Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La chance de la France

La chance de la France

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la France n’a jamais été dans une situation conjoncturelle aussi sévère : crise économique, crise politique, crise sociale, crise diplomatique, et chaos moral. Des constats, survenus par l'effet de plusieurs causes permanentes, trouvant leur sources dans les traités européens.

L’indépendance du pays menacée.

Par le biais des Traités de Fonctionnement de l’Union Européenne, ainsi que de son Traité général (T.U.E.), les accords passés successifs, envers des concessions accordées à une construction européenne, sont parvenus à transférer notre poumon économico-financier de financement de l’Etat, des collectivités territoriales, et de dispositifs de soutiens envers l’économie privée, aux pouvoirs européens de la B.C.E. : la France ne fabrique plus sa monnaie, elle la régule, via sa Banque de France, qui ne détient plus le rôle de politique de relance, ou de finances, mais de stabilisation, depuis que la monnaie de l’euro, gérée à Francfort, est arrivée.

De même que l’hexagone ne bat plus monnaie, il ne fait plus ses lois. Les parlementaires savent qu’ils ne peuvent plus s’opposer aux traités européens : cela détient pour conséquence l’interdiction de créer des lois visant à innover de nouvelles politiques économiques, financières, et socialement durables. Les compétences étant transférées à Bruxelles, décidées par des commissaires européens non-élus, les députés et sénateurs français ne sont résignés qu'à s’attaquer majoritairement aux sujets sociétaux, en divisant les françaises et les français notamment, comme le constat irréfutable en a été établi, avec le « mariage pour tous », ou bien encore « la théorie du genre ».

La neutralité des médias remise en cause.

Selon un sondage « Ipsos », dévoilé sur France 2 dimanche 30 mars au soir, il y est stipulé que seul 23 % des français font confiance aux médias. Une cruelle désillusion pour notre presse française, précairement classée en matière de liberté d'expression (39ème rang mondial). Le fait de ne pas aborder les vrais problèmes, en mettant de côté la dure réalité provoquée par les Traités Européens, en est la pire des illustrations. Demander de remettre en cause, au nom de son bon droit démocratique, citoyen, et moralement conforme au à la loi, les articles des traités de l’Union Européenne, entraine le fait d’être personnellement étiqueté d’extrême droite par les médias (d’où le rôle européiste du Front National), obligés eux-mêmes d’obéir à des consignes. Observez les débats ; il faut être pour une « autre Europe sociale », en faisant croire que ce sera le modèle social français qui primera sur tout le reste des Etats Membres de l'U.E. : il s’agit là d’une manipulation, condamnant encore plus les françaises et les français à concéder leur avenir à une construction européenne, dictée par sa complexité dictatoriale, et immobiliste. Dans une démocratie, il est normal de débattre d’un nouveau modèle social, mais pas de l’imposer dans les plus sombres manœuvres, tant soient-elles « sympathiques », par des manières bureaucratiques. Un débat expose plusieurs idées différentes au sein d’un Etat, et donc, des désaccords. Comment prouver qu’avec une « autre Europe » à 27 Etats, tous les courants politiques parlementaires seront « miraculeusement » d’accords ? Demandez à ceux qui défendent ces positions. Cela suppose une entente préparée entre les médias et les acteurs politiques afin de mettre en scène une telle illogique.

Un chaos moral annoncé depuis des décennies.

Ce n’est pas, comme les français vont une nouvelle fois en prendre conscience, en changeant de gouvernement, que la politique économique et sociale va changer. Car les commissions européennes sont là pour faire rappeler à la France qu’elle ne peut déjouer les traités européens pour mettre en œuvre des plans de relance. Car notre pays n’est plus libre. Quand M. Arnaud Montebourg parlait de « foudre jupitérienne » à propos de Bruxelles, il eut un éclair de lucidité. Les partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale, ne parlent pas de sujets émanant de la construction européenne, alors qu’ils sont la cause de nos maux : Immobilisme économique et précarité sociale en sont les diagnostics. Et, les réseaux sociaux, œuvrent majestueusement leur rôle de tampon des réflexions hâtives pourtant d’un bon sens citoyen : ils freinent physiquement les prises de considération des réalités. Les gens ne se parlent pas assez dans la rue, pour évoquer ce silence français, qui se passe sous nos yeux. Alors, que faire ?

La chance de la France.

Malgré cette situation complexe, le génie de la conscience morale du peuple français réside dans la reprise en main du cours de son histoire, où il eut fait preuve de courage et de détermination, à l’image, par exemple de la résistance française sous l’invasion nazie. L’Union Populaire Républicaine, rassemblant aujourd’hui 4450 membres et plusieurs dizaines de milliers de sympathisants, illustre irréfutablement cette chance qu’attend enfin la France. Ce mouvement de Libération Nationale, fondé par M. François Asselineau en 2007, croît, depuis plusieurs semaines, de manière spectaculaire. Son programme, baptisé « Les Jours Heureux », est basé, en étant bien sûr remis au goût de notre temps, sur les aspirations démocratiques du Conseil National de la Résistance, parce que l’union nationale dépasse tous les clivages. Fidèle au respect du droit, et à la cohérence de ses analyses pertinentes, l’U.P.R. prévoit de sortir de l’€uro, de l’Union Européenne et de l’O.T.A.N. par l’article 50 du Traité de l’Union Européenne. Cela en combattant toute forme d’extrémisme, et en défendant la démocratie. Les citoyens demeurent libre et égaux de donner une chance à la France, pour eux, et leurs générations futures. Quel destin fabuleux, que de retrouver cet amour de la France, comme d’autres pays peuvent le porter pour eux-mêmes. Aujourd’hui, nous pouvons l’affirmer : l’Histoire peut donner raison à celles et ceux qui défendront la diversité, et non l’engloutissement européiste, voué à ne vivre que dans un seul cercle fermé : l’omerta. Les français, peuvent-ils encore accepter ce silence tempétueux pour longtemps ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • jako jako 2 avril 2014 11:21

    Bien vu, malheureusement, j’ai beau parler autour de moi de tous ces traités dont le prochain qui scellera notre destin TAFTA, personne n’arrive à y croire puisque ce n’est confirmé par aucun média, aucun débat ou alors très très javellisé, merci à vous et bienvenue .


    • Solatges 2 avril 2014 11:23

      Je vous remercie chaleureusement pour votre appréciation. Soyez confiants. Les français commencent à se rendre compte de ce qui se passe.


    • Martha 2 avril 2014 12:03

       Effectivement. Entre les retraités qui ont le temps de creuser l’affaire mais qui ne le font pas, car trop dérangeant et trop risqué : c’est certain, ils se sentent bien vulnérables. Et la grande majorité, à fond, la tête dans le guidon, qui ne se pose aucune question, abrutis et anéantis, le peu de temps qu’il leur reste par la beurk-télé. La démarche de l’UPR reste trop peu connue : il suffit d’en parler à son entourage pour le constater.
       53 jours pour se faire entendre : Comment ce parti va-t-il s’y prendre ?

       « La fenêtre d’opportunité » est idéale et il ne faut surtout pas la rater.

       Un plus. Le coup de pouce inattendu : Le choix étrange de H. après les « municipales ».

       


    • mmbbb 2 avril 2014 18:38

      A moitie d’accord Le traite de Masstricht a ete adopte par referendum Il fut envoye dans chaque foyer ; donc nous savions et l’information etait disponible L’’adoption d’une monnaie unique s’est faite par des concessions L’euro c’est le mark allemand Nous sommes pas assez serieux dans la gestion publique et nulle doute que si nous etions sous le franc notre monnaie serait attaquee et devaluee Je n’ai jamais cru en mon pays Nous sommes un pays de terrien ou seul la pierre compte L’entreprise n’a jamais eu les faveurs des francais Quoi qu’il en soit l’euro n’est pour rien dans nos choix economiques nous avons voulu delaisser l’industrie les investissements ; comme en 1940 c’est notre elite qui est responsable de cette debacle mais elle ne reconnaitra pas ses torts 


    • appoline appoline 2 avril 2014 18:54

      Tôt ou tard, il nous faudra sortir de l’euro, qui nous a été sournoisement refourgué par l’élite américaine quoiqu’on en dise. Rien n’était étudié pour que cela se passe dans de bonnes conditions, tout était prévu par le CRF. Ils veulent liquéfier les nations, les destructurer, les mettre à terre comme ça, la populace sera beaucoup plus facile à être menée. Nous voyons bien ce qu’il se passe en europe, la Grèce est moribonde, l’Italie et l’Espagne râle (d’ailleurs avez vous vu dans les médias les grandes manifestations en Espagne, moi non, rien ne perce et pourtant ça remue). Ouvrez les yeux et Valls qui obéit bien à ses maîtres envenimera la situation, il n’est pas accepté par beaucoup, car avant d’aimer la politique, il faut aussi aimer les gens


    • matador matador 2 avril 2014 20:43

      a solatges

      vous aimez plaisanter vous....


    • claude-michel claude-michel 2 avril 2014 11:28

      Hélas...notre perte est l’UE et l’Euro...A l’époque du francs les Français avaient du pouvoir d’achat..moins de chômeurs et moins de dette... !


      • howahkan howahkan Hotah 2 avril 2014 13:04

        A l’origine les 10 humains qui émergeaient de « quelque part » lisent le manifeste néocons capitalo-debilo-pharaono-royalo-fasciste-fauxcialisto-communisto.etc , donc ils se battent tous, résultat, tous morts, le dernier ne pouvant survivre seul..........

        Sauf que pour nous ceci ne fut pas le début, donc des gens ont vécu ensemble ,collaborés ,partagé etc etc puis quand ceci marcha plutôt bien pour survivre arriva le voleur...........on est est la depuis 5 à 10 000 ans......le voleur dirige depuis ce temps là.....


        • matador matador 2 avril 2014 20:44

          a hotat

          c est chiant de vous lire....


        • zygzornifle zygzornifle 2 avril 2014 14:13

          La chance pour la France n’est pas dans le PS ni dans l’UMP ringardisés à mort avec des idées de fœtus morts-nés ni dans l’Europe reflet d’eux mêmes mais dans la rue....


          • Martha 2 avril 2014 18:07

             Les partis politiques sont morts sauf un.
             l’UPR, qui a été créé dans le but de sortir la France de l’Europe, en appliquant l’article 50 du TUE. C’est tout simple et cet article 50 est signé de tous.

             Dans 53 jours, le 25/5/2014, une occasion inespérée : les Européennes + une liste UPR dans chaque circonscription « inter-régionale ».
             => Voter le plus massivement possible pour ces listes, pour voir ce que cela donne.
             ....C’est le meilleurs test pour tâter du niveau démocratique de la grosse bête, qui prétend imposer ce concept partout.


          • vesjem vesjem 2 avril 2014 22:45

            @martha
            là , l’upr met le paquet pour neutraliser le fn (car vous jouez dans la même cour)
            dans quel but faites-vous cela ? de toutes façons , vous aurez moins de 5% aux européennes , mais des pour-cents pris au fn ;
            Vous le savez , à moins de 5% , vous n’avez aucun élu , alors , je vous le redemande : pourquoi vouloir affaiblir le fn , qui a sensiblement le même programme que vous ;
            la réponse est dans la question


          • Martha 3 avril 2014 10:20

             @vesjem,

             Que cherche le FN au juste ? Quelques sièges au parlement Européen, pour y rester cinq ans en nantis du système ?

            En dehors du fait que le pouvoir médiatique éclipse l’UPR derrière le FN, nommé pour l’occasion extrême droite, en quoi ces deux partis se ressemblent-ils ?
             Le premier est dans la cour des grands, l’autre celle des collégiens.

             Le FN divise les Français en présentant un choix politique sans intérêt puisque ce pouvoir n’existe plus : il a été volé, malgré nous, par « la commission Européenne » et la direction de l’Empire. Notre Président est au mieux un Proconsul élu.
             
             L’UPR rassemble les Français de tout bord politique, pour libérer notre Pays, dans le but tout simple de reprendre les commandes du navire France : demander l’application de l’article 50 du TUE pour sortir de cette Europe qui nous ligote et par la même occasion de l’OTAN, dont on voit bien sa dérive (criminelle et menteuse) et retrouver la maîtrise de notre monnaie.
             C’est clair, simple et précis.

             Voter pour l’UPR a du sens,
             Et lui donner un maximum de voix le 25/5/2014 encore bien plus.
            Il ne s’agit pas là de chercher qques sièges pour s’engraisser pendant cinq ans mais de transmettre un message fort : on veut sortir d’urgence de ce bin’s.

             Donc : surtout voter ce jour là. L’abstention n’a pas de sens*
             Voter massivement pour l’UPR, seul parti qui veut que notre rapport à l’Europe** change et enfin le seul parti qui nous en donne les moyens, d’une façon extraordinaire***, en un seul vote, ce jour là.

             *L’abstention : c’est ne pas exister. C’est ce qu’attendent les Européistes et bientôt on entendra : « le vote populaire ça ne sert à rien ! »
             **L’Europe que l’on nous a fait (dans le dos) et non pas celle que nous avons construite démocratiquement et avec prudence.

             ***Extraordinaire : ordinaire, apparemment, puisque c’est la règle du jeux. Mais cette fois-ci il y a une conjonction ce 25/5/2014 => « Européennes » + << UPR >>


          • Martha 3 avril 2014 10:59


             PS : Voter UPR le 25/5/2014, c’est pour chacun de nous, demander de sortir de cette Europe ratée. C’est réclamer notre Liberté seul moyen de faire revivre nos principes fondamentaux Républicains :
             Liberté - Egalité - Fraternité 


          • vesjem vesjem 3 avril 2014 19:47

            @martha
            on en reparle après les européennes , et tu apprécieras le % obtenu par l’upr ;
            la seule solution pour vous est de s’arrimer au fn ou à dupont-aignan ;
            si fn élu , les virer s’ils ne font pas bon boulot ;
            c’est juste pour virer l’umps qui monopolisent le ballon depuis une éternité ;
            çà sera difficile de faire pire qu’eux !
            si tu n’as pas le réalisme de comprendre que l’upr n’a aucune chance d’atteindre la barre des 5% , c’est que ton pragmatisme n’est pas à la hauteur pour gouverner .


          • egos 2 avril 2014 18:46

            small is beauty


            le fameux génie et les rêves de grandeur se sont peut être évaporés au lendemain de la défaite de Sedan, depuis ce fut une succession de capitulations.

            au sortir de la seconde guerre mondiale, copiant le modèle économique us (cf Elie Cohen) le pays s’est grisé de sa mise à niveau, menace soviétique aidant, contribuant par la même à la prospérité des classes « moyennes »

            suivant le schéma historique qui conduisit au déclin de notre voisin d’outre manche suite à la perte de son empire colonial (La City reste néanmoins le coffre fort privilégié des petro-monarques moyen-orientaux et autres nababs d’Inde ou sea) notre avenir semble tracé 

            l’Angleterre d’aujourd’hui, en voie de tiers mondisation selon ses propres sujets, (pour éviter tte équivoque ou interprétation : une nation composée d’une minorité d’individus extrêmement riches et de classes paupérisées, a peu près rien entre celles-ci) préfigure un avenir plausible.

            il ns reste a accepter notre destin de puissance régionale, 
            une variété de Suisse ou de pays scandinave, 
            abdiquer cette volonté de puissance inaccessible, 
            devenir un pays ou il ferait bon vivre 
            et cultiver l’immense patrimoine culturel et intellectuel que le passé ns a légué,
            culturel ds une acception extensive

            Grecs, Italiens, Espagnols, Portugais ont bien emprunté ces voies et n’ont pas disparu pour autant

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 avril 2014 19:35

              egos,
              Vu l’état de la Grèce, où la pauvreté augmente encore plus qu’ailleurs, il vaut bien mieux vivre dans un pays comme la Suisse, un pays démocratique, indépendant et souverain ! Son industrie et son agriculture n’ont pas subi le laminage européen.

              Si la France, 5e ou 6e puissance économique du monde, n’est pas capable de survivre au Titanic européen, les 180 autres pays du monde n’ont plus qu’à se suicider !

              La chance de la France, c’est d’avoir des Partis politique, le M’PEP, l’UPR, le PRCF, qui veulent sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN.

              Tous les pays européens n’ont pas encore cette chance et doivent se contenter des mêmes marionnettes soumises à la Troïka et à l’ OTAN.

               Pour ceux qui n’ont connu que la « crise », fut un temps, l’économie française était prospère, la dette quasi inexistante, il y avait 500 000 chômeurs, et pas 5 millions ! « Etat de l’économie française il y a 40 ans »

              La question de la dette illégitime est en train de refaire surface, Bruxelles ne semble pas disposée à accorder à Hollande de nouveaux délais.

              Voici ce que serait la dette, sans l’article 123 qui impose d’emprunter aux banques privées : « les intérêts de la dette ».

              Pour crever le plafond de verre des médias, il faut rassembler de plus en plus.
              La progression des adhésions à l’ UPR est spectaculaire, continuons !


            • vesjem vesjem 2 avril 2014 22:49

              @fifi
              tu étais là ?
              tu peux lire mon commentaire plus haut ?
              tu n’avais pas répondu à un commentaire précédent ; t’avais pas la réponse ?


            • vesjem vesjem 2 avril 2014 22:54

              @fifi
              tiens , je te remet le commentaire auquel tu n’avais pas donné suite :
              @fifi
              "à ton avis : quel est le parti le plus éloigné de toutes tes convictions ?
              réponse : npa , fdg , ps
              à ton avis : quel est le parti le plus proche de toutes tes convictions ?
              réponse : fn
              alors , la question que je me pose est : pourquoi tu t’évertues à descendre systématiquement un parti qui cherche à mettre en oeuvre un grand nombre des mesures que asselineau revendique ?
              réponse évidente : la trahison de tes propres valeurs (apparentes) pour des raisons inavouables ;
              Tu pourrais jeter de l’acide sur tous les autres partis , mais tu t’en prends principalement à celui qui t’est le plus proche ;
              ferais-tu le jeu de l’ennemi ?"


            • egos 3 avril 2014 00:35

              a ffi brin_d’acier


              small is beautiful, merci de corriger

              votre post revient à juste titre sur le rôle de l’art 123 ds l’endettement de la nation, au niveau de la plupart de nos voisins européens, 
              ce qui pose problème et fait la différence est notre capacité à apurer cette dette

              les dispositions retenues visaient en ces temps à enrayer l’inflation (de l’ordre de 15 % en Fce, avoisinant 1000 % au Brésil) consécutive à l’injection de liquidités par la BDF, autant échanger un cheval borgne contre une vache tuberculeuse si la majeure partie de ces fonds, quelles que soient pers origines, n’est pas dédiée à financer l’investissement productif et les infrastructures du pays (y compris l’éducation et la santé)

              ce ne fut manifestement pas le cas, en résumé la dette servit à abonder le compte d’exploitation déficitaire de l’état et non les actifs vitaux au maintien d’une industrie compétitive, l’emploi résulte ds le cadre d’un capitalisme de type industriel de la compétitivité (innovation) celle ci de l’investissement

              un autre aspect des impacts négatif de l’injection de liquidités réside dans la stimulation de comportements spéculatifs orientant les capitaux vers ses placements à fort rendement sur très court terme, l’immobilier mais aussi des activités touchant au consumérisme, à ce jeux la imposante industrielle est disqualifiée.

              L’appât du gain, les gigantesques empires qui se sont constitués sur les fuies de l’industrie nationale (rachats, concentrations, délocalisation ; vastes opérations immobilières) ont servi d’aiguillon à cette orientation, voulue ou acceptée par ttes les majorités pour des raisons convergentes

               La France s’est engagée il y a fort longtemps ds cette voie, tout comme l’Espagne et la Grèce récemment avec les conséquences que l’on connait.

              ceci n’est pas lié a de simples facteurs dus au hasard ou à l’incompétence de nos dirigeants mais résulte de la permanence d’une idéologie post-coloniale associée à la volonté d’éliminer la classe ouvrière jugée potentiellement dangereuse au profit de populations tertiaires contrôlables par le biais d’une sté dévolue aux chames de la consommation.

              Seul les us semblent tirer leur épingle de jeu à ce vaste Kriegspiel globalisé drainant la majorité des ressources humaines, financières et naturelles de la planète,

              cela tient à leur domination liée au processus décrit précédemment à leur capacité à vendre du $, devise planétaire, en proportion de l’accroissement de l’économie mondiale pour un coût re revient qui équivaut à celui de sa production par1 imprimerie fiduciaire, les diverses vagues spéculatives venta en bonus

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 avril 2014 08:00

              vesjem,
              Non je n’avais pas lu ton post, je répondais à Egos.

              L’UPR ne chasse pas sur les terres du FN. L’UPR s’adresse à tous les Français.
              Si elle critique le FN, c’est parce qu’il pompe ses analyses pour les salir en les mélangeant avec des propos racistes et xénophobes.

              Et en racontant des bobards sur l’article 50, qui sert à sortir de l’ UE et pas à renégocier les Traités. L’UPR n’a aucunement l’intention de renégocier les Traités, mais d’en sortir, et définitivement.

              C’est d’ailleurs la tâche assignée par le système au FN : salir et déconsidérer le patriotisme et la souveraineté.

              60 à 70% des Français ne font plus confiance à l’ UE, il y a largement la place de rassembler une majorité.


            • Jean Keim Jean Keim 2 avril 2014 18:49
              Le seul amour qui vaille vraiment est celui de la vie, avec plus de 7 milliards d’habitants sur terre, se prévaloir d’une appartenance patriotique est une absurdité.
              Le français moyen n’est pas plus ou moins ceci ou cela que les autres, il est comme n’importe quel autre terrien. La France qui est une construction artificielle résultant de son histoire avec moult guerres et autres horreurs et aussi pas mal d’egoïsme va mal parait-il mais notre chance en cas d’effondrement de la civilisation est que le territoire appelé France peut être autosuffisant pour les besoins vitaux de ses habitants grace à ses atouts géographique mais encore faudra-t-il que le partage du travail et des ressources soit la règle sinon ... à la grâce de Dieu.

              • Allexandre 2 avril 2014 19:31

                @Jean Keim
                Merci pour votre intervention !! Enfin des mots intelligents et sensés. Brandir l’étendard du patriotisme ou du nationalisme est une absurdité inventée pour mener les peuples. Et ça marche. Aucun Homme au monde n’a choisi de naître là où il est né. Par conséquent, c’est le hasard qui nous a mis là où nous sommes. Prenons un peu de hauteur et acceptons l’idée que nous sommes avant tout des terriens comme les autres, plus ou moins privilégiés selon les âfres de l’Histoire et de la cupidité d’un petit nombre. En revanche, puisque nous sommes Français, faisons en sorte de vivre ensemble dans le souci du bien-être de chacun et de tous. Pour cela, nous devons effectivement réagir à toutes les inepties politiques et économiques qui nous sont imposées par une élite dont la seule nationalité est l’argent et le pouvoir. Certes il n’y a pas eu de guerres en Europe depuis 1945, mais est-ce vraiment le résultat de la construction européenne ou celui d’une domination occidentale sur le reste du monde où là, il y a eu moults guerres et atrocités. Demandez aux Libyens si l’UE c’est la paix !! Bruxelles n’est que l’antichambre d’une dictature mondialiste pilotée par Wall Street et la City, comme par hasard. Le seul qui ait su défendre les intérêts de la France, et au delà, de toute nation, c’est le général de Gaulle. Il avait compris bien des choses et notamment qui pouvait attenter à notre souveraineté. Une fois parti, ses successeurs n’ont eu de cesse que de détruire tout ce qu’il avait réussi à mettre en place. A commencer par Pompidou, pourtant « gaulliste ». Puissent les Européens s’abstenir de voter en mai dans des proportions gigantesques pour désavouer toute la clique de Barroso et Golgman Sachs !!


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 avril 2014 20:00

                Allexandre,
                Vous confondez patriotisme et nationalisme.
                C’est De Gaulle qui disait : « le patriotisme, c’est aimer son pays ; le nationalisme c’est détester le pays des autres ! »

                Que le FN se fasse passer pour « gaulliste et patriote » ne devrait étonner que ceux qui n’ont pas compris l’arnaque des racistes et xénophobes qui peuplent ce Parti.
                Ils veulent des frontières, pas pour remettre l’économie en marche, mais pour pouvoir expulser les étrangers. C’est tout ce qui les intéresse.

                Si les médias lui ouvrent si volontiers les portes, c’est justement pour créer la confusion entre nationalisme et patriotisme.

                Il faut protéger la Nation, c’est le niveau où toutes les lois sociales et les contrôles de la finance ont été votés, puis dérèglementés, annulées, pour appliquer l’ultralibéralisme qui a présidé à tous les Traités européens.

                Ce qui a été défait doit être refait. Le but du Nouvel Ordre mondial, c’est justement de faire disparaître les Etats Nations, pour enlever aux peuples les moyens de se défendre.
                Pierre Hillard « La décomposition des Nations européennes »

                Voici ce qui resterait de la France avec les euro-régions.
                Diviser pour mieux régner !

                C’est pour cela qu’ils détestent tant Poutine.
                Pour Poutine, le NOM n’a aucun avenir.
                Ce qui compte c’est le principe consacré de la souveraineté des Etats.
                « Non -alignement, non confrontation et non ingérence dans les affaires des autres Nations ».

                Voici l’exemple de pays souverains qui s’organisent pour leur futur :
                fin janvier 2014, 33 chefs d’Etats d’ Amérique du sud et des Caraïbes se sont réunis. C’est la version ignorée des médias de « la Communauté internationale » .

                Poutine a été exclu du G8, il répond : « Pays des BRICS, l’avenir est à nous ! »


              • matador matador 2 avril 2014 20:47

                A Keim

                vous êtes d’un simplisme rare..... l’homme est un animal social que vous le vouliez ou non...avec toutes ses implications...


              • Allexandre 2 avril 2014 20:56

                @ fifi
                Non je ne confonds pas les deux, même si la limite n’est pas aussi claire que le disait de Gaulle. Cela dit, je ne parlais pas du nationalisme dans son acception du XXème siècle, mais dans celle du XIXème. Cela dit, ça n’enlève rien au problème. La naissance des Etats-Nations a crée des sentiments d’appartenance à une nation et généré des conflits entre les peuples que l’on a chauffés à blanc au nom du patriotisme et de l’amour de la Nation. Et les peuples y sont allés. Il n’est que de voir la Première Guerre mondiale. Et pendant ce temps, certains tiraient les ficelles, décoraient les soldats pour service rendu à la Nation, et d’autres s’en mettaient plein les poches en flattant l’héroïsme et le patriotisme de ces bons soldats du peuple. Ce n’est qu’après que le nationalisme, terreau du fascisme s’est propagé. A vous de ne pas confondre les deux.


              • Allexandre 2 avril 2014 20:57

                @ Matador
                C’est l’hôpital qui se fout de la charité !!! En parlant de simplisme, vous le battez à plattes coutures


              • matador matador 2 avril 2014 21:21

                a allexandre,

                le berceau du fascisme, c’est pas le nationalisme mais le socialisme...


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 avril 2014 08:06

                Allexandre,
                On ne peut pas reprocher aux peuples de défendre leurs intérêts.

                Que la Nation ait été utilisée à d’autres fins, j’en conviens volontiers, mais actuellement, c’est le seul niveau à partir duquel on peut remettre en place les régulations et les protections qui ont été supprimées pour laisser place à la main du marché...
                Vous proposez quoi d’autre ? 


              • Allexandre 3 avril 2014 09:18

                @ Fifi,
                Je suis d’accord avec vous. Il faut reprendre la main. Il faudrait deux choses : - reconsidérer l’enseignement, moins propagandiste et plus ouvert, sans sujets tabous
                - Changer la Constitution et donner aux électeurs citoyens le rôle principal dans les choix politiques et sociétaux. Et sortir de l’Union européenne le plus vite possible !


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 avril 2014 10:45

                Allexandre,
                La Constitution a été violée X fois, en particulier en ce qui concerne la souveraineté, la fin du français en enseignement supérieur et le referendum de 2005.

                L’UPR propose diverses réformes,dont le referendum d’initiative populaire.
                « Programme de Libération nationale »


              • matador matador 2 avril 2014 21:18

                A ALLEEXANDRE

                j ai rien argumenté, volontairement, et vous me traitez de simplisme, vous vous enlisez.... ;) juste que ce discours est désuet, dépassé, fatigué et le reflet d’une profonde inculture anthropologique... ;))pour info, qui sont vos références culturelles, parce que que c’est bien beau de refaire le monde dans son coin , sauf que des penseurs illustres ont réfléchi avant nous et il est quelquefois bon de s’y référer...alors vos références ?


                • Allexandre 3 avril 2014 09:14

                  Eh bien argumentez que je vois un peu de quoi il retourne. Vous n’avez pas apprécié que je vous traite de simpliste. Comme le dit l’Evangile, « ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que l’on fît à toi-même ». C’est vous qui avez dégainé avec condescendance. Matador vous va à ravir. Par ailleurs vos « illustres esprits » s’ils ont dit que le socialisme était le fondement du fascisme, ils ont tout compris. Le parti de Mussolini s’appelait Parti NATIONAL fasciste. Hitler plus ambiguë, parti NATIONAL-SOCIALISTE, mais il n’a rien eu de socialiste. Alors réfléchissez par vous même au lieu de tjs vous référer à d’autres penseurs qui d’ailleurs se sont parfois trompés. Vous avez des neurones, servez vous en sans vous réfugier derrière d’autres.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 avril 2014 08:12

                  Les européistes, faute d’avoir un bilan acceptable de la belle Europe de la prospérité, vont nous faire le coup de « l’ Europe, c’est la paix », en utilisant les commémorations des deux guerres mondiales comme preuves.

                  Hélas, l’UE n’est pas plus la prospérité que la paix,« l’ Europe c’est la guerre ! »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Solatges


Voir ses articles







Palmarès