le gouvernement de l'époque lance le projet de centrale nucléaire en aval de Nantes, on devine la volonté d'imposer à tout prix cette magnifique technologie à ces têtus de Bretons. Puisque les projets de la pointe Finistère ont échoué, il faut tenter l'aventure près de la grande ville.

Pourtant, dès l'annonce de ce projet d'implantation, le conseil municipal du Pellerin vote contre. C'est une première, les élus locaux, forts des colères des communes qui ont eu à subir pareilles sollicitations, choisissent immédiatement le camp de la contestation. Ce qui aurait dû être compris comme un signal clair ne rebute pourtant pas un état désireux d'imposer coûte que coûte l'atome sur tout le pays, y compris en Armorique,cette région de bourriques !

Et la sarabande de l'affrontement de David contre Goliath va une nouvelle fois reprendre. Nous allons retrouver ici les mêmes ingrédients qu'à Plogoff et Erdeven. Il n'y a pas de raison que l'opinion publique bretonne ait changé d'avis en si peu de temps. Ce n'est pas parce que, cette fois, ce sont des habitants proches d'une grande ville, que les raisons de l'opposition vont disparaître comme par magie.

Tout ce qui fit le succès des combats précédents se renouvelle ici. L'enquête d'utilité publique se traduit par des affiches préfectorales, des mairies barricadées, des manifestations monstres, des vols de documents officiels, des échauffourées contre les force de l'ordre. La tentative de pourrissement par le temps, la peur du bâton de justice n'y feront rien.

Pourtant, la volonté du pouvoir ne baisse pas et cette fois encore, il use de moyens disproportionnés et violents pour faire plier ceux qui se dressent devant le Dieu Atome. En 1987 des affrontements dignes de la guerre civile se déroulent dans la ville de Cheix-en-Retz. C'est bien le signe que cette énergie n'est pas au service des populations mais bien de quelques puissances !

Cinq militants sont traînés devant le tribunal de Rennes. Ce sont des agriculteurs qui défendent leurs terres et que l'état juge sur les bases d'une loi anti-casseurs proche des lois d'exception. On ne change pas la mentalité d'un pouvoir qui devient autoritaire dès qu'il est question d'énergie nucléaire

Les cinq otages d'une justice énergique sont libérés après un procès en appel sous haute tension. Ils sont condamnés à une peine symbolique de 13 jours de détention, le droit inique doit sauver la face. Nous sommes le 15 juin 2000, soit quatre années après le début de la controverse. Il y a des pouvoirs bien longs à la détente. Qu'il est difficile de comprendre qu'une population entière refuse ce qu'on veut imposer de Paris !

François Mitterand, en 1981, tient son dernier meeting à Nantes devant 20 000 personnes et annonce : "Il n'y aura pas d'ouverture de nouveaux chantiers nucléaires, en particulier au Pellerin dont le choix suscite une opposition unanime". Le site n'est toutefois pas abandonné immédiatement. Nous savons depuis ce que vaut la parole d'un socialiste en la matière !

En 1982, le temps que les braves gens oublient ce qui a été dit, Pierre Mauroy lance des études d'implantation au Carnet. Ce n'est pas parce que la mesure venait des socialistes que les bretons allaient changer d'avis. C'est faire bien peu de cas de leur opiniâtreté et de leurs convictions. Les mêmes batailles allaient reprendre et la police frappe aussi fort sous un gouvernement de droite que de gauche !

Les années passent, les gouvernements et les majorités se succèdent. Le pouvoir repasse aux mains de la droite qui relance vraiment le projet. Jacques Chirac lance une enquête d'utilité publique pour le projet du Carnet en 1987. En 1993, Pierre Bérogovoy, premier ministre de l'époque fait semblant d'enterrer le dossier. En la matière, les socialistes ont toujours été beaucoup plus fourbes que les élus de droite, toujours ouvertement favorables au nucléaire.

Vous pouvez mesurer le temps que met un tel projet. Le pourrissement est l'arme des puissants. Ils comptent sur la fatigue et l'oubli pour les opposants. Ils noient le poisson, font durer le plaisir, s'amusent d'eux, de déclarations contradictoires en annonces illusoires. Pourtant, dans l'ombre, EDF avance ses billes, fait des travaux sur le terrain.

En 1997, après bien des épisodes encore, le préfet lance les travaux. Des manifestations ont lieu dans les rues de Nantes. Le maire, Monsieur Ayrault, alors dans l'opposition au gouvernement de droite, s'exprime clairement contre le projet. Le 6 mai, Lionel Jospin, en campagne à Nantes, confirme :"Si la gauche remporte les élections, il n'y aura pas de centrale au Carnet". Curieux cette manie des socialistes en campagne d'être défavorable au nucléaire pour changer de casquette ensuite !

Le mardi 16 septembre 1997, le premier ministre Lionel Jospin, annonce qu'il demande à EdF de renoncer au projet de centrale nucléaire au Carnet. La promesse est tenue mais pour combien de temps ? Le feuilleton peut reprendre à tout moment. En matière de nucléaire, les gouvernements se suivent mais les manières ne changent pas.

Il y a toujours bien loin entre les paroles tenues dans l'opposition et les réalités du pouvoir. L'énergie nucléaire dépasse le cadre idéologique. Elle semble faire partie intégrante de la gestion du pays. Des sommes considérables sont en jeu, des intérêts financiers échappent totalement au contrôle de l'état et des citoyens. De ces épisodes confus et contradictoires, du Pellerin au Carnet, nous devons retenir qu'il ne faut jamais croire en la parole d'un politique et qu'EDF est capable d'agir par dessus la tête de ces braves causeurs.

 

Confusément leur.

 

À consulter impérativement :

Le blog de Fukushima : http://fukushima.over-blog.fr/

Le blog officiel de la Caravane : http://caravane-plogoff-fessenheim.overblog.com/

Le blog officieux de la Caravane : http://www.chroniques-ovales.com/

 

Caravane à vélo de Plogoff à Fessenheim

des indignés de plus en plus inquiets du nucléaire

mercredi 15 aout : arrivée au PELLERIN, lieu d’une opposition victorieuse à l’implantation d’une centrale nucléaire (1976-1981)

jeudi 16 aout : arrivée à Mauves-sur-Loire

vendredi 17 aout : arrivée à Ingrandes

samedi 18 aout : arrivée à Champteussé-sur-Baconne, installation de stockage de déchets dangereux (de Saint-Laurent-des-Eaux, de Chinon)

DIMANCHE 19 AOUT : arrivée à La Daguenière

lundi 20 aout : arrivée à la centrale d’AVOINE

mardi 21 aout : arrivée à Tours


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • armand 23 août 2012 18:17

    Pffff 0 commentaires à un truc essentiel qui est le bien commun, vive les PRO VIE
    merci à vous Nabum

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès