Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La conférence de presse du garçon de salle

La conférence de presse du garçon de salle

On l'a regardé, le garçon de salle. Il était là, vêtu de sa tenue habituelle, sérieux, puis souriant, aimable. Il rappela ce qu'il avait fait et ne rappela pas ce qu'il avait promis. Aujourd'hui, il n'accueillit pas les clients, et ne les installa pas. Pour les commandes, il faudrait repasser. Les ministres, sur leur chaise, attendraient longtemps leur café. Son monologue introductif, les journalistes n'en feraient pas leur tasse de thé. Mais lui, était content de lui. Le garçon de salle, dans son costume de fonction, se félicita de son travail et indiqua qu'il ne pouvait être partout.

C'est un métier difficile.
Pour l'exercer dans de bonnes conditions, le garçon de salle se doit d'être aimable. Il l'est.
À l'écoute des clients, y compris des plus turbulents, veillant à son confort, il doit fait preuve de qualités relationnelles pour fidéliser sa clientèle. Le nôtre a toutes ces qualités là. Il sait se montrer discret quand il le faut. Observateur et réactif, il reste à l'affût des nouveaux arrivants et des demandes des clients qui pourraient le gêner en écoutant mal leurs commandes.
L'autre jour, à cause de quelques courants d'air médiatiques, il avait évolué entre des tables vides mais s'était mis en tête de servir à des clients absents un plat qu'ils n'avaient pas commandé dans les formes. Il a tout fait, découpé la viande, a procédé au flambage du dessert et débouché de bonnes bouteilles pour trinquer à son geste. Le MEDEF apprécia le service du professionnel.
Juste un petit retour. 
Ce jour là, le menu proposé avait été le « pacte de compétitivité ». Ce fut un tournant remarqué : dans les fourneaux de l’Élysée, on s'était converti à la tambouille que le chef précédent avait mis en musique sur les pianos dézingués des cuisines de la Cinquième. 
On vit la mise en place de quelque chose de surréaliste : une niche fiscale pour les entreprises, en un « pacte » que le gouvernement avait décidé seul au profit du patronat et sans contrepartie de ce dernier. 
Alors, pensez-donc, le patronat fut très content : ce n'est pas lui qui paierait la note de la « diminution du coût du travail ». Ce sont les salariés qui le feront à sa place et les plus démunis, qui verront l'Etat, les collectivités et la protection sociale de nouveau touchés.

La conférence de presse du 13 novembre, dans un décorum aux ors fins, restera le lieu où le « tournant » fut assumé. On ne fit plus le «  coup de la parenthèse  ». Maintenant, on le sait, le professionnel ne changera rien. Il ne se battra sur rien. 
S'attachant à peaufiner sa crédibilité à l’égard des seuls marchés financiers, le Président confirma qu'il s'était définitivement coulé dans le moule. Avec tout l'humour qui le caractérise, il souhaita que tous les français « Les dirigeants, les cadres, les salariés, les actionnaires  » se donnent la main, le regard tourné vers la mecque du bonheur libéral à venir. Ce qui n'est pas rien.

Sa formule sur «  le coût du travail  » s'applique aussi à lui : « Il n’est pas tout mais est tout sauf rien  ». C'est un tout. Un tournant.
 
Léon
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • katakakito 14 novembre 2012 21:04

    Tout est dit


    • Dzan 15 novembre 2012 10:52

      Mais, où sont-ils tous les Français mécontents. ?
      Pas de c...es comme les Espagnols, les Portugais, les Grecs
      Seul souci, la semaine de 4jours 1/2 pour les lardons, qui empèchera de partir aux sports d’hiver.
      Il n’y aura, que quand ils( les Français) auront le nez dans la m...de, qu’ils s’apercevront que ça en est.

      Ah si, j’oubliais, Copé veut les y faire aller, dans la rue.


      • Ariane Walter Ariane Walter 15 novembre 2012 15:00

        Un garçon de salle ? Je dirai plutôt un sale mec qui, se faisant élire au nom de la gauche travaille au nom de la droite. Trahison, forfaiture, on a le choix.
        Aujourd’hui le PC a voté « non » au budget de la SS. Ils le feront quand même passer ;
        Ils ont tous les pouvoirs.
        Même celui de se déshonorer.
        Aujourd’hui, face aux manifs d’hier, Valls a déclaré qu’il fallait développer davantage interpol contre les dérives des anarchistes et de l’ultra-gauchisme. Vous le voyez venir le petit Franco ?


        • Ruut Ruut 15 novembre 2012 16:06

          UMPS elle avait raison...


          • Ariane Walter Ariane Walter 15 novembre 2012 17:28

            http://blogs.mediapart.fr/blog/shrewd/151112/dans-le-fond-tous-une-bonne-raison-den-vouloir-au-ps

            Excellent article sur mediapart qui dénonce ce foutu parti qui se dit socialiste !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès