Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La crise donne raison au projet de réforme fiscale globale de François (...)

La crise donne raison au projet de réforme fiscale globale de François Hollande

"On ne devient pas Président de la République en promettant des hausses d'impôts" s'amusait-on du côté de l'Elysée quand François Hollande assurait dès 2009 que celles-ci sont inévitables et qu'il faudra remettre à plat le système des prélèvements obligatoires. A l'inverse, François Baroin assurait en début d'année qu'aucune hausse des prélèvements n'interviendrait en 2011. Oui mais après ? Les grandes turbulences qui agitent l'économie mondiale confirment que la fiscalité sera au cœur de la confrontation électorale de 2012.

En octobre 2009, devant quelques 300 militants de son association Répondre à gauche réunis à Périgueux, François Hollande lançait un avertissement peu réjouissant : "La question n'est pas de savoir si l'on va augmenter les impôts, mais de savoir quels impôts vont augmenter, et qui va les payer".

L'ancien Premier secrétaire du PS mettait alors en cause l'irresponsabilité de Nicolas Sarkozy accusé de s'être employé dès le début de son mandat à assécher les recettes de l'Etat entre baisse de l'impôt sur le revenu, plafonnement de la taxe professionnelle, exonération des heures supplémentaires, baisse des droits de succession et de donation, bouclier fiscal et baisse de l'ISF. 40 milliards d'euros de perdus selon le président du Conseil général de Corrèze.

En début d'année, François Hollande dans La Tribune ne ménageait pas ses critiques cette fois sur le projet de budget 2011. "Bricolage en matière de redressement des finances publiques et injustice dans les choix de dépenses comme de recettes. C'est le dernier budget du quinquennat, donc il résume une politique. Elle s'est révélée défaillante au double plan de l'équité et de l'efficacité. Nicolas Sarkozy laissera à son successeur une situation exceptionnellement dégradée de nos comptes publics et sociaux" déclarait, incisif, le député de Corrèze.

Depuis la crise a rendu caduques les prévisions de croissance optimistes de Bercy et les recettes qui allaient avec. La situation financière de la France s'est un peu plus dégradée mais peu importe. Nicolas Sarkozy joue les vertueux et tente de prendre l'opposition au piège de l'adoption d'une règle d'or encadrant les déficits publics pour l'avenir.

Une règle en plaqué or pour Pierre Moscovici coordinateur de la campagne de Francois Hollande qui voit dans la dette, l'ennemie dela gauche.

Pour sortir du piège tendu par l'Elysée et démontrer qu'il incarne un gestionnaire responsable, François Hollande suggère dans Les Echos de substituer à la règle d'or, un amendement au projet de loi de finances 2012 dans lequel la France s'engage à respecter le retour sous la barre des 3% de déficit en 2013.

Derrières les déclarations de bonnes intentions, le candidat aux primaires socialistes pose à haute voix une question qui trotte dans la tête de beaucoup de français, alimentée par le spectre d'une situation à la grecque : qui va payer pour l'austérité qui s'annonce et par quels impôts ?

Au-delà de la mise en place d'une véritable gouvernance de la zone euro qu'il appelle de ses voeux, François Hollande précise : "Tout dépendra de la sincérité du budget pour 2012, surtout si la croissance ralentit. Personne n'imagine que nous pourrons atteindre les objectifs affichés sans remise en cause des avantages fiscaux consentis par l'actuelle majorité depuis quatre ans. Ne pas le faire serait une double faute tant par rapport à nos partenaires européens qui douteraient de nous que par rapport aux Français qui n'accepteront pas de consentir quelque effort que ce soit sans justice fiscale" (…) "Le débat en 2012 ne sera pas entre ceux qui veulent augmenter les impôts et ceux qui le refusent, mais entre ceux qui voudront augmenter certains impôts et ceux qui voudront baisser beaucoup de dépenses."

D'une façon générale les socialistes attaquent Nicolas Sarkozy, en mauvaise posture dans les sondages, sur son image de capitaine courage qui tient avec efficacité la barre dans la tourmente.

Ce matin sur France Inter, Laurent Fabius, soutien de Martine Aubry, a qualifié le locataire de l'Elysée de "pompier pyromane" et reproché de façon générale aux dirigeants européens "pas assez de vision, pas assez de détermination".

François Hollande, toujours dans Les Echos, n'est guère plus tendre lorsqu'il déclare que "L'improvisation et l'hésitation face à la spéculation nous ont déjà coûté assez cher. Le risque aujourd'hui est celui de l'éclatement de la zone euro. Il n'y a plus de temps à perdre. Il faut faire fort, vite et clair !".

Le point faible de Nicolas Sarkozy n'est pourtant pas tant là. C'est dans l'exigence de sincérité et de discours de vérité de la part du Chef de l'Etat que François Hollande tape juste.


Moyenne des avis sur cet article :  2.93/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 9 août 2011 11:16

    Bonjour, Henry.

    On ne pourra pas échapper, en effet, à une remise à plat complète de l’impôt. Hollande sera-t-il l’homme de la situation ? Oui, peut-être, s’il parvient à sortir des carcans dans lesquels les socialistes se sont régulièrement enfermés. Mais il faut bien reconnaître qu’Hollande donne l’impression d’avoir énormément réfléchi et évolué. A suivre...

    Pour ce qui est de la « règle d’or », la position des socialistes est évidemment défendable, mais il n’est pas sûr qu’ils aient choisi le bon angle d’opposition face à Sarkozy. A mon avis, la bonne réponse eût été « Oui à un vote positif au Congrès, mais, vu l’état du pays, à la condition expresse et non négociable que cette règle d’or s’applique dès la Loi de Finances 2012 ». En choisissant cette stratégie, c’est Sarkozy qui eût été mis en grande difficulté.

    Cordialement.


    • Pegase Pegase 9 août 2011 12:32

      On est d’accord. Nicolas Sarkozy, il faut lui reconnaitre qu’il est aussi bon candidat qu’il est mauvais président. (Ce qui malheureusement ne garanti pas que les socialistes seraient aussi bons gouvernants que mauvais candidats...) Son histoire de règle d’or est une telle caricature du « fait ce que je dis, pas ce que je fait » que le refus était inévitable, donc attendu par l’auteur de la proposition. bref, comme on dit chez nous : un piègeac’

      J’ai détaillé ce que je pense de l’affaire sur ce message
      http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/nicolas-sarkozy-le-grand-retour-du-98163#forum2997622

      En effet les socialistes, à l’exception de Ségolène royal qui à répondu par une proposition prenant le gouvernement au mot.sont tombés dans le piège de la fin de non-recevoir et remis en selle le bon vieux mythe de la gauche dépensière, inconsciente face à une droite de de gestionnaires responsables. Le petit graphique à cette adresse indique clairement ce qu’il en est...

      Autre élément qu’apparament TOUT LE MONDE néglige : Le commerce extérieur. quand MM Chirac et Rafarin ont pris les commandes en 2002 notre commerce exterieur était excédentaire... Aujourd’hui il accuse un défficit totalement ahurissants compte tenu des capacités industrielles, agricoles, technologiques du pays, sans compter ses atouts touristiques et culturels. On nous annonce ces chiffres catastrophes un peu comme des résultats de foot de ligue 2, ces chiffres ne provoquent AUCUNE REACTION... Je ne pige pas cette apathie, ce devrait être une PRIORITE NATIONALE de redresser ça !! C’est (encore...) à notre porté et le pognon qu’on arriverait à faire rentrer de l’extérieur allègerait d’autant les efforts budgétaires de tous les Français, du SDF au milliardaire.


    • Ouallonsnous ? 9 août 2011 18:25

      Il ne s’agit plus eulement de constater le pouvoir de nuisance de l’OTAN , des nèo-colonialistes anglo-européo-USraéliens, et de leurs valets, les gouvernements et parlementaires des pays de l’UE, actuels et en devenir, mais d’utiliser tous les moyens pour les neutraliser définitivement, politiquesn économiques et y compris militaires !

      Nos forces armées n’ont plus rien à faire dans les guerres colonialistes et de pillage acutelles menées par l’Empire. Elles doivent revenir à disposition de leur pays d’origines pour les protéger des anglo-USraéliens et ensuite configurés pour passer à l’offensive afin de les détruire. Fini de tergiverser !


    • ja.poirier 9 août 2011 11:21

      degré 0 de la politique 

      et le féderalisme pour couronner le tout ...

      • bernard29 bernard29 9 août 2011 11:33

        Et le « grand emprunt » de Rocard et Juppé, il est où ??


        • Gargantua 9 août 2011 11:56

          La crise est un défis lancer aux hommes, et si ils pensent qu’ils peuvent la réglé avec les vieilles ficelles idéologiques, il y a fort à parié que rien est réglé juste pousser le bébé pour le suivant .
          C’est une crise qui trouve sa source dans l’amoralité des pratiques, et dans l’immoralité de nos dirigeants. Un manque manifeste d’imagination créatrice.


          • BA 9 août 2011 14:38
            Dépêche Reuters :

            Les rendements des emprunts italiens et espagnols sont en repli mardi en matinée, les investisseurs s’attendant à de nouveaux rachats de la part de la Banque centrale européenne (BCE), tandis que la France et la Belgique pourraient à leur tour être sous pression.

            « Nous n’avons pas encore vu de rachats de la BCE, mais on s’attend à ce qu’elle s’implique à nouveau, et dans des volumes importants », explique un trader.

            La BCE a élargi lundi son programme de rachat à l’Italie et l’Espagne, troisième et quatrième économies de la zone euro, intervenant de façon importante sur les marchés obligataires.

            Mardi, le rendement du papier italien à 10 ans reculait de 19,7 points de base (pdb) en matinée, à 5,134%, tandis que son homologue espagnol se détendait de 16,3 pdb à 5,05%.

            Le marché obligataire pourrait tester la détermination de la zone euro à affronter la crise de la dette en mettant sous pression d’autres pays en délicatesse avec leurs finances.

            « En fin de compte, l’Italie et l’Espagne sont sorties du jeu, donc nous allons regarder ensuite du côté de la Belgique et de la France - des pays qui sont sans protection », prévient un autre trader.

            Le rendement des obligations françaises à 10 ans grimpait de 7,5 pdb sur la séance à 3,22 %, soit la plus mauvaise performance parmi les pays de la zone euro.

            (Dépêche Reuters)

            Alerte !

            La France et la Belgique sont attaquées !

            Alerte !


            • TOHT 9 août 2011 14:43

              Le probléme d’Hollande c’est le PS, l’individus pourquoi pas mais votre projet de société désolé je le combattrai, l’individus est intéréssant mais le PS prone le communautarisme, le clientelisme du clan des socialistes de France. Donc je mettrai mes convictions dans ma culotte, je préfére me couper un bras plutot que les 2 jambes, les « corones » en prime avec votre projet sur la famille et donc voter Sarko, au moins au 2 eme tour.


              • spartacus spartacus 9 août 2011 17:29

                Un grand message à Hollande et compagnie, puisqu’on vous l’a pas expliqué à l’ENA.


                Le patron n’est pas payé pour faire le percepteur !
                Percepteur c’est pas son boulot. 
                Et c’est pas une blague ! 
                A voir la feuille ce paye Française, c’est certain vous ne le savez pas !

                Les impôts faites donc des impôts directs !

                Savez vous que le rôle d’un patron c’est d’aller chercher du travail, se battre pour des marchés, gérer sa boite, vendre, mettre en fabrication. Gérer ses ressources humaine.
                Actuellement il passe son temps à gérer des problèmes administratifs par déchargement de l’état à faire son rôle de percepteur.

                Vous voulez des impôts en plus ? Collectez les vous mêmes ! 


                • jpm jpm 9 août 2011 19:28

                  Tout a fait daccord avec vous Spartacus... ce n´est pas aux employeurs de collecter les impots et de prendre en compte (et aussi de connaitre) la complexite des situations familiales. Les feuilles de paye sont deja un veritable maquis... et il n´est pas necessaire d´en rajouter. Je ne suis donc pas tres favorable a un impot generalise preleve par les entreprises, ce qui n´empeche de prevoir un impot direct et progressif preleve chaque mois par le fisc en fonction des informations dont il dispose.

                  Il se trouve que les services des impots sont parfaitement qualifies... et disposent deja de l´ensemble des informations, remontees par les employeurs, les banques et bientot les organismes sociaux, une fois que le fichier centralise sera au point. Ils auront donc toute latitude pour calculer la juste contribution de chaque citoyen smiley


                • ali8 9 août 2011 17:52

                  nul doute, avec UMPopuliste ou les Socialistes

                  le peuple paiera comme depuis toujours avec son sang et son argent et les socialistes sont aussi ingénieux que les autres pour créer de nlles taxes ou retenues


                  • Winston Smith 9 août 2011 19:13

                    «  François Hollande suggère dans Les Echos de substituer à la règle d’or, un amendement au projet de loi de finances 2012 dans lequel la France s’engage à respecter le retour sous la barre des 3% de déficit en 2013. »



                    Ca ne sera jamais que le 10 ou 15éme....


                    « Personne n’imagine que nous pourrons atteindre les objectifs affichés sans remise en cause des avantages fiscaux consentis par l’actuelle majorité depuis quatre ans. »

                    Dans le genre : je me fou de ta gueule en racontant n ’importe quoi, je trouve qu’il est bon, ce hollande..

                    «  C’est dans l’exigence de sincérité et de discours de vérité de la part du Chef de l’Etat que François Hollande tape juste. »

                    Ce qui nous rappel ces glorieuses heures où, les banques ayant été nationalisé, elle étaient toutes TOUTES en faillite vers les année 84/85. Evidement, les socialo-communistes ne l’ont pas criée haut et fort !

                    Désolé, mais les affaire d’Etat sont secrètes, et ils y a des raisons pour cela.



                    • Laratapinhata 9 août 2011 20:22

                      Ah, ah... avant de se lâcher sur les impôts, faudrait penser à réformer le train de vie de l’Etat...
                      et de la représentation nationale...
                      Diviser par deux par exemple... mais clientélisme oblige, comment recruter des militants sans fromage à leur proposer ? parce que le PS n’est qu’un parti d’élus qui se gavent pour une efficacité très discutable...


                      • onetwo onetwo 9 août 2011 22:33

                        Ni Hollande ni Sarko !

                        Nous ne paierons pas leur crise !


                        • K2017 Kxyz 9 août 2011 23:00

                          je comprends bien la stratégie du nabot qui aux nom de ses amis du Fouquet et cie a mené une politique fiscale ruinant la France et pour se draper dans le costume de Mr Propre n ’ hésites pas à gesticuler pour cette règle d ’or.
                          La France a signé le Traité de Mastricht qu il en respecte les termes plutôt que de rêver à ce congrès qui va encore couté un argent fou pour les délires de Mr....
                           quant entend Baroin ou Pecresse s exprimer pour rassurer les français . ;j en ai la chair de poule face à leur incompétence...
                          et me dit que Mme du genou serait plus à même de gérer les finances que cette bande marioles

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès